gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102278 Messages dans 7468 Sujets par 812 Membres - Dernier membre: Tomar mai 26, 2019, 09:35:39 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - heresiarque  |  Aventuriers (Modérateur: heresiarque)  |  Ellen
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Ellen  (Lu 1102 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Elvynia

  • Newbie
  • *
  • Messages: 15
    • Voir le profil
Ellen
« le: octobre 08, 2012, 18:41:25 pm »
Mon histoire commence un Jour du Soleil du mois de Pharast, dans le petit village d'Harvigard…

Sur la place principale, on a empilé des mottes de paille et on vient juste de les recouvrir de planches de bois. Loupus est très fier de son idée, c'est sûr, tous les villageois vont adoré sa surprise ! Mais où sont les acteurs ? Une petite boule commence à grandir dans son ventre. Il sent une perle de sueur couler sur la tempe… Rien, personne. Sur la place, on commence à voir arriver des villageois. Il ne faut pas qu'ils arrivent en retard ! Depuis des mois qu'il prépare la fête du village et ces deux là vont tout faire tomber à l'eau ! Argh, il n'aurait jamais du faire confiance à ces deux têtes de mule ! En même temps il n'avait pas vraiment choisis, ce sont les fils de Brov, le chef du village, et ça aurait été mal vu de ne pas les engager.
Déjà qu'il avait du négocier avec Mina, la femme de Brov, pour qu'on décide son spectacle pour la fête de cette année…

Ah, ils arrivent enfin. Les deux jumeaux arrivent en courant vers Loupus. Sans même avoir repris son souffle, Tim, le plus grand, crie à Loupus tout en commençant à monter sur la scène :

"Ca y est ! Elle est arrivée, Loupus !" 

Crénom d'une pipe ! Il fallait que ça arrive aujourd'hui, le jour de la fête du village ! Ah ! Maudite Mina, tu ne pouvais pas attendre que soit passé le spectacle pour accoucher ?! Loupus bougonne. Tout va tomber à l'eau, maintenant, personne ne va être attentif, tout le monde va aller voir le rejeton de Brov.

"Fais pas cette tête Loupus, maman va rester au lit quelque temps, Loïse a dit qu'il lui fallait du repos. Papa voulait annuler la fête, mais maman ne veut rien entendre. On va être obligé de jouer quand même !"

En disant ça, Niel, le deuxième frère, fait un clin d'œil à Loupus.

"Bien, bien. Dépêchons, on a pas beaucoup de temps avant le début des festivités et il faut revoir toute la dernière scène. Tim, il faut que tu joues mieux le désespoir et toi Niel, soit plus sévère dans ton regard...."

                     ***********
                     
"Mina, il faut trouver un nom pour cette petite fleur."

Une larme coule sur la joue de Mina. Une fille… Elle a toujours voulu avoir une petite fille. Mais la vie lui en avait déjà repris une avant les jumeaux, à quelques mois de grossesse. Après leur naissance, elle avait eu une petite fille, Lise, mais l'hiver qui suivit fut incroyablement long et on enterra la petite enfant près de ses grands parents, au pied d'un grand chêne. Elle avait perdu tout espoir d'en avoir à nouveau. Quand elle avait annoncé à Brov, neuf mois plus tôt, qu'ils allaient avoir un autre enfant, elle n'avait pas songé à une fille. La douleur était trop présente pour oser espérer.

"Ellen. Ta mère portait ce nom à merveille mon amour, ta fille en fera de même."

Brov caresse tendrement le visage de son épouse. Les larmes s'échappent et coulent sur son visage. Il n'a jamais vu cette lueur là dans ses yeux. Cette enfant était un miracle.

Hors ligne Elvynia

  • Newbie
  • *
  • Messages: 15
    • Voir le profil
Re : Ellen
« Réponse #1 le: octobre 09, 2012, 21:10:33 pm »
De ses petits bras, Ellen porte difficilement le seau d'eau claire que Mina lui a demandé d'apporter. Le puits n'est pas très loin de la petite cabane, mais quand même ! C'est sacrément lourd ! Il ne faut surtout pas le faire tomber, maman en a besoin pour soigner le grand monsieur de la cabane.

Dans l'encadrement de la porte, le visage rosé et bouffi, le jupon parsemé de gouttes d'eau, Ellen tend le seau à sa mère.

Mina se retourne au son du clapotis de l'eau dans le seau qu'Ellen balance dangereusement. Cette enfant est un don du ciel… Dans les yeux de Mina on voit briller une lueur qui prend la forme d'une gouttelette au coin de ses yeux. Le petit visage d'Ellen rayonne et son rire est comme une claque qui fait couler les larmes sur les joues de Mina…

Ellen est contente. Elle a aidé sa mère trois fois cette semaine pour les soins. A chaque fois, quand papa rentre à la maison, elle saute dans ses bras et lui raconte tout ce qu'elle a fait de la journée. Et finalement, elle s'endort dans ses bras forts et doux à la fois, bercée par le son grave de sa voix.

Les yeux de Brov se posent sur Mina. Elle aussi, elle a peur, il le sent. Dans un mois maintenant, ça fera cinq ans qu'Ellen est de ce monde. Cette douce enfant, les yeux pétillants et toujours à l'affut d'apprendre et de s'amuser… Cette petite rose, ce bouton d'or… Dans quel monde vas-tu grandir ? Pourvu que les tensions du Brevoy ne t'atteignent pas… Pourvu que…

Brov porte doucement sa petite princesse vers son lit. Il n'a pas besoin de rester très longtemps pour qu'elle s'endorme. Quand il revient dans la salle principale, Mina est à la fenêtre. Il la prend dans ses bras et la sert contre lui.

"Loupus est mort ce matin. Le froid sera terrible cette année, Brov. Il y a tant de malades…  Il y a eu trois morts déjà."

"Nous n'y échapperons pas, Mina. Pas cette fois. Le processus a commencé et la malédiction arrivera elle aussi. Elle ravagera le village entier, elle tuera nos enfants, nos femmes. On y pourra rien."

Sa voix grave raisonne en Mina. Elle ravale ses larmes, lève les yeux vers le ciel étoilé…

"Il faut sauver les enfants…"

Hors ligne heresiarque

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 88
    • Voir le profil
Re : Re : Ellen
« Réponse #2 le: octobre 09, 2012, 21:44:25 pm »
La veille on préparait une fois n’est pas coutume le spectacle annuel du village, qui tous espérait aller perdurer sur des années encore, et le lendemain, comme par hasard, une bonne partie des villageois étaient cloués au lit.
‘Quelle bande de comédiens…’Maugréa Loupus en tassant la paille défraîchi de la dernière moisson sur le sol gelé. ‘C’est sur scène que j’ai besoin de comédien ! Pas dans leur lit !’ Loupus souffla exagérément tout en reprenant le travail : il n’était pas rare de prendre un coup de froid en ce lieu, l’humidité charriée par la rivière y était souvent pour beaucoup.
‘Je vais devoir encore me farcir tout le travail….’ Se lamenta Loupus en roulant des yeux.' Mais pas avec le gosier sec !' Goulûment Loupus porta à ses lèvres la gourde de vin que lui avait amené Mina la femme de Brov.
'Bon faut se remettre au travail !'Lança Loupus en se frottant les mains.




‘C’est bien la première fois que la fête du village est annulée.’ Jeta une voix inquiète à qui voulait l’entendre au sein de l’auberge.
‘Ouais mon gars’ Rétorqua une autre voix puissante. ‘ Même le jour de la naissance de la petite Ellen la fête à été maintenue.’
‘ Moi… Je vous dis que ca va apporter le mauvais œil sur le village !’ Répliqua une tierce voix tremblotante et fluette.
‘Tais toi donc Crachelière et bois ta bière, arrête de dire des bêtises !’ Répondit l’homme à la voix puissante, un rude gaillard.
‘Mais vous savez tous que ces terres sont maudites ! Et que jamais aucun village n’a passé une décade !’ Couina Crachelière un halfelin dont le courage n’avait d’égal que sa taille.
‘Il suffit !’ Cria une voix féminine en provenance de l’arrière salle. ‘ Arrêtez de dire des bêtises et buvez vos verres ! Nous serons les premiers à domestiquer ces terres sauvages !’




‘Du calme mes amis, du calme !’ Jeta d’une voix puissante Brov à l’attention de la petite foule qui c’était réuni autour de la petite chapelle dédié à l’ensemble des divinités vénéré par les habitants du village.
‘Du calme Brov ? Comment veux tu que l’on garde notre calme ! Nos enfants sont pratiquement tous malades !’
‘Oui Bostk, je le sais et Mina fait tous ce qu’elle peut pour les guérir !’
‘Qu’est qui se passe ? Est que cela serait la malédiction des Terres Volées qui s’abat sur nous ?’
‘Ne dis pas de bêtise Martha, c’est parce que ta fille est malade que tu dis de telles bêtises !’ Brov pointe du doigt l’ensemble de la petite communauté. ‘Ecoutez moi bien ce n’est pas une malédiction juste une maladie et Mina saura quoi faire !’
‘Puisse les dieux t’entendre…’ Se lamenta Crachelière. ‘Puisse les dieux t’entendre.’




De ses petits bras, Ellen porte difficilement le seau d'eau claire que Mina lui a demandé d'apporter. Le puits n'est pas très loin de la petite cabane, mais quand même ! C'est sacrément lourd ! Il ne faut surtout pas le faire tomber, maman en a besoin pour soigner le grand monsieur de la cabane.

Dans l'encadrement de la porte, le visage rosé et bouffi, le jupon parsemé de gouttes d'eau, Ellen tend le seau à sa mère.

Mina se retourne au son du clapotis de l'eau dans le seau qu'Ellen balance dangereusement. Cette enfant est un don du ciel… Dans les yeux de Mina on voit briller une lueur qui prend la forme d'une gouttelette au coin de ses yeux. Le petit visage d'Ellen rayonne et son rire est comme une claque qui fait couler les larmes sur les joues de Mina…

Ellen est contente. Elle a aidé sa mère trois fois cette semaine pour les soins. A chaque fois, quand papa rentre à la maison, elle saute dans ses bras et lui raconte tout ce qu'elle a fait de la journée. Et finalement, elle s'endort dans ses bras forts et doux à la fois, bercée par le son grave de sa voix.

Les yeux de Brov se posent sur Mina. Elle aussi, elle a peur, il le sent. Dans un mois maintenant, ça fera cinq ans qu'Ellen est de ce monde. Cette douce enfant, les yeux pétillants et toujours à l'affut d'apprendre et de s'amuser… Cette petite rose, ce bouton d'or… Dans quel monde vas-tu grandir ? Pourvu que les tensions du Brevoy ne t'atteignent pas… Pourvu que…

Brov porte doucement sa petite princesse vers son lit. Il n'a pas besoin de rester très longtemps pour qu'elle s'endorme. Quand il revient dans la salle principale, Mina est à la fenêtre. Il la prend dans ses bras et la sert contre lui.

"Loupus est mort ce matin. Le froid sera terrible cette année, Brov. Il y a tant de malades…  Il y a eu trois morts déjà."

"Nous n'y échapperons pas, Mina. Pas cette fois. Le processus a commencé et la malédiction arrivera elle aussi. Elle ravagera le village entier, elle tuera nos enfants, nos femmes. On y pourra rien."

Sa voix grave raisonne en Mina. Elle ravale ses larmes, lève les yeux vers le ciel étoilé…

"Il faut sauver les enfants…"

Une pesante atmosphère règne sur le petit cimetière situé à coté de la chapelle. Il n’y avait que quelques tombes, douze pour être exact. Le cimetière avait peu servi au cours de ces années, les dangers le long du fleuve était moindre qu’ailleurs en cette partie de la plaine et certains habitants préféreraient enterrer leur morts en dehors du cimetière en des lieux qui semblaient plus adaptés.
Les visages étaient tantôt renfrognés, tantôt désespérés : il y avait quinze tombes désormais. Trois  tombes avaient été rajoutées deux petites celles d'Emily et de Johen ainsi que celle de Loupus. Trois tombes autour desquels des femmes se lamentaient tandis que des pères ou des amis luttaient pour refouler leur larme.
A l’écart Brov observait la scène vouté, abattu. Au cours des deux dernières semaines il semblait avoir vieilli d’une dizaine d’années. Mais que se passait-il avec les enfants ? Pourquoi cette maladie, cette malédiction même, que Mina ne pouvait vaincre, s’acharnait sur eux ? Brov ne savait plus quoi dire pour que ses amis reprennent confiance et pourtant il était hors de question de quitter ce village car ou pourraient-ils tous aller ? Car malgré ce qu'il avait dit à sa femme Brov savait qu'ils n'avaient nul part ou aller . Il fallait mieux attendre que les enfants aillent mieux pour repartir de l’avant, Mina était une bonne rebouteuse elle finirait par trouver une solution !



Le  repas en famille était le seul moment de la journée qui apportait un peu de réconfort et de tendresse à Ellen.
Depuis quelques semaines déjà ses parents semblaient préoccupés par des trucs d’adulte. Des trucs si grave que désormais qu’Ellen devait rester la plupart du temps seule à la maison, enfin pas vraiment seule car elle avait bien sa poupée pour lui tenir compagnie.
Lors d’un de ces repas on vint tambouriner à la porte, les villageois étaient  venus en hurlant, criant vengeance.
Tandis que Brov referme la porte pour entendre les explications de la foule, Mina amène sa fille dans sa chambre pour la rassurer.
‘Je suis désolé ma chérie…Désolé pour tout ce qui se passe…. Tu es ce que j’ai de plus précieux au monde… Mais il va falloir que tu … Non, non je ne peux pas…’ Pendant de longues minutes des grimaces déforment le visage de Mina comme si elle luttait contre elle-même.
‘Ne t’inquiète pas ma chérie, maman travaille trop.’ Poursuivit Mina souriante tout en caressant le visage de sa fille.
Elle sort de sa manche une petite fiole de verre et  regarde pensive vers la porte fermée. 
‘Je crois que je n’ai plus beaucoup de temps ma chérie tu vas être bien sage et boire ceci, c’est pour ton bien.’
La porte s’ouvre à la volée : Brov se tient dans son encadrement le visage totalement hagard , blafard.
‘Qu’est que ca signifie Mina, dis moi que ce n’est…’
Avec horreur Brov découvre ce que sa femme tient entre ses mains et s’apprête à donner à leur fille.
‘Non ! Ce n’est pas possible ! Que comptais tu faire à ta propre fille !’
‘Tu vois on avait raison !’ Hurla la voix caractéristique de Crachelière. ‘C’est ce que l’on a trouvé dans sa cabane !’
Mina se relève exaspérée.
‘ Ce ne sont que des remèdes pour soigner nos enfants ! Voyons Brov ! Tu me connais depuis toujours tu sais bien que je serais incapable de faire du mal à ma fille !’
‘Ha oui et pourquoi ces fioles étaient cachés sous une latte et pourquoi aucun des parents n’en a jamais vu ! Non c’est elle la responsable ! C’EST ELLE !’
‘Suis-nous…’ prononce d’une voix brisée Brov. ‘Suis-nous Mina….’
C’est la dernière fois qu’Ellen vit sa mère….


Plus tard dans la nuit.


Ellen fut brutalement tirée de son sommeil sans rêve par son père : son visage était marqué par le chagrin mais aussi par la peur, une peur qu’il tentait de contenir.
Des hurlements retentissaient au loin dans la nuit.
‘Debout ma chérie ! Debout on s’en va !’  Brov tend à sa fille une épaisse fourrure de loup.
‘Met ca et …’
Des pleurs d’enfant percèrent la nuit, proche.
‘Ma maman…Je veux ma maman….’ Sanglots misérables.
Brov s’empresse d’habiller sa fille.
‘Maman ? Tu es la ?’ Sanglote une fois familière : Emily la cousine d’Ellen. Cela faisait tellement longtemps qu’Ellen n’avait pas vu sa cousine.
‘Emily ?! C’est mo…’ Ellen n’a pas le temps de terminer sa phrase, Brov lui couvre la bouche avec tellement de vigueur qu’Ellen éprouve une vive douleur et sent un gout acre lui envahir la bouche.
‘Qui est la ?’ Lance Emily d’une voie joyeuse et proche.
Brov s’empressa d’ouvrir la fenêtre donnant vers l’extérieur pour y déposer sa fille.
Le bruit d’une porte violemment ouverte se fait entendre.
‘ Court, court vers le chêne et attend moi la bas ! Court !’
‘Tu veux jouer avec moi ?’

Ellen couru dans la nuit ce fut la dernière fois qu’elle vit son père.
 


A moitié morte de faim et de froid, perdue le long de la rivière, Ellen fut retrouvée par un homme sans âge qui su la ramener vers la vie.
Ce dernier ne pouvant s’encombrer d’une fillette l’amena vers un endroit sur ou des hommes et des femmes la prirent en charge.
« Modifié: octobre 09, 2012, 21:48:04 pm par heresiarque »

Hors ligne Elvynia

  • Newbie
  • *
  • Messages: 15
    • Voir le profil
Re : Ellen
« Réponse #3 le: octobre 24, 2012, 16:51:45 pm »
La route est longue et fatigante pour Ellen. Sans fin, une route interminable dont la destination finale lui est inconnue… Pour passer le temps, Ellen met en ordre ses pensées en belles phrases. Il faut essayer de faire passer les émotions qu'elle a ressenti par les mots, comme le maître Evtakn lui a appris. Maman dis toujours… Disait toujours ?... Quel temps faut-il employé ? Les larmes sont dures à avaler à son âge. Seulement onze ans...

Maman disait toujours qu'elle avait un don pour l'écriture. Quand le temps était trop froid pour qu'elle aille dehors, elle jouait à inventer des histoires.  Parfois, la nuit quand elle avait peur, elle le faisait aussi et le lendemain, quand papa l'accompagnait chez maître Evtakn elle lui racontait son histoire. Repenser à ces doux souvenirs lui donnait l'impression de milliers de lames dans le ventre…

Elle ne sait pas encore bien écrire pour en laisser des traces écrites. C'était maman qui les écrivait…

Le vert du paysage laisse place au blanc de la neige et le vent glacial mord le visage de l'enfant. Les phrases viennent en s'entrechoquant dans l'esprit de l'enfant…

Elle marche sur le sentier glacé, aussi glacé que son petit cœur.
Comme un guide, il l'aide à mettre un pas devant l'autre, comme si il lui tenait la main, et elle n'a plus peur de se perdre.


L'homme s'arrête. Devant la jeune enfant se dresse sa nouvelle mère. Elle ne dit rien, le silence, elle le sait sacré, dans ces moments là. Elle se sent soudain en sécurité. Une façade de pierre imposante sort de terre pour s'élancer vers le ciel. La porte, immense, en bois, s'ouvre lentement. Deux hommes en vêtements de laine couvert d'une cape brune en sortent, leurs mains croisées sur la poitrine et le visage baissé (pour se protéger du vent ?). Un troisième homme, plutôt jeune homme, avance entre eux. Il a l'air sympathique, en croit Ellen à son sourire et sa mine radieuse, du moins bien plus que celle des deux autres hommes… Mikael Rostanev s'adresse d'abord au guide de la petite Ellen. Elle frissonne, les visages graves des deux hommes lui font peur. Elle se rapproche des hommes qui discutent entre eux, au cas où ils se transforment en loup affamés !

Mikael se penche vers Ellen, pour être à sa hauteur, pose sa main sur son épaule et lui souris. Pourquoi il me fait un clin d'œil ? Ellen souris timidement, en espérant que ses joues ne virent pas au rose… Une fois à l'intérieur du monastère, son guide partis de son côté, Ellen est amenée dans une petite chambre carrée. Un autre homme encore les accompagne, il est plus âgé et sourit à Ellen. Pourquoi est-ce qu'ils me sourient tous ? Il viendra la chercher un peu plus tard pour lui montrer quelque chose !

La petite pièce carrée qui fait office de chambre lui plait beaucoup, elle s'y sent bien. Les murs sont vides et une petite fenêtre fermée par plusieurs plaques de bois empilées les unes sur les autres laisse pénétrer quelques rayons du soleil. Une banquette de bois lui servira de lit, avec de grosses couvertures mitées, mais chaudes. Une petite table bancale au coin de la pièce. Ellen dépose ses affaires (un petit ballot avec quelques vêtements et le carnet de son père) au sol.

Ellen a les yeux écarquillés… Andrei Malkof avait été surpris d'apprendre qu'elle savait lire, lentement, certes, mais tout de même! Elle ne crie pas de joie, elle sait qu'il ne faut pas, mais elle sert fort la main d'Andrei, qu'elle apprécie beaucoup. Il est gentil avec elle, et elle sent que c'est un homme bon. Les livres, elle a toujours adoré ça. Surtout leur odeur. Maman en a quelques uns sur les plantes et papa aussi. La pièce est ronde, et l'odeur du vieux livre et du vieux parchemin embaume la pièce. Quelques tables trouvent place au centre. Et des livres et des parchemins, des cartes, … A même le sol, sur les tables, en pile… Ouverts ou fermés.

Un faible sourire se dessine sur son visage. Quel bonheur, elle adore cette pièce. Vite, la montrer à papa et maman…

De grosses larmes brûlantes coulent sur ses joues. Ses sanglots, elle ne les retient plus. Le cou avait été brutal, comme une chute rapide du haut d'une falaise. Tout s'est effondré en elle. Elle veut crier, mais elle ne peut pas, elle ne doit pas. Son petit corps de onze ans seulement se tend, se recroqueville, dans les bras d'Andrei. Ses ongles s'enfoncent dans ses paumes. Tout autour d'elle n'est qu'abîme et obscurité. Jamais la lumière ne pourra  revenir en elle.

Andrei la tient dans ses bras, immobile. Ce n'est pas le premier enfant qu'ils recueillent au monastère. Il avait sentis qu'elle était intelligente et il compté bien l'instruire encore davantage. Ca sera dur pour cette pauvre enfant d'oublier, mais comme Alis, un jour ses pleurs cesseront et elle avancera. Déjà dans sa poitrine, il sent une douleur légère, s'amplifier… Il avait déjà connu ça, avant d'entrer dans les ordres, quand son premier enfant été né… Ce petit corps faible et sanglotant, il allait le protéger. 

Hors ligne Elvynia

  • Newbie
  • *
  • Messages: 15
    • Voir le profil
Re : Ellen
« Réponse #4 le: octobre 25, 2012, 09:52:11 am »



Voilà à quoi ressemble Ellen au début de notre histoire !



Une autre encore ....


Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - heresiarque  |  Aventuriers (Modérateur: heresiarque)  |  Ellen
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !