gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102532 Messages dans 7505 Sujets par 885 Membres - Dernier membre: Jamesnitte septembre 22, 2019, 20:23:25 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Faery Tales  |  Les notes de Dorothée (Modérateurs: Sstrad, Dorothée)  |  La garde des reins.
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: La garde des reins.  (Lu 1423 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Sstrad

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 594
    • Voir le profil
La garde des reins.
« le: février 18, 2014, 13:42:38 pm »

ET hop,  j'ouvre un poste pour parler de nos persos dans la partie de Dorothée!
N'hésitons pas à rajouter des anecdotes rigolotes, pour étoffer le BG du groupe.

Hors ligne Dorothée

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 576
  • Sexe: Femme
  • Pourvoyeuse en M&M's
    • Voir le profil
Re : La garde des reins.
« Réponse #1 le: février 18, 2014, 14:17:38 pm »
Je suis gentille, je ne modifie pas le titre >___<

Sinon, très bonne initiative.

Je récapitule : perso de niv 6, construction en 20 points, 2 traits, 1 point de destin, 16 000 PO d'équipement. Pour les PV, vous lancerez 2 dés et prendrez à chaque fois le meilleur, on fera ça ensemble.

Vous faites partie de la Garde d'Airain, vous vous connaissez tous, vous effectuez des missions dangereuses, vous habitez Magnimar.

A part ça, vous êtes libre d'à peu près tout ce que vous voulez.

Dites moi également où vous êtes, ce que vous faites, avec qui, quand on vient vous chercher pendant vos vacances.

En ce qui concerne la garde : Kasadei, capitaine de la Garde de Magnimar, femme de fort caractère, a eu l'idée de la Garde, elle a plaidé sa cause auprès du Conseil et a obtenu gain de cause. Elle a eu carte blanche pour s'organiser comme elle voulait et recruter qui elle voulait. C'est donc elle l'autorité de votre groupe, vous ne rendez compte qu'auprès d'elle et elle assume vos réussites ou vos échecs auprès du conseil. Ce qui veut dire que si vous faites des conneries, c'est elle qui aura des comptes à rendre.
Et elle risque de ne pas apprécier.

« Modifié: février 19, 2014, 09:58:48 am par Dorothée »

Hors ligne Celena

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 170
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Inara
« Réponse #2 le: février 19, 2014, 17:32:02 pm »




Inara se glissa avec délice dans son bain de lait tiède. Il était parfait, à la bonne température. Juste ce qu’elle aimait.
Enfin des congés ! Ceux-là, ils les avaient bien mérité ! Cette dernière mission avait été éprouvante pour elle et ses hommes. Ils en avaient réchappé de peu.
Elle sortit son bras du bain et observa songeuse les traces d’hématomes encore bien visibles. Elle avait été violemment projetée contre un mur, faisant sauter une partie de son armure déjà bien entamée par les coups. Fort heureusement, elle avait évité la fracture. On ne pouvait pas en dire autant de son armure. D’ailleurs, sauf erreur, on devait la lui ramener demain, refaite à neuf.
Elle se laissa glisser un peu plus, jusqu’à ce que le liquide soyeux caresse sa nuque.

Sa demeure située dans le quartier d’Albâtre, non loin du fort Indros, possédait tout le confort possible, et avec ses dernières missions, elle s’était même offert le luxe de cette salle d’eau privée, creusée dans les fondations même de la maison. Une pure merveille de quiétude et de bien être.
Hier, elle avait fêté ses 26 printemps et elle pouvait commencer à sentir les regards lourds se poser sur elle. Elle, mariée ? Elle ne s’était jamais imaginée comme cela. Elle avait grandi ici, à Magnimar et avait rapidement embrassé une carrière militaire. Les entrainements, le maniement des armes étaient son lot quotidien et elle y trouvait son équilibre. Elle avait gravi les grades un à un, sous le regard admiratif de nombre d’hommes et était considérée aujourd’hui comme leur égale. Au point que le destin lui avait offert voilà trois ans, une opportunité aussi inespérée qu’extraordinaire.
Kasadei avait finalement convaincu le Conseil de créer « La Garde d’Airain », une milice constituée de l’élite, en charge d’affaires trop compromettantes ou dangereuses pour être résolues de façon « traditionnelle ». Et l’on avait songé à elle pour en pendre la tête.
Sur le moment, elle avait cru a une mauvaise plaisanterie, avant de se retrouver affublée deux jours plus tard du titre de Capitaine de la Garde d’Airain.
Seule contrainte : une équipe réduite à 4 personnes, elle incluse.
Et quelles personnes ! Trois hommes bien évidemment. Et très différents les uns des autres. C’était d’ailleurs là toute la particularité de cette faction. Il n’était que 4, et elle était la seule militaire de métier.

Trois hommes… enfin, un plus particulièrement. Si ce jour là elle avait su qu’il intègrerait la Garde… Leur première rencontre remontait à trois ans, au cours de l’une de ces soirées interminables donnée par les grands de cette ville et plus exactement, par le mage Prius Twar, sommité extrentrique et incontournable de Magnimar.
Ce jour là, elle était arrivée en avance. Bien en avance même. Au point que le maître des lieux n’avait pu la recevoir, trop affairé à installer sa toute dernière toile qu’il inaugurerait le soir même.
La patience n’ayant jamais été le fort d’Inara, la jeune femme n’avait pas tardé à déambuler dans les couloirs, à la recherche de son hôte, jusqu’à ce qu’une toile géante surgissant de nul part ne lui tombe dessus. Trop tard pour éviter le choc. Avant qu’elle ne comprenne ce qui venait de se produire, elle se retrouvait au sol, des lambeaux de toile de part et d’autre et… un inconnu entre les jambes. Sa robe, fendue haut sur la cuisse, avait glissé, dénudant totalement sa jambe gauche sur laquelle l’inconnu s’appuya pour se relever, non sans déverser un flot de jurons.
Un flot qui s’arrêta net lorsque leurs regards se croisèrent enfin.

Ce fut le moment que choisit Prius pour apparaître. La position consternante des deux jeunes gens lui fit oublier sa perte et il partit d’un grand éclat de rire, chose que gouta peu Inara. Elle fut contrainte de demander à l’inconnu de bien vouloir se dégager afin de lui permettre de se relever. Car finalement, il semblait se complaire ainsi, n’ayant même pas eu l’élégance d’ôter sa main de sa cuisse.
Enfin debout, les présentations furent faites mais elle bouillait intérieurement. Sans cette robe et hors de cette demeure, elle lui aurait botté le cul pour cette inconvenance. 

Le ciel devait l’avoir entendue. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque 3 jours plus tard, il fit irruption à la Commanderie pour prendre ses fonctions.
« Vos fonctions ? » s’entendait-elle encore lui demander, se retenant de ne pas lui coller une droite sur le champ.
Maverick (car c’est ainsi qu’il se nommait), lui agita alors un parchemin dument signé par Kasadei. Elle eut beau protester et s’opposer à ce choix, sa supérieure ne voulut rien savoir. Mavarick intégrait la Garde d’Airain, l’affaire était entendue.
La suite ? et bien… si Inara avait de la suite dans les idées, il s’avérait qu’il la battait à ce petit jeu.

Elle sentit la surface du lait frémir. Elle ouvrit les yeux et vit des fleurs de cerisiers se déposer délicatement à la surface, saupoudrant d’un rose tendre le blanc neigeux de son bain.
Elle leva les yeux. Il se tenait sur le rebord, dans le plus simple appareil, visiblement ravi de son effet. Puis avec cette souplesse qu’elle aimait tant, elle le vit se glisser à son tour dans le bain. Dans quelques instants, il serait à ses côtés et…
Un sourire flotta sur les lèvres de la jeune femme, tandis que les fleurs de cerisier s’écartaient devant elle.
« Modifié: février 19, 2014, 17:35:22 pm par Celena »
Celena

Hors ligne Sstrad

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 594
    • Voir le profil
Maverick
« Réponse #3 le: février 19, 2014, 19:30:27 pm »


Alors que l'élite de Magnimar a fait des pieds et des mains pour rejoindre  la garde d'Airain, Maverick n'y est entré que pour une seule et unique raison: Inara.

Maverick est un artiste au plus profond de lui-même, un véritable amoureux des couleurs, de la peinture, des scultures, des femmes, de la beauté sous toutes ses formes. Il prétend que la vie ne vaut rien si elle n'est vécue autrement qu'avec panache  et intensité.
Le vulgaire et le laissé-aller le répugne, et il lui faut une excellente raison pour côtoyer des gens qui n'ont pas une hygiène corporelle et buccale irréprochable.

Ses deux plus grandes passions sont la peinture et les femmes.

Maverick voue une véritable adoration pour le corps féminin et il n'a aucun problème pour exprimer directement son intérêt à celle qui a su éveiller son désir. En jumelant ses deux passions, il s'est rapidement fait une réputation de maître dans l'art du tatouage. On vient de toute la Varisie pour profiter de ses talents. On dit que Maverick connait le secret perdu de l'art du tatouage Varisien, et que ses tatouages prennent vie en fonction de ses émotions.

Que fait-il dans la garde, et qu'apporte t-il au groupe?

Maverick, outre sa puissance magique dévastatrice, est un charmeur né. Il plaît aux femmes et aux hommes. S'il drague les premières pour les avoir dans son lit, il charme les deuxièmes pour s'en faire des alliés. Il semble préférer offrir une bonne pinte de bière plutôt qu’utiliser un sort de charme pour obtenir ce qu'il veut.

Signes particuliers:

Maverick est gaucher les jours impaires et droitier les jours paires.

La magie de Maverick dépend réellement de ses tatouages. Son livre de sort ressemble d'avantage à un livre d'art qu'à un vieux grimoire. Son corps est couvert de tatouages, des pieds à la nuque, ne laissant vierge que ses mains, son cou et son visage.

Vous savez que Maverick a un tatouage de petit scorpion aux écailles vertes qu'il a appelé Baren. Contrairement aux autres tatouages qui s’effacent de son corps pour faire naître sa magie, le tatouage de Baren ne s’efface que le temps que celui-ci reste actif dans le monde réel. La place de Baren sur le corps de Maverick est la nuque de ce dernier. Comme si le scorpion veillait sur les arrières de son maître.

 

« Modifié: février 23, 2014, 19:01:02 pm par Sstrad »

Hors ligne Dorothée

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 576
  • Sexe: Femme
  • Pourvoyeuse en M&M's
    • Voir le profil
Re : La garde des reins.
« Réponse #4 le: février 21, 2014, 09:39:33 am »
Pour vos personnage, vous avez d'offert "Profession : soldat" et "Connaissance : folklore local" avec un rang dedans (ce qui fait 4 points), parce que vous avez du vécu, vous appartenez à l'armée et vous commencez à connaître les lois de votre ville et son fonctionnement.
Pour ceux qui ont déjà ces deux compétences en compétence de classe, vous pouvez choisir n'importe quelle autre compétence et y mettre un point.

Hors ligne Valaar

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 220
    • Voir le profil
"Oublies le tournoi."
« Réponse #5 le: février 23, 2014, 20:11:34 pm »
Le tournoi d’archerie organisé à la commanderie de Magnimar touchait à sa fin. Beaucoup s’étaient préparés et entrainés inlassablement. Mais c’était sans compter la pression des regards rivaux, la compétition ambiante, la fatigue accumulée dans cette journée chaude où les candidats n’eurent - à leur grand désarroi - pas la possibilité de boire, de manger ou même de se couvrir quand la fraicheur du soir s’empara du lieu. Dim était venu pour l’appât du gain et un espèce d’orgueil personnel. Le tir à l’arc était un plaisir trop rare qu’il pratiquait avec bonheur à l’est de la ville en compagnie d’Ulric Fauconnier. Il ne restait plus beaucoup de candidats en lice : la difficulté croissante des épreuves successives et l’usure physique et mentale avaient opérées une drastique sélection naturelle. Dim vit enfin Dwayne Archer, l’homme dont le Fauconnier lui avait parlé plusieurs jours plus tôt…

Les deux hommes étaient en affaires : Dim lui procurait les produits de la ville et Ulric lui offrait une fenêtre sur le monde du dehors, à l’écart des magouilles, des filatures et des missions en tant que larve.

"Et toi, Ulric, pourquoi tu ne fais pas le tournoi?
- Parce que j’emmerde Dwayne Archer. J’ai déjà dit non une fois.
- Quoi? Et… qu’est-ce que ça veut dire?
- C’est une vieille histoire et elle ne te concerne pas.
- … d’accord.
- Et pourquoi tu veux le faire, toi, ce tournoi?
- La prime. Je suis devenu plutôt bon et mettre de l’argent de coté, c’est jamais mauvais.
- T’es devenu plutôt con, oui. Baisses ton épaule. Alignes ton coude. Expires. Oublies la prime. Oublies l’argent. Oublies celui qui veut que tu te foires. Oublies tes doigts qui te font mal et cette crampe dans ton dos. Tu ne tires pas une flèche avec un arc. Tu verses de l’eau claire dans un dé à coudre. Impossible? Non. Le vent, le bruit, les mouvements? La cible est un entonnoir.


Dans ce dernier tour, ils n’étaient plus que quatre. Depuis le tour précédent, Dim était déjà le seul participant encore en lice qui ne soit pas un soldat de carrière. Les trois autres finalistes accusaient un peu plus que lui le coup de la soif et de la faim… Triste privilège d’une vie de déboires dans les bas-fonds et de surveillance des heures durant dans des conditions précaires. Mais Dim leur rendait l’avantage d’un meilleur équipement. Ces hommes utilisait ces fameux arcs composites constitués d’assemblage de bois rares, de cornes et de nerfs effilochés.

La cible était à l’autre bout de la cour et à peine visible à la faveur d’une maigre lune. Seul un des deux premiers tireurs atteint la cible mais sa flèche ripa et retomba mollement sur le sol. C’était au tour de Dim de tenter l’impossible mais le quatrième candidat, un officier, réclama de tirer avant lui, puisque visiblement, il n’était pas pret. Les encouragements des autres engagés et la mine déconfite de Dim suffirent à lui donner raison. Sa flèche se ficha dans la cible sous les hourras de ses collègues. Non, un parvenu n’allait pas remporter le tournoi. Le vainqueur salua la splendide brune qui se tenait sur l’estrade. Son salut respectait les codes militaires mais ses yeux et son sourire signifiaient davantage.

« C’est pas fini. »

La voix de l’homme qu’il savait être Dwayne Archer avait fait l’effet d’une douche froide dans les rangs. Quelque chose dans l’intonation… Puis le silence dans la cour interrompu par l’eau qu’il se servait comme l’on sert le thé dans l’orientale Qadira pendant qu’il lui dit :

« Allez, mon garçon, tentes ta chance. La journée a été longue, et on crève tous de soif. »

Les rires. Archer qui le regarde. Cette cible, si loin. Cette femme qui reste stoïque. La soif. Archer qui le regarde. La pénombre. L’officier qui jubile et son regard supérieur. Ces ampoules aux doigts.

Oublies Archer.

Le silence. Un sifflement.

Les décisions basées sur l'émotion ne sont pas des décisions. Franck Underwood, House of Cards.

Hors ligne Celena

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 170
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Solitude
« Réponse #6 le: février 25, 2014, 01:10:09 am »
Inara secoua la neige qui recouvrait sa cape en remontant d’un pas lourd les marches qui menaient à sa demeure. Elle était gelée et ses bottes étaient boueuses. D’ordinaire, c’était le moment qu’elle préférait, celui où elle rentrait enfin chez elle après une mission. Mais aujourd’hui, rien n’avait été comme elle voulait. L’infiltration du clan Osven avait totalement foiré. Son équipe était tombée dans un piège et, sans un sort de brouillard lancé par Maverick qui leur avait permis de fuir, ils seraient tous restés sur le carreau. Dwayne avait été gravement blessé, et même si le vieil archer n’était pas du genre à se plaindre, il était au bout du rouleau. Kasadei allait lui remonter les bretelles, Inara le savait, mais là, juste aujourd’hui, elle n’en avait rien à faire, leur supérieure pouvait aller au diable ! Elle allait prendre un bain, tout oublier, et ensuite elle irait voir Maverick pour faire le point sur leur « relation ».

Comment avait-il pu lui proposer de la partager avec une autre femme ! Il avait cette façon désarmante de faire ce genre de proposition, comme si c’était dans l’ordre naturel des choses. Et bien non ! Ça ne l’était pas ! Il faudra bien qu’il se le mette dans la tête, et si elle devait lui taper dessus pour que ça rentre, Inara était toute disposée à le faire. Elle poussa enfin la lourde porte de bois aux renforcements d’acier, et entreprit d’ôter ses bottes en sautillant tout en se dirigeant vers la salle d’eau. Ses sous-vêtements ne tardèrent pas à rejoindre le sillage dans lequel elle avait laissé tomber pantalon, épée, tunique, ceinturon, et cotte de maille. La guerrière se coula dans l’eau glacée et pesta contre elle-même. Pourquoi avait-elle donné sa journée à Hilda ? Si sa gouvernante avait été là, l’eau serait chaude et brûlante. Décidément, il y avait des jours où rien n’allait.

Inara avait passé deux heures sous ses couvertures et la nuit était déjà fort avancée. Elle se leva, inspecta ses muscles et fit une grimace en massant son épaule gauche. Avec un bon massage, Maverick pourrait lui faire passer la douleur, et puis il la ferait rire et, au moins cette journée ne serait pas totalement fichue. Ensuite seulement, elle lui réglerait son compte. Il n’y avait pas de raison qu’elle soit la seule à passer une sale journée.

Elle s’emmitoufla dans sa couverture, se leva et pénétra dans sa salle d’habits. L’espace était conforme au reste de la demeure : sobre, dépourvu de luxure ostentatoire. Un œil averti pouvait cependant déceler la qualité des matériaux et le raffinement de certains détails disséminés ici et là. Sur sa gauche, cotes de maille, plastrons et ceinturons de cuir ornaient divers portants, tandis que sur la droite, les tissus chatoyants de ses robes d’apparat tranchaient singulièrement avec le décor ambiant. Après un bref moment d’hésitation, elle se dirigea sur la droite, se mit à chercher et finit par la trouver. Ce soir, elle laisserait de côté son rôle de capitaine, cédant la place à la femme.

La lourde couverture glissa à ses pieds, tandis que le miroir ovale lui renvoyait l’image d’un corps nu en pleine fleur de l’âge. Elle enfila délicatement la lourde robe de velours, maudissant une nouvelle fois l’absence d’Hilda. Chaudement vêtue, elle sortit de chez elle pour rejoindre l’appartement de Maverick.

Le mage de la Garde d’Airain habitait le quartier de Marbre. Il avait choisi d’emménager dans ces lieux pour les boutiques de composantes de sorts magiques qui y foisonnaient et « l’atmosphère mystique qui auréolait les bâtiments » comme il aimait à le répéter. A farfouiller entre les paniers d’osiers et les bocaux empilés sur les étagères, on trouvait de tout, d’une queue de lézard de feu à une dent de Compsognathus, en passant par des écailles de sirènes. Tout mage Varisien se devait de connaître cet endroit, et chacun d’eux y avait son échoppe préférée.
Au dessus du capharnaüm de boutiques flottait dans les airs la demeure de l'archimage Prius Twar. La jeune femme interrompit un instant sa marche, observant d’un regard songeur la demeure fantasque. C'était la haut, entre terre et ciel, qu'ils s'étaient rencontrés. Inara n’appréciait pas particulièrement la magie et elle maudissait Maverick d’avoir choisi d’habiter en plein cœur du quartier mystique. La guerrière devait tout de même reconnaître que l’hiver lui donnait un cachet particulier.

Elle poussa enfin la porte de la demeure de son amant, et pénétra sans s’annoncer dans le hall d’entrée. Elle ôta le manteau de fourrure qu’il lui avait offert l’automne dernier et le tendit à bout de bras devant elle. Très vite le manteau s’envola, emporté par un serviteur invisible vers une patère sur sa droite. Inara adorait cette pièce ovale où étaient accueillis les visiteurs. Le sol était couvert d’une mosaïque turquoise et blanche, qui représentait la Mer Intérieur. Au centre du hall, une statue d’albâtre trônait au-dessus d’une fontaine.
La sculpture représentait une jeune fille à peine sortie de l’adolescence se tenant debout au milieu d’un bivalve, sa longue chevelure cachant à peine sa nudité et ses formes naissantes. Le mage Maverick vouait un véritable culte à Shelyn, déesse de l’amour, de la beauté et des arts. Cette fontaine et le sol de mosaïque était sa façon à lui de représenter la naissance de la déesse sortant de la mer. Il avait choisi cette maison car elle était selon lui le point le plus central de Magnimar, et par extension de la Varisie. Oui, Maverick représentait ainsi sa maison comme le berceau de la naissance de la déesse Shelyn en Varisie. Inara ne put s’empêcher de sourire en pensant à l’ego de ce diable de mage.

Elle dépassa la fontaine et arriva dans l’atrium où crépitaient trois feux dans trois braseros de bronze. Un plateau chargé de fruits flotta doucement vers elle, porté cette fois encore par un serviteur invisible. Des fraises, en hiver … comment avait-il fait ? Inara se saisit du fruit qui dégageait un parfum d’été et le respira longuement en fermant les yeux. C’est là qu’elle entendit un rire cristallin venir de la porte qui lui faisait face. Derrière se trouvait le salon de Maverick, la pièce qu’il préférait le plus et qu’il avait aménagé avec beaucoup de goût. Inara avait choisi une décoration presque spartiate pour sa propre maison.
Celle du mage qui partageait son lit était radicalement différente. Partout des tableaux de maîtres ornaient les murs, du mobilier fait d’essences rares meublait chaque pièce, des frises taldoriennes couraient le long des plafonds et rehaussaient le luxe palpable du lieu. Tout les opposait. Leurs goûts culinaires, leurs goûts vestimentaires, leurs goûts architecturaux.
Si elle s’était un jour imaginée partager sa couche avec un homme si différent d’elle, et mage de surcroit…

C’était un rire de femme.

Inara plissa les yeux et serra les dents. Il lui avait dit qu’il serait seul ce soir, mais visiblement il avait menti et s’apprêtait à passer une excellente soirée en charmante compagnie. Elle s’avança volontaire vers la porte du salon qu’elle ouvrit à la volée. Ils étaient là tous les deux, elle, qu’Inara ne connaissait pas, assise sur l’immense sofa, lovée dans les coussins où trois jours plus tôt la guerrière s’était assoupie. Lui, à genoux devant elle, les mains posées sur ses cuisses.

Inara ne put s’empêcher de remarquer la beauté de cette femme que Maverick s’apprêtait visiblement à honorer. Elle avait une chevelure noire parsemée de mèches grisonnantes qui, au lieu de la vieillir, lui donnait une beauté épanouie. Elle devait avoir la cinquantaine, mais elle avait un corps ferme et souple qu’une jeune femme de vingt-cinq ans comme Inara n’aurait pas renié. Ses yeux était d’un bleu azure et ses dents étaient blanches comme des perles. Ses doigts jouaient dans les cheveux du jeune mage qui n’avait d’yeux que pour elle.
Elle était belle et resplendissante, trônant en reine au milieu du sofa. Ainsi, malgré son avertissement, il avait osé inviter une autre femme ici, sans doute pour lui proposer cette fameuse partie à trois!
Quand la tête de Maverick se posa sur les genoux de la femme, la colère s’empara d’Inara. Elle s’avança impérieuse, la pointant du doigt:

 " Tu m’avais dit que tu serais seul ce soir ! Et visiblement, tu ne sais pas tenir parole, Raynn !" Cria Inara à l’égard du mage qui releva aussitôt la tête. "Est-ce que je peux savoir qui est cette femme, et ce qu’elle fout dans cette maison !"

Les poings serrés de la guerrière, son regard étincelant d’une colère au bord de l’explosion ne laissaient aucun doute quant à la suite des événements.
Le mage se redressa doucement en levant les mains devant lui en geste d’apaisement, semblant surpris par l’arrivée puis l’attaque verbale d’Inara. La dame se leva à son tour et ouvrit les lèvres pour dire quelque chose à l’attention de la jeune femme, mais Inara l’interrompit aussi sec.

 " Vous, je ne vous ai rien demandé! C’est à lui que je parle ! J’attends toujours que tu t’expliques, Raynn !"

Maverick tourna sa tête vers l’inconnue, lui sourit avec malice, puis regarda Inara en maintenant son sourire, et ouvrit enfin les lèvres pour dire :
 "Maman, je te présente Inara, celle dont je te parlais à l’instant. Inara, je te présente ma mère."

La guerrière déglutît et bafouilla tout en s’empourprant
 "Bonsoir madame."

 Décidément, il y avait des jours où rien n’allait.
« Modifié: février 25, 2014, 01:26:17 am par Celena »
Celena

Hors ligne Valaar

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 220
    • Voir le profil
Jusqu'ici, tout va bien.
« Réponse #7 le: février 25, 2014, 01:22:35 am »
La remise du prix ne ressemblait vraiment pas à l’idée que Dim s’en faisait.
Il fut reçu dans un bureau spartiate par Dwayne Archer et la jeune femme de l’estrade.

« Je te présente la capitaine Inara. »

Dim salua gauchement celle qui siégeait derrière le bureau tout en jetant de rapides coup d’oeil autour de lui au cas où. Inara lança un regard sceptique à Dwayne qui se montra rassurant.

« Détends-toi, champion. Tu as gagné et proprement gagné. On a un travail pour toi et celui-ci est fourni… avec un outil. »

Le sergent ouvrit une armoire et en sortit un grand arc, surprenant pour tout connaisseur, qu’il posa sur la table. Et là, tout devint clair. Ces personnes étaient la Garde d’Airain, redoutée par tous les trafiquants et les malandrins de Magnimar. Mais ce serait elle, le capitaine? Au regard de la réputation, on s’attendrait à quelqu’un de plus grand, plus âgé même, si ce n’était ce regard déterminé propre aux personnes d’exception.
En cet instant, l’envie et la raison se disputaient les faveurs de Dim. D’un coté, cet arc d’exception nommé « Porte-Loin » à la réputation éponyme et de l’autre l’assurance inexplicable que rejoindre la Garde d’Airain entrainerait des conséquences importantes dans sa vie étriquée. Il avait mis des années à trouver son point d’équilibre entre errance et survie, se contentant de peu sans jamais se résoudre à quitter Magnimar. S’engager… Avec tout ce que cela impliquait…

Il s’était trompé sur toute la ligne. Le tournoi n’avait pour seul but que le recrutement officieux d’un nouveau membre. Une solde intéressante, des avantages conséquents, une aubaine pour tout militaire ambitieux. On lui exposa les grandes lignes sans divulguer de secrets d’envergure.

Ne pas bouger, ne rien laisser paraître, ce sera bientôt fini et on en resterait là.

« Inara, on peut peut-être lui laisser la nuit pour réfléchir. Il pourrait nous dire demain s’il s’en sent capable. »

La capitaine hocha la tête en guise d’approbation puis pris la parole :

« Très bien : demain au lever du jour. Si tu es là, c’est que tu as pris ta décision » avant d’ajouter sans condescendance aucune « Je reconnais que tu sais bien tirer… »

« On parle de moi, capitaine? »

Inara glissa nonchalamment dans le tiroir un dossier avec en titre le nom complet de Dim - qu’il n’avait pas manqué de remarquer dès son entrée dans le bureau - pendant que le nouveau venu approchait tout sourire. Elle lui intima d’un geste de la main de garder les siennes à leur place.

« Maverick…
Sergent. »

Le regard de Dim allait de l’un à l’autre et son expression cachait sans doute mal sa surprise de savoir ce fantasque personnage dans la Garde d’Airain et écopa en retour du même scepticisme eu égard à sa tenue de roturier :

« Que je ne ressemble pas à un garde, c'est normal, mais toi, il faut vraiment que tu fasses quelque chose. »
La capitaine commenta : « Qui dit milice spéciale dit équipe spéciale… »
Le nouveau venu enchaina aussitôt pour saluer Dim : « Maverick. Mais ça, tu le sais déjà… Attends de voir le dernier membre, même si c’est pas le plus actif. »
La réponse ne vint pas spontanément, seulement de l’embarras auquel Dwayne mit un terme par un « Allez, je te raccompagne à l’entrée ».

(…)

« Pas bavard, le nouveau. Et ce serait lui, notre futur archer informateur? »
Inara regardait Maverick d’un air amusée. Encore une ou deux formalités comme remettre dans l’armoire tous les dossiers des candidats du tournoi qui repartiraient le lendemain dans les différents services et elle aurait bien le droit de commencer sa soirée et se détendre un peu. Elle demanda :
« Il est où?
- Bah, tu le connais. ‘Doit être en pleine méditation. S’il n’est pas là, c’est qu’il a peut-être prédit que ce gars n’est pas l’homme que l’on cherche… »

Dwayne Archer revint dans le bureau alors qu’Inara et Maverick parlait du dernier membre de l’équipe. Le mage interrogea Dwayne :

« Alors, sergent. Toujours sûr de vouloir raccrocher?
- Aussi sûr qu’il faut pour la section quelqu’un de plus jeune. Je vous ai fait déjà faux bond deux fois à cause de ma blessure…
- Vous n’avez pas à vous fustigez…, intervint Inara.
- …Capitaine *sourire* Inara… La Garde d’Airain est comme un chariot : sur trois roues, finira par rouler de travers.
- Ha! Vous venez boire un verre avec nous?
- Non merci Maverick. M’en veuillez pas…  mais je vais plutôt passer la soirée avec un vieil ami."

(…)

De retour chez lui dans les bas-fonds près des quais, Dim s’allongea tout habillé sur son lit, regardant des heures durant le plafond tandis que du dehors résonnaient les clameurs de la nuit, les rires et les rixes ainsi que les voix chantantes des filles de joies hélant les marins de passage.

Dormir. Là, maintenant. Ne plus y penser. Ne fais pas n’importe quoi, tiens toi à l’écart de tout ça.

Bien plus tard, non seulement Dim ne dormait pas mais déambulait dans les ruelles, croisant girondes et maigrichonnes sans qu’aucune ne se montre accorte. Les vrais clients ne vivent jamais à l'endroit même où elles travaillent. Ses pas le menèrent jusqu’à la Commanderie de Magnimar, haut lieu imprenable et impénétrable. Mais il y’a d’autres moyens, d’autres entrées.

Epaule baissé, coude alignée, respiration mesurée, Dwayne Archer continuait de travestir la lointaine cible en porc-épic. Un bruit imperceptible le fit s’arrêter.
« Montres-toi… et viens donc me relayer. »
DIm sortit de l’ombre et s’approcha en décidant de garder contenance alors qu’il avait -fait rarissime- été repéré.
- Monsieur… On y voit presque rien. Et il est tard.
- Oui. Mais moi, j’ai déjà plein de médailles et je suis quasiment à la retraite alors je peux bien faire une nuit blanche si ça me chante mais toi…
- …
- Toi, par contre, je te déconseille de mégoter sur ton sommeil à l’avenir. Tu vas avoir besoin d’être en forme, crois-moi. Approches. Tu veux l’essayer?
- Je… Oui. C’est quoi, cet élement?
- Ca, c’est spécial. Une variante de système de poulies. Appliquée à un arc, c’est comme tirer des javelots avec une catapulte. Tiens, regardes… »

Evoluant dans le quartier d’Albâtre par un chemin emprunté maintes et maintes fois, Inara arriva à la commanderie au lever du jour avec une précision de clepsydre. Quelques heures de paperasses l’attendaient. Ainsi que le constat que le flair du sergent était intact : le nouveau était là.

(…)

Le travail en équipe, véritable baptème du feu, au propre comme au figuré, s’avéra probant et Dim sut rester concentré dans sa tâche. L’objectif de mission avait été atteint mais l’éclaireur n’était pas satisfait. « Porte-Loin » l’avait gêné dans ses mouvements et surtout, sa taille et sa qualité évidente ne convenait pas vraiment à l’approche anodine que Dim avait l’habitude d’avoir en s’enfonçant dans les quartiers délicats. Le problème se renouvela, heureusement sans préjudice, à la deuxième mission malgré d’infinies précautions. A ce rythme là, il ne faudrait pas longtemps pour que tout les culs de fosse de Magnimar apprenne qu’il était le nouvel archer de la Garde d’Airain.

Il lui fallu plusieurs jours (et des recherches non-officielles) pour enfin trouver une solution à ce problème et c’est ainsi qu’il fit un emprunt de longue durée chez un collectionneur de Magnimar. Mais la solution en question devait maintenant disparaitre à son tour. Et pour ça, il ne voyait qu’un seul homme pour l’aider.

La demeure lové dans le quartier de marbre était incroyablement ouvragée du sol au plafond. Le reconnaissant, le propriétaire des lieux lui annonça qu’a moins d’avoir quelque chose à dire de moins de cinq mots, il ne pourrait pas rester chez lui, perron compris, dans cette tenue de manutentionnaire d’étal de poissonnerie. N’ayant rien de mieux à dire que de rester bouche bée, c’est ainsi qu’il se retrouva pris en charge par le tailleur de Maverick puis vêtu de tissus soyeux qu’il n’avait jamais porté auparavant, bien que d'un genre qu'il avait déjà convoyé et revendu par le passé. Alors et seulement après cet ajustement très justifié selon l’esthète maitre des lieux, celui-ci écouta la demande spéciale de Dim qui s’adressait plus à l’artiste qu’au mage.

« … et donc, tu me demandes d’enlaidir ce carquois? »

Qu'est-ce que tu croyais? Qu'il allait sauter de joie à l'idée de faire le faussaire?

Et puis, à sa grande surprise, Maverick accepta. Pigments indélébiles, solvants, abrasifs, griffoirs, cuir souple rapporté, vernis mat… Cela pris un temps conséquent. Le perfectionniste l’avait non seulement enlaidi mais celui-ci ressemblait maintenant davantage à une besace semi-rigide qu’à un carquois. Dim n’en croyait pas ses yeux.

« C’est... juste magnifique.
- Je sais ça. Si tu espérais de la mauvaise ouvrage, ce n'était pas la bonne porte.»

Dim enfila le chef-d'oeuvre à l’épaule, admira le trompe l’oeil dans le grand miroir et s’amusa avec fluidité de la propriété magique du carquois sous le regard malicieux de Maverick.

« Au fait. En guise de sous-couche, j’ai utilisé des fines feuilles de plomb. Je te conseille de ne pas l’égarer, tu auras du mal à le retrouver pour le rendre un jour à son propriétaire… »

Dim eut les lèvres pincées avant d'esquisser un demi-sourire plein de reconnaissance. Maverick savait que s'il ouvrait une bouteille, aujourd'hui l'archer ne se défilerait pas.
« Modifié: février 25, 2014, 11:43:08 am par Valaar »
Les décisions basées sur l'émotion ne sont pas des décisions. Franck Underwood, House of Cards.

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Faery Tales  |  Les notes de Dorothée (Modérateurs: Sstrad, Dorothée)  |  La garde des reins.
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !