gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102278 Messages dans 7468 Sujets par 812 Membres - Dernier membre: Tomar mai 26, 2019, 23:21:38 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 6 ème: Les ombres de Gibet (Modérateur: Sstrad)  |  Chap. 29:Après la pluie
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Chap. 29:Après la pluie  (Lu 3652 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne D_Herblay

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 258
    • Voir le profil
Chap. 29:Après la pluie
« le: août 04, 2013, 15:58:33 pm »
« Par les dieux ! Mais que font-ils là bas ? Ils préparent le fin du monde ou quoi ? »
L’ustalavien tremblait encore sous l’onde de choc, sinistre écho des combats qui se déroulaient au centre des ruines. Les bâtiments délabrés volaient en éclats dévastés par la violence des forces déchainés en ces lieux.
« Janos ! Cette fois c’est foutu ! »
Son voisin s’effondra à genoux, implorant la mansuétude de la dame des tombes. Les guerriers de métal reprenaient vie, leurs lames allaient à nouveau abattre la mort sur les humains.
« Relevez-vous bandes de chiens ! Hurla Neska. Formez les rangs et tenez la ligne ou par tout ce qui est sacré je vous jure que vos familles paieront le prix de votre échec ! »
Désespoir contre désespoir, les soldats se rassemblèrent. Contre toutes attentes les machines de mort en adamantium se détournèrent et brandirent leurs armes contre les peaux vertes.
Le chaos régnait déjà parmi eux, cette attaque réduisit à néant ce qui leur restait de moral et ils rompirent, se dispersant à tous vents, fléau de mort dont bien peu rejoindraient le Belkzen.
« Piotr regarde ! C’est le chevalier qui accompagne la comtesse-paladine ! C’est lui qui les commande ! » Janos avait lâché son épée et secouait son ami comme un possédé, des larmes de joie coulaient sur ses joues sans qu’il y prenne garde.
« Comment fait-il ? » S’interrogea le soldat éberlué
« Je m’en moque ! Ca veut dire qu’ils ont réussit, le tyran est vaincu, on a gagné, on est vivants ! »
La rumeur des propos de Janos parcourut les rangs clairsemés des ustalaviens et bientôt le brouhaha devint une clameur de triomphe, ou se mêlait les rires et les pleurs.
Comme en réponse, une trouée se fit dans les sinistres nuages qui recouvraient la lande depuis tant de temps maintenant. La pluie cessa et telle une colonne de lumière sacrée dispensé par les dieux, un rayon de soleil toucha le sol…


… « Malédiction ! » cracha entre ses dents jaunies la liche qui un jour s’appela Isengrin.
« comment ont-ils fait pour être déjà là ? »
Un peu plus loin des vivants arpentaient ce qui avait été le havre de la Voie Qui Murmure. Ils n’étaient pas nombreux mais le deux fois né avait reconnu le traitre, ce maudit dragon.
Il les accompagnait, et c’était certainement lui qui avait dû les y amener. Il pourrait également les guider à travers les pièges.
Damnation, quelle journée maudite ! Tout avait pourtant bien commencé, et puis catastrophe !
« Oui ! C’est le pharasmite ! C’est là que tout a commencé à partir de travers »
Isengrin se rappelait encore l’avoir vu apparaitre au milieu du ciel parmi la horde de morts vivants rassemblé par les sectateurs de la Voie. Le lieutenant du maitre, le cavalier sans tête, avait bien essayé de l’atteindre, son destrier de cauchemar s’envolant à sa rencontre. Mais celui-ci avait continué à psalmodier et à invoquer sa déesse.
Cet éclat de lumière resterait pour l’éternité gravé dans sa mémoire, la liche avait entre-aperçu Pharasma, elle s’était manifesté et avait jugé tout ceux qui était à sa portée ! Aucun n’avait pu en réchapper, elle les avait tous entrainé avec elle dans son royaume.
Isengrin en tremblait encore, chose incongrue pour quelqu’un dans sa condition et pourtant, s’il n’avait pas faussé compagnie aux autres pour revenir ici récupérer les archives du maitre, il aurait partagé leur sort.
Le plan était parfait, les combats et le rituel aurait du détourner leur attention pendant qu’il fouillait le produit des recherches du professeur, les vraies recherches, celles qui lui auraient apporté le pouvoir à lui Isengrin, celles pour lesquels Auren était vraiment mort.
Et voila que ces pseudos héros allaient l’en déposséder, aucun doute possible, ils étaient là pour ça et le dragon les aidait. Inutile de s’attarder davantage, c’était devenu bien trop dangereux.
Alors qu’il partait pour des cieux plus hospitaliers, la pluie cessa et le soleil se fit jour à travers les nuages. Un reflet attira l’attention du mage non-mort, une, non plusieurs silhouettes de métal convergeaient vers lui. Finalement lui aussi se présenterait à la dame des tombes, journée maudite…
« Modifié: août 11, 2013, 09:32:08 am par D_Herblay »

Hors ligne D_Herblay

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 258
    • Voir le profil
Terres de Deuil, terres d'espoir
« Réponse #1 le: août 04, 2013, 16:01:36 pm »
...L’orage venait de cesser et les premiers rayons de soleil commençaient à frapper l’imposant portail. L'énergie magique se rassemblait en éclair coloré sur son pourtour et bientôt, le pont entre les mondes allait à nouveau être ouvert.
Une longue colonne d'être de métal en jaillit avec discipline et méthode, on reconnaissait au premier coup d’œil des créatures façonnés pour la guerre. Les terres qui les entouraient étaient dévastées et sans vie, vestiges d’un terrible combat.
Une des silhouettes métalliques était différente, moins massive, moins rigide. Elle s’avança de quelque pas et après un long regard circulaire se tourna vers le dragon qui venait à son tour de surgir du portail.
« C’est ici que Forge a affronté et vaincu Tahar, ce dernier n’était alors qu’un roi-liche et pas encore un dieu. C’était avant qu’il ne revienne sur Golarion soumettre l’Ustalav.
Depuis, ce champ de bataille a été baptisé les terres du deuil car ici les lois qui régissent l’univers et la magie ont été bouleversées par la violence des combats et la puissance des sorts invoqués.
En ces lieux, la magie est incertaine et ni vivant, ni non-mort ne peuvent prospérer. Les forces qui les soutiennent font défaut, seul des êtres artificiels pourront survivre sur ces terres. Nous en ferons notre sanctuaire.
Prends garde Silversheen, même un dragon est vulnérable ici, la moindre blessure te serait fatale, ce manque qui pourrait te tuer sera le bouclier qui garantira la sécurité à mon peuple.
Il est ironique de penser que c’est ce qui a causé jadis notre perte qui finira par pourvoir à notre salut, mais après tout, l’ironie des choses est la seule constante de tous les univers,  le remède de Tahar est bien devenu son poison. »
Après un instant d’introspection le forgelier repris
« Il est temps d’informer les mages de Sharn des derniers agissements de la famille Cannith. Laissons les peaux molles nous mener d’elles mêmes jusqu’à Forge…
... Quand il sera libre nous pourront finir le reste !»
C’est dans un murmure à destination du grand Ver qu’il prononça les derniers mots, ce sont les seuls que Silversheen parut entendre…


...« Mettez les orbes de brouillages en place ! »
L’aristocrate menait son groupe de forgeliers avec frénésie, le conseil des mages de Sharn pouvait agir n’importe quand maintenant.
Un autre humain arborant également le dracogramme de la maison Cannith vint à sa rencontre.
« -Merrik ! Comment ont-ils su que nous avions récupéré la Source ?
-C’est évident Malthus, ils nous espionnent. Ne te préoccupes pas de ça disposes plutôt les glyphes et les runes » répondit fébrilement le noble.
« -Mais Merrik, s’ils peuvent nous surveiller malgré les orbes alors nos défenses sont obsolètes ! Ce que nous faisons ne sert à rien !
-Il suffit ! Cesses de trembler, même si nos protections ne sont pas tout à fait efficaces, elles les gêneront et limiteront leurs effectifs. C’est pour ça que nous avons fait venir ces renforts forgeliers.
-Justement d’où viennent ils ? Ils sont bizarres, j’ai du répéter mes ordres avant qu’ils n’obéissent ! »
Le noble artisan s’arrêta dans un soupir avant de se tourner vers son disciple
« -Voyons Malthus, même les colliers de servitude sont perturbés ici au milieu de toutes ces défenses. Quand à leur origine, nous les avons seulement rachetés à l’un de nos bons clients. Il n’en avait plus l’usage et en a obtenu un très bon prix d’ailleurs. Enfin, grâce à eux, le conseil y réfléchira à deux fois avant de venir nous prendre la Source. »
Satisfait, le Cannith se tourna vers ses servants mécaniques.
«- Nous en avons fini avec le périmètre extérieur, passons à la salle de conception !
-Merrik, attends ! »
Maintenant agacé, le plus âgé des deux hommes se tourna vers son cadet
« -Malthus, fais seulement ton travail et laisses nous le soin de planifier ce qui doit l’être tu veux bien !
-mais et celui-là, le vieux modèle…
-Et bien quoi le vieux modèle ? Il est très performant, où est le problème ?
-Justement lui il est trop performant, on a presque pas besoin de lui dire quoi faire !
-Et alors, tu devrais t’en réjouir, moi j’avais plutôt peur qu’il nous ralentisse… »

Les forgeliers conformément à leurs instructions avaient continué vers la salle de conception.
Déjà ils y rentraient, puis sans attendre les ordres de leur maitres Cannith ils activèrent les glyphes, interdisant l’accès aux humains encore à l’extérieur.
L’ancien modèle, qui désormais servait d’enveloppe à Lucian Adrissant, s’approcha de la Source qui alimentait l’énorme matrice destinée à la production de nouveaux forgeliers.
« Bonjour mon frère, je suis venu te sortir de là. Il est temps de rentrer à la maison. »
Joignant le geste à la parole il se saisit de l’artefact, pour l’insérer dans son pectoral, sous les lourdes plaques d’adamantium.
Un tintement cristallin scella la réunion des deux frères, son écho se répercuta dans la salle puis à l’extérieur et au delà, et quand ce son ténu atteignait l’un des colliers qui asservissait son porteur, il s’ouvrait dans un claquement avant de tomber au sol.
Les esclaves humains ainsi libérés affirmèrent tous avoir entendu quelques mots à cet instant, ils disaient :
« Mes frères vous voila libre, retrouvons nous dans les désolations du Cyre pour trouver ensemble notre propre voie. Il vous appartient de choisir comment vous réagirez au sort qui vous a été imposé mais sachez que la violence n’apporte que la violence. Bonne chance dans votre voyage. »
Les Cannith eux affirmèrent qu’un dragon gigantesque à la robe d’argent s’était frayé un chemin jusqu’aux forgeliers pour les emmener au loin sur son dos. Peut être pour rejoindre leurs frères dans les terres du deuil...
« Modifié: août 11, 2013, 10:35:12 am par D_Herblay »

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 6 ème: Les ombres de Gibet (Modérateur: Sstrad)  |  Chap. 29:Après la pluie
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !