gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102535 Messages dans 7508 Sujets par 887 Membres - Dernier membre: AlexKet septembre 23, 2019, 12:55:27 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - jeff75006  |  CR (Modérateur: jeff75006)  |  compte rendu du 23 janvier 2014 : la mine déconfite
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: compte rendu du 23 janvier 2014 : la mine déconfite  (Lu 1126 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne fredyl

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
compte rendu du 23 janvier 2014 : la mine déconfite
« le: mai 02, 2014, 15:41:36 pm »
La fouille des baraquements où résident les mineurs malades n'ayant rien donné, décision est prise d'aller au centre de secours hospitalier observer les malades d'un peu plus près. Ils ne sont pas beaux à voir, leurs visages et leurs mains sont les parties du corps les plus atteintes. La première escouade de 6 est malheureusement très mal en point, les hommes étant mourants. Ces derniers se montrent pessimistes quant à leur sort, devant l'ignorance du mal qui finit de les dévorer. Pour ce qui est de la seconde escouade de six composée de deux mineurs indiens et quatre mineurs caucasiens, ces deniers sont tremblants et fiévreux, et leurs cheveux ont déjà commencé partiellement leur chute. Face au mystère du puits B23 et à la tournure dramatique prise par les événements, l'un des mineurs indiens en appelle au savoir de ses ancêtres, qui auraient déjà combattu et vaincu ce mal par le passé. Et invoque le nom d'un sage parmi les sages : Tommy Etoile-Du-Matin, qui vit à Pine Ridge. La réserve indienne de Pine Ridge, située à environ deux heures de route, est peuplée d'une tribu anciennement prospère et puissante, celle des Lakotas.

Pendant ce temps, Wilhem, décide d'inspecter calmement dans le bureau du directeur décédé pour dupliquer le dessin mystique avec méticulosité. Le dessin est extrêmement complexe et précis. Et c'est pourtant d'une main étonnamment fébrile qu'il en duplique les contours et les détails. Par ailleurs, les documents exposés alentours sont des documents de gestion et livres de comptabilité en partie éclaboussés par le sang.

Le groupe de quatre enquêteurs se réunit brièvement et se répartit les tâches : Wilhem décide de se plonger dans l'étude approfondie des livres de comptes tandis que Daniel Et Abraham refont une inspection des baraquements des mineurs pour en avoir le cœur net et que Paulus s'en va interroger l'intendant en charge de l'approvisionnement et de la cantine des mineurs, suspectant une potentielle intoxication alimentaire. Mais tous font chou blanc. A une petite exception : Wilhem découvre qu'une quantité substantielle de minerai de pechblende a été soustraite des stocks de façon continue ces dernières semaines... sans que qui que ce soit tire la sonnette d'alarme. Interrogé et interloqué tout à la fois, Wallace, le second (toujours débordé voire dépassé par les événements et ne sachant pas où donner de la tête face aux mineurs désemparés et effrayés) confronté à la révélation de cette disparition massive de matière première présume que les quelques centaines de kilos ont dû être dérobés directement dans l'entrepôt.

L'entrepôt ! Les enquêteurs décident d'en faire une inspection surprise malgré l'heure tardive. Las ! Leur opération de contrôle inopiné sur les coups des 23heures se solde par un échec, rien de suspect n'ayant été détecté à la lueur de leurs lampes torches. Ils retournent alors se coucher, leurs mines défaites. Mais en toute fin de nuit, à 5h15 du matin, un bruit suspect les réveille... peut-être un bruit de moteur... provenant de l'entrepôt inspecté une poignée d'heures auparavant. En se levant aussitôt pour aller de nouveau observer l'entrepôt et ses alentours ils ne trouvent rien de suspect si ce n'est quelques traces de pneus anodines. Daniel traîne un peu et se sent fatigué, invoquant un manque de sommeil.

Face aux maigres indices recueillis, décision est prise d'aller rendre visite au vieux sage de la réserve de Pine Ridge. Malgré un accueil hostile du premier groupe d'indigènes à cheval mené par un malotrus du nom de John-Raide-Fort dès le franchissement du périmètre de la réserve, un shérif indigène vêtu à l'occidentale et portant le nom incongru de William-Jack-Rat-Bite intervient alors pour apaiser les tensions et annoncer au groupe d'enquêteurs qu'ils sont attendus par Tommy-Etoile-Du-Matin. Le village où réside Tommy le sage est composé de quelques maisonnettes et tipis, pour une population totale d'environ 200 âmes. Tommy, vieillard fripé est pourtant étonnamment fringuant, l'oeil vif et expressif retranché derrière une peau faciale parcheminée au delà de l'entendement.

Pendant que Tommy raconte aux enquêteurs une légende prophétique à dormir debout, Daniel se sent de moins en moins bien. Tommy prétend qu'un « hibou » lui aurait prédit la venue d'un groupe d'occidentaux investis d'une mission capitale pour le futur. Selon la légende, une tribu indienne corrompue, les Aricaras contaminée par les crickets fantômes aurait été défaite par une alliance sacrée entre les Lakotas et les Cheyennes grâce au pouvoir bienfaiteur de chamans aussi courageux que savants dans l'éradication de cette corruption ignoble des Aricaras par les crickets fantômes. Et sans crier gare, il entame devant les enquêteurs abasourdis un désenvoûtement sur la personne de Daniel, en entamant un chant assez monocorde et en dansant autour de lui avec un pied léger en dépit de son âge pourtant canonique. Et c'est alors que l'inimaginable se produit : une larve géante s'extrait des pores de la peau du front d'un Daniel déconfit... à grand peine, mais sans  saigner... une sorte d'insectoïde plus grand que le poing pourvue d'une dizaine de paire de pattes, de trois orifices ressemblant à des bouches et de deux yeux dépourvus de paupières. A peine la larve gesticulante tombée à terre, elle est aussitôt écrasée par le pied de Tommy sans que les enquêteurs abasourdis aient été capables de réagir. Le bruit du splaaash encore plein les oreilles, ceux-ci ne tardent pas à comprendre que la mélopée monocorde entonnée par Tommy produit des vibrations capables d'expulser du corps et de rematérialiser ces larves parasites bidimensionnelles. Et Tommy leur enseigne le plus promptement possible ce chant de désenvoûtement, afin qu'ils puissent s'en servir par la suite dès lors qu'ils en aient besoin. Il demande à William-Jack-Rat-Bite de les accompagner et de veiller sur nos enquêteurs, avec un étrange regard mêlé de compassion, d'espoir, mais aussi de résignation...

Tout s'éclaire, à présent ! Le directeur de la mine, dans un accès de lucidité (ou pas), s'est enfoncé un coup de piolet dans le front dans le but de neutraliser la larve qui le possédait et le manipulait à son insu... mettant fin à ses jours par la même occasion. Et si le directeur couvrait le trafic de la pechblende, il y a fort à parier que les mineurs malades ont également été possédés par ces larves afin d'effectuer d'autres tâches, plus subalternes... probablement le détournement physique de ladite pechblende. A ce stade, reste encore à expliquer la raison de leur étrange maladie. Est-ce un effet secondaire de cette possession de corps par les larves, ou l'origine du mal est-elle toute autre ??

Fort de ces indices, nos enquêteurs sont persuadés de tenir le bon bout et retournent à la mine inspecter les alentours de l'entrepôt où est stockée la pechblende. Priorité est donnée aux pistes de pneus de camions qui sortiraient de la voie principale. Et c'est là qu'ils repèrent des traces qui dévient sensiblement de la route ! Suivant cette piste dans un véhicule alors que l'après midi touche à sa fin, ils roulent pendant quelques minutes jusqu'à parvenir à une zone complètement pelée, telle le sommet lunaire du Mont Ventoux. Aucune végétation alentours sur une surface circulaire de presque cent mètres de diamètre. La mort et la désolation rôdent... et pourtant, c'est là que les enquêteurs voient les traces de pneus aboutir à un orifice béant s'ouvre à flanc de colline. Une sorte de mine, bien davantage qu'une simple grotte.

Profitant des derniers rayons du soleil qui éclairent en partie l'entrée de ce vaste orifice, nos quatre enquêteurs toujours épaulés par William-Jack-Rat-Bite pénètrent dare dare dans cet orifice béant aux allures lugubre, persuadés qu'il s'agit du repère des créatures qui asservissent les esprits humains et qu'il faut agir aussi promptement que possible. Sans même prendre le temps de s'accoutumer au peu de lumière alentours, ils entament de concert le chant magique appris auprès de Tommy-Etoile-Du-Matin, et c'est alors que surgissent d'un trou quatre spécimens insecto-humanoïdes munis d'étranges outils qui s'avèrent être des armes capables de propulser une sorte de rayon blanc manifestement redoutable. C'est une bataille rangée : les coups de feu et de poing pleuvent de part et d'autres dans un vacarme indescriptible ponctué des éclairs lasers, Wilhem est très légèrement blessé par l'une des créatures, tandis que Paulus esquive un rayon avec une habileté insoupçonnée. Daniel, très remonté contre ces bestioles qui lui ont occasionné des sueurs froides en abat un avec brio. Abraham, toujours focalisé sur ses cordes vocales, repousse psychiquement un autre de ces spécimens avec son vibrato irréprochable. Toutefois, un hurlement strident retentit dans la mine : William-Jack-Rat-Bite est touché au bras par un rayon et son membre se ratatine et s'atrophie presque instantanément sous les yeux effarés des enquêteurs. Mais ces derniers ont pris l'ascendant grâce à la gâchette de Daniel et à la mélopée sans failles d'Abraham. Les crickets de l'espace survivants battent en retraite dans le trou à vermine d'où ils étaient ressortis quelques instants auparavant. N'écoutant que leur courage et prêts à porter l'estocade finale, les aventuriers se ruent à leur trousses... et aboutissent à une très vaste caverne qui leur réserve une surprise de taille. Une lumière immanente à l'origine inconnue leur permet d'entrapercevoir au milieu de la grotte une structure métallique à moitié enfouie, à la forme quasi pyramidale à l'intérieur de laquelle se sont réfugié les crickets de l'espace survivants. Nul doute que la pechblende dérobée servait à réparer ou consolider la structure de cet édifice mystérieux aux allures de temple impie pour des créatures insectoïdes souterraines tout droit sorties de la terre creuse des légendes germaniques, ou bien aux allures de véhicule de l'espace pour une race extraterrestre en exil, selon les points de vue.

Ayant neutralisé à court terme la menace des crickets, les enquêteurs battent en retraite en souhaitant de toutes leurs forces qu'un peu de dynamite parvienne à boucher ce trou béant et stérile dans la colline en enfouissant à jamais cette aberration métallique de forme pyramidale.

Wilhem se demande avec effroi si les quelques minutes passées dans le périmètre de la zone pelée suffiront à le rendre malade comme les deux escouades de mineurs ayant déchargé la pechblende pendant des heures dans la grotte des créatures insectoïdes. Euphorique et se découvrant des talents insoupçonnés de héros prophétique, Abraham hésite à vouloir s'inscrire dans une chorale de Brodway à son retour parmi la civilisation. Paulus se demande en contemplant le bras atrophié d'un William-Jack-Rat-Bite à demi évanoui si les Lakotas ne risquent pas de le rebaptiser William-Jack-Bras-Bite à son retour à Pine Ridge.  Quant à Daniel, il s'enfonce dans un mutisme dépressif à l'idée qu'il ait été possédé par l'une de ces horribles bestioles.

L'affaire est élucidée, mais à quel prix ! Il va désormais falloir, de concert avec Wallace, la direction de la compagnie NWI et l'accord tacite de la tribu des Lakotas (fière des rôles joués par son mentor Tommy et son membre William), maintenir délibérément certaines facettes de l'affaire dans l'ombre. Voire de l'étouffer complètement. C'est une victoire pyrrhusienne : cette enquête aura laissé des traces indélébiles dans l'intégrité psychique, voire physique, de nos enquêteurs. Ni gloire ni fierté. Juste la satisfaction du devoir accompli. Pour le bien de tous.



« Modifié: septembre 09, 2014, 23:13:14 pm par fredyl »
J'ai un plan !

Hors ligne jeff75006

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 227
  • Sexe: Homme
  • Mike Mullins, aviateur
    • Voir le profil
Re : compte rendu du 23 janvier 2014 : la mine déconfite
« Réponse #1 le: mai 03, 2014, 11:41:25 am »
Magnifique!
Je volerai au-dessus des Montagnes Hallucinées, j'en reviendrai et le monde se souviendra de moi!

Hors ligne fredyl

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : compte rendu du 23 janvier 2014 : la mine déconfite
« Réponse #2 le: mai 03, 2014, 12:41:19 pm »
Sortez couverts !
J'ai un plan !

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - jeff75006  |  CR (Modérateur: jeff75006)  |  compte rendu du 23 janvier 2014 : la mine déconfite
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !