gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102324 Messages dans 7472 Sujets par 913 Membres - Dernier membre: pepeARea décembre 08, 2019, 00:43:31 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - jeff75006  |  CR (Modérateur: jeff75006)  |  CR 21-08-2015 : party on the beach
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: CR 21-08-2015 : party on the beach  (Lu 676 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Vincent_B

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 141
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
CR 21-08-2015 : party on the beach
« le: septembre 07, 2015, 22:18:22 pm »
9 juin (suite et fin)
Retour au temple de Rhon Paku, toujours au croisement des rues Tailor et Colombus.
Nous prenons une limonade au bar d'en face histoire d'en savoir plus sur ce temple : Gloria (Hurtado) c'est de la bombe! A par ça, RAS, ce sont de gentils citoyens, bien braves.
Nous rentrons à l'hôtel et discutons des diverses possibilités qui s'offrent à nous.
L'idée de forcer la porte du Temple est évoquée... mais abandonnée.
Je vais dire bonsoir au petit personnel féminin de l'hôtel, histoire de garder le contact.
Nuit tranquille

10 juin
Nous retournons au temple à 2 voitures, moi avec Ron. Léon et Willhem rentrent à l'intérieur. J'explique le fonctionnement de ma voiture à Ron. Et j'essaye avec succès de le retenir d'y aller et d'appliquer des méthodes qu'on peut qualifier de violentes (elles le mèneront d'ailleurs à nouveau au commissariat). Finalement j'aurais dû rentrer aussi pour discuter avec cette charmante Gloria. Voire plus.
A l'intérieur, Gloria (c'est de la bombe!) va presque directement vers Willhem et lui parle : il obtient ainsi des informations sur le culte et Ronn Paquu. Ainsi que divers textes sur le culte (est-ce qu'il y aurait un lien avec Nicolas Roerich?). Mais au final, aucune révélation, ni élément tangible qui ferait le lien avec nos investigations en cours.
Nous décidons alors d'aller à Pearl Beach (seconde adresse trouvée lors de nos pérégrinations en sous-sol), mais j'ai un éclair de génie : "Et si on se renseignait sur l'endroit avant d'y aller?"
Nous nous scindons aussitôt en deux groupes : l'un va à la bibliothèque de la ville et l'autre au journal local. Ron a rapidement une algarade avec un journaliste un peu susceptible ; ou ayant un peu d'amour propre. Il s'est quand même pris une baffe de Ron (ce qui équivaut à un violent coup de poing), appelle la police, et sort sa batte de baseball. Ron se retrouve rapidement au commissariat.
A la bibliothèque, nous trouvons la trace du naufrage des parents d'Edward, les Chandlers, en juillet 1910, les restes de leur bateau ayant été trouvés à Pearl Beach par un dénommé Peter Baird (un ermite du coin).
Pendant ce temps-là, une petite baston a lieu au commissariat : 3 cops sur Ron; KO et nez cassé. "Avec des matraques, c'est pas fair-play" lâche-t-il déconfit. Mais au moins il est libre… de recommencer? La police est-elle vraiment responsable? Mais les buts de Ron me paraissent toujours aussi obscurs qu'au premier jouer : est-ce parce qu'il est anglais? Un problème de décalage horaire? Prend-il du laudanum?
Je découvre que Willhem consomme justement du Laudanum... mais il ne veut rien dire. Pourquoi? Est-ce que cela aurait une signification abominable? Pourquoi ne me fait-il pas confiance, à moi, un homme de médecine! Est-ce suspect? Ou un signe qu'il perd la raison lui aussi?
Nous nous retrouvons à l'hôtel après nos investigations et partageons nos informations.
Puis, après un rapide sandwich, nous nous mettons en route vers Pearl Beach à 13hW.T.
A 15h30 nous touchons enfin au but : l'endroit est un coin paumé, loin de tout et désert.
La route cède la place à une piste sommaire qui mène à pas grand-chose. Il faut finir à pieds pour atteindre la plage. Et n'y trouver que du sable et des rochers. Normal.
Nous repérons néanmoins 3 traces de foyers récents sur le sable. Mais ne pouvons en déduire grand-chose. Si ce n'est que, bien que située près de l'orifice anale du monde, cette plage est régulièrement fréquentée, de nuit. Peut-être des consommateurs de Laudanum qui cherchent la tranquillité?
Inspirés par la recherche du fameux Peter Baird, nous repérons 1 fumée plus loin le long de la côte : il y a une cabane à 2 km, elle aussi complètement isolée.
Stupeur (mais tranquille la stupeur ; nous devenons presque coutumiers des événements stupéfiants, les surprises, bien qu'inattendues par nature, nous frappent moins ; ou alors c'est un effet du Laudanum. Ou de Gloira CdlB), il y a un signe des anciens au-dessus de la porte de la cabane. Un vieux (Peter Baird) sort et tire en l'air. Difficile de discuter avec cet énergumène. Et Ron dans les parages.
Je le prends donc à part (Peter, pas Ron) et j'essaye de l'amadouer : alcool, clopes et baratin. Je n'ai pas de prostituée sous la main. Les informations sont parcellaires :
 -   La nuit, des chinois viennent (une contrepèterie?).
 -   Le bateau des Chandlers aurait été "mordu". Et pas éventré par un rocher.
 -   Le signe des anciens date de son père qui l'a ramené du Pacifique et a enjoint sa descendance à le conserver précieusement.
Nous fouillons un peu les environs : rien.
De longs palabres sur l'organisation s'en suivent : nous décidons finalement d'attendre les chinois. Avec ou sans Paulus, nous palabrons... faudrait essayer le Laudanum.
Mais plutôt que de rester plantés au milieu (ou sur le côté, ça revient au même) de nulle par, nous allons à l'auberge la plus proche, soit à 10km de là.
C'est un petit établissement tranquille, où notre arrivée provoque un rush dans le service : 4 clients simultanément, cela semble être exceptionnel! Nous prenons donc un repas (chaud, ce qui est plutôt agréable, surtout quand on manque de Laudanum et de Gloria CdlB) qui est plutôt bon. L'origine des tenanciers suscite diverses questions : ils ne sont pas américains!
Deux gros camions bâchés passent vers 20H (le genre qui peut transporter des gens) ; ils roulent en direction du nord (Pearl Beach donc).
Nous les suivons un peu plus tard. C’est-à-dire que nous quittons l'auberge et repartons vers notre plage qui ne devrait plus être aussi déserte. Du moins, nous l'espérons.
Nous planquons nos véhicules au bout de la piste, au milieu de rien (quoique peut-être un peu sur le bord finalement. Avec les riens, petits ou pas, on n'est jamais très sûr de ce qu'on a).
Les 2 camions sont arrêtés près de la plage. Nous entendons des bruits de chants sur la plage, plutôt indistincts. Du chinois sans doute. Voire pire?
Alors que nous nous préparons comme il se doit, à observer ces énergumènes asiates de plus près et à faire face à une confrontation musclée, je découvre que je n'ai plus de bâtons de dynamite. Ça ne fait pas un doute, c'est Ron qui me les a piqué. D'ailleurs il le reconnait indirectement. Et les autres, mes compagnons d'aventure, ne disent rien. Ils abusent du Laudanum, franchement! Déjà qu'on me doit une caisse pour le traquenard tendu à Paulus, paix à son âme si c'est encore possible. Je me fâche et je pars, avec armes et voiture. Je refuse de continuer dans des conditions pareilles. Je vais me garer plus loin, et me planque à l'affut de ce qui va se passer, histoire de passer mes nerfs dessus! Je ne prends pas de Laudanum, moi!
Je croise d'ailleurs une voiture qui arrive du sud. Vu l'endroit, ce n'est pas une coïncidence. A peine une surprise.
Je monte donc une embuscade pour ce qui viendra de la plage. J'aurais été mieux avec Gloria CdlB.

Arrivés près de la plage, un chinois curieusement vêtu sort de la voiture, accompagné de 2 gardes du corps. Ils ont le format et la mine adéquats.
Il a avec lui un vase canope semblable à ceux vus en Égypte dans le tombeau de Nophru Ka : c'est Lang Fu, ça ne fait pas un doute!
Il s'approche des autres chinois, toujours occupés à chanter (ou psalmodier peut-être?).
Il sort alors un gros livre d'une valise. Ses gardes du corps déposent un très grand sac sur le sable, avec visiblement quelqu'un dedans.
Il se lance dans une invocation, dans sa langue natale bien évidemment. 4 "profonds" sortent alors de l'eau et prennent la fille qui était dans le sac. Ils repartent à l'eau avec leur précieux cadeau. Nos investigateurs ne bronchent pas.
Quelques chinois délirants, suivent les profonds dans l'eau. Ça c'est plus surprenant.
Les officiants  forment ensuite un grand cercle sur la plage.
L'eau bouillonne devant la plage.
Cette fois-ci, les investigateurs réagissent : Ron rampe pour se mettre à portée et tire sur Lang Fu : zip. Raté quoi. Bon, ça arrive aux meilleurs. Son nez cassé sans doute.
Willhem fonce alors et tire magistralement sur Lang Fu : boing, les balles ricochent sur sa tenue en soie...
Les chinois qui déclamaient leurs inepties foncent alors dans sa direction et les investigateurs décident d'un commun accord et sans discussion, ni palabre, de s'enfuir.
Un bâton de dynamite envoyé, fort à propos, par Ron disperse les 2 gardes du corps. Comme quoi ça sert… Les autres chinois n'écoutant que leur courage, changent de direction et foncent vers les camions.
Ron repart et lance un nouveau bâton de dynamite en direction de l'océan : mère Hydra est sortie de l'eau. Enfin, c'est ce que les investigateurs pensent, d'après la ressemblance avec la sculpture dans la chapelle. Sauf que là, ça fait… beaucoup plus en hauteur et largeur! Même sans Laudanum!
La dynamite explose, effleure Lang Fu qui part dans la main de mère Hydra...
Était-ce prévu ou a-t-il battu en retraite? Nous le saurons certainement bientôt.
Reste sur place : un vase canope avec 1 viscère desséché, un livre en chinois (à priori) très très ancien apparemment, avec une note d'Edward à l'intérieur.
Les investigateurs décident de rentrer à San Francisco, sans Mathews qui a disparu.
« Modifié: septembre 08, 2015, 00:13:50 am par Vincent_B »

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - jeff75006  |  CR (Modérateur: jeff75006)  |  CR 21-08-2015 : party on the beach
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !