gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102316 Messages dans 7472 Sujets par 915 Membres - Dernier membre: pepeARea novembre 13, 2019, 15:25:21 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Alcuin  |  Comptes-rendus (Modérateur: Alcuin)  |  Compte rendu de la séance du 5 février 2013
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Compte rendu de la séance du 5 février 2013  (Lu 1069 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne fredyl

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Compte rendu de la séance du 5 février 2013
« le: février 21, 2013, 03:09:27 am »
15 mars 1925

En dépit de ses rhumatismes, Lord Carnegie, le millionnaire philantrope bibliophile, président-fondateur de la fondation Carnegie, a fait le déplacement en toute hâte jusqu'en Egypte afin de reconstituer ses troupes décimées. Il constitue sa cellule de crise au Caire dans la salle de réunion du consulat britannique et réunit autour d'une table le consul Edward James, un sexagénaire aux cheveux blonds, un officiel américain expert en diplomatie et en espionnage du nom de J.E. Hoover qui se tient dans l'ombre, ainsi qu'un redoutable espion anglo-égyptien à la peau mate, le journaliste Nigel Wassif. Après une longue discussion avec ces dignitaires, lord Carnegie range dans sa serviette en cuir un dossier sur lequel est écrit en groses lettres "MEAT-3", tandis que le consul demande à son huissier de faire entrer les quelques personnes qui patientent dans l'antichambre depuis une trentaine de minutes et qui ont été convoquées en urgence.

La mine sombre et le regard grave, Lord Carnegie a tenté de constituer avec l'aide de ses acolytes une nouvelle escouade d'agents spéciaux, prêts à reprendre le flambeau vacillant d'une lutte acharnée contre les ombres qui planent :

- Il y a là le duo de baroudeurs composé de Mark Rampage (l'écrivain-voyageur quinquagénaire) et de James Starkweather (le mâle alpha bourlingueur), la tête et les jambes comme aime à les surnommer Lord Carnegie qui leur a déjà co-financé quelques expéditions par le passé. Peu orthodoxes dans leurs manières, mais toujours prêts pour l'action. Leur mission actuelle en amont du Nil, visant à retrouver une ancienne cité égyptienne ensablée depuis des siècles au bord d'un bras asséché du fleuve patine (ou s'enlise) depuis plusieurs semaines.
- Il y également Farah Al Azziz, un nationaliste égyptien à la plume acerbe recruté comme homme de terrain en dépit de sa morgue insupportable et de son caractère de chacal.
- Il y a enfin Jenny Douglas, une jeune journaliste aux yeux pétillants de malice et aux allures de jeune stagiaire, mais en qui Lord Carnegie fonde pourtant beaucoup d'espoirs au vu des notes secrètes que lui a communiquées Nigel Wassif et qui font état d'un quotien intellectuel hors normes chez cette jeune femme brune.

Une équipe faite de bric et de broc. Et pourtant, Carnegie n'a plus le choix. Il faut convaincre ces personnes de partir en mission suicide. Immédiatement. Et à tout prix. Sans pour antant leur occulter la part de danger. Il propose tout de go une rémunération pharaonique à ces nouvelles recrues. Il leur promet gloire et ascension sociale rapide. Tous acceptent. C'est sous les yeux éberlués de Rampage et le regard réprobateur d'Al Azziz que la jeune stagiaire a droit à un entretien privé avec Nigel Wassif, qui lui communique les notes et documents de l'expédition Moore-Brabazons (le charismatique parlementaire britannique, récemment disparu avec ses acolytes). Il lui joint également les notes de l'équipe Bennett d'Amérique, insistant sur le fait qu'elle y trouverait une mine d'information utiles à sa compréhension de sa dangereuse mission, dont les ramifications seraient internationales.

Jenny Douglas en ressort déterminée et motivée, consciente qu'il y a là des enjeux qui dépassent la compétence d'une simple enquête journalistique. Starkweather a tôt fait de comprendre que les responsabilités au sein de cette cellule spéciale seront réparties entre elle et lui. Il se doute que Jenny Douglas est bien plus qu'une simple stagiaire, tandis qu'Al Azziz demande pourtant avec aplomb à la pauvre Jenny Douglas d'aller lui chercher son café ! Starkweather aura la responsabilité logistique des opérations, tandis que Rampage sera la voix de la sagesse et Douglas l'éminence grise.

Après avoir été informés de façon un peu plus détaillée de l'importance de leur nouvelle mission, Starkweather et Rampage ont accepté de prendre sous leur aile Jenny Douglas et Farah El Azziz afin de constituer une cellule d'enquête privée adoubée par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis d'Amérique ! Leur mission première sera d'aller négocier avec un groupe d'illuminés réactionnaires à l'intérieur même de la pyramide de Dahshour. Un combat féroce se joue en effet dans l'ombre depuis quelques temps déjà, et cette secte de néo-pharoanistes a proposé une trêve à Carnegie en faisant parvenir à ses acolytes un message sur une tablette d'argile !!! Lucide, Carnegie y voit la preuve que cette secte qui se fait appeler Confrérie du pharaon noir n'est pas totalement sûre de sa force en dépit de ses récents succès, et quelle n'est pas non plus à la page (tablette oblige...). Alors, il s'est résolu à jouer un coup de poker, en envoyant au casse-pipe cette nouvelle équipe constituée avec les moyens du bord. Après tout, il a plus a y gagner qu'à y perdre... Si c'est un traquenard, la perte sera minime. Dans le cas contraire, il y glanera de précieuses informations... Et qui, sait, cette nouvelle équipe pourra peut-être faire des miracles, là où d'autres, pourtant bien meilleurs, ont échoué.

Dans la nuit, la nouvelle cellule spéciale de Carnegie, qui répond au nom de code MEAT-3 (Maillons Elite Anti Terreur - 3e unité) se plonge avec avidité, voire frénésie, dans les notes et documents de travail appartenant aux cellules défaillantes MEAT-2 et MEAT-1.

16 mars 1925

C'est les yeux encore bouffis de sommeil que la nouvelle équipe se retrouve le lendemain matin à l'aube dans une cour du consulat britannique en pleine effervescence. Nigel Wassif présente à la nouvelle équipe Ali Kaffour, un brillant universitaire au regard emprunt de gravité qui leur parle sommairement de Nephren Ka, le pharaon noir, ainsi que de Sinefru, qui vainquit en son temps le pharaon noir avec l'aide de la déesse Isis. Il insiste sur la dangerosité des sectataires de cet avatar de Nephren Ka. Et les accompagnera dans la pyramide de Dahshour.

En tant que responsable de la partie opérationnelle de l'expédition en direction de la pyramide de Dahshour, James Starkweather redouble d'attention avec les préparatifs, et donne ses consignes d'une voix assurée à la douzaine de soldats britanniques qui finissent de préparer le convoi (3 camions et 2 voitures). Tentes, dynamite, cordes, armes, réserves d'eau et de nourriture, pieds de biche, pelles, pioches, larges échelles, fils, matériel sanitaire, lampes, alcool, papier, appareils photo, plan de la pyramide, des poutres pour étayer si besoin...il ne manque rien. Le convoi se met en route. Avec son regard d'aigle, Starkweather qui pilote l'un des véhicules aperçoit pourtant assez rapidement dans son rétroviseur une fine colonne de poussière, loin derrière. Assurément pas une tempête de sable. Le convoi est il suivi par les sectataires du pharaon noir ? Par des archéologues ? Difficile à dire et impossible d'en savoir davantage pour le moment.

A quelques hectomètres de l'entrée de la pyramide, un contrôle militaire. Le convoi stoppe au bout de la piste, et l'équipe se déploie devant l'entrée de la pyramide. Les militaires présents, le visage anxieux demandent de faire preuve d'un maximum de prudence car ils entendent des bruits bizarres au sein de la pyramide depuis quelques jours. Probablement des éboulements. L'équipe, accompagnée de quelques uns des militaires britanniques, pénètre dans la pyramide avec prudence. Le lieu de rendez-vous étant particulièrement insolite, l'équipe se tient parée à toute éventualité. Pourtant il y a une éventualité qui n'avait pas été prévue : après avoir déambulé dans les trois salles et les divers couloirs répertoriés dans le plan officiel de la pyramide, ils repèrent un mur coulissant, qui a manifestement été dégagé très très récemment. Emboîtant le pas au caporal John, l'un des britanniques de l'escorte, la petite équipe pénètre ainsi dans un couloir non répertorié sur le plan... Le couloir aboutit à un escalier en colimaçon. Les hiéroglyphes ornant ce passage ont été abîmés non par l'usure du temps mais par une suie noire présente un peu partout.

Après avoir franchi une arche, les explorateurs pénètrent dans une nouvelle salle, absolument stupéfiante ! Ali Kaffour pointe du doigt quelque chose d'incroyable : sur le côté droit de la salle, six pyramides miniatures inversées lévitent à environ un mètre du sol. Aucune explication à ce prodige magnétique, car ce n'est pas un trompe-l'oeil. Au centre de cette pièce se dresse un trône noir, monté sur une petite estrade, avec quelques bas reliefs parfaitement conservés. Et ce n'est pas tout... Une étrange lumière surgit de nulle part et fausse les repères spatiaux des explorateurs, leur procurant quelques instants une sensation de vertige épileptique. Tandis que Starkweather prend son papier calque et duplique les divers hiéroglyphes et que Rampage prend tout un tas de photos, Farah El Azziz se met aussitôt à déchiffrer les bas reliefs, avec l'aide de Ali Kaffour. Il y est question de la naissance prochaine du fils du seigneur de la montagne du vent noir. Une naissance qui serait elle-même précédée d'un grand cataclysme. Un autre aspect de cette mystérieuse salle suscite la curiosité des explorateurs : Sur l'un des murs figure une grande carte stellaire avec la position de diverses planètes indiquées sur un diagramme. Sur un autre mur, là encore, une carte du monde d'une grande précision, avec trois rubis polis en forme de triangle incrustés en trois endroits précis du planisphère : en mer de chine orientale, en Australie occidentale et au Kenya. Un morceau de bois noir incurvé et manifestement imputrescible est également incrusté sur la carte, et sa forme en arc de cercle laisse à supposer qu'il s'agirait de la représentation d'une éclipse solaire.

C'est alors que résonne une voix d'outretombe, surgie de nulle part ! Soyez les bienvenus chez moi...

« Modifié: février 21, 2013, 18:42:17 pm par fredyl »
J'ai un plan !

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Alcuin  |  Comptes-rendus (Modérateur: Alcuin)  |  Compte rendu de la séance du 5 février 2013
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !