gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102385 Messages dans 7485 Sujets par 904 Membres - Dernier membre: Helenavtj juillet 06, 2020, 13:02:09 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Trône de Fer  |  IdF - Moine Noir  |  La campagne  |  Récits des personnages (POV) (Modérateur: Moine Noir)  |  S1-Ep. 13 - Eaan
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: S1-Ep. 13 - Eaan  (Lu 341 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Moine Noir

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 651
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
S1-Ep. 13 - Eaan
« le: août 10, 2017, 10:34:30 am »
Texte de Quentin

Jour 19, Mois 3, An 297

S'il l'aime, il ne doit pas attendre une seconde de plus. Qui sait ce qui va bien pouvoir arriver ?..

Alex a reçu un courrier par corbeau : son petit frère, Théon, est engagé avec Marine Yelshire. Sa sœur, Jeanne, est mariée à Vortimer Crane. Leur mère n'est autre que Candice Yelshire, anciennement Candice Woodwright ! Alex redoute un peu les intentions de son père... Quand on y réfléchit bien, si un accident arrivait à Jeanne Yelshire et Vortimer Crane, l'ancien domaine Woodwright reviendrait aux Kidwell, par cette union. Alex avait peur du risque d'inimitié avec les Crane... Messire Carillon, Oncle Lindal et moi-même avons essayé de le rassurer. Alex a décidé d'aller porter ses conseils auprès de son frère. Il partira donc demain.

Puis la conversation a porté sur lui et Mylenda Redding. Nous lui avons demandé quand est-ce qu'il comptait s'engager auprès d'elle et il nous a répondu qu'il avait le temps de le faire. Sans vouloir l'inquiéter plus que ça, je lui ai conseillé de ne pas attendre. S'ils s'aiment, à quoi bon attendre ?

Personne ne sait que quoi le futur est fait...

Jour 20, Mois 3, An 297

Quelle journée fatigante...

Alex est parti ce matin. Je n'ai pas oublié de lui rappeler de parler de moi à sa sœur...

Mère est venu me parler. Elle m'a demandé comment j'avais vécu ses derniers jours à la place de Père. Plutôt bien, je lui ai répondu. Elle m'a félicité pour mes décisions mais je lui ai dit que c'était surtout grâce à mon entourage. Je lui ai donc naturellement parlé de Messire Carillon et d'Alex. Mère avait l'air assez "prudente" à leur sujet. Elle m'a d'abord questionné sur Alex, elle voulait savoir comment je l'avais connu et ce qu'il était pour moi. Je lui ai avoué que c'est mon premier vrai ami. Il était là pour moi quand j'en avais le plus besoin. Puis elle m'a demandé la même chose pour Messire Carillon. Je lui ai dit qu'il était de bons conseils et que j'apprenais beaucoup en sa présence. Malgré tout, elle m'a demandé de rester prudent vis-à-vis d'eux.
La discussion s'est poursuivi sur le sujet du mariage. Elle voulait savoir si j'avais pu rencontrer certaines demoiselles dont elle m'avait parlé mais ce n'était pas le cas.
Mère m'a parlé de Cléon... Il est vrai que cela fait des jours et des jours que je ne l'ai pas vu et... Je n'ai pas voulu posé de questions à son propos redoutant la réponse. Réponse que Mère m'a donné : Cléon a été envoyé à Villevieille. J'ai essayé de voir le bon côté de la chose, au moins il n'était pas là lors de l'attaque des Fer-Nés...
J'ai avoué à Mère ce que je ressentais. Toute cette culpabilité de ne jamais être là quand il le faut... Elle m'a réconforté, elle m'a expliqué que je ne pouvais pas toujours être présent et que du moment que j'avais une bonne raison d'être hors du domaine, on ne pouvait me tenir rigueur de mon absence...

Jacob Grimm s'est présenté à nous. Il est venu prendre des nouvelles de notre situation et apporter son soutien avec du matériel et des hommes. Nous avons discuté des Fer-Nés, Messire Jacob nous a expliqué plus précisément ce qu'étant l'Antique Voie. Il m'a demandé où était Cléon et je ne lui ai rien caché : parti à Villevieille pour devenir Mestre. Il avait l'air déçu. C'est vrai que c'était Cléon qui m'avait parlé de lui en premier lieu. Messire Jacob s'est d'ailleurs assuré que je viendrai bien au mariage. Les événements ont accéléré la date de notre rencontre. Il voulait s'entretenir avec moi au sujet du commerce maritime. D'après lui, le seigneur Ashford en est fortement intéressé et a les moyens financiers de parvenir à le mettre en place. Quant à Jacob Grimm, il a le savoir-faire des marins, l'océan n'aurait presque aucun secret pour lui. Je ne lui ai pas parlé de notre grand projet. Il est encore trop tôt et je ne veux surtout pas qu'on me coupe l'herbe sous le pied. Mais je garde bien en mémoire que les Grimm vont avoir un rôle important dans mes objectifs.

Un peu plus tard est arrivé Ortel Taillandier, envoyé par le seigneur Barius. Il est venu lui aussi avec du matériel et des bras pour nous aider. En retour, je lui ai dit qu'il pouvait transmettre au seigneur Barius que la faveur qu'il me devait était honorée, comme convenu dans le message que j'ai envoyé là-bas.

En ville, Cyril, un pêcheur, a proposé que j'emmène sa fille au château. Je dois avouer que je ne savais pas trop comment lui répondre. Il a commencé à dire qu'elle pouvait tout faire, vraiment tout et j'ai compris qu'il ne parlait pas que de travail. J'ai refusé poliment et il a une réaction très déplaisante. Il a mis une grosse gifle à sa fille. Je manque encore d'assurance... Tout ce que j'ai réussi à prononcer, c'est un mécontentement étouffé...
Plus loin dans les rues, une vieille femme m'a demandé si nous pouvions faire quelque chose pour nous attirer les faveurs des Sept. D'après elle, l'attaque est un message des Sept... Elle nous a parlé de septuaire et de septon. Je lui ai dit que nous verrions ce que nous pouvons faire, sans rien lui promettre. Ce n'était pas la priorité...

Un échoppe a attiré notre regard, un toute nouvelle échoppe que je n'avais jusque-là jamais vu. Nous nous en sommes rapprochés et nous avons découvert que c'est une jeune femme qui en est la gérante. Elle se dit herboriste. Je ne sais pas trop à quoi cela correspond. Après une courte discussion, je l'ai invitée à rejoindre l'hôpital de fortune que nous avions mis en place car d'après elle, elle était en mesure d'aider les blessés, de les soigner.

Une fois sur la place du Marché, j'ai demandé à ce qu'on rassemble les gens. Je n'arrivais pas à m'empêcher de trembler mais... J'y ai tenu un discours ! J'ai essayé de rassurer mes gens, de les motiver ! Cela a eu son petit effet, même si j'aurais voulu mieux faire. C'est déjà un bon premier pas ! J'ai fait la promesse que nous aurions plus de bateaux et plus d'hommes armés afin d'être en sécurité. Je sais que nous n'avons pas les moyens de nous offrir des bateaux pour le moment mais je ferai de mon mieux, quitte à utiliser la force d'autres domaines.

Nous avons rencontré Reynald Ferrand. Il avait entendu parler de Maison de Jeux et était assez enjoué d'apprendre la nouvelle. Hmm... C'est encore Soros qui parle trop... Malgré le fait que je lui disais que ce n'était pas le moment mais que c'était envisagé, il insistait. Oncle Lindal a fini par le rassurer. Dans la conversation, nous avons appris que Soros lui offrait tous les mois une caisse de vin de la Treille... Étrange... Une caisse de ce breuvage vaut beaucoup...

Oncle Lindal et Messire Carillon en ayant assez du vin Castellane, nous nous sommes dirigés vers l'Espadon d'Argent. Nous y avons appris que Garm aussi recevait une caisse de vin de la Treille gratuitement chaque mois de la part de Soros... Il va falloir qu'on s'intéresse à cette histoire de plus près.

Sur le port, Ed est venu vers nous. Nous avons discuté de ce qu'il avait pu entendre ou voir durant ces derniers jours. Il aurait entendu les Fer-Nés interroger des habitants sur un Braavosien et sa demeure... Alors ce que disait l'un des paysans n'était peut-être pas faux finalement... Il a appris que Nathalie, la fille de Garm, allait venir au château et m'a demandé de revenir sur ma décision. Je lui ai dit que j'avais accepté la demande de son père et que je n'allais pas revenir dessus. Il avait l'air déçu... Messire Carillon lui a donné rendez-vous au château dans la soirée. En effet, Ed avait une énorme bosse à la tête. Mérédith l'herboriste allait faire ce qu'elle pouvait pour traiter ça. Avant de la quitter, j'en ai profité pour lui donner cinq cerfs d'argent.

Sur le retour au château, j'ai demandé à Messire Carillon s'il pouvait faire venir sa sœur au Nid. Il m'a conseillé d'attendre que la ville se soit remis. Les apparences sont importantes...

Dans la soirée, Ed est venu, comme convenu. Il nous a dit qui lui avait fait cette bosse : c'était Amédée qui lui avait jeté une pierre. Ed l'avait trouvé en train de s'entraîner à l'arc et d'après lui, c'est un as !

Au dîner, Carillon a proposé que Mérédith examine Père. Bien que cela part d'une bonne intention, rien ne nous dit qu'elle s'y connait en médecine. Et je doute fortement qu'elle s'y connaisse plus que Mestre Corbin, de surcroît. Mère et Oncle Lindal partageaient mon avis.

Nous sommes allés voir Père après manger... D'après Mestre Corbin, il est dans un état critique mais stationnaire. Il ne guérit pas mais ne va pas plus mal. Il a demandé Oncle Lindal. Père a commencé à parler de Cléon et semble avoir des doutes sur sa décision de l'avoir envoyé à Villevieille. J'ai aussi entendu qu'il comptait sur mon oncle pour prendre sa suite... Je... Je préfère ne pas y penser... Oncle Lindal lui a dit de garder courage, de tout faire pour s'en remettre, que c'était un combat qu'il se devait de gagner. Père a fini par perdre conscience...
D'après Mestre Corbin, il aurait un problème dans les boyaux. Et la seule façon d'en savoir plus pour le guérir serait de... De l'ouvrir... Ce serait une action extrêmement risquée qu'il n'a accompli qu'une fois dans une situation moins critique... Il va envoyer un corbeau à Villevieille pour se renseigner et peut-être faire demander un Grand Mestre...

J'ai peur... Peur de perdre Père...

Jour 21, Mois 3, An 297

...Nous avons échappé au pire... Mais j'ai peur que nous ayons perdu un allié de poids dans cette histoire...

Dans la matinée, j'ai parlé de Père à Carillon. Je lui ai dit ce qu'il avait...

Oncle Lindal nous a réuni tous les trois. Il voulait qu'on définisse mieux notre projet commercial et nous a parlé d'investissement collectif. Mon oncle est toujours de très bons conseils. Je suis content de l'avoir à mes côtés !

Messire Carillon a profité d'un instant où j'étais seul pour me donner un fiole. Ce serait une sorte d'élixir concocté par Mérédith. D'après eux, cela sauverait Père... Je... Je ne voulais pas qu'on l'ouvre. Je ne pouvais pas attendre l'arrivée d'un mestre de Villevieille... Je ne pouvais pas ne rien faire... Alors j'ai décidé. Décidé que j'allais lui donner.

Nous avons ensuite rencontré Soros... Celui-là... Je ne le sens vraiment pas... Il est venu la bouche en cœur pour parler des projets qu'il avait évoqués il y a quelques jours. Nous lui avons expliqué que nous n'avons pas les moyens et que nous voulions nous concentrer sur la reconstruction. Il a proposé d'investir lui-même dans certains projets mais nous avons refusé pour le moment. Il ne l'a pas bien pris. Pas bien du tout... Il a mentionné Tristifer, il a commencé à déclarer que si le Nid est tel qu'il est, c'est uniquement grâce à lui. Il s'est levé et a commencé à partir. Je lui ai dit que s'il voulait qu'on fasse un effort, qu'il en fasse déjà lui-même. Je lui ai rappelé la façon dont il nous a traités... Remarque à laquelle il a répondu qu'il pouvait faire pire... Des menaces voilées... C'est nouveau, ça...

Je me suis faufilé dans la chambre où se repose Père... J'ai décidé de ne rien dire à personne. Je ne veux pas qu'on m'en empêche... Je lui ai fait boire le contenu de la fiole et... Et...

C'était insoutenable... Le voir trembler, convulser comme ça...

J'ai appelé à l'aide dès que j'ai vu que quelque chose n'allait pas. Le mestre est rapidement venu et a posé tout un tas de question... J'étais bien incapable de parler... Tout bougeait dans la pièce et je restais immobile... Messire Carillon est apparu avec la fille, Mérédith. En disant au mestre ce qu'elle avait mis dans sa fiole, il a réussi à reprendre le contrôle sur la situation. Mère avait le regard dur... Elle nous a réuni, Oncle Lindal, Messire Carillon et moi.
Mère nous met, Carillon et moi, en défaut... Sur le moment, je ne pouvais qu'être d'accord avec elle. C'était un acte irréfléchi. Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est pourquoi ils s'évertuent, Mère et Lindal, à mettre ça sur le dos de Messire Carillon. Tout ce qu'il a fait, c'est venir m'en parler...

Je ne me sentais pas bien... Après tout, j'avais failli tuer Père...

Messire Farlen Hewett est arrivé. Oncle Lindal et moi l'avons reçu. Il nous a demandé ce qu'il pouvait faire pour nous aider. Oncle Lindal lui a rapidement parlé de notre intention de nous constituer une flotte, Messire Farlen s'est alors proposé de nous emmener au domaine Lowther et de nous aider à négocier avec le seigneur. Il était réputé pour être assez difficile, pour ne pas dire fermé, en négociation. Je me demande à quel niveau il se situe comparé à Soros...

Mère a demandé à Messire Carillon et Mérédith de nous rejoindre. On a invité Messire Carillon à partir... Quant à Mérédith, Oncle Lindal n'arrêtait pas de répéter qu'elle n'était qu'une victime... Il sous-entendait que Messire Carillon l'avait forcé à faire cet élixir... Mais je sais que ce n'est pas vrai. Messire Carillon n'est pas comme ça. Il veut bien faire, comme moi... J'ai tenté à plusieurs reprises de dire que c'était mon choix, mais on ne m'a pas écouté...
Après délibération, Oncle Lindal a dit que Mérédith était libre de partir et qu'on l'invitait à le faire.

En repartant vers ma chambre, j'ai vu du coin de l'oeil qu'Oncle Lindal l'emmenait à l'écart... De quoi peuvent-ils bien discuter ?..

Plus tard dans la journée, un soldat est venu me chercher et m'a conduit à la chambre de Père... Je me suis remis à trembler... Je me suis contenté d'écouter. Apparemment, le mestre et Mérédith ont trouvé de quel mal souffrait Père. Mérédith a proposé de refaire un élixir et que celui devrait agir comme il fallait, maintenant qu'elle avait vu Père. Nous ne savions pas quoi décider...
C'est alors que Père s'est réveillé. Il a murmuré quelque chose à Mérédith et a demandé à ce qu'on lui donne ce qu'elle allait créer.

Je suis retourné dans ma chambre le temps qu'elle finisse sa mixture. Je tremblais... J'ai fini par pleurer... J'ai prié les Sept de soigner Père...

Un peu plus d'une heure plus tard, on m'a fait appeler : Père va mieux ! Après quelques minutes, il demande même à ce qu'on le transporte !
Du tumulte dans la cour m'amène à rejoindre ma famille...

Carillon et Lindal étaient face-à-face, arme en poing... Quelle était cette folie ?!

D'après Lindal, il l'aurait insulté. Il l'a donc soufflé et s'en est suivi un duel d'honneur... J'ai essayé de faire cesser ce spectacle. Que chacun s'excuse et qu'on en parle plus. Mais ma voix ne s'est pas faite entendre... Le duel a été de courte durée... Après un petit échange, Messire Carillon a réussi à blesser mon oncle à la jambe. Il a donc remporté ce duel. Mère et Oncle Lindal ont invité Messire Carillon à quitter le Nid...

Au final, Père va mieux mais Messire Carillon est parti... Si on remonte le fil des événements et malgré le fait que Père a failli mourir par le premier élixir, c'est un peu grâce à nos décisions, à Carillon et moi, que Père va mieux... Sans notre tentative de le remettre sur pied, Mérédith n'aurait peut-être jamais examiné Père et il en serait mort, vu le diagnostic... J'écouterais avec plus d'attention Carillon à l'avenir ! Mais avant tout, je dois le rattraper. Il ne faut pas qu'une petit divergence d'opinion et d'idée mette à mal notre amitié !
« Modifié: juillet 29, 2018, 12:42:47 pm par Moine Noir »
“L’homme qui prononce la sentence devrait tenir l’épée.” – Ned Stark

Opale Campagnes  |  Trône de Fer  |  IdF - Moine Noir  |  La campagne  |  Récits des personnages (POV) (Modérateur: Moine Noir)  |  S1-Ep. 13 - Eaan
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.17 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !