gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102303 Messages dans 7481 Sujets par 859 Membres - Dernier membre: uplicle septembre 16, 2019, 06:49:04 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Faery Tales  |  Livre 5ème : Terre d'asile (Modérateur: Sstrad)  |  Chap.21: Regarder devant
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Chap.21: Regarder devant  (Lu 885 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Celena

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 170
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Chap.21: Regarder devant
« le: juillet 23, 2014, 01:24:40 am »
Aelynn referma doucement la porte derrière elle et s’y adossa, contemplant d’un air absent le tigre effectuer son rituel journalier avant de se coucher.
Elle soupira et le rejoignit à pas lents.

Après un moment d’hésitation, elle s’allongea à même le sol à moins d’un mètre du fauve.
Simba redressa la tête et l’observa à son tour. Il était devenu énorme, presque de la taille d’un cheval. Il semblait à Aelynn que la veille encore elle tenait dans ses bras cette peluche blanche couinant tel un gros chat. Le temps filait si vite et il s’était passé tant de choses depuis ce jour.
Elle tendit la main vers l’animal et se mit à le caresser du bout des doigts lorsqu’un éclat doré à son poignet lui attira le regard.
Elle releva sa manche et découvrit le bracelet sacré d’Erastil, utilisé par Alaric pour sauver Madeleine.
Lentement, elle se tourna sur le dos tout en ôtant le bijou. Le travail était d’une grande finesse. Le corps était principalement constitué de branchages finement noués clairsemés par endroit de petites fleurs au cœur de diamant. L’anneau se refermait sur le poignet par deux magnifiques émeraudes arrondies, serties de lianes en fleurs. L’objet était l’œuvre d’un orfèvre et valait sans nul doute une véritable fortune. Prise par les derniers évènements, elle avait omis de le rendre au prêtre.

Alaric…
C’était en grande partie à lui qu’elle devait le salut de sa sœur. La demande en mariage du jeune homme résonna dans sa mémoire. Elle l’avait pressenti et ses doutes s’étaient alors concrétisés. Elle avait tenté avec la plus grande douceur de refuser sa demande sans le blesser. Mais il n’y avait pas de bons mots pour cela. Le sourire crispé du prêtre et sa fausse désinvolture en disaient long. Elle s’était alors fait un point d’honneur de ne jamais l’évoquer devant autrui afin de ne pas le mettre mal à l’aise. Mais à sa plus grande surprise, c’était lui qui en avait parlé. Peut être une façon bien personnelle d’évacuer l’échec en le partageant.
Elle reporta son attention sur le symbole d’Erastil. Décidemment, pour une raison qui lui échappait, son destin y semblait lié. Méléarn, Corwyn. Les hommes qu’elle avait aimés à ce jour étaient devenus des appelés du dieu. Et à présent leur prêtre Alaric qui lui faisait sa demande. Comment pouvait-on aimer quelqu’un que l’on ne connaît pas ? Cette question, elle l’avait retenu de justesse ce jour là. Inutile de le blesser davantage. Néanmoins, cela restait un mystère pour elle. Elle avait beau la retourner en tout sens, elle ne trouvait pas de raison valable. Alaric avait demandé en mariage la seule personne de Dragonrise qui ne lui parlait pas ou très peu, à savoir elle. Non. Vraiment, ça ne tenait pas la route.

Elle soupira tout en repassant le bijou à son poignet. Il faudra songer à le lui rendre.
Quoi qu’il en soit, son inquiétude était tout autre. Le comportement du prêtre changeait un peu plus chaque jour. Un côté animal se dégageait de lui. Une forme de puissance qu’il ne possédait pas avant. Avait-il contracté la lycanthropie de Jovien ? 
Lorsque Madeleine avait renvoyé les énergies, elle avait vu un loup entrer en lui et un phénix entrer en Cassandra. Dès lors, ses doutes quant à l’apparition du tatouage dans le dos de cette dernière s’étaient révélés fondés ce matin même. N’en était-il pas de même d’Alaric ?

Ce matin, inquiète et pressée de connaître la vérité, elle n’avait pas prêté attention au géant blond assistant à l’office religieux. Quelle n’avait pas été sa surprise en entendant sa voix grave résonner dans son dos.
Il s’était déplacé juste pour cela. Pour le tatouage. Il voulait savoir pourquoi et comment l’ôter à sa sœur. L’espace d’un instant, elle avait senti son cœur se serrer.
Gabriel angoissait pour sa sœur et pour le danger potentiel du tatouage, alors qu’il n’avait jamais émis l’ombre d’une inquiétude la concernant. Pourtant, des quatre tatouages existants, seul le sien restait un mystère. Comment pouvait-on être inquiet de porter sur soi le symbole de la vie et de la renaissance ?
Après tout, en procédant par élimination, après la sagesse, la renaissance et le combat, n’était-ce pas la mort qui manquait à ce cycle ? N’avait-elle pas prouvé sa capacité à tuer sans même en avoir conscience ? N’était-ce pas déjà le drame vécu par sa tante autrefois ?

Aelynn eut un petit rire nerveux. A ce jour, elle en était arrivée à cette conclusion. Elle devait représenter la mort. Quoi d’autre sinon ?
L’or du bracelet attira de nouveau son regard. Dans ce cas, pourquoi Erastil protègerait-il la représentante de la mort ?

(click to show/hide)

Elle laissa retomber lourdement son bras sur son ventre. Ce matin, elle avait indiqué à Cassandra comment faire disparaître le tatouage : en ayant un enfant. Une fille plus précisément. Elle avait arrêté là son explication. A son étonnement, l’esprit d’ordinaire vif de la prêtresse n’avait pas relevé la déduction de cette information. Une fille. Cela engendrait deux questions : comment Gabriel, étant un homme, pouvait porter un tatouage ? Et surtout comment les Tinax pouvaient porter ces tatouages engendrés seulement par la lignée des Valmont ? Leurs familles auraient-elles été liées un jour ?

Gabriel… Il était reparti aussitôt, dès l’information obtenue. Il ne lui avait posé aucune question. Juste un baiser volé avant de disparaître.
Aelynn se sentait de nouveau seule. Madeleine allait se marier. Elle était profondément heureuse pour elle. Mais cela signifiait une forme d’éloignement. Valaar de son côté s’enfermait dans sa douleur. On ne pouvait l’en blâmer. Corwyn, égal à lui-même, l’évitait et c’était bien naturel. Cassandra restait la seule accessible. Sa présence lui apportait un peu de réconfort. Quand à Gabriel, elle ne le voyait pour ainsi dire jamais.
Certains jours, elle avait envie de tout quitter. Repartir, s’installer ailleurs et tout recommencer. Mais cela était une forme de fuite. Rien ne pourrait lui ramener la légèreté de leur enfance. Rien ne ramènerait Lyssa.
A ce prénom, sa gorge se noua. Sa main glissa vers sa sacoche de ceinture et en sortit une mèche d’or. Bientôt sa vue se brouilla et elle sentit les larmes rouler sur ses joues.

Elle voulut les essuyer lorsqu’une truffe géante vint se frotter, suivit d’un grand coup de langue.
La jeune femme rit, tout en tentant de se dégager du fauve.
« Oui, d’accord, d’accord. Je m’excuse. Tu es là toi. »
Elle lui saisit affectueusement la tête, y déposa un baiser, avant de la serrer contre elle.

« Merci. Merci de veiller sur moi. »
Elle fixa Simba. Son reflet dansait dans les pupilles du tigre géant. Il aurait pu la tuer. Cent fois. Mais ces énormes pattes reposaient mollement sur elle.
Ils devaient aller de l’avant. Tous.

Aelynn inspira, le poussa doucement et se redressa.

« Allez mon beau. On doit aller botter le cul d’une reine ! » 
« Modifié: juillet 23, 2014, 18:54:24 pm par Celena »
Celena

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Faery Tales  |  Livre 5ème : Terre d'asile (Modérateur: Sstrad)  |  Chap.21: Regarder devant
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !