gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102532 Messages dans 7505 Sujets par 885 Membres - Dernier membre: Jamesnitte septembre 22, 2019, 20:19:37 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Dungeons & Dragons  |  IdF - Sama64  |  Zakhara : Univers & lieux notables (Modérateur: Sama64)  |  Les Cités de la Perle : Gana et Jumlat
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Les Cités de la Perle : Gana et Jumlat  (Lu 606 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Sama64

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 926
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Les Cités de la Perle : Gana et Jumlat
« le: juin 06, 2015, 16:11:02 pm »
Description plus détaillée de la zone où vos aventures vont démarrer, les Cités de la Perle, au Sud du pays.

Au sud-ouest du Grand Golfe d'Or et au bord de la Mer Encombrée, ce sont les Cités de la Perle : Ajayib, la Cité des Merveilles, Gana, la Cité des Richesses, Jumlat, la Cité des Multitudes, Sikar, la Cité des Deniers, et Tajar. la Cité du Commerce. Ces villes sont parmi le plus riche de la Terre du Destin. Seules Jumlat et Gana produisent en réalité des perles, mais tous maintiennent un commerce florissant dans ces ornements, aussi bien que dans l'encens, le café, des métaux précieux, des épices, les bons poissons, des bois et des marchandises exotiques de pays lointains.
Le commerce, en fait, est la deuxième loi des peuples des cités de la Perle. Fréquemment il donne à la vraie Loi, celle de la Prophétesse, une concurrence forte. Les institutions de prêts et les entreprises spéculatives sont communes. Comme le sont les prêts usuraires et les frais cachés. Un voyageur dans les terres de la Perle devrait se rappeler que rien n'est vraiment gratuit et tenir compte de cette règle de conduite : Posez des questions d'abord, marchandez ensuite et enfin achetez.

Certains des membres les plus riches de la société Zakharane vivent dans les Villes de la Perle.
Voire aussi certains des plus pauvres et faibles. La richesse de la classe supérieure rendrait le dirigeant d'une Ville Libre jaloux; Par exemple leurs pavillons luxueux et leurs manoirs magnifiques dans  la campagne environnante. À leurs pieds sont les mendiants et les travailleurs exploités, qui dépassent de loin le nombre de riches. L'esclavage n'est pas en soi commun dans les Villes de la Perle, mais il a été remplacé par une forme de tyrannie économique qui garde les classes inférieures fermement à leur place. Tant qu'une personne n'est pas pauvre, la vie tient ses grandes promesses. Les pauvres ont peu à attendre du futur, sauf un autre jour pour effacer de vieilles dettes et en contracter de nouvelles.

La minorité ayant le contrôle de l'argent affiche leur fortune, tant dans leurs façons que dans leur garde-robe. De merveilleux banquets sont jetés pour des raisons secondaires, avec les restes distribués aux pauvres. Des couleurs brillantes et souvent peu assorties sont communes, avec des rayures et des brocarts luxueux.
Les gens du peuple des Cités de la Perle sont fiers, presque hautains et facilement insultés. Ils ne disent pas la vérité complète à tout moment et rivalisent avec les génies dans leur ruse. Tout cela ne les fait pas aimer du tout de leurs compatriotes moralistes à travers le Grand Golfe D'or. Dans les yeux des Panthéistes, les "paons de mauvais goût" des Cités de la Perle sont des transgresseurs de la loi, décadents, qui ont oublié la nature et l'esprit de la Loi édictée par la Prophétesse.

Gana, la Cité des Richesses

Comme Jumlat au nord-est, Gana est une vrai Cité de la Perle, consacrant cinq mois chaque année à la pêche des perles. Parce que cette ville se trouve aussi près du Royaume des Arbres Saignants, ses habitants peuvent se tourner vers la récolte d'encens quand les beaucoup la saison des perles a passé. Son peuple est généralement plus riche que les résidents de Jumlat. Même les classes inférieures sont fières d'appeler leur cité la Ville des Richesse.

Le dirigeant est le Sultan Yusef bin Ahmad al-Wadi, connu comme Yusef le Juste pour sa sagesse en matière de loi. Il encourage le commerce et l’artisanat dans sa cité ; il empêche aussi que trop de pouvoir se concentre dans des mains uniques trop longtemps. En conséquence des gens talentueux, des aventuriers intrépides (et chanceux) et des marchands passent continuellement devant lui et sa Cour, même si peu y demeurent. Le sultan n'est pas marié et n'a pas désigné un de ses enfants (issus des femmes de son harem) comme successeur légitime.

La Cour : le seul membre permanent est la Grande Vizir Al'ia bint-Hazir, une élémentaliste de l'eau qui sert le Sultan depuis très longtemps (la rumeur dit qu'il lui a proposé le mariage mais elle aurait décliné, préférant servir à ses côtés plutôt qu'à ses pieds). Elle préfère souvent la clémence à une justice cruelle.
Le poste de Juge suprême a été tenu par de nombreuses personnes en peu de temps (à Gana la justice ne peut pas être achetée, mais peut être louée temporairement). Depuis 3 ans il s'agit d'une naine nommée Ghaliyah bint Borga min Suq (surnommé Galla de la Place du Marché).
Enfin un poste honorifique, le "Guerrier de la Grande Épreuve" (vainqueur de la Grande Compétition de la Perle) est attribué temporairement (pas plus d'un an) à celui qui est récompensé par le Sultan.

Population : 100 000 personnes

Produits et denrées : outre les perles, Gana est réputée pour son commerce d'encens, de myrrhe et autres gommes/ fruits aromatique issus du Royaume des arbres sanglants, ou de l'oliban (sève cristallisée de l’arbre à encens, se vendant plus cher que l’or). Et aussi pour ses poissons et autres fruits de mer. Il y a aussi des antiquaires spécialisés dans la revente des trésors récupérés au fonds des océans ou dans les îles de la Mer encombrée.

Forces armées
: garde municipale de 5000 hommes, plus une infanterie de 2000 hommes (dont beaucoup de mercenaires-barbares). Marine constituée d'une 30aine de navires, chargés de protéger les vaisseaux des pêcheurs de perles dans le détroit et sur les rives. Cavalerie aérienne de 5 Rocs

Mosquées et cultes majeurs
: Hajama, Hakiyah, Haku, le Panthéon (une faction moraliste), et Selan

Industrie de la récolte de perles
: à Gana elle est beaucoup moins encadrée qu'à Jumlat, les capitaines de navires sont plus libres et les marchands plus nombreux. Certains capitaines utilisent des esclaves pour pêcher les perles, (comme à Jumlat) mais d'autres emploient des pêcheurs libres. Certains capitaines utilisent des mages pour qu'ils créent des sorts de "bulle d'air" permettant aux plongeurs d'aller plus profond et plus longtemps dans l'eau. Une telle magie est évidemment très chère.
Parfois les plongeurs se heurtent aux elfes aquatiques ou aux locathas qui vivent sur les rives. Surtout s'ils ne respectent pas la période de 7 mois d'exclusion de la pêche de perles.
À la fin de la saison des perles, Gana tient une célébration de 3 jours connue comme le Festival de la Perle. Ceci est le temps où les comptes sont réglés entre les pêcheurs de perles et les capitaines et un grand banquet est organisé pour le peuple par le sultan et les officiels des différentes mosquées. La célébration est marquée par des danses dans la rue, des feux d'artifices et des infractions occasionnelle de la Loi (comme l'ivresse publique ou la lubricité) donnant à Gana une réputation d'une ville sauvage. Une fois que la saison des perles est officiellement finie, un certain nombre de bateaux et leurs équipages deviennent disponibles à la location pour des aventuriers et des marchands.
Toujours pauvre, les plongeurs rejoignent souvent de tels équipages ou migrent pour récolter l'encens. Une poignée aura économisé assez d'argent pour tenir jusqu'à la saison des perles suivante. Très peu auront économisé assez pour se permettre d'acheter un petit bateau et devenir un capitaine eux-mêmes.
La fin du Festival de la Perle marque le début officiel d'un défi annuel ou d'un concours conduit par le sultan : la Grande Compétition de la Perle.
Le but est d'apporter un peu d'étonnement ou de merveille de l'étranger à la ville et de le présenter au sultan. Ceux intéressés ont sept mois pour compléter la tâche avant l'inauguration de la nouvelle saison des perles.
Pendant cette période, un certain nombre d'aventuriers et d'autres faiseurs de miracles passent par la cour, apportant toutes sortent de bêtes étranges, des trésors fantastiques et des magies puissantes et uniques. Le juge suprême vérifie que les articles sont sûrs et ont été sécurisés avant la présentation. Qui produit l'article le plus merveilleux est récompensé avec de grands trésors, des magies,  un poste à la Cour ou des faveurs du Sultan (Par exemple, un pirate célèbre a gagné un complet pardon en livrant la tête d'une reine sahuagin).
Tous les autres articles deviennent la propriété du sultan, indépendamment de leur valeur. Tel est le prix à payer pour participer à la Grande Compétition de la Perle.


Jumlat, la Cité des Multitudes
Jumlat est l’une des deux vraies "Villes de la Perle", avec Gana. Seules ces deux cités ont la flotte de navires pour récolter les perles dans les zones maritimes situées entre elles. Tandis que les deux villes prospèrent grâce à ce commerce, la suprématie est réclamée par Jumlat, car elle a la population la plus importante et récolte plus de perles.
Jumlat est une ville grande, assez peu attrayante qui dépend de perles pour le commerce. C'est moitié moins peuplé que la cité d’Hiyal « l’enfumée », mais Jumlat semble aussi entassée, car la ville est coincée sur une petite surface. Une petite minorité de nobles, de marchands et de citadins vit confortablement de la richesse du commerce de perle. La majorité de Jumlat est réduite à la pauvreté et endetté lourdement au profit des marchands qui contrôlent le commerce. Quand la saison de perle prend fin, Jumlat se retrouve avec le plus grand nombre de mendiants de toutes les villes de la Terre du Destin.

Le Dirigeant : Jumlat est gouvernée par le Sultan Kara Al-Zalim, l'Épée Féroce de la Mer. Il est seulement le neveu du sultan précédent, pourtant il a été choisi comme l'héritier du trône plutôt que les propres enfants du sultan précédent. Ceci s'est avéré être un choix sage en tout cas pour les classes favorisées, car le sultan actuel a hérité de toute la ruse et de la cruauté de son oncle préféré.
Le Sultan Al-Zalim se casse pour l’instant les dents dans raids contre les flottes de Gana et il n'a aucun amour pour la Ville des Richesses. Le sultan passe le plus clair de son temps dans son palais dominant le port et il est rarement présent parmi son peuple.

La Cour : Il y a deux sortes de courtisans à la Cour du Sultan : des informateurs et des marchands. Les premiers sont dirigés par le Grand Vizir Agat amir-Doth. Cet elfe d'âge moyen a un goût pour l'intrigue et une affection pour des jeunes filles humaines. Agat a  des espions partout, particulièrement parmi les pauvres. Un de ses passe-temps préféré est de choisir une jeune femme et, par son pouvoir et ses capacités, enlever chaque membre de sa famille l’un après l’autre, et à la fin emmener la jeune fille dans le harem.
Beaucoup de familles marchandes connaissent ce penchant et renoncent à leurs filles plutôt que de risquer leur propre arrestation et leur mort. Les voiles sont plus communs parmi des femmes dans Jumlat que dans d'autres Villes de Perle afin sans doute de ne pas tenter le Grand Vizir via son réseau d’espions.
Parmi les courtisans-marchands, le plus puissant est Ragi Al-Makruh, une brute balourde et mal élevée qui a étonné tout le monde en ne menant pas à sa perte sa famille et ses activité lors de sa prise de pouvoir. Il a plus d'argent que de cerveau et plus de cerveau que le charme. Il passe le plus clair de son temps à rendre hommage au sultan et au grand vizir en échange des faveurs. Al-Makruh, par un ensemble de prêteurs sur gages corrompus, contrôle la plupart des bateaux de la flotte perlière.

Population : 300 000 personnes
Produits et denrées : Perles, commerce, produits de la mer (coquillages, antiquités issues des trésors récupérés au fonds des mers, teintures), mendiants (!)

Forces armées
: garde municipale de 10000 hommes, plus une cavalerie de 1000 hommes (nomades du Haut Désert). Marine constituée d'une 30aine de navires.Marine "non officielle" de 10 à 30 navires, majoritairement des pirates et flibustiers chargés de protéger les vaisseaux des pêcheurs de perles dans le détroit et sur les rives et de chasser les navires de Gana.

Mosquées et cultes majeurs
: Hakiyah, Haku, Kor, Selan

Industrie de la récolte de perles
: La récolte des perles qui distingue Jumlat dure seulement cinq mois chaque année. Selon un décret du sultan, en accord avec les peuples nomades de la mer qui vivent dans le Grand Golfe D'or, la saison commencent aussitôt que les moussons cessent (ou se raréfient). Pendant les cinq mois suivants, les pêcheurs de perles travaillent quotidiennement pour rapporter les perles à la surface, souvent dans de dangereuses conditions. Alors que les risques sont grands et la récompense pour les plongeurs est faible, c'est par la capacité de leurs poumons et de leur sang que la grande cité des Multitudes prospère.
« Modifié: décembre 11, 2015, 17:42:04 pm par Sama64 »
Hope is being able to see that there is light despite all the darkness (Desmond Tutu)

Opale Campagnes  |  Dungeons & Dragons  |  IdF - Sama64  |  Zakhara : Univers & lieux notables (Modérateur: Sama64)  |  Les Cités de la Perle : Gana et Jumlat
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !