gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102524 Messages dans 7500 Sujets par 878 Membres - Dernier membre: DaliGlyholi septembre 20, 2019, 03:42:16 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 5ème: Les cendres de l'Aube (Modérateur: Sstrad)  |  Incompréhensions
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Incompréhensions  (Lu 2615 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Bartholomeu

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 125
  • Sexe: Homme
  • "La bonne volonté raccourcit le chemin."
    • Voir le profil
    • Un jour...
Incompréhensions
« le: juin 10, 2013, 01:25:38 am »


Seule. Encore et toujours seule.

À peine suis-je venue m'installer ici à avec mon oncle qu'il a rapidement disparu. Un moment, j'ai eu la présence de White Avaniki jusqu'à ce qu'elle ne disparaisse aussi.
Son caractère bien trempé me rappelait Celena, mais elle me faisait peur des fois. Finalement, bien que jumelles, les trois sœurs sont vraiment différentes. La plus douce est "partie" rejoindre Pharasma. Je crois que le jardin où elle repose lui aurait vraiment plu. Il lui ressemble un peu.

Puis il y'a pas si longtemps, comme pour répondre à mes prières, il est réapparu. Il était entouré de Celena, Lyana et Forge. Faible, venant de revenir de l'au delà, il n'avait pas tellement d'yeux pour moi. Tout les quatre vivaient des moments difficiles et périlleux et avaient quelque chose à partager.

Mais avec moi, que voudrait-il partager, en dehors de mon hospitalité? J'etais jalouse à l'idée qu'elles ne cesseraient jamais de couver Barty. Mais ce soir là, Celena avait plein de questions sur ma famille, sur le cheval Majesté et d'autres questions bizarres sur Petros et Adivion... De son coté, Lyana avait plein de choses a rattraper avec White.

Puis nous avons fini par nous retrouver seuls. J'ai attendu ce moment et je n'ai pas su de quoi lui parler. De ma gifle pour le papillon de maman ou de notre premier et dernier baiser?...
Puis lui aussi m'a parlé d'Adivion et je me rappelle lui avoir répondu un peu sèchement que je savais qu'il ne l'aimait pas.

Le Barty que je connais n'avait pas vraiment changé. Il voulait toujours parcourir le monde, mais ses rêves de verts paysages avaient pris la forme des régions cauchemardesques de l'Ustalav et d'affrontements mortels. Le sol s'est alors ouvert sous mes pieds quand il m'a dit qu'ils partiraient le lendemain en bateau vers Illmarsh.
Je me rappelle ma surprise quand il m'a dit qu'il voulait passer la nuit près de moi. J'ai bégayé que je devais "rester pure" mais c'était ridicule puisque qu'il a passé la nuit assis dans le fauteuil en me tenant la main. Il avait l'air si soucieux... J'ai ressenti une forme de honte d'avoir souvent imaginé qu'il me rejoignait tendrement dans ma chambre. Puis il s'est endormi, tenant toujours ma main. J'en ai profité pour le "soigner" à son insu : utiliser mes "dons" à l'abri des regards est une règle qui est presque comme une seconde peau.
Leur départ fut aussi rapide que leur arrivée. À l'époque, White riait de bon cœur et se moquait de moi et de mes sentiments, selon elle, plus visible que le nez au milieu de la figure. Barty m'avait laissée un parchemin pour le contacter à distance. J'aurais préféré un second baiser...

À défaut, j'ai eu le sémillant barde halfling Dandelion pour des tours de chants privés et des déclamation de poèmes, par un, je cite, admirateur inconnu qui "vous aime".
Ça n'a pas duré longtemps, il m'a semblé entendre sa voix le lendemain soir hurlant qu'un ours (!?) l'avait attaqué...

J'ai revu Barty quatre jours plus tard, accompagné de Celena, d'un vieil homme dérangé et d'une petite fille amorphe. Je sais qu'il ne pouvait pas comprendre que je les laisse pour une robe alors je n'ai pas cherché à me justifier. Barth est encore plus méconnaissable, le combat qu'ils mènent va finir par le tuer : voilà là un ironique point commun que nous partageons. Je ne me fais plus d'illusion sur mon destin et fait que la résurrection de Tarbaphon recquiert des corps Adrissants...
Quand lui et Celena repartirent, il me restait à accompagner le vieil homme à l'hospice et la petite fille et sa petite sœur, frêle bébé, ressuscité par Bartholomeu au refuge de Desna.

Quelle place pouvait-il y avoir pour nous deux au milieu de tous ces drames?

Pourtant, trois jours plus tard, alors que je rentrais d'une soirée accompagnée d'Arwyll Obarskyr, je découvrais qu'il était tous là, avec en plus ce goinfre de Chèvrefeuille. La façon dont Arwyll couve des yeux Celena, alors qu'elle est sérieusement remontée contre lui me fait penser que j'aimerais tant qu'il me regarde de la même manière.

Et puis, contre toute attente, nous avons pu enfin parler, et j'ai enfin eu mon second baiser, que j'ai un peu volé, trop contente qu'il me demande de m'accompagner au grand bal de la comtesse Caliphvaso. Puis mon troisième et mon quatrième. Une fois dans ma chambre, j'ai cessé de les compter. J'avais peur mais je ne risquais rien: le plus généreux des hommes que je connaisse cessait de vouloir aider chaque âme qui vive pour n'aimer que moi.

Puis tout a changé, je crois, après le bal. Barty devenait plus distant qu'auparavant, comme s'il avait vu le diable en personne.

Je comprends qu'il n'est pas venu à Caliphas pour moi, ils continuent toujours leur quête contre la Voie Qui Murmure, un ennemi invisible qui laisse milles embûches pour retarder leurs poursuivants.
Il n'y a pas grand chose que je puisse dire ou faire. Je les vois bien se refermer quand je suis près d'eux. Ils ne me disent pas tout... Je n'ose pas leur demander. Ai-je peur qu'ils n'aient pas confiance en moi?

On ne fait plus que se croiser quand ils parcourent la ville dans le but de libérer Arwyll, prisonnier du seigneur des vampires.
En maigre consolation, il me reste l'encombrante compagnie de Chèvrefeuille, toujours aussi courageux.

Je n'ai pas le coeur à plaisanter avec lui, d'autant qu'il n'est pas drôle.

Ma chambre où je fus si heureuse il y'a plusieurs jours se transforme jour après jour en forteresse de solitude.

Que dois-je faire pour que tu m'aimes ?
Que dois-je faire pour que tu te soucies de moi ?
Que dois-je faire quand la foudre me frappe ?
Et je me réveille mais tu n'es pas là.

Que dois-je faire pour que tu veuilles de moi ?
Que dois-je faire pour que tu m'écoutes ?
Que devrais-je dire quand tout est fini ?
Désolé semble être le mot le plus difficile.


C'est triste, si triste.
C'est une triste, triste situation.
Et ça devient de plus en plus absurde.

C'est triste, si triste.
Pourquoi ne pouvons nous pas en parler ?
Oh il me semble
Que désolé soit le mot le plus difficile
.

Cette angoisse permanente qui ne quitte pas mon ventre.

Et puis tout à coup, un espoir dans la nuit.
Des chevaux approchent. Ce sont eux, je le sens!
J'enfile en manquant de m'aplatir au sol quelques vêtements et me précipite dans l'escalier.
Nous allons pouvoir tout nous dire et tirer un trait sur nos entraves.
Je veux que tu vives, mon bien-aimé. Et je veux vivre avec toi.
Je veux revoir ce sourire qui étais le tien quand nous courrions enfants dans les champs de ton village.

Un fois dehors, c'est un immense carrosse qui se dressent devant moi.
Il s'en dégage quelque chose qui me fascine et m'attire, comme une curiosité morbide.
Je m'approche alors que ma tête me hurle de fuir.

"Non... Je..."



(click to show/hide)
Que chaque rêve soit une étoile brillante dans l'obscurité de la nuit, et qu'il éclaire ta journée

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 5ème: Les cendres de l'Aube (Modérateur: Sstrad)  |  Incompréhensions
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !