gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102303 Messages dans 7481 Sujets par 859 Membres - Dernier membre: uplicle septembre 16, 2019, 06:18:39 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 6 ème: Les ombres de Gibet (Modérateur: Sstrad)  |  Ch. 29 - Pour l'éternité.
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Ch. 29 - Pour l'éternité.  (Lu 4218 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Dorothée

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 576
  • Sexe: Femme
  • Pourvoyeuse en M&M's
    • Voir le profil
Ch. 29 - Pour l'éternité.
« le: août 03, 2013, 13:27:13 pm »
La gigantesque tour de Gibet termine de s’effondrer dans un nuage de poussière. Arrivés sur la terre ferme, nous nous remettons du choc de ce combat contre Pétros. Nous l’avons vaincu mais à quel prix ? Céléna disparue, Chèvrefeuille de même. Le prix de cette victoire est bien lourd. Mais le rituel de Pétros visant à faire revenir Tar-Baphon a échoué. Vivante. Je suis vivante.

Je me colle contre Majesté cherchant un réconfort. Lucian ne nous laisse pas nous reposer, ce n’est pas fini. Pétros mort, Tar-Baphon est en liberté, il faut trouver comment l’enfermer. Il demande à Silversheen de l’amener au plus vite près du golem qu’il a créé avec le Mage de Vigil afin de servir de prison au Tyran qui Murmure.

Alors qu’ils parlent avec Barth de la marche à suivre, une voix m’interpelle. Je cherche la source de ce bruit, perdus dans leur conversation, les autres ne semblent rien entendre. Et je le vois. Comment ai-je pu l’oublier ? Comment ai-je pu croire qu’il me laisserait ? Il m’avait pourtant averti lorsqu’il a quitté la tour de Gibet que ce n’était que partie remise. Saelok, le Général du Plan des Cauchemars, me regarde d’un air narquois juste derrière le corps du dragon. Sa voix retentit directement dans mon esprit :

« Nous avions un marché.
- Il ne vaut plus. Vous m’aviez abandonné. Il ne vaut plus.
- Tssssss… Tu as obtenu tout ce que tu voulais, à ton tour de respecter le marché.
- Non. Je refuse.
- Tu n’as pas le choix. Tar-Baphon est libre. Golarion va être détruite.
- Le golem…
- Ca échouera. »

Non. Ca ne pouvait pas échouer. Nous n’avons pas fait tout cela, tous ces sacrifices pour rien. Majesté, Bartholomeu et Lucian me regardent, ils m’ont entendu parlé. Je les regarde tour à tour et je comprends que quoi qu’ils fassent, cela échouera. J’ai passé un marché, il me faut l’honorer. Mes larmes commencent à couler. J’avais espéré. Avec le retour de Silversheen, j’avais espéré pouvoir survivre à ses côtés. Je ne suis plus aussi prête à mourir qu’avant.

Je plonge mon regard dans les yeux de Majesté.

« Le plan du Cauchemar. Je dois accepter leur marché, sinon tout est perdu. Quand Tar-Baphon sera en moi… Détruis-moi, s’il te plait.
- Je ne peux pas. Personne ne peut détruire Tar-Baphon. »

La voix du Général retentit à nouveau.

« Je vais m’impatienter. Tu dois me donner ta réponse maintenant. »

Je regarde Majesté, sanglotant. Je n’ai pas le choix et il le sait. Barth et Lucian me regardent sans comprendre, me pressent de question. Ils n’entendent pas la voix du Général qui me presse mais que mes réponses. Barth s’approche de moi et pose ses lèvres contre les miennes. Pourquoi a-t-il fait ça ? Quel sort a-t-il tenté pour me protéger ? Mais cela ne pourra pas suffire. Sans quitter Majesté du regard je réponds enfin au Général.

« J’accepte »

Silversheen se cambre, tête levée vers le ciel, il hurle. Son cri s’entend à des kilomètres à la ronde. Mon cœur se brise, l’eau des larmes qui ruissellent sur mes joues se transforme en fumée noire. Des ombres s’élèvent du sol et m’entourent. Mon corps s’élève, les ombres se font plus denses. Je sens la puissance brute de Tar Baphon m’envahir. Je hurle alors que je deviens la prison de Tyran qui Murmure.

(…)

Chacun de mes pas agrandit mon Domaine. Où que j’aille les Ténèbres m’accompagnent. J’entre dans une forêt, j’accélère le pas, je sais que je vais le revoir. Je ne sais plus bien qui je dois voir, mais je vais le voir, c’est tout ce qui importe. Devant moi, la lumière du soleil perce les frondaisons, la forêt est superbe, des chants d’oiseaux retentissent, légers, joyeux. Au loin, on entend des rires d’enfants. Dès que mon regard s’attarde, l’obscurité remplace le soleil, les feuilles se racornissent et tombent en un automne subit, les branches se tordent. Sous chacun de mes pas, la terre pourrit, des vers grouillent à la surface. Les oiseaux se taisent et les rires d’enfants se transforment en pleurs angoissés. J’avance dans ma robe d’ombre.

Et soudain, je sais qu’il est là. Je m’arrête. Je ne veux pas le regarder. Si je le regardais, je le salirais. Tout ce que je vois se transforme en cauchemar et je veux me souvenir de lui comme il était. Tant que je m’en souviens.

« Lyana. »

Sa voix grave et profonde retentit dans le silence oppressant de la forêt ténébreuse. Lyana… oui, je m’appelais ainsi avant. Cela fait si longtemps que plus personne ne m’a appelée ainsi. La dernière fois, c’était cet homme qui est venu dans mon plan. Il disait me connaître, et plutôt que le tuer j’ai ordonné qu’on me l’amène au château. Je n’avais pas si souvent de distractions.

Assise sur mon trône d’obsidienne, j’ai regardé l’homme approcher. Il me semblait le connaître. Je cherchais dans mes souvenirs et un nom m’est apparu : Bartholomeu. Oui, c’est ainsi qu’il s’appelait. C’était un ami. Son sourire ravivait les souvenirs que je croyais perdus. Je sentais Saelok à mes côtés, tendu et mécontent. J’écoutais Barth parler, me raconter ses voyages à travers les plans, sa voix me faisait du bien, elle paraissait si vivante, si chaude. Et Céléna ? Il y avait une femme du nom de Céléna. Barth m’apprit qu’elle était dans le plan d’Iomedae, heureuse près de celui qu’elle aime. Je souris. Je sentais le Général s’impatienter, je dis à Barth de repartir et de ne jamais revenir. S’il le faisait, il mourrait. Je ne sais pas si je me souviendrai à nouveau de lui. Mes souvenirs s’effacent si rapidement.

« Lyana »

La voix retentit à nouveau m’arrachant à ce qui me reste de souvenirs.

« Majesté »

Je m’assois sur le sol non loin de lui, mais je n’ose pas le toucher de peur de le corrompre. Nous restons un long moment ainsi, immobiles, savourant la présence de l’autre. Puis il commence à me parler, à me raconter comment il a rejoint celui qu’il appelle Lucian, comment il lutte à ses côtés pour la libération d’un peuple. Je l’écoute, me perdant dans ses paroles. Les images qu’ils évoquent me semblent si irréalistes, mais je sais que je les ai connues un jour. Je vis depuis tellement longtemps dans une nuit sans fin…

« Comment est le ciel ?
- Il est d’un bleu profond, il y a quelques nuages blancs. Une légère brise rafraîchit l’air.
- Et le soleil ?
- Il est au zénith. Il fait chaud, c’est l’été.
- Il fait chaud… cela fait si longtemps. Il fait si froid chez moi. Raconte-moi, raconte-moi encore… »

Alors il me parle, sans arrêter. Il me raconte ses vols dans l’immensité du ciel, me raconte la beauté des oiseaux, des animaux, d’une cascade au creux d’une montagne… Je m’abreuve de ses paroles, les yeux fermés et je me souviens des couleurs, des sons, des sensations du vent sur mon visage…

L’obscurité devient soudainement plus dense. Ils arrivent. Je me relève rapidement. Je dis à Majesté de partir au plus vite. Il hésite un instant, je tourne la tête vers lui pour le presser, oubliant que je ne dois pas le regarder. Mais pour la première fois, les ténèbres n’entachent pas tout. Je le vois dans toute sa splendeur, mes yeux se perdent dans les siens. Une larme d’argent coule sur le visage du dragon répondant à la larme d’ombre le long de ma joue. Nous savons que c’est la dernière fois que nous nous voyons.

Saelok, le Général, est maintenant à mes côtés, me pressant de rentrer au château. Il est mécontent, je le sais. Comme il l’est à chaque fois que je m’éloigne. J’avance lentement vers le cœur du plan des cauchemars, ma robe d’ombre formant des volutes à chacun de mes pas, je me retourne une dernière fois. Il y avait quelque chose ici, je le sais, mais je n’arrive plus à me souvenir. Les ténèbres embrument mon esprit, le froid  m’envahit à nouveau.

Hors ligne Sstrad

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 594
    • Voir le profil
Re : Ch. 29 - Pour l'éternité.
« Réponse #1 le: août 03, 2013, 14:02:53 pm »

Bravo.


Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 6 ème: Les ombres de Gibet (Modérateur: Sstrad)  |  Ch. 29 - Pour l'éternité.
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !