gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102387 Messages dans 7485 Sujets par 903 Membres - Dernier membre: Helenavtj août 12, 2020, 20:07:42 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Vampire  |  IdF - Campagnes Solo - Yademael  |  The wind of change (Modérateurs: Yademael, manquedebol)  |  Articles de la Presse Anarch Libre
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Articles de la Presse Anarch Libre  (Lu 3161 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Articles de la Presse Anarch Libre
« le: mars 03, 2014, 19:32:27 pm »
Ici je vais poster les articles de Jane et les retours que j'en ai eu.
« Modifié: mars 03, 2014, 20:19:27 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
1 - JE SUIS NOUVEAU-NÉ. PIRE, JE SUIS CAÏTIFF.
« Réponse #1 le: mars 03, 2014, 19:52:18 pm »
Article n°1 (nov. 2010)
JE SUIS NOUVEAU-NÉ. PIRE, JE SUIS CAÏTIFF.

Citation de:  Article avant modifications et réécriture complète
Hier je me croyais seul et je rêvais d'être libre. Je l'étais. Libre.

Aujourd'hui je suis seul comme je ne l'ai jamais été, et j'en rencontre beaucoup d'autres. On se congratule entre puissants en terrifiant les plus faibles. Les caïnites vivent en meute, il faut suivre une norme, des règles, à foison. Sinon on tombe.

Rencontrez les outsiders. Ils sont seuls. Où vais-je ? Que dois-je faire ? À qui en parler ? Non, ça c'est secret. Oui, ça je peux, à lui, à elle. Non, ça non. Le concept de saine paranoïa n'aura jamais été aussi clair à mes yeux. Ce n'est pas parce que je suis fou que personne ne me veut du mal.

Alors je cherche mon sire, parce qu'il doit être le plus à même de m'aider. Il est absent. Je crois qu'il me fuit. Peur de son erreur, de sa faute, du changement. J'incarne quelque chose pour lui. À moins qu'il ne s'en foute.

Et j'erre. Parce que j'ai de la chance, je trouve des mentors, des protecteurs. Des amis ? Ils m'expliquent et je fais pourtant des erreurs. Alors je me méfie de tout, et de tout le monde. Je me disperse. Gagner de l'argent, de l'influence, de la réputation, du statut. Apprendre, comprendre. Ou développer mes pouvoirs.

Parce que je suis puissant. Ivre quand je sens le sang couler dans ma gorge. Je vois des gens mourir. Et ça m'est égal. Je me sens capable de tuer. Je vis de moins en moins longtemps. Je ne vis plus, en fait.

La bête est seule à occuper mon esprit. Elle me terrifie. Elle m'excite. La brutalité la plus sauvage fait preuve de ruse, susurre aux oreilles de tes ennemis et, troublé, tu espères qu'elle l'a fait pour toi. Pas pour te manipuler, pour toi. Par amour.

Tu réalises alors qu'être seul, ce n'est pas grave si tu es en harmonie avec toi-même. Mais tu es un monstre. Tu es perdu, lâché dans la cage aux lions, et tu fais comme eux. La bête te surveille, tu le sais. Peut-être que tu devrais comprendre ce qu'elle veut. Tu aimerais.

Commencer par maîtriser le sauvage pour maîtriser ta non-vie. Apprendre la liberté.

Puis tu changeras le monde comme la bête t'a changé. Ou pas.


   Le premier Caïtiff que j'ai rencontré a peur et se cache. Je n'ai même pas cherché à lui parler de ce papier et suis directement allé taper ailleurs. En appâtant avec du fric. J'ai rencontré beaucoup de personnes différentes auxquelles j'ai posé des questions sur leur étreinte, le début de leur non-vie. Grand bien m'en a pris. À présent je crois que j'ai la force de me battre.

   Evan* me dit qu'il a eu une étreinte « normale », il y a moins d'un an. Par surprise, puis il a été jeté dans un appartement et s'est nourri, en frénésie. Autodidacte et connaissant des légendes sur les caïnites, il a testé certaines choses. « Mais pas le pieu en plein cœur, j'ai vu Buffy quand même ». Il a repris son coin de rue et vend de la dope ; son chef est devenu sa goule, ça lui facilite le travail. On lui a expliqué les règles, il les a notées consciencieusement et les a vérifiées. Beaucoup d'intox. Il a un rival Caïtiff, dans une autre bande de dealers. Au final quand l'un apprends quelque chose qui pourrait aider l'autre ils partagent leurs informations. Après notre entretien il est parti lui dire qu'en s’entraînant on pouvait développer et entraîner les pouvoirs vampiriques.

   Quant à Andrew, étreint il y a seulement 3-4 mois, il n'est clairement pas là pour la thune. il veut se faire connaître. Appel pour homicide, Andrew est le flic en patrouille le plus proche, il y va. Un vampire le boit, l'étreint, le pieute et lui dit qu'il a jamais pu blairer les flics. Les renforts arrivent, deux personnes, l'un le dépieute et les deux meurent. Il fait de sa chef une goule, en profite en passant. Passe ses deux mois d'arrêt en apprenant à vivre avec sa condition et en cherchant des contacts. Avec lui, on est réglo. Parce qu'il a qu'un coup de fil à passer pour te foutre dans la merde. On lui a quand même fait comprendre qu'on pouvait pas vraiment avoir d'amis dans ce milieu. Il compare ça à la police. Il connaît bien les luttes de pouvoir pour l'avancement, sauf que là les joueurs sont immortels.

   Abby était déjà à la rue quand elle s'est fait étreindre. Y'a 6 ou 7 ans, par un mec qui sortait d'un restaurant derrière lequel elle fouillait les poubelles. Il la prend sur son dos, l'amène aux docks, la boit, s'excuse, la reboit et finit par ne pas se retenir. Il l'étreint. « Vous êtes un vampire, je suis désolé, nourrissez-vous de sang humain et craignez la lumière du soleil. Je dois y aller. » Elle s'est cachée pour le regarder se faire poursuivre. Elle a cherché à survivre, puis elle a vu quelqu'un comme elle, pâle et qui ne respirait pas. Elle l'a suivi jusqu'à une tour en verre. Elle y a rencontré un grand monsieur, gris et borgne, flippant. Elle lui a tout raconté. Il l'a laissée partir. Informations suffisamment intéressantes pour que le fléau s'en remette à leur seconde rencontre pour la tuer. Le sire d'Abby a pris un bateau pour l'Europe, de ce qu'elle en sait. Mais elle s'en fout.

   Hannabi tient le tableau des petites annonces. Il y a 6 ans à peu près il meurt par overdose, s'éveille en frénésie dans son squat et tue ses potes. Première semaine très floue, très défoncé. Semaine suivante sur les nerfs, à se rendre compte que se piquer ne le fait plus décoller. Après un mois de désintox', avec pas mal de thune et beaucoup d'héroïne, il s'est fait un petit business. Le dealer local est venu le plomber et tous les deux se sont aperçus que ça ne fonctionnait pas. Hannabi l'a vidé de son sang et l'Ancilla qui chapeautait le trafic de drogue est venu le prendre sous son aile. Mensonges, liens de sang et missions pourries. La dernière impliquait des hunters et la mort du boss d'Hannabi. Il était pas à un sevrage près. Maintenant il a une place qui lui permet d'être en sécurité.

   Jo s'est endormi, a ressenti un plaisir immense dans son sommeil et s'est réveillé en frénésie, pour tuer sa femme. Pas d'explication, rien. Il s'est caché et s'est servi de ce qu'il avait appris au taff pour se faire déclarer mort, se dégoter un certificat médical de porphyrie et des faux papiers. Hébergé par un Ventrue Anarch pendant deux ans, il a observé et mimé pour apprendre ses disciplines. Le mec pensait le dominer sur une base régulière, mais Jo a fini par lui faire oublier son existence. Il s'est complètement mis au ban de la société caïnite. Il bosse dans un refuge pour animaux, est devenu assistant vétérinaire. Il pensait que j'avais besoin d'aide en tant que nouveau-né Caïtiff. Il m'a dit de garder mon argent.

   Willow m'agresse et me menace. Qui m'envoie ? Personne. Dire que le fléau est un fils de pute et que je n'hésiterai pas à tuer le préfet ? D'accord. Une fois ses enregistrements bien au chaud il me traite de connard d'intellectuel et me raconte son expérience de la non-vie. Étreinte de masse du Sabbat, il y a 6 ans. La Camarilla arrive, leur botte le cul et la fosse où lui et tous les autres se trouvaient est imbibée d'essence. Il sort le premier et sera le seul à ne pas être repoussé au fond. Il observe la scène et voit un groupe défoncer les véhicules de la Camarilla pendant que celle-ci subit une contre-attaque du Sabbat. Il a fait siennes les théories sur la loi du plus fort et la méritocratie. Je pense endoctrinement mais continue de l'écouter déblatérer sur son camp, son choix. Personne ne l'emmerde. Il a prouvé qu'il était méritant. Il a prouvé qu'il tapait assez fort.

   Une pute notoire, contente que je fasse cet article. Étreinte il y a 14 ans, par un Ventrue Sabbat tué par sa meute dès le lendemain. Elle n'a jamais développé sa malédiction, ils l'ont faite passer pour une Panders. Lors des guerres de l'est, elle a trahi les siens et gagné sa vie à la Camarilla contre toutes les informations dont elle disposait. Mais on lui a fait comprendre qu'elle ne resterait pas longtemps en lice si elle revenait à l'Elyseum. Elle est un rebut de l'humanité et fait avec, reste avec les Anarchs. De toutes façons, « quoiqu'en disent les Anarchs ça reste des camaristes ». Elle baise avec des vampires, elle baise avec des humains, elle économise pour emmener sa famille vivre en Europe. Elle me tend un billet de 100$, pour que je paye plus les suivants. Quelque chose semble mort en elle.

Evan a entendu sa voix. Andrew achète des informations sur lui.
Abby attend. Il lui doit une vie. La sienne.
Je m'interroge.

   S'il est impossible d'avoir des amis, s'il est impossible de se fier à qui que ce soit, qu'est-ce qui différencie un nouveau-né Caïtiff d'un autre nouveau-né ? Le manque de formation ? La perte des repères ? La non-appartenance à un clan ? La solitude absolue ?

Je pense que les Caïtiffs sont les bas clans de notre société.

L'erreur a toujours existé. Le problème vient de nous. Le problème vient de vous.

Croire que l'on peut impunément cracher sur son prochain.
Croire que l'on a besoin de personne.
Croire que l'on est différents.


Jasper, fils de Caïn.



*Les noms, genres et histoires ont été modifiés.



Encart – Du passé, un futur changement

Laramy Firsk n'est pas un nouveau-né. Il y a 246 ans il sortait bourré d'un saloon et se faisait vider de son sang puis étreindre. Son sire tué par le fléau dans la foulée, la Reine donna à ce dernier la responsabilité de former le nouveau-né. Chance, adaptabilité, imprévisibilité, développement de sa propre discipline ; Laramy a survécu. De son point de vue, le mouvement Anarchs est la seule issue envisageable pour son clan. Les Sabbats font d'eux des Panders, de la chair à canon manipulable, fanatisée et mal éduquée. La Camarilla les détruit, les pourchasse même. Dans l'absolu, Laramy ne remet pas en cause la destruction de ceux qui étreignent sans autorisation. Il aimerait simplement qu'on laisse aux infants les biens de leurs sires et la possibilité de vivre, parce qu'ils n'y sont pour rien. Il va même plus loin, puisqu'il envisage la possibilité d'un tutorat, d'un mentor « obligatoire », bref, la possibilité d'une formation pour ces nouveau-nés esseulés. Et la reconnaissance de leur clan. En ça, le mouvement Anarch lui permet de militer pour obtenir des résultats. Actuellement c'est discrètement qu'il opère, en proposant son aide à ceux qu'il arrive à découvrir. Pour ça, certains Anarchs le soutiennent. Primogène auto-proclamé de son clan, Laramy a quitté la Camarilla en emportant avec lui quelques vies. Espérons qu'il y retournera en en rapportant de nouvelles.

Payé 200$ par Banning, qui a surtout kiffé l'article sur Laramy. L'autre il me l'a putain fait retravailler.

Publié sur le tableau de Baltimore. Hannabi est pas peu fier.

Courrier des lecteurs : une douzaine de lettres.
  • Invitation sociale du Club de la Liberté, lettre écrite à plusieurs mains qui déplore la condition de ces "pauvres petits caïtiffs", réflexion ampoulée assez inintéressante.
    Réponse : me rencontrer serait intéressant mais les rencontrer eux, pour débattre de leur vie, serait beaucoup plus enrichissant.
  • 2 lettres de remerciement qui me disent de passer voir machin et bidule si je passe à Philadelphie (le misanthrope ?) et Washington.
  • Une lettre qui dit en substance "connards de journaleux, là on nous montre le pire mais c'est pas objectif" (l'auteur est un rageux qui a présenté 7 articles non-reçus à la PAL).
    Réponse : ben je vais continuer à publier leurs histoires et serais heureuse d'en connaître d'autres plus agréables.
  • Une lettre qui dit "Très joli roman, dommage qu'il soit aussi peu crédible" (auteur : une toré anarch de la côte ouest).
    Réponse : la côte ouest a l'air d'un endroit merveilleux, je devrais déménager.
  • Une page et demi d'insultes et de propos haineux comme quoi les caïtiffs sont des abomination à la face de la Camarilla, une enfreinte aux lois, qu'on devrait tous les tuer et que le mouvement anarch devrait pas se laisser embrigader dans leur protection, ils sont un signe annonciateur de la Géhenne etc. et l'auteur de l'article doit être un sympathisant du Sabbat (auteur de Philadelphie, brujah qui fait partie du KKK).
    Réponse : à l'auteur du mail de deux pages, nous avons eu un problème technique à la réception, tout ce que j'arrive à déchiffrer c'est que vous êtes un gros con ; n'hésitez pas à nous renvoyer votre réponse.
  • Courriers pour savoir comment on peut aider, à qui on peut envoyer de l'argent, ou rencontrer, etc.
    • Un pour Lys : elle me dit de donner son coin de rue.
    • Un pour Andrew : il me dit de filer son tel.
    • Un pour Hannabi (celui qui tient le tableau à Philadelphie) : Hannabi hésite mais ok, tel.
    • Deux pour Emma : un pour la rencontrer l'autre pour lui envoyer de l'argent, je lui envoie une lettre et elle veut voir que des gens qu'elle peut aider (notamment sur l'humanité), du coup y'en a qu'un des deux qu'elle verra potentiellement, je dois le voir avant ça.
    • Un pour Max : il aurait des informations sur son sire, je l'envoie chier très poliment après un rapide échange de mails qui dit qu'il l'aidera mais que ce sera pas gratuit. Il m'insulte en me disant que je me mêle de ce qui ne me regarde pas puis me dit qu'il va me mettre un assamite sur le cul et "crève pute". Je lui envoie la meute de Dumbster après l'avoir tracé avec Banning : c'était Luke, un "ventrue anarch" (giovanni en fait). C'est Cursedwood qui l'a et le contrat est out.
« Modifié: juin 11, 2014, 01:52:11 am par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
2 - ANARCH, CHOISIS TON MAITRE.
« Réponse #2 le: mars 03, 2014, 19:57:26 pm »
Article n°2 (déc. 2010)
ANARCH, CHOISIS TON MAITRE.

Citation de: Brouillon
Le sentiment de soif m'a quitté et j'ai ouvert les yeux sur le ciel. Les étoiles me promettaient l'infini, j'ai cru que j'étais libre. Puis j'ai croisé les yeux de mon sire.

Pitch : selon le mode de vie anarch et le mode de vie camariste, pour quels idéaux et quelle(s) liberté(s) on sacrifie une partie de ses libertés pour répondre à des obligations, et lesquelles ?

Article basé sur le discours de Xandra sur LA liberté pour laquelle les Sabbats sont près à sacrifier toutes les autres ; retranscrit pour coller au modèle de la Camarilla et à celui des Anarchs. Ajout de références et analyses sur le contrat social, la société, les obligations et la liberté.

Banning me l'a pris sans modifications, enthousiaste (il voulait savoir si je l'avais vraiment écrit...). Payé 200$ par Banning.
« Modifié: juin 11, 2014, 01:52:38 am par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
HS - la vie nomade
« Réponse #3 le: mars 03, 2014, 20:02:21 pm »
Article n°2-bis – HS nomadisme (fin 2010)
ON THE BOAT AGAIN, AGAIN.

Citation de: Sujet
Description du mercenariat, du nomadisme et du « maître » de la meute de Dumpster (obligations qui ressortent de leur mode de vie en commun et sur la route).

payé 50$ par Banning.
« Modifié: mai 03, 2015, 14:44:07 pm par Yademael »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Article n°2-bis bis
« Réponse #4 le: mars 03, 2014, 20:11:47 pm »
Article n°2-bis bis – (jan. 2011)
L'AVIS DU BIKER

Citation de: En sustance
Interview de Gros Bill par rapport au hors-série Nomadisme : qu'est-ce qu'il en pense, est-ce qu'il a appris des choses, est-ce qu'il a des précisions à apporter, etc.

payé 20$ par Banning.
« Modifié: mai 03, 2015, 14:43:44 pm par Yademael »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Article n°2-bis bis bis HS Voies
« Réponse #5 le: avril 14, 2014, 17:34:43 pm »
Article n°2-bis bis bis - HS Voies de l'illumination à la Camarilla (début 2011)
NI DIEU NI MAITRE ?

Citation de: Contenu de ma participation
Chez Mo' j'ai lu des bouquins, j'ai filé à Banning un topo de 5 lignes sur chaque voie et leur équivalent historique (dark age), sauf pour la voie du cœur écorché (juste le topo).

Un long article prévu, en deux parties :
- Réflexion sur la religion comme choix de vie, voie, etc. en prenant comme exemple Gros-Bill.
- Description de la voie de l'Adversaire et de la vision de Viergo en contrepoint.

J'ai pas signé mes articles. Mallock si (un article divisé en différents chapitres : tout pour l'honneur, loin des villes près du cœur et un autre). Premier contact avec Mallock très agréable (on a échangé sur nos articles et on se les ai corrigés).

Banning m'a payé tout ça 250$.

Retours :
  • Beaucoup d'Anarchs qui veulent savoir où rencontrer telle personne pour apprendre telle voie : Banning ne veut pas qu'on leur réponde.
  • Un ami de Banning lui a envoyé un mail privé dans lequel il regrette un tel HS, pour lui les voies sont "tolérées" et ce genre de pub va les rendre complètement interdit à la Camarilla, pas une bonne idée. Du coup Banning me l'a fait lire à moi et deux autres auteurs (de NY et une autre ville de la côte est), qu'on soit prévenus que ça peut péter.
« Modifié: mai 03, 2015, 14:39:29 pm par Yademael »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
3 - SILENCE, MOTEUR, ACTION !
« Réponse #6 le: mai 12, 2014, 13:25:10 pm »
Article n°3 (mar. 2011)
SILENCE, MOTEUR, ACTION !
Entre inaction et over-réaction, entre réflexion et action, quelle évolution pour le mouvement anarch, comment et pourquoi ?

Citer
Pour ne pas sombrer dans les travers d'une existence indolente, passée à se contenter de ce qu'on a, il faut s'arrêter, se poser, réfléchir.
Il est vrai qu'il est tentant de se dire anarch pour esquiver une forme de contrôle social, de société sclérosée par les anciens, dans laquelle les nouveau-nés n'ont le choix que d'être des sous-fifres.
Alors on devient anarch. Cela donne une excuse quand on fait des conneries, cela permet d'écraser les autres nouveau-nés sans avoir trop de personnes au dessus de soi pour nous réprimander.
Au final on recrée la même société, les mêmes errances, sauf qu'en plus de se méfier des manipulations camaristes des anciens on craint les anarchs : toujours en dèches, toujours à la rue, toujours besoin d'un truc et jamais de reconnaissance.
On vit.

Si on s'arrête un peu de penser à sa gueule et à sa survie – oui je sais, c'est dur –, on peut réfléchir aux idéaux qui nous ont poussé à devenir anarch.
C'est généralement le moment où on est plus tout à fait nouveau-né, on a une place et on a le temps de penser. C'est généralement le moment où on se rend compte que maintenant on pourrait avoir du poids dans la Camarilla. C'est généralement le moment où on rejoint les autres.
François Villon, Prince de Paris, nous dirait qu'un nouveau-né qui n'a jamais été anarch est un imbécile et qu'un ancien qui est anarch en est un autre.
Parce qu'il est plus sécurisant de choisir le statut à la réputation. Lui est soumis à des codes assez stricts, mais si on les respecte il ne fera qu'augmenter. Elle est libre comme le vent et aussi versatile qu'un mouvement de mode.


Mais je suis mauvaise langue, certains restent chez les anarchs. Ils ont une situation, du statut ou de la réputation, et ne sont pas intéressés par la Camarilla. Pourquoi ? Parce qu'ils se complaisent dans leur situation. La Camarilla demande de se battre contre plus puissants, que ce soit pour l'intégrer ou la réformer, bref, s'y faire respecter. Et c'est dur de n'être rien.
Donc les anarchs restent anarchs. Et puisqu'ils ont une certaine situation, du temps, ou simplement décidé de s'y mettre, ils réévaluent leurs objectifs, leurs idéaux. Là, souvent, deux cas de figure apparaissent.

Les anarchs sont exigeants. Ils sont intelligents, ils ont de grandes idées, de grands idéaux, ils croient en une utopie idéale. Ils réfléchissent et n'arrivent pas à faire autre chose. Mettre les mains dans le cambouis ? Très peu pour eux, ils ont des milliers de thèses à rédiger et refaire.

Les anarchs sont exigeants. Ils sont forts, ils ont de grandes idées, de grands idéaux, ils croient pouvoir tout régler à la force de leurs poings. Des actions coup de poing, une menace latente. Réfléchir à ce qu'ils font ? Très peu pour eux, ils ont des milliers de gueules à défoncer et défaire.


Je caricature. Et pourtant le fait est là. Les anarchs vivent sans trop se poser de questions, comme tout caïnite, les problèmes dus à l'émancipation en plus. Quand ils ont une situation stable ils se tournent vers la Camarilla, ne font plus que réfléchir ou ont décidé de ne plus penser que par leurs poings. Et la cause dans tout ça ?
J'entends déjà les gros bras me dire qu'ils prennent la lutte à bras le corps, j'entends déjà les penseurs me dire qu'ils théorisent nos attentes du mieux qu'ils peuvent – et mieux encore.
Mais où en est le mouvement anarch ? Quelles sont les réelles actions mises en place pour faire évoluer la Camarilla, pour faire des anarchs plus qu'une simple appendice libertaire – mais parasite – de celle-ci.

Rien. Alors quoi, vos objectifs vous importent peu ? Quels sont-ils réellement ? Vivre tranquilles, répondre à vos propres besoins ? Si c'est le cas vous n'êtes pas à votre place. Rejoindre les anarchs ce n'est pas quitter la Camarilla, c'est la modifier. Ce n'est pas trouver un mode de vie alternatif, c'est en chercher un. Les anarchs ne sont pas un but, ce sont un moyen.
On dit la Camarilla, on dit le Sabbat, mais nous sommes les anarchs. Nous ne sommes pas un groupe de vie, nous ne l'avons jamais été et ce n'est pas notre but. Nous sommes des individus unis par des idéaux communs.

Où sont vos rêves ? Vous avez rêvé d'une vie, est-ce celle-la que vous menez ? Quand on a des ambitions on se trouve des alliés qui ont les mêmes. Regardez-vous, regardez vos voisins. Avez-vous eu le même rêve ? Avez-vous envie de justice, d'équité ?

Quand on a des alliés on doit se renseigner, réfléchir et préparer un plan. Quelles sont vos idées ? Vous avez eu le temps d'y réfléchir. Quelles sont-elles ? Comment comptez-vous les imposer ? Par la force ? Ne serait-ce pas chercher à annihiler une domination injustifiée par une autre ? Alors imposer n'est pas le bon terme, il faut faire accepter vos idées. Elles sont meilleures, elles sont vraies, elles sont légitimes. Vous pouvez le faire.

Et vous rencontrerez le doute. Et vos alliés n'auront pas les mêmes méthodes, et peut-être que vos objectifs divergeront. La paranoïa vous surprendra parfois, quand vous apprendrez que vous êtes manipulés.

Mais pour une personne qui vous poignarde dans le dos, combien vous seront fidèles ?



Jasper, fils de Caïn


Banning l'a bien aimé (même s'il m'a répondu "pour une personne qui vous est fidèle, combien vous poignardent dans le dos ?") mais il avait l'air trop occupé pour réellement s'en occuper. Il me l'a payé 100$.
« Modifié: septembre 22, 2014, 12:49:43 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
4 - LE CLUB DES CINQ ET L’HUMANITÉ PERDUE
« Réponse #7 le: mai 12, 2014, 13:25:39 pm »
Article n°4 (avr. 2011)
LE CLUB DES CINQ ET L’HUMANITÉ PERDUE

Citer
La société caïnite est divisée en 2 grandes sectes, la Camarilla et le Sabbat, auxquelles les Anarchs viennent timidement se rajouter. Mais il existe des dizaines de sociétés secrètes, clubs intellectuels, factions mystérieuses et autres rassemblements de vampires connus ou inconnus.

Plus ou moins nombreux, plus ou moins influents, ils se réunissent généralement pour profiter de la compagnie de personnes qui partagent leurs idées fixes. Après les discussions et autres gargarismes dont ressortent des pensées conformes à ce qu'ils savaient déjà, les camarades décident d'agir, ou pas.

Aujourd'hui nous ne parlerons pas de ceux qui nous manipulent dans l'ombre, de ceux que personne ne connaît, de ceux qui jouent avec nous. Non, aujourd'hui nous parlerons d'un petit club composé d'incapables lâches et monstrueux : les non-vivants.


Mais avant de vous parler d'eux, laissez-moi vous parler de nous.

Depuis que je suis caïnite, je me suis fait à l'idée que ma bête est un prédateur alors que je ne suis qu'un parasite. L'humanité est mon hôte, l'humanité est mon futur, je l'embrasse et la protège pour rester debout. Ma bête aimerait tuer, ma bête aimerait détruire. J'ai décidé de canaliser ma bête de me fixer des objectifs, des interdits, de respecter une voie.

Nous avons déjà parlé dernièrement de certaines voies de l'illumination, alors parlons un peu de la voie de l'humanité. Un succédané d'humanité, une invention de créatures de la nuit pour imiter la nature humaine.

En suivant ce code de conduite, un caïnite peut atteindre un altruisme et un dévouement d'une très rare beauté. La plupart d'entre nous s'en tiennent à une ligne de vie plus simple, plus normale. Comme un être humain banal, égoïsme et individualisme sont notre lot quotidien.

Les vices humains telle la recherche de puissance ou la manipulation semblent prendre bien plus d'importance que les vertus qui habitent certaines personnes. Ainsi il n'y a guère que les parangons d'humanité dont la bonté et l'altruisme brillent dans la nuit.

La bête quant à elle, si on la suit ou l'écoute, nous pousse essentiellement à tuer, manger et dormir. La cruauté qui accompagne la torture est humaine, c'est ce qui fait qu'entre la bête et le vampire, il existe un monstre.

J'ai tué et torturé. Je n'y ai pas trouvé de plaisir, l'ai regretté et en ai éprouvé des remords. Voilà tout ce qui me différencie d'un monstre.

Le monstre dort énormément, il n'éprouve guère d'émotions et trouve son seul plaisir dans la souffrance des autres. Pour ne pas rester un monstre, un caïnite qui perd son esprit en perdant de vue son humanité peut chercher de l'aide auprès d'autres pour réapprendre un comportement qui ne fait pas de lui un danger public. Quelle que soit la voie qu'il choisit de se faire enseigner, l'important est sa volonté de ne pas rester un déchet.


Les non-vivants, donc, pour revenir à ces moutons, sont des caïnites incapables de tenir leur voie qui, non-contents de manquer leur vie dans les affres de la torpeur, ont décidé de se réunir en club pour cracher sur l'humanité et les vampires qui suivent cette voie.

Comprenez bien, nous sommes de faibles cloportes, pour faire court. Mais, attention, pas du même point de vue dont s’enorgueillissent les suivants de la voie de Caïn, non. Non, nous sommes des cloportes du point de vue de caïnites qui sont tellement proches de leur bête qu'ils ne cherchent même plus à redevenir quelqu'un, ou même quelque chose. Leur seul but est de faire chuter ceux qui ont compris comment museler leur bête.

Pourquoi la voie de l'humanité seulement ? Ils ont peut-être un discours tout fait sur la supériorité des caïnites, de la bête ou d'autres insanités. Mais soyons réalistes : les parangons de la voie de l'humanité sont bien les seules personnes au monde qu'il serait difficile de convaincre de faire du mal à quelqu'un, quand bien même cette personne voudrait leur perte.

C'est donc armés d'une lâcheté à toute épreuve et d'un sens aigu du mal qu'ils approchent de grand humanistes pour les pousser à la faute et les faire chuter. Il est aisé d'approcher celui qui soigne le loup quand on en est un.

Emma a été étreinte pendant son sommeil. Elle s'est réveillée pour tuer son mari. Oui, Emma était Jo, le caïtiff dont j'ai romancé l'histoire. Elle s'est faite déclarer morte, elle s'est fait faire de faux papiers et un certificat médical de porphyrie. Emma avait un objectif, elle s'est battue pour lui. Pas la liberté, pas le pouvoir. Son fils.

Elle s'est formée deux ans auprès d'un anarch qui pensait la manipuler, toujours en surveillant son enfant, puis elle s'est faite oublier du monde et est comme rentrée dans les ordres. Elle s'est faite engager dans l'orphelinat dans lequel son fils avait été placé. Elle a passé un diplôme d'infirmière. Elle s'est coupée de la vie caïnite.

Elle avait pourtant quelques amis vampires. La preuve étant qu'elle m'avait rencontré, pensant que j'étais un caïtiff qui avait besoin d'aide.

Elle m'a aidé. Elle m'a pris sous son aile quand je sentais mon humanité s'étioler. Je suis allé travailler avec elle pendant deux semaines. J'ai retrouvé des repères, grâce aux enfants, avec son aide.

Emma travaillait le jour et dormait la nuit. En fait elle ne travaillait pas. Elle aimait.

Son fils savait. Il l'avait reconnue, elle lui avait expliqué. Ils vivaient leur bonheur dans le plus grand secret. C'était tout ce qu'elle souhaitait. Son anonymat le lui permettait.

Puis je lui ai présenté Sinaï. J'avais pourtant pris des précautions. Mais qu'est-ce qui différencie un monstre d'un autre monstre ? J'ai eu la bêtise de ne pas assez surveiller celle qui, proche de sa bête, avait demandé de l'aide. Trompe moi une fois honte à toi, trompe moi deux fois honte à moi.

Sinaï a préparé un plan. Elle a tout mis en place. Et Emma est morte. Un feu chimique, un feu qui ronge, parti d'un local technique. Emma qui essaye de sauver les enfants, en portant le sien, Emma qui essaye de les faire sortir et ne sent pas les fumées. Les fumées qui tuent son enfant. Il avait 11 ans. Elle qui sent que son cœur ne bat plus, elle qui se jette dans le feu, avec lui.

Et Sinaï qui, indifférente, se dit qu'il faut être très conne quand même pour faire ça. Et Sinaï qui, indifférente, vide quelques gamins terrorisés avant de sauver son cul. Et Sinaï qui, indifférente, tue encore un passant qui a le malheur de croiser sa route.

Ils sont une trentaine d'enfants à être morts ce soir là. Une trentaine d'enfants et un ange.


À ceux qui pensent l'humanité comme on pense bétail, à ceux qui voient un troupeau là où je vois une richesse, ceux qui se croient supérieurs de trop de façons à la race humaine, j'aimerais conter le napalm et la bombe.

Aux Anarchs j'aimerais rappeler la liberté.


Par respect pour la mémoire d'Emma et The Rock, je pleure au lieu de prendre les armes. J'espère ne pas oublier ce respect le jour où je vous rencontrerai de nouveau, non-vivants.

Parce que je tue et je torture. Je n'y trouve pas de plaisir, le regrette et éprouve des remords. La plupart du temps.

J'évite autant que possible de le faire, cela m'agace. Ce qui ne m'empêche pas de le faire, quand il faut. Quand je dois.

Le monstre est proche. Craignez-le.

Car moi je le crains.


Jasper, fils de Caïn.


(click to show/hide)

Banning m'a fait retravailler un peu (genre la première phrase : on peut pas dire aux Anarchs qu'ils viennent s'ajouter timidement, ça va être la levée de boucliers). Ça a intéressé les lecteurs.
« Modifié: juin 11, 2014, 02:27:39 am par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
5 - EST-CE QUE TU VIENS POUR LES VACANCES ?
« Réponse #8 le: juin 11, 2014, 01:16:15 am »
Article n°5 (été 2011)
EST-CE QUE TU VIENS POUR LES VACANCES ?

Citation de: pitch
Article à but informatif et de dérision par rapport à la situation catastrophique de Baltimore pendant l'été 2011 : loups-garous partout dans les rues, occupés à taper sur toutes les créatures du Ver qui passent et surtout à dézinguer les hunters.
« Modifié: mai 03, 2015, 14:32:34 pm par Yademael »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
6 - ET LA TENDRESSE, BORDEL ?
« Réponse #9 le: juin 11, 2014, 01:49:10 am »
Article n°6 (sept. 2011)
ET LA TENDRESSE, BORDEL ?

(click to show/hide)

Citer
Excusez le manque de cynisme de ma prochaine question, seigneurs de la nuit, mais je me dois de la poser : et la tendresse, bordel ?

Quand un nouveau-né s'éveille, il se doit de réaliser rapidement certains faits. Le plus important pour moi est un paradoxe dur à avaler : tu ne seras plus jamais seul, car la bête est en toi, mais tu n'auras jamais été aussi seul, parce que tu auras peur.

On pourrait penser que le vampire est un égocentrique égoïste parce qu'il n'est plus que sa bête, dirigée par les seules envie de tuer, manger et dormir. Mais non, le caïnite est plus que sa bête. Il devrait donc y avoir sensiblement le même nombre de connards que de bonnes personnes, ou au moins des proportions équivalentes à ce qu'on peut trouver dans la population humaine. Mais ce n'est pas le cas.

Le vampire doit rester seul pour se protéger. Parce qu'il veut rester caché. Il doit se protéger car il a des secrets, des influences, des contacts à préserver, en plus d'une certaine Mascarade à respecter, quelle que soit sa secte.

Ainsi le nouveau-né s'aventure en terrain hostile, entouré de protagonistes qui vont se servir de lui comme d'un pion ou le considérer comme une menace, de prime abord et en règle générale. Il va tenter de vivre et pour cela tenter de survivre. Se faire des connaissances, essayer de trouver les bons plans, essayer de se faire son trou. Devra-t-il devenir aussi manipulateur que ses pairs pour se faire ? À mon grand regret, probablement. Les marchands de faveurs et autres systèmes de dettes ne sont pas étrangers à cette conclusion, mais ce n'est pas le sujet de cet article.

Difficilement, après un certain temps, il considérera certaines personnes comme des alliés, voire des amis. Un long, très long, laps de temps. Car si on accorde sa confiance, c'est toujours en ayant peur de la trahison. Auprès de ces personnes, il trouvera un certain réconfort, une sphère de vie qu'on appelle l'intimité partagée. Mais trouvera-t-il l'amour ?

L'amour et la tendresse, donner et recevoir sans compter. Dur pour qui cherche le pouvoir.

Certains usent de leurs charmes pour les magouilles et embrouilles. Quoi de plus simple que de mordre l'humain qu'on veut utiliser. Quoi de plus beau que de faire de son corps une arme d'attraction massive pour ses congénères. Un art dur à maîtriser, mais tellement rémunérateur. Les confidences sur l'oreiller, les plus secrètes, les plus belles.

Et si ces confidences se font entre deux êtres qui s'aiment, que se passera-t-il quand la flamme s'éteindra ou quand la passion les ravagera ? Si la bête ne prend pas le contrôle pour tuer par colère à la première dispute, le caïnite menacé ne le fera-t-il pas de lui-même ?

Pire. Imaginons deux êtres amoureux. L'un ne devient-il pas le point faible de l'autre ? Une faille par laquelle un être fourbe pourrait s'infiltrer et faire chanter, faire peur. Faire du mal.

Pour nous protéger, lions-nous au sang. Quoi de plus sincère qu'un amour créé par l'obligation ? Et quand il sera dévoyé, rien ne pourra nous séparer. Peut-être. À moins que ce soit la pire idée qui soit, je n'en suis plus sûr. Ah non, c'est ça. Une mauvaise idée.

Alors pour nous protéger, restons seuls. L'Amour n'est utile à rien, et nous cherchons à survivre, rappelons-le.

Les êtres humains travaillent pour vivre au lieu de rechercher le bonheur pour profiter réellement de leur vie. Les caïnites se protègent pour survivre. Une reproduction viciée de travers destructeurs. Parce que le malheur détruit, à petits feux.

L'amour a toujours fait mal, l'amour a toujours été risqué. Si les caïnites n'étaient pas des boules amères de secrets honteux, ils pourraient aimer librement. Et être heureux.

Leur reste la tendresse. Parler de soi sans se révéler, aimer en conservant son petit jardin secret.

Nous ne pouvons pas tous nous réjouir ou nous désoler de connaître un Amour Véritable. Celui qui fait déplacer des montagnes, celui qui pousse aux plus grandes folies, à l'oubli de soi. Mais nous pouvons tous aimer sincèrement en conservant notre intégrité.

Pour se faire, il faut rester libre.

On peut être immature en amour. Cela consiste à penser qu'il n'y a qu'une seule forme d'amour. Qu'on aime, ou pas. C'est oublier toutes les émotions que nous sommes capables de ressentir. C'est jalouser l'autre alors que nous recevons tout autant que lui.

On peut être bête en amour. Cela consiste à penser qu'il existe des amours plus importantes que d'autres.

Ne pourrait-on pas simplement aimer ?



Jasper, fils de Caïn.


« Je pourrais te dire que je t'aime. Pour moi ce serait vrai.
Mais tu ne comprendrais pas que tu n'es pas la seule personne que j'aime.
Aime-moi moins. Mais aime-moi longtemps.
»
« Modifié: juin 11, 2014, 02:35:10 am par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
7 - TERREURS NOCTURNES
« Réponse #10 le: juin 11, 2014, 01:55:17 am »
Article n°7 (nov. 2011)
TERREURS NOCTURNES

Citation de: Idée
Entre fascisme et anarchisme, à partir de quand est-il possible de considérer que le terrorisme est justifié, voire juste ? Quelle est la différence entre régner par la terreur et être un terroriste ?
(Révolution française, V pour Vendetta, terrorisme - Boston Tea Party)
La terreur est-elle un mal ? Un mal nécessaire ?
(Je devrais peut-être attendre que Castello me déteste vraiment avant d'écrire cet article)
« Modifié: mai 03, 2015, 14:50:19 pm par Yademael »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
8 -
« Réponse #11 le: septembre 22, 2014, 12:16:59 pm »
Article n°8 (janvier 2012)

Discours du Prince et



« Modifié: mai 03, 2015, 14:50:30 pm par Yademael »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
9 - Tribunes d'autres...
« Réponse #12 le: septembre 22, 2014, 12:20:01 pm »
Article n°9 (février 2012)
?

Le Prince m'a court-circuitée sans me le dire et a écrit un article, notamment pour influencer Mallock. Très bon article, payé 150 $ par Banning. Mais j'étais quand même un peu fâchée.
« Modifié: mai 03, 2015, 14:54:27 pm par Yademael »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
10 - RIS ET SOURIS
« Réponse #13 le: mai 04, 2015, 07:55:33 am »
Article n°10 (mai 2012)
RIS ET SOURIS
Tu vois bien que les choses ne vont pas si mal que ça

Citation de: Sujet
-> le Conclave malkav (témoignages d'anarchs, visions subjectives assumées, en essayant de pas trop en dire de mal quand même...)
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
11 - QUAND ON VEUT ON PEUT
« Réponse #14 le: mai 04, 2015, 07:56:12 am »
Article n°11 (Décembre 2012)
QUAND ON VEUT ON PEUT

(click to show/hide)
« Modifié: mai 11, 2015, 15:12:23 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Opale Campagnes  |  Vampire  |  IdF - Campagnes Solo - Yademael  |  The wind of change (Modérateurs: Yademael, manquedebol)  |  Articles de la Presse Anarch Libre
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.17 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !