gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102245 Messages dans 7462 Sujets par 810 Membres - Dernier membre: Tribal février 16, 2019, 06:34:39 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 5ème: Les cendres de l'Aube (Modérateur: Sstrad)  |  Chap.24: A contre coeur
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Chap.24: A contre coeur  (Lu 781 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Celena

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 170
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Chap.24: A contre coeur
« le: mai 28, 2013, 23:02:46 pm »
Ne me suivez pas.

Céléna sentait ses cheveux claquer au vent.
Lancé au grand galop, Centaure filait droit devant lui, laissant disparaître derrière eux la silhouette désormais  sinistre de l’abbaye.
Elle leur avait demandé de ne pas la suivre. Aucun d’eux n’avait tenté de discuter. Seul le bruit des sabots du cheval d’Arwyll attestait qu’elle n’était pas vraiment seule.
Bien sur, il l’avait suivie.
Elle ne ralentit pas la cadence pour lui permettre de remonter à sa hauteur, il n’accéléra pas la sienne.
Ils chevauchèrent ainsi près d’une demi heure dans un silence absolu, lui toujours en retrait. Elle sentait son regard accompagner chacun de ses mouvements. Il veillait.

Les maisonnées défilaient à un rythme soutenu. Sur leur droite, se découpant sur les eaux scintillantes du lac Encarthan, la silhouette majestueuse des hautes tours de Caliphas. Le jeune homme laissa son regard glisser un instant sur ce tableau avant de reporter son attention sur son unique préoccupation du moment, lancée au grand galop devant lui. En d’autre temps, il eut trouvé ce paysage magnifique, et l’aurait certainement exploité auprès de la gente féminine. Mais ce temps était à présent révolu et lui semblait appartenir à une page de son passé. Il talonna un peu plus son cheval, afin de rattraper ce qui représentait désormais son futur.

Céléna tira petit à petit sur ses rênes. Devant elle, se profilait enfin la statue de Sarenrae.
Sans un mot, elle posa pied à terre et tomba à genoux. Prier. Elle n’avait que cela en tête. Prier pour trouver la force de reprendre la route. Prier pour le repos de son père. Tout simplement prier. Elle sentit la douce chaleur de sa déesse l’envelopper. Feu résonna en elle. Elle lui sourit. Elle n’était pas seule. Non, vraiment pas. Une seconde silhouette se dessinait au côté de sa déesse. Céléna se concentra un peu plus, tentant d’identifier cette aura. Le visage de Iomedaë lui apparut enfin. Elle était venue, en réconfort à sa douleur. 
La jeune femme les remercia du fond du cœur. Elle était pleinement consciente de cet honneur et ne parvenait pas à trouver les mots.
Elle se releva près d’une heure plus tard. Arwyll se tenait debout en retrait, parfaitement immobile.
Il put lire la gratitude dans ses yeux. Sans un mot, elle se dirigea vers l’hospice. Elle avait besoin de se rendre utile, de reprendre contact avec la réalité.
Elle était paladin. Soigner et guérir étaient des miracles à sa portée dont elle entendait partager les bienfaits.

L’après midi s’écoula ainsi. La jeune femme passant de lit en lit, changeant les bandages, soignant, discutant. Elle passa un long moment auprès du vieil Horace, rescapé du massacre d’Illmarsh. Elle avait presque oublié lorsqu’une main sur son épaule la ramena à sa réalité. Arwyll, d’un signe de tête, lui indiqua l’entrée de l’hospice.
Barth s’y tenait.
Une ombre traversa le regard de la jeune femme. Pourquoi était-il là ?  Elle avait espéré qu’on la laisse seule. Juste pour aujourd’hui. Etait-ce donc trop demander ?
Elle se dirigea à contre cœur vers le prêtre.

Désolé, mais…
Il hésita un court instant puis reprit, un ton plus bas.
Nous sommes allés voir Perséus. Il souhaite nous faire rencontrer au plus vite le prince. Mais tu dois être également présente, ainsi que Kendra.
Céléna l’observa en silence. Perséus…Le Prince… elle ne leur attachait aucune importance. En quoi sa présence était-elle indispensable ?
Avez-vous retrouvé Kendra ?
Non.

L’intonation de la voix du prêtre attestait une inquiétude contenue que Céléna releva aussitôt. Elle se concentra mais ne parvint pas à ressentir le lien l’unissant à sa cousine. Que lui était-il arrivé ?
Elle fit signe à Arwyll et emboita le pas à Barth.

Ils ne mirent pas longtemps à revenir au manoir. Leurs compagnons les y attendaient, tournant en rond tel des fauves en cage.
Lyana accueillit le retour de la paladine avec un soulagement non feint et les pressa de retourner au plus vite au temple de Pharasma, ce qu’ils firent.

Moins d’une heure plus tard, ils étaient tous reçus par le Prince.
Barth se lança alors dans un long monologue, décrivant la fin de celle qui fit trembler le royaume entier. Le prince lançait des regards abasourdis vers Perséus, lequel répondait tantôt par un haussement d’épaules, tantôt par un « C’est exact Sir ».
Où est Kendra ?
A la question du Prince, un silence gêné répondit, finalement brisé par Barth.
- Elle demeure introuvable. Il semblerait qu’elle est été enlevée.
- C’est une catastrophe…Elle devait assurer la succession. Si la mort de Carmilla Caliphavso se répand, nous aurons de gros ennuis. Nombre de Caliphavso rêvent de ce pouvoir… Vous !


Céléna ne réagit pas tout de suite à l’interpellation. Son esprit avait suivi de loin ce récit que sa mémoire ne connaissait que trop bien.
Elle se tenait ici parce qu’on le lui avait demandé. Cette salle, cette scène, elle avait l’impression de les vivre au travers d’un voile.
Son corps était présent, mais son esprit avait décroché dès leur entrée. La représentation n’avait jamais été son fort. Aujourd’hui encore moins que tout autre jour.
L’interpellation du Prince l’avait brutalement sortie de cet état de torpeur. Elle le dévisagea, surprise.
- Vous, reprit-il, je vous ai vu l’autre soir chez la comtesse.
- …Oui, Majesté.
Céléna l’observait, se demandant si, en tant que paladine, elle avait (très probablement) manqué à ses devoirs en laissant le prêtre piloter seul cet entretien. Le Prince devait avoir pris ombrage de ce qui avait du être interprété comme du dédain. Elle se prépara donc à une remontrance.
- Déclinez avec précision votre identité je vous prie.
- Saléna Adrissant, fille de Marik Adrissant, frère de Carmilla Caliphavso.

Le prince se redressa, un sourire de satisfaction sur le visage.
Parfait. A partir de demain, vous deviendrez la nouvelle comtesse Caliphavso.

Il fallut quelques minutes à Céléna pour assimiler les propos de l’homme. Cette fois ci, elle était totalement sortie de sa torpeur.
Que venait-il de dire ? Qu’elle allait devenir…qu’elle allait succéder à… Etait-il devenu fou ?
Majesté, pardonnez mon audace mais je connais une personne encore plus proche et bien mieux rompue à ce type de responsabilité.

La jeune femme s’était empressée d’intervenir. Caliphas, les Caliphavso, cette politique. Rien de tout ceci ne la concernait. Ce n’était pas ses affaires.
Le Prince la dévisagea, visiblement agacé, mais elle soutint son regard.
Et bien… quelle est donc cette personne ?
Céléna inspira et se tourna vers Barth.
Je te laisse te présenter…
Le regard du Prince alla de l’un à l’autre, dans l’attente d’explications.
Sir, mon véritable nom est Tobias Adrissant Caliphavso, fils de Carmilla Caliphavso.

Cette annonce fut accueillie dans le silence le plus complet. Seule Céléna poussa un soupir de soulagement.
Il s’en était fallu de peu ! A Barth maintenant de prendre sa place et de décider de cet avenir.
Faites venir mon généalogiste ! commanda le prince, d’une voix que la colère faisait vibrer.
Un vieil homme ne tarda pas à entrer et s’inclina respectueusement.
- Carmillla Caliphavso a-t-elle eu des enfants ?
- Heu…non. Pas que je sache Monseigneur.
- Il y a un moyen de le prouver.

Céléna était de nouveau intervenue, aux aguets.
- Et comment ?
- Par un vampire. Ce n’est pas cela qui manque et vous aurez la preuve irréfutable de l’ascendance de Tobias.
- La parole d’un vampire n’a aucune valeur ! Cet argument n’est pas recevable ! Nul ne connaît votre existence, lança-t-il à Barth. De ce fait, je vous nommerai demain devant le peuple, comtesse de Caliphas
, asséna-t-il en plantant son regard dans celui de la paladine.

Céléna sentit le sol s’ouvrir sous ses pieds.
Le cauchemar de cette journée ne semblait plus avoir de fin.

Egalement, reprit le Prince, faites savoir à Ludvik que je suis enclin à une réunion, demain soir, après la cérémonie. Qu’il choisisse le lieu. Maintenant, veuillez disposer.

Le retour vers le manoir se fit dans le silence le plus complet. Un bruit de sabots au galop les sortit de leur mutisme.
L’instant d’après, ils se trouvaient encerclés par une dizaine de cavaliers arborant les armoiries des Caliphavso. Un homme à la tignasse rousse se détacha du lot.
D’une agressivité non dissimulée, il exigea qu’on lui remette Kendra Adrissant. A ces mots, Céléna s’interposa, comprenant que se tenait devant elle l’un des Caliphavso évoqué par le Prince. L’homme, avide et arrogant, tablant sur son pouvoir et ses hommes, n’avait même pas attendu la confirmation de la mort de Carmilla.
Céléna s’appuya dessus pour remporter la joute verbale, parvenant à ébranler l’homme sur sa certitude quant au décès de sa tante. Son teint, déjà fort pâle, vira définitivement au blanc lorsqu’elle lui proposa de se rendre au Manoir Léthéan. 
Furieux de sa mise en déroute, il ordonna le repli à grand renfort de bruit et de poussière.

Ils regardèrent leurs assaillants s’éloigner et rentrèrent aussitôt à l’abri du Manoir Adrissant.
Comment diable la nouvelle s’était-elle déjà répandue ?
Céléna retourna en boucle cette interrogation lorsqu’elle s’immobilisa soudain. Son sang ne fit qu’un tour.

Léonard… 
« Modifié: mai 28, 2013, 23:06:46 pm par Celena »
Celena

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 5ème: Les cendres de l'Aube (Modérateur: Sstrad)  |  Chap.24: A contre coeur
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !