gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102281 Messages dans 7471 Sujets par 812 Membres - Dernier membre: Tomar juin 16, 2019, 09:46:10 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 4ème: Le réveil du guetteur (Modérateur: Sstrad)  |  Chap. 16 : "Isolement"
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Chap. 16 : "Isolement"  (Lu 664 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Celena

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 170
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Chap. 16 : "Isolement"
« le: février 05, 2013, 00:53:06 am »
« Tu n’es pas digne de me porter »

Les mots de Feu du Soleil résonnaient en boucle dans son esprit, martelant sans relâche son âme.
Ces mots l’avaient blessés bien plus profondément que les brûlures endurées.

Céléna se tenait à l’écart du groupe, tapie dans les ombres de la nuit, loin de la douce chaleur du feu. Elle resserra ses bras, ramenant encore un peu plus ses jambes vers elle.
Un vent frais s’engouffra dans les plis de son habit, la faisant frissonner.
Son armure gisait sur son côté, auprès du fourreau de l’épée sainte.
Les marques d’affection de ses compagnons l’avaient touchée. En ces terres de désolation où l’horreur ne semblait plus connaître de limites, ils étaient devenus ses repères, le souvenir d’un monde qui lui semblait si lointain aujourd’hui. 
Elle laissa errer son regard puis ferma les yeux. Vigil… ses pierres si blanches…sa verdure, son fleuve…
Mais ces images s’estompaient tels des mirages appartenant à une autre vie.
La terre désolée de l’Ustalav, cette odeur omniprésente de sang, de mort et de violence teintait son quotidien depuis de si longues semaines maintenant. Elle sentait chaque fibre de son corps imprégnée de ce mortel parfum. Ils avaient traversé tant d’épreuves, versés tant de larmes.

Chaque nouvel échelon les enfonçant un peu plus dans l’horreur, lui laissait entrevoir toute la noirceur naissant des âmes faibles et ignorantes.
Le massacre du temple lui revint. L’image de Lyana tirant à feu nourri à travers la foule. Cette vision la hantait. Par la violence du geste, mais surtout pour toute la souffrance qu’il illustrait. Les traits de ces flèches étaient autant de hurlements intérieurs trop longtemps contenus, de douleur, de colère, de deuil. C’était cette aura là qui hantait le souvenir de la paladine.
Lyana… Elles n’avaient plus vraiment besoin de se parler pour se comprendre. Et la souffrance qui s’était dégagée d’elle en cet instant avait figé Céléna. Non elle ne lui en voulait pas. Elle serait bien incapable d’en vouloir à l’un d’entre eux.
Comment sortir indemnes de ces épreuves ?
Ils s’étaient endurcis, la désinvolture avait cédé la place à la méfiance, les rires au silence, le bonheur aux larmes. Non, ils n’en sortiraient pas indemnes.

Son regard se posa sur Feu du Soleil.
En plein combat rapproché, alors qu’elle portait assistance à Lyana et Barth, l’épée s’était rebellée, rentrant de son propre chef dans son fourreau, assenant ainsi sa sentence.
Elle jugeait la ranger et le prêtre responsable de ce massacre et refusait de les sauver.
Céléna se souvint de sa surprise puis de sa colère.
Posant sa tête sur ses genoux, elle contempla en silence l’arme sainte posée à sa droite.
Ce sentiment de joie lorsque l’épée lui avait parlé pour la première fois…
Elle n’était plus seule… Feu du Soleil la testerait avant de lui accorder sa confiance. Et Céléna s’était inclinée, patientant, jour après jour, semaine après semaine.
Elle avait bien songé lui parler, mais le test était-il fini ? Feu du Soleil le lui aurait fait savoir.
A Vigil, on vous enseigne la patience et le respect de vos ainés. Elle patienterait donc…
Et le temps s’était ainsi écoulé, jusqu’à ce jour, jusqu’à cet énième village rongé par la folie.
Non Lyana. Non Barth. Vous n’êtes pas les seuls responsables. En d’autre temps, elle aurait pris la tête de l’équipe. En d’autres temps, elle serait passée devant les autres et tout aurait été différent. Mais elle ne l’a pas fait. Parce qu’au fond d’elle-même, elle ne voulait pas sauver ces âmes misérables, ces assassins silencieux et croyants.
Par son retrait, elle les avait condamnés. La suite, ils ne la connaissaient que trop bien.
Elle fixa de nouveau l’arme. Le sentiment de trahison qui l’avait habitée, l’avait désertée à présent, laissant un vide immense.
Elle sentait l’aura de sa déesse l’envelopper. Elle aurait du anticiper.
Les tableaux de Caliphas… Feu du Soleil aux mains du premier paladin d’Aroden…
Cette arme était portée vers le culte de Iomédae. Le conflit avec son propre culte, beaucoup moins enclin à la clémence, n’était qu’une question de temps. Et le problème s’était posé dès le lendemain, ici, à Illmarch.

Pourquoi avoir hérité de cette arme ?
Céléna tendit la main en direction de l’épée. Elle suspendit son geste. Puis se ravisa.
Adivion s’était trompé. Il n’avait pas choisi le bon porteur. Pensait-il qu’elle renierait son temple ? Qu’elle changerait de déesse pour manier une épée ? Comme Salé avait…
Sa pensée resta en suspend.
Salé… elle était passée au culte de Iomedae. La jeune femme accusait encore mal le cou. En réalité, elle avait même tenté d’en faire abstraction. D’oublier… d’oublier aussi sa froideur à son égard. Etait-ce ce changement ? Ne représentait-elle plus rien aux yeux de celle qui fut secrètement son exemple ? Cette vision lui avait fait l’effet d’un coup de poignard.
Puis il y avait eu ce tableau, chez Kendra. Cette belle jeune femme d’environ trente ans, nommée Saléna. La vieille Salé…
L’image de Feu du Soleil se brouilla. Des larmes glissaient silencieusement sur ses joues.

« Qui suis-je ? » lui demanda-t-elle dans un souffle.

Forge se redressa. Il lui avait semblé entendre un bruit.
Un regard circulaire sur ses compagnons le rassura. Chèvrefeuille s’était endormi du sommeil du juste. Bath et Lyana, vaincus par la fatigue, avaient également finis par sombrer dans le pays des rêves. Et Céléna…
Le forgelier ajusta sa vue. Il distinguait sa silhouette blanche recroquevillée sur elle-même au pied d’un arbre, à l’écart de leur campement. Comme elle paraissait petite et vulnérable…
Il vit son bras glisser lentement vers le sol. Elle devait enfin dormir. Il n’osa pas bouger pour vérifier et se remis à sa tâche.

Centaure tendit doucement l’encolure vers sa nouvelle maitresse. Au moment de l’effleurer une lueur dorée au sol le fit reculer. Feu du Soleil brillait dans son fourreau, clairsemé des larmes mourantes de la paladine, tandis que glissaient lentement de sa main endormie deux magnifiques pendentifs.
Celena

Hors ligne Celena

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 170
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Songe et Révélations
« Réponse #1 le: février 21, 2013, 00:42:33 am »
Que cette douce chaleur était agréable…
La jeune femme tendit un peu plus son visage  vers le soleil, comme pour en absorber l’énergie. Curieuse sensation d’ailleurs.
Comment pouvait-il briller ainsi en pleine nuit ?
Pourtant, il était bien là, elle en était certaine.
Elle le touchait. Il l’enveloppait.

Nous pourrions fusionner…

Elle se raidit. Avait-elle bien compris ?
La chaleur se fit plus oppressante, s’enroulant tel un serpent de feu autour d’elle.
Elle tenta de se dégager. Trop tard.

Nous avons déjà commencé… Tu ne t’es rendu compte de rien ?

Son poul s’accéléra. Non, elle ne s’en était pas aperçue. De quoi parlait-il ?
Elle tenta une nouvelle fois. En vain.
Il l’entourait, ne lui laissant aucune chance. Elle essaya de se lever, mais n’y parvint pas.
Elle chercha du regard l’aide du forgelier. Mais l’obscurité la plus totale l’entourait.
Elle inspira alors profondément, tentant de remettre de l’ordre dans ses idées.
La fuite était inutile.

Que m’arrivera-t-il ? lui demanda-t-elle en le regardant droit dans les yeux.
Il lui sourit.
Nous ne ferons plus qu’un. Tu auras accès à toute ma puissance. Je connaitrai tout de ton cœur et de ton âme. Seule Pharasma pourra nous séparer.

Elle observa le jeune homme. Debout devant elle, il la dominait de toute sa stature, son torse sculpté se dessinant sur le ciel étoilé. Il l’observait, attendant patiemment une réponse de sa part.
Mais elle était incapable de lui en fournir une. Cela faisait trop de choses d’un coup.
Beaucoup trop…
Il s’agenouilla face à elle, plongeant son regard dans le sien, sondant chaque parcelle de son âme.
Elle lui faisait face, incapable de se soustraire à cet examen.

Je te laisse encore un peu de temps.
Celena

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 4ème: Le réveil du guetteur (Modérateur: Sstrad)  |  Chap. 16 : "Isolement"
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !