gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102285 Messages dans 7473 Sujets par 814 Membres - Dernier membre: Cakela août 18, 2019, 13:00:35 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Dorothée  |  Livre I – L’Invasion de la Plaie du Monde (Modérateur: Dorothée)  |  Chap.3: A la croisée des chemins
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Chap.3: A la croisée des chemins  (Lu 720 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Celena

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 170
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Chap.3: A la croisée des chemins
« le: mai 10, 2015, 21:56:29 pm »
« Un jeune duc passant tout juste l’âge d’homme, un prince elfe dont je ne connais pas grand-chose, la fille de l’aubergiste qui est barde, et un pal qui était commis de cuisine ici même il y a quelques jours. »

C’était en ces descriptions peu élogieuses qu’elle avait répondues à la curiosité d’Ulf quelques heures plus tôt.
Son mépris pour l’insignifiance de leurs personnes s’était alors lu sur son visage. Il s’était retiré, satisfait. Ce qu’il pensait importait peu à la jeune femme. L’essentiel était d’être parvenue à les soustraire à l’homme et à sa provocation malsaine.
Jamais rien de bon n’arrive auprès d’Ulf et elle était bien placée pour le savoir.

Lorsque la veille ils étaient enfin remontés au grand jour, elle s’était mise à espérer devant l’étendue du carnage. Les rues jonchées de centaine de corps avaient donné naissance à la folle pensée qu’Ulf en faisait peut-être parti.
Cet espoir s’était volatilisé lorsqu’il avait surgi devant elle cet après-midi.
La naïveté de ses pensées lui donnait presqu’envie de se rire d’elle-même.
Elle parlait d’Ulf. Ulf Istul du clan des Sangs Hurlants. Le meilleur guerrier des clans barbares dont la simple évocation de son nom suffisait à faire reculer les hommes les plus farouches.
Seul Broggan le tenait en respect. L’étrange aura que dégageait le chef du clan des Dresseurs indisposait Ulf.

Un emportement de voix montant de la grande salle du bas la ramena à l’instant présent.
Elle tendit instinctivement l’oreille, mais nulle bagarre ne sembla en ressortir. Qui oserait se battre sous le nez et l’autorité de Chun Dawei ?
Elle se recala sur le lit et laissa errer son regard. Elle n’était jamais montée dans les étages du Cœur des Défenseurs. Si quatre lits occupaient aujourd’hui la pièce, elle n’en restait pas moins spacieuse. Le haut plafond et ses lourdes poutres lui donnaient un air cossu que sa bourse n’avait jamais pu s’offrir. Quelle ironie qu’elle ait accès à ce confort en tant de guerre, reléguant aux oubliettes son quotidien sous tente. 

Sa main rencontra le froid du métal. Posée à même le lit à sa droite, l’arme de Boromir.
Le maitre nain était tombé au combat. De la tristesse, un deuil. Contre toute attente, le corps inerte du vieux nain lui avait noué l’estomac et donné la nausée. Pour la première fois depuis de longues années, une mort l’affectait.
Elle aurait aimé confier le corps à la lave en fusion, mais l’émotion d’Ali l’avait retenue. Ce geste dénué de respect et de sacrement aurait fini de faire passer Xéna pour la dernière des ordures. En tant que forgeron, cela aurait pourtant plu au vieux nain.
Elle avait simplement proposé de l’enterrer selon les rites coutumiers puis s’était isolée dans son atelier.
Elle entendait encore sa grosse voix rouler sur les murs de pierres du Dôme. Une amitié sincère et un respect mutuel étaient nés entre eux. Elle avait accepté de lui confier pendant de longues heures son arme afin de satisfaire à la curiosité du maitre nain. Il lui avait alors juré d’égaler un jour ce savoir sacré.

Puis elle était ressortie de l’atelier, repassant devant la lave en fusion.
Elle n’avait pu lui rendre l’hommage qu’elle aurait souhaité, alors elle lui en rendrait un autre. Encore plus personnel.
Elle dégaina son arme, l’assembla, puis fit de même avec celle forgée par le vieux nain.
Elle les observa attentivement. L 'inspiration était indéniable mais le travail du nain ne possédait pas la finesse du savoir de sa tribu. A côté de son arme, celle ne Boromir semblait d’aspect grossier. Le mécanisme d’assemblage était différent, plus visible, moins intuitif.

Elle sourit, s’avança au bord et tendit à bout de bras sa propre arme.
« T’as intérêt à ce qu’elle soit aussi réussie. »

Et elle lâcha au-dessus de la lave son unique possession, le dernier souvenir de sa tribu.


A leur arrivée au Cœur, son premier reflexe fut de chercher Cenred du regard. Elle se surprit elle-même et maudit le jeune homme. Oldaric avait vu juste. Sa patience et sa gentillesse avaient tissé des liens qu’elle s’était refusée de voir. Ses sermons, les rencontres régulières pour lui assurer qu’elle ne faisait pas de bêtises avaient rythmé ces derniers mois. Sans qu’elle n’en prenne conscience, il était devenu un pôle de sa vie. Elle passait son temps libre entre Boromir et lui. Et là, elle aurait donné cher pour le reconnaître parmi tous ces visages.

Il était différent des autres paladins.
Cenred était un homme calme, posé, intelligent, patient, humble. L’exact opposé de ses compagnons d’armes dont l’arrogance n’avait d’égale que leur orgueil.
Elle exécrait les paladins de toutes divinités confondues et supportait peu leur présence.
« Il faut croire que nous y sommes parvenus. »
Les mots de Zack lui revinrent en mémoire. Elle n’avait pas relevé. Il omettait juste un détail et non des moindres : ils n’avaient pas eu le choix.
Zack n’échappait pas à la règle. Autoritaire, froid, hautain. Il s’inscrivait parfaitement dans le moule de ces hommes qui, sous l’image de guerrier divin, se sentaient au-dessus de tous.
Cenred était l’exception.
Ce soir, dans le tumulte des voix et la chaleur du Cœur des Défenseurs, il lui manquait.
 
Son regard se posa sur le ciel infiniment rouge où les nuits n’existaient plus. Elle le connaissait par cœur. L’enfer était au-dessus d’eux. Les horreurs d’où on l’avait arraché huit mois plus tôt avaient passé les protections.

« Si tu la laisses traverser le fleuve, elle ne sera plus jamais comme avant. »
Elle avait dit ces mots à Zack d’un ton froid et détaché.
L’amour inconditionnel que portait la jeune Ali au paladin de Ragathiel était au-delà de tout bon sens.
Comment une âme si gaie pouvait-elle porter tant d’affection à cet homme ?
La force de leurs liens était indéniable et inexplicable à ses yeux. Elle avait eu une semaine pour observer le paladin sans que cela ne réponde à son interrogation.
Le fait que Zack soit passé guerrier divin était là un réconfort. Il était devenu suffisamment fort pour protéger la jeune Ali, et ce ne serait pas de trop par les heures qu’ils traversaient en ces jours sombres.
Elle secoua la tête. Quelle importance ? Pourquoi repensait-elle à cela ?  Peu lui importait leurs liens, cela ne la concernait nullement.

Dans l’émotion de leur retour au Cœur, elle avait omis de lui rendre son épée.

Elle s’en occuperait le lendemain, avant que leurs vies ne se séparent.
« Modifié: mai 13, 2015, 16:27:57 pm par Celena »
Celena

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Dorothée  |  Livre I – L’Invasion de la Plaie du Monde (Modérateur: Dorothée)  |  Chap.3: A la croisée des chemins
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !