gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102247 Messages dans 7462 Sujets par 810 Membres - Dernier membre: Tribal février 22, 2019, 02:52:42 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 4ème: Le réveil du guetteur (Modérateur: Sstrad)  |  Rêve ou souvenir ?
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Rêve ou souvenir ?  (Lu 618 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Sstrad

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 594
    • Voir le profil
Rêve ou souvenir ?
« le: février 06, 2013, 21:34:16 pm »
Ténèbres, vous qui annoncez la nuit et qui accompagnez le guerrier dans son dernier repos, hantez encore un peu le sommeil
de celle qui s’endort sous le saule. Hantez le jusqu’à ce que  la toile d’ébène qui apprête l’âme aux rêves se rompe peu à peu,
laissant place à un lent tourbillon de jaune pastel qui s’effrite à rebours, recomposant morceaux après morceaux une scène depuis longtemps oubliée.

C’est l’été et le temps est chaud. Le vent ne souffle pas sur la plaine verdoyante. Les chevaux sauvages paissent paisiblement prêt de l’étang.
Voyez cet homme assis sur un tronc déraciné. . Des perles de sueur gouttent sur son front et sous sa chemise de coton qu’il porte ouverte
sur la poitrine. Son pantalon de cuir souple taillé dans la peau d’une jeune biche descend dans des bottes doublées d’écailles de serpent.
Il semble âgé d’une trentaine d’année. Son visage est ovale et régulier. Ses boucles noires et ses lèvres fines achèvent un portrait de prédateur.
Pourtant ce visage austère contraste avec l’iris violet de ses yeux rieurs. Il observe une petite fille qui court derrière un papillon,
un filet dans ses petites menottes. Elle ne doit avoir guère plus de quatre ans, et sa robe blanche brodée de fleurs traine dans les herbes trop hautes.

« Saléna, fais attention à ne pas tomber ! » crie-t-il, les deux mains en porte-voix, plus par habitude que par réel inquiétude.
La petite chasseuse lance un « oui papa » sans même se retourner, et continue sa course-poursuite effrénée. Son père sourit.
L’enfant fait un crochet pour éviter une branche et abat son filet sur le lépidoptère aux ailes bleu lavande.
Elle glapit de joie et appelle son père qui se lève souplement et la rejoint.

« p’pa t’as vu mon papion ? » demande –telle, souriant. L’homme se penche vers elle et finit par poser ses genoux à terres.
Son bras enserre doucement la petite fille. « Oui ma puce. Il est très beau. » Il inspire lentement avant de poursuivre, « Et que vas-tu en faire ? ».
Ses yeux fixent son enfant avec beaucoup d’amour. Elle hésite. Elle regarde son papillon, capturé l’instant d’avant. Les ailes d’écailles tremblent doucement,
prisent dans les mailles. L’insecte lui fait l’effet d’un poisson qui agonise sur une étale du marché. Elle en a vu un hier, qui gigotait sur la table du poissonnier.
Elle l’avait trouvé rigolo avec ses gros yeux ronds et sa bouche qui s’ouvrait et se refermait comme la mécanique d’une horloge cassée.
Elle avait tendu sa petite main pour le montrer du doigt à son père, juste avant que le poissonnier n’abatte son couperet d’un coup sec, et ne lui coupe la tête.
Après le poisson n’a plus bougé du tout.

Elle ne veut pas lui couper la tête, à son joli « papion ».

« Saréna sait pas » dit-elle timidement.  Son père la regarde avec un défi dans les yeux. Elle ne le comprend pas encore, mais il est entrain de la tester.
« Moi non plus, je ne sais pas. Il faut que tu décides ». La petite fille se mordit les lèvres. Ses yeux se portèrent à nouveau sur le papillon.
Elle voulait le garder avec elle. Et puis elle repensa au poisson. Le papillon gigotait sous son filet, comme le poisson sur la table du marché.
Lentement, elle souleva son filet et laissa l’insecte prendre son envol. Elle sourit, révélant deux petites incisives manquantes. 
L’homme lui sourit à son tour et passa une main chaude dans les cheveux, puis la souleva par sa petite taille et commença à danser avec elle
en la faisant tourner et virevolter. Saléna gloussa de plaisir, elle adorait quand son père la faisait tourner.
« Saléna, ta grand-mère serait fière de toi ! Un jour, je te promets, nous prendrons le bateau et nous irons lui rendre visite.
Tu verras qu’elle fait un chocolat encore meilleur que celui de papa. Vient, on rentre maintenant, maman nous attend ! ».
Alors que l’enfant glisse sa main dans celle de son père, la scène s’éloigne. Kaléidoscope de couleurs, se décomposant à nouveaux en myriades de fragment.
Les ténèbres du sommeil reviennent peu à peu. Emplissant le néant de celle qui dort sous le saule.

Soudain, une lueur. Infime d’abord. Un faisceau de lumière qui découpe la toile obscure comme une plaque d’acier fondant sous le feu ardent.
En ombre chinoise, un croissant de lune apparait peu à peu. Un être de brasier millénaire perforé de mille feux. En lui coule la sagesse d’un Dieu aujourd’hui disparu.
Dans ses nervures métalliques se cache l’histoire de ceux qui ont jurés la perte des ténèbres. De ceux qui ont donnés leurs vies pour que disparaisse celui
qui voulait tuer un Dieu. Un feu noir dans le cœur du soleil.

« Je suis Feu du Soleil, et je suis ton héritage, Saléna Adrissant.»
« Modifié: février 27, 2013, 00:59:14 am par Sstrad »

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 4ème: Le réveil du guetteur (Modérateur: Sstrad)  |  Rêve ou souvenir ?
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !