gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102206 Messages dans 7422 Sujets par 804 Membres - Dernier membre: elservs novembre 16, 2018, 04:11:56 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Shadowrun  |  IdF - LinKendel (Modérateur: LinKendel)  |  RUN 8 - Chez Luidgi
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: RUN 8 - Chez Luidgi  (Lu 2080 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne LinKendel

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 35
    • Voir le profil
RUN 8 - Chez Luidgi
« le: février 03, 2017, 22:39:19 pm »
Par Tesla:

Pas de repos pour les braves (ou genre, une demi journée mais pas plus)! Nous nous rendons dansle local que miss Lee a mis à notre disposition au centre de Seattle. Celle ci nous précise que nous ne serons pas payés plus avec notre membre en moins mais nous autorise à le remplacer (Elie, arrête de penser à ce que tu penses). Le local en lui même est un ancien salon de coiffure au milieu d'un quartier pauvre italien, avec drogue et violence (des vacances donc). Notre travail est étonnament de faire du social et de redresser la situation de ce quartier sans faire connaître notre employeur. La pègre locale est composée de trois familles italiennes: les Donnazzo (qui trempent dans le trafic d'êtres métahumains et de denrées rares); les Vizas (qui s'occupent du marché noir traditionnel) et les Corellis (qui font des extorsions et des tabassages pas forcément dans cet ordre). Les principaux problèmes sont la violence, les btls et des vols
« Modifié: février 03, 2017, 22:43:34 pm par LinKendel »

Hors ligne LinKendel

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 35
    • Voir le profil
Re : RUN 8 - Chez Luidgi
« Réponse #1 le: février 07, 2017, 00:40:46 am »
Par Ian (encore !!!):

Chez Luidgi part 1:

Après s'être installé dans ce qui reste d'un barbier, Ian et Jake se sont levé de bon matin et de bonne humeur pour ensoleiller leur nouveau quartier. Suivant les conseils de Nishi, le groupe s'entend pour recruter une quatrième personne pour le mois, qui servira de muscle.

Ian, aussi sociable que d'habitude - mais de moins bonne humeur pour avoir vu son style de vie déclassé - décida de rencontrer des membres de la mafia locale. Il fit une charmante rencontre dans un bar de stripclub: Une elfe nommée LP, contrebandière qui s'ennuit. Selon elle, la mafia locale ne fait pas bien son "travail". En effet, de nombreux enfants des rues se montre de plus en plus violent, la faute à un manque de ressources de base (nourriture et abris). Ils logent pour le moment dans les docks. Ian entend également certain mafieux se plaindre du remplacement des anciens chefs par des représentants de la mafia chinoise. Après un bon whisky offert (merci LP, la boisson locale étant dégeu), Ian rentre à la "maison".

Pendant ce temps, alors que firewall se plaint du mauvais entretien des caméras des docks (toutes trashés ou presque) [acquière le flux de près de la totalité des caméras du quartier et détecte le repère principal des enfants des rues], Fireball découvre la culture japonaise en tentant de communiquer avec un esprit de théâtre japonais qui joue à casser l'ambiance. Littéralement. Genre, magiquement, il pourrit le Feng Shui en manipulant le mana! Et il part sans dire au revoir (ni rien d'autre d'ailleurs) à Fireball!! Zéro éducation. Heureusement, Lothlaël (? Je tente une orthographe) est plus cordiale et explique à Jake les tenants et les aboutissants de cette pratique et les dégâts qu'elle peut et a déjà causé (à l'époque même du 5ème monde, donc gros calibre). Jake se rend ensuite sur les docks [sur les instructions de James] où il constate que certains enfants des rues sont contaminés par des esprits insectes dans une relation symbiotique. Ces esprits sont à la fois présents dans l'astral et dans le physique et intégrés aux enfants, donc Jake préfère pas toucher.

Au court de ses voyages astraux Jake croise un homme dont l'aura est teintée. Il se manifeste devant elle et peine à engager la conversation (c'est pas son truc). Il apprend quand même de lui qu'il a eu très récemment un accès violent de folie. Bon samaritain dans dans l'âme (et non parce qu'il est payé, oulah non qu'allez vous imaginer), il se propose de le retrouver en physique pour le soigner. Nous nous y rendons tous et après avoir dépassé la logeuse de squatte la plus parano de Seattle, faisons ami ami avec notre patient (Steve [Euh non, tous les psychotiques ne s'appellent pas Steave dans Shadowrun, celui-là s'appelle en fait Stan]) que Jake soigne. Ian lui graisse la patte pour obtenir plus d'informations sur des crises de folie similaires.

Comme il se fait faim, toute l'équipe va manger une pizza et constate ainsi que le gang des bikers continue de faire des dégâts (dans une boutique de vêtement en l’occurrence) malgré la double taxation des [mafieux] pour la protection. Celle ci semble étrange à Jake qui en informe Miss Lee (qui lui confirme d'ailleurs que c'est un problème mais pas le notre pour cette fois). Pendant l'après midi, le groupe se sépare, Ian cherchant à se procurer des BTLs pour entamer son enquête. Il obtient à la place une drogue différente, permettant de revivre ses meilleurs souvenirs, auprès du frère furry d'un député local (dont le nom m'échappe, mea maxima culpa). La soirée arrive et le groupe décide de se préparer à affronter le gang de biker...

NDR: A la lecture de ce résumé, il peut apparaître que James a passé la journée à procrastiner. Il n'en est malheureusement rien [en effet, il vous a mis un polyclub puissant au cul à la place], il n'a cessé de travailler dans son coin sans faire profiter les copains. L'objet de son travail est par conséquent hors de portée du rédacteur de ce résumé, qui le déplore par ailleurs. :( [Pourtant il t'a envoyé plusieurs fois un flux vers la douche du club de strip tease où tu traînais ... euh ... pardon, où tu récupérais des infos].

Hors ligne LinKendel

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 35
    • Voir le profil
Re : RUN 8 - Chez Luidgi
« Réponse #2 le: décembre 31, 2017, 00:31:53 am »
Par Elie:

Journal de bord de James MacDougall – novembre (?) 2075  (oui, j’ai encore perdu la date… j’ai pas fait de résumé depuis trop longtemps) – Seattle, quartier chin… italien.
 
Après avoir identifié quelques points de difficulté dans le quartier, nous avons rapatrié nos motos (et autre deux-roues préférées) – plus un élémentaire de feu que Jake est parti  invoquer avec sa statuette – et nous apprêtons à aller « casser du motard » dès qu’ils s’approcheront de la zone résidentiello-commerciale. Mais bon, on manque un peu de force de frappe…
Du coup Ian a appelé Nishi pour avoir un peu de renfort, c’est ainsi que Jack (prononcer « DJack », comme le câble), est arrivé. Jack quoi… Genre on a déjà Jake « Fire Ball »… Va aussi falloir lui trouver un surnom en Fire ? Du style « Fire, Percussion & Style », « Fire Punch Scan», ou « Fire Fighter » …
 
Une fois Jack arrivé et Jake revenu de son invocation, nous sommes partis tous les quatre en patrouille. Après avoir passé un bon moment à poireauter, les caméras en libre accès fournies par meilleur hacker que la Terre ait jamais porté depuis l’intrusion de Kevin Mitnick au Pentagone (et encore, les réseaux étaient bien moins sécurisés à l’époque) ont identifié un groupe de motards en vadrouille.
 
Alors que le side-car des ‘dormeurs’ (Jake et James) lançait une filature tranquille (protégé par un élémentaire de feu, en témoigne la chaleur étouffante environnant le véhicule), Ian et Jack sont partis pour percuter le flan du gang. Pendant la phase d’approche, Jake parti vérifier que les motards n’étaient pas éveillés (en revanche très cybernétisés) et James s’attacha à trouver LA grenade (flashbang) connectée à la matrice pour la faire exploser.
 
Cela étant, le temps que pris James (dans sa version hacker pathétique) à hacker la grenade était largement suffisant pour que, depuis le flanc des motards, Ian « Fire pigeon » et sa moto-machinegun mais surtout Jack « Fire Fighter » fassent une démonstration de force et éliminent la moitié des motos adverses (renversant, et zigouillant, au passage quelques jeunes donzelles attirées par l’aura et le.. prestige des motards).
La course poursuite lancée, les différents protagonistes se tirant (la bourre) le plus vite possible ou tentant de rattraper les fuyards, Jake choisit alors d’émerger de sa léthargie et d’envoyer une boule de feu dont il a le secret (les puristes diront qu’il s’agissait d’un sort lance flamme et non d’une boule de feu) qui atomisa (très violemment) sa cible. Il semblerait que cette boule de feu ne fut pas sans laisser de traces dans l’intellect de notre bourrin de substitut [Jack]… de service qui se mit à tout dégommer avec une violence inouïe (encore plus qu’avant, ce qui n’est pas évident…). Très rapidement il n’y eu plus rien à combattre. James en profita pour annoncer au reste du groupe qu’en piratant les motos il était parvenu à localiser le repère exact des motards.
 
Alors que tous célébraient cette victoire (on ne rappellera pas qu’il s’agissait d’une petite bataille de mise en jambe…) et faisaient (surtout James en fait) l’état des lieux des motos récupérables, votre hacker préféré, « Fire Wall » vit sa réputation fortement mise à mal et dû couper brutalement l’accès à la matrice de l’ensemble du groupe (que ce soit via commlink ou deck) après avoir été alerté par le Steeve bleu qu’une menace matricielle très forte l’attaquait… [Grand-Mère t'avait bien dit de ne pas chercher d'info sur "Supranet". La curiosité est un vilain défaut !]

Hors ligne LinKendel

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 35
    • Voir le profil
Re : RUN 8 - Chez Luidgi
« Réponse #3 le: décembre 31, 2017, 00:41:43 am »
Par Mathieu:

Nous sommes devant ce fichu hangar.

Je pars en reconnaissance astrale, ce que je peux voir:
Le hangar a deux grandes portes sur des côtés opposés, une est légèrement levée, assez pour y passer dessous.
A côté se trouve une passerelle, à deux mètres du sol, ou se trouve une membre du gang qui surveille l'extérieur.
De l'autre côté, le reste du gang et son lieu de vie : matelas étalés, bidon en feu au milieu, les motos garées à côté et plus loin un établi avec quelqu'un qui y travaille. Là, se trouve la deuxième porte qui est fermée, (ainsi que barricadée, mais ça je le saurais plus tard car je ne le vois pas en astral).
Au milieu, dans la plus grande partie du hangar, se trouvent pas mal de choses que je n'arrive pas à distinguer correctement en astral, sans doute du matos stocké là. Ah, chose importante aussi, je vois que, comme les motards qu'on a "traité" dans la rue plus tôt, ils sont très cybernétisés, trop pour un gang typique.

Ian se propose d'aller en éclaireur. Je le rend invisible. Il réussit ainsi a s'approcher de la fille qui garde l'extérieur sans se faire remarquer et à l'assommer avec son taser. Enfin... En s'y prenant à deux reprises,  quand même. Coriace, la nana ! [Franchement ... vu les jets qu'elle a fait, il faut dire à Tesla d'y aller molo sur l'aftershave !]

On s'approche de la porte entrouverte du hangar, je vois aussi le "bordel du milieux" que j'avais mal distingué en astral : il s'agit de matériel d'usine (chaîne d'assemblages, outils, grandes étagères) ainsi que d'autres choses moins utiles, qui semblaient être là avant l'arrivée du gang comme d'énormes bobines vides et des carcasses de voitures.

J'invoque un esprit de feu et lui demande d'aller combattre nos adversaires. Il apparaîtra un instant plus tard au milieu d'eux, sa simple matérialisation dans le monde physique provoquant un début d'incendie.
Débute ainsi le combat, dont je ne me souviens plus très bien, ni de l’enchaînement ni de tout ce qui s'est passé.
Mais globalement:
-Leur chef hurle un ordre en espagnol : il demande à son rigger de nous lancer ses drones aux trousses en les faisant passer par le plafond, histoire qu'ils viennent du dessus et nous prennent par surprise. Raté, vu que je comprends l'espagnol [qui a dit que prendre des langues en compétence de connaissance était inutile ??]. J'essaie d'en informer Firewall qui n'est pas loin.
- James a essayé de briquer les drones, peine perdue, leur rigger les avait déconnecté de la matrice après leur avoir donné ses ordres. Ruse d'une subtilité rarement vue chez des gangers, preuve encore qu'on a affaire à des gars pas tout à fait normaux. Les drones arrivent et nous attaquent, James et moi. Pour la première fois depuis que je le connais, je le vois utiliser autre chose que ses programmes de hackers : une arme à feu. Je tenterais en vain de bloquer les drones avec une "barrière physique", quasiment en vain car 2 sur 3 sont passés. On arrive quand même à en descendre un second. Mais un des drones nous a pété juste à côté, James et moi. Heureusement, on a réussi à plus ou moins esquiver ["I believe I can fllllyyyy"].
- Mon esprit de feu sera "soufflé" par leur chef qui l'abattra au lance grenade. Il aura quand même fait beaucoup de dégâts parmi les gangers, en avalant carrément certains d'entre eux. Il a été d'autant plus utiles que les gangers ont concentré tous leurs tirs sur lui, ce qui est compréhensible vu qu'ils avaient un monstre de feu de deux ou trois mètres de haut qui est apparu au milieux d'eux. Et en plus pour les fumer au premier sens du terme.
- Je vais découvrir à cette occasion les grenades anti-mages, des particules qui se collent aux mages pour signaler leur présence ainsi que les sortes de flashs qu'ils ont utilisé pour nous aveugler quand on regardait dans leur direction. Du bon matos militaire (c'est pas de la merde leur matos de soit disant "gang" (bis)).
- Pendant ce temps Jack, notre nouvelle recrue, essaie de s'approcher du gang par la passerelle de gauche. Malheureusement, il se fait repérer mais réussit à esquiver les grenades qu'on lui envoie. Du costaud en plus, du genre qui fait un beau trou quand elles pètent (c'est pas de la merde décidément, leur matos). En sautant de la passerelle pour esquiver et en allant se planquer derrière des containers, il déclenche un piège qui l'arrose d'un liquide urticant [Le colonel moutarde avec le gaz dans le hangar]. Je lance un petit sort de "barrière physique" pour le protéger et limiter la casse.
-  C'est juste après la disparition de mon esprit de Jack arrivera à s'approcher d'eux (après s'être effondré par terre et s'être recouvert de son propre vomi, à cause du piège). Il en abattra même un à bout portant avec sa main. Oui, oui, avec sa main car il a un calibre caché dedans.
- Je ne sais pas ce qu'a fait Tesla (ian) pendant ce combat, il est resté invisible pendant une bonne partie de celui ci. Faut dire à sa décharge qu'il était invisible pour de vrai grâce à mon sort.

Le combat finit et on réussit à mettre la main sur le chef ainsi que le gars de l'établi dont j'ai parlé au dessus. Il a pas bougé de là pendant le combat car il est très lié à cet établi. Il est même carrément enchaîné. Je voudrais en savoir plus sur ce kidnappé. Mais Jack le libère avant que je sois là et commence à le laisse partir.

Je rappelle quand même le gars, qu'il nous en dise un peu plus quand même. On apprend qu'il est là parce que son fils était dans le gang et qu'il voulait l'en sortir, alors il a été fait prisonnier. Il était forcé de fabriquer des drones pour le gang. Et il conclut par un "mais je peux partir maintenant ?" suppliant. Jack insiste aussi, de mon côté j'ai pas l'impression qu'il cherche à nous rouler dans la farine.
"Ok vas-y, t'as assez morflé."

Je vais vers le chef interrogé par Ian, lui nous apprends qu'ils ont été payé par des "russes" pour venir [dans le quartier]. C'est eux qui leur ont fourni leur bon matos et leur ont donné une douche de nuyens.
Il nous apprend aussi que le mec là bas, enchaîné à l'établi faisait parti de ces "russes". Oui, le même mec qu'on a laissé filer un instant plus tôt.
Et merde...

Au moment où il nous dit ça j'entends un bruit étrange dans mon dos.
C'est James qui fouillait le reste de l'entrepôt [comme un rapia] à la recherche de matos à looter, comme si on était dans un jeu de rôle ;-) , et il a déclenché un des pièges posé par le gang. Les autres me diront plus tard qu'ils ont immédiatement reconnu le bruit typique d'une tourelle de tir à balayage à 360°, fabrication ARES.
Mais moi tout ce que j'entends, c'est non seulement ce bruit mais aussi la détonation qui se produit immédiatement après quand Ian abat notre unique et dernière source d'information concernant cette histoire.
Et merde...

Hors ligne LinKendel

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 35
    • Voir le profil
Re : RUN 8 - Chez Luidgi
« Réponse #4 le: décembre 31, 2017, 01:39:41 am »
Par moi:

Dans une folie lootesque (à croire qu'il se croit dans un jeu de rôle !), Firewall, après avoir découpé un bras cybernetique pour le revendre (beurk ! d'ailleurs la communauté runners aura la même réaction dans le futur), se met à visiter le hangar. Soit il a farfouillé là où il ne fallait pas, soit le mécano-russe-très-attaché-à-son-établi avait prévu un moyen de ralentir toute poursuite. En tous les cas, le coffre d'une des épaves s'éjecte et une tourelle Ares Tower Defender (une honteuse copie de la Mitsuhama Gun Turret, pour les connaisseurs) en sort et se met à chercher une cible avec autant d'obsession qu'un junky recherche son prochain fix. N'écoutant que son courage, Firewall se jette sous la voiture, profitant du seul angle mort flagrant de cette merveille de technologie meurtrière.

Au même moment (parlons d'une coïncidence), la voix de notre mécano russe préférée sort d'un haut parleur et propose un mix du sempiternel combo bâton et carotte. Les Russes sont prêts à payer nos runners favoris le même prix que Miss Lee mais pour ... ne rien faire du tout et surtout ne pas partir à sa recherche et ni lui mettre de bâton dans les roues. Avouez que c'est le rêve: être payer à ne rien faire. Enfin, c'est un rêve pour toute personne n'ayant aucune éthique professionnelle. Bon, ça c'est pour la carotte. Le bâton, quant à lui, prend la forme de tout un tas de boite en métal accroché au plafond et contenant d'après le Russe des grenades. Pas besoin de répondre tout de suite, il leur fournit les infos d'une icone matricielle où ils peuvent laisser un message.

Les runners discutent entre eux du pour et du contre quand tout à coup la porte du hangar, à quelques mettre d'eux est défoncé par un camion non identifié. Rapide comme l'éclair, Jack passe par la fenêtre et reviens en rampant sous le dit-camion. Tous les autres se planquent et prennent des couverts (enfin, ceux qui ne sont pas déjà dessous une voiture). Une escouade de gars sortent du véhicule, armée jusqu'aux dents (enfin, on dira jusqu'au casque, vu qu'on voit pas leurs dents).
Professionnel, terrifié, ou planqué sous une voiture, nos runners favoris n'ouvrent pas le feu alors que l'escouade se dirige vers les cadavres du gangs en hurlant de sécuriser le VIP. Bonne idée. Après tout, ce n'est qu'une unité de doc Wagon qui fait son boulot. Par contre, ce veut dire qu'il y avait un gros contrat dans le tas. Bizarre...

Le problème avec les tourelles automatisées, c'est qu'elles n'ont pas la même intelligence que des runners chevronnés. Et le problème avec les escouades de doc wagon, c'est que quand on leur tire dessus, ils répliquent. Et le problème quand la tourelle se fait tirer dessus, c'est que cela active les boîtes accrochées au plafond et contenant les grenades. Et le problème pour nos runners chevronnés, c'est qu'ils sont dessous. Bon, le bon côté des choses, c'est que même s'il y avait une boite tous les deux mètres seulement quelques unes contiennent vraiment une grenade (à croire que la réduction des coûts frappe aussi chez les russes). Après il semble que nos héros ont pas mal de chance, car soit ils étaient justement à un endroit sans grenade, soit ses dernières n'ont fait que les projetés en n'occasionnant que quelques bleus et saignement d'oreilles et de nez (et un nouvel épisode dans la série "I believe I can flyyyyy").
Finalement, nos héros rentrent chez eux sans s'être colleté doc wagon et ne laissant qu'une mauvaise vidéo d'eux sur les caméras tactiques.

Le lendemain, ils sont invités par le Don Donatzo. Ce qui donne lieu à un diner très "Le Parrain" dans une magnifique villa décorée par des vases et des peintures. Le diner sera égaillé par l'arrivée du fils, un certain Luidgi, grande gueule agressive mais tout juste bon à se cacher derrière ses gorilles et un plat extrêmement rare et cher: des yeux de cocatrices gelés. Etonnamment, et par un très heureux hasard (merci les dés), Firewall réussit même à vendre le bras cybernétique qu'il avait arraché à la mère et sa fille contre une rondelette somme d'argent.

La journée n'est pas finie et un sacré rebondissement attend nos héros: la Lone Star avec l'aval de la ville et de Knight Errant  (qui je rappelle est le véritable contracteur de la protection de Seattle) a bouclé tout le quartier et est activement à la recherche d'un mage de feu ayant assassiné Diana, la fille de José Pont-Thierry, Directeur des Fusions et Acquisitions d'Evo Corp. Des drones passent dans les rues pour prévenir de la création du cordon de sécurité aux abords du quartier et demandant toute information sur le mage en question. Le soir, dans toutes les news tridéo, cette opération extraordinaire est aux premières pages.
« Modifié: décembre 31, 2017, 02:22:49 am par LinKendel »

Hors ligne LinKendel

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 35
    • Voir le profil
Re : RUN 8 - Chez Luidgi
« Réponse #5 le: décembre 31, 2017, 01:43:46 am »
Par Ian:

Alors que la surveillance de la Lone star progresse, un plan (ou 3 ?) est mis en place pour exfiltrer Jake. Après avoir établi la stratégie dite "du nuage magique" (Lévitation+Dissimulation d'un esprit de l'air) pour la remiser en plan B, Jack se propose de dissimuler la sortie de Fireball au sein d'un festival de mage de feu, organisé par Firewall et lui. In fine, Firewall s'en ira tout seul, comme un grand, invisible. Le festival aura lieu tout de même (faut pas gâcher) dans un futur proche.

En parallèle, parce qu'il faut bien travailler de temps en temps, Jack décide d'infiltrer le repaire de dealer de reboot se dissimulant dans un bar à chat. Ian cherche à entrer en contact avec le frère jumeau pas-caché-du-tout du dealer pour obtenir un soutien politique qu'il ne trouvera pas, le (député? sénateur?) politicien ayant déjà répudié publiquement son frère. Cette échec n'est donc pas à imputer à Ian (Si si, il faut le préciser).

Un premier repérage est effectué par Jack qui découvre un comateux producteur de drogue dans le sous sol, surveillé par les allers et venues du dealer accompagné de ses gorilles. La personne dans le coma est dans un caisson, ce qui semble produire la drogue. Ian le rejoint pour mettre fin à cete opération. Le sous sol est ouvert par firewall, Jack et Ian tendent une embuscade au dealer. C'est à dire qu'ils tendent le fouet monofilament de Jack au moment où le dealer entre, lui sectionnant les doigts. Après un court combat, les runners décident d'extraire la personne comateuse et de looter la pièce (argent et drogue).

Pour cela, il faut faire appeller aux meilleurs: DPS, qui a été repris par Nishi. Le déménagement est fait alors que Ian terrifie de manière complètement inutile le patron de bar (l'utilisation des morceaux de doigts du dealer est exessive, je le reconnais). On attends DPS dans un parking, en s'appercevant que des drogués semblent suivre le comateux. Ils sont cependant à pied, nous arrivont (et DPS par la suite) à les semer. Le comateux sera déposé dans une clinique.

Hors ligne LinKendel

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 35
    • Voir le profil
Re : RUN 8 - Chez Luidgi
« Réponse #6 le: décembre 31, 2017, 01:44:14 am »
Par Moi:

Après avoir démantelé à coup de fouet monofilament le "cartel" (comprendre le gars en solo) et volé un légume vivant, nos runners préférés appellent Miss Li pour lui annoncer la bonne nouvelle mais lui cachent l'existence de la drogue et de l'humain dans le comma. Celle ci après avoir tiqué au mensonge flagrant de Ian est malgré tout contente leur envoi le salaire de la journée et un bonus de 700 ny par personne.

Pour préparer la suite des événements,  Ian contact l'éminent spécialiste en Chi et arrive à soutirer un rendez vous le lendemain matin à sa secrétaire mais sous une mauvaise identité. Jake va à la bibliothèque pour trouver des informations sur le même sujet.

Et avant de dormir, Jack tente un coup de reboot. Bonne pioche: il découvre un bout de son passé (que nous cacher on là, c'est personnel et intime).
La nuit s'annonce pourrie pour Ian, ce qui est normal, vu qu'il est habitué à un certain standing. Mais aussi pour James qui a bien besoin du double du temps normal pour se reposer (malgré son régulateur de sommeil).

Le lendemain, en attendant l'heure du concours des mages de feu, et alors que les fouilles des maisons commencent Jack décide de faire son devoir citoyen et d'organiser une marche pacifique qui suit exactement la ligne de fouille (ahlala les coïncidences parfois...)
Firewall avec sa notion toute arbitraire de la propriété, s'approprie les écrans de publicité des magasins aux alentours pour afficher en boucle un melting pot des violences policières qu'il a rassemblées (en oubliant évidemment les provocations qui les ont déclenchées). Faisant bon usage de superbes pancartes et du mégaphone de la voiture de la Lone Star que Firewall a piraté, les slogans accrocheurs sur lesquels Jack et Ian ont travaillé mettent le feu à la foule. On n'aura jamais vu des runners aussi soucieux des droits du citoyen foulés au pied par les toutes puissantes corporations. Mais au final, ce sont les grenades tirés depuis le Drone de police qui finissent par faire exploser la violence accumulée des deux côtés.
Pendant que Fireball veille au grain depuis la vue panoramique d'un gratte-ciel proche, l'émeute éclate entraînant dans son sillage la vie d'honnêtes citoyens et de travailleurs Lone Star. Enfin... surtout d'honnêtes citoyens.

Peu de temps après, Jake propose d'aller un cran plus loin en faisant savoir sur le site du concours pour mages que la Lone Star a confisqué les trophées. Et quelques minutes plus tard un mage puissant pète les plombs au barrage de l'entrée du quartier. Il fait exploser plusieurs véhicules de police, entraînant toujours plus de morts, dans le déchaînement d'une tornade de feu.

Les choses s'enveniment et dans tout le quartier les échauffourées se multiplient et s'exacerbent. Les miasmes du Chi poussent tout le monde à suivre le pire de leur nature et les gens meurent,  victime de déchaînement de violences aveugles. Principalement des civils...

Jack retourné se reposer et Jake encore hors du périmètre, il n'y a que Tesla et FireWall au QG quand les patrouilles de fouilles arrivent. Formé de paires: deux flics (un orque très ... orque et un humain très "flic aux beignets") et un Decker/Rigger et son drone. Alors que FireWall se comporte en parfait petit clone corpo, les fouilles de l'humain à l'étage manque de détruire la bouteille contenant les nano-drogues que Ian sauve de justesse grâce à des réflexes qui aurait rendu Nichi fière. Après les insultes semi-masquées qu'il a subi, le flic décide de sa propre initiative (légèrement influencé par Ian quand même) de goûter la dite bouteille.

Figé dans un ancien souvenir, pas spécialement agréable au vu de ses larmes silencieuses, le flic ne répond pas à son collègue orque, qui demande donc au Decker de vérifier le flux de son collègue. N'écoutant que son courage, Firewall tente d'empêcher le visionnage des dits flux mais encore une fois, le timing est terrible et il se fait prendre la main dans le sac. Autant dire que cela n'à pas pris longtemps avant que nos deux runners se retrouvent dans le camp de détention au bord du quartier, entourés de barbelé et parqués avec d'autres délinquants.

C'est là qu'on se rend compte que quelques contacts bien placés peuvent vraiment vous sauver les miches. L'ami de Ian,  un avocat des ombres, est venu à sa rescousse. S'il n'a pas l'influences d'une grande ponte, mais il se déplace personnellement et les rouages de la bureaucratie policière, c'est son dada. Une chance qu'il ait été dispo (ou plutôt qu'une des témoins ait fait une crise cardiaque ajournant la séance qui battait son plein).

Cela dit pendant ce temps, FireWall à pu profiter à la fois de la médiocrité de la bureaucratie (avec une interrogative qui ne savait même pas pourquoi il était là) et de son efficacité en terme de tabassage sans traces (en circonstance atténuante, on dira que le Rigger/Decker avait toujours peur pour son collègue pas encore réveillé).

C'est alors qu'ils pensaient être tirés d'affaire se dirigeant vers la sortie et Jack qui les attendait qu'ils rencontrent l'inspecteur Ogan Somann.  Enquêteur de génie, avec en main une vidéo (de mauvaise qualité, soit) du massacre des gangers dans une rue commerçante suivi de Ian enlevant son casque pour parler avec une des filles terrorisée, il a cuisiné nos deux compères. Heureusement pour eux, le bagou de Ian, la logique de James, et - avouons le - une chance insolente (merci Chi pourri), leur a permis de passer entre les goutes en ne lâchant presque rien (Jake ne sera pas d'accord puisqu'ils lui ont tout de même lâché son faux Sin qui a coûté la peau des fesses).

C'est donc rassérénés mais secoués que nos runners terminent cette journée. La plupart d'entre eux encore dans le quartier qu'ils ont contribué à mettre à feu et à sang.

« Modifié: décembre 31, 2017, 01:46:03 am par LinKendel »

Hors ligne LinKendel

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 35
    • Voir le profil
Re : RUN 8 - Chez Luidgi
« Réponse #7 le: décembre 31, 2017, 01:46:29 am »
Par Mathieu:

En attendant le rendez vous avec cet homme, ce fameux "professeur", je continue mes recherches sur le Qi en bibliothèque. Grâce à mes longues heures de lecture et avec l'aide de James et du membre le plus numérique de la Numerical Family : Steeve, l'IA [matricielle], qui s'y connais plus en arcane que moi même.
J'apprends pas mal de choses en plus de ce que je savais déjà. [Le plus utile étant que comme la matière pour les non-éveillés, le Qi ne se créé pas et ne disparaît pas. Il serait donc possible de suivre son flux et de voir à qui il bénéficie. Steeve a même été capable de m'écrire la formule du sort pour voir et comprendre ces flux.]
Parallèlement à ça, est arrivée l'histoire "what's the fuck" du jour : à un moment la sonnerie de mon comlink m'a tiré de mes recherches. Je décroche et c'était Jack, le nouveau de la team, qui nous appelait pour...nous dire qu'il [était inquiet pour] le légume qu'on avait trouvé l'autre fois dans le bar à chat et que du coup il a eu envie d'aller faire un tour en pleine nuit dans la clinique où on l'a posé. Qu'une fois là bas il est allé se déguiser, et a même voulu "intimider" un des gus qu'il a rencontré !
J'ai avalé la moitié de mon verre de soycaf de travers et failli répandre l'autre sur mes notes. Et comme j'ai voulu tenter de formuler une phrase tout en en m'étouffant ça m'a valu d'être écarté de la conv'.  [Il nous l'a pas dit sur le moment mais tout ca aurait été declanché par un reve dudit legume] (c'est nul comme rêve). [Il aurait aussi eu la chance de tomber sur] des infirmières nues sous la douche.

Bon, après coup, si on met de côté sa façon de faire, l'histoire est plutôt alarmante. Certains toubibs décrits ont pas l'air si médicaux que ça et je suis pas certain qu'on ait choisi la bonne clinique pour notre patate, pardon, légume. L'idée de base de jack était pas mauvaise et ce serait bon de savoir ce qui se trame là bas, mais plus tard.
Ouais, là j'ai un truc important à faire : l'heure du rendez vous avec Idekio Kuminatsu approche.

Je me rends là où il est avec la fausse identité que le reste de la team m'a fournie.
Le gars me reçoit, il commence à me poser des questions très pointues sur "mes" recherches, trop pointues. Malgré l'aide des autres au micro, je suis grillé.
Ironie du sort, il m'a cruellement manqué ce que le Qi apporte le plus : de la chance.
Le gars me laisse pas partir et veut me livrer à la police. Bien que ce soit Knight Errant qui s'occupe de Seattle, je suis certain que je vais pas tarder à rencontrer tôt ou tard un certain Ogan Soman si je fais rien. Pas question que les flics me pincent, je demande à l'équipe une extraction.

Mais, malgré que je ne sois pas l'éminence académique que j'ai prétendu être, j'intéresse Kuminatsu. Surtout le lien [avec le plan du] feu qui se voit dans mon aura. J'ai l'impression d'être un vrai lampadaire avec ce truc.
Après quelques tergiversations ou j'essaie d'esquiver ses questions, pensant que ses réponses vont pas être honnêtes non plus, j'y vais franco : je lui propose de tout lui raconter et de le laisser m'étudier un moment et en échange, il nous dit ce qui pose problème avec le Qi dans "notre" quartier et d'où vient ce "problème".

Et bien sûr, il oublie la police.
Kuminatsu me propose de rédiger un contrat.
Les autres arrivent, juste à temps, non plus pour m'extraire mais pour se charger de ça. La paperasse c'est pas mon truc.
Le professeur fait venir son service juridique. Probablement des champions des petites clauses à la con. L'esprit astucieux de James en fera décamper quelques un: les pauvres ont, comme par hasard, reçu des appels de leur chère est tendre en mode "tout est fini entre nous, etc...". Les [rediffusions  trideo des]"Feux de l'Amour" peuvent même inspirer les hackers.

Finalement le contrat [travaillé par Ian et le nouveau] est, en plus de ce que j'ai écrit plus haut, le suivant :
-Pas d'interaction avec le plan du feu
-Anonymat absolu pour moi et l'equipe
-L'étude de ma "particularité" ne doit pas me mettre en danger.
-Trois interventions de Kuminatsu en personne sur demande
-Trois interventions à distance via un élémentaire.
On conclue l'affaire.
Kuminatsu m'étudie donc. Ce que j'ai semble vraiment l'intéresser énormément. Tellement qu'à la fin il nous fera un cadeau non prévu par le contrat : une amulette nous protégeant contre les perturbation de Qi. Ca nous sera très utile dans les jours à venir.
Quand à moi, il me laissera de quoi le contacter.
Nous nous quittons.

[De retour] dans le quartier nous apprendrons de mauvaises nouvelles : la Lone Star s'en va mais avec notre patronne. Oui, elle est en taule en ce moment même.
Ce sont quelques italiens qui nous l'ont appris en venant nous voir à notre QG local. D'abord un pour nous demander d'aller les sortir de là en échange d'abord de [la tirelire de sa famille] partagée en quatre  et un peu plus ensuite puis les autres pour dire à l'un de se calmer dans ses délires, que les familles avaient pas assez d'argent pour s'attaquer à la Lone Star et [s'il voulait nous embaucher,  il devrait nous payer avec ses économies perso: un ridicule 1000 ny chacun.]
Nous entendrons,  là, le dernier appel de Miss Li, où elle demande que l'on nous charge de la libérer, en échange de "beaucoup d'argent" (pas précisé). On entendra ensuite la Lone Star défoncer sa planque et l'arrêter. Lone Star qui, au passage, s'était mise au russe : on a entendu certains agents dire dans cette langue que "le quartier était à eux". On dit aux italiens qu'on refuse pas le run, mais qu'on va quand même étudier le terrain avant. Car oui, attaquer directement [le centre nevralgique de ]la Lone Star [à Seatles], ce serait sans doute le run le plus dangereux qu'on ait jamais fait.

Nous sommes un peu sonnés par la nouvelle. Du coup je suis le seul qui voit que notre conversation est écoutée dehors. Il s'agit d'un grand type accompagné d'un môme. Le grand est le représentant des commerçants du quartier, le môme fait partie de cette étrange communauté [de gamins] que j'ai visitée en astral : ils ont des esprits insectes logés dans leur colonne vertébrale (ce doit pas être beau à voir).
Eux nous demandent de régler les problèmes de Qi. C'est vrai que là, encore un peu et c'est la guerre civile dans le quartier. Ils nous donnent 2500ny par personnes, c'est pas beaucoup mais ils n'ont pas plus. Nous acceptons aussi le run. Ian refusera par contre qu'ils nous donnent l'argent directement, un run se paie à la fin. Mais qu'ils aient voulu nous payer tout de suite avec les risques, ça prouve que ce sont de braves gars, et ça me donne encore plus envie de les aider.

Par acquis de conscience je prends le môme à part et essaie de l'avertir du danger qu'il y a a fricoter avec les esprits insectes, surtout pour se les implanter directement dans le corps. Le môme ne m'écoute pas. Je n'insisterais pas, je ne suis pas son père et c'est mon johnson. Ian de son côté lui pose des questions sur l'origine de ses pouvoirs.


Hors ligne LinKendel

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 35
    • Voir le profil
Re : RUN 8 - Chez Luidgi
« Réponse #8 le: décembre 31, 2017, 02:15:14 am »
Par Moi:

Avec les mots en russes lors de la capture de Ma Ling et toutes les actions entreprises par les russes, pas besoin d'être sorcier pour comprendre qu'en réalité ils sont un acteur officieux des raids des "forces de l'ordre". Avec cela, tous les membres de leur alliance sont contents:
 - Les russes ont leur nouveau quartier après avoir détruit la tête (aux yeux bridés) de la pègre italienne.
 - La Lone Star peut redorer son blason et est de nouveau dans la course pour le contrat des forces de l'ordre à Seattle.
 - Pour ce qui est d'Evo Corps, un petit run dans la matrice ainsi qu'un petit effort de mémoire permettent à nos héros de comprendre leur motivation: tous les terrains industriels au nord du quartier, vont pouvoir être rachetés une bouché de pain puisqu'ils appartenaient à Ma Ling et transformés en une nouvelle archologie près du lac.
Décidément, plus les choses changent et moins les choses changent: les puissants joueront toujours avec les vies civiles dans leur lutte de pouvoir et de richesse. Ils ont même utilisé la mort de l'une des leurs (Diana Pont-Thierry) pour légitimer leurs actions. Avec la censure et les manipulations de l'audimat, la masse ne verra rien des massacres d'innocents et ne retiendra que l'arrestation de criminels et d'assassins... Chienne de vie que celle des ombres.

Pendant que nos runners favoris ruminent, Kuminatsu leur envoie un message: le rituel qui perturbe le Qi dans le quartier est effectué depuis une convention sur le Qi qui se déroule actuellement en ville. Et c'est d'ailleurs pour cela que ce dernier est à Seattle.
En se rendant sur les lieux (Jack et Ian), en fouillant le serveur correspondant et à coût de projection astrale, les runners trouvent la salle du rituel, gardée par des gros bras russes et rassemblant deux dizaines de mages autour d'un cercle de rituel. 
Le lendemain ils y débarquent en force, ne faisant qu'une bouchée des pauvres gardes (on n'évoquera pas l'explosion d'une grenade encore branchée à la matrice, ni de pauvres élémentaires cramés, ni les quelques corps tressautant des décharges électriques ni des gros bras à qui il manque des bras, justement, coupés de manière quasi-chirurgicale) et des quelques mages qui, apeurés, essaient de se défendre.
Cela dit la plupart de ces mages repartiront sain et sauf car ils avaient été embarqués sans bien comprendre à quoi ils participaient, persuadés que cela n'étais qu'une expérience pratique ne faisant de mal à personne. Finalement seuls les gros bras et une poignée de mage, dont le maître de rituel étaient au courant.

D'ailleurs, en fouillant un peu dans son background, on se rend compte rapidement que ce dernier travaille pour ... Kuminatsu.

« Modifié: décembre 31, 2017, 02:23:39 am par LinKendel »

Opale Campagnes  |  Shadowrun  |  IdF - LinKendel (Modérateur: LinKendel)  |  RUN 8 - Chez Luidgi
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !