gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102316 Messages dans 7472 Sujets par 914 Membres - Dernier membre: pepeARea novembre 15, 2019, 08:16:00 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Cialf  |  Route (Modérateur: Cialf)  |  Résumé des parties
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Résumé des parties  (Lu 1284 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Cialf

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 63
    • Voir le profil
Résumé des parties
« le: juillet 29, 2012, 20:28:45 pm »
Ici, le résumé des parties: tronc commun de ce qui est joué et connu de toute la table. Si un joueur a envie de faire le résumé, c'est très bon. D'ailleurs, ce serait sympa de faire le récit par la bouche du perso, avec sa subjectivité, son style, son point de vue. Attention de ne pas trop spoiler ce qui ne doit pas être connu de certains PJ.

Pour les développements secrets ne concernant qu'un ou deux PJ, merci de créer un nouveau sujet ainsi titré:

(click to show/hide)
« Modifié: juillet 31, 2012, 21:08:25 pm par Cialf »

Hors ligne Erylsaor

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 118
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Résumé des parties
« Réponse #1 le: juillet 31, 2012, 16:03:05 pm »
Extrait du journal du jeune Zéphyr Saorsin :

Cela faisait plusieurs jours que je voyageait dans cette contrée belle et magnifique, Taol-Kaer est ma terre ma patrie, une terre que je connais si peu mine de rien, enfin il était temps de découvrir le monde.
Bref alors que j’étais en route en direction du Nord,  j'ai rencontré une caravane arrêter sur le bord du chemin. D’après leurs visage et vêtements, ils s’agit d’une famille Tarish, ils sont en train de discuter avec une jeune femme, bizarre elle n’est pas habillée comme eux, une simple tunique, peu de chose sur elle, elle n’a pas l’air d’avoir une arme, serait-ce une Demorthen ?
Elle me fait signe qu’elle a besoin d’aide, apparemment un des Tarish est gravement blessé sur son cheval, il a une blessure au ventre, il a le teint pâle et , à mon avis il ne passera pas la nuit. Bon je vais dans leur direction (mais pourquoi j'y vais) et je l’aide à porter l’homme sur la terre ferme (pourquoi je l’aide m’enfin!!). Je le pose au pied d’un grand arbre, et la jeune femme le touchant des mains, pratique devant mes yeux ébahi, un effet magique se crée : la blessure se referme, il ne reste qu’une vile cicatrice, effectivement c’est bien une Demorthen.

La Demorthen leurs dit qu’il lui faut du repos, Ils me demandent où ils pourraient se reposer, je connais une vieille femme (un peu déranger mais fort sympathique) qui peut les héberger à quelques lieux d’ici. Nous y allons, effectivement la vieille dame est contente d’aider (et surtout d’avoir un peu de compagnie), et nous posons l’homme blessé dans un des lits. Après discussion il s’avère que l’homme a été attaquer injustement par des brigands et qu’ils sont partis vers les marais du ponant il y a peu. Les Tarish nous demande de les aider à réclamer vengeance, Tito (ou je sais plus mais moi j’aime bien tito) un des Fils Tarish, nous supplie, la demorthen se nommant Katell est d’accord, me demandant de l’aider (très bon motif pour s’échapper de la vieille car ces histoires de choux du marché…), par contre chose bizarre les Tarish sont peu avare d’information concernant leur rencontre avec les brigands et font mines de rien. Bref on y va et on remercie la vieille pour son accueil, et Tito nous accompagne.

Je connais un peu le coin et je les amenés là où à coup sûr des brigands se serait fait la malle, par les marais bien sûr, comment je sais ça, aucune idée…
Bref le coin est bien sombre et marécageux, nous arrivons devant une grande étendue d’eau, on va devoir avancer en radeau me chuchote le nain euh tito. Enfin après quelques minutes de réflexion nous entendons une embarcation arriver. Nous nous dissimulons discrètement dans les roseaux. Nous entendons plusieurs voix. L’un d’entre eux apparait en armures, l’air bien costaud à l’avant du radeau. La demoiselle vit un oiseau (qui passait par là chercher son poisson) et chose incroyable elle lui demande combien y’a de personnes sur la barque et là le miracle s’accomplit, l’oiseau fit quatre tours dans le ciel. Incroyable… Elle lui posa pleins d’autres questions mais il se cassa ! (je pense qu’il était saouler mais bon). Enfin bon d’après les descriptions des Tarish ça à l’air de correspondre. Me vint une idée, si je lançait le nain euh Tito sur la barque pour faire bouclier et que je saute sur le radeau direct j’me les fait, mais cela comportait beaucoup de paramètres aléatoires trop risqué (je ne vois rien et j’ai le temps de me faire canarder comme un lapin avant d’agir, mouai vaut mieu oublier).

Nous les laissons avancer et prendre un peu de distance, le Tarish trouva un radeau dissimuler dans les fougères. Hop ni une ni deux on embarque et je prends une des deux rames, non mais, j’aime pas trop me faire conduire moi. Bon nous les suivons discrètement. La pluie s’abat d’un coup c’est la tempête (ça rigole pas ici les effets météo), la pluie s’abat fortement sur nous, il y a un fort vent et les roseaux frémisses !!! Après une course poursuite en barque qui dure un petit moment, nous les voyons amarrer leur barque sur la berge, les trois hommes sortes et commence à emmener de force un quatrième personnage qui a l’air d’être saucissonner façon rôti. Après un accord sur notre plan d’attaque révolutionnaire, nous fonçons sur la berge, Katelle fonce sur le gars attacher, sort une dague et coupe ses liens avec une rapidité surnaturelle. Moi, je prends ma pagaie en main et d’un mouvement rotatif fluide et puissant, je leur balance dans la face en mode tourbillon, y’a des têtes qui en prennent cher sous l’effet du coup. Un garde est sonné. Celui en armure se prend lui aussi un coup de pagaye, faut partager mon gars.  Mais il a le temps de mettre un coup du plat de sa lame dans le dos de la demoiselle qui tombe sous le choc, elle s’énerve, elle tend sa main sur lui et j’entends le mot « flétrissure » me semble, à ce moment-là le gars en armure se tord de douleur et son œil est très moche à voir. Elle rigole et s’agenouille (oula elle me fait peur la dame).  Le personnage qui s’est libéré de ses liens, prend une dague et se bat courageusement contre le garde. Le Tarish se bat aussi vaillamment. Soudain le gars en armure tombe à genoux, une flèches planter dans le dos, derrière lui je vois une silhouette… Ouf c’est un Vieil ami, Triskell, un redoutable chasseur, capable de viser sur des miles (sacré légolas ahaha). La victoire nous souris.

Nous les attachons avec ce que nous trouvons et nous les interrogeons gentiment. La dame prend une flèche et leur demande si elle est empoisonnée… Pas de réponse. A tour de rôle nous leur posons diverses questions avec un peu de subtilité dans les techniques de chacun, ma méthode de faire croire à la mort du chef les a quand même bien chambouler. Bref on en apprend sur tout qu’ils sont des adeptes de l’unique et qu’ils doivent expié leurs péché blabla… (moi j’aime pas l’unique), apparemment notre nouvel ami, qui est un Magientiste vu sa façon bizarre de nous parler et du matos qu’il transporte, détient un parchemin avec des notes importantes sur un lieu mystérieux en rapport avec les fabrications Magientiste. Bref j’ai pas tous compris… Quoi qu’il en soit, ils ont kidnapper le gars pour les conduire au dit lieu que lui seul connais, apparemment se serai une vieille usine désaffecté… Le Tarish s’énerve et je suis obliger de gentiment le calmer d’un coup sec du plat de mon arme. Nous nous concertons pour avancer et choisir ce que nous devons faire de nos prisonnier. Ni une ni deux le Magientiste de sa dague tranche la gorge des deux gardes (oula il rigole pas lui, je vais pas te lâcher mon gaillard). Ceci dit c’était surement la meilleur chose à faire ils serait revenus plus nombreux pour nous tuer (je connais bien ça). Bref nous décidons d’aller jusqu’au dit lieu.

Il commence à faire nuit, il faut s’abriter rapidement. Nous apercevons une vieille tour en ruine, et nous y allons. Le Tarish prit peur et pris ses jambes à son coups en hurlant de peur. Nous partons en radeau en emportant le chef attaché, et nous accostons sur la berge suivante. J’attache le radeau et on s’approche de la vieille bâtisse qui m’a l’air bien abandonné. Une vieille porte en bois ferme l’entrée. Hop les réflexes : inspections de la porte, elle n’a pas l’air piégée, un grand coup d’épée bien placer, la serrure avec un bout de la porte s’éclate, j’ouvre ce qui reste de la porte doucement. La pièce semblait déserte,  quelques meubles, table, lit, caisse, soit défoncer, soit quasi moisi. Des lianes recouvre la plupart des murs et la végétation semble s’être installer dans tous les recoins de la pièce. Un escalier délabré remonte jusqu’à un second étage ou les planches on l’air complètement pourri. Un escalier à l’air de s’enfoncer dans les ténèbres recouvert par la végétation. Bref le coin a l’air joyeux mais au moins nous sommes à l’abri. Nous faisons un feu, nous nous reposons et discutons un peu, le chef lui dort à point fermé j’ai dû lui aussi l’aider à s’endormir… Nous dormons, avec un tour de garde entre Triskell et moi, et enfin le matin arriva.

Nous grignotons rapidement quelques vivres et nous décidons de visiter l’endroit et oui on préfère le faire une fois qu’on a dormi dedans et en plein jour. Alors que j’essayai de retirer une liane de la bâtisse et celle-ci se mit subitement à bouger (j’ai rien bu pourtant). On se demandait que faire du chef. Le Magientiste trouva rapidement la réponse, très ingénieux cet homme. Il attacha une liane autour du coup du chef et piqua celle-ci, direct la liane se met à bouger d’un coup sec et le pauvre homme se retrouve pendu… D’un coup les lianes bougent ainsi que la structure… La team se met en marche pour monter les escaliers, en chemin nous voyons une inscription sur le mur, mais moi je n’y pige rien. Le Magientiste déchiffre ce qu’il peut et apprend que c’est un endroit arborant le symbole de l’unique. La Structure bouge, la demoiselle fait appel à un oiseau et celui-ci apparait, elle lui demande ou se trouve le mal et celui-ci repart à l’étage supérieur, j’en comprend notre ennemi est là-haut.
Nous montons difficilement à l’étage et nous ne voyons rien. Nous redescendons et apercevons à travers les ouvertures de la bâtisse sur l’extérieur des mouvement dans les fourrés, des silhouettes en armures. La structure bouge de plus belle et on a l’impression que cela va s’effondrer. Nous forçons l’allure pour tenter une sortie par la porte.

D’un coup je tente la roulade afin de sortir au plus vite de cet endroit, et hop on tombe nez à nez avec des bandits armés jusqu’au dent. Je reconnais sir Jeryll et sa bande, ouf enfin en sécurité :)

La bâtisse elle ne bouge plus et on a l’impression que rien ne s’était passer de quoi devenir dingue…
« Modifié: juillet 31, 2012, 22:57:14 pm par Erylsaor »
Eryl le charcuteur des carpates ^^

Hors ligne Cialf

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 63
    • Voir le profil
Re : Résumé des parties
« Réponse #2 le: juillet 31, 2012, 21:31:22 pm »
 :) Bravo, excellent récit. On s'y croirait. Peut-être que quelqu'un aura envie de compléter. Je crée un sujet en mode spoiler pour montrer comment ça marche, ce sera rendu public plus tard si le temps s'y prête.

Hors ligne Cialf

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 63
    • Voir le profil
Re : Résumé des parties
« Réponse #3 le: septembre 06, 2012, 23:54:17 pm »
Récit de la varigale Isleen. Pendant les fêtes de Tsioghair au solstice d'été, aux Alignements de Tursal qui sont, comme chacun sait, dans le sud du duché de Salann Tir.

Je dois dire que je n’avais pas trop bonne conscience en laissant ce jeune homme tout seul sur la route. J’avais essayé de le prévenir que la région des Marais du Ponant peut être dangereuse, mais il n’a voulu en faire qu’à sa tête. Je n’avais même pas songé à demander son nom, ce qui est une faute professionnelle : s’il lui arrivait malheur, je ne pourrais même pas en rendre compte convenablement. D’un autre côté, si j’arrivais en retard au camp des pélerins de Tursal, je risquais de manquer pas mal de choses. Enfin, j’arrive au campement, il y avait la foule, comme tous les ans, et je tombe sur deux jeunes filles, deux jumelles, qui me demandent si je n’ai pas croisé leur frère. Elles me le décrivent : c’est mon jeune fou. Les deux sœurs s'appellent Eva et Nolwenn, et leur frère Lorenn. Je leur avoue que je l’ai laissé en plan sur la route et elles m’engueulent comme pas possible, jusqu’à ce que j’accepte de retourner à la recherche du frère perdu. Quand on les connaît un peu, elles sont sympas, les deux filles. Elles ont 15 ans et font leur service d’ost. L’une, Eva, est archère et n’a peur de rien, fille de chasseur, paraît-il, et l’autre, Nolwenn, herboriste, plutôt douce en général. Mais là, elles étaient furieuses toutes les deux.

Je reviens sur mes pas et, à deux heures de marche, je rencontre un groupe qui vient du Marais. Une jeune demorthèn, Katell, escortée par deux types armés, Zéphyr et Triskell, du genre à qui il ne faut pas poser de questions indiscrètes. Tu parles, je sais ce qui se passe dans le Marais, c’est le plus beau repaire de brigands de Salann Tir. La demorthèn, un peu naïve et visiblement pas du coin, n’avait pas compris à qui elle avait affaire, et je me suis bien gardé de la mettre au courant. Le bon côté de la chose, c’est qu’ils avaient rencontré mon oiseau, ce Lorenn : ils l’avaient laissé malade dans la charrette d’un marchand de paniers, et il allait rejoindre Tursal d’ici un jour ou deux. Avec la demorthèn, il y avait aussi un jeune homme bizarre, Gaerin, je crois, avec l’accent de Reizh, mais je n’ai pas trop réussi à savoir ce qu’il venait faire à Tursal. Il faut dire qu’il s’est passé tellement de choses…

Première chose : je rencontre Oswald, un collègue varigal, et son ami le barde Elath. Oswald, toujours mauvaise langue, se moque de moi parce que je ne connais pas les dernières nouvelles. La comtesse Lughtierne Mac Tremen, une cousine d’Athelstan, duc de Salann Tir, est sur place et on s’attend à une nouvelle esclandre de sa part. Et il y a aussi le demorthèn aveugle Tiarnach Eben, qui est plus vieux que les pierres et qui, paraît-il, va faire une révélation demain… Quelle révélation ? Comme toujours, Oswald fait le malin, laisse entendre qu’il en sait beaucoup plus qu’il ne dit et qu’il est largement plus malin que n’importe quel varigal des trois royaumes. Pauvre Oswald, s’il avait su ce qui allait arriver, il aurait peut-être moins fait de rétention d’information. Mais s’il avait su ce qui allait arriver, il ne serait pas venu à Tursal.

Dans la soirée, il y a un grand bal au milieu du campement. Tout le monde s’amuse, même la chevalier-ronce, Tara Mac Nuallan, qui vient danser avec deux des amis de la demorthèn, Zéphyr et ce Gaerin. Mais la fête se gâte quand les Osags débarquent sur la piste. Très bons danseurs, notez, c’est toujours un sacré spectacle de les voir bondir et tournoyer, mais quand ils sont là, c’est rare que la fête ne se termine pas en bagarre. Et on n’y échappe pas : Oswald, qui déteste les Osags je ne sais pas pourquoi, vient les provoquer. Il y a une empoignade, Elath dégaine son épée pour soutenir Oswald. C’était la chose à ne pas faire : une espèce de colosse osag les envoie valser tous les deux, et Oswald se plante sur l’épée d’Elath. Tué net. Je n’étais pas tout à fait à côté, mais c’est ce qu’ont raconté les témoins.

Un meurtre pendant une fête sacrée, même involontaire, ça ne pardonne pas : c’est un sacrilège qui doit être lavé dans le sang. Enfin, il y a beaucoup de gens qui réagissent comme ça. Tout le monde se met à la poursuite d’Elath pour le tuer. Lui, pas fou, profite de l’obscurité pour s’échapper. Il s’est bien débrouillé, parce qu’on n’a pas réussi à lui mettre la main dessus.

Une drôle de fête, non ? Mais le plus étrange reste à venir. Le matin du solstice, tous les demorthèn sont sur le plateau en train de célébrer leur rite, y compris cette jeune femme nommée Katell. C’est la première fois qu’elle vient à Tursal, et je crains qu’elle ait mal choisi son jour. Tout d’un coup, la cérémonie s’interrompt, les chants rituels s’arrêtent. Ce qui est arrivé est à peine croyable : un demorthèn a été assassiné en plein rituel ! Et pas n’importe qui : le vieux Tiarnach, le plus respecté des demorthèn de Tulg.

Entretemps, les amis de Katell étaient partis dans le marais pour chercher Elath. Je ne sais pas exactement pourquoi. Ils avaient des questions à poser à Elath, ils prétendaient qu’ils voulaient prouver son innocence, mais je crois que c’était un prétexte. D’ailleurs, l’un d’eux, Zéphyr, a fini par me révéler qu’il travaillait pour les chevaliers-ronces. Tout à fait à l’insu du juge Nadhell Ombelin, qui était censé maintenir l’ordre dans le campement. D’ailleurs, Zéphyr avait un problème entre et le juge et il l’évitait comme la peste. C’était même comique, par moments, parce que… Enfin, je reparlerai de ça.

Zéphyr et son copain voulaient absolument me faire dire où était Elath. Ca n’a pas marché, d’abord parce que je ne tenais pas trop à dénoncer Elath, qui est un barde assez moyen, mais un type convenable. Et ensuite, parce que je ne savais pas où était Elath. J’ai tout de même continué à les suivre, parce que je sentais qu’ils allaient me mener à une grosse affaire. Le vieux demorthèn avait été tué à l’aide d’une capsule magique reizhite, et le seul ici qui savait se servir d’une capsule magique reizhite, à ma connaissance, c’était le nommé Gaerin… Mais il était en bas du plateau avec moi quand le vieux avait été tué, donc ce ne pouvait pas être lui. Il y avait quelque chose qui ne collait pas.


Hors ligne Erylsaor

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 118
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Résumé des parties
« Réponse #4 le: septembre 09, 2012, 14:17:13 pm »
Très bon résumé grand chef :)
Eryl le charcuteur des carpates ^^

Hors ligne Cialf

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 63
    • Voir le profil
Re : Résumé des parties
« Réponse #5 le: septembre 26, 2012, 21:50:45 pm »
Récit d’Isleen la varigale, suite. Quelques jours de nouvelle lune après Tsioghair.

Je me disais bien que j’allais avoir des surprises avec ce groupe. Le lendemain de la fête de Tsioghair, une fête souillée et manquée à cause du meurtre du vieux Tiarnach, ils passent en jugement devant le juge Nadhell Ombelin. Motifs : agression contre une demorthèn, tentative de pillage et sacrilège. Tout ça, oui. Une affaire incroyable, j’en ferai le récit quand j’aurai vraiment compris, parce que le juge Nadhell est le champion des procédures emberlificotées… Et encore, moi, je suis une varigale talkéride, mais eux, surtout la jeune demorthèn qui est gwidrite et le type bizarre qui est reizhite, ils étaient visiblement complètement perdus. La demorthèn Katell a été acquittée, si j’ai compris, grâce à une ionnthèn qui a eu un rêve prémonitoire. La demorthèn Atarodh, celle qui avait déposé la plainte au départ, en pleurait à chaudes larmes et répétait qu’elle était désolée, que c’était un épouvantable malentendu. Alors qu’elle avait failli noyer Katell avec un sort de magie d’eau. Ces demorthèn ne raisonnent vraiment pas comme nous. Le seul qui s’en est mal tiré est le Reizhite, le nommé Gaerin. Il faut dire qu’il s’y est vraiment pris comme un manche, il répétait que sa fiole magique ne pouvait pas être coupable puisqu’elle ne brûlait pas… Peut-être que les Reizhites ont des fioles qui brûlent quand elles sont malhonnêtes ? Il faudra que je demande à un collègue qui vient de Reizh. Bref, 20 coups de fouet pour Gaerin, 20 pour sa fiole et 20 pour sa lanterne, qui n’était pas très claire non plus, si vous voyez.

Ensuite, je les ai perdus de vue parce qu’ils ont été bannis du territoire sacré. Il fallait que je suive l’enquête sur l’assassinat du demorthèn Tiarnach. J’ai appris deux ou trois choses, mais qui n’avaient rien à voir avec le crime.

Ensuite, alors que j’allais partir, le juge Nadhell m’a repérée et m’a versé quelques daols pour faire circuler des avis de recherche. C’est un travail que je n’aime pas, et je connais même des collègues comme Deirdre Lourienne qui refuseraient carrément. Mais il faut bien manger et mon séjour à Tursal m’a laissée vraiment à sec. Je vais d’un lieu à l’autre, je les montre à l’ansaleir local qui en fait dresser une copie, ou qui l’apprend par cœur s’il ne sait pas lire, c’est courant dans les petits villages. Ensuite, ce qu’ils font de l’avis les regarde. Sur le lot, d’ailleurs, il y en a quelques-uns qui ont une vraie utilité. Le premier, par exemple :

« Par les C’Maoghs qui étaient, sont et seront. La fête sacrée de Tsioghair devait être célébrée aux Alignements de Tursal. Cette année, par grand malheur, elle a été gravement troublée et souillée par le meurtre sacrilège du vénérable demorthèn Tiarnach Eben et n’a pas pu se conclure selon le rite ancestral. Il est demandé à tous les demorthèn de procéder aux prières, sacrifices et purifications nécessaires pour apaiser les C’Maoghs. Il est aussi demandé à tous les sujets du duché et personnes y séjournant de coopérer pour retrouver l’auteur de cet acte néfaste et le livrer à la justice ducale, mandatée à cette fin par l’assemblée des demorthèn. »

Un meurtre sacrilège, ce n’est pas rien. Et le meurtrier avait bien combiné son coup. J’espère qu’on le trouvera rapidement, avant que les C’Maoghs ne se mettent à nous pourrir la météo, les épidémies et le reste.

Le deuxième avis de recherche, je préfère le garder pour moi. Tant pis pour le juge. J’ai beau avoir faim, il y a des limites à ce que je peux avaler.

Le troisième avis, là, je suis d’accord. Le juge l’a reçu pendant que j’étais encore à Tursal et il m’a donné une copie. J’avais déjà entendu et même vu pas mal de choses horribles sur cette bande, mais là, ils dépassent les bornes.

« Au nom d’Athelstan, duc de Salann Tir. La bande de brigands criminels et malfaisants commandée par le félon Cailàn, dit le Borgne, ayant de nouveau commis de nombreux et sanglants méfaits dans le comté de Louarn, ayant tué, torturé et enlevé plusieurs personnes, incendié et ravagé plusieurs fermes, et en outre opposé une résistance armée aux forces ducales,  ordre est donné aux chevaliers royaux, ducaux et ronces séjournant dans le duché, ainsi qu’à leurs hommes d’armes, aux milices d’ost et aux milices de village de s’armer pour les combattre et les éliminer. Les membres et complices de cette bande, une fois livrés à la justice et leurs méfaits constatés, seront châtiés par la potence ou tout autre moyen selon la nature de leurs crimes. Ordre à tous les sujets qui ne seront pas en état de prendre les armes de faciliter la tâche des combattants par tous les moyens nécessaires. »

Entre nous, ça ne me rassure pas tellement de me rendre dans une région fréquentée par les hommes du Borgne. Mais en général, ils ne restent pas longtemps au même endroit, surtout s’ils ont toutes les forces du duché à leurs trousses. Si j’étais superstitieuse, je dirais que les ravages du Borgne, c’est encore la colère des C’Maoghs. Mais je vois mal les C’Maoghs se servir de racailles pareilles.

Je me demande si je vais revoir la drôle d’équipe que j’avais croisée à Tursal. Travaillaient-ils vraiment pour les ronces ? Est-ce pour ça que le juge les a laissés filer ? Si oui, ils devraient participer à la poursuite du Borgne.


Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Cialf  |  Route (Modérateur: Cialf)  |  Résumé des parties
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !