gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102303 Messages dans 7481 Sujets par 859 Membres - Dernier membre: uplicle septembre 16, 2019, 10:51:11 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Faery Tales  |  Livre 4ème : Construire sur les cendres. (Modérateur: Sstrad)  |  Chap. 12 : Randonnée pour un tueur
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Chap. 12 : Randonnée pour un tueur  (Lu 1323 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Valaar

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 220
    • Voir le profil
Chap. 12 : Randonnée pour un tueur
« le: mars 23, 2014, 01:11:52 am »
« Qu’est ce qu’il fait ?, demanda la voix suraiguë.
- Je crois qu’il renifle une crotte de cheval, répondit la voix grave.
- Beurk. C’est dégoutant, il va la manger ?
- Je ne sais pas. Il doit avoir très faim.
- Tu as raison, Pervi ! Attends, je vais lui lancer une pomme de pin, c’est surement meilleur, avec ses crocs, ça va lui plaire. »

Valaar essayait en vain de se concentrer sur son pistage. Durant le départ de Lyssandaria, il s’était tenu à l’écart et sans vraiment savoir pourquoi, avait suivi le cortège des cavaliers comme pour s’assurer qu’ils quittaient bien la Verduran ou peut-être dans l’idée folle de voir sa sœur de lait faire demi-tour. Il se tourna furieusement vers les deux trublions.

« Vous allez la boucler, maintenant ?
- Je ne suis pas comestible mais Pervi, je sais pas, répondit Tig effrayé.
- C’est pas moi qui ai une pomme de pin dans les mains », répondit l’imperturbable dragonnet.

Valaar n’avait pas vraiment le choix, autant attendre que les deux compères se lassent et passent à autre chose...

Pervi et Tig s’étaient habitués à ce que le demi-orque fasse des excursions dans la forêt et s’amusaient beaucoup de le voir chasser, flairer et grimper aux arbres. Un jour qu’il essayait de se rapprocher d’un jeune cerf, celui-ci détala avant que Valaar ne puisse fondre sur lui comme la mort elle-même.

« T’es trop gros, dit Tig.
- Quoi ?, répondit le demi-orque plus ébahi que mécontent.
- Oui, t’es trop gros. T’es pas discret.
- Mais si, je suis discret.
- Tss-tss. Montres-lui, Pervi. »
Le dragonnet agita les deux feuilles de chêne qu’il tenait devant lui en commentant :
« Je suis là. Je suis plus là. Je suis là. Je suis plus là.
- Alors, monsieur oh-que-vous-avez-de-grandes-dents, vas-y, caches-toi derrière deux feuilles, qu’on voit si t’es pas trop gros ?
- D'accord... Vous savez que y’a des jours où vous êtes bien chiant tous les deux. Et y’a des jours tous les jours.», répondit Valaar à mi-chemin entre le dépit et l'envie d'en prendre un pour taper sur l'autre.
Tig se drapa de son silence outragé pour signifier sa vexation. De son coté, Pervi était un roc, rien ne pouvait le détourner de sa préoccupation :
« Je suis là. Je suis plus là. Je suis là. Je suis plus là…»

Et puis Valaar eut une idée.

« Dis donc, Pervi-trop-bien-caché-derrière-deux-feuilles, tu sais à quoi ca ressemble un œuf de dragon, hein… Faut qu’on parle… »

(…)

Valaar n’avait pas toujours la chance d’être espionné par les deux phénomènes. Une autre fois, ce fut une bande de Myth qui lui tendit un piège. Le demi-orque suivait une odeur qui lui donna une impression de déjà-senti sans pouvoir identifier son propriétaire. Tout à son pistage, il ne sut anticiper que celui ci l’avait repéré et avait placé les mauvaises créatures du Premier Monde devant ses pas. Mais Valaar n’était plus l’enfant qu’il était il y’a encore quelques années. Les blessures qu’il reçut avaient réveillé la fureur guerrière qui était en lui et il terrassa en retour l’escouade à grands coups d’épée et de morsures féroces. Mais, entre le sang qui tapait encore dans ses tempes et les odeurs par trop nombreuses, il ne put retrouver la piste qu’il suivait.

D’autres rencontres, contre d’autres dangers, furent plus difficiles. Il n’avait pas peur et prenait chaque affrontement comme une opportunité de devenir un meilleur guerrier.. La menace du Seigneur Cerf était écartée mais il était convaincu en son for intérieur qu’il devait être près à tout. Rhae Mar lui avait appris que les dieux orques n’aimaient pas s’ennuyer et qu’il mettrait toujours un ennemi sur son chemin. Chaque fois que Valaar passait machinalement sa main sur la longue cicatrice horizontale qu’il avait au cou, il se rappelait qu’il devait, non, qu’il voulait devenir plus fort et plus rapide.

(...)

Durant le conseil de Dragonfall présidé par Durgan l’ancien, l’on évoqua des sujets de toutes sortes : l’avancement des reconstructions, le prochain rituel de Grande Chasse béni par Erastil par la voie de Corwyn – où il irait comme à l’accoutumée veiller au grain et surtout déceler ceux sur qui il pourrait s’appuyer dans le cas d’un nouveau combat rangé – et aussi le départ prochain des Valmont, père et filles à l’exclusion d’Hina qui resterait à Dragonfall en qualité de Magister du conseil.

Valaar n’écoutait plus : après Lyssandaria, Aëlynn allait partir elle aussi. Guère plus de quatre mois ? Valaar n’en voulait rien croire. Son désappointement était facile à voir néanmoins il sortit de son mutisme juste avant la fin de séance, alors qu’on s’appretait à entendre Durgan l’ancien clore l’assemblée par l’incontournable sentence « Lever le cul de votre chaise. Et aller faire quelque chose d’utile » :

«  Une dernière chose. Les Yeux de lynx qu’on garde pour un acheteur qui vient pas. Cette magie sert à rien à rester dans un temple. Je les veux. »
« Modifié: mars 24, 2014, 18:52:27 pm par Valaar »
Les décisions basées sur l'émotion ne sont pas des décisions. Franck Underwood, House of Cards.

Hors ligne Sstrad

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 594
    • Voir le profil
Re : Randonnée pour un tueur
« Réponse #1 le: mars 23, 2014, 20:56:42 pm »

"Même pas en rêve." Fut la réponse net de Durgan.

Hors ligne Valaar

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 220
    • Voir le profil
Re : Randonnée pour un tueur
« Réponse #2 le: mars 24, 2014, 18:52:05 pm »
Valaar fut d'abord ébahi puis grimaça mécontent. Il hésita un moment, s'attendant à ce que Durgan prenne mal ce qu'il avait ce qu'il sur le coeur.
Chacun s'était tu et Valaar eut la sensation, fausse ou non, que les regards qui convergeaient vers lui lui demandait la même chose. Et puis il cessa d'y réfléchir et d'essayer de deviner quelle attitude allait plaire au plus grand nombre et lâcha, amer et parlant de plus en plus vite :

"Je vois. Pour enlever dix huit mille pièces d'or au village pour celle qui nous a délaissé pour un beau prince, y'a pas de sujet. Et quand j'ai mis au pot commun une épée en or qui en vaut sans doute dix mille, tout va bien. Mais pour me laisser ce truc qui m'aidera à repérer les dangers tapis dans la forêt, là, c'est non? On fait quoi à Dragonfall, la loi ou ce qui est juste?!"

Citer
Durgan regarde Valaar comme il regarderait un môme boudeur et lui répond tranquillement :

"Dragonfall me demande suffisamment d'énergie, monsieur Valaar. Je n'ai ni le temps ni l'envie d'expliquer à un gamin qui ne voit pas plus loin que la pointe de son épée, ce qu'est un acte politique qui apportera plus tard, d'avantage à Dragonfall que sa mise de départ. A défaut d'avoir écouté les leçons de votre père sur l'économie et la politique qui régissent une communauté, essayez au moins de vous comporter comme lui. Phorgas trouvait des solutions aux problèmes, il ne les créait pas."

Il prend l'épée d'or qui n'avait toujours pas trouvé d'acquéreur et la jette en un arc de cercle parfait, la plantant aux pieds de Valaar en disant :

"Reprenez-la, et à l'avenir abstenez-vous d'offrir quelque chose de la main gauche, quand votre main droite tient une plume d'apothicaire. Je n'ai pas besoin d'aumône pour rebâtir ma baronnie."

Durgan tourne la tête vers Deirdre, semblant être passé à un autre sujet, celui des futurs semailles du printemps prochain.

Valaar eu un mouvement de recul, autant surpris par l'habilité du geste que par la lame d'or plantée à ses pieds. Sa lèvre inférieure frémissait et il était prêt à exploser. Mais une foule de sentiments contraires se disputait ses faveurs et il resta assis un moment, n'entendant plus ce qui disait.

Regardant la table comme on regarde le vide, sans vraiment savoir s'il réintervenait à un moment opportun, il lâcha :

"Si, justement. On a un peu l'habitude de rien m'expliquer. Si Lyly m'avait expliqué sa relation avec Ménas, j'aurais pas ça sur la figure..."

L'on pouvait sortir les frissons qui parcourait le corps musculeux du demi-orque.

"Et je ne suis pas Phorgas, vous m'entendez? Je suis Valaar. Il faisait tout ce qu'on lui demandait sans poser de questions? Tant mieux! Ca, pour parler, il devait déranger personne... Des problèmes... Ca va, j'ai compris, je ne causerais plus de problèmes pour aujourd'hui. Et cette lame, je la reprendrais pas. C'est celle que j'avais remise à Kelvan avant la bataille, avant... qu'il soit tué par cet enfoiré de Seigneur Cerf. Vendez-là, je m'en fous..."

Avisant l'épée d'or au sol "... mais vu ce que je vois, vous devriez l'avoir à votre ceinture."
« Modifié: mars 24, 2014, 19:28:44 pm par Sstrad »
Les décisions basées sur l'émotion ne sont pas des décisions. Franck Underwood, House of Cards.

Hors ligne Sstrad

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 594
    • Voir le profil
Re : Chap. 12 : Randonnée pour un tueur
« Réponse #3 le: mars 24, 2014, 19:22:21 pm »

"Deirdre ma chère, remettez l'épée sur la liste des ventes." Dit Durgan sur un ton pratique. Deirdre s'exécuta sans faire de commentaire.

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Faery Tales  |  Livre 4ème : Construire sur les cendres. (Modérateur: Sstrad)  |  Chap. 12 : Randonnée pour un tueur
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !