gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102324 Messages dans 7472 Sujets par 913 Membres - Dernier membre: pepeARea décembre 07, 2019, 04:28:23 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - heresiarque  |  Le monde de Golarion (Modérateur: heresiarque)  |  Le Brevoy.
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Le Brevoy.  (Lu 1532 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne heresiarque

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 88
    • Voir le profil
Le Brevoy.
« le: septembre 26, 2012, 12:23:19 pm »
LE BREVOY







Crée par Arsenic sur AideDD.Org



Le Brévoy

Devise : Le pouvoir appartient à ceux qui luttent
Alignement: CN
Gouvernement   :Monarchie Héréditaire
Dirigeant(s):   Roi Noleski Surtova
Capitale:   Nouvelle Stetven (32850)                                                         
Villes:   Port-Gelé (13260), Restov (18670)
Sites   : Vigile
Habitants   Issiens, Rostlandais
Langues: commun, hallit, skald, varisien
Religions: Abadar, Pharasma, Gorum

Aux confins septentrionaux de l’Avistan, la terre et les gens deviennent durs et impitoyables. Les hivers sont longs et rigoureux. Chaque habitant doit lutter pour arracher une maigre pitance au sol presque gelé et pêcher dans les rivières et les lacs durant un printemps et un été bien trop courts. Pendant ce temps, les seigneurs complotent dans leurs forteresses loin des considérations alimentaires de leurs sujets, convoitant d'un oeil envieux les possessions de leurs voisins. Manigances et complots sont leur pain quotidien.

PRÉSENTATION

La moitié nord du Brévoy était autrefois la nation indépen­dante d’Issie. La pauvreté naturelle du sol de ce territoire de collines accidentées rend toute culture impossible. Il n'y pousse que broussailles et les mauvaises langues diront qu'il y pousse surtout des cailloux. Les habitants mangent principalement les poissons qu’ils peuvent attraper dans le lac des Brumes et des Voiles, un régime complété seule­ment par la nourriture amenée par bateaux depuis le Rost ou les régions plus au sud. Au cours des siècles passés, le peuple d’Issie était connu pour ses pilleurs infâmes et leur habileté à planifier des attaques de rivières était crainte tout le long du Sellen. Au sud de la forêt de Gonzi s’étend une vaste plaine de prairies fertiles et parsemée de fermes et de petits villages. Il s’agit du Rost, la vache nourricière du nord du pays et la terre d’origine du pacte de l’épée aldori qui attise bien évidemmnt la convoitise des Maisons du Brevoy.

Globalement, les Issiens sont des gens reclus et énigmatiques. Chaque village possède ses propres traditions remontant à des centaines d’années. On s’y méfie des étrangers et on les évite. Les rumeurs de rites sanglants et de sacrifices humains ne sont étayées par aucune preuve mais, dans les lointaines cités de Restov et de Nouvelle-Stetven, on murmure que les véritables maîtres de l’Issie restent tapis dans les eaux du lac des Brumes et des Voiles, et qu’ils ne sortent qu’au plus profond de la nuit pour passer de sinistres marchés avec les villageois. Comme quoi les superstitions ont la vie dure. Les habitants du Rost sont principalement des fermiers, des artisans et des commerçants. La plupart sont extraver­tis, joyeux et accueillants vis-à-vis des étrangers, pour autant qu’ils acceptent de se conformer aux traditions locales (qui sont nombreuses). Cependant cet accueil est en quelque sorte une arme à double tranchant, car le peuple du Rost, obsédé par l’honneur et le rang individuel, s’offense à la moindre provocation. Un mot de travers et le coupable a de grandes chances de comparaître devant le magistrat local ou de devoir faire face à un duel d'épée afin de défendre son "honneur". Toutefois tout étranger prenant la peine d'apprendre et de respecter les coutumes sera quelqu'un d'éminement respecté, apprécié et se fera des amis loyaux auprès des Rostais.

HISTOIRE

Les Surtova ont dirigé l’Issie pendant plus de mille ans, depuis le centre de la berge méridionale du lac des Brumes et des Voiles. Cette famille de pirates et de fripouilles a la réputation d’être composée d’as­tucieux intrigants essayant toujours d'avoir plusieurs coups d'avance sur leurs adversaires. Ne disposant ni de ressources naturelles ni d’une importante population, l’Is­sie n’a jamais possédé de puissante force mili­taire, comptant d'avantage sur son ingéniosité pour arriver à ses fins.

Alors que les Issiens s’échinaient au nord de ce rude paysage, les co­lons taldoriens s’installèrent au sud, dans des plaines bien plus clémentes, sous la direction du baron Sirian Premier, un noble fougueux et impulsif qui fut forcé d’émigrer hors du Taldor après avoir perdu un duel de trop. Peu de temps après qu’elle fut fondée, la colonie subit une attaque de bandits cachés dans les Royaumes fluviaux, ce qui faillit la me­ner à sa destruction avant même qu’elle n’ait l’occasion de prospérer. Le chef des bandits, qui était lui-même un maître épéiste, lança un défi au baron : la moitié de sa fortune contre la tête du brigand. Incapable de laisser passer ce défi, le ba­ron Premier accepta le pari pour se voir infliger une cuisante humiliation et une ignoble défaite. Après avoir payé le ban­dit, il disparut pendant plusieurs années. La plupart pensait que le baron avait fuit en exil, honteux de sa défaite. Mais il se trompait car le baron revint, transformé, quelques années plus tard. Il était devenu un épéiste tel que le monde n’en avait jamais connu avant. Sous le nom de Sirian Aldori, il mit rapidement le seigneur-bandit au défi de lui ac­corder une revanche, au cours de laquelle il désarma et vain­quit le brigand en quelques secondes. Le baron Aldori reprit son commandement et lança un défi ouvert, promettant cent mille pièces d’or à toute personne capable de le battre en duel à l’épée. Des milliers de gens relevèrent le défi à travers le monde. Certains étaient des duellistes sérieux et honorables, et d’autres tentèrent de tricher en utilisant la magie ou d’autres astuces. Cela ne changea rien. Sirian les vainquit tous, scellant à jamais sa réputation de plus grand épéiste au monde. Dans les pre­miers temps il refusa d’enseigner sa technique, mais il finit par choisir un petit groupe qu’il entraîna. Il leur fit changer leur nom en Aldori et jurer solennellement de ne pas révéler quoi que ce soit de ce qu’ils allaient apprendre à une personne extérieure au pacte de l’épée. Au fil des générations qui suivirent, les élèves de Sirian se firent connaître sous le nom de Seigneurs des épées aldoris, une force crainte dans tout le continent.

Le Rost et l’Issie alternaient guerre et paix mais leur attention restait concentrée l’un sur l’autre et ils ignoraient le monde extérieur. En 4449 tout allait changer en raison de Chorale le Conquérant, un Seigneur de guerre terrifiant soi-disant apparenté aux premiers habitants iobariens de la région. Il arriva sur les rives du lac Aiguille monté sur une licorne noire et suivi de quelques mercenaires loqueteux et d’à peine trois cents chevaliers montés. Il annonça la naissance d’une nouvelle nation appelée Brévoy et décréta que toutes les terres du Restov à Port-gelé lui appartenaient. Au Rost et en Issie, tout le monde ignora bien sûr cette proclamation et s'en amusa même. Mais les mois qui suivirent leur donnèrent tort, les collecteurs de taxes de la ville de Nouvelle-Stetven arrivèrent dans les fermes de l’ouest du Rost et forcèrent le seigneur de l’épée Estruan Aldori à envoyer une armée se charger de cet arriviste. Les forces de Chorale attirèrent les légions Aldori dans un canyon au sud de Nouvelle-Stetven où le seigneur de guerre lâcha ses alliés secrets. Deux énormes dragons rouges apparurent au sommet du canyon et le noyèrent dans un incendie qui laissa peu de survivants. L’histoire raconte la Bataille de la vallée des Flammes et de sinistres chansons narrant cette défaite font partie de la culture populaire des habitants des Royaumes Fluviaux, du Brévoy et du Mendev. Après avoir détruit cette armée, les dragons se dirigèrent vers le Rost où ils menèrent une campagne sanglante et flamboyante qui réduisit la fière nation en cendres. En quelques jours, les Aldori n’eurent d’autre choix que de se soumettre. Quand la nouvelle de la chute du Rost atteignit les seigneurs Surtova à Port-gelé, les pirates du fleuve se placèrent au service de Chorale et de sa « dynastie » de sycophantes. La « maison Rogarvia », une nouvelle aristocratie supérieure à celle des anciens dirigeants du pays fut fondée. Les dragons de Chorale se retirèrent de son armée et ne réapparurent que quelques années plus tard pour s’emparer de la forteresse de Vigie, un ancien observatoire dans les collines d’Uvall, tenu par une poignée de loyalistes Aldoris. Chorale disparut dix ans à peine après sa mystérieuse apparition et ses héritiers rogarviens régnèrent pendant trois cents ans sur un peuple terrifié à l’idée de voir revenir le Conquérant et ses légendaires vers rouges.

Les Rogarviens firent respecter l’ordre et la loi avec rigueur et prélevèrent des taxes continuelles sur le peuple du Brévoy pour créer une série de routes qui relient la nation de Chorale aux Royaumes Fluviaux du sud et aux routes commerciales du centre de l’Avistan. Nouvelle-Stetven prospéra bien que la majorité de ses bénéfices allassent à ses rudes dirigeants. Le Brévoy était florissant, mais le peuple était pressé comme un citron. Puis, en 4699, trois cents ans après l’annonce du règne de Chorale, le pays connut un autre changement aussi soudain que dramatique. Chaque membre de la maison Rogarvia présent au sein du Brévoy disparut au cours du même jour d’hiver. Le chaos s’empara de la nation jusqu’à ce que Noleski Surtova, dirigeant de Port-gelé, s’empare du pouvoir et se proclame roi du Brévoy. Cette proclamation ne plut pas aux quelques partisans Aldoris restants mais les mariages entre Surtovas et Aldoris, mêlés à l’inquiétude de voir revenir les Rogarviens, retint leur bras. À ce jour, les deux anciens rivaux vivent dans une paix précaire mais la tension continue de croître. Quelque chose risque d’exploser au Brévoy. Entre temps, la vieille forteresse de Vigie, qui fut longtemps un bastion de la puissance rogarvienne, s’est mystérieusement isolée du reste du Brévoy, le jour même où les nobles disparurent, et elle refuse de laisser entrer ou sortir qui que se soit de sa communauté, pas même les caravanes d’approvisionnement. Aucun message envoyé à Vigie ne reçut de réponse et nul sort de divination ne franchit ses vieilles murailles.

GOUVERNEMENT

Au milieu de l’hiver, début 4699 AR, tous les membres de la maison Rogarvia disparurent sans laisser de trace. Les rumeurs allèrent bon train et parlèrent de coup d’état et de sinistres complots, mais force fut de constater qu’il s’était passé quelque chose de bien plus étrange qu’une simple rébellion. Il n’y avait aucune trace de lutte dans le palais royal, pas plus que dans aucune des villas que les Rogarvia possédaient dans tout le pays : les nobles avaient simplement disparu, laissant des manoirs vides éparpillés dans tout le Brévoy. Durant cette période de chaos, les Sartova finirent par s'imposer. En citant leurs liens séculaires avec la lignée du Conquérant, ils prirent le pouvoir à Nouvelle-Stetven et l’étendirent à tout le Brévoy. Alors que toute l’Issie semblait les appuyer, le Rost (dont les armées et les défenses s’étaient déplacées de plus en plus au nord sous le règne des Rogarvia) ne put que se soumettre, à nouveau. Aujourd’hui, le roi Noleski Surtova tient la forteresse de Rubis et le trône de l’Écaille du dragon, mais reste à voir combien de temps il pourra conserver ce royaume qui renâcle de plus en plus.


Le paysage politique du Brévoy est dominé par sept grandes maisons nobles dont la plupart sont antérieures à l’arrivée du Conquérant et qui existaient sous forme de puissantes tribus de pillards et de barbares. Chorale donna des terres et des titres aux seigneurs qui avaient accepté de lui jurer fidélité et remania les maisons pour leur donner leur disposition actuelle.

La maison Garess : la maison Garess est installée dans les contreforts des montagnes de Golushkin et possède des liens étroits avec les clans nains de la région. 'Aussi fort que la montagne'
La maison Lébéda : cette maison contrôle une grande partie des plaines au sud-ouest du lac Reykal, ainsi que le trafic des bateaux du lac. 'La grâce mène au succès'
La maison Lodovka : cette maison qui occupe l’île d’Acuben et le centre de la côte nord est très présente sur le lac des Brumes et des Voiles, et ses membres n’ont jamais abandonné leurs coutumes de marins. 'Les eaux sont nos champs'
La maison Medvyed : la maison Medvyed, la plus à l’est, possède la majorité de la forêt de Gronzi. Ce sont des gens robustes qui continuent de suivre les « anciennes traditions » et de vénérer la nature. 'L'endurance vient à bout de tout'
La maison Orlovsky : le nord-est du Brévoy est dirigé par les Orlovsky, une famille qui cherche généralement à rester au-dessus des chamailleries politiques. 'Toujours plus haut'
La maison Rogarvia : jusqu’à il y a peu, les Rogarvia régnaient sur le Brévoy. Leur disparition a plongé le pays dans le chaos.  Plus aucun représentant
La maison Surtova : la maison Surtova est la plus influente et la plus ancienne du Brévoy. Elle contrôle Port-gelé et une grande partie du nord-ouest du pays. 'La Notre est la vrai'

LIEUX PARTICULIERS

Ces terres gelées où tout n'est qu'intrigue accueillent nombre d'endroits stratégiques à contrôler pour acquérir la main-mise sur le Brévoy.

Forêt de Gronzi :

 Pour les Bréviens, la sombre étendue de la forêt de Gronzi s’appelle simplement la « Forêt ». Elle va des hautes terres des pics Givrés jusqu’aux rives du lac Reykal et fconstitue une partie de la frontière entre l’Issie et le Rost. Même si techniquement la forêt appartient à la couronne, la chasse et même l’abattage des arbres ne sont pas soumis à un contrôle strict. Une importante portion près de Nouvelle-Stetven fut coupée il y a des générations par les bûcherons qui devaient reconstruire la ville et l’entretenir. Aujourd’hui, ils doivent s’enfoncer toujours plus loin pour subvenir à leurs besoins.
Nouvelle-Stetven : la capitale désordonnée de Chorale, Nou­velle-Stetven, est une ville commerçante animée malgré les récents troubles qui ont frappé son aristocratie. Le Brévoy ex­porte du blé, du poisson, du bois et du minerai vers le reste du nord à partir de Nouvelle-Stetven. Les victuailles provenant du Brévoy nourrissent une grande partie des Royaumes flu­viaux, de la Numérie et du Mendev, où les incessantes attaques de bandits et les armées d’envahisseurs démoniaques rendent la culture de la terre difficile. La majeure partie de cette nour­riture passe par Nouvelle-Stetven qui obtient en échange des biens exotiques qui viennent de tout l’Avistan (et d’au-delà). Bien que les bandits et les voleurs des Royaumes fluviaux restent un obstacle sérieux, le marché offre quand même une large variété de marchandises allant du métal céleste numérien aux reliques osiriennes.

Pics Givrés :

 Les pics Givrés dressent leur muraille entre le Brévoy et les anciennes terres de Iobarie, à l’ouest. Leurs sommets sont perpétuellement couverts de neige, même en été, alors que de froides rivières dévalent leurs flancs en cascade et forment d’immenses chutes d’eau et des lacs de montagne limpides. Un dégel tardif ouvre les rares passes des montagnes, mais bien peu de gens les utilisent. Vigie est loin d’être le seul site ancien des pics Givrés. Les contes parlent d’entrées à moitié ensevelies qui ouvrent sur des donjons montagneux, dont certains seraient même des avant-postes de l’ancienne Iobarie et d’autres seraient encore plus vieux. On dit que certaines ruines sont hantées par les froides ombres des soldats ou des mineurs qui périrent là et qu’ils protègent encore des trésors inimaginables.
Port-gelé : les terres ancestrales de la maison Surtova s’étendent autour de Port-gelé, une ville qui s’est de plus en plus développée terrestrement comme ses dirigeants. Même si elle est encore reliée aux villages côtiers par une route relativement bien entretenue, elle reste à l’abri de ses murailles pendant le plus gros de l’hiver, au cours duquel seuls quelques courageux voyageurs s’y rendent en traîneau. Le reste de l’année, la ville ouvre grand ses portes pour engranger les réserves nécessaires pour affronter la saison suivante. Le manoir Blanc, le siège historique des Surtova, est actuellement confié à l’oncle du roi Noleski, Domani Surtova.


Vallée Flamboyante :

La vallée dans laquelle les rebelles aldoris livrèrent leur dernière bataille contre les forces de Chorale le Conquérant se trouve dans la partie méridionale des pics Givrés. Chorale leur fit croire qu’ils l’avaient acculé dans la vallée où il les piégea quand ses alliés dragons rouges incendièrent le vallon, balayant les hommes du Rost. Aujourd’hui, la vallée Flamboyante est un endroit à la sinistre réputation, où la vie refuse de repousser sur la terre noircie et fondue. On dit que les âmes torturées des hommes qui moururent là hantent encore les lieux et qu’on les aperçoit la nuit sous forme d’ombres incandescentes brûlant de haine envers les vivants.

Vigie :

La ville de Vigie se situe dans les hauteurs des mon­tagnes le long de la frontière orientale du Brévoy. Cette ville est construite autour d’un énorme observatoire plus ancien que tous les villages et villes de la région. Malgré son âge, l’observatoire est parfaitement préservé. Une ma­gie puissante le garde en bon état. On ne sait pas qui sont exactement les constructeurs de l’observatoire ni pourquoi ils l’ont créé, mais il est clair que cet édifice a été conçu pour accueillir des êtres plus grands que des humains. Dans les pre­miers jours de l’Issie, les Surtova établirent un petit poste avancé près de l’observa­toire afin de l’étudier. Les Aldori le cap­turèrent et le fortifièrent pendant une des longues guerres entre l’Issie et le Rost. Après que Chorale eut conquis le reste du Rost, il s’intéressa gran­dement à l’observatoire et mit en oeuvre un grand projet destiné à le sortir de terre et à le remettre en état. Malgré l’envergure de ce projet, les buts exacts de l’observatoire, ain­si qu’une grande partie des travaux qui y sont effectués, restent bien mystérieux. Le jour où les Rogarvia disparurent, Vigie se coupa complè­tement du monde extérieur et on refusa de laisser entrer ou sortir qui que ce soit de la communauté (même les caravanes de réapprovisionne­ment). Jusqu’ici, les messages envoyés à Vigie n’ont reçu aucune réponse, et les divinations magiques ne parvien­nent pas à traverser ses murs.

Les températures et précipitations moyenne de Brevoy.


Abadius (Janvier) : -7.5 C°  204 Mm
Calistril (Février) : -6.7 C°  186 Mm
Pharast (Mars) : -1.4 C°  152 Mm
Gozran (Avril) : 6.3 C°  146 Mm
 Desnus (Mai) : 12.8 C°  92 Mm
Sarenith (Juillet) : 17.1C°  84 Mm
Erastus (Juillet) : 18.4C°  90 Mm
Arodus (Août) : 16.4C°  80 Mm
Rova (Septembre) : 10.8C°  67 Mm
Lamashan (Octobre) : 5C°  118 Mm
Neth (Novembre) : -1.6 C°  168 Mm
Kuthona (Decembre) : -5.4 C°  212 Mm


Les conditions climatiques dans le Brevoy est des plus rigoureuses. Souvent les hivers y sont longs et glacial et les tempêtes de neige courantes. Le printemps est l'automne y sont pluvieux et froids quand à l'été il est trop souvent bien trop court et les températures à peine plus élevés que le reste de l'année. Selon les anciens il est même arrivé que l'hiver soit resté tout au long d'une année entière mais cela remonte à des années. 
« Modifié: octobre 23, 2012, 16:37:41 pm par heresiarque »

Hors ligne heresiarque

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 88
    • Voir le profil
Re : Le Brevoy.
« Réponse #1 le: octobre 19, 2012, 11:18:10 am »
Restov est l'une des deux plus grandes villes de la fertile région du Rostland au sud du Brévoy. Elle est connue sous le nom de Cité Libre de Restov mais est alliée du Brévoy.

Le Seigneur Maire Ioseph Sellemius dirige la ville qui est un centre commercial d'importance à proximité des Royaumes Fluviaux, accessibles notamment par les Terres Dérobées et la Rivière de la Pie-Grièche.






La ville abrite plusieurs écoles d'arme Aldori et taldanes, ce qui lui a permis de devenir un lieu de prédilection pour les jeunes nobles qui s'y affrontent dans des tournois. Un très grand nombre d'épéistes Aldori se réfugièrent dans la ville depuis le Rostland après l'unification du Brévoy par Choral le Conquérant.

De nombreuses discussions enflammées à l'encontre du roi Noleski Surtova ont lieux dans les tavernes de Restov, faisant monter la dissidence à l'encontre du pouvoir central.

La vieille ville, réservée à une élite, ceinte de haute muraille de pierre à été construite au sommet d'un plateau.  De l'autre coté des remparts se trouve l'essentiel des habitations bourgeoises et des lieux nécessaires aux activités commerciales.
De l'autre coté du fleuve se trouve les quartiers les plus défavorisés.



Le Rostland est la partie méridionale du Brévoy.

Contrairement à l'Issie, son rival du nord, les terres du Rostland sont vallonnées et fertiles, ce qui ne manque pas d'attiser la jalousie des voisins moins chanceux.

Fondé il y a plusieurs siècles par des explorateurs du Taldor, le Rostland est toujours dirigé par les Seigneurs de l'Epée, une confrérie martiale farouchement indépendante soumise au Pacte de l'Épée

La société du Rostland est profondément traditionnelle et les coutumes locales forment le socle des lois. Toute personne qui ne les respecte pas à la lettre peut rapidement avoir des ennuis sérieux. A l'inverse, n'importe quel étranger qui se plie aux traditions du Rostland est très vite intégré et traité comme un ami fidèle.



« Modifié: octobre 19, 2012, 17:17:13 pm par heresiarque »

Hors ligne heresiarque

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 88
    • Voir le profil
Re : Le Brevoy.
« Réponse #2 le: octobre 19, 2012, 18:22:51 pm »

Hors ligne heresiarque

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 88
    • Voir le profil
Re : Le Brevoy.
« Réponse #3 le: octobre 20, 2012, 11:40:03 am »
 Quelques expressions employées au Brévoy


    Quand le loup vous montre les dents, ce n'est pas parce qu'il sourit.


    Les cavaliers qui voyagent la nuit n'apportent jamais de bonnes nouvelles.


    Il y a un hiver après chaque printemps.


    Le dragon a deux têtes.


 Il s'agit d'une référence au symbole du Conquérant et à la dualité du Brévoy (Issie/Rostland) ou à la dualité nobles ambitieux/gens communs ou prêtres avares/gens du commun ou seigneurs-épéistes auto-proclamés/gens du commun.


    Le temple est tout prêt, mais la nuit est froide. La taverne est plus loin, mais j'ai un bon manteau.


    Le feu est l'allié de tous mais l'ami de personne


   Avant de regarder de travers ton voisin assure toi d'avoir du répondant.


   On obtient ce que l'on désire si l'on ménage pas son effort. 
« Modifié: octobre 20, 2012, 14:30:11 pm par heresiarque »

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - heresiarque  |  Le monde de Golarion (Modérateur: heresiarque)  |  Le Brevoy.
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !