gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102340 Messages dans 7472 Sujets par 905 Membres - Dernier membre: pepeARea janvier 28, 2020, 20:18:26 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Faery Tales  |  Livre 2ème : L'âge d'homme. (Modérateur: Sstrad)  |  Les quatre ans de Corwyn
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Les quatre ans de Corwyn  (Lu 1625 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Sstrad

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 594
    • Voir le profil
Les quatre ans de Corwyn
« le: décembre 12, 2013, 14:09:08 pm »

Ce livre ne sert qu'à raconter vos 4 ans. Publiez dedans ce que vous voulez que les autres lisent.

Hors ligne D_Herblay

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 258
    • Voir le profil
Re : Les quatre ans de Corwyn
« Réponse #1 le: décembre 13, 2013, 16:57:15 pm »
An 1 L’Age de l’Eau, Corwyn a 12 ans

Maman, Papa, je profite que papi est passé pour vous écrire. Comme vous savez, après ce qui est arrivé à Fiona, je pouvais pas rester au village. Il fallait que je parte que je fasse autre chose, sans Aëlynn, sans Fi j’étouffais. Maintenant ca va mieux, tonton Bleys avec sa « formation » comme y dit, me laisse pas le temps de penser, c’est ce qu’il me fallait.

Il m’apprend beaucoup de choses qu’on faisait pas avec mademoiselle Constance. C’est bien mieux, au moins c’est utile, il m’apprend les animaux, les plantes, la nature, mais aussi comment chasser et soigner les gens et les bêtes. Du coup plus besoin d’Abadar.

Je devrais pas dire ça, tonton Bleys il enseigne aussi des choses compliqués sur l’équilibre et les éléments. Il dit que l’eau (c’est par ça que je commence) c’est plus que juste de l’eau. En fait l’eau c’est deux choses en même temps, mais des choses différentes. Parce que l’eau elle est calme et agité, elle est aussi douce et violente, elle enveloppe et elle s’infiltre. C’est deux choses différentes qui en sont qu’une, mais avec l’eau ça se voit, alors c’est pour ça qu’il faut commencer avec l’eau.

Je vous avais dis que c’étais pas facile, j’ai pas tout compris mais tonton Bleys il dit que ca me prendra un an à peu près pour maitriser l’eau. Ce que je sais, c’est que Abadar c’est la civilisation et que la civilisation ben c’est les villes. Mais les villes c’est que la moitié du monde, le reste les « terres vierges » c’est l’autre moitié.

Comme Abadar il voit que les villes c’est comme si il regardait que la surface de l’eau. Alors il peut pas comprendre l’eau, et la comprendre c’est comprendre l’Equilibre. Mais du coup il faut comprendre qu’Abadar c’est la moitié d’un tout, et pour comprendre le tout il faut accepter Abadar, c’est l’Equilibre.

Heureusement, tonton Bleys il est pas le seul à m’apprendre, il y a aussi Ramar Khan. Il est super fort et il m’apprend à me battre comme un druide avec Siss son serpent géant. En plus il sait plein de choses sur les elfes. C’est lui qui m’a expliqué que Nox en fait c’est un sylve. C’est un esprit de la nature qui aide les « chanteurs », c’est le nom que les elfes ils donnent à leurs druides.

Il était très surpris mais c’est grâce à lui si Nox il a son corps maintenant. Comme il est fait de fibres et de filaments végétaux il a pas de tronc c’est pour ça qu’il a pas a être planté dans le sol et qu’il peut bouger. Mais, sans tronc, il a pas de squelette, alors il a fallu lui en trouver un. On lui en a fait essayer plusieurs et Nox il a finit par prendre celui d’un gros chat.

C’est bizarre de le voir marcher et de plus le sentir sur moi, mais on peut jouer et se battre ensemble maintenant. Avec sa grosse crinière de feuilles vertes autour du cou on dirait un lion pas de la bonne couleur (son corps il est devenu marron) c’est marrant. Les adultes eux ils savent pas comment réagir face à lui.

C’est vrai je vous ai pas encore expliqué, avec tonton Bleys on est pas resté dans le marais, quand j’ai su marcher et survivre dedans il m’a emmené dans un autre pour que je compare. C’est comme l’eau c’est la même chose mais c’est différent. Eh ben, en fonction du lieu et du temps un marais c’est pas du tout le même qu’un autre. Même les animaux qui y vivent, ils sont pas pareils.

J’aime bien voyager avec tonton Bleys, ça me rappelle quand on partait en balade avec papi. D’ailleurs, ils se ressemblent beaucoup tout les deux, c’est comme si ils étaient frères sauf que tonton Bleys il a les cheveux long et qu’il sourit jamais. Pourtant les gens qui vivent dans les autres marais ils sont très contents de le voir et ils sont très gentils avec lui.

J’ai une autre raison pour vous écrire, avec tonton Bleys on va partir plus loin en utilisant le grand cercle druidique. On va dans des îles pour que j’apprenne à survivre sur la mer et que je comprenne l’eau là-bas. Je sais pas quand je pourrais vous écrire de nouveau mais faut pas que maman s’inquiète je suis pas seul, même que Ramar il a dit qu’il viendrait aussi.

Faut pas que Deirdre s’inquiète non plus. Je suis content que maman lui ai confiée l’atelier de filature pour la laine. C’est bien de faire quelque chose de nouveau pour le village, ça aidera à oublier les mauvais souvenirs, surtout pour les filles qui y travailleront. Dîtes lui de bien prendre soin de Caramel, je suis sur que Nox a pris la forme d’un gros chat pour lui ressembler et pouvoir aussi s’endormir sur ses genoux.

Moi aussi ça me manque, quand Fi et moi on s’endormait la tête sur les genoux de Deirdre. J’en veux encore à Fiona de s’être portée volontaire, je m’en veux encore de pas avoir pu l’empêcher. Mais l’eau c’est aussi l’adaptation et l’acceptation. Je cherche encore à comprendre les deux côté de Fi mais c’est plus dur que pour l’eau. En tout cas, je continuerai jusqu’à ce que j’aie trouvé l’Equilibre.

Hors ligne D_Herblay

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 258
    • Voir le profil
Re : Les quatre ans de Corwyn
« Réponse #2 le: décembre 13, 2013, 17:03:56 pm »
An 2 l’Age de la Terre, Corwyn a 13 ans

Maman, comme promis je prends le temps de t’écrire cette lettre. Mais je ne sais pas quand je pourrais te l’envoyer. Nous sommes très loin du village et nous nous déplaçons constamment.  Actuellement nous arpentons les steppes et les mœurs locales sont très différentes de ce dont nous avons l’habitude ; ils boivent le sang de leurs propres chevaux quand ils n’ont pas trouvé de gibier !

Il n’y a pas que ça qui est différent, depuis le rite de l’Eau, Bleys et Ramar sont bizarres avec moi. Ils sont encore plus exigent et plus dur que l’année dernière. Je crois qu’ils ont été surpris  par le résultat de mon épreuve, elle se terminait par une invocation.

Guidé par Bleys, je devais exploiter mon harmonie avec l’Eau  pour appeler un élémentaire. Je sais bien que ça a faillit mal tourner, l’esprit qui est apparu était trop gros pour le petit cercle de conjuration qu’on avait tracé. Du coup, il était libre, heureusement il était gentil et on a pu parler tout les deux. Mais Bleys et Ramar font comme si je l’avais fait exprès, alors que j’ai fait que suivre les instructions de tonton.

Ils m’ont même interdit de refaire de l’invocation, comme quoi mon appel serait trop fort. C’est juste une mauvaise excuse pour pas me dire qu’ils ont pas confiance. Pas grave j’ai bien retenu la leçon de l’eau, j’accepte ce que je ne peux pas changer et je m’adapte. En plus, la conjuration même si c’est facile, c’est très fatiguant, alors je me concentre sur la maitrise de la Terre.

Selon Bleys, le Terre est l’élément le plus dangereux à maitriser, parce que c’est le symbole de l’immuabilité. Comme je l’ai appris avec l’eau il y a une dualité en toute chose, la Terre c’est la Vie, qui pousse en son sein, et la Mort, quand  la poussière retourne à la poussière. Plus que tout autre la Terre tend vers les extrêmes, vers un absolu de stabilité et d’ordre immobile.

C’est là que L’Equilibre est le plus menacé et c’est là que réside notre tâche, c’est pour ça que c’est la Terre qu’on étudie en second. Maintenir l’Equilibre c’est notre devoir c’est pour ça que nous devons nous méfier des absolus. Comme je ne comprenais pas, Ramar m’a parlé des morts-vivants comme exemple d’un extrême contre lequel on doit lutter.

Demain on s’enfoncera sous terre pour que j’achève mon harmonisation avec la Terre. J’espère que l’on ne croisera pas trop de non-mort là bas. Ceux qu’on a affrontés avec Ramar dans la nécropole où il m’a trainé pour illustrer son exemple m’ont laissé une impression de malaise profond.

Il y a autre chose que je redoute c’est la survie dans un milieu souterrain privé de soleil. C’est surtout pour Nox que ça va être dur. Alors qu’en un an de fines feuilles ont recouvert l’ensemble de son corps, maintenant il ressemble bien plus à un tigre, même si il est tout vert, l’absence de lumière pourrait le tuer. J’ai appelé des champignons symbiotiques pour l’aider, j’espère que ça suffira.

Hors ligne D_Herblay

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 258
    • Voir le profil
Re : Les quatre ans de Corwyn
« Réponse #3 le: décembre 13, 2013, 17:11:46 pm »
An 3 L’Age du feu, Corwyn a 14 ans

Maman, je t’écris ce qui ressemble davantage à un journal désormais qu’à une lettre. Il y a sous terre des merveilles et des mystères incroyables, je frémis en pensant que je n’en ai vu qu’une infime partie. Pourtant j’ai tant exploré de lieux différents que j’ai l’impression d’avoir commencé mon périple depuis une bonne décennie.

Malgré cela je suis conscient de n’avoir que traversé ces territoires, je suis capable de les reconnaitre et d’y survivre mais je ne les connais pas vraiment. Je suis écrasé par l’immensité de notre monde, Bleys et Ramar eux sont écrasés par les « surprises » de mon initiation. L’invocation qui clôturait le rite de la Terre, a également faillit mal tourner.

Le cercle de conjuration avait été agrandi pour l’occasion, judicieuse précaution qui s’avéra utile mais insuffisante. A peine invoqué, l’élémentaire poussa un grondement qui manqua faire s’effondrer la caverne sur nos têtes. Dire qu’il voulait juste nous saluer convenablement. Quand je lui ai demandé pourquoi un esprit si puissant s’était dérangé alors que j’en appelais un tout petit, il m’a  répondu que c’était par curiosité. Maintenant il y en a d’autres qui sont curieux, d’autant que je ne parle pas un mot de terreux…

Le vrai bon point de ce séjour souterrain c’est que les champignons et Nox ont fonctionné en parfaite symbiose, Il les conserve à l’intérieur de son corps depuis, le nuage de spores qu’il recrache grâce à eux est dévastateur.

L’initiation du feu a donc débuté en cas pratique, puisqu’il est tout à la foi destruction et création. Il est abordé en troisième afin d’enseigner le contrôle après la révélation du risque. Le Feu offre énormément de pouvoir, la difficulté de sa maitrise consiste à ne pas se laisser dominer par ce pouvoir.

Tu ne seras pas surprise si je te dis que l’environnement du feu est celui du désert. Ce qui est plus surprenant c’est de trouver un cercle druidique dans une oasis perdu au milieu des sables. C’est un milieu hostile et comme son élément associé paradoxalement plein de vie.

La survie n’est là bas qu’une question d’eau, construire un piège à rosée fut ma première leçon. La deuxième a été bien moins plaisante, les hommes de ces contrées exercent leur autorité par la possession de ce liquide vital. Ils vont jusqu'à empoisonner les puits pour assoir cette domination.

Monopoliser l’eau était répréhensible mais pas contraire à l’Equilibre, j’ai failli ne pas comprendre que Bleys me testait. Avec la force de Ramar et la magie de Bleys, ces bandits n’auraient pas résistés longtemps, pourtant il me fallait le tolérer pour ne pas basculer vers un extrême et me laisser dominer par mon pouvoir, ou plutôt celui de mes compagnons.

Toutefois, empoisonner les puits amenait un déséquilibre qui devait être corrigé. Ces brigands avaient commis une erreur, et mes maitres m’ont inculqué une nouvelle leçon tout en leur en infligeant une bien plus amère. Leur puissance ne souffre aucune comparaison, l’oasis fut libéré en moins d’une heure.

Les nomades Kelesh nous ont fêtés pour cet exploit et nous ont abandonnés une bonne part des biens des pillards. Des femmes nous furent offertes à Ramar et moi. Bleys m’a expliqué que leur générosité et leur filles n’avait qu’un objectif, nous lier à leur tribu. Le plus surprenant étant que les femmes sont mieux considérées que les mâles chez les Keleshites, ce plan n’était donc pas celui des hommes.

Parmi le butin, Ramar m’octroya un magnifique cimeterre gravé de génies stylisés, l’arme étant en fer froid il y voyait un signe du destin. La lame était encore trop grande pour ma main, mais j’avais vu l’écart entre nos forces et il me fallait du pouvoir pour rétablir l’équilibre dans ma vie, pour ne plus céder quand il s’agit de protéger ceux que j’aime.

Les bandits devaient piller les tombes et les caravanes car mon sabre rutilant n’était pas le seul trésor qu’ils possédaient. Heureusement car c’est grâce à ça que nous avons pu acheter notre départ. Je me demande jusqu’où aurait été le conseil de notre village pour garder dans nos murs des protecteurs si exceptionnels.

Après la chaleur sèche c’est la chaleur humide de la jungle que nous avons affrontée. Là bas la vie détruit la vie dans un combat acharné pour la prédominance. Encore des animaux, des habitants et des habitudes différentes. Les guerriers y portent des armures en bois laqués noués par des liens de soie. J’ai suivi la recommandation de Ramar de m’en faire fabriquer une avec les barres d’or des pillards. Ces protections sont étonnement légères et confortables.

L’heure du rite du Feu approche, nous sommes dans un désert de roche que je ne saurais localiser puisque nous empruntons les cercles druidiques pour voyager. Je suis prêt et pourtant je sens la tension de mes maitres. Leur nervosité commence à me gagner car cette nuit j’ai fait un rêve étrange, il y était question d’Aéons.

Hors ligne D_Herblay

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 258
    • Voir le profil
Re : Les quatre ans de Corwyn
« Réponse #4 le: décembre 17, 2013, 12:33:39 pm »
An 4 l’Age de l’Air, Corwyn a 15 ans

Maman, cela fait maintenant quatre ans que Fi nous a été arraché et que j’ai quitté Dragonfall, j’ai tant appris, tant vu, et je suis maintenant sur la voie du retour. Je sais que je ne suis pas prêt, j’ai promis que je ne rentrerai pas au village sans elle et je tiendrai parole. Je suis encore si loin d’avoir égalé mes maitres et je suis seul avec Nox, comment pourrai je défaire cette horde ?

Bleys dirait que reconnaitre son ignorance c’est le premier pas pour la combler. Sa sagesse ne m’impressionne plus autant qu’avant, maintenant que je constate qu’elle lui fait parfois défaut. Malgré toute sa science et sa puissance, il est dépassé par les mystères qui entourent la résolution de mes rites de passage.

L’invocation du Feu a été encore plus spectaculaire que les précédentes. Est-ce parce que cette fois j’avais prévu du bois précieux comme présent ? Est-ce lié à la nature de l’élément, extravagant et volubile ? Ou bien la marque de ma maturité qui s’affirmerait ? A ces questions il demeure sans réponses.

En un autre temps j’aurais présumé que son silence était sincère, mais force est de constater que des vérités sont épargnées au fragile bébé que je reste à leurs yeux. Si toutefois leurs motifs ne sont pas plus complexes. Centré sur mes préoccupations, j’avais ignoré leurs motivations à eux.

Ramar Khan quand il ne m’entraine pas au combat ou au dressage, se passionne pour l’archéologie, l’astronomie et les religions anciennes. Les aberrations et les non-morts n’ont aucuns secrets pour lui, et pourtant sa soif de connaissance ne tarit pas. J’en suis arrivé à la conclusion que mon initiation lui permet d’emprunter librement les cercles druidiques et ainsi lui ouvre accès à de nouvelles informations.

Bleys et moi sommes liés j’en suis certain, à sa ressemblance avec grand-père je dirais au moins par le sang. Ce qui expliquerai que papi ai su pour le cercle dans le marais. Mais je soupçonne qu’il y a davantage, la formation qu’il me donne est trop poussée, trop intense, il y a presque de l’urgence dans sa pédagogie. Mon impatiente m’a longtemps masqué une autre évidence, pourquoi poursuivre mon initiation malgré les risques, avant d’avoir élucidé l’origine du trouble de mes invocations.

C’est en les surprenant à s’espionner mutuellement que mes yeux se sont dessillés. Notre petit groupe est maintenant baigné de secrets et je ne fais pas exception. Bleys, lui, sait que j’ai conversé sans avoir recours à la parole avec les élémentaires, mais il ignore qu’ils m’ont donné leurs noms. Neptulon «le chasseur de marée » pour l’Eau, Therazane « la Terre-mère » pour la Terre, Ragnaros pour le Feu et Al’Akir « seigneur du vent ».

L’initiation de l’Air aborde l’immatériel, la philosophie, le climat et les rêves. C’est l’élément le plus subtil et donc le dernier enseigné. Cependant, un autre canevas m’est apparu, les opposés ne sont pas étudiés à la suite. Le Feu est abordé après la Terre et pas en second après l’Eau. Méfiance toutefois, car pour l’Air, l’absolu à éviter tient de la surinterprétation.

La montagne est le premier environnement lié à l’Air dans lequel j’ai du m’exercer. Paradoxalement il est difficile d’y respirer et le climat notre pire ennemi. Nox contrairement à Siss, le boa de Ramar, s’est très vite adapté à ce milieu. Depuis qu’il est en symbiose avec les champignons ses besoins en eau ont doublés, mais le nuage de spores qu’il exhale grâce à eux a permis de neutraliser l’ours qui nous a attaqués. L’animal avait déjà éventré une ruche sauvage pour le miel, et les dards des abeilles l’avait trop excité pour pouvoir être apaisé.

L’essaim était en perdition, l’attaque du plantigrade avait couté la vie à leur reine et détruit leur habitat. Nox aussi éprouvait de la compassion pour ces insectes, et il a accepté ma proposition d’héberger une nouvelle colonie dans ses flancs. Les ouvrières furent plus faciles à convaincre que je ne le pensais, elles se sont exécutées dès que je leur ai ordonné de mettre les larves qui donneraient la nouvelle reine dans Nox.

Ramar était abasourdis de me voir communiquer avec des insectes, Bleys lui devait s’en douter. Rapidement j’ai pu constater qu’eux n’en était pas capable. Il semble qu’il soit extrêmement rare de développer pareil don, pourtant avec papi cela paraissait si … naturel. Nox lui ne s’est pas posé ces questions, il aime les voir butiner et polliniser les arbres voisins. Je me demande si il peut fleurir ou si c’est parce qu’il est encore trop jeune que je ne l’ai pas vu le faire. Peut être anticipe-t-il ce moment.

Après la montagne ce sont les terres glacées du nord que nous avons ralliées. Je peux nommer ces terres, les royaumes Linnorms, car nous y avons été confrontés à l’incident qui a précipité mon retour au Taldor. C’est une histoire rocambolesque qui aurait ravi l’âme romantique de Deirdre et arraché des larmes de rires à Fi.

Les courants chauds qui remontent du sud maintiennent toute la région sous des chutes de neige constantes si bien que la moindre tempête se transforme en blizzard. Il est alors très facile de se perdre et de mourir de froid. Et c’est bien sur par une méchante tempête que tout a commencé. J’ai été surpris alors que je chassais avec Nox, dans ce genre de cas pas le choix il fallait vite trouver un abri. Heureusement Nox a un talent certain pour dénicher grottes ou anfractuosités.

Nous avons donc rapidement trouvé refuge dans une caverne accueillante. Là l’odeur de sang nous a presque renvoyé dans la tourmente. J’ai appelé un peu de lumière et nous avons été confrontés à un charnier, des œufs gigantesques brisés avec des sortes de bébés dragon à moitié dévorés. On n’en menait pas large, guettant la créature qui avait commis ce carnage quand on a entendu les cris.

On s’est précipité dehors, ils n’ont pas été durs à trouver, leur bateau avait été fracassé et hâlé sur la côte par la bête. Le monstre, de la taille d’un éléphant, avait un corps serpentin, une gueule de dragon et deux pattes griffues et musclées. Il crachait également un feu liquide et persistant, et avait enflammé le navire échoué.

Le temps qu’on arrive il n’y avait plus grand monde à sauver. J’ai appelé le brouillard en croisant les doigts pour que ça suffise, puis j’ai attrapé la main d’une fille et chargé sur mon épaule un homme en sang  avant de détaler vers la grotte. Je ne sais pas comment nous avons pu échapper à ce prédateur, la tempête nous a certainement sauvé, mais une chose est sûre nous avons eut plus de chance que ses infortunés frères et sœurs qui nous tenaient compagnie du fond de leurs coquilles éventrées, véritables urnes funéraires.

La nuit a été longue, je suis parvenue a stopper l’hémorragie de l’homme, mais sans feu c’est le froid qui a faillit avoir raison de nous. Dans les bras les uns des autres j’ai attendu l’aube et la fin de l’orage avec anxiété, tandis que mes deux protégés profitaient des joies de l’inconscience.

Lorsque le soleil s’est levé, la curiosité m’a poussé à examiner les cadavres de ce que j’apprendrai plus tard être des linnorms, des dragons féériques. Pour l’heure je ne m’intéressais qu’à la possibilité de récupérer un squelette entier pour Nox. Cette initiative malheureuse deviendra le point d’orgue de mon histoire du nord.

La jeune fille se réveilla la première bien après que j’ai fini mon sinistre ouvrage. Elle s’appelait Sigvid Estriddottir, la fille d’Estrid la blanche, elle était ulfienne et accompagnait l’homme blessé, un taldorien, à une importante commémoration. Puis ils avaient été pris dans la tempête et attaqué par le linnorm, et enfin selon elle je les avais sauvés.

Quel sauveur héroïque ! Je m’étais contenté de fuir avec eux, un héroïque chanceux plutôt. Pas moyen de la dissuader, ce fut encore pire quand à l’arrivée de Bleys et Ramar je leur montrais le squelette que j’avais récupéré. A partir de là Sigvid fut convaincu que j’avais terrassé la bête, Ramar, hilare me nargua avec la « Fosse » cette brèche vers le monde des fées qui borde les royaumes linnorms, en me rappelant qu’il m’arrivait des aventures extraordinaires à chaque fois que je les approchais. Bleys lui riait jaune.

Le taldorien n’était autre que le président du sénat, une fois qu’il eut entendu le rapport de la jeune ulfienne, il insista pour que je les accompagne lui et Sigvid à Oppara. Cette fille aurait faite une parfaite groupie pour Raynor, avec ses héros par ci, héros par là. Quand au sénateur je pouvais entendre son cerveau cliqueter en me regardant.

Il n’y eut aucun recours à attendre de mes maitres, ils se surprirent à acquiescer de concert à la proposition d’invitation, car une importante conjonction astronomique aurait lieu ce soir là à la verticale du palais. Une excuse manifeste et pourtant ils hâtèrent les rites de l’Air pour arriver à temps.

Me voici donc de retour au Taldor, cette dernière missive je vais la détruire pour en écrire une plus joyeuse, je couche ces mots sur le papier pour aiguiser mes sens car je pressens une catastrophe.

« Modifié: décembre 17, 2013, 13:08:26 pm par D_Herblay »

Hors ligne D_Herblay

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 258
    • Voir le profil
Re : Les quatre ans de Corwyn
« Réponse #5 le: décembre 22, 2013, 23:17:15 pm »
Nox en mode Linnorm


Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Faery Tales  |  Livre 2ème : L'âge d'homme. (Modérateur: Sstrad)  |  Les quatre ans de Corwyn
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !