gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102535 Messages dans 7508 Sujets par 887 Membres - Dernier membre: AlexKet septembre 23, 2019, 13:15:25 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 3ème: Lune Brisée (Modérateur: Sstrad)  |  Chap. 13 : Ame brisée
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Chap. 13 : Ame brisée  (Lu 2092 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Dorothée

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 576
  • Sexe: Femme
  • Pourvoyeuse en M&M's
    • Voir le profil
Chap. 13 : Ame brisée
« le: décembre 28, 2012, 16:01:29 pm »
« Ombre ! Où est Ombre ? »

La jeune fille regardait autour d’elle, inquiète. Lorsqu’elle s’était réveillée, la louve était à ses côtés mais maintenant il n’y avait plus aucune trace d’elle. Où pouvait-elle être ?
Elle sortit devant le temple jusqu’à la lisière de la forêt appelant son animal. Les hurlements dans la forêt étaient toujours aussi féroces, la chasse couronnant le sacre de Rachkis faisait rage, nul animal n’était à l’abri. Ombre était toujours invisible et ne répondait pas à ses appels. C’était la première fois que cela arrivait. Même la veille lorsqu’elle en voulait à la rôdeuse de l’avoir exclue du combat, elle était venue lorsque Lyana l’avait appelée.
L’inquiétude commençait à la gagner.

« Peut-être est-elle allée à la chasse avec les autres ? »

Avec ces mots, Céléna exprimait à voix haute ce que Lyana redoutait depuis le début. La louve n’avait peut être pas pu résister à son instinct de prédateur. La jeune fille se mordillait la lèvre espérant qu’elle n’était pas dans la forêt, elle n’était pas de taille à suivre une telle meute. Déesses, il pouvait tout se passer là bas !

Elle continua ses recherches en appelant sa louve et revint vers le temple. Les loups-garou restés savaient peut être quelque chose. A leur posture et leur regard, elle comprit vite qu’ils n’étaient pas heureux d’être là et qu’ils leur en voulaient de ne pas participer à la Chasse. Cependant, elle leur posa quand même la question. Un silence moqueur fut leur seule réponse. Mais tout dans leur attitude indiquait qu’ils connaissaient la réponse à sa question. La jeune fille posa à nouveau la question, des ricanements lui répondirent. Elle se dirigea vers celui qui semblait être le chef, se planta devant lui et lui demanda à nouveau sans lâcher son regard :

« Où est-elle ?
- Elle est en chaleur, elle en train de devenir une vraie femelle… »

L’angoisse submergea Lyana, Ombre était trop jeune, ils ne feraient que la blesser… Puis la colère remplaça l’angoisse. Les dents serrées, elle réitéra la question :

« Où-est-elle ?
- Laisse moi te couvrir et je te le dirai… »

Le bras de la rôdeuse se tendit instinctivement et sa main se referma sur la gorge de l’homme. Elle commença à serrer.

« Où est-elle ? »

Elle entendit confusément un tumulte autours d’elle, des voix s’élevaient, mais elle était trop concentrée sur la créature qui lui faisait face pour y faire attention. Ses doigts tenaient fermement la gorge qui commençait à gonfler. Ce n’était pas que la gorge, l’homme qu’elle tenait commençait à se transformer, elle avait de plus en plus de mal à serrer mais elle tenait bon. Les poils commençaient à recouvrir l’homme et ses muscles gonflaient sous l’effet de la transformation. Il devenait plus animal, ses yeux brillaient d’une lueur prédatrice. Elle ne lâcha pas.

La main du loup-garou bondit et ses griffes déchiquetèrent la gorge de la jeune fille dans de grandes gerbes sanglantes, manquant de peu la carotide, la contraignant à la relâcher. Dans le même mouvement, elle saisit son épée et entama un combat, épée contre griffes.

Elle avait conscience que l’affrontement  n’était pas en sa faveur mais elle savait aussi qu’elle devait aller jusqu’au bout de ce qu’elle avait commencé, quelque en soit les conséquences, l’alternative était la soumission et ça c’était hors de question.

Soudain tout disparu, le néant un bref instant. Lorsqu’elle reprit conscience, elle était sur le bord de la plate-forme du temple avec Bartholomeu qui la regardait sévèrement. Il avait usé du pouvoir de sa déesse afin de la soustraire au combat. Sur le moment, elle lui en voulut, l’adrénaline qui pulsait encore dans ses veines demandait à conclure ce combat. Elle reprenait son calme petit à petit lorsque la voix de Barth retentit, froide, cinglante.

« Si tu veux mourir, tu n’as qu’à sauter dans le vide. »

Elle sursauta, piquée à vif. Elle regarda le vide, ça serait si simple.

« Si tu veux mourir, vas-y. Je te promet de rapatrier ton corps à Ravengro où tu seras enterrée comme il se doit. »

Lentement, elle recula d’un pas, sans quitter l’immensité des yeux. Ce n’est pas ce qu’elle voulait, elle n’avait jamais réellement cherché à mourir. Si cela devait se produire, elle l’accepterait mais… elle avait des choses à accomplir avant.

« Je ne veux pas mourir.
- Pourtant on aurait dit le contraire. Tu t’es laissée totalement dominer par tes émotions !
- Moi au moins j’en ai ! Je ne fais pas semblant de ne rien ressentir. Je suis désolée mais je ne sais pas les cacher, moi ! »

Un silence tomba, elle l’avait blessé, elle le savait mais il était trop tard pour retirer ce qu’elle venait de dire. Il reparla pourtant.

« Qu’espérais-tu ? Tu n’as fait qu’utiliser le langage de la violence.
- C’est le seul que les loups-garou comprennent ! »

Il se tut à nouveau, renonçant à lui faire entendre raison. Il soupira et pria sa déesse afin de conférer à la jeune femme le pouvoir de voler. Elle prit le prêtre dans les bras et le déposa près des autres à l’intérieur du temple. Sans attendre, elle repartit, profitant du miracle de Desna afin de chercher sa jeune louve. Elle l’appela de toute sa force et entendit un hurlement lui répondre : c’était elle ! Ombre hurlait et cela provenait de l’intérieur du temple. Elle se précipita vers la source du hurlement, précédent les loups-garou qui se dirigeaient vers le même endroit, arborant tous leur forme guerrière.

Elle arriva dans une grande salle flanquée de colonnes le long des murs, un énorme cercle envahissait la majeure partie de l’espace. Au milieu du cercle, une flamme bleue, énorme, brûlait, dans la flamme apparaissait un être mi homme mi loup, sûrement celui qu’on appelle le « Grand-Père ». A ses pieds se tenait Ombre. Elle était subjuguée par l’esprit, une conversation semblait avoir lieu entre eux deux.

Lyana appela Ombre dès qu’elle l’aperçut. Mais cette dernière ne parut même pas l’entendre. La chasseresse s’arrêta à la lisière du cercle, consciente qu’il se passait quelque chose de sacré, quelque chose dont elle était exclue. Elle l’appelait sans arrêter d’une voix douce, presque suppliante, sans que l’animal ne lui consacre la moindre attention.

Les lycanthropes étaient entrés à leur tour dans la salle, toujours sous forme guerrière, mais s’ils avaient paru agressif, prêt à écharper la rôdeuse au moindre geste, ils étaient maintenant calmés, même si toujours très attentifs. Ils se placèrent le long du cercle, puis la flamme bleue grandit. Elle prit des proportions monstrueuses, se diffusa dans toute la pièce en traînées de lumière. Les loups ouvrirent leur gueule et la lumière s’infiltra en eux, les envahit, puis ils recrachèrent la lumière et celle-ci s’engouffra dans Ombre. Dans un éclair, la flamme disparut et les loups-garou s’effondrèrent. Lyana essaya de courir vers Ombre mais quelque chose l’en empêcha. Elle se débattit, appelant son animal avec désespoir, l’étau qui la retenait se fit plus fort. Forge la serrait de toutes ses forces, l’empêchant d’avancer.

Céléna s’approcha d’un des hommes à terre, chercha son pouls et lorsqu’elle fut rassurée sur la santé de l’homme, elle fit un signe à Forge. Celui-ci desserra son étreinte et lâcha la rôdeuse qui se précipita vers l’animal effondré au centre de la pièce.

« Es-tu sûre que ce soit-elle ? Cette louve est énorme. »

En effet, Céléna avait raison, la louve qui se tenait sur le sol était gigantesque, le double de la taille qu’avait Ombre. La ranger hésita un instant, la louve ouvrit les yeux, gémissante, puis regarda la jeune rôdeuse. Et alors plus aucun doute ne subsista, c’était Ombre ! Ce regard était celui de sa louve, c’était certain. La femme sauta au cou de l’animal qui lui lécha doucement les joues, nettoyant les traces de larmes.

Lorsqu’elles arrivèrent devant le temple, la paladine arrêta Lyana et sans hésitation lui envoya un puissant direct du droit. La ranger n’essaya même pas de l’esquiver, sa tête fut projetée violemment sur le côté et sa mâchoire sembla vouloir se décrocher. En se massant le visage, elle se dit qu’elle ne l’avait sûrement pas volé. Et elle préférait cette réaction aux reproches muets que les autres semblaient lui adresser.

****

Le soir venu, la pluie s’arrêta enfin. Le violent orage déclenché lors de la destruction de la tablette de la goutte des esprits avait cédé la place à une pluie diluvienne, et celle-ci s’était enfin arrêtée.

Lyana sortit de l’abri invoqué par Barth. La nuit était tombée, dehors nul bruit, les loups-garou n’étaient plus là. Ils avaient fini de se reposer. Elle alla voir ses animaux. Majesté s’était mis à l’abri sous le couvert des arbres et Ombre se reposait à ses côtés. Elle caressa un instant la fourrure humide de la louve puis flatta l’encolure du cheval, lui murmurant des flatteries. Elle ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur la nature de celui-ci. Le périple de la journée avait été pénible, exténuant pour tous. Même les loups-garou avaient été heureux de s’arrêter, même s’ils s’étaient efforcés de ne rien montrer. Majesté avait tenu le rythme, ne se laissant jamais distancé, réussissant à suivre les loups même lorsqu’ils passaient par des chemins impraticables, et à l’arrivée, il était à peine essoufflé. Elle l’avait ausculté sous toutes les coutures et il ne portait aucune blessure suite à ce périple. Ombre avait les pattes blessées et s’était effondrée de fatigue à l’arrivée mais le cheval n’avait rien. Elle remercia à nouveau celui qui lui en avait fait cadeau à voix basse.

Où était-il ? Elle scruta l’obscurité comme si les ténèbres pouvaient lui apporter une réponse. Depuis le sauvetage de White, elle ne parvenait plus à sentir sa présence et l’angoisse la rongeait. Elle pria avec ferveur pour qu’il soit sauf. Il ne courrait sûrement aucun danger, ses pouvoirs devaient le protéger de nombreux dangers mais elle ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter. Il devait être sur un autre plan, ce qui expliquait qu’elle ne pouvait le sentir… Oui, ça devait être ça.

Avant de rejoindre ses compagnons, elle regarda les lueurs du phare au loin, signe de la présence d’habitants alentour. Elle frissonna en se disant que les loups-garou étaient sûrement en train de chasser. Elle secoua la tête, refusant d’y penser et s’engouffra dans l’abri. A l’intérieur, le silence régnait, seul Forge était éveillé. Elle s’allongea à son tour sur sa couchette.

****

« Quatre-vingt-dix-neuf. Cent ! J’arrive ! »

La fillette tourna le dos au gigantesque arbre mort et avança d’un pas décidé. Elle était imbattable à cache-cache, quelque soit l’endroit où ses sœurs s’étaient cachées, elle allait les retrouver ! De toute façon, ce n’était pas très difficile, elles utilisaient toujours les mêmes cachettes. Elle laissa derrière elle le village et se dirigea vers la rivière.

Elle fouilla les rives mais ne trouva personne. Plusieurs minutes étaient passées et elle n’avait toujours pas trouvé de trace indiquant le passage de l’une ou l’autre de ses sœurs. Pourtant, elles n’étaient pas loin, elle en aurait donné sa main à couper.

Elle se dirigea vers l’immense statue du Mémorial de Harrowstone. Elle contourna l’édifice et vit une petite silhouette derrière un arbre. Enfin l’une de ses sœurs ! Elle s’approcha le plus silencieusement possible afin de la surprendre… Et elle bondit en poussant un cri vers sa sœur. Mais celle-ci ne réagit pas, recroquevillée sur le sol au pied d’un arbre, White restait immobile. Lyana l’appela en la touchant, inquiète. Du sang recouvrit sa main. La fillette fit un bond en arrière en criant de peur puis reprit sa sœur dans ses bras, l’appelant sans arrêt, cherchant à la réveiller.

« White ! ! White, réveille toi ! Kira, viens vite ! White est blessée, faut venir la soigner ! Kira, je t’en supplie, reviens, on arrête de jouer ! »

White ouvrit les yeux, des larmes de sang coulaient sur ses joues. Elle sourit à Lyana, se leva et prenant la main de sa sœur elle la conduisit à travers les joncs qui bordaient la rivière. Lyana se laissait guider, une petite flaque de sang couvrait le sol à chaque pas que faisait White.

« Regarde, Lyana, Kira est là. »

White se mit sur le côté afin que Lyana puisse s’approcher de leur sœur. Elle était sur le dos, allongée dans l’eau, ses longs cheveux flottaient en tourbillon autour de son corps mettant son visage pâle en valeur. Le sang coulant de son ventre ouvert en deux teintait l’eau de rouge sombre.


Lyana ouvrit les yeux en sursaut, reprenant sa respiration. Il lui fallut de longues secondes pour que ses yeux reconnaissent l’abri créé par Barth. Elle écoutait la respiration calme de ses compagnons, Forge tourna la tête vers elle et elle lui tourna le dos. Elle ne voulait qu’il la voit dans cet état. Elle desserra la main du symbole de Pharasma qu’elle portait autour du cou. Sa respiration maintenant était calme et elle attendit dans le noir que le sommeil vienne la submerger à nouveau, adressant une prière à Desna de veiller sur ses rêves et d’écarter les cauchemars.

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Sstrad - Carrion Crown  |  Livre 3ème: Lune Brisée (Modérateur: Sstrad)  |  Chap. 13 : Ame brisée
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !