gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102303 Messages dans 7481 Sujets par 859 Membres - Dernier membre: uplicle septembre 16, 2019, 06:08:17 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 6 ème: Les ombres de Gibet (Modérateur: Sstrad)  |  Ch. 27 - Cauchemars
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Ch. 27 - Cauchemars  (Lu 928 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Dorothée

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 576
  • Sexe: Femme
  • Pourvoyeuse en M&M's
    • Voir le profil
Ch. 27 - Cauchemars
« le: juillet 03, 2013, 19:16:45 pm »
« Au revoir, Majesté.
- Au revoir, Lyana.
»

Alors, il me laisse sans un regard, sans un mot de plus. Si je ne l’avais pas salué, il ne m’aurait même pas dit au revoir.
Il ne m’a même pas averti qu’il ne viendra pas sur le plan des Cauchemars. Depuis notre retour dans la Tour du Mage de Vigil, je suis devenue une étrangère pour lui. Mais n'ai-je jamais été autre chose ? Il ne m’a accompagné ces derniers mois que parce qu’il le voulait bien.

Adivion ne m’a jamais confié Majesté, il m’a confié à Majesté.

« Peux-tu maintenant me dire qui tu es ?
- Non. Ce n’est que de la curiosité égoïste. Tu vaux mieux que cela.
»

La réponse qu’il m’avait donnée dans le jardin des Adrissant avant de découvrir Caliphas ravagée par les armées de Pétros m’avait convaincu que s’il connaissait chacune de mes pensées, chacun de mes espoirs les plus intimes, et même certains des secrets sur ma nature qui me sont encore inconnus, je ne connaîtrais jamais rien de lui. Et je l’ai accepté. J’ai fait le deuil de toutes mes interrogations pour  me concentrer exclusivement sur les combats à venir. Je devais grandir et j’ai laissé mon ancienne vie derrière moi. Jamais, je ne retournerai à Ravengro.
A présent, seul le 21 Sarenith a de l’importance. N’ai-je pas été créée que pour cette seule journée ? J’ai cessé de maudire ma création et j’accepte mon destin. Je suis même chanceuse, j’ai vécu 18 ans, heureuse au sein d’une famille aimante dans le meilleur village de tout l’Ustalav. Il y a pire sort que le mien.

Adivion… White… Je dois les laisser partir. Ils sont perdus, cela aussi je l’accepte. Sinon, ils deviendraient des faiblesses et je me dois d’être forte. Mais ça fait mal. Je me sens si vide. Ma seule source de chaleur était Majesté mais il m’a laissé et il fait tellement froid. 

Je respire profondément et je m’avance vers le portail à la suite de Céléna, Bartholomeu et Forge, non pas Forge, Lucian. Les épaules crispées de la paladine témoignent du mécontentement de Céléna, elle ne veut pas aller sur le plan des Cauchemars, elle est persuadée que nous faisons une erreur monumentale, mais avons-nous le choix ? Si nous trouvons le corps de Tar-Baphon enfermé là-bas, nous pouvons empêcher son retour sur Golarion. Elle est persuadée que nous ne résisterons pas à nos peurs, peut-être a-t-elle raison ? Mais je pense avoir fait le tour des miennes, je les connais et je les ai acceptées : la mort d’Adivion, de White, ma création, mon origine monstrueuse, ma mort programmée… et l’abandon de Majesté.

Nous devons tout faire pour empêcher le retour de Tar-Baphon, tout. Même si nous devons y laisser nos vies, ou nos âmes. Sinon, tout aura été vain, toutes ces souffrances, ces morts, ces drames. Il faut que cela ait un sens. Et j’irai jusqu’au bout, qu’importe le prix à payer.

Les ténèbres nous recouvrent totalement à la sortie du portail, elles sont épaisses, glacées, coupantes. Puis nous découvrons le paysage qui nous entoure, nulle végétation, un sol de poussière grise, une plaine désolée, des centaines de créatures ailées parcourent un ciel crépusculaire. Alors que nous essayons de nous remémorer la carte que le Mage nous a donnée, des petites lumières s’allument une à une, dessinant une route menant droit à un château au loin. Notre destination sans aucun doute. Nous nous mettons à avancer autant physiquement que mentalement quand apparaît sur la route, nous regardant, une créature gigantesque. Un humanoïde cornu qui nous fixe sans ciller. Un général ténébreux. Nous essayons d’éviter son chemin mais celui-ci semble déterminer à nous poursuivre.

Et il réussit. Je me retrouve face à lui, seule. Je n’ai pas le temps de réfléchir au sort de mes compagnons.

« Rejoins-nous ! » Je fais non de la tête.

La créature ouvre sa main gauche. Une chouette à une seule patte apparaît dans sa paume, passant son bec dans ses plumes. White.

« Ne m’oblige pas à la tuer, s’il te plait. Elle est ici, le Mage l’a caché ici. Tu peux la sauver. »

Non. Je ne la sauverai pas. Il ouvre la deuxième main, une bulle de lumière apparaît. A l’intérieur, des volutes de fumées colorées se meuvent avec grâce, le spectacle est superbe.

« C’est la puissance de Majesté. Celle qu’il a perdue quand il a passé les plans. Tu peux lui rendre tous ses pouvoirs. »

Sa voix est douce, tendre, tentatrice. Mais non, je ne dois pas céder.

« S’il te plait. Je ne veux pas te faire souffrir. Tu es comme nous. Tu le sais. »

Il pose sa main sur mon cœur.

« L’obscurité, là, est la même que la notre. Viens avec nous. Nous t’acceptons, nous. Jamais, nous ne t’abandonnerons. Nous ne te jugerons pas. Tu as fait tous les sacrifices pour eux, et ils ne te font pas confiance. Nous demandons qu’à te servir. Tu pourras faire tout ce que tu veux.
-  Vous mentez.
- Non. Nous avons besoin de toi. Tu ne connais pas la puissance que tu renfermes. Ils ont tous peur de toi, mais nous nous serons là, nous t’aiderons. Tu es comme nous. Nous serons ta famille.
- Non.
- Tu seras notre maîtresse. Tu veux que White meurt ? Elle mourra. Tu auras tout ce que tu veux. Tu auras des armées, tu auras le pouvoir.
- Et mes compagnons seront saufs ? Et Tar Baphon ?
- Tu veux qu’ils vivent, ils vivront. Tu veux le corps de Tar Baphon, tu l’auras. Tu peux faire tout ce que tu veux. Tu modèleras la réalité à tes envies.
- Ils seront saufs et Tar Baphon ne reviendra pas sur Golarion ? L’Ustalav sera sauvée ?
- Oui, tu sauveras l’Ustalav. Alors oui ou non ? Rejoins-nous, sois avec nous. Nous sommes les seuls à pouvoir te comprendre.
»

Ses paroles me touchent plus que je le pensais. Il a su lire en moi, il connaît les ténèbres qui m’envahissent. Puis-je refuser ? Il m’offre tout. Je pourrais empêcher le retour de Tar Baphon. Puis-je prendre le risque ? Mais s’il dit vrai ? Si j’accepte, des morts seront évitées. C’est peut-être notre seule chance de réussir. Et s’il ment ? J’ai foi en mes compagnons, ils sauront continuer sans moi, ils accompliront ce que je n’ai pas su faire.

Le général me regarde, White et la puissance de Majesté à nouveau dans ses mains.

« Tu dois me répondre maintenant. Ne m’oblige pas à les détruire. S’il te plait, ne me fais pas faire ça. C’est oui ou c’est non ?
- Oui !
»

Il sourit, satisfait.

L’instant d’après, il est à plusieurs pas de moi face à Céléna, Lucian et Barth. Le combat est engagé, une créature ailée attaque Barth. J’essaie de me précipiter, il ne devait pas les combattre ! Je n’arrive pas à avancer, mon corps est immobile, figé. Je hurle :

« Tu m’as promis que je pouvais les sauver ! Arrête ! »

Personne ne m’entend. Je me brise la voix en hurlant d’arrêter.

Le Général est désintégré par Feu du Soleil, je prends sa place. Céléna me tourne le dos, concentrée sur l’affrontement entre l’Aile Ténébreuse et Barth, et je sais que je dois la tuer.

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 6 ème: Les ombres de Gibet (Modérateur: Sstrad)  |  Ch. 27 - Cauchemars
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !