gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102535 Messages dans 7508 Sujets par 887 Membres - Dernier membre: AlexKet septembre 23, 2019, 13:09:59 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Dorothée  |  Saison 1 : L'aube Ecarlate (Modérateur: Dorothée)  |  Qui sème le vent ...
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Qui sème le vent ...  (Lu 910 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Sstrad

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 594
    • Voir le profil
Qui sème le vent ...
« le: mars 19, 2014, 19:31:58 pm »


Le pinceau de Gray glisse sur la toile de lin, comme un voilier fendant les eaux du port de Magnimar, laissant un sillage vermillon sur la peinture séchée par les longues pauses. Il travaille sur ce portrait depuis près de trois ans, et pour la première fois, il le fait sans son modèle. Soudain le mage de la Garde d’Airain se crispe et se mord les lèvres. Il ferme les yeux, pris de convulsion. La palette qu’il tient dans sa main droite se détache de ses doigts, tombe au sol puis s’échoue couleur en avant sur le tapis turquoise. Le pinceau subit bientôt les lois de la gravité et chute à son tour comme un pantin désarticulé, puis une fois au sol, rebondit et roule mollement sur les chaussons du peintre. Il ferme les doigts de sa main gauche et les rassemble, les tendant en un poing vengeur vers le visage de celle qui regarde l’horizon avec espoir. Cette femme à qui il s’est ouvert totalement. Cette femme qui aujourd’hui le traite de menteur. Il veut transpercer ce portrait qui le fait souffrir. Ses lèvres se décèlent et de sa voix qui ne franchit pas le seuil de sa gorge, il hurle en silence son désespoir. Sa main tremble vers la toile. Il va en finir une bonne fois pour toute ! Cette œuvre ne verra jamais le jour. Les flammes vacillantes de la cheminée projettent sur les murs du salon une tragédie en ombre chinoise. La silhouette du mage ressemble à une poupée tiannaise tenant une massue luttant contre le vent. La poupée bascule de droite et de gauche. Puis peu à peu, alors que la massue va s’abattre sur la droite, de l'ombre de l'arme naissent des oreilles de lapins tout tremblotant, puis un chien famélique. Gray déplie ses doigts crispés et tremblants sur le portrait. Il suit les courbes de ce visage qu’il adore. Il connaît chacun de ses traits, sait le grain de sa peau, ressent la douceur de ses tempes sur le dos de ses phalanges … Gray ferme ses paupières et soudain l’odeur d’Inara emplie toute la pièce. Ses jambes plient sous son poids. Il tombe à genoux sur le tapis Herméen qu’il avait échangé contre une peinture à un marchand keleshite. Il sent sur ses joues la trahison de ses yeux. Les larmes qu’il a juré de retenir s’écoulent sur les commissures de ses lèvres, comme des affluents convergeant en une rivière qui se rue vers la mer.

Il avait compris le secret d’Inara dès leur première rencontre. A l’instant précis où les regards de l’archimage et de la guerrière se croisèrent, Gray créa le chaînon manquant. En l’espace d’une seconde, son cerveau habitué aux exercices mentaux les plus poussés établit le lien entre le père et sa fille. Ses yeux décodèrent les inflexions infimes des muscles du visage d’Inara : la grimace de dégoût à peine voilée, le froncement des sourcils et les narines qui se retroussent, signalant l’imminence de l’attaque, les phalanges de ses mains blanchissant sous la pression exercée sur le sol auquel elle s’accrochait désespérément. Il avait vu le léger geste de la main de Prius vers sa fille, geste rapidement refoulé et caché, le sourire tombant de l’archimage qui riait faussement pour masquer sa peur du rejet. Et puis Maverick a vu Inara le regarder avec ses yeux flamboyants, s'est senti se perdre dans ces yeux noisette qui le fixaient avec colère. C'était le signe qu’il attendait depuis si longtemps qu'il trouva dans l’insondable douleur de cette guerrière. Il a compris qu’il était tombé éperdument amoureux d’elle. Il a su enfin, que plus tard, elle retournerait contre lui cette même colère qu’elle n’avait pas déversé sur son père. Cette colère qu’elle n’a jamais su canaliser. Cette colère enfin qui est l’expression de sa détresse la plus profonde. En tombant amoureux d’elle, Gray avait accepté que ce jour arrive. Il l’avait accepté, mais il ne le supportait pas … Depuis sa confession, la Garde d’Arain avait été appelée deux fois mais ils s'étaient à peine regardés. Il lisait dans ses yeux les reproches qu’elle lui faisait. Et Maverick eu envie de tout arrêter.

Il a posé son insigne sur le bureau d’Inara et il est parti. Sans un mot, sans un geste, il a quitté la Garde d’Airain.

A genoux sur son tapis préféré, le visage dans ses deux mains, il n’entend pas la porte d’entrée s’ouvrir, ni même les avertissements de ses serviteurs invisibles. Baren joue le tout pour le tout et s’extirpe seule de sa prison de chair, et là, juchée sur la nuque du mage, elle le pique de son aiguillon. Maverick ouvre les yeux au moment exact où la porte de son salon s’ouvre à la volée. Par réflexe, ses doigts dessinent les arabesques d’un sort de boule de feu. Ses lèvres finissent l’incantation tandis qu'il vise l’encadrement de l’entrée. Son bras tend derrière lui le globe d’énergie, prêt à projeter son attaque élémentaire vers l’intrus. Pris par surprise, il réagit d’instinct. Au moment où il fait passer le prisme de feu devant lui, il reconnaît l’odeur d’Inara. D’un geste désespéré, il donne un violent coup de rein pour dévier son attaque. La scène se met soudain à ralentir. Tout autour de lui semble freiner des quatre fers. Le temps suspend son vol. Son intellect tourne à toute vitesse, lui offrant ce temps figé où tout devient clair. Il sait quoi faire. Une inflexion sur le dernier phonème et le sortilège est annulé. La guerrière entre dans le salon tandis que Maverick voit son corps terminer sa course vers elle. Sa main droite prend appuie sur le rebord de la porte et le reste de son corps suit cette course ralentie. Le temps reprend enfin sa vitesse normale alors qu’il termine adossé de tout son long contre l’encadrement.

« Salut » dit-il d’un air faussement détaché, ses deux bras se croisant devant lui. « Qu’est-ce qui t’amène ici? » continue le mage. Inara le regarde avec suspicion. Elle sent d’instinct quand quelque chose ne va pas, et là, elle en est sure, Maverick lui cache quelque chose. Elle scrute le reste de la pièce et voit la toile qu’ils ont l’habitude de peindre ensemble. Elle, posant et jouant les modèles difficiles et lui, la suppliant de ne pas bouger et maudissant l’insigne de la Garde qui invariablement sonne à ce moment-là. Cette fois, Gray a commencé à peindre sans elle. Inara remarque le pinceau au sol, la palette renversée et le tapis keleshite souillé. Elle fixe à nouveau son regard sur Maverick.

« Je n’accepte pas ta démission. Tu reprends ton insigne ! » lui ordonne-t-elle, sachant très bien que les ordres et les menaces glissent sur le mage. Elle le défie du regard, s’attendant à le voir battre en retraite. Cette fois Gray la fixe à son tour. Il semble prêt à en découdre. « Très bien » songe-t-elle, « si c'est le conflit qu’il cherche, ça me va très bien. »
« J’ai d’autres centres d’intérêts. » rétorque le mage. « Je n’ai plus le temps de veiller sur toi. Il faudra vous trouver un autre mage pour la Garde d’Airain. Si tu ne sais pas où t’adresser, j’en connais un très bien qui loge dans un palais flottant.» Le poing d’Inara se détend comme un ressort, percutant la mâchoire de Maverick, le propulsant sur le sol. Les yeux du mage sont aussi brûlants que ceux de la guerrière. Elle s’attend à ce qu’il réplique par un sortilège mais il continue « C’est tout ? Tu n’as rien de plus en magasin ? Je pensais que vous tapiez plus dur que ça, Capitaine. Rien d’étonnant que Dwayne ai rendu son tablier. Avec une couverture pareil en première ligne, qui voudrait rester !!!?? » La guerrière hurle de rage et se jette sur le mage déjà au sol. Son poing le percute de plein fouet et une gerbe de sang explose sous l’impact. Elle est à califourchon sur lui, le tenant en tenaille par la taille, elle a l’avantage de la position montée et chacun des coups suivants arriveront à pleine puissance, et il le sait. Inara lève le poing au-dessus du visage de Maverick, lui intimant d’un regard de se taire, pourtant il continue. « Plus fort Capitaine ! Si c’est comme ça que vous frappez en mission, personne ne voudra jamais se battre avec vous ! Mis à part Prius qui se fera un plaisir de sauver sa petite fille !» Inara hurle : « La ferme tu m’entends ! La ferme !!! » Et son poing s’abat encore et encore et encore. Elle frappe jusqu’à ce qu’elle ne l’entende plus, jusqu’à ce qu’elle n’entende plus la rage qui hurle dans sa poitrine, jusqu’à ce qu’elle ai mal aux mains. Maverick ne bouge plus. Il a eu son compte. Elle décroise ses jambes comme après avoir fait l’amour avec lui. Elle est épuisée, et lui aussi.

Elle est enfin apaisée.

« Pourquoi... pourquoi as-tu toujours besoin de pousser les gens à bout ? » demande-t-elle doucement. « Je voulais juste … » Sa voix se suspend, hésite et reprend dans un souffle, « … juste que tu reprennes ton badge et que tu reviennes dans la Garde. ». Le mage ne lui répond toujours pas. Elle regarde ses mains pleines de sang. Ses poings sont abîmés. Il faudra que Kelson la soigne, songe-t-elle.

Elle sent une piqûre derrière sa nuque.

Du poison.

« Baren ? Pourquoi ? » Ses jambes lui semblent lourdes.

Elle résiste.

Une autre piqûre.

Sa main se détend vers sa nuque et attrape le petit scorpion qu’elle lance au loin.

Inara se tourne vers Maverick pour lui demander des explications sur le comportement de son familier, elle découvre avec horreur le visage de l’homme qu’elle aime. Il n’est plus qu’une plaie et son sang s’écoule de ses blessures en myriades de sillons écarlates. « Mav … Gray ! Répond-moi Gray ! » crie-t-elle, le secouant par le col. Ses doigts fébriles touchent doucement les lèvres de cet homme qu’elle ne veut pas perdre. « Je t’en supplie Gray, je ne voulais pas ! Ne me laisse pas, Gray ! » Il ne bouge toujours pas. Inara se lève et court vers l’armoire en acajou du mage. Elle sait que parmi les bouteilles d’alcool, il a caché une potion de soin, en cas d’urgence. Soudain ses jambes flanchent et ne la soutiennent plus.

Le poison de Baren.

« Pas maintenant, pitié ! Laissez-moi encore un peu de force ! » supplie-t-elle. Inara s’accroche au rebord de l’armoire et se hisse de toutes ses forces. Entre les bouteilles, elle aperçoit celle qu’elle cherche. Elle tend la main vers le flacon mais arrête son geste. Sur le capuchon se trouve Baren le scorpion, pinces et aiguillon dressés, en position de combat. « Baren, je t’en supplie, laisse-moi le sauver. Tu me feras tout ce que tu voudras après, mais par pitié, ne le laisse pas mourir. » Semblant comprendre les paroles de la guerrière, l’arachnide recule et se laisse choir de son piédestal. Inara attrape la potion et se rue vers Maverick qui n’a toujours pas bougé. Elle soulève délicatement sa nuque et arrache le bouchon avec les dents. « Bois, je t’en supplie, ne m’abandonne pas. » Sa voix se brise : « Je t'aime » Le liquide ambré s’écoule lentement entre les lèvres inertes de Maverick. Inara prend le visage du mage entre ses mains et pose ses lèvres sur les siennes, goûtant son sang et la potion absorbée par le corps mourant de son amant.

Le corps de Gray se contracte soudain, comme parcouru d’un courant électrique puissant. Il ouvre les yeux et fixe Inara. Il voit dans son regard l’amour qu’elle lui avait repris. Il lui sourit. Elle est calmée. Il peut enfin lui parler. Ensuite, il lui fera l’amour. Mais d’abord, il va lui faire comprendre qu’il ne lui a jamais menti, qu’il attendait le bon moment pour tout lui dire. Ensuite, il lui fera l’amour parce que c’est ce que fait un couple pour se réconcilier. Il ouvre les lèvres et lui demande :

« Fleur... »

« Oui, Gray ? »

« Est-ce que je peux te demander quelque chose ? »

« Tout ce que tu veux, mon amour. »

« Est-ce que tu sais combien m’a coûté le parchemin de Peau de pierre que j’ai lancé un peu avant ton arrivée et qui m’a sauvé la vie ?! »

Inara regarde son homme dans les yeux, hésitant entre lui tordre le cou et l’embrasser passionnément. Au grand ravissement du mage, elle choisit la deuxième option. Après tout, absorber la rage et la colère de sa guerrière était ce qu’il savait faire de mieux.

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Dorothée  |  Saison 1 : L'aube Ecarlate (Modérateur: Dorothée)  |  Qui sème le vent ...
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !