gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102317 Messages dans 7472 Sujets par 914 Membres - Dernier membre: pepeARea novembre 18, 2019, 14:32:22 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - heresiarque  |  Aventuriers (Modérateur: heresiarque)  |  Dragon
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Dragon  (Lu 994 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Sstrad

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 594
    • Voir le profil
Dragon
« le: novembre 05, 2012, 18:21:43 pm »
Jodh regardait ses vieilles mains tendues vers les flammes. Il sentait son vieux corps se réchauffer peu à peu,
absorbant la douce chaleur par ses paumes rêches et ridés.  Au-dessus des flammes, une marmite se balançait avec indolence,
laissant le liquide noir chauffer doucement. Bientôt l’odeur chaude et réconfortante du café se répandrait dans la cuisine.
Frère Belkohf s’approcha de l’âtre et jetta une fine écorce noire dans la marmite. Une odeur sucrée et veloutée s’éleva
peu à peu dans la cuisine. Frère Belkohf, debout sur la pointe des pieds, guettait le moment précis où il devrait
retirer le chaudron du feu. « Ni trop tôt, ni trop tard » avait-il coutume de dire. Il poussa un soupire de satisfaction
quand ses narines détectèrent le moment parfait. « Le café sera bientôt prêt, frère Jodh. J’y  ai ajouté une denrée rare.
Cela s’appelle de la vanille. »  Jodh sourit en regardant le moine à l’immense bedaine se déplacer avec aisance dans
ce qu’il appelait « son royaume ». Alors que frère Belkohf lui servait une tasse de ce café, son regard se perdit
parmi les flammes de l’âtre, faisant renaître les souvenirs de ces derniers jours.

Il avait chevauché trois jours durant sous les pluies torrentielles de ce début d’automne.
Ces trombes annonçaient un hiver particulièrement rigoureux. Jodh se dépêchait, il voulait traverser le bras de la Corneille
avant que celle-ci ne deviennent totalement impraticable, et avec ce qu’il tombait, il redoutait qu’il soit déjà trop tard.
Il connaissait très bien la région et il savait que les cours d’eaux pouvaient être traîtres. Traverser la Corneille à n’importe
quel endroit pouvait s’avérer mortel. Lorsqu’il arriva au guet, il découvrit une scène de massacre. Un carrosse était vautré
sur son flanc telle une baleine échouée. Six hommes d’armes gisaient dans leurs sangs.  Egorgé pour l’un, criblé de flèches
pour l’autre, un troisième tentait d’empêcher ses entrailles de s’échapper de son ventre ouvert, tandis qu’un quatrième avait
littéralement perdu la tête. Les deux derniers étaient crucifiés contre le ventre du carrosse, des os taillés et affutés fichés
dans leurs poignets. Ils pendaient tels des sacrifices humains.Le sang répandu formait une mare de sang tout autour de Jodh.
Il serra les dents pour ne pas vomir.  Il ne comprenait pas la sauvagerie avec laquelle on avait mis à mort ces hommes.
Qui pouvait être capable de tant d’horreur ?

Ses yeux aguerris commencèrent à lire les traces au sol. Les assaillant devait être trois. A l’enfoncement de leurs pas dans la boue
ainsi que la taille de leurs empreintes, ils étaient très grands et solidement bâtis. Il s’intéressa aux blessures. La tête avait été sectionnée
d’un coup sec, il fallait une lame large pour faire ça, une hache de guerre sans doute. Les flèches avaient toutes le même empennage.
Elles avaient été tirées par un seul et même archer. Sans doute un éclaireur, un rôdeur certainement. Celui qui avait été égorgé tout comme
celui qui retenait ses intestins entre ses doigts avaient des blessures propre et fine. Le troisième combattant semblait préférer les armes
rapides et extrêmement tranchantes. Chacun des attaquants s’étaient déplacés avec parcimonie, démontrant une véritable expertise
martiale et un sens du déplacement rare, obtenus seulement à force de combats nombreux.

D’autres pas, plus petits et léger ceux-là, s’éloignent du carrosse. Une femme. Elle boite et court de façon erratique. Des tâches de sang
qui se transforment en trainée. Elle a pris une flèche en tentant de fuir. Jodh suit le sang qui se mêle désormais à la boue,
s’ancrant dans les empreintes désespérées de cette femme qui a voulu sauvé sa vie. Jodh voit les empreintes de l’archer remonter
à son tour la piste de la fuyarde. Le prêtre d’Erastil sent son cœur battre à tout rompre. Les pas de la jeune femme sont de plus en plus
irréguliers. Elle avance comme si elle porte une charge sur son ventre, un sac trop lourd qu’elle ne veut pas faire tomber.
Un enfant ? Un bébé peut-être ?

Elle est enceinte.

La révélation est comme un coup de poing dans le ventre.  Jodh serre les dents pour ne pas crier. Il la voit avancer, tenant son ventre
de ses deux mains, malgré la flèche fichée entre ses épaules. Elle prend appuie contre cette arbre, s’empêchant de crier pour ne pas attirer l’archer.
Peine perdu, il arrive à grande enjambée. Jodh sent l’excitation du poursuivant, qui court presque, tant ses pas sont espacés.
Là, deux marques profondes. Elle est tombée à genoux ici. Elle s’est trainée jusqu’au chêne. Elle l’entend arriver, celui qui veut tuer son bébé.
Elle ne le laissera pas faire. Elle a pris quelque chose là, juste à côté du tronc sur lequel elle s’est appuyée pour se relever. Une pierre.
Et elle a décidé de l’affronter. Ses talons sont enfoncés profondément dans le sol. Elle a levé sa pierre au-dessus de sa tête pour le menacer.
L’homme lui décoche une flèche dans le poignet sans sourciller. L’impact de la flèche dans l’écorce de l’arbre est encore frais, tout comme le sang
qui a giclé sur les nervures du bois. Jodh se baisse et  trouve dans la terre boueuse la pointe en os de la flèche. Qui que soit cette femme, c’est une lionne.
Après avoir arraché son poignet emprisonné par la flèche, elle a fait quelque pas vers ce buisson.

Jodh s’arrête un instant. Il tremble. Il sait qu’il va l’y trouver. Il fait trois pas. Il voit sa robe autrefois blanche, désormais souillée par la boue, le sang et la peur.
Elle a perdu ses souliers. Ses pieds sont abîmés d’avoir couru sur la terre gelée. Ses jambes sont griffées de profondes zébrures rougeâtres.
Il avance encore. Ses bras sont meurtris et ses mains sanguinolentes. Son ventre rond tend le tissu de sa robe, comme pour montrer au monde entier
qu’elle a su préserver son enfant des mains du monstre qui lui a ôté la vie. Elle dort de son dernier sommeil, les yeux grand ouverts, défi ultime invitant l’archer
à lui planter une flèche dans le cœur. Jodh tombe à genoux devant cette femme, cette guerrière qui aura lutté jusqu’à son dernier souffle pour sauver son bébé.
Il pose sa main sur son ventre pour lui rendre hommage.

Un coup.

Jodh retient son souffle.

Il pose son oreille contre le ventre de la jeune mère assassinée.

Un autre coup. Il lève les yeux au ciel et remercie Erastil. De sa ceinture il sort son couteau au manche d’ivoire. Jodh peut encore donner un sens au sacrifice de ce dragon de femme. 

« Comment va s’appeler l’enfant ? » demanda soudain le frère Belkohf, tirant Jodh de ses souvenirs.
Il continua « La couverture dans laquelle tu l’as emmitouflé est très belle. Ses parents devaient être des gens nobles ou riches. »
Le gros frère posa un doigt dodu dans la main du bébé qui le serra aussitôt. « Tient ? Tu as remarqué qu’il y a le dragon du Brevoy brodé dessus ? » S’étonna le frère Belkohf.
Jodh regarda le frère Belkohf et lui sourit.

« Dragon, il s’appelle Dragon. »
« Modifié: novembre 05, 2012, 23:37:46 pm par Sstrad »

Hors ligne heresiarque

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 88
    • Voir le profil
Zuddiger's picnic.
« Réponse #1 le: décembre 01, 2012, 17:26:08 pm »
Avant de quitter le monastère et de partir à l'aventure Maitre Victkor Arendon te donne une étoffe sur laquelle on y trouve les armoiries du Brevoy à l'intérieur tu y trouve un carnet de cuir craquelé et usé par le temps. Sur sa couverture on peut y lire en Hallit, Zuddiger's picnic.
A travers ces quelques pages se trouve toute une série de texte enfantin qui ne cadre pas avec l'ecriture nettement plus adulte  illustré de dessin. Sur la dernière page on peut y voir une carte.

'Ce carnet de cuir se trouvait à quelques pas du corps de ta mère quasiment dissimulé sous un buisson: Frère Jodh en a déduit qu'il devait lui appartenir il te revient de plein droit.'












« Modifié: décembre 01, 2012, 19:21:02 pm par heresiarque »

Hors ligne heresiarque

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 88
    • Voir le profil
Re : Dragon
« Réponse #2 le: décembre 01, 2012, 17:33:40 pm »










Hors ligne heresiarque

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 88
    • Voir le profil
Re : Dragon
« Réponse #3 le: décembre 01, 2012, 17:46:23 pm »







Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - heresiarque  |  Aventuriers (Modérateur: heresiarque)  |  Dragon
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !