gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102278 Messages dans 7468 Sujets par 812 Membres - Dernier membre: Tomar mai 26, 2019, 09:06:33 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Dorothée  |  Livre I – L’Invasion de la Plaie du Monde (Modérateur: Dorothée)  |  Un voyage très attendu
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Un voyage très attendu  (Lu 546 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Aliénor

  • Newbie
  • *
  • Messages: 17
    • Voir le profil
Un voyage très attendu
« le: avril 27, 2016, 09:39:42 am »
- Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Zaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaack ! Regaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarde !

 

Aliénor attrapa un bout de l’armure de Zack. Elle tira dessus de toutes ses forces, sans un regard vers son ami. Il fallait qu’il avance plus vite !

La queue de chat, les oreilles frétillantes et les yeux pleins d’étoiles, la jeune halfeline ne se rendait pas compte que ses pieds martelaient vainement le sol. Le paladin n’était visiblement pas pressé.

Pourtant, il fallait se dépêcher. Ils étaient enfin arrivés au Cœur du Défenseur.

 

Le petit cœur d’Ali allait exploser dans sa poitrine en million de papillons. Enfin, chez elle ! Oh ! Ils ont réussi à faire un petit potager. Eh ! En voilà une pierre qu’elle ne reconnaissait pas. Elle serait bien plus jolie avec quelques coups de peinture. Hiiii ! Le banc de grand père ! Il était encore là, à sa place. Ali poussa un petit rire. Elle repensa aux longues discussions tardives avec son grand-père, souvent raccourcies par la visite de Totor ou de Freerik. Ca agaçait grand-père, mais faisait beaucoup rire Ali !

Elle reconnu ce recoin ombragé, entre deux rosiers, où Freerik l’avait embrassé pour la première fois. Ses joues rosirent. Ses cheveux prirent une teinte dorée et quelques mèches roses naquirent de ci-delà. Le sourire plus grand que jamais, Aliénor pensa à son mari. Ah ! Qu’il était beau. Et le petit Lou… Qu’est-ce qu’il aurait ri dans ce potager où elle avait grandi ! Il aurait goûté aux légumes fraichement cueillis et senti les odeurs délicieuses des rosiers en fleurs.

 

Le regard d’Aliénor embrassait l’auberge de son enfance et de délicieux souvenirs l’inondaient.

 

Les yeux de la barde s’arrêtèrent sur une pierre. Joliment taillée, elle était entourée d’autres, solides et massives. On y devinait des marques du temps, des noms gravés par les amoureux de passage et les restes d’un lierre trop aventureux. Au centre, cette pierre-là était différente. Elle était plus jeune, plus claire, plus parfaite. On aurait dit qu’elle venait d’être taillée dans la roche. Ses contours étaient droits et lisses.

 

- Tiens, c’est bizarre Zack, je ne reconnais pas cette pierre ! On dirait qu’elle vient de naître.

- ….. reconstruction …. Tu sais…. Destruction ….

 

Ali n’entendait pas tous les mots prononcés par son ami. Elle venait de comprendre. La pierre avait été remplacée. Détruite lors de la chute de Kénabres, elle n’était plus assez forte pour soutenir ses voisines. Cette nouvelle pierre ne connaissait pas encore l’histoire de l’auberge. Il faudrait lui raconter, songea la barde, pour qu’elle soit assez forte, comme les autres. Il faudrait lui…

 

- ALIENOR SONNECOLLINE TOUPIED ! ZACKNAMAEL !

- Maman !!!!

 

Aliénor se jeta dans les bras de sa mère. Ou était-ce plutôt sa mère qui, courant vers elle depuis la porte de l’auberge, s’était jetée dans ses bras ?

L’halfeline respira le doux parfum de son enfance, un mélange de tarte à la pomme et de… tiens, ça, c’est une odeur nouvelle ! Un peu pimentée. Mais pourtant sucrée. On dirait… une nouvelle sauce ? Il fallait qu’elle voie ça avec son père pour lui chaparder (discrètement et avec diplomatie) la recette.

 

 

 

 

 

Un peu plus tard, autour des miettes d’une tarte succulente aux pommes.

 

« ALIENOR SONNECOLLINE TOUPIED ! »

Rosemarie Sonnecolline regardait sa fille. Elle avait osé ! OSE ! Ne pas lui ramener son petit-fils, après tous ces mois… Elle qui avait travaillé si dur pour faire la chambre du petit Lou à la place d’une de celles réservées aux halfelins de passage.

Elle était en colère et triste. Mais surtout très excitée à l’idée d’être grand-mère ! Sa grand-mère disait toujours : il faut de tout pour faire une bonne tarte au reste ! Il fallait bien de tout pour faire une bonne grand-mère, non ?

 

Aliénor avala sa dernière bouchée de tarte et pris un temps étrangement long à mâcher, avaler et apprécier la tarte amoureuse confectionnée par sa maman.

«  Oui ? », risqua-t-elle.

« ET MON PETIT FILS ? OU EST-IL ? OU EST LOU ? »

Aliénor avait bien sûr déjà réfléchi à la question. Mais Freerik refusait CA-TE-GO-RI-QUE-MENT d’amener l’enfant à Kénabres avant un certain temps…

 

« Il est euh… tu sais avec son père.

 - ET POURQUOI N’EST-IL PAS AVEC TOI ? »

Oh la la. Ça chauffe. Vite, vite. Ali, vite ! Trouve une SO-LU-TION.

 

« Parce que c’est trop dangereux ! Mais il est très bien, tu sais. Avec Freerik, ils… euh… visitent souvent Drezen et…

- QUOI ? UN BEBE ? VISITER UNE FORTERESSE ?

Oups.

- Oui, enfin… tu sais, ils se baladent, prennent l’air.

- L’AIR ? ET IL EST COMMENT L’AIR LA BAS ? IL SERAIT CENT FOIS MIEUX ICI ! »

Les joues de Rosemarie commençaient à gonfler. Son cou, habituellement blanc et parsemé de taches de rousseur, commençait à rosir. Ses cheveux frisotaient. Ses yeux s’arrondissaient à vue d’œil. Elle pinça ses lèvres. Ca y est, elle est en colère, pour de bon. Aliénor Sonnecolline Toupied, tu es une sotte ! Mais une sacrément jolie sotte. Utilise la diplomatie, tes charmes naturellement irrésistibles et ta douce voix. N’oublie SURTOUT pas les oreilles de chat. Ça marche avec Zack, ça doit bien marcher avec maman.

 

«  ET IL EST OU MON PETIT FILS ? HEIN ? JE NE L’AI TOUJOURS PAS VU, MOI ! SA GRAND MERE !

- C’est qu’on attendait le bon moment avec Freerik pour te le….

- ET C’EST QUAND CE BON MOMENT ?

- Bientôt ! Oui, oui, très bientôt ! Tu saisonavaitprévujustementdeveniravecFreeriktousles troisvousvoiravecpapaonseraittouslesquatreouitouslesquatreavectoietpapaetgrand-pèreaussiet…

- ALIENOR SONNECOLLINE TOUPIED, CESSE DE PARLER EN CONTINU ! DONC VOUS VENEZ ? NOUS VOIR ? ENFIN ! AVEC LOU ? OUI, BIEN SUR ! SUIS-JE BETE. TU NE FERAIS PAS CA DEUX FOIS A TA MAMAN. Donc il faudrait commencer à prévoir une chambre, non deux, … si une, et du pain, des draps propres, et… MAIS TU ES SURE QUE VOUS VENEZ ?

- Oui, oui, d’ici la prochai…

- LA PROCHAINE LUNE !

- Euh, oui, voilà ! La proch…

- MAIS C’EST BIENTOOOOOOOOOOOOOOT ! OH LA LA. VITE, JE VAIS PREPARER LA CHAMBRE. »

 

Ouf, on était sauvé ! Maman était calmée, heureuse, joyeuse, enthousiaste, excitée et … Mais où était-elle partie ? Ah oui. Préparer la chambre de Lou. Pour quand on viendra. A la prochaine lune. LA prochaine lune… Comment allait-elle annoncer ça à Freerik ? Et à Zack ? Tiens, où était-il passé lui aussi ?

Aliénor sonda la salle de l’auberge. Caché. Il s’était caché en voyant maman commencer à s’énerver !

«  ZAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAACK ! » Aliénor partit d’un pas décidé, assuré et très mignon, vers son ami paladin. Il fallait qu’ils discutent tactique.

 

 

 

Un peu plus tard, sur le chemin du retour à Drezen…

 

- Dis, comment on va faire, Zack ?

- Ca, je ne sais pas. Mais on n’a pas le choix, il faudra y aller… d’ici la prochaine lune.

- Mince.

- Oui, comme tu dis. Mince.

Hors ligne Aliénor

  • Newbie
  • *
  • Messages: 17
    • Voir le profil
Re : Un voyage très attendu
« Réponse #1 le: avril 28, 2016, 20:33:01 pm »
« Ali chérie, tu es sûre que tout va rentrer ? »
Freerik était adossé au mur, les bras croisés. Il regardait avec amusement sa femme. A côté d’elle, trois piles de draps, vêtements et objets en tout genre, de la marmite aux flèches. Tout était destiné à rentrer dans son sac de voyage.

« Tu sais, ils ont aussi des draps là-bas. Et des marmites. Et du pain. Et… des pommes de terre ?! »
« Oui ! Parfaitement, ils ont tout ça. »
« Mais… ? »
« Mais il n’y a jamais trop ! »

Le doux murmure d’Aliénor réfléchissant à voix haute parvenait aux oreilles du halfelin. De dos, ses boucles blondes ondulaient au rythme de ses mouvements. De temps à autre, elle s’arrêtait, regarder le plafond, un doigt sur le menton. Puis en levait un autre, en poussant un petit « ah oui ! » et se remettait de plus belle à sa tâche. Non, elle ne s’arrêterait jamais. Et non, il n’arrêterait jamais de l’aimer.

Un pas, puis un autre. Freerik avançait vers sa femme, sans un bruit. Il souriait. Elle était peut être bien meilleure que lui en perception, mais ainsi occupée, il la devançait largement.
Elle continuait, ignorante du danger. Il se mordit la lèvre pour ne pas rire. Là, bientôt. Il était tout près. Il ne devait plus respirer, plus faire le moindre bruit, sinon elle l’entendrait.
Ca y est, il y était presque, et…

« Freerik, je t’ai entendu. »
« Ah oui ? Et as-tu entendu ça ? »

D’un coup, sans lui laisser le temps de se retourner, il lui prit des mains une énième casserole en cuivre et couru se réfugier derrière le lit.

« Tu ne pourras pas l’emmener, celle-là ! » dit-il, en lui lançant un regard de défi.
« Ah non ?  répondit-elle en riant, les poings sur les hanches. »
« Non, il faudra que tu viennes la chercher ! »

Freerik basculait d’une jambe à l’autre. Il avait  bien l’intention de la faire venir à lui, qu’il puisse l’attraper et la chatouiller jusqu’à ce qu’elle abdique. Peut-être que comme ça, il parviendrait à l’arracher quelques instants de ses préparatifs.
Cela faisait bien cinq jours qu’Aliénor courait dans tous les sens. Tout devait être parfait pour le voyage chez sa mère. Freerik l’aidait lorsqu’il pouvait, même si il le savait bien, Ali refaisait tout ce qu’il avait fait dès qu’il avait le dos tourné. Mais au moins, il passait un peu de temps avec elle.

« D’accord. » dit-elle avant de disparaitre.

« Hop ! Voilà, je l’ai ! »
Aliénor était derrière Freerik et tenait dans ses mains la casserole.

« Tricheuse ! » lâcha Freerik dans un rire.

« Ah non. Pas tricheuse ! N’oublie pas, je suis une TUEUSE DE DRAGON. Une casserole dans les mains d’un halfelin, si beau et fort soit-il, ne me fait pas peur ». Lui répondit-elle avec un clin d’œil.

« D’accord, d’accord. Tueuse de dragon. Je ne voudrais pas vous mettre en colère ! »

Freerik s’approcha. Qu’est-ce qu’elle était belle, sa petite tueuse de dragon. Doucement, il déposa une main dans la nuque d’Ali et l’autre sur ses hanches. D’aussi près, il pouvait sentir son souffle et l’odeur sucrée de son parfum. Cette odeur… il ne pourrait jamais s’en passer. Elle l’avait, sans qu’il ne sache comment, transmis à leur fils.
Ses deux amours… Ses deux raisons de vivre…
Que ferait il sans eux ? Que deviendrait-il ? L’idée d’un jour perdre sa femme et son fils…
Un déchirement au cœur. Une douleur sans nom.
La peur, peut-être ? La peur qu’un jour il ne puisse plus sentir cette odeur. La haine, sinon ? La haine pour celui qui oserait porter la main sur eux. L’amour, autrement. Un amour sans nom, sans fin.
Il attrapa ces boucles blondes qu’il aimait tant. Resserra son l’étreinte.

« Ali, je… »

Aliénor déposa un doigt sur les lèvres de l’homme qu’elle aimait. Elle ne voulait pas entendre ces mots. Elle les connaissait trop bien. Ils frappaient son âme toujours aussi violement. Comme une vérité qu’elle voulait taire. Comme une lumière trop vive, trop éblouissante, qui rend malade, qui déchire et qui prend feu. Un voile abaissé sur sa vie faite uniquement de bonheur. Non, elle refusait d’entendre ces mots. Ils étaient trop douloureux.
 
« Non, ne dis rien… »

Ils échangèrent un regard, un seul. Mais un regard qui disait tout. Un regard plein d’amour et de promesses. Ce soir, ils s’aimeraient. Et demain, ils se promettraient de ne jamais sombrer dans la peur et le malheur. Ce voyage ne serait pas la fin.

Hors ligne Aliénor

  • Newbie
  • *
  • Messages: 17
    • Voir le profil
Re : Un voyage très attendu
« Réponse #2 le: mai 02, 2016, 22:02:09 pm »
« Oh la la ! Oh la la ! Oh la laaaaaa ! On vooooole ! Freerik, Lou, on vole ! »

Maman parlait vite et fort. Lou était habitué au débit de paroles de sa maman, mais là, elle lui faisait mal aux oreilles. Il ne comprenait pas très bien ce qu'elle disait : ils volaient ? Ils volaient quoi ? Et pourquoi ? Ils étaient les gentils, eux ! Pas les vilains méchants dé-euh-aime-eau-haine, comme les appelait papa.
Il avait entendu parlé de vilains croisés qui avaient volé les petits pains de maman à l’auberge. Il y avait aussi Totor qui volait beaucoup dans le garde Manger, mais il était gentil, lui, il donnait souvent à grignoter à Lou.

Non, vraiment, il ne comprenait pas pourquoi maman, papa et lui volaient quoique ce soit...
Il fallait demander à maman, parce que maman, elle sait tout ! On dit même que c'est une bavarde. Il ne savait pas trop ce que ça voulait dire, mais plus tard il voudrait êtreun bavard comme elle ! Ça avait l'air chouette.

Mais bon, elle allait encore lui répondre dans un langage qu'il ne comprenait pas, à base de « gouzigougouzizigou », puis en faisant des grimaces et en riant et en l’inondant de baisers tout mouillés.

« Ali chérie, ne te penche pas trop, quand même... Tu ne voudrais pas servir de déjeuner aux... Euh... D-E-M-O-N-S ? »

Se pencher ? Pourquoi maman se penchait-elle ?

Hou la la ! Pourquoi on bouge comme ça ? Hou la. Maman ? Papa ? J'ai un peu peur, là. [traduction : areuhblubligouziblup]

Lou agitait ses mains dans tous les sens. Il ne savait pas ce qui se passait,  mais il se sentait balancé par de grands mouvements. Comme lorsque son parrain  Zackounet le prenait dans ses bras. Ça faisait de très grandes vagues parfois beaucoup trop lentes, parfois beaucoup trop rapides. Et, à chaque fois, il recrachait tout son déjeuner ! Mais il n'entendait pas parrain Zackounet et sa grosse voix de chef.  Il ne sentait pas non plus son odeur, un peu salée et acre. Non, parrain Zackounet n'était pas là.

Blurps. Une petite bulle. C'était pas bon ça, ça sentait le déjeuner qui s'en allait salir les robes de maman...

Il commençait à avoir froid.

Il n'entendait plus papa et maman.. Mais que se passait-il ? Est-ce qu'ils l'auraient oublié ??? Oh non... Il était tout seul ? Pendant que ses parents volaient ? De petites larmes commençaient à sortir de ses petits yeux... Non... Ne m'abandonnez pas.... Puis j'ai faim... Comment je ferais pour manger ? Snif. Même Totor n’était pas là. Il en était sûr : il ne l'entendait pas mâchouiller.

« Freerik, ne t'endors pas ! Debout, debout ! »

Ouf ! Ils s'étaient juste endormis.

Puis Lou sentait le doux parfum sucré de sa maman et celui de son papa. Tout allait bien, ils ne l'avaient pas oublié. Mais... Il y avait une autre odeur. Inconnue. Ça sentait... La poussière, comme quand maman l'amenait dans quelques recoins de la citadelle de parrain Zackounet. Ou non, plutôt la paille.

Hiiii ! Qu'est ce que c'était que ce bruit, maman ? C'était fort, plus fort que ta voix, et plus aigu. On aurait dit... On aurait dit... Un gros cri. Puis c'était tout près ! Ça avait fait vibrer le sol. Tiens, d'ailleurs, il était moi ce sol où il était assis. Puis ça bougeait. En haut, en bas. En haut, puis en bas. Comme quand il était posé, l'autre jour, sur le ventre de parrain Zackounet quand il avait trop bu ! C'était rigolo. Hihihi.

Encore ce bruit ! Brou.... Ça faisait peur. Maman ? [traduction : ouin]

«  Tout va bien, Neige ? »

« Ali chérie d'amour, es-tu sûre que c'est normal ? »

Neige ? Neige.... NEIGE ! Oui, il connaissait ce nom ! Neige était le griffon dont parlait tout le temps maman. Ils étaient avec Neige ?

Mais, c'était quoi un griffon ? Un autre métier super chouette ? Enfin, ça a l'air moins chouette que bavard, vu que maman dit tout le temps que Neige a bien mangé le foin et les fleurs qu'elle lui a apporté, plutôt que la viande promise par parrain Zackounet...

En tout cas, ça fait un sacré bruit !

Bouh... Il fallait vite qu'ils arrivent. Lou ne se sentait vraiment pas bien... Son petit ventre grognait. Sa bouche se tordait. Ses joues dodues rosissaient. Il ferma fort les yeux. Renifla le parfum de sa maman... Rien n'y faisait, c'était certain, il allait tout vomir sur maman !

Décidément, le vol, Lou n'aimait vraiment pas ça...

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Dorothée  |  Livre I – L’Invasion de la Plaie du Monde (Modérateur: Dorothée)  |  Un voyage très attendu
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !