gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102303 Messages dans 7481 Sujets par 859 Membres - Dernier membre: uplicle septembre 16, 2019, 06:22:27 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - jeff75006  |  CR (Modérateur: jeff75006)  |  CR de la séance du 20 décembre 2014 - les secrets du château
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: CR de la séance du 20 décembre 2014 - les secrets du château  (Lu 947 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne fredyl

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
CR de la séance du 20 décembre 2014 - les secrets du château
« le: janvier 04, 2015, 01:51:53 am »
1/ La torture d'un preux :


Le rire sardonique du Baron Hauptmann résonne dans toute la crypte. En dépit de la lueur de sadisme qui a ouvertement envahi le regard du baron et de la situation plus que critique des investigateurs, en dépit des courants d'air froid qui lèchent par intermittence leurs orteils engourdis et ankylosés par leurs entraves, malgré la présence du corps étripé d'Abraham gisant à quelques centimètres à peine des pieds des prisonniers, et malgré un brasero qui rougeoie non loin sans pour autant parvenir à insuffler un semblant de chaleur sur les corps quasi nus de nos héros survivants, Nathaniel n'a quant à lui pas froid aux oreilles... puisqu'il affirme avec aplomb avoir apprécié l'immonde châtiment infligé à Abraham. Mieux encore : Nathaniel se met à narguer littéralement le baron.


Devant une attitude aussi irrévérencieuse à son encontre, le baron éructe. Laszlo assène à Nathaniel un formidable soufflet en pleine figure. Sous la puissance du choc, trois dents jaillissent de la bouche de Nathaniel, et un filet carmin s'écoule alors de la commissure de ses lèvres au moment où ce dernier recrache une quatrième dent, le sourire toujours aux lèvres. Groggy, il est détaché par Laszlo et immédiatement traîné jusqu'au chevalet de torture. Laszlo sort un tisonnier incandescent du brasero dont l'extrémité est en forme de H et l'applique sur la poitrine de Nathaniel, non sans une pointe de plaisir cruel. Nathaniel pousse un bref hurlement, tel un hérétique soumis à la question, mais son héroïsme demeure intact, et faisant fi de sa douleur atroce, il décide de continuer à haranguer le baron, lui reprochant cette fois-ci son total manque d'originalité, tandis qu'une odeur de sanglier grillé se répand dans la salle. Matthew vomit un peu de bile, tandis que Léon ferme les yeux et que Wilhem implore en silence le seigneur pour que ses souffrances soient brèves.


Humilié dans sa chair et haletant, Nathaniel décide de n'écouter que son courage et sa hardiesse en ignorant superbement sa douleur. Il continue à héler le baron, lui lançant son regard le plus hostile et lui reprochant la banalité de ce début d'hécatombe, qui lui semble ainsi toujours aussi fade. Le baron ne se laisse pas démonter. Nathaniel non plus... tout du moins jusqu'à ce que Laszlo lui enserre le bras gauche dans une mini vierge de fer et lui broie littéralement tendons et articulations, lui faisant exploser son humérus au passage. Harassé par la douleur, le regard halluciné et les yeux hagards, Nathaniel hurle une fois encore sa déception, mais l'horrible souffrance ainsi qu'un début d'hémorragie rendent hasardeux son élan héroïque. Le supplice du hérisson vient d'avoir raison de ses dernières résistances... Déçu par l'évanouissement de notre héros pourtant hermétique à la douleur, le baron Hauptmann porte alors son regard inquisiteur vers Léon, de nouvelles idées plein la tête.


2/ Le sauvetage à l'heure H :


Mais c'est alors que retentit l'écho d'un bruit dans le fond du couloir non loin. Interloqué, le baron se ressaisit immédiatement lorsqu'il comprend qu'une présence intruse vient manifestement perturber son plaisir malsain. Tous sens en alerte (y compris les mauvais) le baron demande à Laszlo de marquer le reste du cheptel, puis d'aller voir ce qu'il se passe, tandis que lui-même recule de quelques pas afin de préparer sa retraite dans la direction opposée si nécessaire. Bien lui en a pris, car tandis que Laszlo marque au fer rouge Wilhem et Matthew en plein milieu de la poitrine et que les cris redoublent, voici que deux hommes armés font irruption dans la pièce : Paulus Popolovitch le visage marqué par la fureur, immédiatement suivi de Ion Kopech dans son sillage. Laszlo a à peine le temps de commencer l'application du tisonnier sur le torse glabre de Léon que déjà une balle argentée jaillit du revolver de Paulus et se fiche dans l'épaule de Laszlo. L'homme lige du baron voit rouge et fonce alors tout droit sur ses assaillants tandis que le baron bat en retraite. Brandissant son tisonnier, Laszlo se rue sur Paulus qui, n'ayant rien perdu de sa souplesse d'antan, esquive avec maestria la charge du taureau magyar puis lui plante immédiatement une seconde banderille, au moyen d'une seconde balle de revolver en pleine poitrine qui le neutralise définitivement avant même que Ion Kopech ait pu lui prêter main forte.


Le baron a manifestement déguerpi, mais la tension est à son paroxysme et l'air irrespirable. Matthew gémit et gesticule pour qu'on le libère, et Paulus le détache rapidement avec l'aide de Ion, non sans avoir soigneusement évité de glisser sur la tripaille d'Abraham qui jonche le sol. Puis c'est au tour de Wilhem et de Léon d'être détachés avec un vif soulagement. Enfin, Nathaniel est extrait avec précaution de la table de torture et son bras démantibulé ôté de la vierge de fer qui l'enchâssait tandis que Paulus explique brièvement à ses compagnons encore ivres de douleur être entré dans le château par une vieille poterne oubliée à flanc de falaise, en accompagnant Ion qui lui a avoué à demi-mot dans l'auberge être à la recherche de documents (ou d'un quelconque artefact) de la plus haute importance à l'intérieur du château. L'occasion était trop belle pour Ion de profiter de la présence d'invités au château pour tenter son intrusion. Mais il ne s'attendait certainement pas à pareille scène de carnage. D'autant que l'un des investigateurs n'hésite pas à fracasser négligemment le crâne de Laszlo d'un coup de tisonnier rageur.


3/ Les pas de la fumée sans feu...


Tandis que Paulus procède à un rapide check up de l'état de santé de ses camarades, Nathaniel reprend progressivement ses esprits, sous les regards admiratifs de Matthew, Leon et Wilhem. Mais l'irruption d'une odeur âcre presque métallique, semblable à l'ozone, vient concurrencer les effluves d'excréments et de viande grillée qui avaient envahi la pièce. En tendant l'oreille, les aventuriers perçoivent une sorte de bloblotement, comme des borborygmes semi-gazeux ou même liquides à quelques pas à peine, sur la gauche de l'un des couloirs attenants. L'un des investigateurs ose même un regard dans cette direction du couloir... et entraperçoit alors un magma informe de fumée gazeuse qui progresse lentement dans leur direction, comme doué d'une volonté propre. Paniqués à l'idée qu'il puisse s'agir du terrifiant monstre du puits tel que décrit dans le récit qu'ils ont pu lire dans la petite église du village, les aventuriers filent alors sans demander leurs restes, au sens propre comme au sens figuré.


Gravissant une volée de marches devant eux, nos héros parviennent à revers d'une cheminée dotée d'un mécanisme entrouvert, et aboutissent ainsi dans l'un des salons du rez-de-chaussée du château. Nul ne se serait douté qu'un passage secret était habilement dissimulé derrière cette cheminée massive. Avant même que la fumée ne s'échappe à son tour de la cheminée (sic), ils ouvrent derechef la porte opposée du salon, et c'est avec un début de soulagement que les aventuriers débouchent sur le grand hall d'entrée du château par lequel ils sont entré la veille, vide de toute présence hostile. L'immense porte d'entrée est à demi ouverte, les ventaux secoués par le vent, et un froid intense et pénétrant accompagne les lueurs blafardes du jour qui se meurt. Tout ceci pourrait presque être considéré comme rassurant si nos aventuriers n'étaient pas vêtus en tout et pour tout de simples caleçons.


Bien que se mouvant extrêmement lentement, le monstre de fumée est à leurs basques. Paulus propose au groupe de détaler immédiatement par la porte principale, mais les héros torturés et humiliés (et accessoirement frigorifiés) implorent quelques instants de répit pour récupérer ne serait-ce que leurs manteaux qu'ils savent avoir laissé la veille dans le vestibule juste en face, afin de ne pas avoir à affronter les températures glaciales du dehors vêtus de simples caleçons. Ion non plus n'a pas envie de partir : il semble disposé à prendre des risques supplémentaires pour récupérer ce qu'il est venu chercher au château. Entendant un bruissement incongru provenant de l'extérieur, Paulus ose un regard par l'embrasure de la grande porte principale. Et là, sur le seuil de l'entrée, éberlué, il voit le baron chevauchant un vampire de l'espace prendre son envol du haut de la tour extérieure du château, en laissant au passage échapper son rire sardonique. Paulus dégaine son revolver maladroitement... mais il est déjà trop tard. Le vampire de l'espace s'est envolé au loin avant même que Paulus puisse espérer l'abattre de ses redoutables balles en argent massif.


4/ Les oripeaux du Messie :


Paulus retourne en courant vers le vestibule où ses compagnons ont trouvé non seulement leurs manteaux déposés la veille au soir en arrivant au château, mais – ô joie – le restant de leurs affaires (pantalons, chemises, bottes...) y compris leurs sacs. L'annonce de la fuite du baron et les retrouvailles chaleureuses avec leurs vêtements leur redonne un semblant d'allant et d'espoir.


Afin de ne pas être pris au dépourvu par l'irruption du monstre gazeux, nos aventuriers se sont tous regroupés dans le vestibule, et les chaussettes d'Abraham utilisées pour calfeutrer le dessous de la porte afin de ralentir la progression du monstre gazeux semblent s'avérer dissuasives, puisque le monstre gazeux semble avoir poursuivi son chemin dans une autre direction... peut-être bien par la porte principale donnant sur l'extérieur, si l'on se fie au bruit. D'autant que des hurlements terribles en provenance des écuries viendront immédiatement confirmer cette hypothèse... ces voix masculines s'éteignent très vite, laissant augurer de quelque ramonage commis in vivo par le monstre de fumée à l'encontre de la mesnie du baron. Matthew profite de ces quelques instants de répit pour tenter de soigner tant bien que mal le bras de Nathaniel en lui bricolant une atèle de fortune avec l'écharpe de feu Abraham, le tout imbibé d'un peu d'alcool.


5/ Soldes d'Hiver :


Un silence d'outre-tombe s'est installé dans le château. Les aventuriers, sous l'impulsion d'un Ion Kopech toujours aussi déterminé, entreprennent alors de fouiller méthodiquement toutes les pièces du château, où il ne semble plus y avoir âme qui vive. A l'étage dans l'une des chambres, ils découvrent étendu dans son lit sous un simple drap, un cadavre en état décomposition très avancé, ce qui est très mystérieux... Serait-ce là le précédent baron décédé il y a quelques mois ? Aucun indice ne vient corroborer cette hypothèse si ce n'est la présence sur la table de chevet d'une paire de lunettes tout à fait anodine ainsi que d'un ancien livre d'heures d'un genre particulier puisque portant sur la torture. Mais les aventuriers parviennent également à mettre la main sur l'ensemble des chroniques de la famille Hauptmann, ainsi que sur un grand livre en cuir relié avec un fermoir, rédigé en latin « De Bestiae Fraternitas» que Léon s'empresse de commencer à déchiffrer tandis que la fouille méthodique des lieux se poursuit à un rythme effréné sous l'impulsion de Matthew, Wilhem et Ion. C'est ainsi que les investigateurs trouvent une petite boîte en forme de casse-tête, qui s'avère impossible à ouvrir dans l'immédiat.


En compulsant l'ouvrage en latin portant sur la confrérie de la bête, Léon découvre deux parchemins glissés dans le livre qui l'intriguent au plus haut point, quoique pour des raisons différentes. Il met à contribution les connaissances de Nathaniel pour tenter de déchiffrer ces écrits le plus rapidement possible, pressentant qu'il s'agit de documents de la plus haute importance. Nathaniel n'écoutant une nouvelle fois que son courage, parvient à épauler efficacement Léon en dépit de son état physique extrêmement dégradé. Le premier parchemin contient une incantation magique... peut-être s'agit il du sort pour invoquer/conjurer "La Bête" (mais sans savoir à quoi cela fait référence précisément). Le second parchemin se rapporte à la localisation extrêmement précise d'une tombe égyptienne : la tombe de Nophru Ka... et ça rappelle fortement quelque chose à Léon, ce dernier ayant fortuitement lu dans la presse il y a quelques temps qu'une expédition archéologique avait été montée sous la direction du célèbre Pr. Galloway de la Myskatonic University et qu'aux dernières nouvelles, la tombe n'avait d'ailleurs toujours pas été trouvée sur le site des fouilles.


6/ Des secrets bien enfouis :


Puis une partie des investigateurs se dirige ensuite vers le sous-sol afin de terminer l'exploration de la crypte, toujours sous l'impulsion de Ion, de plus en plus habité par sa mystérieuse recherche. C'est ainsi qu'ils aboutissent au puits d'où est sortie la créature de fumée : une sorte de trou noir béant et circulaire, entouré d'une margelle recouverte d'inscriptions en latin (une psalmodie en vers se rapportant à l'invocation d'un certain Nyogtha). Des vapeurs nauséabondes continuent de s'en échapper par intermittence, aussi décision est prise de ne pas traîner en ces lieux, faute de pouvoir sceller le puits.


Dans une autre partie des souterrains, les investigateurs découvrent la crypte de la famille Hauptmann, d'une contenance de 15 cercueils, dont certains extrêmement endommagés par l'usure du temps. Le plus récent, sur lequel figurent les dates 1886-1927 recèle le corps d'un homme petit et trapu, dont la morphologie semble bien différente de celle du baron actuel. Si ce corps dans le tombeau profané par les aventuriers pour la bonne cause est bien celui du dernier baron décédé, quelle pouvait donc être l'identité de cet autre cadavre décomposé découvert une heure auparavant dans l'une des chambres à coucher ? Mystère.


Poursuivant leurs recherches en sous-sol, les aventuriers tombent sur un véritable laboratoire d'alchimie. Un papier écrit en allemand « brasser hydromel de l'espace » intrigue Paulus lorsqu'il le traduit à ses camarades. 4 fioles d'un liquide doré verdâtre ainsi qu'une recette incantatoire accompagnent cette trouvaille. En fourrant les fioles dans la poche de son manteau, Paulus réalise qu'il avait également récupéré un peu auparavant quelques lentilles de verre dans son mouchoir, peu après avoir pénétré dans le château par la poterne oubliée.


Enfin, les investigateurs parviennent à un passage scellé. Muré manifestement à la hâte, au vu de la maçonnerie grossière. En examinant les murs alentours, on découvre une fente qui permet d'entrapercevoir une pièce de l'autre côté. Quelques coups bien assénés permettent d'effriter puis d'effondrer suffisamment le mur pour qu'il soit possible de se faufiler de l'autre côté. Une vilaine odeur de putréfaction émane de cette salle condamnée, à tel point que Matthew laisse échapper un nouveau vomissement, mais cela n'empêche pas un Ion surexcité de se faufiler dans la pièce lorsqu'il aperçoit à la lueur des lampes torches une douzaine de corps empilés pêle-mêle les uns sur les autres. Paulus observe avec suspicion Ion fouiller méticuleusement les uniformes des cadavres du charnier, puis trouver manifestement ce qui ressemble à un document ou un carnet, et revenir aussitôt dans le couloir en expliquant aux aventuriers qu'il est temps de déguerpir car il a enfin mis la main sur ce qu'il était venu chercher... Il refuse de révéler les détails de sa recherche, tout juste consent-il à expliquer que ce sont les cadavres de soldats russes tsaristes qui avaient chipé quelque chose qui ne leur appartenait pas et qu'il se contentait juste de récupérer ce document d'une importance politique capitale pour lui et sa faction. Ainsi donc, Ion n'était venu chercher dans le château aucun artefact magique, mais uniquement de simples documents à haute importance politique et/ou diplomatique au yeux des communistes ! Mais les borborygmes du monstre de fumée se faisant de nouveau entendre au loin, le groupe a tôt fait de battre aussitôt en retraite sans inutiles palabres.


Entretemps, l'exploration de ces vastes souterrains aura également permis d'accéder à la tour par où s'est enfui le baron sur le dos de son vampire de l'espace. Après avoir escaladé un escalier en spirale leur procurant des sueurs froides, Matthew et Paulus trouvent au sommet de la tour une lunette astronomique d'étrange facture (Matthew prétend que sa conception défie les lois de la science), un grand livre ancien « De vermis Mysteriis » rédigé en latin ainsi que des cartes d'astronomie, mais aussi un parchemin qui les intrigue, sans oublier deux fioles d'un liquide verdâtre scellé dans la cire par une antique rune, et enfin une petite pierre avec dessus gravé le signe protecteur que les investigateurs avaient d'ailleurs eux-mêmes dessiné sur eux de façon empirique avant de se rendre au château. Est-ce la présence de ce symbole qui les a protégés du monstre de fumée ? Difficile à dire... Nos héros ont à présent la conviction que ce château constitue l'une des importantes bases arrières d'un culte dangereux aux ramifications internationales, voire intersidérales. Paulus n'hésite donc pas à saccager le télescope du baron, en le laissant choir avec fracas du sommet de la tour. Et ça lui fait du bien. Dès lors, l'idée d'une destruction plus massive de ce lieu infâme germe progressivement dans le cerveau torturé de nos aventuriers, ce qui pourrait peut-être contribuer à contrecarrer les projets de ce culte maléfique.


7/ L'holocauste :


Mais l'opération de sauvetage menée par Ion et Paulus touche à sa fin. Ion ayant trouvé ce qu'il cherchait et nos aventuriers ayant fait main basse sur une quantité importante de documents et d'artefacts, décision est prise de déguerpir sans plus tarder. Nathaniel en proie à un début de fièvre et sujet à des vertiges s'étant évanoui, une brouette est utilisée pour le redescendre au village. Matthew décide de jeter un dernier regard aux écuries et entraperçoit des chevaux morts, ainsi qu'un pied au sol recouvert d'une botte... manifestement un cadavre. Il rejoint pourtant ses camarades dare-dare sans poursuivre son exploration des écuries, la brouette ayant entamé la descente de quelques dizaines de mètres sans qu'il puisse se tenir à proximité de son patient qu'il ne veut pas quitter des yeux plus longtemps.


Quelques centaines de mètres plus bas, les investigateurs trouvent le cheval de Ion étendu à terre, mort ! Matthew l'examine rapidement et se perd en conjectures quant à la nature des marques qu'il découvre sur le corps de la pauvre bête. De mémoire de vétérinaire, il n'a jamais vu ça. Le groupe est plus que jamais perplexe. La fin de descente de la montagne s'effectue rapidement, sans même entendre le hurlement d'un loup. D'autant qu'en arrivant au village bien silencieux là encore et en pénétrant sur le seuil de l'auberge, c'est la consternation et l'effroi parmi le groupe des aventuriers. L'aubergiste gît au sol, mort. Recroquevillé dans un recoin de la salle principale. Et en se rendant promptement à l'église, Matthew découvre un nouveau cadavre affaissé dans la neige. A l'intérieur de l'église, le pope est également raide mort, tétanisé, les mains rivées sur son crucifix, sans pourtant la moindre blessure apparente. Matthew retient à grand peine un nouveau vomissement.


Matthew revient immédiatement annoncer l'ampleur du désastre à ses compagnons demeurés à l'auberge, puis tente de prodiguer des soins un peu plus aboutis au bras démantibulé et atrocement lacéré de Nathaniel, qui reprend malgré tout progressivement ses esprits. Pendant ce temps, Léon et Wilhem ont compulsé frénétiquement les précieux ouvrages et parchemins vaillamment glanés au château. Le sort magique d'appel de Nyogtha figurant sur l'un des parchemins est relativement facile à apprendre... Wilhem le synthétise sans peine. Mais Léon et Wilhem découvrent également avec stupéfaction que le livre De Vermis Mysteriis contient divers sortilèges, dont un sort destiné à appeler et commander un vampire stellaire ! Ainsi donc l'instinct de Paulus ne le trompait guère lorsqu'il avait spontanément désigné cette créature sous le vocable « vampire de l'espace » avant même de pénétrer sur le sol roumain. Pour finir, le boîtier casse-tête est quant à lui ouvert par Ion, et contient un message en latin relatif à une prophétie faite par le prêtre égyptien Nophru Ka, que Léon s'empresse de traduire là encore.


8/ L'autodafé :


Ion ayant accompli sa mission, il exhorte le groupe à déguerpir de ce lieu de désolation au plus vite. Devant leur inertie, il décide de quitter le village sur le champs sans fournir davantage d'explications quant à son statut d'agent gouvernemental infiltré en pays ennemi (ainsi que Paulus l'avait pressenti), et sans attendre les investigateurs. Car ceux-ci après l'avoir cordialement remercié de leur avoir sauvé la vie, ont décidé d'adopter une toute autre stratégie alors même que la situation de Nathaniel empire : la contre-attaque !


Mettant la nuit à profit, Léon rédige un bref mémoire en latin relatant les événements vécus par le groupe et l'incorpore discrètement dans la mini-bibliothèque de l'église, afin de laisser une trace et des indices précieux aux générations futures. Matthew fait de même en anglais en s'atelant à la rédaction d'une sorte de journal intime. Si la mort venait à le cueillir prématurément, quelqu'un d'autre pourra peut-être un jour reprendre le flambeau...


Puis décision est prise de repartir à l'assaut du château, afin d'infliger un véritable revers au baron et à toute sa clique de sectateurs maléfiques. L'heure de la vengeance a sonné ! Avant même la fin de la nuit, le groupe martyrisé mais déterminé allume des torches, amasse dans un chariot prévu à cet effet le plus possible de fagots de bois, grimpe la colline d'un pas revanchard, puis pénètre dans le château toujours désert, dispose les fagots de bois aux endroits jugés propices et boute le feu aux meubles des salons, chambres, cuisine, et bibliothèque du château (à l'exception d'une poignée de livres des chroniques de la dynastie Hauptmann prélevés par les aventuriers), en espérant que la chaleur ainsi dégagée suffira à transformer l'antre du baron Hauptmann en un champs de ruines, véritable tumulus funéraire digne de la grandeur du regretté Abraham, laissé en l'état dans la salle de torture.


C'est avec pour seul bruit environnant le crissement de leurs pas dans la neige et sans jeter le moindre regard sur le château en proie aux flammes et à la fumée (véritable cette fois-ci) que nos aventuriers survivants quittent Drosvona avec deux jours d'avance sur leur planning et regagnent à pied la ville la plus proche afin d'y trouver un hôpital, sans même attendre leur guide local dont on escomptait le retour dès jeudi. Les survivants sont à jamais marqués par cette terrible épreuve. Mais nullement anéantis. Un prophète est mort. Mais un héros est né. Car grâce à sa bravoure et à sa résistance inouïe à la douleur, Nathaniel a su à jamais forcer l'estime et l'admiration de ses camarades meurtris dans leurs chairs en parvenant à introduire le doute dans l'esprit du baron Hauptmann. Cette sensation de force collective qui est en eux, ce bouillonnement intérieur, ce désir de revanche jusqu'au bout est partagé par tous, désormais, malgré le froid glacial qui les enveloppe et qui a tôt fait de les exténuer, rendant chaque pas plus pénible que le précédent. C'est avec émotion et pudeur que Nathaniel serre contre lui l'écharpe d'Abraham, qui lui maintient toujours son bras meurtri. Voyant cela, une larme silencieuse perle de l'oeil de Wilhem et se cristallise sur sa joue sans parvenir à couler jusqu'au sol. Car l'heure n'est plus aux larmes, mais à la revanche impitoyable contre les forces du mal. Car quoique ébranlés au plus profond de leur âme,  les investigateurs se sentent désormais prêts, s'il le faut, à aller porter la guerre dans les étoiles.
« Modifié: janvier 13, 2015, 22:45:52 pm par fredyl »
J'ai un plan !

Hors ligne jeff75006

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 227
  • Sexe: Homme
  • Mike Mullins, aviateur
    • Voir le profil
Re : CR de la séance du 20/12/2014
« Réponse #1 le: janvier 04, 2015, 12:53:44 pm »
Comme quoi, un CR long et détaillé, c'est bien aussi...  ;)

J'ai mis en ligne tous les éléments récoltés lors de cet épisode dans la dans la partie du forum réservée à cet effet.

Réfléchissez bien, et dites-moi ce que vous comprenez de ce qui se passe, et quel est votre prochaine action. Pour l'instant, les persos ont fui jusqu'à Londres, et s'y reposent quelques temps.
« Modifié: janvier 04, 2015, 12:56:19 pm par jeff75006 »
Je volerai au-dessus des Montagnes Hallucinées, j'en reviendrai et le monde se souviendra de moi!

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - jeff75006  |  CR (Modérateur: jeff75006)  |  CR de la séance du 20 décembre 2014 - les secrets du château
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !