gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
101583 Messages dans 7148 Sujets par 781 Membres - Dernier membre: Sandre novembre 18, 2017, 16:25:52 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Pathfinder  |  IdF - Dorothée  |  Livre I – L’Invasion de la Plaie du Monde (Modérateur: Dorothée)  |  Sphère prismatique of many ends - Aërys Sirindor
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Sphère prismatique of many ends - Aërys Sirindor  (Lu 340 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Valaar

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 220
    • Voir le profil
Sphère prismatique of many ends - Aërys Sirindor
« le: octobre 28, 2016, 01:04:39 am »
Aërys était allongé sur le dos, les yeux grands ouverts. La longue chevelure dorée d’Athiel lovée contre lui recouvrait partiellement son épaule et son torse imberbe. Ce n’était pas à proprement parler le plafond qu’il regardait mais une projection mentale complexe, un entrelacs de possibilités.

Le corps totalement au repos, tout sa concentration était dirigée nuit après nuit sur ce grand plafond totalement peint. C’était le tableau noir parfait qui lui manquait à Drezen avant leur installation dans cette maison partiellement reconstruite autant par magie que par l’expertise des nains. Le mage ayant amplement participé à la récupération de la grande forge en la libérant des maléfices qui l’étreignait, il avait pu obtenir sans mal leurs aides efficientes. Car là où nombres d’elfes voyaient des créatures râblées, grossières et barbus, il voyait une ethnie fière, prompt à pratiquer la réciprocité. Les nains pouvaient être des ennemis déterminés comme des amis infaillibles.

Dans le dernier scénario qu’il visualisait par des arabesques invisibles au plafond, la participation ou non des nains au grand combat modifiait guère les probabilités : l’axe du bien ou plutôt l’axe de la loi ne l’emporterait durablement pas contre le chaos que représentait les hordes de démons et les seigneurs retors qui les dirigeaient. Bien sûr, les humains à la durée de vie si éphémère connaitrait l’allégresse d’une victoire et d’un semblant de paix durant une ou deux générations.
Les démons pouvaient être repoussés, terrassés en nombres, certains puissants leaders défaits et humiliés mais invariablement, ils reflueraient sur Golarion via d’infimes et invisibles fissures qui deviendraient au fil du temps des trous béants à force de fureur et de rage en provenance de l’Autre coté.


Dans le meilleur scénario, Zacknamaël Kantaria devenait un meilleur diplomate, obtenant la participation sans réserve de la reine Galfrey, souveraine du Mendev et du roi Madrak, protecteur de Dernier Rempart, après avoir été intronisé frère de sang d’Ulf, roi des barbares et du Sarkaris au cours d’une obscure et ancienne célébration païenne. Bien sûr, un Kantaria ne serait jamais le frère d’un humain mais l’essentiel était que les barbares le croient. De son coté, la nouvelle grande prêtresse de Pullura obtenait le concours du royaume des seigneurs des mammouths.

Dans un autre scénario, Korramzadeh le seigneur démon des Tempêtes se retrouvait cristallisé sous un ouragan de givre et de glace divine invoqué par Xena qui ne faisait plus qu’un avec Pullura.

Dans un autre, Reyan de Kercyan relâchait sur Arelu Vorlesh des forces antérieures à la création du monde qui la changèrent en une créature simiesque et apeurée. Dans des variantes de celle-ci, le pouvoir abyssal du sorcier entrainait aussi la mort de tout âme qui vive sur un rayon de neuf lieux, les plongeant dans un sommeil dont ils ne reviendrait jamais.

Dans un autre, Aliénor Sonnecolline-Toupied chantait jusqu’à l’épuisement un hymne vibrant audible jusqu’au fond de l’âme, galvanisant les paladins et barbares qui courraient au sacrifice par centaines et brisant les démons traumatisés par l’expérience inédites de verser des larmes.

Dans bon nombre de scénarii, Aërys du se résoudre à invoquer non plus des créatures célestes, sourdes à son appel à cause du blocage des effluves maléfiques, mais des créatures de la nuit pour combattre les démons. Cela avait un prix. Athiel perdait à chaque fois un peu plus de force vive pour préserver l’intégrité physique de l’archimage et chasser de son esprit le mal qui essayait de le faire céder à l’attrait d’un pouvoir absolu menaçant de le changer en elfe noir. Un des scénarii le libérait du mal grandissant par l’entremise de l’épée de Lothor, plongée dans sa poitrine. Quelles que soient les variantes de ce scénario, Lothor agissait toujours trop tôt, soucieux de protéger Athiel en sous estimant l’endurance et la force de volonté de la prêtresse d’Isaël-Elendel et empêchant surtout le mage de vaincre d’autres menaces au prix de sa vie ou de sa raison.

Dans tout ces scénarii, il y’avait bien des zones d’ombres et d’inconnus. Notamment, le cas de sa soeur Sirÿe Sirindor. Guerrière invaincue au Kyonin, qu’en était-il au milieu des démons? Avait-elle préservé son intégrité morale et farouche ou la ruse du labyrinthe d’Ivoire avait-elle réussi à modifié sa perception de la réalité?

(click to show/hide)

Dans les deux cas, elle finissait par triompher de Silure, humiliant ou asservissant le chevalier elfe corrompu à la cause de ceux qui voulait prendre le pouvoir au Kyonin.

Dans l’éventualité où elle fusse perverti par le chaos, le duo Sirÿe-Silure causait dans les rangs croisés des plaies béantes et tuait invariablement un voir deux des champions, le plus souvent Reyan qui n’avait pas compris que Silure avait fait semblait de pouvoir être affecté par son maléfice de sommeil lorsqu’ils avaient été à la rencontre de la reine Galffrey. Dans une autre variante, ils tuaient Aliénor en premier pour pousser Zacknamaël à la faute…


Dans les scénarii favorables, Sirÿe apportait une aide prépondérante à la lutte contre les démons car en tant que Gardien de la Faille, elle avait accumulé un savoir conséquent et n’avait jamais cessé d’être en contact avec le mentor acariâtre de Reyan. Plus de huit fois sur dix, elle continuait à suivre un agenda qui lui était propre et exigeait d’Aërys qu’il rentre défaire Fléau-des-Arbres et laisse sa grande soeur occire les démons de la Faille, à la recherche des « racines » d’où le démon sévissant au Kyonin tirait sa sève malfaisante.

Athiel émit un léger soupir, une brise imperceptible porteuse d’un parfum de lys. Au fur à mesure qu’elle se réveillait en s’étirant, elle intensifia nonchalamment son aura lumineuse en se redressant pour se tourner vers lui.

« Tu continues à y réfléchir… dans le noir. Et si moi, j’ai envie de te regarder, mon prince? »

Le mage lui répondit par un baiser avant de s’allonger de nouveau sur le dos.

« Lothor n’est pas là? demanda Athiel.
- Non, il m’a dit qu’il ne serait pas, pour nous laisser seuls toute la nuit puisque je pars demain.
- Cette mission que vous allez mener… Elle m’inquiète. J’ai un mauvais pressentiment, comme si c’était une aventure qui te tiendra pour toujours loin de moi.
- L’inquiétude n’est pas une bonne conseillère, Loreleï
. »

Elle aimait l’entendre prononcer son nom secret, celui qu’on ne donne qu’à l’être cher, à l’élu de son corps et son coeur.

« Redis-le.
- D’accord. Mais Lothor risque de l’entendre, ma reine.
- Tu me semble mal placé pour être jaloux
, répondit-elle en riant.
- Loreleï. »

C’est elle qui l’embrassa maintenant.

« Si j’étais jaloux ou rancunier, je m’en prendrais à un certain gouverneur.
- Je n’ai jamais donné mon nom secret à personne d’autre, moi. »


Aërys quitta la comtemplation du plafond pour la regarder. Elle avait changé, elle n’était plus la jeune prêtresse d’Isaël-Elendel venue dans la maison Sirindor parfaire son obédience à la déesse des gemmes et de la magie en se mettant au service la grande prêtresse sa mère pour peut-être lui succéder un jour et épouser le prince. Depuis des millénaires, celle qui devenait la grande prêtresse épousait l’héritier présomptif de la famille dépositaire de la Pierre Sovyrienne et gardienne du portail menant au royaume secret du même nom, celui où tout le peuple elfe se réfugia quand les oracles prédirent la chute de la Pierre-Etoile sur Golarion.
Des six prétendantes, elle avait été la seule à ne pas exprimer un discret dégout à l’idée de ce qui devait être un simple déplacement diplomatique vers le Mendev, pour assister à la célébration de Kenabrès.

« Que veux-tu savoir, Loreleï?
- Décris-la moi.
- D’accord, mais je ne le ferais plus ensuite.
- Pourquoi cela?
- Parce que son souvenir s’estompe. »


Le prince elfe décrivit une jeune humaine de grande beauté, qui comme Athiel, voyait les rayons du soleil couronner sa chevelure d’éblouissants reflets. Ce n’était pas seulement sa grande beauté qui avait attiré Aërys mais un mélange troublant entre fragilité et force, innocence et puissance. Le mage en lui avait pressenti un pouvoir enfoui dont elle ignorait encore tout. Il l’avait rencontré par l’intermédiaire d’amis dont il avait aussitôt exigé qu’ils taisent sa princière naissance. La jeune humaine était curieuse, un joyau sans faux éclats à qui il s’était présenté directement par son nom secret sans même y réfléchir car il avait su au premier regard qu’elle se donnerait à son étreinte.

(click to show/hide)
« Modifié: octobre 28, 2016, 02:41:31 am par Valaar »
Les décisions basées sur l'émotion ne sont pas des décisions. Franck Underwood, House of Cards.

Hors ligne Valaar

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 220
    • Voir le profil
Re : Sphère prismatique of many ends - Aërys Sirindor
« Réponse #1 le: octobre 28, 2016, 01:10:19 am »
Loreleï et Aldaron - car tel était le nom secret d'Aërys - jouirent à plusieurs reprises avant de s’écrouler las et comblés.

(click to show/hide)

Progressivement, alors qu’Athiel se rendormait nue contre lui, le halo de lumière qu’elle irradiait baissait en intensité. D’une pensée, Aërys fit voler la peau de loup que leur avait offert Xena pour la couvrir. Ce faisant, il eut un sourire imperceptible en se remémorant le moment de ce cadeau car l’expression de la barbare semblait exprimer qu’elle reconnaissait en Athiel une louve, ce qui n’était pas totalement inexact.

Aërys prenait les augures d’Athiel avec plus de sérieux qu’il ne le lui montrait et considéra qu’il était fort probable que la suite de son périple dans un autre plan ne connaisse jamais de dénouement. Il orienta sa concentration vers de nouveaux scénarii. Le retour dans le temps que souhaitait accomplir Reyan lui donna une nouvelle idée. Sur le fond, cela consistait à éconduire les démons en les égarant dans un paradoxe temporelle. A ceci près que leur vocation première était de souiller, de corrompre, d’assécher la terre et le Sarkaris en étant le meilleur exemple.

Dans un nouveau scénario, Aërys se teléportait en compagnie d’Athiel et de Lothor mais aussi d’Aliénor dans un lieu interdit et tenue jalousement secret. Ce projet faisait suite à une négociation de plusieurs heures avec la prêtresse et le magus. Lothor avait été le plus rapide à convaincre mais pour Athiel, cela équivalait à juste titre au pire des blasphèmes. Comme il l’avait prévu, ce fut Aliénor qui sut trouver les mots car elle savait ce que « sacrifice » voulait dire. L’halfling ne participait pas à cette mission pour ces talents d’orateurs mais pour ceux, moins connus, de voleuse. Dans les scénarii, ils échouèrent souvent avant que la solution n’apparaisse soudain via une diversion menée par Eté. Le vol de la plus précieuse des reliques elfes signerait à jamais la déchéance de la famille Sirindor.

Rassemblant cette nouvelle donne aux différentes perspectives déjà élaborées, l’archimage visualisa les victoires successives sur Korramzadeh, Areluh Vorlesh, sur une représentation de Baphomet lui-même tout cela avec l’aide de sa soeur Sirÿe avec qui il partagea sa compréhension du tatouage des Gardiens de la Faille qu’ils portaient tout deux. En effet, ce tatouage ressemblait à une spirale ou un vortex et c’est cette dernière image qui lui fit deviner quoi faire. Les démons devaient être attirés ailleurs aussi utilisa t’il la relique elfique pour que les démons s’engouffrent directement dans le royaume d’outre plan Sovyrien sans passer par le plan matériel. L’eden secret du peuple du Kyonin n’existerait plus comme planche de salut en prévision d’un futur cataclysme et la race toute entière des elfes millénaires serait à jamais piégée dans Golarion.

Que ses compagnons saluent son geste fou étaient une maigre consolation car trahir sa famille et son peuple était une faute grave et à jamais impardonnable. De fait, il irait lui aussi dans le royaume Sovyrien et en garderait la sortie mais de l’intérieur. Cela semblait une précaution superflue car l’immensité et la pureté de ce royaume à corrompre devait suffire à occuper les démons pendant des siècles et des siècles. Athiel essayait de l’en dissuader mais ceda rapidement quand il lui expliqua qu’il ne pouvait pas non plus rester à Golarion pour mener une vie de fugitif.

Toujours allongé sur le dos, l’impassible Aërys pleurait. Ses larmes se changèrent en cristal et il vit briller en écho le symbole religieux d’Isaël-Elendel au cou de sa dame de coeur.

Sirÿe continuerait de patrouiller dans le Sarkaris pour oblitérer les démons et protéger la Pierre Sovyrienne dans le plan matériel.

Athiel était partagée entre Lothor et Aërys, mais le magus lui facilita la tâche en se détournant pour cacher ses propres larmes avant de réclamer aux Justes - le surnom que l’on avait donné aux héros de l’ultime croisade - de l’aide pour éradiquer Fléau des Arbres puisqu’il devait décidément tout faire à la place des Sirindor. La colère bouillonnante de Lothor inspirait une allégeance pour lui prêter main forte. Avant de pénétrer dans le portail qu’allait bientôt refermer Aërys, Athiel saisit le bras de Lothor pour qu’il ne se détourne pas d’elle avant qu’elle ne l’ai embrassé fougueusement.

(click to show/hide)

Tous leur laissaient un moment d’intimité pour dire adieu pendant ce temps à Aërys. Le moins expressif fut Zacknamaël, fidèle à sa nature bravache.

« Aërys, tu te rappelles quand je t’ai dit que « te faire confiance prendrait du temps »?
- Ceci n’oublie rien, répondit le mage en désignant sa tête.
- Mmh… je vois. Et bien, bonne chance.
Aërys sourit avant de conclure.
- Qui a dit que je te faisais confiance? »
« Modifié: octobre 28, 2016, 02:46:24 am par Valaar »
Les décisions basées sur l'émotion ne sont pas des décisions. Franck Underwood, House of Cards.

Hors ligne Valaar

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 220
    • Voir le profil
Sphère prismatique of many ends - Never Ending Story
« Réponse #2 le: octobre 28, 2016, 01:50:30 am »
Citer
Pour la lecture de ce tout dernier paragraphe, je préconise de lancer d'abord la lecture de la musique en lien ci-dessous (en ouvrant un autre onglet), il s'agit de la "BO officielle" d'Aërys, pas partagée à table.

https://soundcloud.com/search?q=dearg%20mourning



Aërys et Athiel franchirent le portail ensemble et ils virent tous une lumière aveuglante et insoutenable qui semblait ne jamais vouloir décliner. Conformément aux derniers échanges avec Aërys, ce fut la mort dans l’âme mais confiante dans l’impératif de procéder que Xena, nouvelle grande prêtresse de Pullura enchanta plus encore la Pierre Sovyrienne pour lui conférer la protection de la déesse du Sarkaris. Un givre sacrée recouvrit avec succès l’immense artefact avant d’être suivi par une montagne de neige qui durcit comme le diamant. « Le feu sous la glace » songea Xena en se remémorant les derniers mots qu'il lui avait tenu pour la désigner.

Aliénor s'essuyait les yeux en serrant le collier d'Athiel que la prêtresse lui avait remis pour Lou. Zacknamaël affichait un air maussade et demanda à ce qu'on l'informe si d'aventure quelqu'un, reine ou pas, avait quelque chose à redire sur la supposée lâcheté des elfes.


Citer
La suite est un futur possible dont Aërys, malgré son intelligence rompu à l'exercice du champ des possibles, ignore tout.

Le passage du plan matériel au royaume Sovyrien semblait durer une éternité. Les deux elfes avaient franchi le portail ensemble, unissant leur magie pour placer des glyphes de protections sur des parois intérieures intangibles et pour générer un champ de force éternel. Les méandres de cette chute défiant les lois de la physique ne purent empêcher les amants de se rejoindre. Autour d’eux, le décor changeait mais ils en avaient cure. Plus que jamais, l’aura lumineuse de la prêtresse irradiait. Ils communiquèrent entre eux sans avoir a prononcer le moindre mot.

« Tu es lumineuse, Loreleï.
- Et toi, comment fais-tu pour capter ainsi la lumière à chaque instant ?
- Parce que quelque soit l’endroit où je suis, je sens ta présence qui m'éclaire. »


(click to show/hide)

Aldaron et Loreleï s’étreignirent ainsi en apesanteur, ne formant plus qu’un à travers leur baiser et leurs larmes de joies et d’ivresses. Ils atteignirent l’Elevation, un terme mésestimé au Kyonin alors que celui-ci est à l’origine du mot « Elve » ou « Elfe » en commun. De l’autre coté de la Pierre dans le royaume Sovyrien, s’ils en étaient seulement capables, les démons pourraient voir ces deux corps longilignes enlacés en apesanteur dans l’immense émeraude. Les plus téméraires qui regardaient la relique perdirent presque instantanément l’usage de la vue et ceux qui osaient s’en approcher brulaient d’un feu divin que nul immunité ne protégeait.

(click to show/hide)

Dans un tout autre lieu, deux elfes, un homme et une femme, apparurent par enchantement dans la forêt de Mériani. Isaël avait été magicienne et Elendel tailleur de pierres précieuses. Leur amour avait créé une entité, une divinité connu sous le nom d’Isaël-Elendel dont le domaine était la magie et les gemmes.
La disparition de la Pierre Sovyrienne, sa supposée corruption et la détresse qui en résulterait verrait progressivement la foi au culte de cette divinité décliner. Mais c’est sans compter l’essence intrinsèque de la réincarnation de la race elfe, où les êtres les plus vils accomplissaient leur nouvelle vie dans le corps d’un elfe noir tandis que d’autres plus purs auraient le corps d’une grive colorée.

Et un jour viendrait où une nouvelle croyance, porteuse d’espoir et de réponses au travers de la magie et des cristaux serait vénéré sous le nom d’Aldaron-Loreleï.


(click to show/hide)

« Modifié: octobre 28, 2016, 03:11:30 am par Valaar »
Les décisions basées sur l'émotion ne sont pas des décisions. Franck Underwood, House of Cards.

Opale Campagnes  |  Pathfinder  |  IdF - Dorothée  |  Livre I – L’Invasion de la Plaie du Monde (Modérateur: Dorothée)  |  Sphère prismatique of many ends - Aërys Sirindor
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.14 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !