gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102278 Messages dans 7468 Sujets par 812 Membres - Dernier membre: Tomar mai 26, 2019, 21:08:15 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Vampire  |  IdF - Campagnes Solo - Yademael  |  L'histoire d'Avramea (Modérateurs: Yademael, manquedebol)  |  [Résumé] Rencontres et autres au jour le jour.
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: [Résumé] Rencontres et autres au jour le jour.  (Lu 3881 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
[Résumé] Rencontres et autres au jour le jour.
« le: octobre 14, 2013, 19:35:23 pm »
Vie humaine fadasse la mort. Orpheline, élevée par un homme d'église. Devient diaconesse, mais du catéchisme, apprend à chanter des bondieuseries. Je réfléchis de plus en plus à la religion et me présente sans voile dans une église. Je suis reniée, battue, on me coupe les cheveux.

J'erre un peu, un homme force ma porte, je suis étreinte par Pierre l'humble. Présentation à Magnus, gardien de l'orthodoxie et à Sarah la Chaste. Deux ans de formation, puis vint ma présentation.

Jour 1 : je me présente devant Michel mais le problème de la mort de Septima occupe les esprits. J'ai quartier libre ensuite, donc je visite la ville. Zone 1, zone 2. Je passe devant Dorothéus et Théophilus, rencontre Natalia Svyatoslav. Phare du Séraglio, quartier d'Arcadius. Bains. Nicéphore vient me causer, je vois Grégorius de loin. Je visite les bains, tombe sur Sarracène et Khay'Tal sans que nous ne nous présentions. Je visite les palais par le port du Boucoléon, les jardins, la Chalcè. J'avance dans la salle de réception, visite le palais. Bélisaire arrive, discute avec Caïus puis emmène 5 hommes qui le pressaient pour interrogatoire. Je dis à Caïus que Nicéphore fait les 100 pas dehors et que si sa goule en était il faudrait le prévenir, qu'il ne s'énerve pas. Il me demande ce que j'y gagne, me remercie et envoie une goule m'emmener à Epirus, pour qu'il me fasse visiter le palais. Il me regarde comme s'il était asexué ou gay.
Epirus est le préfèt domestique, c'est un peu gonflé de le faire déranger pour ça. Mais il me fait visiter, après qu'on ait discuté un peu.

Jour 2 : Je vais visiter la zone 3, à l'hippodrome je vois des gens se battre, d'autres faire du théâtre. Dans la cathisma il y a Caïus. À un moment Bélisaire arrive avec 15 gardes varangiens. Il veut m'interroger mais je croise Caïus avant et l'interrogatoire se fait à trois, on me laisse repartir. Je vais au quartier du Maurus, mais on m'escorte vers la sortie. Je vais aux quartiers latins, c'est sale, puant, ténébreux. Les ténèbres sont épaisses, je ne vois plus mon ombre. Un homme m'égorge, je le fais fuir. Je rencontre Alessandro de Navarre, il m'explique que je ne suis pas en sécurité ici, que si je veux en savoir plus je peux revenir, et il me montre l'entrée/sortie par laquelle je passe si je veux le revoir. Ensuite je vais aux quartiers de la marine impériale, je visite. Je vais me décrasser au port nord et je rentre.
À la maison un homme tambourine à la porte : je rencontre Armet le rêveur, qui me parle de son rêve (mort de son antédiluvien, bcp de choses vont se jouer à Constantinople), avec lequel je parle de religion. Il avait RDV avec Magnus, je l'accueille bien (Théoginus, la goule de Magnus, est mal polie, mais je la remet à sa place).
Je m'occupe de ma robe, quand les gens reviennent Magnus est furieux, on lui a imposé que je sois la nouvelle représentante du clan. Il fait de moi la maitresse de maison, m'explique des trucs. J'ai une semaine pour connaitre la politique de la ville, ensuite une semaine de formation avec lui. Théoginus m'explique aussi des trucs, on fait la paix. Sarah me dit d'aller voir des gens, de pas en aller voir d'autres, etc.

JOUR 3 : Je commence par choisir mes pages (4). Je vais à ma première messe Mickaëlite, qui me laisse un peu perplexe et pas mal impressionnée. Ensuite je vais voir Ghézu et Siméon à St Jean Stondion. Le chemin est long, je marche sur la Mézè pendant une bonne heure, en passant par différents Forums, marchés, etc. Ghézu m'accueille, Siméon n'est pas là, on discute de son culte, puis il me montre la bibliothèque, me fait rencontrer la gardienne et les veilleurs. Ensuite on discute et il devient assez agressif, il aime pas Magnus, un parricide, blablabla. Je lui réponds, il me dit qu'Armet avait raison, que je suis une rose parmi les ronces, une rose qui pique, une rose noire. Je repars en carriole, carriole qui m'emmène au monastère du Christ Pantocrator. Siméon est désagréable, il m'explique un peu plus le fonctionnement du culte ghézudien puis me fait une doléance.
Quand je rentre Magnus m'engueule comme du poisson pourri car personne ne savait où j'étais. La garde skolaï (celle de Michel) est venue me chercher, personne ne savait où j'étais etc. etc. Il me tape dessus, me fait peur.

JOUR 4 : je me fais réveiller au crépuscule, on me colle trois esclaves dans les pattes et je vais à Ste Sophie. Sur le chemin je rencontre la garde, je leur dis qu'ils me cherchent, on y va. Je rencontre Pétrone et Michel. Michel ne parle pas. Pétrone est étonnamment gentil. Je trouve ça louche. Il me parle du clan Toréador et des affiliés. Michel tient à me parler de Gallasyn, Toréador déchu adopté par les enfants de Judas (Khay'Tal). Les muses, etc. Il dodge pas mal les sethites, m'explique que je suis une affiliée, donc inférieure aux autres toréadors. Je chante pour eux. Ça soulève pas les foules.
JE rentre à la maison, un gamin des rues est là, Alessandro me dit de passer quand je veux, je lui donne rdv en jour 6. Je suis aussi invitée au palais. J'y vais. Epirus me dit que Bélisaire voulait me voir mais il est sorti, par contre Caïus voulait me voir aussi et il est là. On y va (chemin sécurisé), en discutant en route. Caïus me reçoit, me dresse un tableau flippant de la politique caïnite puis me présente les gens de son clan. Quand je parle d'Alexia Theusia il devient menaçant.
En sortant un garde me choppe et je rencontre Bélisaire, qui me propose un deal : je cherche des informations sur la mort de Septima et en échange il deviendra mon allié, en gros.
Ensuite je vais voir Tribonius. En passant devant les bains je vois Gallasyn. Il me parle de mon ombre, me dit de passer à la Route de la soie le lendemain. Il me caresse la main en partant, je pars un peu gênée.
Sur le chemin vers Tribonius je rencontre Natalia. Je suis accueillie par Dorothéus, puis Théophilus, puis ils m'emmènent à Tribonius, qui est passionnant.
Ensuite je visite le cimetière, Alexia Theusia me parle d'amour et de mort. Me donne une énigme : je dois trouver le caïnite de la ville qui brûle d'amour, celui dont le cœur est asséché et dont tout l'amour a brûlé.
Il y a de l'orage, beaucoup d'éclairs aux jardins du palais. Quand j'y vais je tombe sur Grégoire le faiseur de merveilles qui recharge Rufus. On va jusque chez lui (quartier du Maurus, palais de Magnaure), il me fait visiter, c'est grandiose, parfois effrayant. Il me présente Rofulus. Je m'en vais.

JOUR 5 : J'écris une lettre pour Malachite. Je vais chasser avec Pierre (il ne me l'avait pas appris). Il essaye de nouer un contact sire/infant. Bwah.
Ensuite je vais me présenter à Khay'Tal, à la route de la soie. J'ai un peu du mal à rentrer (mdp : je suis de la famille). Gallasyne est complètement drogué, Khay'Tal me reçoit quand même. On discute de bcp de choses, politique et cul, il me présente la soie et Sarracène, on parle des hunters qui ont tué Septima et du type qui vide des cadavres près de chez eux.
Je repasse à la maison, Sarah flippe sa race, je lui explique que la volonté de Michel est de voir tous ses affiliés unis, etc. Elle va essayer d'en parler à Magnus.
Je vais aux bains. Je tombe sur Sarracène. On se fait masser, on va aux bains, on discute. On voit Gabrielle. Je vais lui parler. Elle veut se faire des amis. On va au Saout Assouad et je lui propose un deal : faire tomber les hunters et me servir de couverture (les sethites veulent pas qu'on dise que l'info est d'eux, ça fait pas sérieux). Elle accepte, RDV le lendemain, 3h avant le lever du soleil.

JOUR 6 : Je vais voir Alessandro. Il me sert du sang givré, de la glace, on discute de pas mal de trucs. Il me dit de me méfier d'Alfonso. Il a deux infants, Gabrielle aussi, et Magnus a des infants aussi dans le quartier latin. On parle d'occultisme, de religion, de son étreinte, sa sire et sa quête, de mon étreinte et ma vie. Il accepte d'être mon ami. On discute encore d'Alfonso, de Gabrielle, de Niño qui arrive, des automates, de Grégoire, de la bibliothèque, de son atelier et de mon portrait. Il me dit aussi que les hunters qui ont tué Septima parlait de leur commanditaire en l'appelant "la nuque". Je pars vers 1h du matin, après lui avoir proposé qu'on se revoit le jour 8.
RDV avec Gabrielle : quelqu'un est passé avant nous chez les hunters, tout a été nettoyé. Elle n'a rien trouvé, mais rien touché non plus. On va voir Bélisaire au palais, on est interrogées et mises en cellule pour notre protection... On dort là bas...

JOUR 7 : Quelqu'un vient nous chercher au petit matin. Bélisaire me dit que j'ai fait innocenter le clan. Je repars du palais avec deux goules de Magnus qui ont empêché la garde varangienne de rentrer pendant la nuit (...). À la maison Magnus essaye de me dominer pour connaitre les détails (Bélisaire m'a demandé de les garder secrets avant l'annonce de minuit). Il part en frénésie, me bat. Je lui dis. Nous allons au palais plus tard.
Après l'annonce de Bélisaire (qui dit tout sauf le surnom du commanditaire) je vois Malachite. Il me fait un câlin, me parle de beaucoup de choses, me donne des conseils.
Dans les jardins je discute avec Grégorius, ça se passe assez bien, on s'amuse. Ensuite je discute avec Pakourianis qui veut me peindre et me tient la jambe 20 minutes sur ce qu'il a ressenti en me voyant à Ste Sophie. Ensuite je vais m'assoir sur un banc, Ignace vient me causer, il veut croquer mon ombre, on discute.
Je vais au bain, Nicéphore s'excuse, est aimable, me tient la jambe une demie heure, m'offre à boire, etc. Ensuite je vais me détendre aux bains (je demande Marthe), puis je rentre.
À la maison Théoginus a une bassine d'eau chaude et me dit que le lendemain c'est quartier libre. Magnus me veut au taquet pour le jour 9. Je discute avec lui pour savoir où et comment acheter des fringues. Sarah aussi en a besoin. On verra.

JOUR 8 : Un gamin arrive avec un message d'Alessandro qui me dit qu'il doit se présenter au palais, qu'il espère m'y voir. Je me prépare et j'y vais. Il se présente comme étant de 7° génération, Niño comme étant Diego del Sol, son pupille. Sa formation durera 10 ans. Après ça nous partons au monastère de St Jean Stondion : ils ont des réponses aux questions d'Alessandro et je sers de témoin de moralité. Niño me parle beaucoup, de son 5° pouvoir d'obténébration, de bêtises. Alessandro est pensif, il me demande comment s'est passé ma journée de la veille. Je lui demande d'abord pardon pour les dérangements de sa journée, il me répond qu'au final c'est plutôt bon pour eux, réfléchit et me dit que s'il trouve des informations sur sa sire il partira à sa recherche. Je me met à pleurer sans pouvoir m'arrêter, Alessandro sait pas quoi dire, Niño essaye de me faire rire, me demande si Alessandro me plait, me dit qu'on l'empêchera de partir, que de toutes façons il ne parle que de moi depuis deux jours. Alessandro finit par dire que 12 ans de plus ou de moins, sa sire peut bien attendre. Je balbutie qu'on en rediscutera mais on arrive au monastère.
On est accueillis par Ghézu et Siméon. Le premier a l'air compatissant. Il demande son vrai nom à Alessandro (Alexandre), et lui donne une boite avec un mot de sa sire, qui est ici. Siméon nous amène à elle. Cela fait des années qu'elle est dans sa cage, sa bête a pris le dessus. Alessandro la tue avec un poignard sacrificiel qui fait sauter toutes les dom' qu'elle lui avait faite. Et y'en a plein. Il est fermé, il réfléchit. On s'en va, Niño ne sait pas quoi faire, moi non plus. Alessandro nous laisse lire la lettre dans la carriole qui nous ramène. On se quitte devant le quartier latin.
Je suis déprimée, je vais aux bains. La nuit est jeune, j'y rencontre Natalia. Dans l'eau glacée. Elle est vénère contre les hommes, une histoire avec les tribuns. On décide d'aller faire du shopping, en prenant Sarah (comme une chienne) au passage. En sortant la garde varangienne arrive : 20 personnes, avec Bélisaire et Doukas. Bélisaire vient me demander si Alfonso de Venise était aux bains. Ensuite Nicéphore commence à plus ou moins gueuler contre Bélisaire, qui finit par le saisir à la gorge en criant "TU LUI AS FAIT QUOI ?". On s'était éloignées, on décide de s'éclipser.
On discute toutes les deux, je vais chercher Sarah et on fait les magasins (en passant par le quartier latin pour les bottes). On parle de Narcès de Venise, elle posera des questions sur lui et sa volonté de piller Constantinople à Tribonius. Elle veut visiter les toits du quartier latin avec moi. Sarah est un peu choquée par toutes nos discussions, le comportement de Natalia, j'essaye de la remettre un peu à jour mais bon. Par contre que je porte un pantalon ne semble pas l'amouvoir plus que ça, elle m'aide même à le justifier auprès du vendeur.

JOUR 9 : Je commence par écrire un CR à Magnus. Sarah vient me voir avec une bonne bouteille, elle est surprise par mon initiative et me dit que c'est très bien. Pierre vient me voir, il me menace, il a peur que Magnus le tue et que je le remplace.
Magnus m'explique certaines choses, je lui fais mon CR (en occultant certaines choses), il m'expose 5 possibilités pour mon avenir, y'en a aucune qui me ravit... Il me redemande ce que j'aurais à proposer pour le clan etc. Je le fais partir en frénésie deux fois, mais apparemment cette semaine de formation se passe avec ses deux goules qui me protègent. Puis au fil de la discussion je lui fais bon effet et il m'explique que Pétrone a proposé que je sois nommée questeur à sa place. Tout de suite ça a plus de gueule, je suis pour ! Du coup il part voir Pétrone, j'ai quartier libre mais je dois pas aller à Ste Sophie.
Je vais devant le quartier latin. Alessandro me rejoint. Il veut se changer les idées. On va vers les jardins, puis finalement Théophilus et Dorothéus nous choppent devant les bains, ils veulent discuter, on y va. Alessandro est très mal à l'aise par le concept des bains mixtes. Puis il aime pas les massages et n'est pas fan des étuves (lui il connait une version différente). Dans l'étuve j'ai un contact mental de Sarracène (il fait ça pour s'amuser, nature autiste). C'est bizarre, j'accepte puis je le jette, c'est très gênant. Bref. Ils me parlent de Natalia, les toits c'est dangereux, oui, je ferai attention, etc. On discute droit et politique, paranoïa (ils me demandent si Natalia a mangé quelque chose ce soir là).
Aux bains les deux brujahs sont nus, Alessandro et moi non, on voit une nana à poil super bien gaulée se pavaner et quand Alessandro explique (en regardant ailleurs) que pour lui le corps est un don de Dieu qui ne doit être partagé qu'avec ses intimes les deux petits malins l'appelle. C'est Armélie, la sculpture, et elle commence à vouloir me déshabiller : on parle de moi en ville, il faut que je mette mon corps en valeur. Alessandro la dom' "Madame, allez-vous-en". Ca passe, du coup les deux brujahs font des réflexions sur le fait qu'il est 6° génération, pas 7°... Mais que personne n'a rien vu et qu'ils ne diront rien. Alessandro est gêné, emmerdé, il ne veut pas répondre. Massages.
Ensuite on va marcher tous les deux dans les jardins, on parle de mon début de soirée, de sa sire et ses objectifs, puis de son enfance (il me fait des contes avec les ombres - les ombres sont très jolies mais les contes bôf, il a oublié un peu).

JOUR 10 : je suis appelée à Ste Sophie. Sentiment d'urgence, j'y vais vite, sans même connaître le chemin je me retrouve dans la crypte de Michel, avec Pétrone et Magnus. J'arrive à ne pas tomber à genoux devant Michel. Il me parle et nous nous retrouvons vite seuls, il me présence ras la gueule, dans tous les sens. À la fin de la nuit il m'explique qu'il a besoin d'un questeur pour son rêve, et qu'il va faire de moi quelqu'un qui ne sera pas affecté par sa présence, qui sera objectif et neutre.
Pendant une semaine je ne sors pas de cette crypte. Je le vois bloquer 30 minutes, une fois... Je vois aussi Dieu, pendant une journée... Puis il m'apprend que dépenser son sang permet de résister à la présence.

JOUR 16 : Michel n'est pas là. Je sors. Un garde Skolaï m'amène à la chambre de Pétrone. Il me demande comment je vais, essaye d'user de sa présence sur moi. J'y résiste. Alors il décide d'essayer autre chose et me donne une coupe de son sang, puisque je dois être assoiffée. Je le sirote, c'est trop bon. Il trouve ça charmant. Ma nomination sera normalement dans deux mois : deux semaines de quartier libre, deux semaines de formation, puis rebelote.
Bélisaire a essayé de me voir et a du être sorti manu militari de Ste Sophie. Nicéphore m'a dominée pour avoir les informations concernant l'enquête. Pour que cela ne se reproduise plus, je le rencontre et Michel le présence ras la gueule en lui disant "tu vas essayer de dominer cette femme et tu vas échouer", jusqu'à ce que Nicéphore se sente incapable de le faire, puis on lui fait oublier...
Je vais à Ste Irène, j'ai des messages de plein de gens (Bélisaire qui me convoque, Alessandro qui s'inquiète, Niño qui dit que son sire s'inquiète et que je devrais devenir une ombre et leur montrer, Natalia qui me demande si ça tient toujours pour les toits). Je laisse un mot à Magnus et je rassure Sarah qui était inquiète (Magnus a fait croire qu'il ne savait pas où j'étais). Je me lave, me change et vais au palais.
Au palais j'entends des rumeurs, un nouvel affilié ventrue. Un garde varangien m'ouvre à son bureau, me dit qu'il passera le message. Mais je croise Epirus qui se rend au conseil de guerre et me dit d'attendre (il me demande aussi si j'ai rencontré un mathématicien pendant cette semaine). On discute un peu de religion, de blasphème et d'iconoclasme d'Antonin. Il me dit qu'il faudra qu'on rediscute. Un page vient me chercher plus tard, il m'amène jusqu'à la salle du conseil de guerre dans laquelle il y a Bélisaire, Caïus et Doukas en plus d'Epirus. Epirus dit à Bélisaire "vous voyez bien qu'elle est vivante", puis Bélisaire me prend à part et me demande si j'ai subi des menaces, si ça avait un rapport avec l'affaire. Il me dit qu'il n'était pas le seul à s'inquiéter. Je repars et cours au quartier latin.
Niño arrive au bout de 10 secondes, on se fait agresser sur le chemin puis on arrive chez eux (sur le chemin il me dit aussi qu'ils ont rencontré Malachite près de l'hippodrome). Alessandro est empoté, il s'est beaucoup inquiété, je lui dis que j'ai vu Dieu, il me fait réaliser que peut-être pas... Puis il me fait un spectacle d'ombres et lumières en racontant les contes de son enfance qu'il a révisés. C'est vraiment passionnant. Niño les adore aussi. Ensuite Alessandro m'offre une rose infusée d'obténébration. Niño dit à Alessandro de préparer son atelier pour me peindre, il descend pour me montrer "quelque chose" (je sais plus quoi), puis il s'amuse et me dit qu'Alessandro a galéré pour faire cette rose, que j'ai pas intérêt à la casser parce que c'est trop flippant ce que ça peut donner). Il veut m'offrir un bijou pour les cheveux, je le remercie mais lui explique que je n'en ai plus. Je lui dis de le garder pour Natalia et nous parlons de notre virée sur les toits. Alessandro me peint deux heures (dont une demie heure pendant laquelle Niño jongle avec plein d'objets et de tentacules). Puis on décide d'aller visiter les jardins pour essayer de voir Grégoire et ses automates. Niño va chasser et nous rejoint plus tard.
En passant je dépose ma rose à Ste Sophie. J'y croise Pierre et Magnus. Le premier me lance un regard noir, le second veut voir la rose puis me demande quand je me marie. J'apprends la tradition et devient rouge pivoine. Je rejoins Alessandro l'air de rien et il continue de me parler des étoiles, on discute d'astronomie, de tout, de rien. Aux jardin Grégoire est bien là, avec 20 personnes... Je prends Alessandro par la main, j'alpague Grégoire et on avance à travers la foule. Les gens nous laissent passer, il y a des ombres sur nous. Je dis bonjour à Grégoire, je lui présente Alessandro et c'est le drâme, ils se mettent à parler mécanique, fonctionnement des bestiaux, etc. Dâme Cellise me fusille du regard et commence à me taunter très gras. Elle finit par me demander si la gueuse que je suis a déjà été culbutée et je lui réponds que le seul qui s'est présenté lui était déjà passé dessus, donc j'ai passé mon tour. Elle part, furieuse.
Je les écoute discuter, Niño arrive, il est tout content, mais Grégoire s'en va après qu'Alessandro lui ait parlé des vols d'oiseaux la nuit.
On va à l'hippodrome, Niño rencontre Grégorius et veut participer à la pièce. Alessandro poutre un type dans l'hippodrome. On s'en va vers le forum. Je lui demande s'il a été marié, il me dit que non, il n'avait pas le temps. Je lui fais remarquer que maintenant il a le temps d'offrir des roses noires, il me répond gêné de ne pas y voir de symbole, je lui dis que je doute qu'un ancien comme lui n'y voit aucun symbole, il est mal, me dit qu'il a été maladroit, se met à courir pour fuir, je le poursuis en lui disant de ne pas me faire courir et il s'arrête. Il s'excuse, continue à s'embourber, je prends son bras et lui dis qu'on va aller visiter le forum, mais il me répond qu'il préfèrerait qu'on aille chez lui, pour parler.
Chez lui il nous enferme dans les ténèbres, avec une bougie entre nous, nous sommes très proches, il me dit que Grégoire espionne peut-être avec ses oiseaux. Les ténèbres se rapprochent, il me pose une question débile, je gagne du temps, mais il rompt les ténèbres et le moment est passé, nous parlons des bras d'ahriman et il se met à distance respectable. Il me ramène à l'entrée du quartier latin. Je rentre à ma maison.

JOUR 17 : Je vais au palais. Je tombe sur Epirus, Tribonius et Natalia. Ils se taisent quand j'arrive puis recommence leur discussion sur la politique et la stratégie de l'empire. J'y connais rien, j'écoute, on me demande mon avis... Je réponds que je demanderai à Magnus mais ils me disent de ne rien en faire (tu m'étonnes, plus tard Magnus me dira que ça les regarde pas). Ensuite on va continuer la discussion dans un endroit plus calme, Epirus a deviné que j'allais devenir questeur, Natalia me lance un regard appréciateur, Tribonius est surpris. Il nous parle des rôles juridiques du questeur. Epirus m'en parle de façon un peu plus pratique, puis il est appelé ailleurs. Natalia va manger un peu plus consistant et Tribonius me demande s'il peut me parler mentalement. J'accepte. Il me demande si je pourrai aider Natalia dans ses premières nuits, avec plaisir, si j'ai le temps ; pour m'en donner il pourra prendre certaines de mes tâches et les donner à un autre questeur, le ventrue par exemple. On rigole, il me parle du travail de préfet d'Epirus, de son dévouement. Puis il m'emmène à Bélisaire : pour parler à Caïus on doit demander à un préfet.
On me fait attendre 30 minutes puis finalement 45, je crois Alexia et on discute deux minutes. Du coup le page me prend pour un PNJ mineur et me fait courir. Caïus est tout en haut du palais, il regarde la ville. Alexia a pas voulu lui dire quelle était mon énigme, donc je ne lui dis pas non plus. Il me demande si ma semaine avec le patriarche a été fructueuse, je lui réponds que oui, j'ai l'impression d'avoir vu Dieu mais je n'en suis pas sûre depuis une discussion avec Alessandro. Là il me demande si je l'aime, je rougis, je lui dis que je le connais à peine, que je l'apprécie. On discute de l'hippodrome (combats contre les condamnés à morts et combats d'animaux, lui s'en fout mais le saint esprit réprouve ces pratiques, il va en parler à Epirus). On parle de Grégoire, ancienne goule du Dracon, et d'Alfonso de Venise, facilement dominable, puis on plaisante sur la dom' et les ventrues mais quand je dis qu'ils sont tous hautains et méprisants je sens sa bête monter. Il ne veut pas me dire si/quand Bélisaire va partir (pour la guerre aux frontières de l'empire). Il est mélancolique quand on discute du devenir de la ville, de la mort d'Antonin (pas les effets qu'il espérait). Il s'agace quand je lui demande pourquoi il est mélancolique. Je m'en vais.
Je donne RDV à Malachite pour 4h du matin et je me dirige vers le quartier latin. Je ne connais pas l'homme qui vient me chercher, il m'emmène loin, Alfonso de Venise veut me voir. Je me retrouve dans un entrepôt, je ne connais personne, il y a de TRÈS nombreux caïnites et les humains sont vidés de leur sang sans vergogne dans cette fête en mon honneur. Je pars quand Alfonso de Venise vide un caïnite qui était en train d'essayer de l'attaquer (il l'avait cherché en s'approchant bien près). Je croise des chasseurs de sorcières mais reste assez discrète.
Je vais voir Malachite, je lui parle des oiseaux de Grégoire. Il n'est pas convaincu. Bon.
Je vais à l'hippodrome et je regarde Niño répéter. Je lui parle de la soirée sur les toits (j'ai convenu d'une date avec Natalia, J21), je lui demande d'être à l'heure pour éviter la goule d'Alfonso... Il me dit qu'il fera le nécessaire.

JOUR 18 : repos à la maison

JOUR 19 : repos à la maison et bains

JOUR 20 : je visite les quartiers pauvres et essaye de chasser.

JOUR 21 : jour de notre escapade sur les toits. J'enfile un pantalon, Natalia me fait remarquer que je devrais porter une robe par dessus mais tant pis, je suis en homme. On va jusqu'au quartier latin toutes les deux, Niño nous attend en forme d'ombre. On commence tranquillou, c'est dur de monter mais ensuite les toits sont plats. Quelques petits moments chauds mais ça passe. On fait une pause pique-nique. Niño offre son bijou à Natalia ("merci, t'es trop mignon !", bon, c'est pas ce qu'il avait prévu). On repart vers les quartiers de la garde, ils nous grillent, Niño part vers ailleurs pour les semer, nous on avance droit vers la sortie dont il nous avait parlé, je galère mais ça passe, Natalia commence à flipper mais elle saute bien. Je tombe, je remonte avec son aide, me prend une flèche. On finit sur le toit d'Alessandro. Il nous récupère, surpris, et part chercher Niño. Natalia part en crise de rires et de larmes, puis mange. Alessandro a préparé tout un repas, revient avec Niño (embêté) qui se re-fait un peu engueuler, puis on discute d'anecdotes d'Alessandro : il était à l'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie, plus ou moins lancé par sa sire ; il a rencontré Capaddocien à Sarragoce ; etc. Natalia s'endort comme un bébé, on rentre. Je demande à Alessandro si on peut se voir le lendemain. Il vient me chercher. Quand je rentre Magnus me fait une réflexion sur mon pantalon (personne doit me voir comme ça) et sur la bouteille que je sirote.

JOUR 22 : Je demande à Sarah et Théoginus comment remplacer les bouteilles, à quelle fréquence je peux en boire, etc. Puis je passe la nuit avec Alessandro. Il pleut à torrent, on va sur les murailles, on parle de religion, d'orage, on court, on rit, on subit les éléments, on voit un homme se jeter en hurlant de désespoir de la pointe du Séraglio, je crois reconnaitre Caïus mais d'après Alessandro non, ce n'est pas lui. On va au Saout Assouad, on boit et se réchauffe, il se prépare une mixture pas bonne pour une affliction dont il me dit seulement qu'elle n'est ni grave ni importante. Il me donne des parchemins pour développer le troisième niveau d'obténébration. On parle d'Alfonso, il m'explique sa première rencontre avec lui et ce qu'est la diablerie. Il m'explique la théorie de la chasse de son point de vue, je lui demande s'il a déjà été mordu lui-même (oui), puis on change de sujet. Je lui dis que je serai en formation pendant deux semaines dans une semaine. Il en profitera pour se refaire financièrement : il vend ses talents d'occultiste, vend ses traductions, fais la bonne-aventure en dernier recours.

JOUR 23 : Je reçois une invitation pour J25, à une réunion Ventrue... Sarah est en train de préparer une messe mickaëlite. Je vais aux bains, je croise Sarracène, on discute puis Armélie arrive, il l'invite, elle se met à le lécher, ça devient très sexuel et il ne me quitte pas des yeux. Je pars.
Je vais voir Alessandro et je lui propose de visiter avec moi les villas abandonnées d'Arcadus. On trouve des souterrains et on tombe sur deux caïnites, a priori des caïtiffs qui viennent d'arriver. J'essaye d'être gentille et de leur expliquer la ville, qu'ils ne devraient pas rester ici. Pensant qu'ils peuvent tuer le seul témoin ils se mettent à devenir agressif et Alessandro les réduit en bouilli (il était resté en arrière). Je bois un peu sur l'un d'eux puis on les amène à Bélisaire. Il nous demande ce qu'on veut en faire et pour éviter leur destruction on décide de les avoir comme serviteurs pendant 1 an et 1 jour. Alessandro me donne le sien, il ne saurait pas quoi en faire. Ils sont mis en cellule le temps qu'ils sortent de torpeur et soient full. La prochaine fois on doit prévenir la garde. Je parle à Bélisaire du comportement d'Alfonso : il fera un rapport (en gros il sait mais il n'y peut rien). Quant à la réunion Ventrue, ce ne sera pas grand chose. Ok.
On repart avec Alessandro, on fait le tour de la Mézè. Alessandro remarque un velours infusé d'obténébration qui vient de Sicile, il me dit que s'habiller d'habits infusés fait des trucs chelous avec les ombres, que ça pourrait être intéressant de m'en habiller mais que le risque serait grand, mon ombre pourrait prendre possession de mon corps vu sa particularité. Je suis la première qu'il rencontre avec une ombre animée. Il en avait entendu parlé comme quelque chose qui pouvait arriver lors de problèmes avec certains rituels. Il n'apprendra pas les rituels d'obténébration à Niño, on finit toujours par donner plus (je pense que son affliction est liée à un rituel qui a mal tourné). Il commence à parler avec un herboriste vraiment mauvais, lui explique toutes ses erreurs et l'autre lui propose un travail. Alessandro négocie, il commencera le lendemain pour 4 drachmes par nuit. On rentre chez nous.
À la maison y'a personne. Ils reviennent au bout de 30 minutes, ils étaient à la messe, Magnus m'appelle la fille prodigue, il est tout content, exalté. Il me demande pourquoi j'étais pas là, je n'y avais pas pensé, c'est pas grave. Il est tout content pour les deux serviteurs. On reparle de faire de Michel un ange : il m'explique que la foi peut infuser les personnes ou les objets si suffisamment de personnes y croient, etc. Quant à la stratégie de l'empire, Caïus et Siméon refusent qu'on en parle : si des personnes veulent des infos (ex: Epirus ou Tribonius) ils vont voir le responsable de leur clan et ils voient avec lui (pour les Toréadors c'est Pétrone qui renvoie -ou pas- vers Magnus). J'envoie un message à Pakourianis pour lui dire que j'ai du temps libre pour poser.

JOUR 24 : Je pose à Sainte Sophie pour Pakourianis. On discute un peu, il est fan des oiseaux, né en 546, étreint en 567, il peint peu en ce moment, passe ses nuits à étudier les oiseaux et a fait de son refuge un lieu d'accueil pour eux. Il m'y invite plusieurs fois. Je lui demande si des oiseaux mécaniques viennent chez lui parfois, ça le trouble un peu mais il me répond que non, même s'il en possède un. Il est fasciné par le vol, par Icare (qui est le nom du Sire de Grégoire d'ailleurs, Icare le fou), par la liberté, la légèreté. Je me demande si ce n'est pas lui qui a sauté de la pointe du Séraglio la dernière fois.

JOUR 25 : Soirée Ventrue. Je me prépare puis Natalia arrive pour m'aider pour la fin, avec une batterie de coiffeurs, maquillage, bijoux. Elle a tout prévu, ça m'aide beaucoup. Je suis jolie d'après elle. Tout le monde est sur son 31. Epirus porte des masques pendant les soirées officielles.
Bains puis massages, pendant lesquels nous sommes évités par les autres femmes. Ensuite match de polo, Pétrone vient me dire bonjour (il a l'air assez seul, il aime pas le sport, s'ennuie). Caïus vient me saluer, il est avec Alexia Theusia, en robe de deuil. Ensuite banquet avec gens drogués (et drogue). Petits rubans (Natalia m'explique sur demande Tribonius). Je fais attention à ce que je bois. Pétrone fait quelques satires, c'est amusant. Ensuite on voit une pièce de théâtre de Grégorius, Niño joue le fils de l'empereur, c'est très drôle mais nous sommes peu nombreux (10/100) à rire de bon cœur. Quelques scènes incompréhensibles, applaudissements sincères.
La troisième partie de soirée s'ouvre sur des débats, des jeux, le jardin, les bains. Je fais le pied de grue, dans un coin, j'observe. Je vois que Bélisaire aussi, alors je vais le voir. Il s'amuse du fait que je sois venue, il a été sentinelle et aurait pu tenir longtemps, le plus désagréable ce sont les flèches. J'acquiesce et du coup je me grille, lui il trouve ça bien, ça entraîne ses hommes, mais Natalia aurait pu être blessée. Bref. On parle de la soirée, de dâme Cellise. Au prochain match de polo il m'expliquera leur stratégie rudimentaire, c'est la seule chose qu'il trouve intéressant là dedans. Je vais voir Niño dans les coulisses, il me fait des compliments, me demande pourquoi je ne suis pas toujours comme ça. Je suis gênée, il me dit que j'ai peur, se moque de moi. Il ne sait pas s'il rejouera avec Grégorius, il est trop spécial, il y a des scènes qu'il n'a pas compris, puis les acteurs mauvais ont été engueulés puis dominés par Grégorius pour oublier la pièce et leur participation. Mais ils ont été payés. Lui a reçu 20 drachmes, c'est énorme, celui qui a joué le vieil empereur en a reçu 80, apparemment c'était son dernier show. Bref, je lui dis que je ne sais pas combien de temps je vais rester, mais autant que je sois jolie pour quelque chose... ça l'amuse, il me dit qu'il va aller chercher Alessandro, je veux pas le déranger, il dit que j'ai peur, je le taquine, il dit qu'il n'ira pas le chercher, bien, bien.
Je retourne voir Bélisaire, je lui demande jusqu'à quand il est poli de rester : 2h du matin... C'est long... Il me dit que si je vais voir Caïus pour lui demander si je peux partir il viendra lui aussi. Bon. Bélisaire était avec Epirus qui a enlevé son masque devant moi : il utilise des masques différents selon les personnes et les situations, pour être illisible, mais il dit qu'avec moi il était plus efficace d'avancer à visage découvert.
Donc on va voir Caïus avec Bélisaire. Il me demande comment se passe la soirée, je lui fais comprendre que j'aimerais partir, il m'y autorise. Bélisaire lui demande aussi, un assamite est apparemment dans le quartier latin, cela le soucie.
Je vois Malachite et vais lui parler. Il m'apprend à jouer aux cartes, m'explique le principe des tables de jeu, me dit de ne jamais jouer contre lui-même, Pétrone, Khay'Tal, Siméon, Epirus et XX.
Je vais voir Khay'Tal, il plume un ventrue. On joue ensemble, juste comme ça. Il me déstabilise, me demande comment va l'homme de ma vie, s'il me fait des cadeaux. Ghézu et Siméon se rapprochent trop à son goût, il demande à Ghézu si Sarracène pourrait devenir une femme si on lui coupe les parties génitales (discussion que nous avions). Siméon le prend mal, Ghézu est perché et y réfléchit sérieusement. Nous arrêtons tôt notre partie, il aura bientôt des arrivages de soie et de velours.
Je vais voir Siméon et Ghézu. Siméon ne me tient pas rigueur des propos de Khay'Tal. Je demande à Ghézu si Armet le Rêveur loge à Saint Jean Stondion. Ghézu se tait et se ferme, Siméon me demande de qui je parle, j'explique que je l'ai rencontré, que Ghézu m'en a reparlé et que je me demandais où il est. Siméon me dit que quelqu'un pourra me donner plus d'informations au monastère de Saint Jean Stondion. Je comprends donc qu'il y est, mais qu'ils ne m'en parleront pas.
Quand je sors du palais je vois une ombre. Alessandro arrive près de moi, Niño est venu le voir alors qu'il rangeait l'échoppe, il vient d'arriver (avec un gros sac à dos). Il me complimente, me dit que je suis éblouissante, je rougis, lui dis que j'ai l'impression d'être déguisée. On parle de mes habits religieux, du masque social. J'envoie un page chercher une chaise au porteur à Sainte Irène. Nous discutons en l'attendant, nous allons jusqu'aux frontières du quartier latin en parlant de la soirée. Alessandro me porte ensuite jusque chez lui. Il commence à ranger son matériel, pendant que je lui parle des questions qu'on me pose sur lui (le mariage par Magnus, l'amour par Caïus, l'homme de ma vie par Khay'Tal). Il est gêné. Quand je lui propose qu'on s'installe plus confortablement on commence à discuter et Niño arrive. Alessandro me raccompagne jusqu'à la chaise. Je l'embrasse et lui dis que je serai à Sainte Sophie les prochains jours, pour me faire peindre.

JOUR 26 : j'écris un CR de la soirée à Magnus, je vais me faire peindre puis je passe la fin de la nuit avec Alessandro. Il me prend dans ses bras lorsque l'on rentre dans le quartier latin, saute de deux étages sur un toit et se met à courir. Nous allons jusqu'à la pointe du Séraglio, il est joyeux, sûr de lui, je le retrouve comme au premier jour.

JOURS 27/28/29 : idem

JOURS 30-43 : Formation avec Magnus, Sarah et Pierre (investigation, droit, politique, sénéchal et subterfuge). Un caïnite (l'assamite ?) tente d'assassiner le fils de l'empereur. Ce dernier meurt du choc. Le nouvel empereur décide de déménager la famille royale au palais des Blachernes, à côté de la prison. Doukas est responsable de la sécurité, aucun caïnite n'a le droit d'y aller.

JOUR 44 : Je vais au quartier latin, je propose à Alessandro d'aller visiter l'exoconion et de finir à Saint Jean Stondion. Sur la Mézè Alessandro se fait alpaguer par beaucoup de marchand, on lui offre des cadeaux. Il a fait des potions contre les terreurs nocturnes, et mélangées à l'alcool elles font un très grand aphrodisiaque. L'Exoconion nous présente de magnifiques paysages. On visite la citadelle de Pétrion (chateau abandonné, vue magnifique sur la ville mais aussi sur le palais des Blachernes, ses jardins et les trois endroits qui abritent des reliques ; mais sous-sol qui sert probablement de tanière à des chiens sauvages). On passe à côté de la citerne de Bonus, gigantesque potager entretenu par les moines de l'église d'à côté. On traverse le Licus et on croise un homme terrifié qui a vu une ombre emmené son ami dans la citerne du Mokius. Alessandro le domine pour lui faire oublier le bris de tradition et nous allons voir la citerne en question. À moitié effondrée, endroit de débauche et de mort, du sang, de l'eau des égouts. Nous n'allons pas plus loin. On arrive dans un endroits avec beaucoup de grandes villas, terrains de chasse facile d'après Alessandro. Je lui dis que je me servirai de mes deux serviteurs pour chasser, il me parle du lien de sang, je lui fais comprendre que je suis inaliénable. Il me dit que c'est un don rare, je lui réponds que je pourrais le mordre et, gêné, il me répond qu'on devrait changer de conversation puisqu'on arrive en vue de Saint Jean Stondion.
Nous demandons Armet et le rencontrons pendant qu'il titille les gens dans les cages. Cela nous permet de mieux comprendre le principe. C'est assez dur. Il veut affiner les visions dont nous avions discuté. Armet a déjà rencontré Ludmilla, elle voulait être immortelle et vivre à travers l'obténébration de ses infants. Pour lui, elle cherchait à damner son âme. Il pense que son but est impossible, que Lasombra lui-même ne s'y est pas essayé. Ils discutent de la dague. Quant aux ouvrages que sa sire étudiait, Armet lui dit que la Sicile ou encore la bibliothèque des oubliés pourraient les héberger.
Alessandro est inquiet, nous allons directement à la bibliothèque, il commande des livres et commence à travailler. Du coup je demande à connaître le passé de Michel et on m'amène une retranscription d'un journal intime de Dracon (réécrit, plus ou moins résumé, sans les trucs secrets). Voir page 24 des notes pour l'histoire.
Alessandro nous ramène vite à la toute fin de la nuit, me dit qu'il continuera ses recherches. À la maison j'ai un message de Malachite.

JOUR 45 : Je m'habille en diaconnesse et vais sur la Mézè. Un homme habillé de noir et vert vient me chercher et m'amène à Malachite. C'est son infant qui a merdé la veille, il a été puni. Quant à l'atmosphère du lieu, c'est là qu'on attire les caïnites qui envahissent la ville ou les personnes sources des épidémies pour les exterminer. Je plaisante en lui disant que ça pourrait être pire, il aurait pu être sataniste, mais il me dit de ne pas plaisanter à ce sujet : les Nosfératus se considèrent comme le premier rempart contre l'infernalisme. Il y a eu des satanistes puissants à Constantinople et le type de la maison des lampes en est peut-être un de ce qu'on en sait... Il ne me tient pas rigueur pour ma plaisanterie, mais je dois faire attention.
Je vais à Sainte Sophie. Le tableau est fini. Il y a des Toréadors, quelques autres personnes. Le tableau n'est pas centré sur moi. Il est gigantesque. Je suis sur la gauche, debout, perdue, avec mon ombre qui a l'apparence d'un monstre qui va me manger. Sur la droite Michel, resplendissant, lumineux. Des gens à genoux, tous, qui le supplient. Au centre, l'ombre de Malachite. Le côté gauche est très sombre, le côté droit lumineux. Je fais un discours qui parle plus de l'émotion du tableau que des réflexions académiques des autres personnes. Pétrone arrive avec Michel. Tout le monde part en supplications. Pendant que Michel observe le tableau je discute avec Pétrone de ce que je compte en faire. Ça lui fait plaisir qu'il reste ici en attendant qu'une autre œuvre novatrice le remplace, mais il y aura des satires. Je lui parle du désespoir de Pakourianis, il me demande d'y aller, d'essayer de savoir ce qui ne va pas. Tout à coup des anges s'envolent du tableau, de la lumière illumine la partie droite tandis que la partie gauche s'assombrit et Michel sort son épée d'un mouvement extrêmement rapide, il tranche le tableau de façon très nette, en son centre, et me tend la partie droite. Je suis terrorisée, Pétrone très surpris. Il va voir Michel, moi Pakourianis. Pétrone me dit de faire de cet ajout de Michel un merveilleux cadeau et de surtout lui montrer le bon côté.
La maison de Pakourianis est une pièce-montée carrée. Toutes les portes et fenêtres sont ouvertes, il y a 200-300 oiseaux qui dorment, un aigle à la fenêtre, aucun pigeons (rats) et un oiseau d'or démonté sur sa table de travail. Je lui fais des compliments sur le tableau, lui parle de l'ajout de l'archange Michel. Je ressens qu'il est triste, qu'il a peur. J'essaye de le rendre heureux, honoré, et j'y arrive. Du coup on va à Sainte Sophie. Sur le chemin on discute, il a peur que Michel monte au ciel et l'abandonne. Il pense que les oiseaux ne meurent pas, qu'ils montent eux aussi. Il veut apprendre à voler. Il a passé 30 ans à pleurer chez lui sans plus arriver à créer. Il me dit que les deux autres Muses ont du génie, lui il est travailleur. Il a besoin de Michel pour l'aider à créer.
À Sainte Sophie il y a beaucoup plus de gens, à cause du geste de Michel. Ghézu, Siméon, la Gardienne de la bibliothèque, Magnus, Malachite, Khay'Tal, Sarah, Sarracène, Gallasyne, tous les Toréadors et affiliés, quelques ventrues. Le tableau a changé, de la lumière semble émaner de la partie droite. On nous félicite, Pakourianis et moi. Magnus pense que c'est un bon choix de le laisser à Sainte Sophie. Quand Malachite s'en va tout le monde parle de l'ombre de la bête, du monstre, sur le tableau. Pakourianis explique que bah non, il était juste là quoi. Il a peint ce qu'il a vu. Il part voir Michel, en ressort 30 minutes plus tard très heureux. Sarracène me dit que le tableau me met en valeur avec les yeux qui brillent, son sire me dit que la prochaine réunion Ventrue sera intéressante, puisque j'en serai sûrement le centre d'attraction. Je repars avec lui pour voir sa soie (il envoie paître ses deux infants) et je me retrouve ruinée et riche de tissus. Sur le chemin il me dit que Gallasyne vide des humains de temps en temps, mais que ça n'explique pas tout. Il voit que j'en sais plus, alors je lui dis pour Sarracène. Il fera son enquête.

JOUR 46 - 52 : je fais de l'argent, essaye de me refaire, perd tout à cause d'un édit impérial.

JOUR 52 : Je vais aux bains pour me détendre, Marthe me propose des cochonneries que je refuse poliment. Je me repose et vais chasser. Je trouve une maison parfaite mais je finis bourrée. Je vais au quartier latin, Niño vient me chercher, me ramène chez lui, me distrait pendant que je dessoule. On discute de jeux de cartes, de dés, de triche. Il me dit qu'il y a des ravnos à la porte de Psamathie. Je m'en vais en lui disant de passer le bonjour à Alessandro.

JOUR 53 : Quand je sors de Sainte Irène, Alessandro est sur la place. Il me montre à peine son visage, j'ai juste le temps de voir qu'il a l'air fatigué, soucieux. Il me demande comment je vais, Niño lui a parlé de mon intoxication. Je commence à lui parler de la soie, de mes soucis d'argent. Il me propose des solutions, de l'aide, mais je ne l'écoute déjà plus. "ça fait 8 jours que je ne t'ai pas vu". Il me propose qu'on fasse quelque chose, qu'on aille chez lui, j'acquiesce. Chez lui je l'embrasse, passionnément. Il nous arrête, ça va trop vite. Je le regarde sans rien dire, il me prend dans ses bras et m'emmène plus haut, pour me faire l'amour. Il voit mes cheveux, me dit que les Tzimisces peuvent certainement y faire quelque chose, ou que lui peut me les couper, il a appris à le faire pendant ses voyages, il se le fait ainsi qu'à Niño. Nous passons la nuit ensemble, en nous rhabillant rapidement quand Niño rentre, penaud, après avoir perdu 14 drachmes chez les Ravnos. Alessandro lui donne quelques conseils pour traiter avec eux, puis me raccompagne. Il a vraiment l'air fatigué et soucieux, je lui dis de prendre soin de lui.

JOUR 54 - 55 : Je commence à essayer de me refaire financièrement et je passe la nuit chez Natalia, pour qu'elle m'aide à me préparer pour la soirée du lendemain.

JOUR 56 : Natalia me réveille une heure avant le coucher du soleil, pour prendre de l'avance. Finalement nous sommes en retard : elle essaye toutes mes robes en soie, je lui en offre une (elle voulait porter une tenue d'homme), elle m'habille de la plus spectaculaire. Elle me prête des sandales en satin, de beaux bijoux. On discute et on s'amuse beaucoup. Elle m'explique qu'on rentre dans le mois des larmes, celui des anniversaires de la mort d'Antonin et du départ de Dracon. Caïus est irritable et Michel peu visible. Je me dis que c'est dommage, ça fait un moment que je ne lui ai pas parlé, à Caïus. Elle a subi une tentative d'empoisonnement récemment. On arrive en retard à la soirée, mais en même temps Natalia pense que ce serait dommage d'aller aux bains avec nos robes, la soie craint l'humidité. Quand on arrive, Nicéphore nous accueille. Il veut me parler, Natalia reste en lui disant que c'est pour vérifier qu'il ne me domine pas. Sa bête monte, elle s'éloigne. Il me demande pardon, mais il est prêt à tout pour retrouver le commanditaire, il me donnera tout ce que je veux. À deux reprises il s'en va et je le rattrape. Je lui dis de prendre du temps, que ça lui permettra de penser à de nouvelles pistes, et que selon ce que je trouve je lui demanderai une contre-partie (en gros). Natalia me dit que je suis une sainte, qu'elle l'aurait laissé partir. On discute, on rigole et on va en salle commune.
Tous les Toréadors bloquent, sauf Pétrone. Epirus vient nous voir, nous propose à boire, nous dit que nous allons créer une émeute, on s'amuse, on badine. Natalia m'explique que si je veux rester informée de la politique humaine et des nouvelles il me suffit d'aller une heure par nuit au forum de Théodose. Sinon je peux toujours aller voir les dépèches du palais, Théophilus et Dorothéus ou encore dédier un page à cette tâche.
« Modifié: avril 04, 2014, 17:24:19 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Re : [Résumé] Rencontres et autres au jour le jour.
« Réponse #1 le: avril 04, 2014, 16:57:32 pm »
Pétrone arrive, assez fasciné par ma robe, me dit qu'on m'appelle la sombre fiancée, la moitié de Michel, etc. On croise Malachite, il s'amuse en disant qu'on entendra que les Ventrues pendant toute la soirée. On va voir le tableau avec Natalia, elle me demande si Michel est un ange, je lui parle religion et occultisme. Je lui demande si elle peut appuyer le désensablage du port pour me refaire de la thune, elle accepte contre une dette mineure, du coup contre la robe. On vient nous chercher pour le banquet, Khay'Tal me remercie de participer à son jeu et on pavane. Je picole un peu. Pétrone prend la parole pour faire une petite satire et introduire la suite, il me demande de me mettre au fond (ou de me mettre nue, mais il ne doute pas que l'effet sera le même), parce que les Toréadors rejouent une pièce de Grégorius qui parle d'un triangle amoureux avec l'un qui est tué par un autre, le 3° qui part et le tueur qui finit par se suicider (Antonin tué avec l'aval de Michel, Dracon qui part...). Ça manque de la patte de Grégorius. Après le spectacle démonstration de Grégoire, puis Caïus me fait mander.
On commence à jouer en discutant et je fais erreurs d'étiquette sur erreurs d'étiquettes : je redistribue sans lui demander la permission (on ne fait ça qu'avec les tricheurs), quand il me dit qu'il pense donner aux Malachites la surveillance des villas d'Arcadus je lâche un très sincère « Très bonne idée ! », il accélère le jeu et me demande du coup quelles sont mes grandes idées pour la ville. Je lui parle de la maison des lampes, il me dit que c'est pas prioritaire, je lui parle du quartier latin, il me dit que les vénitiens les ont aidés, ils y font donc ce qu'ils veulent. Et il m'enchaîne puis me demande comment va Alessandro, assez tendue et énervée je lui réponds qu'il va très bien, il a tous les droits du quartier latin, Caïus répond « Ah, très bien, je le ferai tuer demain », je me lève « Bien, je dois y aller », il m'ordonne de rester, m'engueule en me disant que je suis pas prête pour le grand jeu, m'engueule encore plus, me dit que je dois apprendre où est ma place et respecter l'étiquette. Je m'en vais.
Malachite me prend à part, m'explique qu'en soirée je m'adresse à l'Empereur de la nuit, il a un masque social à garder, je dois être soumise et obéir parce que Caïus est en test permanent, l'ombre d'Antonin est sur lui. Et il me fait rire en me disant que j'ai pourri la soirée de 20 Ventrues (effectivement, Caïus appelle des gens, les pourrit, etc. les convives quittent la soirée assez vite).
J'envoie mon page chercher la chaise au porteur à Ste Irène, Doukas me demande un entretien, on est seuls mais il y a un paravent entre nous, on se présente, il m'explique ses fonctions, il me dit qu'il suit les préceptes d'Antonin concernant l'iconoclasme (il était contre les icones), je lui dis que j'ai pas d'avis forgé sur la question, il me dit qu'on pourra se revoir pour en discuter. Quand je ressort Caïus est en train de hurler à la mort et les gens prennent leurs affaires rapidement pour partir.
Je vais à l'entrée du quartier latin, je passe le reste de la nuit avec Alessandro (qui a peur que ma robe soit un cadeau) puis je rentre à Ste Irène.

JOUR 57 : je m'apprête à aller voir Alexia et un homme encapuchonné et caché m'attend devant la porte. Il ne dit rien, me tend un mot qui dit qu'il veut me parler et remonte dans sa chaise au porteur. C'est Caïus, incognito (parfois quand il veut une journée de libre il demande à Khay'Tal de le remplacer au palais, il a juste à refuser tous les entretiens et à faire acte de présence). Il a beaucoup discuté avec Alexia , il me tient le même discours que Malachite, me présente ses excuses. Je lui demande pardon aussi, puis on discute de tout et de rien, de façon familière, on est amis, c'est cool. Il me redemande si j'aime Alessandro, je rougis, il en conclue que c'est moi la réponse de l'énigme que lui a donné Alexia à propos d'un amour naissant. Il allait la voir aussi, il attend à l'entrée du cimetière et je vais la voir. Je vais la voir pour avoir des indices : celui qui a le cœur asséché c'est bien Doukas (mort d'Antonin), pour celui qui brûle d'amour il y avait un espoir, avant la mort d'Antonin.
M'en vais et je passe le reste de la nuit avec Alessandro.

JOURS 58 – 71 : Je m'entraîne avec Pétrone, Alessandro en profite pour faire des recherches à la bibliothèque des oubliés.

JOUR 72 : Je reprends mes investissements pour me refaire financièrement et le désensablage a commencé mais mon entrepôt a été rasé. Je vais gueuler à la capitainerie, ils me rendent le double de ce que j'avais investi.

 JOURS 73 – 74 – 75 : Je réussis (enfin) à investir, je deviens propriétaire d'entrepôts et de quais que je loue.

JOUR 76 : Je vais voir mon futur chez moi du Maurus : en tant que questeur il y a un « petit domaine » attribué. C'est énorme.
Ensuite Bélisaire me fait savoir que mes deux attaquants d'Anatolie sont réveillés. Je vais les chercher et les amène à Ste Irène. On fait connaissance : Alec, gangrel, et Hyppolite, caïtiff. Je les fais laver et habiller, leur explique la loi, la ville, etc. Ils me sont liés au sang.

JOURS 77 – 78 : Je continue de former mes deux nouveaux accolytes. Je veux qu'ils me trouvent un troupeau et un sénéchal (pour ma demeure du Maurus).

JOUR 79 : J'embarque une bouteille de sang de la réserve t dit à Théoginus que je vais au quartier latin. Niño vient me chercher à l'entrée, Alessandro est crevé, il dort toujours. Les lasombras narcésiens sont venus avec des torches en défonçant la porte et en le menaçant (parce qu'il avait réglé l'histoire de la goule qui m'avait emmené à Alfonso), et ils ont mangé cher. Alessandro était déjà fatigué, là encore plus. On joue et on discute de jeux, ravnos etc. pendant 2 heures.
Alessandro se réveille, on lui laisse toute la bouteille de sang, qu'il boit. Il ne comprend pas pourquoi sa sire a voulu faire ça, si toutes les lignes telluriques et les astres étaient en bonne position y'avait que 33% de chance de réussite ; et réussir quoi, devenir une créature de ténèbres, d'Ahriman. Devenir un esclave de l'Abysse. Il ne comprend pas. Il a rien trouvé sur le poignard rituel. Si ça a réussi, il peut tenir 20 ans en utilisant obténébration à fond tous les jours.
Je fais une blague à Niño, détend l'atmosphère, change de sujet. Ca dure que 10-15 minutes, quelqu'un frappe à la porte.
Niño se met en forme d'ombre et me fait signe de monter à l'étage et d'y rester (il ferme la porte), Alessandro va voir qui c'est en mode ancien lasombra froid et ténébreux. C'est Gabrielle de Gênes, elle vient comprendre ce qu'il s'est passé. Alessandro lui explique qu'on lui a highjack une invitée et qu'il a pas apprécié, elle pense qu'ils peuvent s'arranger à l'amiable, lui présente ses excuses, lui rappelle qu'ils sont censés montrer un front uni devant Byzance. Alessandro accepte les excuses si toutes les personnes qui se présentent à son domaine par le côté byzantin sont laissées tranquilles. Elle grommelle. Il lui dit qu'avoir des pompiers efficaces ce serait pas mal ; puis il lui demande quels plans elle a me concernant. Elle lui répond que ça le regarde pas. Il lui dit que lui en a et que si ses plans devaient venir contrarier les siens il serait fort mécontent. Elle lui répond que je suis une des rares personnes qu'elle apprécie dans cette ville et que s'il devait m'arriver du mal ils interviendraient. Alessandro demande à Niño de la raccompagner.
Il vient me chercher, m'embrasse, il a l'air embêté. Je minaude et lui demande ce que sont ses plans ; il est soulagé de voir que j'ai compris le stratagème. Niño par contre a pas très bien compris et trouve ça pas cool de parler comme ça de moi quand je suis là. Je lui explique. Il part chasser. On se prépare à le faire mais finalement non, on graouhte. Puis on discute et il s'endort. Je le borde et j'attends que Niño rentre pour qu'il me raccompagne à l'entrée du quartier. Je lui dis de me donner des nouvelles et de passer voir le tableau un jour.
À Sainte Irène Magnus m'attend avec Sarah. Je m'endors devant lui. Quand Sarah me réveille, inquiète, je vois que Magnus est amusé (first time ever). Il veut savoir ce que je fais de mes journées, je lui parle de mes investissements, de choses et d'autres, de Nicéphore, des assamites, etc. Il veut un CR de la soirée Ventrue, Pétrone a apparemment été très amusé.

JOUR 80 : Je reçois un message apporté par un moine « La rose noire a des épines ». Très belle caligraphie. J'écris mon CR pour Magnus. Je vais me balader, je laisse un message à Bélisaire dans son bureau et je vais aux jardins. Je croise deux personnes vêtues de fringues que j'ai jamais vues (capes légères, vêtements bouffants, babouches, etc.), dont un avec un cimeterre et la tête enturbannée qui me grille et me fait un signe de tête. Je m'assieds sur un banc et les observe. Un page vient me chercher, Bélisaire peut me recevoir. Je le rencontre dans les geôles, il envoie des prisonniers aux Blachernes. Je lui demande si c'était vraiment le fils de l'empereur et pas l'empereur qui était visé par l'attaque. Ils se posent la même question. Je lui demande si ça a un rapport avec les deux étrangers dans les jardins, il voit pas de quoi je parle et me demande de lui montrer. Il y va avec la garde varangienne, une épée gigantesque et un air fâché. Celui avec le cimeterre est un vizir qu'il connaît (qui se faisait passer pour un garde du corps). Ils ont l'air de se respecter. Ils sont bien gentils mais m'en fiche moi, je demande à Béli-béli si je peux aller voir Caïus. Oui, et je le préviens pour les deux émissaires assamites en passant.
Du coup la personne qui m'amène demande même pas son avis à Caïus et me fait entrer, je lui demande pardon et lui explique. Il garde son poker face d'empereur et décide qu'il va laisser Bélisaire mariner quelques temps. On parle de mon CR à Magnus, de la réflexion de Pétrone (petits coups de putes entre amis), de ma relation avec Alessandro (qui doit rester secrète), des vampires et de leurs relations, du prochain scandale de Natalia (Pétrone s'est travesti 20 ans), de mes réflexions à garder, de la soie, des terrains neutres, etc.
Ensuite je vais à St Jean Stondion pour voir Ghézu. Il a rêvé de Ste Irène abandonnée, envahie par les ronces, avec une rose noire qui poussait en son centre, lui qui la désirait et envoyait des hommes la chercher. Ils revenaient en lui disant qu'ils passaient les ronces sans soucis mais que la rose noire avait des épines. Il envoyait alors 3 malandrins et ils mourraient dans les ronces. Il me raconte ça tout distrait et rêveur. On discute de la citadelle de Pétrion et de l'exéconion et vu que les villas sont pas leur domaine je vais y chasser.
Je rentre à Sainte Irène et dodo après un message à Natalia pour trouver un bijoutier (réponse dans la journée).

JOUR 81 : 2 messages : la soirée Ventrue en J86 et Alessandro qui me dit que la situation est revenue à une certaine normale. Je vais voir le bijoutier, il est cher mes très doué, je lui laisse un acompte pour un croquis après lui avoir expliqué ce que je voulais (une fibule pour Alessandro). J'y croise Pierre qui m'envoie chier et veut pas me dire ce qu'est sa commande, sa mission ne regarde que lui.
Je vais aux bains, ils sont encore fermés. Je vois arriver Tribonius, Dorothéus et Théophilus, ils se disputent sur un texte de loi et me font passer par l'arrière. Ils vont aux étuves, moi j'vais me faire masser par Marthe. Je crois Khay'Tal, on prend RDV pour discuter au Saout Assouad en fin de nuit. Quand je passe aux bains y'a Natalia qui est surexcitée, elle a une date, y'aura une cérémonie et des brujahs de l'Empire vont venir évaluer la force de sa passion, mais elle sait pas ce que ça veut dire. J'évoque la possibilité que ça puisse être une orgie. Elle bloque en pensant que Tribonius pourrait être intéressé, elle me demande s'il est pas sexy quand même, si elle doit profiter de ses dernières nuits pour faire l'amour, etc. Elle décide d'aller dans les bains glacés et je lui fais remarquer qu'actuellement Tribonius est nu dans les étuves.
Je vais voir Gabrielle de Gênes et on discute de notre accord, de plein de trucs.
J'vais au quartier latin, je graouhte avec Alessandro puis on discute et il me propose qu'on quitte la ville, je lui dis que oui mais non, il me répond qu'il devait bien essayer. Il va faire une boutique, Niño est au courant, il m'explique des trucs sur les étreintes des Brujahs chez les sumériens, etc.
Et je rentre à ma maison en ayant complètement zappé Khay'Tal.

JOUR 82 : Je laisse un mot à Magnus pour lui parler des accords qu'on pourrait faire avec Gênes puis je rejoins Alessandro devant Sainte Irène et on va à Ste Sophie pour voir le tableau. La salle est vide, il n'y a que Pétrone, assis sur une chaise devant le tableau, qui le regarde, concentré. On le regarde en silence du coup, moi je regarde les deux zigotos et du coin de l'oeil je vois de la lumière émaner du tableau. Alessandro me mime des signes d'incompréhension en me demandant qui est Pétrone, sans faire de bruit. Je vais vers la sortie mais Pétrone nous dit de rester, que cela devrait se reproduire. Je vois légèrement quelque chose. Pétrone se retourne et se présente, Alessandro aussi. Il me dit ensuite que je vais pouvoir récupérer ma partie du tableau et que Michel mettra la sienne ne lieux sûrs, puis il s'en va. Je le rattrape et lui demande pourquoi Michel l'a coupé en deux. Il sait pas, soit il supportait pas le contraste foi/caïnite ou ténèbres/lumière ; en tous cas il me fait comprendre que la partie avec Michel lui appartient. Donc c'est pour ça que je dois récupérer ma partie ? Non. Il se rassoit sur la chaise et me demande d'utiliser obténébration. Apparemment ça fait quelque chose sur le tableau. Il y a un lien mystique entre moi et le tableau et Michel et le tableau. Alessandro est super intéressé, ils font des tests avec auspex sur moi et le tableau. Le lien doit se renforcer avec le temps, on verra. Pétrone demande à Alessandro de ne pas faire de tests et me dit de me présenter directement à Sainte Sophie au début de ma prochaine formation (il dit ça après nous avoir regardés intensément tous les deux). Selon Alessandro le dessin est trop réaliste et cela a créé le lien, peut-être qu'il s'annulait quand on était deux sur le tableau.
On va aux jardins, Grégoire répare un petit singe que l'émissaire assamite a cassé en le jugeant dangereux. Il est blasé, c'est pas la première fois. Alessandro l'aide. Ils discutent du prochain spectacle de la soirée Ventrue et Grégoire donne son invitation à Alessandro. Je suis gênée et lui aussi, mais il l'a déjà fait, ça pose pas de problèmes. Ok. Je me le fais voler pour la nuit.
Je vais aux bains discuter avec Natalia, j'irai chez elle pour me préparer avant la prochaine réunion.
Je rentre à Sainte Irène et bosse mon obténébration.

JOUR 83 : 2 messages : Pétrone pour que je récupère mon tableau, Alessandro qui a passé la journée chez Grégoire et va y passer la nuit, je suis la bienvenue. Je vais à Sainte Sophie, Pétrone m'attend, le tableau est recouvert d'un drap et protégé par 4 gardes Skolaï. Le Patriarche a déjà détruit le sien, il a senti une vague source de chaleur et inquiétude. Il veut bien le garder à Sainte Sophie le temps que je décide quoi en faire, si Magnus mettait la main dessus il pourrait vouloir s'en servir pour me contrôler.
Je vais chez Grégoire. Dans un coin de la pièce y'a Grégoire, Alessandro et Niño qui discutent, en plein enthousiasme créatif. De l'autre côté y'a Dâme Cellise et deux amies à elle. Elle me fait signe de les rejoindre, je m'exécute et on discute de plein de trucs (ma robe, mon ombre, comment j'ai rencontré Alessandro, la prochaine réunion Ventrue, et d'autres trucs publics et politiques). Je sens Alessandro un peu tendu. Au bout de deux heures Dame Cellise propose à Grégoire d'aller aux jardins pour présenter ses créations mais il répond que non, il a un nouvel associé et ils doivent accorder leurs clepsydres. Alessandro dit qu'il doit aller chasser et prendre des affaires chez lui, il me propose de l'accompagner. On fait le chemin en silence, il a l'air soucieux. Chez lui il recouvre les murs d'ombre. Grégoire a proposé de l'adopter. Il est carrément pour le rêve de Grégoire, qui veut émerveiller et réveiller l'humanité avec ses merveilles. Mais ça veut dire beaucoup de temps libre en moins. Puis Grégoire veut pas qu'il mette d'obténébration dans ses jouets. Aujourd'hui il est d'accord, mais dans plusieurs siècles ? Et ça va lui prendre des siècles, pour être un assistant correct. Moi je lui parle des défauts vis-à-vis de Niño. On en discute un peu, il y réfléchira.

JOUR 84 : Je m'entraîne à obténébration et fait brûler mon tableau.

JOUR 85 : Je m'entraîne et vais voir Pétrone. Michel est entré en torpeur. Je vais avoir deux semaines de formation avec lui puis je serai nommée questeur. Bélisaire et Siméon vont partir en guerre. Il me dit qu'il aurait aimé avoir Grégoire comme questeur, il pense que c'est le seul caïnite au monde capable de les émerveiller encore. Un nouvel émissaire assamite va arriver en ville un jour, Pétrone va avoir beaucoup de travail, etc. Il me demande si je me sens prête, me dit qu'ils sont là pour m'aider. Il me dit qu'à la réunion Ventrue il faudrait que je me fasse voir. Il n'y aura pas de match de polo mais une parade militaire, ce serait bien que j'y assiste avec Bélisaire. On continue à discuter, je le remercie pour sa confiance, il me répond que je suis intègre et qu'il y en a peux, etc.
Il me dit qu'il faudra que j'aille voir Paul Bathalos, Muse de la Sculpture : elle est allée chez les moines ghézudiens et depuis il est difforme et laid, pire qu'un nosfératu, et ne sort plus de chez lui.
Je vais dormir chez Natalia.

JOUR 86 : Natalia me réveille tôt, on discute et se prépare. Elle s'habille en homme et je prends son bras. Quand on arrive Epirus garde son masque et Bélisaire arrive en mode impressionnant : il reconnaît Natalia et redevient normal, le garde à l'entrée l'avait pas reconnue... Ensuite il me félicite, l'empereur de la nuit a déclaré que j'étais prête pour le grand jeu. … Wouhou. On vient me féliciter, Bélisaire s'en va. Malachite arrive et me donne des compléments de rumeurs, des explications sur la confiance que ça montre, il dit assez fort qu'on sait que les gens qui me cherchent des noises ont des problèmes. Il me met discrètement à jour sur tout ce qui se dit, je vois dans les yeux de Natalia qu'il fait ça bien.
Je vais regarder le défilé militaire avec Bélisaire, il m'explique les noms et fonctions des bataillons de nuit qui contiennent des caïnites. Ensuite l'empereur fait des annonces, présente Alessandro, explique qu'Alfonso de Venise ou Gabrielle de Gênes viendra à chaque fois à partir de la prochaine réunion. Il explique aussi que je rentre dans le grand jeu. J'ai droit à des applaudissements, je me lève et salue. Epirus explique ensuite la suite du programme.
Je bois du soft soft trop trop bon, meilleur sang humain que j'ai jamais bu. Je reste pas loin de Pétrone pour profiter de ses satires mais il a les traits tirés.
Spectacle de Grégoire assez joli, sur le jardin d'Eden. Des gens viennent me proposer de jouer ensuite, mais je refuse poliment. Khay'Tal vient me voir, me demande si mon soucis est résolu, je lui demande pardon et on discute (Gallasyn teste de nouvelles choses, Sarracène avait trop de temps libre et est maintenant occupé, il a pas de soie en ce moment, etc.).
Bélisaire me faire appeler dans son bureau. Je lui avais laissé une lettre d'au revoir, il me remercie mais il est pas encore parti, oui mais je savais pas quand il partirait exactement, donc bon...
Natalia est assez déçue, sa tenue fait pas beaucoup sensation.

JOURS 87 – 100 + 1 mois et demi : Formation avec Pétrone, départ de Bélisaire, je trouve un Sénéchal, Alec et Hyppolite sont formés avec mes pages, Alfonso repart à Venise, j'ai toujours du mal à me faire de la thune, Alessandro apprend, il est le sujet de toutes les conversations et se fait inviter à des soirées. Des gens viennent me causer, apprendre à me connaître, etc.

JOUR 146 : On me nomme questeur. Y'a Magnus, Malachite, Khay'Tal, Pétrone, Epirus, Ghézu et Caïus. Discussion et acceptation, puis première réunion avec juste moi, Epirus et Siméon.
Siméon voudrait l'autorisation d'infanter avant de partir aux Balkans (il va attaquer les Tzimisces des Balkans, ils ont tenté d'attenter à la vie de Ghézu vers 998). Les ventrues se plaignent de Natalia et sont comportement, on me demande mon avis.
Pétrone veut que je fasse un discours à la prochaine réunion Ventrue. S'il peut être chanté ou en vers pour mieux faire passer la pilule au clan Toré, ce serait bien. Il me dit que les Muses auraient du être là, m'enfin bon... Bref, je dois aller les voir, me présenter, les rencontrer. Sauf Grégorius, ça sert à rien, il en a RAF et pense que j'ai rien à faire dans le clan Toréador.
Je préviens mon sénéchal qu'il faudra qu'il démissionne de son poste actuel dans une semaine.

JOUR 147 : Je me prépare et vais voir Paul Bathalos, Muse de la sculpture. Sa maison est dans le noir. Je frappe, on me répond pas ? J'attends une heure. Je vois un mec habillé comme les moines ghézudiens (on voit rien de lui quoi) passer à côté de moi et rentrer dans la maison. Il a l'air bossu et semble avoir un pied bot. Il finit par accepter de rentrer et m'explique son drâme personnel de Muse : il est la réincarnation de Marie, la goule dont Michel est tombé amoureux à Eblah. Il ne peut tenter un ange, il ne veut pas que le Paradis lui soit fermé par sa faute. Donc il s'est fait défigurer par les Tzimisces et il ne le voit plus que quand il est en torpeur. Ok.
Quand Armélie, son infante, l'a vu, elle est partie en pleurant. Depuis personne ne l'a revue. Je vais voir Pétrone pour lui en parler, il est sous un bordel monstre mais on arrive à retrouver l'adresse d'Armélie. Il me dit de la retrouver, c'est mon rôle de questeur.
En sortant de Sainte Sophie je crois Grégorius qui me fait un signe de tête, s'arrête et me fait une révérence super-exagérée, avec un regard haineux.
Vu que je pars pour une enquête complexe et intense je vais chercher Alessandro chez Grégoire. Niño fait le ménage, ils font des feux d'artifice. Alessandro est dans le ventre de Rofulus, il a les sourcils et quelques cheveux cramés. On va jusqu'à chez Armélie ensemble, je lui parle de mon enquête sur le forum de Théodose (à dessein) et quand on arrive devant chez elle un page m'apporte un message de Malachite qui m'explique qu'elle pleure enfermée chez elle depuis qu'elle a vu son sire. Je vais dans une petite ruelle dire au revoir à Alessandro et je vais frapper chez Armélie.
Il faut que j'insiste pour entrer. Elle est mortifiée, pour son sire, pour elle-même. Vu qu'elle a été étreinte pour sa beauté elle est méprisée par les autres Toréadors, les femmes la jalousent et pensent que c'est une bitch, elle est douée pour rien, etc. Là sans son sire comme « caution » sociale elle veut voir personne. J'essaye d'énumérer des trucs, on parle de ses différentes tentatives en art, etc. Finalement je lui demande pourquoi elle essaye pas d'apprendre à coudre. Au début elle est choquée et devient super froide, parce que c'est un travail de servante, mais je lui explique qu'elle sera peut-être plus douée pour quelque chose d'artisanal et que l'avantage c'est qu'elle pourrait porter quelque chose de très moche ce serait toujours joli et ça tomberait parfaitement sur elle. Elle y réfléchit, c'est pas con, on discute, je la console.
Ensuite je vais voir Khay'Tal, on discute couture, crise d'ado de Sarracène (que mes cheveux intriguent), etc.
Quand je rentre c'est pas la joie : Magnus m'a vue avec Khay'Tal, il a tué un serviteur sous le coup de la colère.

JOUR 148 : J'envoie un message à Armélie pour lui dire d'aller au marché aux esclaves pour se fournir des couturières de tous les pays et un CR à Pétrone. Puis je vais sexer débridé avec Alessandro.

JOUR 149 : Un page m'attend avec un message officiel à remettre en mains propres : j'ai ma première audience officielle en tant que questeur. Je vais à Sainte Sophie en vitesse et Armélie m'y attend. On nous amène au bureau de Pétrone. Elle me remercie pour l'idée mais elle aime pas le marché aux esclaves, elle voudrait que je vienne avec elle. Oui pas de problèmes, si j'ai le temps. Elle me remercie beaucoup, me présente ses excuses, et s'en va.
Pétrone me rejoint de la pièce d'à côté et me demande les détails (il a pas lu mon CR). Il trouve mon idée excellente mais me dit de faire attention, Armélie est très dépendante de son sire, faudrait pas qu'elle s'attache trop à moi.
Il est content que je ne sois pas là à idolâtrer Michel et que quelqu'un l'aide enfin. Du coup il m'offre à boire et s'offre une nuit de repos. On discute de Grégoire, de l'adulation de Michel, de Grégorius, du mépris qu'il avait pour moi au début, des gens qui suivent ma carrière, de l'empereur de la nuit, etc. Il est content de voir qu'il peut être un chef, il a toujours été un second. Il est très dévoué à Michel et à son rêve, comme Malachite, Magnus, Epirus ou Tribonius. Mais attention, Epirus a toujours une longueur d'avance. Je sais plus dans quel contexte mais il me raconte qu'il a lancé une rumeur après un regard de Caïus, il se demandait si l'infant d'Antonin n'avait pas tué son sire dans l'espoir de le remplacer aux yeux de Michel. On discute de plein de trucs et il me grille sur le lien entre Alessandro et Niño (pas son pupille mais son infant) et sur moi et Alessandro.

JOUR 150 : Je vais chercher Natalia aux bains et je la ramène chez elle pour discuter. Je lui dis qu'elle devrait faire attention à ce qu'elle fait et dit par rapport aux Ventrues etc. Elle panique, je sens sa bête monter, mais je la rassure. Puis on discute d'autres trucs (Sarracène, l'intendant que je lui vole, etc.) et elle va pioncer.
Je vais voir Alexia pour lui dire que le type amoureux c'est Caïus, de Michel. Il le considère comme étant la sainte conscience de Constantin. Il a besoin de nous. Elle me demande si elle peut compter sur moi, oui, donc je peux compter sur elle.
Je vais chez Grégoire, je discute avec Niño, joue avec rufus, me balade dans le jardin. Grégoire me montre un vol d'oiseaux d'or qui font de la musique en se posant sur les branches des arbres. C'est reposant.
Je vais au quartier latin, un des employés d'Alessandro vient me chercher. Sa boutique tourne bien. Ses employés/clients/voisins pensent qu'il est une sorte de sorcier (et avec mon ombre j'arrange rien). Il fait ce qui lui plait, ça lui va. On graouhte et je rentre à ma maison.

JOUR 151 : Je vais à sainte Sophie et fouille le bureau de Pétrone à la recherche de tout ce qui concerne le questeur. Je m'installe dans mon nouveau bureau et range tout. Il me manque certains documents (inventaire du clan toré, papiers sur les malachites, etc.). Je dors là bas.

JOUR 152 : Je fouille la bibliothèque des Toréadors (un bordel sans nom), lis et range, puis me repose et me détends.

JOUR 153 : Je finis de trouver/compulser/ranger et je vais aux bains, chez Grégoire, puis dormir chez Natalia où je commence mon discours (pour le lendemain...).

JOUR 154 : Natalia m'aide à apprendre mon discours, elle le trouve bien. On y va, je lui parle d'Armélie, elle me taquine sur Alessandro, Grégoire et un type qui zozotait. On arrive aux bains, elle dit bonjour à tout le monde (louche, elle s'améliore), et on rejoint Armélie qui est toute seule. Le premier contact est pas top, Armélie est d'une nature froide et dit des trucs très cons et méprisants sans le faire exprès (notamment sur la condition de goule de Natalia). Je temporise et passe le sujet sur ce qui relie l'histoire de l'art (Armélie), l'histoire politique (Natalia) et l'histoire de l'orthodoxie. La discussion se goupille très bien, devient passionnante, on devient le centre d'attention, la discussion continue en dehors des bains, on va voir Tribonius pour avoir certaines précisions et éclairages puis on va voir Pakourianis pour savoir pourquoi il a jamais fait d'icônes de Michel. Il nous regarde avec des larmes dans les yeux et nous dit qu'il n'y avait jamais pensé. Il part directement, moi j'envoie un page à Magnus pour le prévenir. Ensuite on change de sujet et Natalia décrète qu'on devrait faire une équipe féminine de polo, on prend les noms des gens intéressés, on en parle avec Tribonius (équipes de polo féminines en Grêce antique), on va proposer à Alexia Theusa (qui refuse poliment), Epirus nous propose un emblème d'ours ou de louve, Natalia est tellement motivée qu'elle fait pas trop attention à comment elle parle aux gens et Malachite la recadre gentiment, elle est génée.
Ensuite Caïus fait un discours sur les changements politiques, puis il appelle les questeurs, Pétrone s'avance et on fait l'annonce officielle, je fais mon discours puis Malachite pose deux questions publiques, à savoir s'il y a un nouveau représentant lasombra maintenant et si je suis vraiment indépendante. Je réponds tout bien, on me félicite, etc.
Je vais discuter avec Ghézu de mes cheveux, oui c'est faisable avec viscissitude, même s'il aime pas trop l'utiliser pour ça. Joli spectacle de Grégoire. Je vais dormir à ma nouvelle maison.


2 ANS D'ELLIPSE :

Natalia est étreinte, elle devient la seconde de Tribonius et s'occupe de la bureaucratie, on se voit toujours, c'est toujours cool.
Armélie progresse en couture, elle s'en sort pas trop mal, en ce moment elle s'éclate avec les teintures. Les gens la méprisent moins, elle sort avec des hommes et est courtisée, elle a toujours son PCR (Sarracène) et s'est teint les cheveux au henné pendant un petit temps.
On nous appelle le Triumvirat des femmes aux réunions ventrues.
L'équipe de polo n'avance pas, c'est une catastrophe, la majorité des femmes sont pas douées du tout.
Niño s'intègre bien, je l'ai vu que 2 fois ces trois derniers mois, il travaille avec Malachite et est son écuyer.
Pakourianis a créé toute une série d'icones et est encore en plein dedans.
Ma maison est niquelle. J'ai réussi à stocker une vingtaine de bouteilles de sang.
Mes deux sbires sont restés avec moi (logés, nourris, blanchis, avec un statut... ouais...). Alec a demandé à arrêter le lien de sang, Hippolyte veut continuer. Ils se civilisent tranquillement.
La ville est stable. Je vois Caïus une fois par mois en privé, lui et Alexia ensemble une fois par an. Elle m'a offert une petite boite ouvragée en bois qui me permet de voir la dernière image fixe qu'un cadavre a vu.
Alessandro avance difficilement dans son apprentissage à faire des merveilles, il a stoppé l'évolution de sa boutique et m'a appris l'arabe.
Alfonso de Venise est venu aux réunions ventrues, il est très spirituel, pas mal comme Pétrone (qui l'aime pas, comme Malachite, Ghézu, etc.). Il a invité beaucoup de gens à ses festins de sang, Armélie et Natalya y sont pas allées, Malachite non plus, etc. (Khay'Tal si).
J'ai fait regagner un point d'humanité à Magnus.
Siméon a étreint Myka Vykos, ils devraient revenir dans un ou deux ans.
La situation entre Khay'Tal et Sarracène s'est arrangée, du coup il lui délègue plus de travail.
Armet est dans sa cage, a priori il rêve.
Je lance une mode de vêtements en cuir grâce à l'influence que j'y gagne. On me remercie en tant que vraie toréador.
« Modifié: avril 04, 2014, 17:23:19 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Opale Campagnes  |  Vampire  |  IdF - Campagnes Solo - Yademael  |  L'histoire d'Avramea (Modérateurs: Yademael, manquedebol)  |  [Résumé] Rencontres et autres au jour le jour.
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !