gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102532 Messages dans 7505 Sujets par 885 Membres - Dernier membre: Jamesnitte septembre 22, 2019, 20:47:30 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 5ème: Les cendres de l'Aube (Modérateur: Sstrad)  |  Chap.23: Les liens du Sang
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Chap.23: Les liens du Sang  (Lu 1068 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Celena

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 170
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Chap.23: Les liens du Sang
« le: mai 13, 2013, 01:46:48 am »
Arwyll, Forge, aidez-la à avancer.

Les parois humides de la crypte et ses voûtes centenaires renvoyaient l’écho de la voix du jeune prêtre.
Elle sentit une main puissante se poser sur son épaule droite tandis qu’un bras enlaça sa taille, la soulevant presque.
Elle progressait dans un état second, se laissant guider. Tout lui semblait sombre, diffus, difforme.
Le lien, brutalement renforcé, lui permettait de déceler les voix intérieures de ses compagnons lui murmurant leur soutien. Seul le silence leur répondait. Elle n’était plus en état de penser et encore moins de parler.
Elle ne souhaitait qu’une chose : que tout s’arrête. Que ce cauchemar cesse enfin.
Ces derniers jours l’avaient mise à rude épreuve. Les révélations de Carmilla, la vérité sur sa mère, la captivité d’Arwyll, leur lutte pour le sauver. Jusqu’à cet instant où la vie, sans crier gare, lui rendait un père qu’elle avait enterré quinze ans auparavant.
Avant de le lui reprendre de façon encore plus brutale.

Elle avait tout fait pour prendre sur elle, rester forte. Ses peurs, ses doutes, sa colère. Jour après jour, elle avait étouffé tous ces sentiments, offrant à ses compagnons un masque impassible, illusion pathétique d’une âme tranchée à vif. Allant jusqu’à se maitriser face à l’assassin de sa mère, lui parlant comme si rien ne s’était jamais produit.

Céléna se tint soudainement le ventre et n’eut que le temps de faire demi-tour.
S’appuyant au mur, elle vomit jusqu’à se retourner l’estomac et se bruler la gorge. Se redressant péniblement, elle prit alors conscience de la présence d’Arwyll à ses côtés.  Elle ne s’était même pas rendue compte qu’il lui avait maintenu les cheveux en arrière.
La jeune femme plongea son regard dans l’océan bleu de ses yeux et y découvrit une douceur jamais ressentie alors. Il l’observait, silencieux. Il était la seule personne présente avec laquelle le lien n’existait pas et pourtant, les mots étaient inutiles. Elle ressentit un voile protecteur l’envelopper. Sans un mot, elle chercha refuge dans ses bras qu’il referma autour d’elle.
Le contact de son visage avec le froid de l’armure la fit frissonner.
Arwyll la serra un peu plus, passant doucement une main dans ses cheveux. Céléna sentit le souffle chaud du paladin glisser sur son cou. Elle enfouie un peu plus son visage, masquant ainsi la nouvelle vague de larmes qui la submergeait.

Les dernières heures écoulées firent brutalement irruption dans son esprit.
Leur combat quasi désespéré face à Radvir, la colère froide de Ludvic devant la culpabilité accablante de son fils. Leurs vies à tous suspendues à l’hésitation du vampire de faire disparaître tous les témoins. Puis la révélation qui bouleversa la jeune femme : le sang frais d’un Adrissant présent dans le breuvage libérateur de vampire. Un sang de la même génération que Carmilla et Adivion. Il n’existait qu’une personne répondant à ces critères : son père. Son père mort voilà quinze ans.
La noirceur de la ville souterraine laissa soudainement place à la chaleur ensoleillée du jardin de Carmilla.

Carmilla… Céléna était convaincue qu’elle était la seule personne capable de ramener son père. Car il s’agissait bien de lui. Elle avait payé l’information de son sang le matin même. Il était en vie. Insidieusement, l’espoir fou de le revoir, de le sauver, avait peu à peu pris place dans le cœur de la paladine. La vie lui rendait ce qu’elle lui avait arraché des années plus tôt. Et elle ferait tout pour le sauver. Oui. Tout. Y compris demander l’aide de l’assassin de sa mère.
Carmilla, cette femme qu’en dépit de tout, elle n’était jamais parvenue à haïr.
L’amour sans égal qu’elle portait à son frère la rendrait encore plus redoutable, plus puissante. Elle saura le ramener. Peu importe la forme. Tout ce qu’elle voulait, c’était qu’il vive.

Puis l’altercation entre Carmilla et Forge. Les instants où Céléna crut devoir ramener le corps démembré du forgelier. Son intervention pour calmer sa tante et protéger son compagnon de route. L’équilibre dangereux des révélations. Accepter de la main droite le sceau des Caliphvaso tout en cachant dans sa main gauche celui de Ludvic.
Devenir pour quelques heures la représentante des deux plus puissants partis de la ville, avec tout ce que cela impliquait en conséquences.
Oui, elle ferait tout pour le sauver.

Puis cette vision d’horreur. Cette masse de chair et de sang informe. Les mots de Feu lui annonçant ce qu’elle redoutait d’entendre.
C’est Marik. C’est ton père.
Elle s’était préparée à le trouver blessé, écorché. Mais rien ne peut vous préparer à cette vision. Cela dépassait les pires barbaries qu’elle eut vues. Combien de temps, combien d'années a avoir été saigné comme un animal, au point d’en perdre apparence humaine.
Carmilla… Elle était la grande prêtresse d’Urgothua, elle saurait quoi faire. Elle saurait quelle magie utiliser.
Tout pourvu qu’elle lui redonne forme humaine, qu’elle fasse cesser cette abomination.

Céléna rouvrit ses yeux baignés de larmes. Elle avait tout imaginé, tout sauf ce qui allait se produire.
Elle reposa sa tête contre le froid de l’armure, cherchant volontairement cette fois une source de fraicheur, comme pour apaiser les visions.
Elle ressentie le soulagement éprouvé lorsque Carmilla apparue enfin dans la crypte, face à Marik. Ce dernier, de reconnaître sa sœur et tenter de se redonner un simulacre de forme. Son intuition ne l’avait pas trompée. Carmilla était bien la seule personne à pouvoir le ramener. Les attaques avaient cessé, cédant la place à un silence quasi religieux. Elle revit Carmilla s’approcher, lentement, puis, poser les mains sur son frère en lui parlant d’une voix emplie d’un amour que les années n’avait jamais flétri.
Ce sentiment étrange qu’elle avait ressentie devant ce spectacle. Elle comprenait soudain pourquoi elle n’était jamais parvenue à la haïr.
Fratricide ou non, cet amour qu’elle savait réciproque, était pur et sincère. Elle l’avait compris dès sa première rencontre avec Carmilla. Seuls les convenances sociales et le souhait de vengeance l’avaient empêchés d’accepter cet état de fait.
En cet instant, devant eux, elle s’était enfin sentie en paix avec elle-même. Elle leur souhaitait un bonheur sincère. Elle pardonnait.

C’est alors que ce produisit l’impensable. Elle vit avec horreur le sang de Marik recouvrir peu à peu Carmilla. Cette dernière ne bougeait pas, se laissant littéralement mourir. Céléna ouvrit la bouche pour lui hurler de reculer, de se défendre, mais nul son n’en sortit.
Dans une vision de cauchemar, elle vit leurs corps s’unirent une ultime fois avant de fondre en une gigantesque mare de sang.
Après 400 ans de règne incontesté sur la ville, Carmilla Caliphasvo venait de disparaître à jamais.
Un silence de mort s’en suivit. Elle se revit marcher jusqu’à ce sang, tomber à genoux puis pleurer.
Elle avait tout imaginé. Tout. Sauf ça. Carmilla n’avait pas choisi de le sauver, mais le repos éternel pour son frère et elle. Une vie où plus rien ne les séparerait.

Il faut y aller…
Ces mots, murmurés doucement à son oreille la sortirent de cette ultime vision.
Arwyll l’observait. Elle décela dans son regard un mélange d’inquiétude et de tendresse qui lui donna le courage de se redresser.
Elle acquiesça d’un signe de tête.  Il passa de nouveau son bras autour de sa taille.
Lentement, ils remontèrent l’étroit escalier les ramenant vers la lumière du jour.
Céléna jeta un ultime regard en arrière.

Plusieurs mètres en contre bas, dans les entrailles noires de la crypte, reposait désormais pour l’éternité  le dernier membre de sa famille.
« Modifié: mai 13, 2013, 08:41:18 am par Celena »
Celena

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 5ème: Les cendres de l'Aube (Modérateur: Sstrad)  |  Chap.23: Les liens du Sang
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !