gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102245 Messages dans 7462 Sujets par 810 Membres - Dernier membre: Tribal février 16, 2019, 05:51:38 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - jeff75006  |  CR (Modérateur: jeff75006)  |  CR du 7 novembre 2015 : explosion des labos de la NWI - audition top secrète
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: CR du 7 novembre 2015 : explosion des labos de la NWI - audition top secrète  (Lu 463 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne fredyl

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Extrait des auditions de Timothy Albertson auprès de la commission d'enquête mixte relative aux événements d'août 1929 – DOCUMENT CLASSE SECRET DEFENSE


1ere partie : San Francisco.

Monsieur le Secrétaire d'Etat, mon général, monsieur le sénateur,

Je vous remercie de m'avoir convoqué à cette audition had oc afin de vous apporter mon éclairage sur les événements tragiques de ces dernières semaines. Je vais tâcher de vous relater les faits tels que je les ai vécus et vous laisserai le soin d'en tirer toutes les conclusions.

Cela fait maintenant 19 ans que je travaille loyalement pour le ministère. Lorsque mon ami Phillip Jurgens avait annoncé il y a quelques temps son départ de Washington pour un nouveau poste dans le privé, au siège San-franciscain de la NWI, ma déception avait été compensée par notre curiosité quant aux informations en off qu'il serait susceptible de nous fournir. Ainsi que je l'ai déjà indiqué au chef de cabinet de mon ministère de tutelle, cela faisait déjà quelques années que nos services avaient repéré les vastes mouvements de capitaux opérés au sein de la nébuleuse de la NWI, et en dépit de la bonne réputation dont bénéficiait ce conglomérat dans la presse, les salons mondains, mais aussi le milieu scientifique, nous en avions déduit au ministère que toutes ces opérations financières masquaient probablement une fraude fiscale de grande ampleur, voire une organisation mafieuse : cette compagnie était dans notre collimateur depuis longtemps et j'étais personnellement chargé de ce dossier épineux.

Le dossier à charge contre la NWI piétinant quelque peu du fait de notre difficulté à réunir des preuves de fraude, j'ai aussitôt obtenu le feu vert de mon chef de département ainsi que de l'agent comptable pour me rendre en urgence à San Francisco lorsque Phillip Jurgens m'a contacté par téléphone en juin dernier pour me signifier qu'il avait en sa possession des documents extrêmement compromettants quant aux activités occultes de la NWI. J'étais alors loin de m'imaginer à quel point ces activités « occultes » dépassaient le cadre de la simple fraude fiscale.

En arrivant à San Francisco fourbu par ce long trajet de plusieurs milliers de miles effectué en seconde classe, j'ai étonnement appris que Phillip Jurgens avait confié en urgence cette valise de documents compromettants à un groupe constitué d'une poignée hétéroclite d'amateurs de paranormal. Soupçonnant de prime abord que ces derniers soient à la solde d'un gouvernement étranger désireux de mettre la main sur les dernières trouvailles technologiques de la NWI, j'ai décidé de jouer les benêts le temps qu'ils abattent leurs cartes. En fait d'agents à la solde d'un gouvernement étranger il s'agissait surtout d'authentiques patriotes et le dénouement de cette affaire aurait sans doute été autrement plus douloureux s'ils ne s'étaient pas interposés au péril de leur propre vie sur le chemin de Chandler et de sa clique.

Le chef non désigné de cette bande s'appelle Wilhem Kandys, un scientifique de seconde zone qui n'a manifestement pas eu la carrière qu'il méritait eu égard à sa curiosité intellectuelle remarquable. Il était flanqué d'un archéologue d'origine française prénommé Leon Boy, d'un vétérinaire ayant manifestement loupé sa vocation de médecin du nom de Matthew Cardson, ainsi que d'un colosse britannique du nom de Ron Palmer. Mais la véritable tête pensante de ce groupe n'est autre qu'un médium assez connu de Boston – Paul Lemond – qui n'a pas pu mener les enquêtes de terrain pour raisons de santé, ces gens étant par ailleurs financés par Robert Carrington, riche industriel de la côte est que vous connaissez tous au moins de réputation. Ce groupe hétéroclite – que j'appellerai le groupe Lemond - a donc été livré à lui-même et a mené son enquête pendant de longs mois avec une incroyable efficacité malgré des moyens très limités (tant sur le plan intellectuel que logistique).

Après avoir établi un embryon de confiance réciproque avec les membres de l'équipe Lemond, j'ai pu avoir accès à l'ensemble des documents qui leur avaient été remis à la hâte par Jurgens. Et à la vérité, certains m'ont immédiatement fait froid dans le dos. Je veux ici notamment parler des clichés des pseudo expériences scientifiques menées par la frange dépravée de la NWI. Mais pas seulement, car j'ai rapidement pu voir qu'en sus des soustractions importantes de capitaux étaient destinées à financer des groupes politiques étrangers... la fraude fiscale n'étant au final qu'un aspect secondaire de cette affaire. La piste mafieuse devenait désormais une certitude : les projets de la NWI étaient bel et bien une déstabilisation étatique massive en vue d'un effondrement des états et l'instauration d'une nouvelle ère où une compagnie transnationale telles que la NWI menée par le charismatique Chandler pourrait alors contrôler tout un pan de la société américaine et même de notre civilisation occidentale, hypothèse que les tragiques événements du 15 août (heureusement moins virulents que prévu) confirmeront par la suite.

Jurgens ayant proposé de livrer une seconde salve de documents encore plus explosifs à ce quatuor d'enquêteurs le soir-même au siège de la NWI et alors que j'étais pourtant fourbu du voyage, je décidai alors de me joindre à leur groupe afin d'y rencontrer Jurgens et de mettre la main sur le reste des documents. Toutefois, le groupe Lemond était très réticent à s'y rendre car craignant le piège grossier : après moult palabres, décision fût prise que seuls Kandys et son garde du corps Palmer se rendraient au rendez-vous. Je fus toutefois autorisé à les accompagner.

Une fois parvenus devant siège de la NWI, nous aperçumes une silhouette qui patientait, et comme il commençait à faire sombre, difficile pour moi de savoir si c'était bien Jurgens. Palmer et moi sortimes de notre véhicule, tandis que Kandys par prudence patienta dans la voiture. Lorsque la silhouette s'adressa à nous, je reconnus Jurgens, mais bizarrement, lui ne me reconnut pas ! Il réclama également la présence des autres membres du groupe Lemond et paru contrarié lorsqu'il réalisa que seul Palmer était venu au rendez-vous. Il était dès lors plus qu'évident que quelque chose ne tournait pas rond.

Lorsque Jurgens nous tendit des badges visiteur et nous fit pénétrer dans le hall d'accueil de la NWI en nous invitant à le suivre dans les locaux, mon pressentiment de guet-apens se mua en alerte rouge. A l'instant où il me demanda mon nom alors même que trois ans plus tôt il avait été présent à la communion de ma fille, je luis servis aussitôt un mensonge me permettant de m'esquiver derechef et de détaler sans demander mon reste sans m'aventurer plus loin que le hall. Je décidai de laisser le seul Palmer se dépêtrer dans ce guet-apens manifeste, mais ce dernier fit quelques pas dans ma direction pour tenter de me convaincre de rester et de récupérer les documents... et c'est ce qui lui sauva la vie.

Car c'est alors que l'impensable se produisit : selon les dires de Palmer, le visage de Jurgens s'empourpra et il mit aussitôt les mains à la tête comme en proie à une migraine aigüe. Personnellement, j'étais de dos et n'ai rien vu, mais toujours selon Palmer, Jurgens explosa littéralement tel une bombe humaine et nous fûmes violemment projetés à plusieurs mètres. J'accorde une totale crédibilité au récit de Palmer car des morceaux de cervelle, de viscères, de sang mais aussi de métal, vinrent s'échouer sur son pardessus tandis que je ne fus moi même que partiellement maculé par un petit bout de cervelle.

Nous détalâmes sans demander notre reste et nous engouffrâmes dans le véhicule conduit par Kandys qui démarra au quart de tour. Ce n'est pas tous les jours que l'on est visé par une tentative d'assassinat, et durant le trajet nous reconduisant à l'hôtel, j'avoue avoir été pris de quelques débuts de tremblements. Nous dûmes improviser une toilette sommaire dans le véhicule afin de ne pas susciter l'effroi en pénétrant dans l'hôtel.

A la faveur de la nuit, Taylor avait décidé à son corps défendant d'interroger une sectatrice de Rhon-Paku, un groupuscule religieux pacifiste ayant un temple à San Francisco, malheureusement complètement instrumentalisé par les gens dépravés de la NWI dont je ne compris qu'un peu plus tard l'importance. Faisant parler son potentiel de séduction, il lui tira les vers de nez et comprit définitivement que les membres de cette secte étaient manipulés et qu'à la date du 15 août une cérémonie menée de concert aux quatre coins de la planète ferait office de déclenchement pour des opérations de déstabilisations massives à travers le monde, impulsées par tous ces groupuscules extrémistes financés par la NWI.

A ce moment précis, je me demandai si ce complot n'était pas fomenté en sous-main par les bolchéviques, mais les membres du groupe Lemond, dans leur paranoïa, étaient quant à eux persuadés que le soulèvement en préparation émanait carrément d'une entité occulte, voire extraterrestre. Je laisserai toutefois à chacun des membres de cette commission le soin de se forger son avis au regard des divers témoignages recueillis.

Dans la nuit, les locaux de la NWI furent complètement ravagés par les flammes... Dans un premier temps, nous pensâmes naïvement que l'explosion de Jurgens avait été le déclencheur de l'incendie. Mais nous apprîmes de source sûre (via l'un des plus hauts-gradés des pompiers de San Francisco) que cet incendie qui fit la une des journaux résultait d'un sabordage méticuleux des membres de la NWI eux-mêmes, sans doute apeurés par l'irruption d'un groupe de fouineurs tels que les membres du groupe Lemond sur le point de découvrir le pot-aux-roses.

Intimement convaincus que la date du 15 août marquerait la date de l'ouverture des hostilités, les membres du groupe Lemond décidèrent alors de se rendre en Egypte, persuadés qu'ils étaient que Chandler y serait afin de lancer le début des manoeuvres contre les Etats-Unis d'Amérique et de nombreux autres Etats alliés à distance sans éveiller le moindre soupçon. Peut-être afin de mieux se poser ultérieurement en tant que sauveur, qui sait ?

Afin de contrecarrer au mieux ce complot aux ramifications mondiales, Cardson se proposa alors d'aller saboter par tous les moyens (faux mantras de cérémonie, décalage des dates de début de cérémonie, destruction d'édifices, sabotage des encens cérémoniels) les temples de Rhon Paku à travers le monde afin de désynchroniser le signal de départ des émeutes autant que possible. Malgré son regard lubrique et quelques perturbations mentales, je dois reconnaître que Cardson était étonnement clairvoyant quant à l'importance des agissements de cette secte dans le déclenchement des hostilités. Pour ma part, ayant obtenu l'aval du chef de cabinet du ministre, je décidai d'accompagner le reste du groupe Lemond en Egypte où des événements décisifs pour le futur de notre civilisation allaient se dérouler. Nous n'étions toutefois pas au bout de nos surprises...
« Modifié: décembre 15, 2015, 01:31:44 am par fredyl »
J'ai un plan !

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - jeff75006  |  CR (Modérateur: jeff75006)  |  CR du 7 novembre 2015 : explosion des labos de la NWI - audition top secrète
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !