gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102266 Messages dans 7466 Sujets par 811 Membres - Dernier membre: cernunos_wolf avril 24, 2019, 18:38:54 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Mehta  |  Pj's (Modérateur: Mehta)  |  Le Brévoy
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Le Brévoy  (Lu 1183 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Mehta

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 155
  • Sexe: Homme
  • MeuJeu Evil
    • Voir le profil
    • Nautilud
Le Brévoy
« le: janvier 20, 2013, 16:07:55 pm »
Voici un petit explicatif sur le coin d'où vous pouvez venir:

Le Brévoy est une nation fière, célèbre dans tout Golarion
pour ses guerriers valeureux, ses nobles aristocrates et
ses roublards rusés. Mais les deux régions du Brévoy,
l’Issie et le Rost, qui se méprisent mutuellement depuis très
longtemps, sont aujourd’hui au bord de la guerre civile. Les
deux territoires étaient des nations indépendantes avant
que les armées barbares et les dragons rouges de Choral le
Conquérant ne les unissent en un seul royaume il y a de cela
deux siècles. Jusqu’à très récemment, la maison dirigeante qui
gouvernait avec une main de fer, les Rogarvias, a pu maintenir
une paix fragile entre les deux régions. Mais, il y a de cela dix
ans, les membres de la maison Rogarvia ont mystérieusement
disparu et les avides dirigeants issiens de la maison Surtova les
ont remplacés en tant que gouverneurs du Brévoy.
Aujourd’hui, le paysage politique de cette nation est
extrêmement complexe. On ne compte plus les nombreuses
alliances secrètes, les loyautés qui divisent les provinces et les
complots malsains. La guerre civile semble inévitable. Au sud,
au Rost, les Seigneurs des épées pressentent dans les récentes
décisions politiques de l’Issie l’annonce d’un conflit civil
imminent. Ils redoutent un tel événement, et à juste titre, car
le Rost est plus petit que l’Issie, son armée est plus faible, ses
collines vallonnées et ses prairies n’offrent aucune protection
en cas d’invasion. Pire encore, contrairement à l’Issie dont la
frontière nord borde le lac des Brumes et des Voiles et forme une
ligne de défense naturelle, le Rost est adossé au sud à une région
sauvage où pullulent les bandits et les monstres. Si le Brévoy
sombre dans la guerre civile, il ne faudra que peu de temps avant
que les violents vautours opportunistes qui habitent plus loin
au sud ne viennent profiter des problèmes de la région.
Cette terre sauvage au sud du Rost s’appelle les Terres
volées. Même si, théoriquement, cette région fait partie des
Royaumes Fluviaux (plusieurs de ces royaumes ont d’ailleurs
prétendu que les Terres volées leur appartenaient), le Rost
considère depuis longtemps que ce territoire lui a été « volé »
par les bandits et les monstres. De nombreuses tentatives de
colonisation ont été lancées mais, jusqu’à ce jour, aucune n’a
réussi, ce qui fait de ces quelque 85 000 km2 de terres sauvages
le plus grand territoire libre de tous les Royaumes Fluviaux.
Alors qu’au Brévoy, la tension s’intensifie, quelques Seigneurs
des épées du Rost espèrent bien changer cela. Ils ont octroyé
des chartes à plusieurs groupes d’aventuriers et les ont envoyés
au sud dans les Terres volées.
Les missions associées à ces chartes sont relativement
simples : rouvrir les anciennes routes commerciales le long
des rivières et vaincre ou disperser les bandits qui ont rendu la
région dangereuse. Au-delà de ces premiers objectifs, il semble
clair que le Rost désire encourager la naissance de nouvelles
nations dans cette région et il espère que, en aidant ces nations
à émerger, il pourra compter sur leur support au cours du futur conflit avec l’Issie.
C’est un projet politique osé et ingénieux
car, si le Rost colonisait lui-même ces terres du sud, cela
affaiblirait ses défenses le long de sa frontière nord et, de plus,
cette décision inciterait certainement l’Issie à agir plus tôt que
prévu. En envoyant des agents indépendants, les Seigneurs des
épées du Rost espèrent se fabriquer de nouveaux alliés sans
pour autant réduire leur puissance au sein du Brévoy.
Mais, comme dans tous les plans complexes et géniaux,
beaucoup de choses peuvent tourner au désastre…

« Modifié: janvier 20, 2013, 16:24:05 pm par Mehta »

Hors ligne Mehta

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 155
  • Sexe: Homme
  • MeuJeu Evil
    • Voir le profil
    • Nautilud
Re : Le Brévoy
« Réponse #1 le: janvier 20, 2013, 16:13:00 pm »
Les Races des Pj's:

Avec la menace d’une guerre civile imminente, les habitants du Brévoy n’ont guère l’occasion de se préoccuper de la race de leur voisin et peu d’entre eux jugent une personne selon ce critère. Les Bréviens accordent plus d’importance aux traditions et à la loyauté qu’à la race.
Ainsi, tous ceux qui adhèrent aux us et coutumes locaux sont généralement tolérés et bien acceptés. C’est sans doute pour cela que la région jouit d’une population diverse où quasiment toutes les races et toutes les ethnies de Golarion sont représentées.
Notez que les personnages ne doivent pas forcément être originaires du Brévoy pour participer à la campagne Kingmaker, mais comme ils sont chargés d’une mission par
les Seigneurs des épées de Restov au début de la campagne et qu’ils entreront dans les Terres volées par le Brévoy, les joueurs devraient sans doute considérer la manière dont les individus de leur classe et de leur race évoluent dans cette nation.

Les Demi-elfes
Les demi-elfes, qui sont souvent stigmatisés sans véritable
raison dans les communautés à population majoritairement
humaine ou elfique, se trouvent plutôt bien accueillis
au Brévoy. Cela fait longtemps que les Chélaxiens et les
Taldoriens de la haute société exilent leurs embarrassants
mais nombreux enfants illégitimes demi-elfes vers les
territoires agités des Royaumes Fluviaux. C’est ainsi que de
nombreux demi-elfes de la région prétendent descendre de
lignées nobles (même s’ils ne sont pas officiellement reconnus
comme tels). Les autres colons demi-elfes descendent de flirts
entre les locaux et les elfes du Kyonin tout proche. Quelle
que soit leur origine, les demi-elfes trouvent que leur faculté
naturelle d’adaptation convient bien au style de vie brévien,
tout particulièrement dans les communautés où l’on accorde
une importance capitale aux coutumes. De nombreux demielfes
parviennent à atteindre des positions prestigieuses grâce
à leur capacité à s’adapter aux changements politiques et à
surmonter les problèmes sociaux inattendus.

Les Demi-orques
Dans le monde civilisé, les demi-orques subissent l’ostracisme
et les préjugés des autres races, mais beaucoup d’entre eux
ne se sentent pas seulement tolérés au Brévoy, mais bel et
bien acceptés. Au Brévoy, les habitants ne considèrent pas les
demi-orques avec le même dédain que dans les autres parties
du monde, et tous les demi-orques qui adhèrent strictement
aux coutumes locales sont aussi bien intégrés que les
humains à sang pur qui se plient à ces mêmes traditions. Les
demi-orques dotés d’un physique peu bestial peuvent tenter
de se faire passer pour des humains et garder le secret de
leurs origines, en abandonnant leur passé pour commencer
une nouvelle vie au Brévoy ou dans les Royaumes Fluviaux.
Certains acceptent leur héritage et en sont récompensés :
les seigneurs de guerre des cités-états en conflit recrutent
souvent des demi-orques comme soldats d’élite, officiers ou
gendarmes chargés de faire appliquer les lois et accordent
une grande valeur au fait qu’ils allient force et ruse.

Les Elfes
Les elfes de sang pur sont rares au Brévoy : ils préfèrent
généralement vivre au Kyonin, un peu plus loin au sud.
Cependant, un bon nombre d’elfes rebelles émigrent de leur
nation d’origine et remontent le fleuve Sellen jusqu’au Brévoy.
Souvent, des elfes « perdus » traversent le Brévoy avant de
continuer vers le sud et le Kyonin pour retourner vivre au sein
de leur peuple, mais trouvent la région si accueillante qu’ils
ne terminent jamais leur périple. Récemment, certains d’entre
eux ont également décidé de rester sur place parce que la route
directe qui traverse les Terres volées est bloquée par des bandits
hostiles et des tribus locales de bourbiérins, d’hommes-lézards
et même de trolls. La ville brévienne de Restov possède une
des populations elfiques les plus vastes de la région. Il y a
longtemps de cela, les elfes étaient présents en grand nombre
à cet endroit et certaines rumeurs évoquent des ruines elfiques
qui auraient survécu ici et là dans les régions les plus isolées
des Terres volées, des rumeurs qui titillent la curiosité des
érudits et des historiens elfiques depuis longtemps.

Les Gnomes
La frontière entre Golarion et le Premier Monde n’est pas la
même partout. À certains endroits, comme dans le bassin du
fleuve Sellen, cette frontière est exceptionnellement fine. S’il
faut en croire les rumeurs, elle serait encore moins épaisse dans
les Terres volées. Que ce soit vrai ou pas, il est certain que les
fées sont particulièrement présentes dans la région. Beaucoup
de personnes pensent que l’influence du Premier Monde sur
les Terres volées est la principale raison pour laquelle personne
n’est encore parvenu à coloniser ces terres sauvages. Ce genre
de région a toujours attiré les gnomes, et les histoires parlant
d’expéditions gnomes cherchant à explorer les Terres volées
sont très nombreuses... tout comme les histoires d’expéditions
qui finissent par se perdre et dont on n’entend plus jamais parler.
Les gnomes les plus optimistes considèrent ces disparitions
comme la preuve que les Terres volées renferment des
passages secrets vers le Premier Monde. Les gnomes sont fort
présents dans les Royaumes Fluviaux et y ont établi plusieurs
communautés comme Thom et Artume. Il existe également
des enclaves de gnomes moins civilisées dans le bois de l’Écho
près de la frontière avec la Numérie, dans la forêt d’Embeth et
celle, brévienne, de Gronzi, mais ces sectes chamaniques évitent
généralement les contacts avec l’extérieur. Cette région regorge
de lieux intéressants à visiter et de nouvelles expériences, et
offre donc un spectacle parfait pour les gnomes qui apprécient
de rencontrer des gens et des lieux variés.

Les Halfelins
Les halfelins bréviens adoptent généralement un style de
vie nomade qui les fait traverser le Brévoy et les Royaumes
Fluviaux voisins toutes les quelques années. La Cinquième
liberté des Royaumes Fluviaux dénonce l’esclavagisme comme
une abomination et les habitants appliquent cette loi locale
aussi strictement que les autres. C’est ainsi que les Royaumes
Fluviaux sont devenus un sanctuaire pour tous les esclaves
libérés ou en fuite qui espèrent commencer une nouvelle vie
loin de la crainte d’être à nouveau asservis, tout spécialement
pour les halfelins chélaxiens. Un puissant mouvement de
libération halfelin s’est enraciné dans la région et des guerriers
de la liberté provenant de tout l’Avistan se rassemblent
souvent dans les Royaumes Fluviaux septentrionaux et le
sud du Brévoy pour consolider leur pouvoir et préparer
des attaques libératrices à travers toute la région de la mer
Intérieure. Les halfelins qui ne se préoccupent pas de ces
croisades travaillent souvent comme amuseurs de rue, voleurs
à la tire ou propriétaires d’échoppes ou de tavernes. Leurs
talents naturels pour le spectacle et la discrétion en font des
individus appréciés par l’élite dirigeante et les organisations
criminelles secrètes. La chance de pouvoir construire une
nation à partir de zéro et de bâtir une civilisation où les
halfelins pourraient prendre part à la gouvernance pourrait
bien attirer des halfelins ambitieux.

Les Humains
Les humains sont la race la plus représentée dans et autour
du Brévoy, comme partout ailleurs sur Golarion. Plus de
la moitié de la population humaine locale appartient à
l’ethnie taldorienne et nombre d’entre eux descendent des
explorateurs et des soldats qui ont colonisé ces terres sauvages
il y a des millénaires de cela. Ceux qui descendent de l’armée
de conquête de Choral possèdent du sang kellide, tout comme
les hordes de barbares de la Numérie toute proche. Au
printemps et en automne, ce sont des flottes de bateaux à fond
plat remplis de Varisiens qui parcourent les eaux du Sellen au
cours de la migration saisonnière que ce peuple de nomades
effectue entre les rives du lac d’Encarthan et le lac des Brumes
et des Voiles. Mais, comme la région attire des étrangers venus
du monde entier, des visiteurs chélaxiens, kéléshites, tianais et
ulfes passent fréquemment dans le coin ou s’établissent dans
les nombreux sanctuaires pour exclus des Royaumes Fluviaux.

Les Nains
Les nains sont globalement rares dans la partie nord de
l’Avistan, mais on en retrouve quelques poignées dans la plupart
des communautés du Brévoy. Beaucoup d’entre eux travaillent
comme forgerons, maçons, intendants des milices ou prêteurs
sur gages. Le petit village minier de Brunderton dans l’est du
Rost possède une population majoritairement composée de
nains. La plupart des nains de la région possèdent au moins un
parent ou une connaissance habitant ce hameau. Les marchands
de gemmes et de minerais provenant de Brunderton sillonnent
toute la région pour vendre leurs marchandises. Les rumeurs
prétendent que les Terres volées cacheraient plusieurs filons
intacts ou mines qui auraient été abandonnées avant d’être
épuisées. C’est souvent suffisant pour que des nains s’intéressent
à l’exploration de cette contrée sauvage.

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Mehta  |  Pj's (Modérateur: Mehta)  |  Le Brévoy
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !