gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102316 Messages dans 7472 Sujets par 914 Membres - Dernier membre: pepeARea novembre 16, 2019, 23:19:09 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Mascarade - Cianers  |  Chroniques Groupe 2 (Modérateurs: Yademael, manquedebol, Cianers, Havokation, Ash, Kinburi)  |  ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.  (Lu 3622 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
« le: avril 18, 2012, 09:27:15 am »

Pour ceux que ça intéresse et pour comprendre le tout, mon BG un peu plus complet est en pièce-jointe sur la présentation de mon perso, ici.

Je rajoute en PJ ma fiche de perso, j'essaierais de la mettre à jour régulièrement.




Azz

29/11/2011
Groupe : Azz, les triplés Oshori
Objectifs : retrouver Haqim, protéger les triplés

Citer
  • Ça fait maintenant deux mois que je suis ici et j'ai toujours pas avancé. Cette ville est puante, je rentrerai bien à Alamut. Je vois vraiment pas pourquoi Haqim n'est pas revenu. Je me suis fait quelques contacts en ville, quelques alliés : Thomspon Gunner et Desmond Gale, notamment. Les assamites sont vraiment... différents, ici. MOSH, POSH & ROSH sont accommodants et plutôt rafraichissants dans leur genre, mais le mec qui m'a engagée pour les protéger, DRAGAN BELLIC, pas tellement.
    Demain on rencontre enfin cette fameuse organisation. L'impatience me bouffe, j'ai pas de temps à perdre.
الحكيم هو أكبر


04/12/2011
Groupe : Azz, triplés Oshori, Dédale, Paul et Rachel
Objectifs : retrouver Haqim, protéger les triplés

Citer
  • On a rencontré notre employeur, H. EVERETT de la SOCIÉTÉ DU MONT EVEREST, ainsi que nos alliés pour les missions à venir, DÉDALE TRIMAKIS, gangrel, et PAUL ?, Toréador. Notre première mission, "mission-test", a été de récupérer une armure. Ça nous a pris 2 jours à tout casser, mais c'est pas vraiment ça l'important.
    Al-Ashrad disait vrai, les fées existent. L'armure nous a été soufflée sous le nez, mais on l'a retrouvée chez un antiquaire du nom de JANUS. Il est complètement timbré, d'après Dédale et Paul son aura est psychédélique et il parle de son monde comme s'il n'appartenait pas au notre. Apparemment il a plein de bordel de là bas, en tous cas il nous a offert des cadeaux. Il est pas farouche. Il essaye de "réunir les objets de son monde" et "notre père l'a chassé de chez lui". J'crois qu'il parle de Khayyin. M'enfin, on a récupéré l'armure et même 4 autres en bon état.
  • Quand on est retournés voir Everett y'avait STEPHEN DZIEDZIAK, en train de gueuler. Il a pas aimé notre façon d'intervenir, trop de morts, pas discrètes. Pourtant je pensais que ça ne dérangeait pas les maudits de faire du mal aux mortels. Il nous a collé dans les pattes une putain de Trémère, RACHEL WEISZ. J'ai envie de la bouffer. On a quand même été efficaces, Everett nous a filé des récompenses et nous embauche. Du coup j'en sais un peu plus sur la Société du Mont Everest : ce serait le marchand d'arme du Djihad, celui qui essaye de tout garder équilibré, de tout surveiller. Leur problème actuel est la disparition de 7 antédiluviens : Enoïa, Arikel, Troïle, Absimillard, Saulot, Malkav et Haqim. Haqim. Il serait sur un autre monde, un autre plan. C'est n'importe quoi. Mais c'est ma seule piste.
  • Notre seconde mission a été de récupérer CÉDRIC PRESCOTT, un baali dont ils avaient la peau mais pas les mots : un tatouage qui est censé expliquer l'ouverture de la porte vers l'autre monde. Ils avaient vraiment envie de me filer des boutons, à me coller une Trémère sur le dos pour chasser du baali. Mais je dis pas, elle a été efficace, on l'a retrouvé vite. Ainsi que ses putains d'acolytes et le démon qui les accompagnait, btw. On en a défouraillé une vingtaine, on en a gardé 4 au cas où et on a ramené Prescott à Everett. Dédale a gardé la tête du démon. J'l'aime bien. En plus il a un problème avec les Trémère lui aussi. La mission réussie en une nuit ça a impressionné le vieux en tous cas.
  • On a eu 3 jours de battement. Tant qu'à bosser avec les mêmes personnes pour un bon bout de temps, j'ai profité que la Trémère camariste soit pas là pour proposer une vaulderie. On savait pas comment faire mais on a fini par dégoter un bouquin auprès d'un prêtre sabbat, SAMUEL. En cherchant je me suis rajouté un objectif : tuer Dragan. Il n'a rien d'honorable, il mérite pas les gamins, et eux n'ont rien à faire sous son emprise. La vaulderie va aider, et les rendre plus forts aussi. On a aussi fait trois diableries de groupe. Ça faisait longtemps, j'me suis un peu foirée sur la première. Mais qu'est-ce que c'était bon.
  • Haqim, j'écris tout ça et je me rends compte que mon comportement s'éloigne de ce qu'on m'a enseigné. Sois indulgent, je le fais pour toi. Demain viendra la prochaine mission et je me rapprocherai encore de mon but.
الحكيم هو أكبر


13/12/2011
Groupe : Azz, les triplés, Dédale et Paul
Objectifs : retrouver Haqim, protéger les triplés

Citer
  • Ils ont fait parler Prescott, mais il est mort avant de finir. Le tatouage encode le rituel pour passer d'un monde à l'autre : le premier "cercle" représente 7 reliques qu'on doit récupérer, le deuxième 2 épreuves qu'on doit passer et le troisième une épreuve "interne" à celui qui veut passer la porte, faire le rituel. On a surtout des infos sur les reliques. A priori on est partis pour une chasse au trésor.
  • Là on vient de rentrer de la Villa Barbaro, en Italie. On s'est un peu chié dessus, on en a crâmé une partie. Boarf. On a quand même mis la main sur les pierres de la Discorde, c'est ce qu'on nous avait demandé. Et du loot ! Un loot monstre ! Ouais y'avait un monstre aussi d'ailleurs, je sais pas trop ce que c'était. Mais Dédale a gardé la tête, ahah. Bon par contre nos relations avec LUIGI GIOVANNI et sa clique sont pas au beau fixe, on lui a quand même vidé ses catacombes, des biens comme des êtres... Mais il sait pas que c'est nous ! AHAHAHAH. On en a tué combien déjà... ? On a tué 3 nécromants et y'en a un autre qui est vraisemblablement fou à l'heure qu'il est. À la tienne Khayyin. Pour les fantômes, spectres, trucs moches et assimilés, je préfère pas calculer. Ah oui, Rachel est morte aussi. Ça me fait chier, je voulais la diabler. Tant pis, j'ai récupéré de son sang, c'est déjà ça de pris pour apprendre la voie du sang (un truc de ouf).
  • La prochaine mission est de chopper les lances de Longinus. Le truc trop marrant c'est que Paul en a déjà une des deux. Elle est pas mal ma nouvelle team.
  • Ah, dans tout ça on a quand même récupéré du lourd : des lettres de ELI ROTHSTEIN (juif, N-Y) à l'attention de Luigi Giovanni, les deux là fomentent des plans machiavéliques. Apparemment y'a une meuf, DONNA CARLA GIOVANNI , elle s'est faite tuer. Du Coup Rothstein il veut faire accuser le clan Ventrue, notamment la primo VIVIANNE MERCURY. À côté de ça y'a apparemment un certain M. HIRST, chef des Harpies de N-Y, qui risque de subir un p'tit chantage ou une petite manipulation des familles un de ces jours, pour bien enfoncer encore les Ventrues. Le Chambellan HASKILL et SPENDEL ont l'air sous leur contrôle aussi. Y'a que le Prince DELORAISON et CHARLES FINLEY qui ont l'air de leur poser problème. Et SIGISMOND c'est un pote de Rothstein. Voilà voilà. La politique, ça me saoule ! Mon vrai gros problème là dedans c'est que le primo Gangrel, LEONARD WITCHWOOD, est plus ou moins un pote de Dédale, et j'ai appris que si Vivianne saute il saute aussi, mais pas de la même façon... un assamite doit s'en charger. Je comprends pas trop pourquoi, il faut que je me renseigne.
الحكيم هو أكبر


19/12/2011
Groupe : Azz, les triplés, Dédale et Paul
Objectifs : retrouver Haqim, protéger les triplés

Citer
  • Wow wow wow, il s'en passe des choses à New-York. Je devrais tenir ce journal plus souvent, ça devient chaotique.
  • En rentrant d'Italie on est allés rendre le corps de Rachel aux Trémères. On en a rencontré deux du coup, FRANÇOIS et ÉRIC. Le second il était trop trop mal, watcha. Faut être con aussi pour s'attacher à des vampires qui risquent de clamser aussi vite.
  • Depuis les baalis je me sens faiblarde, je crois que celui qui m'a craché à la tronche m'a fait plus de mal que ce que je pensais. En attendant que ça passe j'ai demandé au groupe qu'on évite de repartir faire les zozos à droite à gauche, du coup on va rester un peu à New-York, et on en a  profité pour régler cette histoire avec Witchwood, héhé. Bon ok, côté calme et repos c'était pas ça, mais au moins on s'est pas ennuyés.
  • Witchood nous a expliqué qu'on devrait commencer par trouver une source à cette info, comme par exemple en disant qu'on avait récupéré les lettres chez LE DOG, un sethite du coin. Après tout, personne n'aime les sethites et le Dog n'aime pas Rothstein, ça pourrait paraître crédible. Pour pas y aller sans préparation, on a pris contact avec SIMON VAUDERT, le Préfet, pour qu'il nous file un coup de main pour attaquer les sethites (on lui dit qu'on a des documents à récupérer chez eux). Il aime pas les sethites non plus, mais il était vachement suspicieux, du coup j'ai du le rencontrer seule et déguisée en vamp', au KGB. Il a fini par accepter de nous aider, en nous refilant son infant (ARNAUD VAUDERT) et 2 autres types. Tu parles d'un cadeau, le gamin est un petit con et précieux comme il est les deux autres nous ont servi à être sûrs qu'il lui arriverait rien. M'enfin bon, il a quand même de la ressource. Mais j'l'aime pas. Bref, Paul va repérer les lieux, Dédale va chercher sa femme pour avoir du renfort, moi je vais voir Samuel pour savoir si y'a moyen de moyenner avec sa meute, et on se retrouve avec un bon petit nombre quand même. Au final le plan est passé nickel. On a un peu fait brûler l'immeuble, mais on est repartis avec 4 sethites en torpeur (dont le dog) et une nouvelle bagouze pour ma pomme. Je l'ai laissée à Samuel (quand on leur a ramené Sonia), il m'a proposé de l'étudier pour me dire ce qu'elle faisait. Il est plutôt sympa pour un sabbatique. En revenant au refuge on a diablé le Dog, c'était pas mal. Serpentis est une discipline assez intéressante. Bref, on a filé les lettres à Witchwood en lui disant qu'on les avait trouvées chez le Dog, et lui nous a donné un passe-droit pour enquêter sur les ventrues concernés. Tout dans les règles quoi. Ah, il nous a aussi filé un domaine chez les Anarchs, pas grand chose mais c'est sympa.
  • Là, on était le 17 décembre. Et ce jour-ci, j'ai aussi reçu deux lettres. Une de SAMSON BENDJEMA, qui m'expliquait qu'on devrait se rencontrer, pour qu'il me provoque en duel pour que mes errances soient pardonnées. Un peu de compagnie avec les miens, ça c'était cool. Par contre j'ai aussi reçu une lettre de Dragan Bellic, qui voulait récupérer les triplés pour deux nuits. Et là, ça a pas été possible. Du coup je leur ai dit qu'il était déshonoré, je leur ai tout expliqué, et on est partis le tuer. Tout ce qu'on a réussi à faire c'est annihiler son refuge. En même temps on y était un peu allés à l'arrache. En plus y'avait le fils Vaudert avec nous, il était tout fou ce con. On savait pas trop quoi faire, on est retournés au KGB pour se trouver un alibi et on a fini par picoler en jouant à un jeu qui nous a fait nous connaître mieux, hinhin. Le lendemain grosse gueule de bois, grosse lose. J'ai pris les triplés sous le bras et je suis allée chercher ma bague chez Samuel, en mode « Coucou je viens chercher mon bijou ; au fait vous savez pas où est Dragan ? ». Arrivés là bas Samuel nous a accueillis avec une mine un peu défaite, et on s'est retrouvés enfermés dans une salle. Je savais pas quoi faire, j'avais mal à la tête, ça s'est pas vraiment bien fini. Samuel est venu, on a discuté un peu, on était apparemment pas crédibles, il m'a rendu la bague et là on a testé un truc con. Les triplés s'étaient fait tatouer avec une encre magique offerte par Everett, un truc qui permet de faire matérialiser le tatouage. Rosh s'est fait tatouer un soleil. La situation était assez tendue et on ne savait pas ce que ça donnerait, mais... il l'a fait. On s'est cachés tant bien que mal derrière la porte de la pièce, moi, Mosh, Posh et Samuel qu'on avait aussi plaqué au sol. Ils sont tous morts de l'autre côté. Samuel avait l'air très mal, on a appris qu'en fait il était over-vieux, genre il était là à la création du Sabbat... Il avait l'air un peu désespéré, on a essayé de lui parler mais il a demandé à rester seul... Du coup on est partis (avec un peu de loot, ok).
  • La nuit se finit et on décuve toujours. Mosh et Posh ont pas l'air bien du tout. Protéger les triplés tu parles. J'ai été nulle sur ce coup là, Haqim, et je sais pas quoi faire maintenant, à part continuer.
الحكيم هو أكبر


23/12/2011
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale et Paul
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute

Citer
  • Le 19 j'ai reçu une carte de visite de Bendjema, du coup je me suis pointée à son rencard. J'avais pris Mosh avec moi, j'avais pas envie de le laisser seul à se morfondre, même si je voyais Posh occupé à dévorer les bouquins de la bibliothèque. En bref on s'est battus au premier sang et j'ai gagné, ahah. Bon, j'pense que j'ai eu de la chance, mais j'ai trouvé ça trop classe. Du coup il m'a laissé le cimeterre que j'avais choisi pour me battre. Encore une œuvre d'art pour ma collection, il a appartenu à Soliman le Magnifique, y'a 500 ans. On a discuté un peu, ça fait du bien de voir quelqu'un qui partage ses valeurs. On a un peu parlé de l'émissaire assamite qui doit venir pour Witchwood, il arrive dans une semaine. Ce petit con de Mosh a été désagréable au possible, putain de bordel de merde il m'a limite comparée à Dragan. Petit merdeux. Bon, OK, il a une excuse, mais merde quoi. Oui j'ai des secrets de clan, ça va bien, je vais pas non plus lui planter un couteau dans le dos. Tain. Ça fait chier, je sais pas quoi faire. 'Fin bref. Pour « sceller » mon amitié avec Samson j'lui ai proposé de le rappeler quand on boirait le sang du cœur de Pison (j'en parle plus loin de cette histoire là, mais en gros c'est le primo Trémère qui a tenté de renverser le pouvoir et s'est pris une chasse au sang sur le cul). Il a cru que j'lui demandais de la faire, la diablerie de groupe. Ils ont quoi tous ces mecs, à être désobligeants ? Sérieux quoi. Passons.
  • Pendant ce temps là Dédale était parti voir Samuel avec Posh, sans me prévenir bien sûr. SÉRIEUX QUOI. Je lui explique, je lui explique BIEN, donc dans les détails je lui précise qu'il veut être SEUL, et non, il y va. Saleté de grec. Ils lui ont parlé un peu, mais il reste, en gros, triste, dépité, calme et déprimé. Génial. Je lui ai envoyé un texto pour m'excuser pour Dédale, et pour lui proposer qu'on passe le solstice d'hiver ensemble, mais il va partir à Paris pour le faire avec des amis. Dommage, ça aurait pu être cool. Tain les gens malheureux c'est dur à gérer.
  • On a fait notre enquête pour Witchwood, en commençant par l'Élyseum (on a pris rdv avec Hirst pour le lendemain ; Dédale ne sait pas se tenir mais c'est vraiment trop drôle pour penser à l'engueuler), puis en allant voir Charles Finley et en retournant solliciter le Préfet. C'est assez drôle de voir les gens déstabilisés par notre... innocence. On est vraiment trop naïfs et trop honnêtes, ça va nous jouer des tours un jour, forcément. Mais j'aime pas les hypocrites, ni les menteurs. Dédale a refait impression à l'Élyseum, et même fait inviter à une soirée par la WESTEN. Mais le rendez-vous avec Hirst a pas été génial-génial. Au final on est repartis sans informations, et on a pas réussi à le suivre très loin. On s'est retrouvés près de chez Rothstein, et on s'est fait une copine loup-garou, LISA. Sisi. Même qu'on lui a offert une Ducati et une journée de spa/massage, mais c't'une autre histoire. Enfin plutôt, c'est la suite de l'histoire. Parce que comme des cons, on s'est crus assez malins pour aller chez Rothstein pour lui dérober le pacte du sang qu'il avait signé avec Hirst après que celui-ci ait diablé trois vampires (aaaammoooouuuuurrrr, gloire et beautéééééé). Bref. On devait le faire discret, Samson était même là pour ça, mais on a failli tous mourir. Et à ce moment Everett nous a sauvés.
  • Parce que le mister Hugh Everett c'est un Véritable Brujah. Et du genre vieux et balèze. Il nous a fait remonter le temps et il s'est occupé de Rothstein. Et de Hirst, parce qu'il l'aimait pas. Tain temporis ça a l'air bien mais il a pris CHER en blessures... Et sa seule explication, ça a été « ouesh je vous aime bien, vous êtes efficaces ». Dédale trouve pas ça terrible comme raison. Moi je m'en fiche, je suis vivante. Par contre Samson il fait la gueule d'en devoir une à Everett, du coup j'ai demandé à ce dernier d'expédier la dette au plus vite, si possible quoi. Bref, on a failli mourir. Mais on est vivants, et avec un max de loot, un coffre-fort à ouvrir et des plans de DEEPWATER, un bâtiment ENDRONE INCORPORATE (un truc qui a l'air louche, d'ailleurs c'est à cause de ça qu'Everett surveillait Rothstein, mais apparemment ce sera la prochaine mission).
  • Du coup Dédale est allé voir Witchwood et moi Vaudert. Il m'a fait un compliment, 'paraît que je suis très compétente. En tous cas il en avait rien à faire que Hirst soit mort. De la part du Prince, de la Camarilla, de tout le bordel quoi, Paul et Dédale ont eu une récompense « officielle » (droit d'étreinte ou domaine), tandis que moi et les jumeaux on a plutôt eu un truc... en outsiders. On a eu l'exclusivité sur la chasse au sang de Pison ; et j'ai même négocié pour que son infant nous accompagne (parce que lui il avait des moyens d'en savoir plus sur Pison...).
  • Du coup on a commencé à se renseigner sur Pison, touça. Le fils Vaudert m'a filé une bagouze, une chevalière Ventrue qui montre qu'on est pote du clan. J'aurais bientôt plus assez de doigts pour mes bagues. Bref, il nous a aussi arrangé un rdv avec MATTHEW SIM, un médecin Trémère Anarch qui aimait bien Pison et a pu le cacher, ou tout du moins l'aider à fuir. La discussion a pas très bien commencé, mais Mosh et Posh ont pas mal rattrapé les choses. J'ai l'impression que la mort de Rosh les a bien atteints, ils ont l'air d'avoir... mûri. Le type a fini par nous filer les infos dont on avait besoin.
  • Cette nuit Dédale est allé à la soirée de Westen et il y a mis un bordel pas possible. C'est pas vraiment complètement tout totalement de sa faute, mais je pense qu'elle va lui en vouloir un bon moment. Paul a réussi à ouvrir le coffre-fort, dedans y'avait un sablier super-beau, avec du sable bleu-roi. Moi et les...jumeaux, on est retournés chez « Mallory ». Non parce que ces petits malins, vu qu'on a choppé des infos sur Pison et les mercenaires qu'il a engagés pour le protéger, ils ont choisi un merco sans famille et ont voulu en faire une goule. Et me v'là à leur expliquer le sexe alors que j'connais qu'la théorie. Super. Ouais, ils mûrissent. Bref, embuscade, course-poursuite, passion, ils ont fini par lui filer un deuxième point de sang et ont passé une bonne partie de la nuit à lui expliquer un peu tout ce bordel. Du coup elle va nous aider à monter un plan avec d'autres mercenaires. On a vu Arnaud et Samson en fin de nuit, et on a conclu à une diversion et un plan. Mais il faut une semaine à Mallory pour mettre tout ça en place. Du coup j'vais étudier les artos qu'on a et passer un moment à squatter la bibliothèque de Samson. J'vais m'occuper quoi.
الحكيم هو أكبر


01/01/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale et Paul
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute.

Citer
  • Putain Haqim, mais comment tu peux me faire ça ?? Un... khépesh ? Mais WTF, je me bats au cimeterre en pensant que c'était ton arme et j'apprends que non. RAH. Je dois m'en fournir un. Il faut que je sache m'en servir, que je comprenne comment tu te battais.
  • Au final la semaine de préparation nous a fait passer l'attaque trop facilement. Je te l'ai ouvert en deux le Pison, il m'a sentie passer. Par contre le baali qui était avec lui, d'après nos renseignements, a réussi à s'enfuir. Et la diablerie ça a pas été une partie de plaisir. Tellement dégueulasse son sang que ça nous a pris deux jours... Et les jumeaux ont pas réussi à tenir jusque là. Mais maintenant, j'vais pouvoir envisager de monter la voie du Sang, héhéhé. Même si depuis que j'ai une bague avec le premier pouvoir d'Obéah, ça me serait moins utile.
  • Après s'en être complètement débarrassés on s'est fait convoquer par Deloraison, à l'Élyseum. On va avoir droit à une faveur. 'Faut que je réfléchisse à ce que je veux.
  • Bref, on a pris des infos sur Paris et on est partis vers notre objectif, la lance de Longinus contenue dans l'épée Joyeuse, ou un truc comme ça. Vu tout ce qu'il s'était passé à New-York on s'est dit que ça servait à rien d'attendre que je sois moins « faible », ahah. Là on vient d'arriver. Arrivée remarquée d'ailleurs.
  • Nous on s'est installés dans un petit hôtel loué pour nous par Everett, et on a filé se présenter à l'Élyseum sur l'île Saint Louis, mais Dédale a voulu chasser avant, et s'est fait chopper par le fléau. Et ça s'fait pas vraiment de chasser dans une ville sans s'être présenté avant. Leur Préfet,  c'est un kyaside. J'en avais jamais vu, c'est classe. Leur discipline avec les énigmes là, elle est fun.  Son frère au préfet, c'est BELPHEGOR, du Louvre. Classe quoi. Les jumeaux ont amusé le Prince de Paris, le Prince de France, BAUDELAIRE, du coup Dédale s'est pas fait punir. Mais sinon, c'est tous des barges hein.  Ils se droguent, ils font des trucs chelous... J'aime pas trop trop ça. Mais on va être obligés de faire avec, vu que Baudelaire nous a grillés. Il nous offre l'épée si on lui démêle une histoire de disparition, un certain THÉOPHILE GAUTIER. Connais pas.
  • Du coup on a pris des informations avec le Préfet, et Dédale s'est fait coudre une robe en or sur son corps nu. Chuis deg', ça représente Haqim qui chasse les perses en -1100. Je veux la même. Bref, si on passe les trucs bizarres, on a commencé notre enquête tranquillement. Des histoires de pédophilie, de prêtres et de journaleux en mal de talent. C'est plutôt cool, j'ai l'impression d'être Derrick.
  • Et j'ai reçu un message de Samuel, il m'invite à manger demain soir. C'est plutôt sympa, en plus j'suis pas loin du resto. Il a l'air classe. Merde, je dois me fringuer comment ? Ce serait mieux si j'étais un peu sappée quand même... 'Fin j'crois quoi, c'est toujours mieux de bien présenter. Puis j'suis jolie.
الحكيم هو أكبر


04/01/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale et Paul
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute.

Citer
  • Bon on a fini la mission, super touça, on a gagné. Trop bien.
  • Putain mais la Joconde quoi, sérieux. Il pouvait pas plutôt m'offrir un khépesh, chais pas, c'est le Louvre, 'devait bien y'en avoir 10, 'fin je crois, p'tètre. Fais chier.
  • PUTAIN mais MA proie. Non bah non, va pas chasser un vampire goûtu pour qu'on le déguste à deux, ramène-moi cette ordure de MOKTAR EL BACHAR histoire qu'il se fasse pas juger et qu'j'le diable plus vite. Sérieux ?
  • ...
  • Il se fout de ma gueule ?
  • Bon. Mon rendez-vous avec Samuel a été... génial. Il est gentil, prévenant, cultivé et... tellement vieux. Beaucoup plus que ce que je pensais, il doit avoir tellement à dire, tellement à raconter. Il m'a offert un dîner somptueux et une visite de Paris très sympa. Il a l'air d'être vachement vieux jeu, mais bon... c'est plutôt cool. Faudrait que je demande à Mosh et Posh si en pratique le sexe entre vampires... mh, ils pourront pas me dire. Merde.
  • Non mais de toutes façons non !! Il m'a offert la Joconde quoi ! N'importe quoi ! Déjà la visite du Louvre c'était sympa, mais merde quoi. J'l'ai écouté parler parce que j'l'aime bien et que c'était intéressant et que j'y connais rien, mais le coup du « j'adore le Véronèse, tiens tu veux ce tableau de Vinci ? »... Hein ? J'ai loupé un épisode ? Y'a un message caché ? J'ai un grand front et un sourire énigmatique ? Le Véronèse il préfère à de Vinci, mais pour mon salon de Vinci ça suffira ? Merde quoi. Puis monsieur se montre affecté quand il me voit blessée et décide de se faire vengeance pour me faire plaisir. Non mais NON. Et la tradition ? Oui bien sûr oui, j'aurais du lui dire. Non mais il connaît pas les assamites ? Ça va être ma faute aussi ! Il est vieux, il devrait les connaître les conneries de ce style, MERDE. Chuis quoi moi, une faible femme ? En plus il fait ingérence alors que c'est moi qui avait appelé mes supérieurs. Bordel.
  • Et il reste gentil. Il doit pas avoir compris qui j'étais en fait. Allo, offre-moi des armes, des bijoux et du sang dans le respect de mes croyances, mec, stp. Fais chier.
  • ... Et moi je lui en veux, quelle salope. Ça me saoule...
  • On va rester à Paris un peu, Dédale doit changer de voie. Putain de sabbatiques de merde ça aussi. M'enfin bref. De toutes façons Samuel se barre aider un pote, je sais pas quoi.
  • J'vais encore rester ici, un peu, je trouverai bien à m'occuper. Mais j'ai hâte de retourner à New-York. J'ai besoin d'une petit discussion avec Everett là, parce que courir après des artos avec des potes c'est cool, mais j'ai pas l'impression d'avancer dans ma recherche d'Haqim. Et c'est le plus important.
الحكيم هو أكبر


16/01/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh et Dédale
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute.

Citer
  • Finalement c'était sympa Paris. Posh et Dédale sont partis chez les sabbatiques et Mosh les a rejoints peu de temps après (il se sentait patraque), du coup on a pas passé beaucoup de temps ensemble.
  • Moi j'ai visité un peu plus le Louvre, avec Belphégor. On a commencé par l'Egypte, je voulais voir un khépesh. Au final y'en avait pas en exposition, du coup on est allés dans les réserves et j'me suis battue avec Belphégor pour tester et j'suis vraiment trop balèze, parce que j'ai saisi le principe en 2/2. Haqim si tu m'regardes, give me five. Du coup j'ai échangé quelques khépesh contre la Joconde. Belphégor était content, il m'a même offert une chaîne avec un rubis, qui était serti sur le khépesh d'Haqim y'a longtemps. La grande classe. Ça se fait pas trop d'échanger des cadeaux qu'on vient de se faire offrir mais bon... Si on y trouvait tous les deux notre compte, je pense que c'était quand même mieux ! Le lendemain j'ai appris plein de trucs sur les sumériens. Pour résumer mes ancêtres étaient trop badass, c'est pas récent la suprématie des sages, ahah. On a fini par parler peinture, Belphégor m'a expliqué pourquoi il aimait pas trop de Vinci et préférait Van Gogh. J'l'aime bien.
  • J'ai essayé d'appeler Samuel en fait, dès le premier jour de quartier libre, mais il m'a pas répondu. Le lendemain il me rappelait à base de « un soucis ? ». Ça m'a énervée, j'lui ai dit que non j'avais pas de soucis mais que de toutes façons j'avais passé une très bonne soirée même sans lui. Et là genre il m'a raccroché au nez sur un « bien, vu que vous avez pas besoin de moi j'vais pouvoir faire ce que j'ai à faire ». J'étais fâchée. Mais ça m'aurait embêtée qu'il parte sans qu'on se soit revus. J'lui ai envoyé un texto deux jours après, puis il a fini par me rappeler le lendemain, comme si de rien n'était.
  • Il m'a emmenée voir une répétition de danse dans un opéra. Ça paraît bizarre, mais c'était vraiment chouette. On était pas les seuls caïnites, y'avait plein de combattants venus de tous horizons, venus pour observer, apprendre. Les danseurs du Bolchoï ont des mouvements vraiment inédits et... beaux. Je m'y suis un peu essayée, mais j'ai pas vraiment leur grâce. J'aimerais bien voir un ballet un jour. Enfin bref. Après on s'est balladés dans Paris et on s'est retrouvés devant chez lui. Pas vraiment longtemps, puisque finalement on est allés chasser. C'était sympa comme chasse. Disons qu'au début j'ai trouvé ça un peu bizarre, un peu dommage qu'il provoque un affrontement jeunes/police juste pour qu'on puisse s'amuser. Ça m'a pas forcément rappelé que des bons souvenirs. En plus avec le gros salopard qui m'a prise pour une petite beur sans défense là... Merde. J'ai pas passé une fin de nuit réjouissante, mais bon. J'suis restée dormir chez lui, j'avais pas vraiment envie d'être toute seule.
  • En tout bien tout honneur hein. Et le lendemain on est restés ensemble. Et le surlendemain. Purée mais c'est lui le mec âgé, qui a de l'expérience, qui... qui m'a un peu fait la cour non quand même ? Enfin bref, au final j'étais pucelle et gênée, il était gêné et... rouillé ? Mal à l'aise ? Je sais pas. Du coup ça s'est passé comme dans un film : l'un de nous deux a trébuché, je sais plus vraiment lequel, et là ça a explosé.
  • Non parce qu'on parle de la bête au fond de chaque vampire et que j'avoue qu'à part la fois où il m'a raccroché au nez j'avais pas vraiment visualisé celle de Samuel. Mais woah, c'parce qu'il la réserve pour les choses importantes quoi. Je suis restée un peu con je crois, j'm'y attendais pas. Tain mais pourquoi j'ai attendu aussi longtemps ? Le sexe, c'est trop bien.
  • Mais j'avoue que depuis que c'est fait, c'est encore plus chelou. Il me donne toujours du vous, alors admettons qu'il est toujours vieux jeu. Par contre il me donne aussi du petite conne. En me disant que j'lui fais penser à lui quand il était jeune. Bon. Du coup j'ai décidé de tout prendre en compliments. Même si depuis qu'il m'a eue dans son lit j'en ai moins, il me fait plus la cour ! Mais il dit à tout le monde que j'ai du talent, c'est sympa de le savoir, hihi. D'ailleurs il fait p'tètre d'autres compliments aussi, vu qu'y'en a un qui m'a dit que j'étais pas terrible en fait. 'Fin bref, c'est pas important.
  • Après notre première fois... non plutôt après qu'on ait baisé comme des bêtes... ou après qu'il m'ait défleurée de façon bestiale... Merde je sais pas, c'est chiant à écrire. Après ça quoi, il a commencé à me poser des questions sur Everett. J'ai vaguement répondu qu'il devait certainement nous manipuler pour je ne sais quoi, sur quoi Samuel a commencé à se rhabiller en me sortant du « Ah. Je me suis peut-être trompé sur votre compte, je dois réfléchir ». Wut ? Je me suis un peu emportée là, peut-être. Bref, j'ai commencé à lui hurler dessus, parce que non ça se fait pas, puis en plus il est mauvais et on fait pas ça à une fille. 'Fin tout ça quoi. J'étais pas contente. Alors on l'a refait comme des bêtes, sauf que cette fois-ci on était deux. Graouh. 'Fin bref, c'est des détails.
  • Et son corps est un poème. Ou un livre d'image, ça dépend l'âge qu'on a. En tous cas il ne manque pas de signes distinctifs. Une sorte de cavité au niveau du cœur, une excroissance caudale, un marquage au fer rouge de la Compagnie des Indes de l'Est sur le bras droit... un jour ptètre que je lui demanderai de me raconter. Mais c'est sur un autre signe que j'ai saisi ma chance. Sur l'épaule droite, dans le dos, il a un tatouage. Un trait vertical dans un rond dans un triangle ; et Posh a vu ce signe quelques jours avant, sur un rapport nosfé de Paris faisant état du passage d'Haqim dans les catacombes vers 1920... Il serait passé par là pour atteindre une porte vers l'Outremonde, le monde des morts. Du coup ben, j'lui en ai parlé.
  • C'est là que c'est vraiment devenu nawak. Il m'a parlé de la Tal'Mahe'Ra, m'a dit que les paroles d'Haqim, les principes auxquels je tiens, ont été... « négociés » entre les assamites et son organisation, qui poursuivent le même genre de buts. Mais attend, Haqim ou les assamites ? Il m'a dit qu'il savait pas vraiment. Merde. Faudra que je le demande à Haqim, ahah. Ah et il... connaît mon père ? Ah, bon, bien. Du coup j'aurais pas à lui présenter, ahah, tant mieux... Puis en passant, c'était pas prévu quand j't'ai vue la première fois mais t'es plutôt intéressante pour la Tal'Mahe'Ra, tu veux pas rejoindre les 220 autres vampires qui la composent ? Ben si écoute, allons-y, on a l'air d'y avoir des idées sympas. Et tu es... Séraphim ? Ah, grobill avec un bon poste, ok. Et Belphégor est une liche. OK, tranquille. Et le chef de tout ce petit peuple c'est le Del'roh, une meuf qui s'appelle SALHEMIA. C'est qui cette pute, tu la vois souvent ? Non, occultons ça pour le moment, après tout c'est normal, les femmes au pouvoir, très bien. Ok. En bref, je couche avec mon boss, dans une organisation super-secrète du Sabbat. Je sais pas encore très très bien où j'ai fourré les pieds, mais je me déshabillerai plus jamais de ma vie. J'aurais pas du me faire tatouer. Ouais mais si c'est pratique quand même, ça fait genre signe-de-ralliement-over-classe. Pfff.
  • Le soir même je rencontrais CYRIL DE MONTMIRAIL pour avoir des infos sur le rapport concernant Haqim. C'est lui qui m'a dit qu'il m'imaginait mieux que ça vu ce que Samuel disait de moi. C't'un compliment, non ? Quant au fond de l'affaire, j'ai rien appris de très intéressant, si ce n'est que c'est une info sûre. ENFIN DU CONCRET. Bordel ça fait du bien. Haqim était seul et est sûrement allé dans le monde des morts. Ok, noté. Le lendemain je me faisais introniser. Et non, ce n'est pas sale. Du coup j'ai appris que Cyril de Montmirail était Séraphim aussi, et j'ai rencontré SORIN MARKOV, Séraphim qui vient de Berlin, et PETER O'TOOL, un autre Séraphim qui lui est de Londres.Y'avait Belphégor aussi, mais lui il fait « seulement » partie du conseil des liches, ce qui signifie que c'est un ancien mage. C'était plutôt impressionnant tout ça. Si j'ai bien compris l'organisation ne donne pas de missions ou d'ordres, ce genre de trucs. Par contre j'dois pas faire trop de conneries et pas ébruiter le truc, même pas avec la meute pour le moment... Et si Samuel a besoin de moi, je dois répondre présente. Trop dur quoi. Le seul truc qui aurait pu me rebuter, c'est le fait que maintenant, mon clan passe après la Tal'Mahe'Ra. Mais j'avais un choix à faire, et Haqim à retrouver. Maintenant y'a plus qu'à assumer. Samuel pense qu'Everett veut empêcher les antédiluviens de revenir sur notre plan. NO WAY. Du coup je dois rester au service du vieux, pour le « surveiller ». Il a l'air d'avoir pas mal d'estime pour lui, mine de rien. En même temps normal, il est balèze. Mh.
  • Pour clore ce passage, je vois pas trop ce que ça va donner. D'autant plus qu'en rentrant à New-York, j'ai losé comme une grosse nulle.
  • D'abord la situation était pas géniale. Vu que la meute de Samuel a disparu les Anarchs et la Camarilla ont eu tout à loisir de se prendre la tête, et CONRAD, le primo brujah pro-cama, il a décidé qu'il en avait marre de la gueule de Witchwood et l'a attaqué. Du coup l'autre, en torpeur de dégât pour un bon moment, c'était la porte ouverte à l'affrontement direct qui fait mal. Alors on a aidé la situation en payant une émissaire des crânes, DÂME YSEULT, pour qu'elle le soigne. Ça nous a coûté Enigme, mais ça valait le coup. Elle m'a dit qu'on se reverrait et j'ai hâte, elle a presque confirmé les travaux de Rothstein (qui pensait que les émissaires des crânes étaient un croisement entre nosfé et capadocciens), a plus ou moins laissé entendre qu'il y a toujours des cappadocciens en vie, et pour parfaire le tout elle n'aime pas les Trémères, et ne m'a pas encore dit pourquoi. C'est excitant la connaissance !
  • Le truc pas cool, c'est qu'à côté de ça on a un peu merdé avec le Prince. Il a eu la bonne idée de payer des Sabbats pour qu'ils s'installent, pour retrouver le statu quo. Nous on a surpris leur deal, du coup Posh est allé voir. Ça s'est terminé en eux qui l'attaquent, lui qui fuit avec un ravnos antitribu qui n'est pas un « traître au Sabbat » et nous qui faisons le pied de grue pour les occire. J'ai pas encore saisi toutes les histoires de respect et de hiérarchie au Sabbat, faudrait ptètre que je m'y penche. En tous cas on a ramené à diabler, ça c'était cool. 'Fin je pensais que c'était cool.
  • J'ai pas voulu toucher à la tzimisce (on sait jamais, viscissitude...), mais par contre on s'en est donné cœur joie sur un gros balèze et un petit chinois. Ce dernier m'a donné beaucoup de fil à retordre, et tout est parti en couilles (une fois de plus...) : quand on a relevé la tête le Prince était là et on avait tous un truc qui clochait, on était tous un peu plus dérangés qu'à l'accoutumée. Dédale est bizarre, il a des trips de grandeur et de plans de merde (je sais pas si c'est lié). Samson a des absences... Tain il est dans la merde lui en plus, maintenant que le Prince sait qu'il diable... Le ravnos, VINCENT, il s'est mis à mentir comme un abruti, de façon maladive. Mosh l'a pieuté, il pense que ça doit lui faire de la peine de mentir. Les deux jumeaux ont l'air plutôt normaux pour le moment d'ailleurs. Et moi j'ai le plaisir d'être deux dans mon corps, moi et Ramen, salubrien survivaliste, opportuniste, froid, très intelligent et rationnel. Qui me tripote les nibards. Et pourrait voir mon putain de tatouage !!! Putain je savais qu'il fallait pas que je me fasse tatouer.
  • Du coup j'ai paniqué. J'ai cherché à me débarrasser de ça, mais j'ai pas l'impression qu'Alamut me sera d'un grand secours. J'ai appelé Samuel. À force de me demander en quoi il peut m'aider et ce qui ne va pas, il m'a fait me sentir faible plusieurs fois. Du coup, POUR UNE FOIS que j'avais besoin d'aide, j'ai pas voulu lui dire que ça allait pas. J'ai rien trouvé de mieux que de lui laisser un message en lui disant que je serais HS un moment, que je pourrais pas l'aider beaucoup s'il en avait besoin. Allo oui bonjour, handicapée sociale à l'appareil j'écoute : mh-mh, mh-mh, oui bien sûr je connais ce cas, c'est courant les complexes d'infériorité vous savez, je vous conseille de vous pendre. Sérieux quoi. Mais bon, on a fini par en discuter et il m'a parlé de HÉLÈNE MILLER, salubrienne qui travaille avec Everett et pourrait m'aider. J'suis passée par Everett et j'ai été trop trop conne. Je lui ai dit que c'était à cause d'une diablerie foirax. À un véritable brujah quoi. Mais quelle abrutie... Allô oui j'écoute, oui bien sûr, réfléchir avant de parler est tout autant conseiller que de réfléchir avant d'agir ; mh-mh, mh-mh- ; oui tout-à-fait, cela peut-être létal en certaines circonstances, voulez-vous bénéficier de notre forfait pour apprendre à reconnaître les bonnes et mauvaises choses à faire ? 'Tain. Du coup j'suis passée par mail, mais sans aucun tact ni chichis, j'étais pressée et j'avais pas la tête à ça. Elle m'a répondu d'attendre Ésope, qui me montrerait la voie. Je me demande si ça veut pas dire que je peux aller me faire foutre...
  • En fait le réel problème dans tout ça, c'est le Prince. Quand on a terminé la diablerie il était là, dans notre refuge. Lui s'il dealait avec des sabbats c'était pour garder le calme dans la ville, du coup il était assez vénère qu'on bousille ça. En plus ils aiment pas la diablerie par chez eux. Au début il a été un peu amusé parce que la discussion a viré au n'importe quoi, à cause de nos « petits soucis ». Puis il a plus été amusé du tout, et nous a laissé une semaine pour régler le problème, par exemple en installant une nouvelle meute. Et là on vient de perdre 3 jours, moi en paniquant, les jumeaux en gérant leurs affaires, et Dédale en faisant n'importe quoi.
  • Là faut qu'on s'active.
  • Et dans quelques jours arriveront deux assamites d'Alamut : un pour... veiller sur moi, le second pour remplacer Samson...
الحكيم هو أكبر
« Modifié: juillet 15, 2013, 11:30:17 am par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
« Réponse #1 le: août 23, 2012, 00:00:22 am »
02/02/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh et Dédale
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute.

Citer
  • Bon bon bon. Même si tout est très folfklo en ce moment, on a plutôt bien réussi à rattraper la situation.
  • Le 16 janvier j'ai réalisé qu'on était dans la mouise, du coup j'ai appelé Samuel pour savoir s'il nous conseillait plutôt Miami ou Atlanta pour récupérer une meute. Au final il a très fortement déconseillé Miami et préféré nous envoyer à Boston, pour le coup. En passant il m'a dit qu'Esope était une vraie personne, un martyr dont Hélène Miller se sert pour rester « incognito ». Puis en passant il m'a aussi dit que Deloraison était son frère. Humain et vampire. Et que son frère aimait bien contrôler ses fréquentations et que donc c'était normal qu'il soit venu nous voir. Wut ?
  • Bref, le temps que Dédale nous rejoigne pour partir à Boston, Ramen avait pris ma place. Après deux heures de trajet je suis redevenue moi, et j'ai pété un câble : les jumeaux était dans le van, rap russe à fond, et Dédale conduisait la buick. Mais Dédale a jamais su conduire ! Et c'était quoi ce comportement anti-discret ? Au final j'ai fait arrêter tout le monde sur une aire d'autoroute pour discuter, parce que Dédale m'a appris qu'il y avait une toréador pieutée et en torpeur de sang dans la camionnette, et qu'on allait la diabler. J'ai essayé de leur expliquer que non, ça se passait pas comme ça, c'était pas une bonne idée. C'est dangereux de le faire tous ensemble, après tout si Ramen reprend le dessus il peut foirer la diablerie, puis je suis un peu traumatisée, puis... attendez, appel à un ami (mon sire en fait), ouais, non, vraiment, c'est pas dans le mood assamite de diabler juste pour diabler. Puis on a quand même le prince au cul. « Ah ben oui mais on est plus à NY puis on va le tuer t'façons le Prince ». Tuer le Prince ? Mais WTF, on va pas tuer le frère de Samuel ! Ahlala, qu'est-ce que j'avais pas dit.
  • Là on s'est pouillés pendant 5 minutes, j'ai eu droit à du « mais vas-y d'où tu couches avec Samuel et tu fais de la rétention d'informations ? », « c'est à qui que tu téléphones pour ensuite revenir nous dire non ? Ton sire ? Ouais vas-y, rajoutes-en une couche alors que nous on en a plus ! », etc. etc. C'était n'importe quoi. Dédale a fini par diabler la toré tout seul comme un grand (apparemment c'était une harpie de NY), et Mosh et Posh se sont mis à bouder. Ils étaient en mode crise d'ado complet, insupportables. On a convenu d'un signe pour qu'ils sachent quand je suis moi, et quand « je ne suis pas moi », puis j'ai passé le reste du trajet à essayer d'expliquer à Dédale ma vision du truc. Je crois que j'suis devenue une vieille emmerdeuse qui fait la morale. Su-per.
  • Arrivés à Boston on a encore fait n'importe quoi. On a cherché des vampires dans le quartier des finances, et on est tombé sur Kévin, à qui on a raconté notre vie. Samuel avait parlé de nous, histoire que notre enquête pour une meute avance plus facilement. Du coup le Kévin il nous a proposé l'hospitalité, puis il a proposé qu'on aille voir HERMES MORANES, tzimisce, un des 3 archevêques de Boston. On savait qu'il était tyrannique, mais on a quand même été surpris. Quand on va chez lui il faut déposer une épée à l'entrée. Posh est allé seul avec Kevin, on voulait éviter de trop déranger, et il a déposé Sépulcre. Et genre le Moranes il lui a demandé toutes les infos qu'il avait dessus, avant de lui dire qu'il lui filait ses 12 meilleurs hommes contre l'épée. Il était pas aimable, il avait l'air pas gentil, on lui a dit non merci. Il nous a traité de petits cons, genre c'était évident que Deloraison nous tenait par les couilles, etc. etc. On lui a répondu oui-oui, mais non. Du coup il a essayé d'envoyer Posh en frénésie. Le petit l'a impressionné en résistant comme un chef. Du coup il l'a laissé repartir en vie avec son épée, mais s'est passé les nerfs en tuant Kevin et les 2 autres membres de sa meute, comme ça, à distance. Au moins on a gagné 60 000$.
  • On a passé le reste de la nuit à essayer de contacter un des deux autres archevêques, la toré ou le lasombra. Chuis tombée sur un petit jeune d'Alamut qu'était en mission de confirmation. Il devait tuer Kevin et sa meute. Lol. Du coup je lui ai dit qu'ils étaient morts, qu'il pouvait aller vérifier mais qu'il devait faire attention à lui. Il m'a remercié puis il est parti. Apparemment Samson parle de moi en bien aux petits jeunes, quand il rentre à Alamut, c'est plutôt cool. Dédale est tombé sur une ex, lui. DOLORES. Elle nous a filé rendez-vous dans un bar sabbat pourri avec cheptel. C'est là qu'elle fait ses entretiens discrets, parce que maintenant elle est plus surveillée, elle est assistante de la toré, CASSANDRA RUNKEL. Elle s'engueule avec Dédale, ils couchent ensemble à la folie passionnément, puis elle nous dit qu'on a foutu le bordel un peu quand même : on a mis en colère Moranes alors que dans une semaine c'est la réunion du Triumvirat... Et a priori la toré et le lasombra sont pas en supers bons termes en ce moment.
  • On a fini par pioncer chez elle, vu qu'elle nous arrangeait une entrevue avec la Runkel. Elle m'a fait du rentre dedans avant de dormir, et je me suis réveillée habillée en pute. Ramen a couché avec elle et le lendemain en début de soirée ils s'ennuyaient donc il a parié nos 50 000$ et en a gagné 200 000, du coup les mecs ont voulu me faire plaisir et m'ont acheté des fringues. Cuissardes blanches, mini-short en jean, top-bustier blanc avec des strass en zyrconium, lunettes, sac-à-main, bretelles. Une pute. Mais que de la marque. Une pute de luxe. Je me suis réveillée et j'ai -encore- pété un câble. En plus je me suis faite engueuler parce que j'avais couché avec l'ex de Dédale (qui faisait que de la traiter de salope, il était vénère), et après on m'en a remis une couche sur Samuel, et le fait que j'étais jamais contente, et plein d'autres conneries. Chuis allée me changer et heureusement : on voyait quasiment mon tatouage avec ces fringues de merde. Mais vu qu'aucun des trois ne m'en a parlé, personne n'a du le voir. Ouf.
  • Quand Dolorès est rentrée elle s'est faite traiter de salope par Dédale et j'ai crié au viol, mais elle en avait un peu rien à faire. Si Samuel pense aussi que c'est moi qui ait dit oui, il va considérer que je l'ai trompé non ? Mince j'y avais même pas pensé. Fait chier.
  • Du coup on est allés voir Cassandra Runkel, à qui on a tout raconté. Elle était déçue, soit-disant que Deloraison il aurait pu penser à elle, qu'elle l'aime bien et que ça lui ressemble pas de faire appel à des amateurs... On a fait nos putes et on lui a filé Sépulcre, pour qu'elle l'échange à Moranes et qu'elle ait du poids pendant sa réunion là. Elle nous a signé une reconnaissance de dette (moyenne). Enfin, elle l'a signée pour Posh. M'enfin bon. Dédale a un peu l'impression qu'on s'est fait avoir quelque part. Chais pas trop.
  • La meute, qu'on a installé à l'emplacement où était celle de Samuel, s'appelle « les Samiélites ». Ils sont 13 et autonomes, elle les gèrera pas soit-disant. Par contre elle veut absolument qu'ils restent 13, le chef est russe et très superstitieux, soit-disant. Pour les accueillir on a fait un grand brasier et on a fait cramer les corps qu'il nous restait à la cave. Bon, sauf Vincent, faut pas déconner.
  • On a prévenu le Prince, puis on a attendu. On s'est reposés, ça faisait du bien. J'ai voulu qu'on se fasse un karaoké mais ces emmerdeurs ont pas voulu.
  • Du coup on a appris à connaître RAMEN FUKUSHIMA un peu mieux. Il est né à Détroit et il avait 25 ans quand il s'est fait étreindre, y'a 3 ans. Sa vie est pas top-géniale, il nous fait un peu pitié quand même. Vu qu'il est très doué pour les maths, son père alcoolique accro aux jeux s'est servi de lui toute son enfance. Ça a provoqué la colère de la mafia locale, tous ces gains, et ses parents se sont fait crever. Il a réussi à survivre en continuant d'exploiter son talent, mais il a attiré l'attention. Le salubrien qui l'a étreint arrivait plus à blanchir l'argent de sa meute, qui tournait plutôt pas mal en dehors de ça... Au final les gens se servaient encore de lui. Sa meute a fini par se désagréger et disparaître, et là il a réappris la liberté. Il avait l'impression de pas avoir assez d'argent pour vivre correctement et être vraiment libre, du coup il a accepté de venir bosser à N-Y. Et on connait la suite...
  • Deloraison a fini par débarquer au bout d'une semaine. Il était ravi de notre efficacité, estimant qu'il pouvait passer l'éponge pour cette diablerie là, mais qu'il voulait plus nous y reprendre sur son domaine. Ok m'sieur. Puis il a demandé à me parler, à moi, toute seule.
  • Je crois que j'ai eu 2 secondes d'absence, puis après il m'a demandé si Samuel avait un signe distinctif sur le corps, donc j'imagine que Ramen a TROP BIEN choisi son moment pour débarquer. Mais il m'en a pas parlé. Non. Il a commencé par me dire que, contrairement à ce que son frère avait pu dire, il se fichait de ses relations et fréquentations. C'est marrant les frangins. Bref, après il m'a parlé de leur sire. C'était un lasombra, qui a diablé un ventrue, que la diablerie était une Rose Noire et que ça a foiré aussi. Sauf que lui il le faisait avec des nouveaux-nés, qui sont tous devenus fous et sont morts. Lui il a juste choppé une « double personnalité », c'est pour ça que Deloraison est Ventrue et Samuel Lasombra. C'est super intéressant quand même comme histoire, ça paraît complètement fou. Enfin, la fin est moins funky : il est devenu réellement fou, il s'est tourné vers les dévoreurs d'âme, en 1660-70 en Autriche-Hongrie, puis on a plus jamais entendu parler de lui. Deloraison m'a dit que c'était le seul cas qu'il connaissait et qu'il devait me prévenir, et vu qu'il avait l'air désolé pour moi je lui ai dit que j'en connaissais un autre, et je lui ai raconté celui que mon sire m'a exposé. Il a eu l'air triste. 'Fin bref.
  • Avant qu'il parte j'ai saisi ma chance, et j'lui ai demandé si Samuel est monogame. Il m'a répondu « oui, terriblement », ce qui est plutôt bon signe. Par contre il pouvait pas s'arrêter là, non, du coup il m'a dit que par contre il me reste une rivale, à Pyongyang. Et il a fait genre « son nom ? Mmmmhh... ça commence par un A... ça veut pas me revenir, désolé, tchuss! ». L'enculé.
  • J'ai fait des recherches vite fait. C'est en Corée du Nord, et y'a une Cour de Kuei Jin, la Cour d’Émeraude. En Corée du Sud c'est la Cour de Jade. Ça fait pas un peu vieux porno tout ça ? Tain la tepu.
  • On a passé 3 jours à New-York pour faire deux-trois trucs, avant de continuer la mission en allant chercher les larmes de Cassandre à Deepwater. Genre j'suis allée m'excuser auprès d'Everett, qui a eu l'air de comprendre et m'a pardonnée je crois. Puis on est allé voir Janus, qui est en pleine campagne électorale pour devenir député, parce qu'il veut être président. Bref, je lui demandais s'il savait ce qu'était un « Kel », mais il m'a répondu qu'y'avait 37 langues dans son monde et qu'il voyait pas, non. Il nous a dit que si on rentrait dans son monde par le monde des morts on arrivait sur le territoire d'ARKAY, qu'il n'a pas l'air de porter dans son cœur. En passant il nous a dit qu'une certaine Namira était de son monde. Ouais, ok. NAMIRA c'est la primogène nosfé... N'empêche que Dédale est allé la voir, et elle a confirmé. Je passe le reste de leur entretien, c'était trop dégueu. J'ai vu le Préfet en despi. Il est vachement occupé en ce moment, vu que le Sabbat est de retour en ville. Il avait l'air un peu las du comportement de petite capricieuse que Deloraison s'autorise avec son statut, qui demande des infos sur nous, qui veut ci, qui veut ça. Mais ils ont l'air vraiment amis, je crois que c'est surtout son infant qui l'inquiète. Arnaud s'est apparemment rendu compte qu'il avait quelques affinités avec les sabbatiques, il se pose quelques questions, il se cherche. Je lui ai dit que s'il faisait le pas de trop il pouvait nous prévenir, qu'on essaye de le protéger, le conseiller et l'aiguiller vers les bonnes personnes, dans le pire des cas. Il a eu l'air d'apprécier la proposition. On a parlé un peu de Paris, et il a l'air fan de François. J'lui ai parlé du fait que je pensais qu'il avait des pouvoirs de kyasides, et il m'a répondu qu'il diablait beaucoup au début de sa prise de fonction. Jusqu'au jour où il a failli être diablé. Depuis il a arrêté, d'après lui c'est la pire souffrance, la pire torture pour une âme. Mh. Dédale et moi on est allés voir Lisa. Il voulait savoir ce que faisait la bague qu'elle lui a filé, j'voulais savoir si les garous avaient pas un truc qui pourrait genre... virer Ramen de ma tête. Elle m'a filé une adresse dans le Colorado, chez des « Enfants de Gaïa ». On lui a demandé si elle pouvait pas passer checker la sécurité de notre refuge, en passant, vu que l'informaticien va pas tarder à rejoindre Paul en France... Elle nous comprend pas trop, elle trouvait ça vachement louche, mais elle a fini par accepter. Posh et Mosh ont proposé à Mallory de devenir un frère du sang. J'trouve ça un peu chelou, mais bon, c'est leurs trucs. J'ai appelé mon sire, l'assamite de Boston est rentré sain et sauf et est carrément venu le voir directement, pour lui expliquer la situation. Du coup ils ont considéré qu'il avait partiellement réussi son épreuve, avec mon aide sur place. Mouais.
  • À la fin de ces trois jours, j'me suis fait la réflexion que ça faisait quasiment deux semaines que j'avais pas eu de nouvelles de Samuel. Vu que cette histoire de rivale me travaillait j'ai cogité un peu et j'lui ai ressorti un proverbe bien de chez nous, qui dit que la vie a, comme le feu, flammes, fumée, et cendres. J'voulais être énigmatique un peu, tout ça, et genre lui du tac-au-tac il m'a répondu du « Sache que le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire ». Déjà, ça voulait dire qu'il était pas occupé et qu'il aurait pu me donner de ses nouvelles. Au moins un peu. Mais en plus il a essayé de m'embrouiller là. Du coup j'me suis un peu énervée, j'lui ai répondu un truc genre « ouais ben j'espère qu'y'a qu'un seul feu qui te brûle et que le reste c'est juste des cendres mortes, froides, et qui se rallumeront jamais ». Il m'a pas répondu. Taaaaiiiinn chuis nuuullllle. Faut être con pour pas réfléchir à ce qu'on écrit un peu. En plus à chaque fois que je m'énerve contre lui je le tutoie, c'est over-grillé que j'étais énervée. Ça me prend la tête ces conneries.
  • Bref, de toutes façons là on est partis en Argentine. Le voyage nous a pris 4 jours, et là bas on a encore attendu 2 jours que notre contact arrive et nous emmène vers notre taupe infiltrée au complexe Deepwater (ça fait trop agent secret non ?). Le type est un trémère renégat, du nom de FULCANELI. Sa baraque est un ranch décoré avec des livres. Partout, plein, trop. Ptètre qu'il en a sur les diableries ratées... Ou sur les Kuei Jin et la Cour d'Emeraude ! Mh-mh, faudra qu'on repasse par ici. Bref, après avoir échangé des gentillesses avec Dédale (il lui a tapé dans l’œil, c'est obvious mais pas réciproque) on se met d'accord pour être tous honnêtes les uns envers les autres, parce que lui de toutes façons a trop développé son augure pour s'empêcher de lire dans nos pensées. Nous par contre on a aucun moyen de savoir s'il nous ment, mais il a l'air plutôt carré. Puis Everett le tient par les couilles apparemment. En tous cas il nous dit qu'il aime pas la manière qu'a Everett de collaborer avec les gens, en leur laissant faussement le choix. J'comprends pas trop, nous personne ne nous a forcés... M'enfin bon.
  • Il nous a expliqué qu'il était de ceux qui, trop badass en alchimie, ont été choisis pour étudier les larmes (~80ml). Vu qu'on a aucune connaissances en sciences, il décide de faire de moi sa secrétaire, de Dédale son assistant technique et de Mosh et Posh un traducteur et un assistant personnel. Bon, soit. On s'infiltrera dans le 3ème service, celui sur lequel on avait pas trouvé d'infos. Il est dédié aux larmes, qui révéleraient la vérité. Les mages en étudient les effets précis, et essayent de les synthétiser. Dans ce complexe y'a aussi un espace pour le repos des scientifiques, une salle de rétention et une autre partie, on sait pas vraiment pour quoi faire. Et là il nous a fait genre « bon, on part demain à l'aube ».
  • J'aime pas ne pas avoir le temps, j'aime pas quand les gens sont impulsifs à ma place. Puis j'ai des trucs à faire moi. Encore une semaine sans nouvelles de Samuel et j'vais aller me perdre chez des mages, à des milliers de kilomètres sous l'eau. Zut, voilà. Du coup j'lui ai réécris. Ça donnait « Bon, si je meurs t'as le droit de rallumer les cendres que tu veux, même les plus trempées. Et j'dis pas ça parce que je vais me perdre sous l'eau. Bisous chérichou ». Il m'a pas répondu, et on doit y aller, et je capterai plus. Pourtant c'est pas comme si je devais m'excuser, j'ai juste été un petit peu désagréable. Il est peut-être juste occupé. 'Fin voilà quoi. Tant pis, allons-y.
  • Finalement j'ai eu Samuel au téléphone, avant de partir. Il m'a demandé ce que son frère m'avait dit au juste, ce qui n'allait pas. Apparemment il repère à des kilomètres quand un soucis vient de son frangin. L'habitude. Ça a vraiment l'air marrant comme relation. Une intimité particulière.
  • 'Fin voilà. Quand je lui ai parlé de ma rivale, il m'a dit qu'y'en avait pas qu'une. J'ai appris que beaucoup de femmes aimeraient être à ma place. C'est pas un peu prétentieux comme affirmation ? Ça lui ressemble pas vraiment. Ça voudrait dire que c'est vrai ? D'un côté c'est pas rassurant, de l'autre, si. Après tout, c'est moi qu'il a choisie. Apparemment, par exemple, il s'est longtemps demandé s'il allait céder aux avances de Cassandra Runkel. M'ok, noté. J'imagine que quand on vieillit et qu'on a l'éternité le physique devient secondaire pour ce genre de relations, parce qu'elle est vraiment pas top. Enfin bon.
  • Et la nana que je pensais être une Kuei Jin, c'en est pas une en fait. Elle est même plus à Pyongyang, mais il a pas voulu me dire où elle est, à cause de Ramen. Il l'a rencontrée à la fin du XIXème siècle, et il est resté 40 ans avec. Elle avait 1800 ans à l'époque. Elle était très jalouse, d'une jalousie millénaire. Il l'a quittée pour ça et pour... la malédiction de Caïn qui s'abattait sur les siens, et provoque la haine des enfants de Set à notre encontre. Il n'a pas voulu nommer son clan, toujours à cause de Ramen. J'ai ma petite idée, mais autant ne pas y penser. C'est elle qui en 1914 est partie avec un morceau de chair de son torse. ACONIA. Ok. Apparemment la Corée du Nord c'est vraiment pas cool comme pays pour nous, je sais pas trop pourquoi. J'ai cru qu'il voulait pas la revoir, encore moins avec moi, mais il m'a détrompé. Apparemment il assume.
  • Moi pas totalement. Je lui ai dit que Ramen avait couché avec d'autres gens, mais il m'a répondu que ce n'était que du sexe, que ce n'était pas important. Puis il a rajouté que ce n'était pas moi. J'ai pas vraiment su ce que ça voulait dire, s'il se laisserait tenter à coucher avec d'autres gens s'il le devait, ou s'il en avait envie, parce que c'est « que du sexe ».
  • Au final, je m'en fiche de tout ça. Il est très prévenant, doux et gentil. Des fois il paraît... distant, ou pas vraiment concerné. Il me donne des conseils, il m'explique, comme si ce n'était pas de nous que je parlais. Mais je crois qu'il m'aime bien, qu'il voit que moi j'y connais rien, et qu'il veut me laisser le choix. À Marseille y'avait bien Mohammed, mais j'ai du mal à comprendre, rétrospectivement, ce qui ne tournait pas bien chez moi à vouloir flirter avec un dealer. Le peu de gars que j'ai pu trouver fascinants, c'était vraiment par bêtise. Là, tout est différent, il est différent. Il me donne beaucoup. Je n'arrive vraiment pas à coucher par écrit ce que je ressens, à mettre le doigt dessus.
  • Puis il y a aussi le coup du « jusqu'à ce que la mort nous sépare ». Pour Samuel, l'amour est quelque chose qui peut durer une éternité, si on fait des efforts pour ne pas le laisser mourir, pour se renouveler. Pour ça il faut penser que ça en vaut le coup. Enfin bon, c'est plus compliqué, mais on avait pas vraiment le temps de se parler des heures. Avec tout ça, ben j'ai décidé de partir du principe que, pour lui, je dois au moins un peu valoir le coup. À la base. On verra bien comment ça évolue. J'aimerais bien ne pas le décevoir.
  • Dans tous les cas ça m'a fait du bien de lui parler. Je me sens calme, j'ai l'impression que la jalousie, c'est pas... pas réellement nécessaire.
  • Et même au téléphone, il a un charme fou. J'espère qu'on aura vite plié Deepwater, j'ai une libido nouvelle à assumer.
الحكيم هو أكبر


27/02/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh et Dédale
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute.

Citer
  • Nous avons voyagé 4 jours de la demeure de Fulcanelli à un petit bled au sud-ouest de Santiago, un petit port du Chili. Pour le voyage, notre alchimiste préféré nous a refilé une mixture qui aide à « mieux se reposer pendant le voyage ». J'ai rêvé que Samuel et moi avions un enfant. C'était vraiment un rêve cool.
  • Enfin bref, on a pris un zodiac avec un humain en costard, PAUL COULSON, chargé des relations publiques à Deepwater. On est arrivés sur un bateau plein de militaires. Y'avait un prisonnier bizarre dessus, et les gardes parlaient de détecteurs spéciaux et de traces noires. Mais on a préféré ne pas se faire remarqués, et on s'est tenus à carreaux pendant les 2 jours de voyage jusqu'au complexe.
  • Le 10 février le bateau se transformait en sous-marin pour nous emmener 4600m plus bas. Impressionnant. Dans notre bâtiment on a rencontré ELYSABETH HOFFMAN, une femme sèche et autoritaire qui a l'air de mépriser l'alchimie, son assistante, NORIKO IECHIKA, petite asiatique, et le général SANDERS.
  • Nos chambres étaient un peu petites, mais on avait des supers écrans avec hologrammes et tout le toutim, genre comme si on était dans une série SF. Trop classe. Mosh a fait ami-ami avec Eo, l'IA du complexe, qui sert de système de sécurité. Elle parle un bon millier de langages, mais elle comprend pas trop les rapports humains. Elle... cherchait sa maman. Une histoire étrange.
  • Fulcanelli a pété un scandale pour qu'on ait de meilleures accréditations et qu'on puisse accéder au laboratoire où étaient étudiées les larmes. De ce que j'ai capté, elles sont exactement identiques à de l'eau et ont des réactions bizarres sur les faux, imitations et assimilés. Sur un humain ça empêcherait le mensonge, avec pour effet secondaire de donner une peau bleue et de faire pousser une sorte de bosse sur le front... Dédale a touché leur contenant pour essayer de ressentir certaines choses, il a vu Hoffman parler à un double d'elle-même et lui interdire de toucher les larmes, en les passant ensuite à Noriko... 'Fin bref, dans une pièce de 40m² en forme de dôme on a laissé Fulcanelli avec d'autres scientifiques et Hoffman.
  • Moi j'suis allée visiter un peu les lieux. On était au 1er étage. Au RDC y'avait la « zone de rétention » et les appartements de Sanders. Au 2ème étage y'a les quartiers de repos. Au troisième la cantine, la gestion des stocks, etc. Au quatrième les salles des machines et le bar des militaires et au cinquième les barres d'amarrage et des quartiers privés. J'ai essayé de discuter avec Sanders, mais c't'un con. Vu qu'il était pas aimable j'ai pris rendez-vous avec son assistant, un petit gars pas sûr de lui, qu'il était en train d'engueuler.
  • Le lendemain Mosh est venu me voir en début de nuit. Il avait commencé son enquête de proximité, apprenant entre autres que Noriko était pas en forme en ce moment, qu'elle avait un soucis. Il a profité qu'on soit seuls pour me parler de mon tatouage... Je lui ai vaguement dit que je pouvais pas en parler, et que même si on savait tous les deux qu'il connaissait plus ou moins sa signification je devais garder le secret... Merci Ramen. Bref, j'ai eu ce rendez-vous avec Bertrand MATESI, qui a duré toute la nuit. Tain, quand j'ai expliqué au mec que j'avais déjà quelqu'un il s'est mis à picoler pour oublier. Il me faisait un peu pitié. En plus il est con quoi, il a essayé plusieurs fois. Bon, c'était quand même sympa, je dis pas, j'ai pu conduire un sous-marin ! Et sur la fin j'en ai appris des belles à propos de Sanders. Homosexuel c'est son problème, mais violer ses subordonnés... Bref. J'ai aussi appris que Hoffman était jamais fatiguée, que ça avait l'air louche. Ah ben quand on sait qu'elle a un double hein...
  • À la fin de la nuit j'ai débriefé avec Mosh et Fulcanelli. Mosh a trouvé Dédale pendant la nuit, chez Noriko. Il voulait fouiller la pièce, alors il l'a laissé là. Le petit a réussi a chopper l'emploi du temps d'une dizaine de personnes après ça. On pensait envoyer Fulcanelli draguer Sanders, mais il est avec Nicolas FLAMEL et il a pas envie. Bon. Mosh s'en est occupé. Autant pas demander à Dédale, ahah.
  • Finalement on a eu des nouvelles de Dédale le lendemain, il me cherchait avec Mosh quand je me suis réveillée. Il a couché avec Noriko, qui apparemment est un être surnaturel chelou, peut-être une fée, qui a perdu un enfant et le pleure souvent. Dur. Elle lui fait de l'effet en tous cas, il a l'air tout chamboulé, je crois qu'il a mal dormi. Elle a un peu retourné le cerveau de Mosh, et celui de Dédale avant ça, mais elle a pas l'air méchante ni agressive, plutôt soucieuse et prudente. Hoffman est un mage, qui a l'air d'en devoir une à Noriko en fait.
  • Après ce petit aparté tout est allé en s'accélérant. En cherchant Noriko au labo, on est tombés sur Mathew LEECH. C'est le mage qui dirige le complexe. Le mec est genre imbu de lui même, arrogant. Je lui ai un peu flatté l'égo pour gratter un rendez-vous, dans ses appartements.
  • Avant ce rendez-vous chuis retournée voir Bertrand. On est allés au sauna, soit-disant pour ne pas être écoutés, mais ce boulet m'a vue à poil du coup, et il a encore essayé de m'embrasser. Le fait que je crois au surnaturel, ça l'a retourné. C'est d'un chiant. Enfin bref, on a parlé des prisonniers de la base, j'ai vite compris qu'il y avait un vampire pieuté dans le tas... Mais soit-disant qu'on était pas ensemble il m'a dit qu'il irait seul pour enquêter là-dessus. Lol.
  • Après ça j'suis allée voir LEECH. Dédale a décidé de me suivre sous occultation, et heureusement. Le mec, en plus d'être insupportable et prétentieux, avec son numéro de dragueur blindé de thune qui s'adresse à une simple d'esprit, il a réussi à me sortir des énormité comme « votre religion vous interdit de manger casher non ? J'ai commandé du poisson ». Abruti. Dédale m'a expliqué par lien mental que Leech craignait une ire maternelle qu'il a froissée. C'est là qu'on a capté que Noriko était la mère d'Eo, et que Leech lui avait volé. Tain on en a mis du temps. Du coup on l'a one shot. C'est ce qu'il faut faire avec les mages, héhé.
  • Le soucis c'est qu'Eo a déclenché l'alarme avant qu'on lui parle et qu'elle comprenne qu'on était pas les méchants de l'histoire. L'Ordre d'Hermès était prévenu, donc on a rushé.
  • Dédale a pris l'apparence du chef, du coup on a eu free access à la base. On est allés chercher Noriko et Hoffman, et on a foncé au centre de rétention. Là bas on a délivré plusieurs prisonniers :
    • AUTARKIS : gangrel indépendant qui a une plaque de métal dans la jambe, il était camariste à New-York, mais placé ensuite sous les ordres de Witchwood, puis kidnappé lors d'une mission à Washington dont il veut pas nous parler... Depuis que Dédale lui a dit qu'il allait s'en occuper il a l'air décidé à régler ça vite et discret, en plus.
    • Un Loup-garou : très jeune aroun Griffe Rouge, il reste discret et effacé, nous parle peu. Il a l'air de se méfier, et s'échappera à la première pause sur le chemin du retour.
    • ULRICH VON MUNCHAUSEN : fée-troll bleu (marbré gris) avec une corne sur la tête et les cheveux argentés, il fait 3 mètres de haut.
    Les 3 là ils ont considérés qu'ils en devaient une à Mosh. Nous on peut se brosser. Enfin bon, heureusement les jumeaux sont partageurs.
  • Enfin bref, pendant que j'allais chercher Bertrand et un sous-marin (mais quelle idée à la con...), ils sont allés délivrés Eo avec Noriko, Hoffman, le troll et l'autre gangrel. Si j'ai bien compris ils se sont frittés 3 mages de l'Ordre qui étaient arrivés, mais tout s'est plutôt bien passé au final. On a même récupéré quelques bouquins dans le bureau de Leech.
  • Noriko avait en fait un meilleur plan de sortie pour la fuite, du coup j'ai vraiment servi à rien. Et j'me suis coltinée Bertrand pour rien. Bref. On est partis avec un sous-marin plus gros, et le trajet à pris 2 jours. On a pu discuter avec tout le monde, apprendre un peu tout ce qu'il s'était passé, en vrai.
  • Sur le chemin Mosh et Posh ont convaincu Bertrand de devenir leur goule. Je pensais m'en débarrasser comme ça, mais il a toujours l'air de bien m'aimer, enfin, autant que ses régnants quoi... Je comprends pas.
  • On a passé 2-3 jours chez Fulcanelli, parce que putain sa bibliothèque en valait le coup, et au final il nous aura fallu deux semaines pour rentrer. J'ai hâte d'être à New-York, Samuel y sera aussi... Bon, c'est pour le taff, mais a priori on pourra quand même se voir...
الحكيم هو أكبر


29/02/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh et Dédale
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute.

Citer
  • Tain, on est dans la mouise. C'est pas possible quoi, y'a une couille qui traîne et qui cherche à pourrir quelqu'un, c'est pour nous, forcément. Merde.
  • Pourtant hier quand on est arrivés c'était plutôt cool. J'suis allée voir les deux émissaires assamites, ASSAN ALIL et NASSIM WALI, mais ils étaient pas là, la femme de ménage m'a dit qu'ils avaient beaucoup d'affaires à régler. Soit, je m'en fiche, j'ai laissé un message et j'ai appelé Samuel.
  • Rah, ça fait du bien d'être avec lui. On est allés chasser le garou, un danseur de la Spirale Noire qui a pété un câble. C'était sympa, surtout le moment où il m'a empêché de faire de la merde en frénésie et où j'ai terminé dans ses bras, avant qu'on fasse l'amour. En me relisant j'ai l'impression que le côté « vieux jeu » de notre relation, cette distance un peu bizarre qu'il garde quand on se voit, c'est un truc pour rendre les scènes romantiques et érotiques encore plus phénoménales. En gros, ça fait cliché. Mais c'est tellement chouette.
  • Il faudrait quand même que je m'habitue à lui parler normalement. V'là le mal que j'ai, on peut pas faire moins naturel, ça craint un peu. Enfin bref, je lui ai raconté mon rêve, celui dans lequel on avait un enfant. Et genre il l'a pris super sérieusement, à base de « j'espère que vous n'attendez pas de moi que je réalise ce genre de rêve »... Non ben ça va, c'est un rêve quoi. C'était juste mignon, et agréable. Il est sûrement blasé depuis le temps, des trucs mignons et agréables. C'est pour ça qu'on se contente de sexe torride. Quoi que quand je l'ai appelé il m'a quand même dit qu'il n'avait rien de plus important à faire que de me voir. C'est mignon. Sinon il pense que Bertrand ressent un véritable amour pour moi. Le truc super quoi. Enfin, pour lui je devrais en être contente, fière limite. Moi je trouve ça gênant, j'ai pas l'habitude. Puis il va vivre avec nous quoi... brrr.
  • Je lui ai posé des questions sur la Tal'Mahe'Ra, ses buts, ses Seraphims, touça. Du coup j'ai appris que Deloraison en était un aussi... et Aconia, en passant. Allez, tiens, mange mes grosses brutasses. Je suis entourée d'immondes grobills. Et ils sont soucieux. J'ai été con moi hein, Samuel me dit que lui et son frère sont quelques peu soucieux et moi je vois pas les gros warnings du « je suis super balèze et un peu inquiet ». Moi je suis pas super balèze, j'aurais du m'inquiéter beaucoup plus... Bref, il m'avait dit que le Prince de Londres (leur grand-sire, attention) arrivait, qu'il allait brisé la seconde tradition de la Camarilla en ne se présentant pas sur le domaine de son frère. Qu'il venait pour Everett, alors qu'il n'avait pas quitté l'Angleterre depuis des centaines d'années... Que Deloraison allait sûrement mal réagir... Et moi du coup je suis allée prévenir mes compagnons et on s'est mis sur le pied de guerre pour... Non, moi je lui ai parlé de l'aura de diablerie de Dédale et on a passé le reste de la nuit à m'apprendre le rituel dont il m'avait parlé à notre premier rendez-vous. La conne.
  • Le lendemain il m'a accompagnée au refuge : Bertrand avait capturé deux gosses et trois clodos qui « trainaient un peu trop près du refuge », même que « c'était louche ». Le con. Du coup j'ai demandé à Samuel s'il pouvait les dominer. Dédale a été insupportable, genre il lui a demandé si la jeunesse ça faisait du bien. J'ai jamais été aussi gênée de ma vie. Avant qu'il ne commence à lui dire que ça se voyait que j'étais complètement amoureuse de lui et qu'il devrait être plus heureux. Là, j'ai atteint les profondeurs de la honte. Donc je lui en ai collé une, puis Samuel lui a demandé de compter jusqu'à 10 000. Pendant que Mosh se chargeait de remettre à sa place Bertrand, qui faisait le coq en reprenant les paroles de Dédale, vert de jalousie. Je vais jamais m'en sortir.
  • Après ces conneries on est allés voir Hélène Miller. On a appris qu'elle était en deuil depuis un an, qu'elle avait perdu l'amour. Super ambiance. J'étais assez gênée, Mosh et Posh ont présenté leurs condoléances, Dédale aussi, elle avait l'air de pas vouloir s’appesantir là dessus donc j'ai enchaîné. Et genre cette pute elle m'insulte. Nous soigner ? Pas de soucis pour les 3 gus, pour moi il faudrait en discuter un peu plus, mais en échange on ne doit plus diabler, jamais. Oh meuf, tu sais ce que c'est une assamite loyaliste ? Les principes d'Haqim, jamais entendu parler ? Salope. Je lui ai dit plus gentiment. Mais quand même. En voyant que c'était non, et en entendant nos « raisons », nos convictions, elle a quand même décidé de me donner plusieurs pistes pour me « soigner » :
    • Aller voir les dévoreurs d'âme, lignée tzimisce qui modèle l'âme en plus de la chair... Je suis pas sûre que ça enchante Samuel. Mais Mosh dit que Féodore en est peut-être un...
    • S'adresser aux giovannis, qui pourraient utiliser nécromancie pour sortir Ramen de mon corps et le remettre dans un autre. Ça doit couter un bras. Et il nous faut un corps pour cette histoire. Mais ça nous ferait une bitch. Je sais pas...
    • Soigner le feu par le feu et me faire diabler : après tout Ramen est moins puissant, y'a plus de chance que ce soit lui qui y passe. Lol. J'ai des doutes là. Par contre ça semble le plus censé à Samuel. WUT ? Des fois j'me demande s'il tient à moi quand même.
  • Enfin bref. Samuel est resté chez elle, nous on est allés filer les larmes à Everett. Putain les cons. Enfin non, c'est même pas de notre faute, c'est juste pas de bol ! WILLIAM OLDCASTLE sortait de chez Everett... Et moi avec tout ça j'avais zappé de prévenir la meute... Le mec a une telle aura qu'on les avait petites. Mais non, Dédale est quand même resté sur son passage, avant de s'écarter avec un « pardon monsieur »... Et là c'est devenu nawak, again. Il a fait genre je m'en vais et il s'est retourné en mettant Dédale à genoux, puis a dégainé. Le pommeau de son épée est composé de deux dragons en or qui tiennent un diamant, la garde est faite de leurs ailes déployées, et de leur gueules entremêlées sort la lame, argentée. Au moment où il allait décapiter Dédale les jumeaux se sont interposés et il les a tranchés en deux... J'étais pétrifiée... Là Deloraison est apparu de nulle part et a paré son coup avec une épée sur laquelle est écrit « in nomine domini ». Ils ont commencé à se battre lentement, méthodiquement, en se parlant. Le Prince de New-York lui disait « William, cesse tout de suite ; tu brises la seconde tradition, pense à ce que tu es en train de faire », et l'autre lui a répondu « tu te prends pour un camariste ? Regarde tes sujets, un diaboliste, un assamite et des sabbatiques »... AMBIANCE. Deloraison a fini dans l'immeuble d'en face, et Witchwood a pris la relève, à coups de griffes et de « écoute Willy, ce que je déteste plus que les camaristes dans ton genre c'est les sabbatiques ». AMBIANCE ON A DIT. Léonard s'est fait péter 4 griffes, Dédale a essayé de s'interposer et au moment où il allait encore mourir il s'est juste fait trancher un bras : Xénophon, le primogène trémère, volait plus haut et venait de balancer des éclairs dans la tronche du Prince de Londres, pour le distraire... Le primo brujah anarch lui a collé une balle en pleine tête, puis ça a été au tour du primo brujah cama, ils sont tous venus au cac, rejoints par tout le conseil des primogènes... Mais personne n'arrivait à prendre l'avantage sur lui !!! Là la primo Ventrue est arrivée, Viviane Westwood. Elle lui a redit ce que tous lui ont dit, qu'il déconnait grave en gros. Il a cessé de combattre et il est parti sur un « tu me le paieras Henry ». Je sais pas pourquoi il appelle Jean Henri, il faut que je le demande à Samuel...
  • Ils sont tous repartis, sauf Deloraison, Witchwood et Westwood, qui nous encerclaient à moitié, l'air assez mauvais pour le Prince... Il a fait signe à Everett de rentrer, ce qu'il a fait (il était sorti pour ralentir le temps pour les humains de ce que j'ai ressenti et vu), puis on s'est pris une gueulante. Apparemment il nous tient responsable de ce qu'il s'est passé, pourtant on a rien fait ! On doit rester une semaine cloitrés chez nous en attendant le conclave qui va se tenir, et auquel on est conviés. Pourtant c'est un truc de la camarilla je crois. Enfin j'ai pas trop compris, je crois qu'on discutera de comment récupérer le soutien du cercle intérieur, qui doit se réunir dans un an... Je crois que c'est la merde pour Deloraison.
  • On est quand même allés filer les larmes à Everett. Il a expédié le truc, genre vite fait. Et nous a même pas filé notre prochaine mission... Quant à savoir pourquoi le Prince de Londres était chez lui... On a rien réussi à lui faire dire...
  • Bon bon bon, voilà. On va passer une semaine cool, non ? Je crois qu'on vient de démarrer le mode épique.
الحكيم هو أكبر


07/03/2012
Citer
  • Ce soir Samuel m'a dit qu'il m'aimait. Puis il est mort.
الحكيم هو أكبر
« Modifié: février 27, 2013, 18:07:44 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
« Réponse #2 le: octobre 10, 2012, 16:13:35 pm »
08/03/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh et Dédale
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • Après la gueulante de Deloraison, on a passé une semaine à se faire assez discrets. Mosh m'a diablé, Ramen a disparu, Dédale a demandé Noriko en mariage, Samuel m'a appris à danser le twist et on a rencontré la meuf du fils Vaudert, que son père peut pas saquer et qui a quand même l'air super cruche. C'était plutôt cool. En vrai il s'est passé d'autres trucs. Féodore a soigné Vincent avec un truc tzimisce. Je lui ai demandé si on pouvait parler des mangeurs d'âmes et de ce genre de choses, mais il veut que je « fasse mes preuves » avant d'en discuter avec quelqu'un d'extérieur au clan. Soit. Mosh et Posh ont rencontré une meute de caïtifs, au final Samuel et Dédale les ont pourchassés entre hommes et maintenant on a un nouveau pote, MICHAEL LEA, que Dédale fait passer pour un gangrel et veut élever comme son infant. Samuel est venu nous parler un peu de politique, Tal'Mahe'Ra, etc. Ouais, les autres sont au courant. Un secret de moins, cool. Mosh et Posh ont commencé leur enquête pour Mallory, tout en montant une sorte de réseau d'information avec les clochards du coin.
  • Puis il y a eu le Conclave.
  • D'abord Everett nous a demandé de passer chez lui à 22h, pour nous filer nos récompenses. Au final, il nous a surtout demandé de rembourser nos dettes de vie en votant pour Samuel au Conclave. En gros, ce fils de pute nous a expliqué que l'occasion était trop belle, que Samuel avait trop bien réussi ses magouilles et qu'il était une épine dans son pied. Putain mais ça peut être un tronc d'arbre dans ton cul que j'en ai rien à foutre mec, si tu veux le buter fais-le comme un homme bordel. Si j'avais pas su ce dont il est capable, je serais morte en essayant de lui arracher les yeux avec mes crocs à cet enculé. 4 dettes de vie contre une traitrise, c'est peu cher payé, et si on avait refusé, il aurait saboté notre réputation. J'ai accepté froidement, ou plutôt j'ai froidement snobé Everett, et les jumeaux et Dédale ont fini par accepter, sans en avoir du tout envie. On avait pas vraiment le choix, et je crois qu'on espérait tous pouvoir se sortir de cette situation.
  • Y'avait 18 personnes, et 17 voix : les 8 primogènes, nous, Everett, le Prince, Samuel, Burns, Assan et Robert Kane. Witchwood nous donnait sa voix, on la donnait à Everett, ça faisait au moins 5 personnes contre Samuel. De toutes façons j'ai pas compris, les discussions ont duré 10 minutes, les discours étaient terminés en à peine plus de temps, c'était plié en moins d'une heure. Un truc aussi important autant bâclé, woaw.
  • Au final, Samuel a récolté 7 voix, moi 6, Westen, Conrad et Everett 1 chacun. J'ai fait ce que j'ai pu pour me faire haïr et craindre, mais ça n'a pas été suffisant. Maintenant je connais des secrets compromettants sur beaucoup des personnes qui étaient présentes, elles le savent, et nous sommes tous en liberté. Sauf lui.
  • Après que le prince ait dépouillé les votes, j'ai embrassé Samuel dans le cou. Il m'a prise dans ses bras et m'a murmuré « à très bientôt », à l'oreille. Sur le coup ça faisait un peu menace quand même « je vais mourir mais tkt, on se revoit bientôt, dans l'au-delà, bitch ». Après j'ai compris, en réfléchissant, mais sur le coup c'était pas évident de voir une porte de sortie heureuse à tout ce merdier. J'ai un peu de mal en tous cas. Un peu mal aussi.
  • Quand il a arrêté son étreinte, ça a été pour me regarder, et me dire : « Sakina, vous êtes la seule femme que j'ai jamais vraiment aimé ». Devant tout le monde, comme ça, alors qu'il me l'avait jamais dit. C'est pas comme si c'était un peu personnel tu sais, et qu'on était devant pour une moitié des fils de putes, pour l'autre moitié des demis-fils de putes. En même temps il était condamné, il voulait peut-être que je le sache. Fais chier. Je suis surtout la plus grosse des connes de ne rien avoir su lui répondre. À devoir choisir entre les pleurs et la passion, les émotions me submergeant en un flot continu et contradictoire, je suis ENCORE restée con comme une grosse conne conne conne. Merde.
  • Le Préfet est venu, l'a pieuté, est reparti avec lui. Je sais pas trop comment ça va se passer. Comment ça s'est passé ? Je sais pas quand il est censé mourir. J'espère qu'il ne souffrira pas. Deloraison a fait partir tout le monde, sauf moi. Il m'a dit qu'il avait voté pour Samuel, comme ce dernier. Mais que grâce à l'amour qu'il me porte, on pourrait le récupérer. Du coup il m'a remerciée. Et il a rajouté que ce serait très difficile, et que le moment venu il aura besoin de nous. Il a fini par dire que le jour où je voudrais ma vengeance, rien ne se mettra sur mon chemin, pas même Caïn. Ouesh cousin, cimer. La vengeance j'en ai rien à branler sérieux, dis-moi que rien, pas même Caïn, ne se mettra sur mon chemin quand j'irai chercher Samuel. Ça ça me ferait plaisir.
  • Après ça j'ai retrouvé Dédale, Mosh et Posh. On est rentrés, moi en pleurant comme une madeleine et eux essayant de me réconforter un peu. Du coup quand on est arrivés à la maison et que je leur ai dit qu'on allait peut-être pouvoir retrouver Samuel, je me suis faite engueuler parce que j'aurais pu les prévenir plus tôt. Ça va, c'est pas comme si j'avais aucune raison d'être complètement choquée quoi, merde. On s'est mis sur la gueule le reste de la nuit. Ça nous a fait du bien.
  • Le lendemain on a pas fait grand chose, je me suis un peu laissée porter par la vague. Y'a une nosfé qu'est passée chez nous, pour l'enquête de Mallory. Le malkavien en cause s'appellerait SALMEK, et serait un peu taré, genre sadique. En fait y'a un truc bizarre avec les clodos de New-York, y'a 3-4 mois ils étaient protégés « magiquement ». Disons que si on leur faisait du mal il arrivait des trucs funkys, genre toutes les plantes qui crèvent autour de toi à 1km de rayon, tout le monde qui te déteste tout à coup, ou alors tu ne te réveilles que 2h par nuit... SOURICIÈRE, puisque c'est comme ça qu'elle est surnommée apparemment, elle s'est retrouvée avec des plaques de croute sur tout le corps. Ces histoires, ça pourrait être des rituels trémère, giovanni ou baali... On sait pas trop quoi en penser.
  • Bref, elle avait aussi 6 lettres pour moi. Y'en a 3 que je fous dans le même sac : la Westwood qui me fait des ronds de jambes, Xénophon qui la copie avec un petit quelque chose de menaces en plus et ce connard de Conrad qui trouve rien d'autre à foutre que de me cirer les pompes, on dirait presque de la drague. J'ai tendance à apprécier le genre de Bellic : c'est pas un mec que j'apprécie, j'pense qu'on a pas du tout les mêmes valeurs, mais il a le mérite de mettre cartes sur table. Je sais pas trop quoi penser de la lettre fleuve que j'ai reçu de Westen : si je voulais lire des dissertations je deviendrais prof, et son histoire d'amitié pour les longues nuit d'hiver là ça va bien, on dirait qu'elle veut me baiser, et je sais pas encore dans quel sens. Quant à la dernière, c'est un billet de Namira qui me propose de l'aide dans le marchandage de secret des gens.
  • Moi je voulais pas de tout ça. Je voulais mourir à la place de Samuel, pas me retrouver à devoir gérer et intriguer avec tout ces gens. Ça me stresse, j'ai peur de mourir tout le temps. Je veux dire, j'ai des choses à faire, je dois rester en vie. Et avec tout ce bordel, j'ai l'impression qu'on va m'attaquer. Je vais aller voir Namira je crois, pour lui expliquer que je voulais pas marcher sur ses plates bandes. Peut-être pour lui demander de l'aide.
  • Enfin bref. Dédale m'a enfin présenté Michael. On l'a convaincu qu'on était plutôt cools, puis on l'a emmené chez Witchwood, pour qu'il se présente, tout ça. Et là genre le vieux il me prend dans ses bras. Il a failli me faire pleurer, faut arrêter quoi. C'est difficile d'avoir de l'espoir quand tout le monde se comporte avec moi comme s'il était mort et enterré. Il l'est mais... Enfin voilà. Il m'a offert une dent de Lilith. C'est un poignard minuscule, on dirait un couteau à beurre aiguisé. Mais apparemment ça fait horriblement souffrir. Vengeance, encore, toujours. C'est un beau cadeau, c'est gentil. Ils ont discuté de la situation de Michael et de choses et d'autres, mais j'avoue que j'écoutais pas trop. Je m'imaginais en train de torturer Everett et tous ses supérieurs. C'est vrai que ça doit être soulageant.
  • Après ça on a décidé d'aller à l'Élyseum. Pour présenter Michael, pour que les jumeaux fassent leur première apparition publique et autorisée, puis on avait des gens à voir en passant. Putain quelle idée de merde. Adramelech nous avait prévenus que ça parlait de nous, de l'exotisme de Mosh et Posh, et de cette histoire d'amour exotique et tellement romantique entre un lasombra et une assamite, lui ayant été tué au conclave et elle connaissant des secrets sur tout le monde. Je m'attendais à rentrer dans la fosse aux lions, mais quand même. Quand je suis rentrée ça a fait genre tout le monde se retourne vers moi et ferme sa gueule ou murmure. Et y'a une meuf, KATHARINA DURANCE, qu'est venu me présenter ses condoléances au nom des 25 ou 30 vampires présents. Lol ? Faut arrêter l'hypocrisie à un moment, y'a pas moins crédible comme déclaration. Mais allez, c'est l'Élyseum, je reste polie, je lui dis merci. Mais ça suffit pas. Genre cette connasse elle me chuchote que je devrais être un peu plus aimable, qu'elle est chef des harpies, que son statut fait d'elle quelqu'un, que je devrais réagir autrement. Mais fuck meuf, t'es rien pour moi, je t'ai dit merci maintenant tu dégages quoi, j'en ai rien à branler que tu pourrisses ma réputation, j'ai DÉJÀ une réputation de merde. Elle est repartie vers son groupe de commère, et Dédale est allé s'excuser pour moi, lui expliquer que j'étais sous le choc. Tu me diras, ça m'étonnerait pas qu'elle soit assez conne pour ne pas l'avoir compris. Je savais pas quoi faire, j'étais plantée là, et Dédale est revenu pour m'afficher en s'excusant bien fort d'avoir raconté ma vie privée à n'importe qui. Heureusement que ma meute me fait rire, sinon je regarderais se lever le soleil. Vu que tout le monde me regardait et que ça me saoulait j'ai marché droit sur Burns. Ce type se serait délecté de ma détresse si je lui en avais laissé la moindre occasion. Il est dégueulasse. Je sais pas si je veux juste le tuer ou lui faire du mal, mais un jour il souffrira. J'ai une toute nouvelle dent contre lui.
  • Même moi je suis trop drôle.
  • Bref, on est allés voir Madison Clark, la primogène malkav. On lui a parlé de Salmek. Elle nous a expliqué qu'il y a longtemps il a fait une connerie et Simon Vaudert a voulu le tuer. Elle a intercédé en sa faveur, du coup il a juste été atrocement torturé, genre pieuté et foutu dans un bain de fourmis incendiaires. Elle nous a ré-affirmé que c'était un sadique, tueur en série d'hommes et de vampires, et en regardant la photo de Mosh elle a confirmé que c'était lui. Et là j'ai un déclic à la con. La description du type c'est grand, élancé, blond... J'me demande si la copine d'Arnaud c'est vraiment une nana... Simon a peut-être raison de se méfier... Fuck. Il faut que je lui en parle. 'Fin bon, j'ai réitéré la proposition que j'avais fait à Clark, de l'aider si elle en avait besoin. Si j'ai bien compris sa réponse ça lui fait plaisir, mais elle pense que j'suis pas en état, ou que j'ai pas besoin de ça maintenant.
  • Avant de partir Dédale l'a un peu emmerdée pour savoir où était Westen, parce qu'elle était pas présente à l'Élyseum. En fait elle est chez elle, Madison nous a expliqué qu'elle portait le « fardeau de ses émotions ». Limite je me demande si le speech de sa lettre c'était pas sincère. Maintenant je ne sais plus trop quoi penser.
  • En tous cas notre nouvelle recrue a l'air de super bien s'adapter à la politique et aux Élyseums. Dédale veut se créer une armada de gangrels mais je crois que là il s'est trouvé un ambassadeur, pas un général. Soit c'est pas un caïtif et il se fout de notre gueule, soit il est très débrouillard. Allez, j'ai de la chance en ce moment, il est débrouillard.
الحكيم هو أكبر


10/03/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh et Dédale
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • On a laissé Michael aux mondanités et on est allés voir le Prince. Il avait l'air fatigué... Il ne sait pas non plus quand, où et comment Samuel sera tué. Il nous a dit que la Tal'Mahe'Ra allait lancer une enquête pour comprendre les magouilles que traficotent Everett et Oldcastle. Il s'est proposé pour diriger les investigations, tout comme Aconia et O'Tool. En attendant les décisions du jury, il est évident que c'est à nous de chercher du côté de la Société du Mont Everest. D'ailleurs y'a quelqu'un qui surveille les jumeaux et Dédale, pour savoir s'ils sont dignes et capables.
  • Notre discussion nous a appris certaines choses sur Deloraison. Son vrai nom est Henri Le Bret. Ses convictions sont les mêmes que celles de la Tal'Mahe'Ra, il cherche à protéger l'humanité en somme. Mais New-York est une ville qu'il aime et qu'il protégera envers et contre tout : il veut la diriger comme un roi.
  • En passant, il m'a dit de ne m'approcher d'aucun des primogènes, sinon y'en aurait un qui essaierait de me zigouiller. D'ailleurs il a trouvé sympa de me filer des détails, au cas où j'en sache pas assez : Mercury est une marionnette de son Sire, membre de l'Efora, une sorte de conseil Ventrue.
  • Puis, il m'a donné la clé du refuge de Samuel à New-York. J'y suis restée jusqu'à ce soir, mais je dois refaire surface. Je suis tellement bien ici.
  • Un petit deux pièces discret. Les murs recouverts de bouquins, la cuisine remplie de plantes. Un dressing rempli du même costume noir en plusieurs exemplaires, un canapé qui n'est même pas dépliable, et un  bureau.
  • J'ai fouillé son bureau. J'y ai trouvé 3 khépeshs, dont celui d'Haqim qui va avec la pierre que m'a offert Belphégor. Le fou. Enfin bref. Il y avait aussi une correspondance entre lui et la personne qui surveille mes 3 comparses. Il faisait des recherches sur Richard Cœur de Lion, je crois qu'il avait trouvé le lien qui rapproche Everett et Oldcastle : Willy en serait le descendant illégitime, tandis qu'Everett serait l'infant de Pierre Basile, celui qui a tué le roi. Enfin bref.
  • J'ai pas vraiment la main verte, donc j'ai farfouillé dans sa bibliothèque, je lui ai emprunté quelques livres annotés. Un précis de botanique, pour essayer de m'occuper de ses plantes. Un livre sur un rituel Giovanni, le Minestrona de Morte, ça pourrait être utile pour aller le chercher. Y'en a un autre qui ne veut rien dire, c'est sûrement un code pour décrypter un autre texte. Puis trois autres.
  • Il me manque.
  • Je suis restée dormir chez lui, et j'ai passé la nuit suivante au même endroit. Au moins là bas son odeur est partout. Je me suis occupée un peu. J'ai répondu aux primogènes et j'ai écrit à Katharina, pour m'excuser. J'ai envoyé une lettre à Azz Ad-Din, pour lui expliquer la situation. J'ai pris rendez-vous avec Assan Alil, pour le lendemain en fin de nuit.
  • Une nouvelle nuit commence et je quitte cet endroit plus malheureuse que je ne l'ai jamais été. J'aimerais être enjouée et naïve comme à mon arrivée ici. Je dois cesser de m’apitoyer sur mon sort, ne pas penser au fait qu'ils sont peut-être en train de torturer Samuel. Oublier Sakina, oublier Samuel. Penser à la mission, à mes devoirs.
  • Pitié Haqim. Reconnais les tiens. Protège-nous.
الحكيم هو أكبر


13/03/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh et Dédale
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • Avant de partir de chez Samuel j'ai refouillé un peu chez lui et embarqué quelques trucs, mais en fait je voulais surtout savoir si le tatoueur qu'il devait contacter était en ville. Il s'est avéré que oui, depuis plusieurs jours. Je suis donc allée voir LE GRAVEUR, venu spécialement du Caire. Il a rencontré Samuel y'a 150 ans, ils étaient tous les deux prisonniers des sethites. Il considère que Samuel lui a sauvé la vie à l'époque.
  • J'avais envie d'être détachée et de reprendre un peu du poil de la bête, mais j'crois que je l'ai froissé par la même occasion. M'enfin bon, il a compris. Il a recouvert mon tatouage de la Tal'Mahe'Ra avec un ancien symbole assamite. Trop classe, surtout quand je me concentre pour découvrir le premier.
  • Il faut dire qu'il est doué. Il a lui-même des tatouages impressionnants, dont il m'a clairement dit que je ne voulais pas savoir ce qu'ils faisaient... Les 3 parques sont dans son dos, les Erinyes sur un de ses bras.
  • Après ça j'suis allée à mon rendez-vous avec Assan Alil. Il est plutôt pas mal dans le genre, mais j'ai perdu l'habitude des grenouilles de Mosquée. Il croit en l'Islam et aimerait découvrir la place d'Haqim dans tout ce bordel, s'il est genre Mahomet, son mentor, son disciple... Moi j'suis tolérante hein, mais le voile et la séparation des hommes et des femmes, je capte pas trop l'intérêt. En plus il applique bizarrement les principes d'Haqim. Il accepte les assassinats sur les humains, mais prône une réelle éthique de la pratique. J'étais un peu perplexe. Un vizir quoi. Mais on s'en fiche, l'important c'est qu'apparemment personne ne dit du mal de moi à Alamut. On a la classe ou on l'a pas. Moi j'ai la cote.
  • Bref, après tout ça j'ai quand même recontacté Dédale et les jumeaux. Ils me manquaient un peu quand même. Mosh et Posh ont quasiment terminé leur enquête pour Mallory, tandis que Dédale a commencé la sienne concernant les Trémères et les mages de l'Ordre d'Hermès.
  • Pour fignoler leur truc, les jumeaux ont voulu voir la copine d'Arnaud, Lucie. Du coup on a appelé le petit con, et on s'est retrouvé à une soirée privée de merde. Une soirée de Cécilia Parker. On a appris et compris que c'était des sortes de soupapes pour camaristes qui assument pas leurs pulsions les plus basses. Bref, ça sert à rien de s'étendre là dessus. Les jumeaux ont encore énervé leur trémère-tête-de-turc, Dédale a papilloné, et au final je suis partie en me demandant pourquoi j'étais venue.
  • Pour compenser un peu en inverse je suis allée voir Simon. Mais j'étais amère et je crois qu'il pense que je lui en veux, pour tout ça. J'ai essayé de me renseigner sur les trémères, mais j'ai pas appris grand chose, si tant est qu'ils sont une trentaine et que leur primogène, Xénophon, est un chasseur d'infernalistes avec qui il a travaillé pendant longtemps.
  • Quitte à aller à l'Élyseum j'ai voulu voir le Prince. Il était occupé mais j'ai discuté avec sa secrétaire, SYLVIE TEMPERANCE, plutôt sympa pour une trémère. Elle adore les plantes et travaille pas mal dessus, du coup j'en ai profité pour apprendre à m'en occuper, pour celles de Samuel. Je suis retournée chez lui et j'ai jardiné, puis dormi.
  • Le lendemain je suis allée voir Deloraison. Sylvie m'a filé une fiole d'engrais qu'elle a mis au point, une mixture verte qui fructifie les plantes. Elle a l'air d'essayer de faire valoir ses connaissances chez les siens, ça sert par exemple pour renforcer leurs pieux chelous, mais ils sont quand même pas super super réceptifs. Bref.
  • J'ai parlé au Prince des trémères et de nos suspicions sur eux, mais il n'a pas voulu nous aider attendant de savoir s'ils étaient de mèche avec les mages ou pas. Il veut que j'arrête de lui apprendre des trucs sur sa ville, c'est marrant. J'ai voulu parler de Xénophon mais il a assez mal réagi, il veut plus que je réitère mes accusations, jamais. Quant à Samuel, il pense qu'il doit être en train de souffrir. Mais n'y pensons pas.
  • Avant de partir je lui ai demandé le second tome des bouquins d'Oldcastle sur les épées, mais finalement on a fait plus simple. Il m'a dit que Sylpharion était liée, d'après lui, au démon Samael, « le venin de Dieu ». Croc d'argent a été forgée par les Crocs d'Argent mais pervertie par les Seigneurs de l'Ombre, elle force les garous à changer de forme à chaque coup, grâce à l'esprit papillon qu'elle renferme. Aucune mention d'Ossement par contre. Fuck.
  • En partant j'ai reçu un appel des jumeaux. Ils avaient bien avancé avec Ten Penny, une histoire marrante qui nous a fait récupérer une camionnette de surveillance, mais ils avaient besoin de quelqu'un pour faire oublier certaines choses à plusieurs personnes. Desmond Gale a bien voulu me dépanner, mais il veut pas que ça se sache. No problem.
  • On est ensuite passés voir Thomson Gunner, pour faire changer les plaques. Il a l'air crevé, Assan Alil le lâche pas. C'est con. J'sais pas trop quoi faire, je comprends l'émissaire. Thomson a des côtés que j'apprécie moyennement, mais c'est un gars plutôt loyal et vachement utile, parfois.
  • Bref, on est allés en planque devant la morgue trémère. Mosh, Posh et Dédale avaient repéré des trucs chelous là-bas, genre des mages quoi. Noriko nous a rejoints, et heureusement, elle a pu nous expliquer comment fonctionnait le camion et tous ses gadgets. On a repéré un endroit avec une quarantaine d'humains vivants, entassés les uns sur les autres comme pendant la traite des noirs. Plusieurs vampires, humains et gargouilles dans le bâtiment, quelques va-et-vient à l'arrière.
  • Mosh est allé fouiller les poubelles mais il s'est fait repérer. Il est reparti dégueulasse et a décidé d'aller prendre une douche au refuge. Posh est resté dans le camion pendant que Noriko, moi et Dédale qui venait d'arriver on partait en infiltration par les sous-sols.
  • Dédale revenait de chez Janus, qui est triste parce qu'il a perdu les élections parce qu'il avait des putes, ou un truc comme ça. Ils ont un peu parlé du monde des morts, puis Janus a craché sur Dédale pour qu'il puisse voir la vérité et lui a demandé une offrande à la hauteur de ses moyens. No comment.
  • Donc, l'infiltration. Ben ça a été n'importe quoi. Enfin non, pas tellement, ça a été cool. Jusqu'à ce qu'on tombe sur une gargouille qui surveillait le passage entre les égouts et la cave de la morgue. Noriko l'a endormie, puis on a commencé à discuter de ce qu'on faisait, puis elle s'est réveillée, puis on s'est pris la tête. Comme d'hab', Dédale m'a fait des réflexions à propos de ma place de chef, puis j'ai assisté à une dispute de couple et Noriko a fini par me faire une réflexion quant au fait que j'ai parlé de tout ça au prince. Du coup la gargouille, GEORGES, elle a commencé à me sortir que j'avais des problèmes d'autorité et que je gérais mal mes hommes. Ils me font chier hein, je suis pas le chef, on a pas de chef. Putain.
  • Dans notre malheur on a eu de la chance, l'autre Georges il avait pas l'air super heureux ici. Il a rien voulu nous dire sur son régnant, mais il nous a clairement expliqué que soudoyé il nous laisserait rentrer, sous réserve qu'on ne touche à rien.
  • On est rentrés au refuge pour voir Mosh avec un clodo. Sérieux, c'est un moulin notre refuge. Mais il a décidé de faire du type sa goule, il va s'occuper de monter une association pour s'occuper des sans abris, un truc comme ça. Why not. On a trouvé un bouquin à offrir à Georges dans notre bibliothèque, vu qu'il avait l'air d'être intéressé par la lecture, puis on a décidé d'y retourner le lendemain.
  • En début de nuit j'ai réalisé que j'aurais du parler au Graveur du tatouage de Prescott, du coup je l'ai appelé et j'ai eu de la chance, il était encore là. J'l'ai rencontré au B52's mais quand il a su de quoi je voulais lui parler il est parti après m'avoir dit que c'était lui qui l'avait dessiné et tatoué, qu'on en parlerait ailleurs et qu'il me recontacterait dans les 3 jours.
  • J'suis passée au refuge de Samuel pour mettre de l'engrais dans ses plantes, j'me suis dit que si on devait utiliser le rituel du Minestrona ça pourrait pas leur faire de mal. Puis je voulais surtout tester un truc. J'ai regardé à travers le miroir d'Everett, dans le refuge de Samuel. C'était étrange, tout était assez gris, mort en fait. Certains bouquins avaient l'air en meilleur état, tout comme les tiroirs de son bureau. Mais il y avait surtout une jonquille dans sa cuisine, fraîche et magnifique, au milieu du reste de ses plantes, mortes. J'ai pas vraiment compris donc j'ai envoyé un texto à son frère, mais il m'a pas répondu...
  • 'Fin bon, à minuit on avait rendez-vous tous ensemble au refuge, pour partir inspecter un peu la morgue. Dédale avait embarqué Michael, pour qu'il passe un peu de temps avec nous. Mosh et Noriko sont restés dans la camionnette, Posh, moi et les deux rigolos on est descendus. Par contre y'a que Dédale et moi qui sommes rentrés, parce qu'on pouvait se cacher plus facilement.
  • Sérieux, ça m'a saoulé. On a tout bien fait. Tout. Discrétion, enquête, tout. Je suis même pas partie en fren' quand j'ai vu comment ils parquaient les humains. Et non, on s'est merdés à la toute fin, ça s'est terminé en massacre, pour faire court. D'ailleurs la camionnette a pas survécu. RIP.
  • Pour faire court sur les découvertes, on a trouvé une salle avec plein de pots fermés hermétiquement, on a appris plus tard que c'était leur élevage de dévoreurs d'âmes. Plusieurs autres pièces, genre archives, bureaux, salle d'autopsie, salle de détente. On a appris que les humains entassés c'était le « stock »... Puis un grand salon bourgeois type XIX°, avec dix nanas et deux mecs entre 12 et 24 ans, en tuniques blanches, à l'air drogués. C'est dans cette pièce là qu'il y avaient les grobills, dont celui qui m'a repérée.
  • On a buté les mages, on a galéré pour tuer les gargouilles, on a tenté de garder les trémères sous la main, mais genre Mosh a débarqué possédé en charclant TOUT sur son passage... En me battant contre lui j'ai réussi à garder un des vampires pieuté qui avait l'air le plus important, il m'a sorti un truc genre « tu as de la valeur coupala, je laisserai un témoin survivre pour la continuité de son oeuvre ». J'ai pas compris.
  • Bref, j'ai appelé Simon et il a genre même pas cherché à savoir pourquoi je l'appelais, il m'a dit qu'on avait 3 minutes pour sortir de la morgue avant que la fondation nous tombe sur la gueule, et qu'il nous attendait dans son bureau, immédiatement.
  • On est redescendus dans les égouts et Georges nous a remercié, apparemment on a tué son régnant dans l'histoire. Souricière et Jason Trucker nous attendaient pour une exfiltration crade mais efficace. Classe.
  • On est passés par plein de passages secrets pour débarquer directement dans le bureau de Vaudert. Putain il faisait la gueule, on a pris cher. Il nous a dit que tout jouait contre nous, qu'il allait nous envoyer à Chicago pour nous cacher un moment. Pourtant on avait plein de preuves, genre le trémère pieuté, Georges, une tête de mage, des documents écrits récupérés là bas, et même les bandes vidéos de surveillance que Lisa nous a récupéré en urgence quand le Préfet nous y a fait penser...
  • Au moment de nous envoyer chier pour de bon il m'a demandé de rester et m'a parlé de mes accusations contre Xénophon, il venait d'en entendre parler. Moi je sais qu'ils ont combattu les baalis ensemble, puis je sais qu'il arrive dans ces cas là de... développer certains pouvoirs, mais ça rend pas mauvais pour autant, donc je lui ai expliqué que j'avais dit ça pour le scandale, pour faire peur, mais que c'était pas forcément... « négatif », mais plutôt compliqué. Puis il a reçu un coup de fil, m'a renvoyée avec les autres en nous demandant d'attendre. Dix minutes après on apprenait que Xénophon débarquait, et que la situation n'était pas si pourrie.
  • On a eu droit à un grand discours du trémère, qui n'était pas au courant, mais n'est pas vraiment un trémère, plutôt un baali, d'ailleurs il est l'infant de Cédric Prescott, qui n'est pas mort, mais Trémère est un démon, et la thaumaturgie et la thaumaturgie noire c'est pareil, c'est de l'infernalisme, que des trucs normaux quoi. Il nous a parlé un peu plus en détail des démons et de son Sire, qui veut sauver Samael et a donné signe de vie la dernière fois vers la maison de vacances d'Everett dans les Hampton, et le Prince nous a rejoint pour nous dire d'enquêter là dessus.
  • Donc en gros Xénophon porte le chapeau pour tout. Mais le préfet considère quand même qu'on lui en doit une. En même temps il va se servir des preuves et les étudier. Xénophon va se mettre lui aussi à enquêter sur ce bordel avec les mages de l'Ordre d'Hermès.
  • Avant de partir, j'ai sorti mon miroir, pour voir. Dans le bureau de Simon y'avait sa tête en trophée un peu partout, mais surtout une paire de menottes neuves. Chez le prince c'était une épée en bois, comme celles avec lesquelles ils jouaient quand ils étaient petits. On en a déduit qu'il était mort. Et Deloraison m'a fait genre « bon ben vous le retrouvez puis on s'en occupe ». Euh, ok, trop facile. Enfin bref.
  • En sortant, Mosh et Posh ont été appelés par Lucie, qui leur a donné rendez-vous pour voir Salmek. Ils lui avaient apparemment demandé de le voir, à la soirée de Parker. On y est allés et ça a été magique.
  • Salmek était un sale mec, Lucie a laissé tomber une grenade, Mosh et Posh l'ont rattrapée et mise dans la bouche du malkav, qui a explosé. On s'est rapprochés avec Dédale et on a commencé à se demander ce qu'on allait faire de l'autre teubée, parce qu'à force d'être conne elle avait l'air dangereuse... Je l'ai pieutée en feuj, son aura avait plus l'air dans son corps, on l'a dépieutée et ses poils se sont hérissés mais toujours pas d'aura, je l'ai repieutée et finalement les jumeaux l'ont tuée, parce qu'on risquait d'avoir des problèmes si elle contactait quelqu'un. Son corps est devenu celui d'un homme... C'te pute. On a un peu inspecté les deux corps avant de s'en débarrasser, et celui de « Salmek » semblait très très jeune, tandis que celui de Lucie devait avoir une centaine d'années.
  • J'espère que la journée d'aujourd'hui sera plus calme, je suis fatiguée. Puis j'ai perdu un bras dans toute cette merde. M'enfin bon, j'ai perdu pire ces derniers temps.
الحكيم هو أكبر
« Modifié: février 27, 2013, 18:24:38 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
« Réponse #3 le: décembre 19, 2012, 00:16:31 am »
02/04/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale et Mallory
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • Pour retrouver Samuel, je me suis mise à faire tous les endroits qu'il avait fréquenté avec mon miroir. Dans ma chambre, il y avait la même jonquille que dans sa cuisine. À l'ancien refuge de sa meute j'ai vu trois fantômes en train de bavarder et rire, mais je me suis pas trop approchée, de toutes façons il n'était pas là. Dans la rue où je l'ai rencontré la première fois, un grand feu brulait, sûrement souvenir des danses du feu qu'ils faisaient. En désespoir de cause je suis allée chez Hélène Miller, parce qu'il la connaissait.
  • Devant chez elle, un fantôme attendait. Il avait l'air un brin amoché. Quand elle m'a ouvert la porte et que je lui ai demandé si elle le connaissait, elle s'est mise à hurler "Malcolm" et est partie en courant vers sa voiture. Je l'ai suivie, et j'ai bien fait. Elle allait voir « des amis nécromants », et a accepté que je la suive parce que dans un moment dur j'étais restée fidèle à mes principes.
  • On a roulé une bonne partie de la nuit, mais on a fini par retrouver celui qu'elle cherchait. Un Giovanni en planque, JAKE FERGUSON, le dernier de New-York. Assez mal vu dans son clan, il s'était fait reléguer à un poste de second rang, lui permettant en fait de ne pas être présent quand on y est allés. Bref. C'est un allié de la Miller, si j'ai bien compris. Ils ont discuté, elle était complètement bouleversée. Elle savait pas, elle, que pour le ramener il faudrait sacrifier un être humain. Ça l'a un peu laissée prostrée, fidèle à ses principes.
  • J'ai profité de ce moment de flottement pour saisir ma chance, et lui demander comment on pouvait retrouver une âme dans le monde des morts, où est-ce qu'elles vont quand elles meurent, ce genre de trucs. Il m'a dit que c'était complexe, mais qu'il pouvait convoquer les âmes des morts. J'ai lâché plus d'infos sur Samuel, et il m'a dit que s'il était mort à Londres son fantôme était là bas, que les déplacements étaient similaires. Il pouvait par contre l'appeler, le faire venir. Il a fallu que je lui donne son vrai nom et que je l'amène au Moulin, mais il l'a fait.
  • Devant moi est apparu Samuel. Translucide, fatigué, marqué de différentes traces de torture, de cicatrices. Ses yeux se sont ouverts et son visage décrispé, mais ma main tendue vers lui s'est perdue dans l'ineffable. Si proche et pourtant si loin.
  • Nous avons échangé quelques mots, puis Ferguson l'a lié à un objet, pour qu'il puisse rester. L'emprisonner dans le rubis d'Haqim, le garder près de moi.
  • Le Giovanni est parti, ne pouvant nous aider pour la suite. Et je suis restée là, avec cet homme intangible que j'aurais voulu embrasser, carresser, réconforter. La fin de la nuit est arrivée, et la journée fut longue et pleine de réveils, de discussions, de retrouvailles platoniques. C'est dur de se dire que rien n'est fini, qu'il reste tant à faire, alors qu'on voudrait juste le prendre dans ses bras et le rassurer, se lover dans ses bras et pleurer. J'ai du lui dire qu'il m'avait manqué, mais la vérité était qu'il me manquait toujours. Et la peur d'échouer si près du but. Heureusement cela n'a duré que très peu de temps.
  • Papa m'a appelée le lendemain. Je lui ai parlé de Samuel, de son fantôme, de nécromancie. Après tout notre clan est puissant, et lui est allié au clan. Azz Ad-Din a intercédé pour moi auprès de la Main Droite du Grand Vizir, BAJAZET AL-NASSIR, et celui-ci est venu quelques jours plus tard. Je dois avoir une discussion avec mon sire. Le téléphone c'est vraiment pas son truc, et on a pas parlé de... tout ça. Enfin bref.
  • En attendant l'envoyé de mon clan, on a essayé de trouver un nouveau corps à Samuel. Bertrand a eu une super idée, et on a tapé dans les banques de sperm. Tain, quand le Prince t'aide à résoudre ta mission la vie elle est over tranquille. Le plus dur ça a été d'en trouver un qui plaise à Samuel. Monsieur veut pas être blond, puis il veut toutes ses capacités, et OMG non, moi je veux qu'il puisse me faire l'amour avec autre chose qu'un cure-dent... Bref, on a un peu cherché, mais on s'est mis d'accord.
  • Bajazet Al-Nassir est arrivé. Il est spécial. Une vision très théorique des enseignements d'Haqim et du clan... très scolaire. Mais il a bien fait son taff.
  • Maintenant, je peux le toucher. Au début j'ai eu plusieurs problèmes. D'abord j'avais peur de le casser, parce que c'est fragile un humain. Ensuite, j'ai eu du mal à le reconnaître. C'est fou de se dire que cet homme qu'on aime est là devant soi, sans pouvoir le discerner d'un étranger, d'un inconnu. Puis finalement, ça n'a pas duré plus d'une heure. Il a repris ses habitudes, ses mimiques, ses intonations, et je l'ai retrouvé. C'est somme toute plutôt amusant de le voir dans un autre, même si la plupart du temps je le vois lui, sans regarder ce à quoi il ressemble en surface.
  • Puis il a fallu le faire étreindre. On en a beaucoup parlé, une multitude de choix s'offrait à lui, j'avais déjà des milliers de plans machiavéliques pour le faire étreindre par de puissants anciens... Mais il m'a dit que ça ne le dérangeait pas d'être mon infant. Et j'ai trouvé ça terriblement excitant. J'crois que je vieillis, je vois pas d'autre explication, ça doit être un truc de vieux de se dire des trucs comme ça. Mais Samuel, humain... Quand il était encore lasombra et qu'on couchait ensemble, nous ne nous sommes jamais mordus. Je sais pas, ça m'est même pas venu à l'esprit. Mais lui, vivant devant moi, son cœur palpitant et son sang chaud, sa peau nue sous mes crocs et le plaisir intense qui allait lui faire perdre tout contrôle... Puis l'imaginer s'éveiller mené par la soif et se jeter sur moi pour boire mon sang et reprendre le dessus pour me faire l'amour sauvagement et... bon ben j'ai accepté quoi.
  • Maintenant qu'il est l'un des notres, je n'aurai jamais plus aucune raison de le tuer. Jamais plus il ne sera un étranger au clan.
  • Je pensais qu'il allait reprendre une vie normale, que je ne le verrais que peu, mais pour le moment il reste à New-York. Il est différent, plus attentionné, moins distant. On passe au moins une petite moitié de nos nuits ensemble. Faut croire que tuer un homme ça lui change sa vision de la vie.
  • C'est dommage que ce changement soit arrivé... pour ça. Comme ça. Parce que la cause me met hors de moi, je vois Samuel parfois blessé et meurtri par ce qu'il a enduré à Londres et je tuerai Oldcastle pour ça. Mais les conséquences me rendent heureuse. Je suis heureuse, comme je ne l'ai jamais été. En plus Samuel nous cherche un petit nid d'amour ! Bon, c'est moi qui l'ait proposé, mais je crois que ça ne le dérange pas. Puis c'est lui qui a voulu s'en occuper.
  • Des fois je me demande s'il assume son état de nouveau-né. Avant son étreinte j'avais l'impression qu'il n'avait pas changé, toujours tellement sage, expérimenté, calme... Je pensais que quel que soit son nouveau corps, il resterait cet homme sombre et mystérieux. Mais peu après son étreinte nous avons mis en place une petite mascarade, pour pouvoir vivre ensemble sans vraiment vivre cachés. J'ai officiellement pété un câble et étreint puis lié au sang un beau jeune homme, pour qu'il prenne la place et tienne le rôle de mon amant disparu. Le Prince m'a officiellement réprimandée, et une bonne partie de la Cour doit me penser un peu folle. Moi je m'amuse beaucoup avec ce rôle, mine de rien ça me permet de passer du temps avec lui en ayant rien d'autre à faire, pour ma couverture, que d'être heureuse, amoureuse et un peu déjantée. Mais des fois je me dis que pour un vieux vampire ça doit être dur de se faire passer pour un jeune con manipulé.
  • Enfin bref. Pour parler du reste du monde, Mosh et Posh ont... euh... assimilé Mallory ? Elle est frère du sang quoi. Ils voulaient qu'on y assiste mais Féodore n'a pas voulu que Dédale soit présent. Et moi il m'a autorisée après qu'on ait discuté d'Ossement et de mon démon, Kuppala (et pas coupala...). En fait je crois que les épées sont pour pas mal d'entre elles possédées par un démon, qui possède le porteur de l'arme, ensuite. Il m'a dit que les dévoreurs d'âme étaient des tzimisces atteints d'une maladie. Selon certains mythes, quand Enoch a étreint Tzimisce, il a tenté de mettre toutes ses viscissitudes en lui. Ca a en partie échoué, et certains infants de la lignée hérite de cette mauvaise part de leur héritage génétique, en gros. En ce qui concerne la suite, Féodore m'a expliqué qu'il y avait pour lui plein de raisons, que ça dépendait de l'infant, du sire, de la phase de la lune et de sa position dans le ciel, touça. Il pense que ça se combat avec viscissitude et la Voie de la Métamorphose. Mais apparemment y'a des opposants à cette théorie, genre Sorin Markov. Mais là Féodore s'est énervé, donc il faudra que je lui demande moi-même. C'est étrange que les dévoreurs d'âmes soient genre en Autriche-Hongrie, avec les trémères... qui eux sont arrivés en 1100, juste après qu'Oldcastle cesse ses croisades contre les dévoreurs d'âmes... Hmph...
  • Sinon y'a aussi le Graveur qui m'est tombé dessus au détour d'une chasse, pour m'emmener sur un terrain vague et me dire qu'il savait pas vraiment ce que le tatouage faisait, qu'il avait compris qu'après que c'était un baali, en faisant des recherches, mais surtout qu'il pouvait m'aider à le retrouver si je lui laissais un peu de temps. Genre en fait les gens qu'il tatoue il peut savoir s'ils sont en vie, et les localiser... Pratique, ou alors flippant. Il m'a rappelé et on s'est vus, pour me dire que Prescottel était au large de la villa d'Everett, en m'expliquant comment y aller. Puis en fait il m'a dit de faire attention, que certaines personnes fouinaient, et il m'a montré un vampire pieuté. Putain c'était Dédale quoi. Alors moi je le dépieute, normal, et lui il est parti en fren' mais un truc de ouf, même calmé par le Graveur il a sorti ses griffes, l'a loupé et lui a craché au visage avant de se barrer. Un peu violent quand même. Ca faisait deux jours qu'il était là aussi... Mais quand même quoi... J'me suis excusée puis je suis partie peu après...
  • Après ça j'ai filé chez Xénophon avec Samuel. Non parce que vu qu'il est incognito, j'passe du temps avec lui. D'ailleurs y'a pas mal de gens à qui il dira pas qu'il a rez'. Genre Belphégor, parce qu'il bave trop apparemment. Mais genre Aconia par contre il va lui dire, parce qu'elle est importante pour le boulot, blablabla. Bref, on est allés voir Xénophon, pour lui dire où était son sire.
  • Et donc là genre il nous a dit qu'il nous fallait une Fille de la Cacophonie et il nous a monté tout un plan. Apparemment y'a un allié d'Everett qui peut voir à travers tous les mirroirs. Là on fait une pause. J'avoue j'ai un peu flippé ma race, mais après l'avoir retourné dans tous les sens je suis sûre qu'aucun miroir ne nous a vus Samuel et moi, en tous cas pas avant la "mascarade". Donc, l'autre sait ça parce qu'il avait protégé la chantry contre ce genre de trucs. Et il nous a conseillé de faire faire à Westen une soirée dans sa villa des Hamptons, proche de chez Everett, avec un petit concert bien senti de Fille de la Cacophonie qui pourrait les aveugler en brisant tous les miroirs aux alentours.
  • Vu qu'il a été sympa je lui ai refilé la bibliothèque de son Sire (de toutes façons il est sur le domaine de Dédale...). C'était quand même pas con son plan là. Vu que Michael est le face du groupe et qu'il fricotte avec les torés, on lui a demandé s'il pouvait faire en sorte que Claudia ait une soudaine envie de faire un concert de Fille de la Cacophonie. Et en quelques jours c'était plié, invitations VIP comprises.
  • Quelques jours ça a suffit à Samuel pour se mettre dans la peau d'un jeune vampire étreint pour servir de remplaçant. C'est là que la comédie a commencé. Moi je dis, faire sa soirée le premier avril, même quand on est la primo toré, c'pas une bonne idée. Samuel ressemblait à Samuel, quelqu'un qui n'y connait rien aurait pas vu beaucoup de différences mais il avait un t-shirt sous sa chemise, sa montre portée au mauvais bras, du gel dans ses cheveux avec des mèches blondes, ce genre de trucs. Du coup je me suis cherché une petite robe flashy et j'ai trouvé un truc kitsch à souhait, avec la schtroumpfette. Pour parfaire le tout, Samuel m'a offert un rendez-vous chez PEDRO, le coiffeur des primos. 'Tain, j'ai eu du mal à rester sérieuse, mais j'ai joué le jeu. Il m'a teinte en blonde ce con. J'crois que Samuel l'a mauvaise que je l'ai pas ramené en brun ténébreux, je vois pas d'autre explication. Et genre il m'a dit qu'il aimait bien. Moi je trouve ça chelou hein. Puis le brushing... Enfin bref.
  • De toutes façons j'étais pas la seule freak, vu la tronche des jumeaux. J'crois qu'ils portaient des fringues de stripteaseurs. Mallory était en petite robe noire et talons rouges, classe, même entre Mosh et Posh. Dédale était faussement négligé, dans un costume ultra classe. Il portait le même parfum que Samuel, mais ça lui va pas vraiment.
  • J'ai voulu faire un cadeau à la Westen, mais je savais pas trop quoi lui prendre. Du coup j'ai demandé au Prince de m'aider, et il a délégué. Tempérance m'a créé une orchidée magnifique, fraîche à la tombée de chaque nuit. Trop classe. Et qui m'a évitée de me prendre une grosse humiliation, en fait.
  • Parce que les connasses de l'Élyseum, là, elles s'étaient déguisées, et moi j'ai confondu Westen avec Durance, au moment des salutations, remerciements et autres. Heureusement avec une pirouette, un compliment et un joli cadeau, on peut réparer certaines choses. Peut-être aussi que les gens ont pitié de moi, surtout depuis que je compense la mort de Samuel. La primo toré m'a dit que c'était une bonne reproduction. J'ai fait celle qui comprenait pas et je suis repartie, en papouillant mon original.
  • Mallory, Mosh et Posh ont fait sensation auprès d’Étienne, comme d'hab. C'est le Trémère qu'ils ne peuvent pas s'empêcher d'emmerder. Dédale les a aidés, histoire d'enfoncer le clou.
  • En ce qui concerne le reste de ma soirée, j'ai expérimenté la superficialité crasse, je crois. Mais c'était sympa. J'ai passé mon temps à rouler du cul au bras d'un beau mec, à danser, tout en flirtant.
  • Tout ça pour dire qu'on avait une mission. Avant le concert de la fille de la cacophonie, Dédale avait préparé une surprise à Westen, un cadeau, un artiste venant de Paris. Fuck quoi, Baudelaire lui a envoyé Belphégor ! Je dis pas hein, il était bien déguisé et tout, mais merde. À l'entracte les triplés et Dédale sont allés le voir, et il était vénère de ne pas être dans son musée. Samuel a préféré éviter de le croiser et on a cherché Michael, pour démarrer la mission.
  • Ce petit con il était en train de baiser, faut arrêter quoi, on est pas là pour rigoler. Il est pas mal roulé d'ailleurs. J'ai fait la réflexion à Samuel, comme quoi la jeunesse c'était quand même pas mal et que j'avais eu raison de le ramener comme ça, et il m'a prise par surprise avec sa réponse. Mon Dieu, quel homme. Je crois que je ne m'en lasserai jamais.
  • Enfin voilà, tout ça pour dire qu'on avait une mission. Et en y retournant, j'ai croisé Dâme Yseult. Je l'ai surtout reconnue à ses vêtements, elle avait changé son apparence. Elle nous a dit qu'on allait rater le concert, mais qu'elle espérait pouvoir me parler plus tard. Au final ce qu'on avait à se dire était trop particulier, elle m'a dit qu'elle passerai au Moulin.
  • Quand le concert a commencé, la nana a donné tout ce qu'elle avait. Les miroirs disposés un peu partout autour de la maison d'Everett ont explosé, et quand elle s'est mise à vraiment en faire des tonnes tous les gens sortis dans le jardin sont allés devant la maison et on a pu se faufiler jusqu'à la plage. Là, on a trouvé le tatouage du graveur, qui s'est effacé. On a foncé droit dans l'eau, face à la mer, et arrivés à 500m sous la flotte on a trouvé un gros container avec d'énormes chaines. Dédale les a coupées, on a ramené le container et on l'a renvoyé à NY avec Michael. On est allés se refaire une beauté, et on a fini la soirée, tranquillement. Le lendemain, aujourd'hui, on s'occupait réellement de Cédric Prescott.
  • Il nous a fait tout un blabla sur les baalis, Jasper, Everett, les démons et les antés. Il avait les mêmes marques de torture que Samuel. Je sais pas si Oldcastle a un talent pour la torture ou s'il l'a juste fait parce qu'il passait par ici. Bref, Mosh et Posh se sont excusés trente fois pour ce qu'on lui avait fait, notre méprise, et au final genre il attendait qu'on s'excuse tous un par un. C'est limite s'il nous a pas traités d'imbéciles décérébrés qui savent pas se renseigner avant une mission.
  • Excuse-moi quoi, c'est vrai que j'ai jamais étudié les baalis, moi l'assamite. On s'est plus ou moins pris la tête, je me suis excusée, ça a pas suffit, je me suis réexcusée, on a finit la discussion sur "Trémère est un démon mais quand vous me demandez pourquoi j'ai rejoint les trémères j'esquive la question" et je me suis barrée. Direction la bibliothèque de Assan Alil.
  • Des fois j'aimerais bien rentrer à la maison juste quelques heures. Depuis qu'on a commencé à bosser pour Everett j'apprends beaucoup, c'est intéressant. Mais qu'on vienne pas me casser les couilles, bordel, je fais de mon mieux. Et casser mon monde non plus.
  • L'émissaire assamite a accepté de m'héberger quelques jours pour discuter le bout de gras sur sa religion. Déjà si j'ai bien compris, ils sont mysogines. Ou un truc comme ça. En tous cas le premier truc qu'il m'a dit c'est "ok mais vous dormirez à l'étage des femmes". OK. Il pense que l'Islam a pour principal pillier la justice. Protéger les faibles, châtier les pêcheurs. Il est assez dur, il doit pardonner difficilement je crois. Pourtant il est tolérant. Je le trouve étrange.
  • Je vais quand même en profiter pour me ressourcer, me reposer, et réfléchir à l'enseignement que je vais donner à Samuel, pour lui enseigner Quietus. Se ressourcer.
الحكيم هو أكبر


06/04/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale, Mallory et Sophia
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • Bon, quand je suis sortie de ma petite pause on m'a présenté un nouveau membre de meute.
  • En fait on a reçu une lettre au refuge, de la part d'une certaine Comtesse, SOPHIA DE MALIBRAN. La fille de la Cacophonie. Elle nous donnait rendez-vous au Plaza Athena, dans sa suite de luxe. Mosh, Dédale et Michael y sont allés. Après avoir tourné autour du pot, en expliquant qu'elle voulait rencontrer Prescott, elle leur a dit qu'elle était la proie d'un démon.
  • Je sais pas ce qu'elle leur a fait, mais ça doit être parce que c'est des mecs, et elle l'archétype de la princesse en détresse. Mosh a décidé de rester avec elle, Michael est parti lui trouver un refuge plus sûr et Dédale a rejoint Mallory pour discuter avec Prescott.
  • Finalement le baali lui a parlé via Mosh interposé, et après description de ce qu'elle vit il lui a dit que ça devait être un Neberu.
  • Tout ça pour dire qu'on l'a intégrée à la meute, pour l'aider à se débarrasser de son démon, et parce qu'elle pourrait nous être utile. Elle est assez drôle dans ses manières anciennes, je l'aime bien.
  • J'ai un peu entraîné Samuel et je lui ai demandé de s'occuper de son frère pendant une nuit, pour offrir un peu de vacances à Sylvie.
  • Maintenant qu'on a fini de se reposer et qu'on a réglé certaines choses, on a décidé de s'occuper des trémères avant toute chose.
الحكيم هو أكبر


08/04/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale, Mallory et Sophia.
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • S'occuper des trémères, tu parles.
  • On a choppé des infos pour régler les problèmes de Noriko. On a compris qu'ils allaient surement arriver par bateau, ou en tous cas par n'importe quel autre moyen que l'avion. Sûrement parce que Chuck Finley a une sale gueule de fornicateur dépendant, ou quelque chose comme ça.
  • En choppant des renseignements sur Endrone Incorporate on a découvert qu'à la base c'était des médecins qu'avaient mutualisé leurs cliniques privées huppées. Ca a bien marché, ils ont fait des gros bénefs et puis diversifié leurs portefeuilles : pharmaceutique (en Afrique notamment, apparemment sans aucune morale), armement (USA) et laboratoires de recherche de pointe. Les médecins à la tête de la société, notamment ADRIEN DE MAUPERTUIS, ont alors tout revendu à PHILIPPE BERGMANN et une banque privée Suisse.
  • On a cherché des infos sur Maupertuis et on a découvert que c'était un éminent psychiatre parisien marié à une ex-mannequin. Du coup on s'est dit qu'on allait consulter, et j'ai fait croire à Desmond que j'en avais besoin. On a pris rendez-vous pour une thérapie familiale, et 7000 euros plus loin on était dans son cabinet.
  • Pedro nous a maquillés et on s'est costumés. Dédale en père de famille, Sophia en maman, moi et les jumeaux en enfants. Ca a été n'importe quoi. On joue bien à la famille névrosée je trouve. enfin bref, malgré son calme et son amusement il a finit par nous dire que le bâtiment était encerclé par les flics et qu'il voulait savoir ce qu'on faisait ici.
  • Les jumeaux lui ont tout balancé sur les trémères et les mages de l'Ordre d'Hermès. Il a accepté de nous aider, mais à ses conditions.
  • Il nous a expliqué qu'à New-York ils essayent de créer un anti-panacée. Lui il pense pouvoir les contrecarrer du côté financier et sociétal. Son plan c'est de détruire la société de l'intérieur, avec une infiltration humaine et une trahison à la clé. Ce type n'a pas l'air d'avoir la moindre morale.
  • Mosh et Posh ont refusé, Dédale a bien sûr accepté et Sophia s'est aussi laissée tenter. Faut dire qu'avec une récompense à la clé... Je me suis laissé un délai de réflexion, je veux en savoir plus sur le gusse.
  • Du coup j'ai demandé à Samuel si la Tal'Mahe'Ra a des réseaux d'informations, et il m'a emmené voir le Prince. J'ai embarqué la comtesse, pour la présenter en passant, et lui faire visiter. Deloraison a commandé un rapport d'information et nous on a décidé de chopper d'autres infos. On a embarqué Vaudert après lui avoir présenté Sophia, pour lui sortir la tête du taff, et on a filé voir Witchwood.
  • Au B52's la comtesse nous a beaucoup fait rire, en proposant à Witchwood de l'accompagner avec sa Mandoline. Sérieux, ses anachronismes sont à hurler de rire. Ca a été moins drôle quand il a lâché qu'on avait tué les gios de la ville. Déjà il a fallu que je rectifie, parce que Dédale se la pète un peu trop, puis que je balance ce qu'il s'était passé avec Everett à Simon. Il aurait aimé être au courant. Tu m'étonnes.
  • Bref, le coup du psy ça avait rien donné, donc on a décidé d'étudier une autre partie de sa personnalité et on a essayé de trouver un club échangiste. Ouais, on trouve plein de trucs dans les dossiers des nosfés.
  • C'était vraiment une idée de merde.
  • Vaudert nous a laissé y aller sans lui, mais Witchwood a tenu à nous accompagner, en costard. J'crois qu'il drague de Malibran. C'est un peu chelou. On est montés en limousine et on a filé au Vanitas. J'y avais jamais mis les pieds, et je suis pas sûre que j'y retournerai. Déjà avant de rentrer j'ai dit à Samuel que c'était quand même probablement une idée de merde, mais il faut bien qu'on puisse travailler ensemble, c'est qu'une mission, blablabla putain de merde.
  • Y'avait une barmaid à poil, avec un costard peint sur sa peau. Why not. On est allés se coller dans une alcove après que Samuel nous ait commandé à boire. Je savais pas trop quoi faire et les deux autres se racontaient leurs vies, donc chérichou est allé appâter l'échangiste. Genre ça se voit sur leur tête tu sais. Peut-être que oui hein, ça doit puer la salope à 100 mètres ces trucs là. Tain.
  • Monsieur va donc faire le beau au bar, il a passé 20 minutes à chercher puis il s'est mis à plus lâcher une gothique lolita de merde avec une coupe asymétrique. La connasse a eu le temps de mouiller 15 minutes en faisant la meuf troublée, le temps qu'il décide d'aller aux chiottes et que cette pute de merde le suive.
  • Ils y sont pas restés longtemps. Je crois. J'étais occupée à me faire calmer par Witchwood, j'ai pas vu le temps passer. Il en est ressorti avec une trace de rouge-à-lèvres sur son putain de col et une adresse. Génial mec, tu veux une médaille aussi ?
  • J'étais fâchée, je suis sortie, et là il me fait genre "ça va, on peut continuer la mission ?". Genre. Et tu veux que je te réponde quoi ? Non, je suis une incapable dont le professionnalisme est inexistant. Ben oui, allons-y, c'est toujours qu'une mission.
  • Au club échangiste, Sophia et Witchwood ont continué à discuter sur un canapé. Après ça je sais pas trop ce qu'ils ont fait. Moi j'ai regardé l'appartement et je me suis dit que c'était vraiment une idée de merde. Quand la gothopouffe s'est ramenée j'ai voulu les laisser "discuter" tous les deux mais Samuel m'a retenue. Du coup j'étais paniquée et j'ai fait bonne figure et elle m'a embarquée dans une chambre.
  • Et donc on a couché ensemble, d'abord toutes les deux ensuite tous les trois. C'était une mission, bien, pourquoi pas. Puis les hommes doivent surement aimer ça, de regarder deux femmes ensemble pour les rejoindre ensuite. M'enfin, en soit, juste avec elle, c'était pas... pas transcendant quoi. Il manque quelque chose. Enfin, j'imagine qu'on sait clairement ce qu'on aime quand on a couché avec des dizaines d'hommes et de femmes, donc je suis encore bien trop inexpérimentée et c'est sûrement à corriger.
  • Bref, elle a eu l'air d'apprécier en tous cas. J'espère tiens, vu comment j'étais concentrée pour faire ça bien. On a discuté avec elle ensuite, sur le balcon. Elle nous a appris que Maupertuis baisait de façon surnaturelle, comme un Dieu, et qu'elle en avait été amoureuse, comme toutes les autres, mais qu'elle elle avait évité d'aller jusqu'à le harceler. Apparemment sa femme venait avec lui avant, mais d'après l'autre là ça doit être une femme trophée, et elle doit pas être très heureuse. On a récupéré quelques informations quoi.
  • Et là genre Samuel a fait un truc super mesquin. Quand on était arrivé dans l'appart', y'avait un garou au fond, qui baisait une autre meuf. Il était sex', bestial, et j'ai du sortir à Samuel que c'était dommage que ce soit un garou. Donc l'autre là, pour "regonfler son égo", il a décidé comme ça pour rien qu'il allait prendre l'autre connasse sauvagement, maintenant qu'on avait fini de discuter.
  • J'ai pas compris, j'me suis barrée.
  • C'est censé être quoi, une blague de vieux vampire ? "ohohoh, ta boutade était marrante, regarde, je relance de deux en couchant avec une autre" ?? Non mais c'est simple, soit c'est de la mesquinerie, soit c'est de l'humour (TROP DRÔLE), soit je sais pas, c'est un abruti fini, ou alors il voulait juste me faire du mal, ou prendre son pied ? Je comprends pas. Faut être con.
  • Je sais pas, j'ai pas encore 30 ans, j'ai jamais couché qu'avec lui, j'ai jamais eu d'autre relation, il croit que je vois ça comment le sexe ? Parce que pour lui c'est un truc anodin ? Je sais pas ce que je préfèrerais en fait, que ça le soit ou pas. Et du coup je dois réagir comment ? Bien sûr Samuel, vous êtes hilarant, je n'avais pas saisi le trait d'humour dans toute cette cocasse situation, oublions ce malentendu.
  • Je veux bien hein, que ce soit moi qui ait commencé, mais c'est pas parce que je fais de l'humour que je fais autre chose, moi. Il a clairement gagné au jeu du plus con. Putain.
  • Je suis allée chasser et je suis partie à la recherche d'un refuge rien qu'à moi. J'en ai marre de pas savoir où aller quand je suis seule et que je veux le rester. Du coup j'ai pioncé dans une cave, derrière une machine à laver. Sérieux, j'aimerais pas être SDF.
  • J'ai repéré une petite vieille qu'a l'air seule, dans un quartier bien bourge. Où est-ce qu'on ira pas chercher cette connasse d'assamite ? Ici j'espère.
  • Les jumeaux m'ont appelée, y'a un problème avec la comtesse. Elle nous en avait parlé mais je pensais pas qu'il fallait la materner non plus.
  • Du coup nous voilà partis pour la retrouver dans les Hamptons.
الحكيم هو أكبر


13/04/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale, Mallory et Sophia.
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • Arrivés là bas, ça a été un peu chelou. En gros Sophia s'est réveillée dans une cave, entourée de bouquins écrits dans des langues inconnues, un type mort plein de trous avec un document dans les mains, replié en position fœtale, et un petit tas de cendres plus loin. Les habitants de la maison devaient être liés au sang au mec qui habitait là, parce que leurs comportements étaient assez louches. Mais la mère était raide dingue de la comtesse, donc tout s'est bien passé. Bref, on s'est pas vraiment posé de questions et on a commencé à déménager la bibliothèque dans nos bagnoles. D'alleurs Sophia a trouvé une amulette de sang comme celle que m'avait offerte Everett, en plus puissante. Elle me l'a échangée, c'est plutôt cool. Pendant ce temps là, j'ai un peu fouillé la maison.
  • C'était assez étrange, les deux mômes étaient pas là, puis présents, puis vidés de leur sang dans la haie. J'ai essayé de retrouver le connard qui avait fait ça. J'ai pisté un grand roux, maigre et maladif, mais à un moment il s'est retourné pour hurler à la lune, comme une bête. D'autres loups ont répondu, je suis sûre qu'il a des potes garous. L'horreur. J'ai un peu eu les boules, donc j'ai fait marche arrière. Au final je sais pas trop quoi penser : Lisa m'a dit qu'il y avait pas de garous dans le coin... Le préfet aussi, mais lui il est jamais au courant de rien... Ça avait pourtant l'air bien réel... et flippant.
  • Bref, Moi, Dédale et Mosh on est rentrés au moulin avec un maximum de bouquins et le parchemin que Sophia avait trouvé, avec un poème chelou, deux rubans attachés par un cachet de cire, sortes de tâches lumineuses rouges et deux devises en latin qui voulait dire un truc genre « pour la plus grande gloire de Dieu » et « elle est aussi connue des monstres ». On a appelé Cédric Prescott pour avoir son avis sur ces trucs écrits en langues mortes, d'ailleurs il nous a dit qu'il pourrait nous apprendre, du coup j'ai choppé des bases d'Enochéen depuis. Il pense que le démon de Sophia a commis sa première erreur, que le document qu'elle a trouvé était sûrement une bonne base pour identifier son nom véritable, et qu'il devait être en train d'essayer de détruire tout ce genre de documents.
  • La comtesse a débarqué à ce moment, justement pour récupérer le truc. Ils étaient allés voir Vaudert avec Posh et Mallory, pour parler du roux et du tas de cendre, mais ça n'a pas donné grand chose. Par contre le Prince a été intéressé par cette histoire. Sophia lui a juste demandé si « ad majorem dei glorium » ça lui disait quelque chose, et genre c'est repris par divers ordres, rien de concluant. Par contre le sceau à la cire bleue, il avait l'air de dire que ça faisait du document une archive d'une branche très spéciale de l'inquisition : un nid à emmerdes en même temps qu'un grand document historique. Du coup il a voulu le voir quoi.
  • J'suis repartie avec Sophia pour voir ce qu'il pouvait nous dire de plus, mais ça s'est pas passé comme prévu. Il a commencé à toucher le parchemin et il a disparu. Génial. On en avait pas déjà assez avec la comtesse tu sais. Bref, on a dit à Sylvie que le Prince était sorti par l'autre sortie – qu'elle ne connaissait pas... – puis on est allées prévenir Simon. Il a fait la gueule, il a touché le papelard et il a disparu. Seriously ? Y'en a pas un des deux qui avait son téléphone bien sûr. Dédale et Mosh se sont dit qu'ils avaient du être transportés jusque aux Hamptons, donc ils y sont retournés. Moi ça me saoulait donc j'suis retournée à la maison, avec Mallory et la comtesse qui voulait taper la discut' avec Prescott.
  • Ils m'ont téléphoné plus tard pour nous dire que les deux rigolos étaient bien là bas, et que le Prince voulait que je vienne. Le parchemin les avait téléportés via la psychométrie, ils étaient bien dans le repère du vampire que Sophia a probablement tué. Sauf qu'eux ils ont trouvé un passage secret, débouchant sur une petite crypte. Pas grand chose d'autre qu'un autel et des stocks de sang, ça devait servir d'endroit pour tester des rituels. Y'avait quand même 4 bouquins, intitulés « Le millénium de XARXES », encore écrit dans une langue cheloue. Bref, le Prince m'a proposé à boire.
  • Putain ce sang. Délicieux. Vu leurs gueules et ce qu'ils m'ont fait picoler, je pense que Vaudert et Deloraison voulaient s'amuser et me voir perdre contrôle de moi-même. J'avais pas vraiment envie de me laisser faire, ils ont du être un peu déçus. J'aurais adoré boire le sang du cœur de ce vampire en tous cas, un kyaside si j'ai bien compris. J'ai récupéré une vasque de ce sang pour l'envoyer à Papa, et j'me suis pas éternisée. J'ai voulu essayer de pister le roux mais ça n'a pas donné grand chose. Il doit habiter dans les environs. La piste que j'ai suivie m'a amenée jusqu'à la plage et je me suis baignée. J'en ai un peu marre, je me prendrais bien des vacances.
  • Plus tard j'ai appris que le Prince avait décidé de se garder la bibliothèque, pour l'étudier. Super. Il se démerdera avec Prescott. Bref, il a quand même lâché que la branche de l'inquisition dont il parlait, c'était la Cross Ignis, ça veut dire croix enflammée. Elle se penche notamment sur les cas de possession, l'exorcisme, ce genre de trucs. La seule fois où il a vu ce type de documents, c'était à Londres, dans la bibliothèque de son grand-sire. D'ailleurs apparemment il a dit que c'est con qu'on ait pas diablé le kyaside, s'il a réussi à voler ce parchemin. Puis il a rajouté que si c'était répété il nierait. Hin hin hin. Le mec devait étudier le démon de Sophia. Un de ses noms serait HERMAEUS MORA.
  • Après ça on a passé deux jours à rien glander, en attendant le rendez-vous avec Everett. Prescott m'a filé les bases de l'énochéen, genre l'alphabet et les mots clés, puis j'ai envoyé la jarre de sang à Papa et je suis retournée voir la petite vieille de mon nouvel appart'. J'suis allée récupérer mon miroir chez Hélène Miller, mais elle était pas là. C'est une nana avec un mini-short, un t-shirt, des bretelles rouges, les cheveux teints et... un look chelou quoi, LILIANE DASGLOW, qui me l'a rendu. On m'a aussi foutu le symbiote tzimisce dans le corps. Ben ça fait mal. Et maintenant j'ai une vieille cicatrice en forme d'étoile dans le dos. Mais j'l'aime bien. On a refait la garde-robe de Sophia et on a essayé de trouver comment la garder safe, parce que sa goule a carrément voulu la pucer... Finalement Mallory lui sert de garde du corps, notamment la nuit, en se collant devant la seule porte de son refuge qu'on a laissé en l'état... Du bricolage quoi.
  • Puis du coup, on est allés voir Everett. Ca faisait longtemps qu'on était pas allés chez lui. J'me sens limite nostalgique de ce temps où j'étais ici juste pour surveiller les mômes, retrouver Haqim et chercher des artos à travers le monde. Sans soucis. M'enfin bref. Le vieux m'a dit qu'il était content que je sois venue, il avait l'air gêné. Ouais ben tu peux connard, tu tues mon mec, chuis malheureuse, j'le ramène et j'suis malheureuse. Fuck.
  • La prochaine mission est en Crète, dans le labyrinthe de Knossos. On doit retrouver le crâne de Dédale premier du nom. Apparemment le lieux a été construit par et pour des baalis, et genre y'en a un super doué qui a fait la première cataine avec ce crâne. Y'a écrit son nom dessus et son âme y est liée : celui qui le porte s'attire les foudres de l'esprit. Et les esprits ça connait la télékinésie, la possession, la destruction, les hallucinations et d'autres trucs de ce genre. La lose sérieux. « Mais vous pouvez négocier avec lui ». OK, cimer mec.
  • Une fois n'est pas coutume, on a été payés d'avance. J'ai une nouvelle bagouze, plutôt jolie, genre anneau en argent avec des fleurs, qui me permet de faire flétrir ou pousser les plantes. C'est mignon.
  • On est quand même allés voir Prescott avant de partir, parce que ça faisait léger comme informations. Il nous a dit que SHEITAN (baali), sous les ordres de NAMTARU (démon), cherchait le corps de celui-ci pour le rendre plus puissant. Il a fait construire le labyrinthe sous Héraclios pour faire un putain de rituel badass et il a failli réussir, mais MOLLOCK (baali et amant de Brujah à Carthage – ouais, on en apprend des bonnes) a fini par le savoir et tous les baalis se sont liés contre Sheitan et le labyrinthe est devenu sa prison, à lui et à tous ses suivants et servants. Ah, et là bas y'aurait un minotaure, véridique.
  • Putain, j'ai pas envie de partir. Samuel m'a pas reparlé depuis son truc là, ça fait quasiment une semaine, sérieux, il attend quoi ? De toutes façons autant changer d'air, il en a rien à foutre il en a rien à foutre, je peux rien y faire.
الحكيم هو أكبر
« Modifié: juillet 15, 2013, 12:19:05 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
« Réponse #4 le: février 12, 2013, 16:10:28 pm »
09/05/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale, Mallory et Sophia.
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • On est partis en Crète avec des infos bizarres sur la politique de là bas. Genre le Prince ça serait un malkavien nommé YIORGOS KOSTAS, persuadé qu'il est le 95ème descendant de Phèdre et qu'il est maudit. Pour le reste, officiellement, y'a 9 caïnites à Héraclios, 3 à Chania et 3 qui se balladent sur l'île. Au moins on va pas souffrir de la foule.
  • Quand on est arrivés là bas, on a du passer par Chania avant d'aller à Héraclios. Sophia nous servait de couverture, pour être bien accueillis. On se faisait passer pour sa suite. Au moins quand on joue le garde du corps on a pas besoin d'être aimable, ni poli.
  • La régente de la ville c'était KATHARINA PANAGIOTIS, Trémère, puis y'avait aussi AVEL AGATHOPOUS, Ventrue caliente, genre peau mate et yeux bleus, et une Toréador fangirl, ALEXIA ALKAMENES. TROP FUNKY.
  • Ça a parlé politique, ça a dansé du taureau, ça a chanté. D'ailleurs la Trémère s'est bouché les oreilles je crois, quand la Comtesse s'est exhibée. Enfin bref. Ça a été long. Surtout le lendemain, les 5 heures d'enregistrement en studio par la toré... Y'a un moment ça devient fatiguant quand même.
  • On y est restés deux jours, parce qu'un Gangrel appelé « le Vagabond » arrivait et qu'il pouvait nous conduire à Héraclios. Au final ce type avait aucune envie de faire le guide, il a gueulé après la Trémère, mais il a fini par accepter de nous montrer le labyrinthe.
  • Cette rencontre a été traumatisante pour moi. Ce type était très maigre, avec une pilosité super-méga impressionnante, des dents DÉGUEULASSES et un bâton. Et c'est TOUT. Non allez, la moitié du temps il portait un pagne qui cachait queudal. Sinon il était à oilp. Et ça encore, c'est crade, mais ça passe. Je lui ai tapé dans l’œil, il m'a fait du rentre dedans très direct en parlant de me passer dessus. YEURK. Ça mis à part il est sûrement très intéressant, mais trop trop chelou. Les ours-garous, pourquoi pas. Mais les chèvre-garous, no way, j'y crois pas.
  • Et cet énergumène, il a voulu qu'on y aille à pieds. 23 heures de marche. Contre 2 heures de voiture. Ben putain, j'ai jamais vu quelqu'un détester autant les bagnoles, quand on est arrivés à Héraclios il s'est cassé direct pour se « détoxifier », en nous indiquant l'Élyseum, de loin.
  • On est allés se présenter, y'avait 5 vampires. BEBO, un malkav, MOROSINI, une nosfé, PRIVLI, un Ventrue, SAGREDO, un toré et AIKATERENI, une brujah. L'Élyseum c'était une grande salle en pierre avec une estrade en bois dans le fond, sur laquelle y'avait des gros tambours. Ils parlaient du dernier grand levé du Roi Soleil, à l'époque on a pas vraiment capté.
  • Les types parlaient anglais, donc on a pas eu trop de soucis. La nosfé est allée annoncer notre venue au Prince, en nous souhaitant bonne chance. Là y'a 4 goules super baraques qui sont arrivées pour battre la mesure sur les tambours, et Yorgos est apparu, avachi sur un trône en bois, habillé avec des sabots en bois, un pantalon en lin blanc et une tunique en lin jaune, portant une couronne avec un soleil.
  • La Comtesse s'est présentée, et genre le mec lui a demandé si elle jouait du pipeau... En même temps l'étiquette, là bas, il en avait rien à péter. Moi j'me suis fait traiter de turque et les jumeaux de métèques. Il nous a dit où on pouvait loger, puis il nous a invité au lever de son arrière, arrière, arrière, arrière... x 95 grand père, c'est-à-dire le soleil. OK. Un grand malade.
  • On est allés chasser, puis en fin de nuit on est revenus pour assister au petit lever, celui de Yorgos, une mise en scène horriblement chiante d'une demie heure. Puis après c'était parti pour le grand lever, sur le toit, avec des sièges assez près de la porte, d'autres sur une estrade et une croix. Sophia s'est mise sur l'arrière, donc Mallory et moi on est restées avec. Dédale et les jumeaux ont fait leurs kékés, donc ils se sont foutus sur l'estrade. Yorgos s'est assis sur la croix. La plupart des autres caïnites étaient en arrière, y'en a pas mal qui présentait des traces de brulures récentes, sûrement d'un autre grand lever... Y'a juste un gros malabar qui s'est foutu sur l'estrade.
  • Ça faisait longtemps que je n'avais pas vu de lever de soleil, je n'en avais jamais eu l'idée. C'était beau, mais ça a commencé à faire un peu peur quand la température s'est réchauffée. Yorgos a fait n'importe quoi, il a commencé à battre la mesure sur la croix, puis sur lui-même, pour finir par se déchainer de plus en plus en sautant partout. C'était vraiment un phénomène ce type, il était fou, il a même arraché son pantalon.
  • Plusieurs personnes ont commencé à rentrer assez rapidement, puis Mallory, la Comtesse et moi on a suivi. Puis Yorgos ensuite, en courant. Là le mec balèze s'est enflammé et les jumeaux l'ont récupéré et sont rentrés. Les gens les ont regardés comme des demi-dieux. Le type c'était BARBARIMOS, plus ou moins le préfet si j'ai bien compris. Et il était en torpeur là. Mais le Prince n'en avait rien à branler, il était juste super vexé. Donc ce connard a décrété qu'on aurait plus le droit de chasser en ville, que chacun pourrait bénéficier d'un litre de sang et demi par nuit...
  • On a pas cherché à comprendre, on a appliqué, et on a passé deux nuits à se remettre de nos émotions et de nos brulures. Et genre au début de la troisième nuit on a reçu un message du Prince, qui voulait savoir pourquoi on s'était pas présentés à son lever. On a esquivé et on est allés au labyrinthe. Après tout, on était pas en vacances, et il nous faisait chier.
  • On a retrouvé le vagabond, et on lui a demandé de nous emmener au labyrinthe de Knossos. Et donc il nous a emmenés à la version « humaine ». Là les jumeaux lui ont expliqué qu'on voulait voir le vrai. Il a tiqué et on a fini par en apprendre plus.
  • Quand il était encore jeune, y'a 200 ans, des dizaines de baalis ont commencé à affluer à Héraclios. Il s'est penché sur tout ce bordel et les a aidé à refermer le labyrinthe. C'est comme ça qu'il a perdu toutes ses dents d'ailleurs, et elles ont jamais repoussé. Il nous a expliqué qu'il était composé de milliers de galeries, que les murs étaient gravés avec les ongles, jusqu'au sang, qu'il y avait des tonnes de cadavres de gens torturés... Un lieu sympa quoi. Ils étaient 157 pour le sceller, et 34 en sont ressortis vivants.
  • On a du insister pour qu'il accepte de nous amener à l'entrée. Il nous a dit qu'il ouvrirait, qu'on rentrerait, et qu'il refermerait. Pour qu'il rouvre la porte, il faudrait qu'on colle l'anneau qu'il nous donnerait contre le mur d'entrée, seulement et seulement si tout danger était écarté. Donc là ça a été dégueulasse, il s'est tripoté les couilles pour sortir deux anneaux qu'il avait mis autour. Mallory l'a pris, je sais pas comment elle a fait, c'était vraiment crade. Il nous a expliqué que le labyrinthe était sur un seul niveau, qu'on y croiserait des humains, des goules, des baalis, dont SHEITAN, et un démon dans un corps trop faible... Il nous a fait éviter les pièges et on est arrivés à la porte. Là il a fait des trucs chelous avec sa dernière dent, qui ressemblait à une sorte de dé. Des runes se sont illuminées et ça s'est ouvert.
  • Dans le labyrinthe, on avait pris de quoi s'y retrouver. Du fil, des bombes de peinture, un calepin. On a commencé à avancer, sans vraiment réaliser dans quoi on s'engageait.
  • On a erré. Longtemps. Y'avait pas beaucoup de lumière, on a vite perdu toute notion du temps. On entendait parfois des bruits de pas, comme si des gosses couraient dans les couloirs, sans jamais savoir d'où ça venait. J'ai commencé à me dire que je reverrais pas Samuel, ni Papa, ni Alamut.
  • En plus au début on a pas capté qu'on était VRAIMENT dans un labyrinthe, donc on a perdu du temps à des conneries, comme si on était juste dans des catacombes Giovanni à la recherche de loot. Puis y'avait des trucs chelous, et la curiosité. Au début.
  • Du coup, par exemple, on s'est retrouvés à vider une pièce des centaines de cadavres décharnés qu'elle contenait, parce qu'on avait cru voir des auras vacillantes, sous tout ce bordel. Au final elle était vide. Y'avait rien. On a aussi eu le coup d'une pièce carrée, avec deux sorties possibles et un puits en son centre. On entendait gratter, donc on l'a joué un peu discret, on a essayé de voir ce qu'il y avait au fond. Un autre charnier, et 5 vampires affamés. Et Dédale qui commence à leur faire dire un truc genre « Hého, ça va au fond, tranquille ? », en grec ancien. Je suis même pas sûre qu'ils aient compris, mais ils ont commencé à remonter. Mosh a lâché une grenade frag', finalement y'en a 4 qui sont sortis. On les a tués sans trop de peine. J'ai gardé un peu de sang, pour étudier ça.
  • Bref, à un moment on est arrivés à un cul de sac, avec une faible lumière. Y'avait un mec en train d'écrire sur les murs, avec son ongle, ou sa griffe. Il était psychotique et s'est jeté sur nous, on a eu un peu plus de mal mais on l'a mis en torpeur de sang. On a compris que c'était une sorte d'archiviste, tout ce qui était écrit sur les murs c'est tout ce que le labyrinthe avait vécu. On l'a diablé, en se disant qu'on pourrait en apprendre un peu plus sur la langue locale, sur ce qui s'était passé ici pendant tout ce temps. On a vu le visage de Sheitan, puis on a appris qu'on était pas les seuls à être entrés depuis la fermeture du lieu. Des nazis et des communistes notamment, dans les années 50. Ils sont jamais ressortis. On a compris qu'il y avait une colonie humaine quelque part, qui servait de garde-manger. Des êtres difformes à force de consanguinité. Mais le truc vraiment important, ça a été le coup du sorcier koldunique. Y'a un type qui s'est enfermé dans le labyrinthe pour bloquer les baalis, et qui fait bouger les murs régulièrement. Super... Puis y'a un minotaure, aussi. Après tout ça on a senti que le jour devait arriver, donc on a profité d'être dans un cul de sac pour dormir d'un œil.
  • On a repris la route le lendemain, toujours avec ces glyphes sur les murs, ces bruits de pas angoissants... et on a rencontrés de nouveaux caïnites. Des Sethites cette fois, je sais pas ce qu'ils branlaient ici. On en a tué 6. Le dernier on a tout essayé, la torture, le charme, mais il a rien voulu nous dire. Sur lui on a trouvé un plan un peu compliqué à comprendre, qui ne nous a pas été d'une franche utilité. On a marché des heures, pour finir par s'endormir dans une pièce à peu près sécurisée.
  • Cette fois-ci on s'est fait réveiller par des bruits de pas cadencés. Y'avait 11... zombies nazis. Avec un coffre. On a décidé de les suivre, on pensait qu'ils allaient quelque part, avec de la chance même à une salle aux trésors. Comme des cons. Ça a duré longtemps hein. Puis à un moment on est passés devant une salle éclairée. Tu m'étonnes qu'elle était éclairée, y'avait deux types prosternés devant un puits de flammes. Et là, en essayant de passer discrètement comme tout le monde, je me suis viandée. Du coup je me suis retrouvée dans la salle, cachée derrière un pilier. J'attendais le bon moment pour sortir, mais là y'a un démon qu'est sorti des flammes. Les boules, il était gigantesque. De ce que Dédale en a compris, les deux connaissaient son vrai nom et l'avaient invoqué pour une histoire de territoire. Moi j'étais là, je flippais, du coup Dédale et les jumeaux ont du venir me chercher. D'ailleurs Mosh a croisé le regard du démon... mais on a pas cherché plus loin et on s'est barrés. On a recommencé à suivre les allemands, jusqu'à ce qu'ils se fassent tuer par des zombies américains qui ont échangé leurs coffres, et qu'on les tue à notre tour pour se rendre compte que les deux coffres étaient vides. Super.
  • On a déambulé jusqu'à tomber sur une grande porte en hérain, avec écrit « celui qui veut franchir cette porte doit faire couler son sang dans le creux de Magna Matter ». Y'avait un puit, donc on a mis un peu de notre sang dedans. Au bout de 10 minutes, y'a une vieille femme horriblement ridée qui avait l'air enceinte qui est sortie du puit, en lévitant. On a un peu discuté avec elle, clairement timbrée mais plutôt sympa. Elle nous a dit que le dernier à être passé était charmant, qu'il s'appelait NERGHAL. Qu'elle était enceinte de ses « mignons », de ce qu'on en a compris ça devait être des insectes... Elle pensait que le sorcier était endormi, et elle en était bien contente parce que quand il faisait bouger le labyrinthe il pétait sa porte et elle devait la reconstruire. D'ailleurs sont péage au point de passage, c'était juste son moyen de survivre. Après tout ça elle nous a laissé passer, et elle a pas eu de bol. On avait à peine fait 50 mètres qu'elle refermait la porte et que le labyrinthe se mettait à bouger, comme en suivant une spirale. On l'a entendue crier et s'apitoyer sur son sort. Nous on avait plus qu'un seul chemin, donc on a avancé.
  • On est arrivé dans une pièce avec un autel en pierre, assez simple. Y'avait un homme en plutôt bonne condition, en train de se réveiller. C'était Nerghal. On a discuté avec lui, il est plutôt cool. Avec son épée, Rédemption, il a pu repérer nos démons et nous en dire un peu plus sur eux. Mais le vrai truc chelou ça a été que pour moi et les triplés une lueur verte a émané de son épée, ce qu'il a eu l'air de trouver normal, mais que pour Dédale et la Comtesse la couleur tirait un peu plus sur le bleu, ce qu'il n'avait jamais vu. On s'est demandé s'ils ne pouvaient pas venir d'un autre plan... Il m'a expliqué en passant que Kuppala avait l'air de me trouver moins « remplaçable » que ce que les autres démons pouvaient penser de mes amis. Je sais pas trop si c'est une bonne chose...  Puis le démon qu'on avait croisé, il a dit que ça devait être une forme apocalyptique d'ABYMELEC, un démon moyen, mais qui se bat avec les flammes.
  • Lui était ici pour détruire Sheitan, et Sheitan avait le crâne de Dédale. Du coup on s'est mis d'accord et on a fait route tous ensemble. On a appris que le crâne émettait une brûme bleutée dans un rayon de 500 m. Je veux pas dire, mais à ce moment j'ai quand même eu du mal à pas penser au fait que lui était là depuis 200 ans et qu'il était jamais tombé sur Sheitan... Ça faisait un peu désespéré comme mission c'te connerie.
  • On a avancé et il s'est passé un truc marrant, pour changer. On est tombés dans une grande pièce avec une forme sous une grande étoffe verte. Ça pouvait être une armoire, mais c'était un miroir. Dedans, on a vu Red, la goule des triplés. Et là le miroir s'est brisé, et Red était là. D'ailleurs il était en plein rangement, donc il était là avec une dizaine de poches de sang, ce qui était assez cool. Mais ses régnants lui avaient pas expliqué notre nature. Du coup Mosh a profité de l'occasion, et du fait que Red flippait pas encore trop, pour parler de ce qu'on était, des vampires. Pendant ce temps là j'ai étudié un peu le cadre du miroir. Il était abimé, le bois avait mal vécu les années, mais il restait magnifique. L'artiste qui a fait ça, c'est NARCISSE, un manufacturier légendaire, spécialiste de l'occulte, qui est perdu de vue depuis longtemps.
  • On a continué notre route et Nerghal a parlé à Sophia d'une bibliothèque qu'il pourrait être intéressante de retrouver... Et qu'on a retrouvée ! Sauf que c'était pas vraiment comme dans les souvenirs de notre nouvel ami. Y'avait un enfant de 10-11 ans dedans avec une aura humaine vide d'émotion, au milieu d'un pentacle. Au dessus de lui, un démon « terre-lié », qui a dit s'appeler Hermaeus Mora, et être les ouvrages de cette bibliothèque... Le démon de la Comtesse quoi... Dédale a voulu récupérer le gosse, du coup il a dealé au démon de lui expliquer les évolutions de la politique de ces derniers siècles. Tu parles d'une explication, l'autre a accepté et Dédale a pris la place du gamin dans le pentacle, avant que des branches lui rentrent dans la peau. Il est resté en transe un quart d'heure, puis assez sonné pendant 10 autres minutes. Un oeil s'est ouvert au milieu des branchages, et le démon nous a remerciés. Il a dit qu'il attendait notre prochaine rencontre, en appelant Sophia « mon enfant ». Il est parti en faisant disparaître tous les livres, ne laissant qu'un bouquin en français, un texte de 7 lignes se répétant sur 800 pages...
  • Après cette rencontre fortuite, on est encore repartis à l'aventure. On est arrivés dans une petite pièce remplie d'une trentaine de cadavres qui avaient l'air de s'être battus. Avec le miroir que m'avait filé Everett j'ai vu qu'une quinzaine de spectre se battaient toujours... Au milieu y'avait un cadavre déchiqueté qui tenait une craie contre lui. On l'a récupérée, en se disant que ça devait être un moyen de sortir, peut-être. Et là, on a eu un peu de chance quand même. On est arrivé dans une autre salle, énorme, caverneuse, avec un bon millier de corps calcinés amoncelés.
  • Au milieu y'avait un autel, avec un gosse cadavérique dessus, dont émanait des flammes comme celles des baalis. Nerghal nous a expliqué que c'était NAMTARU, le démon que Sheitan voulait libérer. Si quelqu'un l'embrassait il serait possédé et on aurait plus qu'à attendre que Sheitan débarque avec Dédale, en combattant le démon. C'est lui aussi un terre-lié, avec une aura bleu roi, qui tend sur le noir en son centre et ressemble à un feu à l'extérieur.
  • On a décidé de foutre le gamin que Dédale avait fait libérer sur Namtaru, pour qu'il le possède. Après tout, on avait bien vu que c'était un humain vierge, qu'il aurait fallu un moment pour en faire « quelque chose ». Quand il est entré en contact avec l'autre enfant noirci, assez brutalement, il s'est mis à hurler en brulant vif. Les flammes se sont accentuées, encerclant les deux corps.
  • On s'était préparés au combat. Nerghal a fait un truc chelou d'ailleurs, il a clignoté puis ils étaient trois. Namtaru a regardé la personne la plus proche, un des jumeaux, en disant d'une voix caverneuse « soumets toi ». Mais Sophia a fait un truc bien pensé, elle a attiré le regard du démon par sa présence et l'a changé en pierre avec la bague que lui avait donné Everett. Le seul soucis c'est que sa tête est restée normale, elle, et qu'il nous enflammait à vue. Alors en plus quand il a commencé à se faire pousser des yeux partou, ça a senti le roussi. J'ai essayé de le piquer avec le croc de Lilith, mais ça a à peine eu l'air de l'embêter... Par contre ma lame a été chauffée à blanc en deux-deux. Y'a un moment où les triplés en ont eu marre de lui crever les yeux au fur et à mesure qu'ils apparaissaient, donc ils ont eu une idée géniale : on a commencé à le recouvrir de tous les corps qui trainaient. Alors oui, ils cramaient, et ça puait hein, mais y'en avait tellement qu'on avait plus à se faire chier avec lui.
  • Du coup on a attendu que Sheitan débarque, vu qu'il cherchait Namtaru et l'avait forcément senti posséder un nouveau corps. Nerghal nous a expliqué que le baali était très haute génération à la base, et qu'il avait diablé pour atteindre la quatrième. Un grobill quoi. Une brume bleue a commencé à apparaître, et on s'est préparés au combat. Mais on s'attendait pas à ce qui est arrivé.
  • Sheitan a débarqué à une vitesse proprement hallucinante, en s'arrêtant au milieu de la caverne. Tout s'est passé extrêmement vite. Mallory a tiré sur lui, les jumeaux ont essayé d'y aller au cac mais Sheitan les a littéralement enfoncés dans le sol, Sophia chantait pour essayer de le faire exploser à sa façon et je lui crachais au visage, sans avoir l'impression de lui faire quoi que ce soit. Sans Nerghal, qui a pris CHER, on aurait morflé. Mais on l'a eu.
  • J'ai récupéré un peu de son sang, puis on a pris ses cendres. On a trouvé un anneau aussi, qui ressemblait à une alliance avec des runes formant le nom de Namtaru. On a préféré le laisser sur place, en se disant que c'est ce qui devait le lier au démon. Posh a pris le crâne de Dédale, premier du nom, et Mosh les a enfermé dans sa bague-stase. Idée à la con, en fait. Elle a commencé à se fissurer, en dégageant une énergie bleu-violacée, lumineuse. La pierre s'est cassée en deux, un morceau est tombé au sol, il était brulant et crépitait de flammes roses et bleues. Dans le miroir je voyais une partie de l'énergie de la bague sortir de l'Outremonde, tandis que Dédale sentait une aura de haine s'en dégager. Mosh a retiré la bague, brulante, et Nerghal s'est mis en face, prêt à réceptionner ce qui en sortirait. Un geyser d'énergie s'est déversé, le torrent s'est intensifié, et Nerghal est tombé à genoux, gravement brulé. L'anneau a commencé à s'agiter tout seul et à ricocher contre les murs de la salle, pour terminer sur l'autel. Posh en a été expulsé et on a vu le crâne flotter, accompagné du fantôme de son propriétaire, le visage enflammé, cherchant vengeance contre ceux qui venaient de l'enfermer. Notre relation était un peu mal partie.
  • Et là, Sophia s'est mise à chanter. D'une voix cristalline, elle a commencé à insuffler de l'amour à cet être qui se nourrissait de haine. Notre Dédale l'a accompagnée, puis Mallory et Mosh, pour l'aider à affaiblir le fantôme. Il a commencé à s'énerver, et à chanter dans une optique inverse. Je me suis approchée pour l'englober dans une bulle de silence et Nerghal a fait mur, pour contenir ses attaques. Au bout de quelques minutes, il finit par être calme. Posh ne s'est réveillé que bien après.
  • Dédale deuxième du nom a commencé à discuter avec Dédale premier du nom. Il lui a expliqué qu'on voulait le faire sortir du labyrinthe pour qu'il permette à Everett de trouver un lieu, pour un rituel. Il lui a promis que quand ça serait fait il serait libre. Une dent s'est détachée du crâne, et Dédale n°1 a demandé à Dédale n°2 de l'avaler. S'il ne négociait pas avec Everett pour que cela ait effectivement lieu, elle se consumerait avec le feu de l'Enfer. Du coup, Dédale n°2 lui a aussi expliqué qu'un jour on crosserait Everett. Le crâne a répondu qu'il ne pouvait s'engager à trahir des gens qu'il ne connaissait pas, mais qu'il garderait ça pour lui.
  • On a un peu discuté avec lui. Le labyrinthe du minotaure, l'humain, c'était son premier. C'est pour ça qu'il est pas génial. Ensuite il s'est mis à en faire pour des mages, pour des vampires... Puis il a rencontré Sheitan, qui l'a tué pour se servir de lui. Là de suite, les labyrinthes il en avait ras le cul, ce qui était compréhensible. On était pas en grande forme, donc on lui a demandé de nous amener au « garde-manger ». En passant, il nous a dit que la seule chose qu'il ne pouvait pas trouver comme ça était le mage koldunique. Dommage, sûrement un type bien. On a marché un moment et on s'est endormis.
  • Nerghal était en piteux état quand on est arrivés à la caverne où on aurait pu se nourrir. On était sur un belvédère qui donnait sur une sorte de petite grotte remplie d'une dizaine de maisons crétoises, au milieu de filets d'eau et de champignons. Ça faisait un peu troglodytes. Je vois pas comment on peut vivre décemment dans un endroit pareil. D'ailleurs une rapide lecture d'aura nous a appris que tous les humains présents souffraient de plusieurs dérangements. Et qu'il y avait un vampire, dans une case, au fond.
  • On a commencé à descendre les marches pour atteindre le lieu en lui-même, en suivant les triplés qui décelaient certains pièges. Mais pas tous... La Comtesse s'est retrouvée avec une jambe emprisonnée par un tentacule de pierre incassable. Mallory est restée avec elle, et on a avancé. En contrebas, je suis tombée dans un trou et le piège s'est refermé sur moi, me bouffant les jambes... Ben putain, ça fait mal. Nerghal se demandait si ça valait vraiment le coup, mais Dédale et les jumeaux ont voulu continuer. Le premier s'est transformé en brume, les deux autres ont essayé d'éviter les pièges comme ils pouvaient. De loin, je voyais pas grand chose. Je faisais la femme tronc qui attend à la maison que l'homme ramène la bouffe. J'ai quand même vu les auras s'agiter un peu à un moment, d'abord celle de Dédale et de l'autre vampire, puis celles des jumeaux qui s'en mêlaient, puis là y'a eu un flash agressif, et j'ai sombré dans l'inconscience. Nerghal aussi, ai-je appris plus tard.
  • En fait le vampire était un Baali, dénommé ALBINOS. Il avait dit à Dédale qu'on était sur son domaine, qu'il voulait bien nous laisser 5 points de sang mais pas plus, et ça n'avait pas suffit à notre diplomate, qui l'a attaqué. Il s'est retrouvé incapable de faire quoi que ce soit et les jumeaux l'ont récupéré et ont voulu partir. Mais là le mec leur a dit qu'on lui était redevable pour ce qu'on avait fait. Ça leur a pas plus, donc ils ont attaqué aussi. Le type a fini par maudire Posh, avant de nous laisser partir.
  • Au final Nerghal et moi étions en torpeur de dégâts, Mosh a été mis en torpeur de sang pour que Mallory et Posh puissent continuer, et Dédale et la Comtesse allait à peu près bien. Autant dire qu'ils ont passé sur le minotaure et ont demandé à Dédale n°1 de les aider à retrouver la sortie.
  • Au début de la nuit suivante, on était dehors. Et les autres ont eu une petite surprise. Les vampires de la Canée avaient décidé qu'Héraclios c'était mieux, embrigadant le Vagabond et 3 autres vampires de la ville pour un putsch. Trois caïnites ont péri de l'autre côté, tandis que le Prince et deux autres étaient pieutés. Pendant une semaine, Dédale, Sophia et les triplés se sont reposés, rétablis, en attendant qu'on se réveille.
  • J'avais jamais été en torpeur. Encore moins à cause de blessures. Ça fait peur. De se dire qu'on a frôlé la mort, qu'on est resté inconscient, et combien de temps au juste ? Au final ça n'avait duré qu'une semaine, mais quand même... Puis j'étais mal. Fatiguée. Coupée en deux, brûlée. J'en pouvais plus. Et puis je sais pas, en me réveillant j'ai pensé à Samuel, et il n'avait pas essayé de me joindre. Ça m'a un peu rendu triste. Les autres ont été sympas. On est restés une semaine de plus, pour que je me « reconstruise » un peu. Ils m'apportaient du sang, vu que j'étais pas vraiment en état de marcher, ah ah. Bref.
  • Le Prince Yorgos a été condamné à mort. Il a été mis en torpeur de sang, sang qui a été distribué à tout le monde. D'ailleurs la Comtesse a été charmante, en me laissant sa part. Il a été laissé au soleil, ensuite. Une bien belle mort que de se faire tuer par son ancêtre. La ville a décrété que le préfet, quand il sortirait de torpeur, dans 6 mois, devrait une dette de vie aux triplés. Mais il sera jugé aussi, donc ça se transformera peut-être en dette mineure de la part de chacun des 7 vampires d'Héraclios, ou en dette de vie de la ville. Avel Agathopous était bien parti pour devenir Prince de Crète quand on est partis. Ce qui arrangeait bien la Trémère, qui voulait plus l'avoir à Chania. Le Vagabond envisageait de condamner le labyrinthe.
  • Pendant notre dernière semaine de « vacances au soleil », j'ai testé la bague qu'Everett m'avait offerte. Elle a à peu près 5 mètres de portée par point de sang que je dépense en me concentrant dessus. Je trouve son pouvoir bucolique, mignon. Dédale n°2 a recherché la descendance humaine de ses frères et soeurs. J'avais presque oublié qu'il était crétois, notre Trimakis. Il les a trouvés vivants assez bien, dans un village de 50 habitants se réunissant tous les soirs. Des gens simples, isolés, heureux.
  • On repart plus ou moins reposés, en espérant qu'on pourra être un peu tranquilles à New-York, quand même. Nerghal nous a remercié, mais il part de son côté. Il a 3000 ans à rattraper, il veut le faire par lui-même, en voyageant. On lui a filé notre numéro de téléphone et notre adresse. Il saura quoi en faire, s'il veut nous retrouver un jour.
الحكيم هو أكبر


11/05/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale, Mallory et Sophia.
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • Quand on est revenus à New York, Chuck Finley nous attendait à l'aéroport pour savoir si on lui avait pas ramené des antiquités de Crète. Il nous aurait prévenu, why not, mais je savais pas qu'il faisait dans ce genre de deals. On le saura pour la prochaine fois.
  • On a appelé Everett pour lui lâcher Dédale n°1, et on s'est aperçus d'un truc chelou : Dédale n°2 se souvient plus de notre commanditaire. Mais plus du tout. Je sais pas pourquoi, peut-être un truc de baali, c'est flippant. Du coup on l'a briefé avant le rendez-vous, et vu que c'était sur le chemin on est allés poser nos affaires au refuge.
  • Quand on a débarqué au Moulin, Bertrand avait un discours pour nous, sur la fidélité, le bonheur d'être un serviteur et plein d'autres conneries. Putain ça m'a saoulé. En même temps j'ai compris pourquoi. Samuel m'avait laissé une lettre, avec une jonquille. J'ai pas compris.
  • « We look for love, no time for tears, wasted waters's all that is, and they don't make no flowers grow ». Oui et donc c'est quoi, des excuses ? Tain, pas le temps pour penser à ça et chercher des explications, j'ai lâché l'affaire.
  • Jack nous a fait un topo, Dame Yseult n'est pas passée. Pour le reste, on s'en fiche, RAS. Du coup on a filé chez Everett.
  • Le vieux nous attendait, toujours vêtu de noir. Il a été gêné de savoir que la comtesse avait utilisé la bague pour accomplir la mission, du coup il lui a offert une statue de harpie avec un masque qui lui est lié et permet d'inspirer la peur, comme le faisaient les harpies au peuple grec. Everett a ré-expliquer à Dédale n°1 tout ce qu'on attendait de lui, et nous on a expliqué à Everett notre deal avec le crâne. Le maître de maison lui a fait comprendre que c'était plus qu'une localisation, que ça concernait plusieurs endroits, que ça prendrait du temps. Ils se sont jaugés, ont négocié, et décidé de se faire confiance. Du coup Dédale n°2 a rendu sa dent à n°1, qui a demandé à Everett de l'avaler. L'autre a voulu « finaliser l'accord » en privé, pudique apparemment. Ils ont eu l'air de s'être mis d'accord, mais notre Dédale a voulu être rassuré, encore. Puis il nous a dit qu'ils savaient pas encore où était la prochaine relique, qu'il nous recontacterait quand ce serait le cas.
  • Après on s'est séparés. Dédale est allé voir Michael, tandis que la Comtesse et Mallory sont parties parler à Prescott, à propos du bouquin qu'on a trouvé dans le labyrinthe. Il avait l'air dubitatif sur la répétition du truc, du coup il a conseillé à Sophia d'aller voir un occultiste oriental, à propos d'une approche cyclique ou je sais pas quoi. Elle a appelé Dédale et justement, il allait voir Noriko. Au final tout ça c'est passé à la trappe, j'crois qu'il a même pas pensé à lui demander.
  • Moi je suis allée chasser avec Posh et Mosh. Ça a duré 3h, parce que putain, j'avais soif. Après ça on a rejoint la Comtesse et Mallory à l'Élyseum. Dédale était pas joignable, ils devaient être occupés à se retrouver. Pff. On a vachement discuté avec Sylvie, les triplés voulaient savoir s'ils pouvaient se rabibocher avec Étienne mais elle leur a dit d'oublier, trop rancunier. Apparemment en plus il est étiqueté Sabbat, il a mauvaise réputation. Puis elle trouve que c'est un sale con, ça me suffit bien. Je lui ai montré ma bague, elle était over jalouse. J'aurais ptètre pas du, c'est pas sympa. Mais elle est trop claaaaasse.
  • Ensuite on a croisé Vaudert, avant de voir le Prince. Il avait l'air emmerdé de nous voir, surpris et gêné. Chelou. Bref, on a parlé à Deloraison de la politique de Crète, ça l'a fait marrer, il nous a dit que ça fait plaiz' de pas avoir Dédale chez soi de temps en temps. On a rigolé un peu quoi, mais on est vite arrivés à parler de la politique en ville, et là on a arrêté de trouver ça drôle. Jean nous a expliqué que c'était le chaos en ville. Les sabbats avaient déménagé, et étaient très efficaces... voire trop. Il hésitait à laisser Vaudert les traquer et les tuer.  L'infant de Westen, neuf trémères, deux vampires qui bossaient pour Witchwood... Ils ont tapé fort et bien, sans laisser de traces. Ils ont même réussi à persuader les brujahs que les nosfés étaient contre eux, des trucs comme ça.
  • Pire, ils ont choppé une correspondance entre Deloraison et Runkel, du coup ils ont genre crié au scandale et maintenant ils sont indépendants. On s'est dit qu'on pouvait coopérer avec eux, les foutre sur les dos des trémères et sur la piste de l'anti-panacée et les faire partir en les mettant sur la piste d'une chantry d'une autre ville. Ça paraissait pas mal, mais le Prince nous a dit qu'on allait faire une vraie grosse réunion le lendemain, pour parler de ça et aussi de Maupertuis, parce qu'apparemment celui-là l'emmerde aussi. Ouais, c'est pas le seul. Bref, il nous a quand même lâché que si on retrouvait la meute des samiélites dans la nuit il nous laisserait prendre le bouquin de notre choix dans sa bibliothèque. Un petit jeu, pourquoi pas.
  • Chuis partie pour voir Assan Alil, savoir s'il avait pas des infos sur l'assamite antitribu, SAMADA. J'en ai appris des belles sur celui qu'on appelle l'« honni ». Il était apparemment prometteur, mais avec une sale tendance à pas laisser de témoins et à massacrer sans scrupules des dizaines d'humains à chaque mission. Le clan l'a écorché vif et enterré dans le sable au troisième avertissement, mais il a carrément fini par se faire arracher la langue et les cordes vocales, avant d'être banni. Il s'est réfugié au Sabbat. Il adore genre les tueurs en série, et imiter leurs modus operandi. Du coup j'suis partie voir le caïnite qui a le contrôle de la police, BARTON FLOYD, pour savoir si y'avait pas des meurtres qui correspondraient.
  • Quand j'suis arrivée les vigils avaient l'air de dire que le patron était de sorti, que ça devait être grave. Ils parlaient d'une course-poursuite, d'un kamikaze, d'un attentat... Quand la porte du parking s'est ouverte j'ai fait signe à la voiture. Floyd m'a fait rentrer, c'était le bordel et il était persuadé que c'était pas une coïncidence que je sois là. À ce moment là il m'a reluqué les jambes, c'était pas discret. Enfin bref. J'lui ai dis que j'voulais justement régler le bordel que mettait le Sabbat en ville, donc il m'a emmenée avec lui au commissariat. Là-bas il m'a lâchée au commissaire SKYSSEN, qui a répondu à toutes mes questions, en se demandant si j'étais pas une journaliste ou une connerie comme ça. Ils avaient bien un type qui correspondait, mais ils ont perdu sa trace. Samada a du changer de poulain. Du coup je lui ai dit que j'le rappellerai.
  • En partant j'suis passée devant un téléviseur, et y'avait Mosh dans une voiture, en pleine course-poursuite, qui finissait par se cracher dans la chantry trémère, avec une grosse explosion. Putain, quel petit con.
  • En gros les triplés s'étaient séparés pour être plus efficaces. Y'en a un qu'est allé voir du côté des clodos, et qui est tombé sur des illusions de CHARLY WALDO qui lui disaient qu'on allait être contactés, qu'on devait rester tranquille. Y'en a un qu'a fait choux blancs, et y'a Mallory. Mallory qui a appelé Cécilia Parker depuis l'Élyseum, pour lui demander si elle aurait pas vu PROPRET, leur trémère, du genre à traîner à ses soirées. Et l'autre connasse a paniqué quand Mallory s'est aperçue que l'autre sabbat était avec elle. La blonde a sorti genre « dîtes au Prince que ça a été un plaisir de travailler avec lui », puis elle a raccroché. Du coup y'en a deux qui ont foncé chez Parker après avoir prévenu Deloraison, et qui ont fouillé son appartement. Enfin, d'abord il a explosé, parce qu'il était piégé, puis ils l'ont fouillé. Puis ils y ont foutu le feu, pour pas laisser de traces. Puis les flics, puis la fuite... Sérieux quoi.
  • Pour la réunion on avait pas vraiment d'heure, donc j'ai appelé Pédro pour une nouvelle coupe et j'ai enfilé un tailleur à Rachel. J'étais plutôt pas mal. Au final j'étais pas la seule à avoir fait des efforts, puisque j'y ai croisé Dédale et Noriko. Elle l'avait sapé au poil, il était plutôt classe. Pédro en avait fait un homme nouveau.
  • Il étaient partis à pieds à l'Élyseum donc je suis arrivée pas longtemps après eux. Nous on se dit que c'est une situation de crise et qu'il faut qu'on arrive tôt, mais en fait y'avait personne, à part nous. Les triplés sont allés récupérer la Comtesse qui s'était foutue dans un salon privé, et on a commencé avec seulement Deloraison.
  • Le Prince a sorti un tableau noir, pour y écrire « problème trémère » et « PROBLÈME SABBAT ». J'crois que l'ordre du jour était clair.
  • Georges est arrivé par la fenêtre, puis Simon, qui avait l'air vénère contre les triplés et s'est mis bien loin d'eux, en jetant un regard lourd de sens et de soumission au Prince. Samuel est arrivé par la porte dérobée, assez débraillé. Il s'est assis en face de moi, après nous avoir adressé un signe de tête. Pff. Bref. Xénophon a débarqué 5 minutes plus tard, et on a commencé, pour trouver un consensus et mettre fin à la situation, comme a dit Deloraison.
  • Le problème trémère, c'était à propos du nouveau primogène. Apparemment c'est un grobill de 800 ans, Super-Prince de Hongrie, sûrement dans le complot. Avec la réunion du cercle intérieur qui arrive Jean l'a accepté dans faire d'histoire, pour ne pas se mettre à dos le clan trémère, mais il est mal à l'aise et préférerait le voir ailleurs. Et d'ailleurs la chantry a déménagé, donc l'attentat de Mosh a servi à rien.
  • On a laissé ça de côté, parce que le plus urgent c'était les samiélites. Le Prince pensait qu'ils avaient toutes leurs chances de reprendre la ville si Parker était partie avec eux, parce qu'elle est opportuniste. Il les voyait bien forcer les primos à se replier sur eux-mêmes, à les faire devenir paranoïaques. Donc en gros il se mettait en retrait pour la gestion du bordel, pour garder la main sur son primogénat. Là on a commencé à fomenter plein de plans pour se débarrasser d'eux, après qu'ils nous aient testé. Ouais parce qu'on pensait qu'ils allaient nous demander de buter quelqu'un, pour être sûrs de nos allégeances sabbats. On s'était un peu plantés. Donc on a fait plein de plans, tout ce qu'il faut retenir c'est qu'il y avait un plan A et des plans X, Y et Z. Rien de super concluant. De toutes façons on attendait que les jumeaux les rencontrent, pour savoir ce qu'ils voulaient et pouvoir dealer avec eux.
  • Le Prince a mis fin à la réunion et on est sortis, Samuel voulait discuter de Maupertuis. Il a voulu parler 5 minutes avec moi, seuls à seuls. Enfin t'sais, c'est pas trop tôt. Putain, si j'avais su. Ben sérieux, j'ai pas compris pourquoi il voulait me voir en privé. J'ai pas vraiment saisi la transition entre notre discussion « personnelle » et celle avec le reste du groupe. Entre le travail et le travail. Il s'est excusé hein. Très exactement, il était désolé que je n'ai pas compris ou vu les les enjeux qui l'avaient poussé à se comporter comme un connard misogyne qui n'en avait rien à foutre de ma gueule. On était pas « seuls » quoi. Et il a pas eu l'occasion de m'en parler ensuite. Donc voilà, son affirmation en tant que mâle dominant lui avait permis de rentrer dans le cercle Berlioz, petit groupe de 8 vampires, mages, ombres et autres entités surnaturelles misogynes et libertins. Super. Sinon il nous a dit qu'on pouvait bosser pour Maupertuis, a priori il se choisit des champions de temps à autres, pour remplir une mission souvent unique, et il les récompense s'ils y arrivent, sans avoir l'air de les trahir. Puis il va continuer son infiltration, parce que Jean aime pas qu'un type, d'autant plus humain, ait autant d'influence sans qu'il soit au courant.
  • Ok, cool. Non, j'ai pas compris. J'ai pas su quoi lui dire. Il avait l'air crevé, il avait pas l'air bien, et j'étais vénère et j'ai pas eu l'impression qu'il venait vers moi. Ses explications elles étaient sympas, mais c'est des excuses que je voulais moi, il m'a fait du mal. Merde, voilà.
  • Vaudert nous a fait un topo d'une heure sur le Sabbat, leurs façons de faire, touça. Et à la fin, on a du faire un choix.
  • Mosh et Posh étaient à un rendez-vous avec Charly Waldo, dans un bar. Ils ont commencé à gueuler à propos de Cécilia Parker, à dire qu'elle avait vraiment été trop conne. L'autre a répondu qu'elle avait été punie. Puis ils lui ont filé tous les dossiers de Vaudert concernant leur meute, pour avoir l'air clean. L'autre avait pas l'air d'en avoir grand chose à foutre apparemment, donc ils ont enchaîné sur les trémères et l'anti-panacée, en expliquant que c'était une urgence, un gros truc. Et le mec a pris l'info, en donnant aux jumeaux leur mission-test : récupérer JANE DELANO, la descendante humaine du Prince. Fuck. On a du réfléchir vite quand Mallory nous a passé le message. Vaudert trouvait ça compréhensible, il pensait que ça s'acceptait sans forcément en parler à Deloraison, pour le bien de tous. Putain, j'étais vraiment pas chaude. Mais on était sur le feu, donc on a dit oui.
  • La gamine a 11 ans, et habite dans les Hamptons. Protégée par des goules de Vaudert la journée, comme toute sa famille, elle a aussi un garde du corps personnel. Un Wendigo, c'est une sorte de garou. La nuit y'a une unité de vampires qui surveille la maison, ils sont 7, un par clan majeur de la Camarilla, entre la 8° et la 10° génération. Je suis allée chercher Samuel, qui était encore à l'Élyseum, et je lui ai demandé s'il avait des informations sur elle. Il m'a dit que son vrai nom était CHARLOTTE LE BRET. 'Tain, même pas foutu de m'empêcher de faire des saloperies, même pas foutu de me dire que c'était une idée de merde.
  • J'ai appelé Thompson Gunner, pour acheter du tranquillisant pour garou. On a choppé une grosse caisse, des burqas et une tenue d'émissaire arabe. Ouais, on avait un plan. De jour. Alors on est partis se coucher en avance, pour se réveiller à l'heure.
  • On a voulu enlever Charlotte à son école. Le garou est censeur là bas. On a demandé un rendez-vous au proviseur, genre pour les deux gamines (Mosh et Posh) d'un émissaire arabe pété de blé (Dédale) et ses trois femmes (Mallory, la Comtesse et moi). On a rencontré le dirlo, on l'a convaincu de nous faire visiter la classe de 6° pour rencontrer la môme, puis on a endormi le garou et assommé le type, une fois de retour dans son bureau. On a appelé Charlotte à l'intercom' et on a filé, en évitant les flics qui débarquaient parce qu'on était vraiment louches.
  • En voiture elle a commencé à comprendre. On a jeté son téléphone et une partie de ses fringues, au cas où. On est pas méchants, on lui en a acheté d'autres. Putain, mais quelle connerie. Sophia a essayé de la calmer avec une chanson, mais Charlotte est restée apeurée et triste... On l'a ramenée au refuge, on lui a filé des craies pour qu'elle dessine. Elle voulait savoir si elle rentrerait chez elle. On lui a dit qu'on ferait tout notre possible pour. Fais chier, on sait même pas ce qu'ils vont lui faire.
  • J'ai mal dormi. J'ai rêvé d'Haqim, il revenait pour châtier les mécréants. Je me sens vraiment mal. Je suis fatiguée. Je vais écrire une lettre à Samuel.
الحكيم هو أكبر
« Modifié: août 06, 2013, 03:45:48 am par Cianers »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
« Réponse #5 le: février 12, 2013, 16:11:25 pm »
12/05/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale, Mallory et Sophia.
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • Cette fois-ci, on est tous allés voir les Samiélites pour leur filer Charlotte. Fuck, ils nous font faire des saloperies, on y va et basta. J'avais qu'une seule envie, les tabasser un par un, les vider, offrir leur sang à Papa et bouffer leurs âmes entre gens de bonne compagnie.
  • Entre la colère et le désespoir de me sentir impuissante face à tout ce qu'on faisait comme merde, j'ai écrit une lettre à Samuel, pendant qu'on tournait en bagnole, pour chopper leur message radio et trouver le lieu de rendez-vous. J'ai pris un vieux papier qui trainait dans la caisse et j'ai écrit ça sur le coup de l'émotion. En plus on avait reçu un texto de Deloraison qui nous demandait de venir au plus vite, parce qu'il avait besoin de nous. Merde, merde, merde. Voilà. On lui a dit qu'on avait un truc de prévu, qu'on arriverait vers 23h. Ces enflures.
  • On a eu le message et trouvé le bar. On a débarqué Charlotte et on s'est barrés. Waldo était pas bavard de toutes façons, comme d'hab. Il nous a dit que Gaviel nous contacterait dans quelques heures. K thx bye.
  • On s'est dirigés vers l'Élyseum. Dédale voulait qu'on la récupère avant, mais là non, merde, y'a un moment faut arrêter les conneries, il fallait qu'on lui dise. Par contre j'ai eu peur que le garou soit avec lui, qu'il nous sente et qu'il nous attaque dès qu'on débarque... Du coup je l'ai appelé. Je lui ai demandé s'il était seul, il m'a dit que non, en me demandant pourquoi. Du coup je lui ai sorti un truc genre « vous savez qu'on est un peu en froid avec Samuel en ce moment... ». Il m'a répondu que Samuel n'était pas là. Tain, il a pas voulu lâcher qui c'était, je savais juste que c'était pas Vaudert non plus. Du coup j'ai cessé de faire semblant, et je lui ai dit que ce serait bien « qu'il » ne nous attaque pas quand on arrivera. Il a raccroché, et j'ai plus réussi à le joindre...
  • À l'Élyseum, tout avait été vidé. Adramelech nous a fait rentrer parce qu'on était sur une liste, mais il a pas voulu nous dire qui était là. Sylvie était over stressée et nerveuse, limite terrorisée. Elle nous a indiqué la porte sans nous adresser un mot. Dans son bureau plongé dans la pénombre, on a vu Deloraison assis sur son fauteuil, immobile. Tout était ravagé, la pièce était dans un bordel monstre. Il saignait, et son épée posée sur son bureau était maculée de sang. Il avait bien compris, donc on a fait dans le vif. On lui a dit ce qu'on savait, on s'est excusés, on lui a dit qu'on la ramènerait. Il nous a demandé ce qu'on faisait encore ici. On est partis. AMBIANCE.
  • Là on a vraiment compris qu'on était au cœur de nos conneries, et on s'est mis à appeler tous les gens qui pouvaient nous aider. Jason Trucker avait l'air de mauvais poil, du coup on a parlé avec Souricière pour qu'elle nous aide à délimiter un quartier où les Samiélites devaient se trouver. J'ai rappelé le commissaire Skyssen, il m'a parlé de meurtres rituels dans le secteur, de trépanation, de drogue. On a appelé Thompson Gunner mais il fait pas dans la drogue, du coup on a demandé à Chuck Finley, qui l'a mal pris mais nous a filé le tel d'un de ses contacts. Dédale a appelé Westen mais ils se sont pas compris, en même temps je vois pas pourquoi il lui téléphonait à elle. Féodore répondait pas, ça a un peu inquiété les triplés. Et Simon nous a dit qu'il était sur une piste, qu'il avait pas le temps de nous causer. Bande de connards de merde. On est vraiment nuls.
  • On a commencé par aller chez Janus. Ouais, idée à la con, mais on s'est dit que peut-être il pourrait nous aider. Il attendait son cadeau de Dédale, du coup on a demandé à la Comtesse de chanter. Putain de bordel de merde, j'avais jamais rien entendu d'aussi horrible. Mais il a kiffé, il avait les yeux qui brillent quand il lui a dit « Madame, Monsieur, qui que vous soyez, mes respects ». OK. On lui a dit qu'on avait besoin de lui, et il m'a regardé genre « oui, ça se voit, vous avez le cœur blessé, il vous faut un philtre d'amour pour ce ss... sam... »  « Samuel. » « Oui, ça doit sûrement être ça ». Ok, super génial. Merci de me le rappeler maintenant, moi qui essaye tant bien que mal de me noyer sous le taff et qui fait ça comme une grosse branque de merde. Je lui ai dit qu'on était pas là pour ça, qu'on cherchait une fillette du nom de Charlotte Le Bret, qu'on avait besoin qu'il nous aide à la retrouver le plus vite possible s'il pouvait. Ils nous a proposé qu'on se retrouve au brunch, donc le lendemain matin quoi, à 10h, avec du rouge, ou en rouge. Enfin, voilà.
  • Les triplés avaient récupéré un téléphone à Cécilia Parker, qu'ils avaient demandé à Red de faire débloquer. Ils ont appelé un des derniers numéros et son tombés dans une auberge de jeunesse, dans le quartier qu'on avait délimité avec Souricière. Ils ont commencé à regarder, et se sont aperçus que c'était des lieux de meurtres avec des humains impliqués, ce genre de trucs. Normal en même temps, la Parker s'occupait des bris de mascarade...
  • Dédale a suivi une caïnite, jusque dans un bar où trainaient 2 autres vampires. Bar anarch. Un grand black qui se marre pendant que la nana fait du rentre-dedans à Dédale, et que le troisième, PETER, malkav bien habillé, discute mentalement avec Mosh qui débarque pour surveiller Dédale. Ils se mettent d'accord et sortent, le malkav les rejoint alors pour discuter plus en détails.
  • Oh, il nous a bien eu l'enfoiré, il jouait bien son jeu. Il jouait le parano curieux et intéressé, il nous a lâché plein d'infos pertinentes et on s'est séparés pour trouver plus rapidement la solution à tout ce bordel.
  • Moi et Posh on est allés dans un bar de bikers. J'ai fait sensation en secrétaire sexy et échevelée aux bas filés. On y cherchait LOGAN, la bête des Samiélites, donc j'ai rembarré plusieurs types en leur disant que je cherchais un homme, un vrai, que je le voulais lui. Ca en a renfrogné pas mal, et je suis allée voir le tenancier, on m'a dit qu'il pourrait me renseigner. DICK. Un Ventrue du sabbat, je sais pas d'où il sortait. Le comptable de Logan ou une connerie comme ça. Il a pas voulu me dire où il était, mais il m'a autorisé à attendre avec lui qu'il revienne. Au final j'ai pas attendu grand chose, d'un coup Mosh est apparu pour le pieuter et le maîtriser, en me disant qu'on avait rendez-vous.
  • En fait, Posh et Dédale avaient suivi le Peter là, le malkav, et s'étaient fait avoir. En fait c'était Vincent Propret, leur trémère. Quand on est arrivés il était dans un coin, en catatonie. Posh était très TRÈS énervé. Il m'a dit qu'on allait le diabler, qu'il en avait ras le cul de ces connards, ce genre de trucs. Apparemment le type a insulté une fois de plus leur honneur et la valeur de leur parole. Ben vas-y gamin, je suis toujours pour.
  • On est allés faire ça à l'aéroport, ce qui était une connerie. Enfin bref. Sur le chemin, Mallory et la Comtesse nous ont expliqué qu'elles pensaient avoir trouvé où était très exactement le refuge des Samiélites, en reliant des points sur une carte. Moi j'ai appelé Samuel, pour lui demander s'il voulait se rapprocher de Khayyin. Ça reste mon infant, ça reste un assamite, ça reste... enfin voilà. Il avait l'air occupé, il m'a dit qu'il pensait avoir mieux et m'a demandé si j'avais toujours le premier bouquin qu'il m'avait filé, quand on ne se connaissait pas. Bien sûr. Il est allé le récupérer, et m'a dit qu'il nous rejoindrait ensuite.
  • La diablerie a été difficile, je me suis presque dit que c'était une connerie de faire ça en plein rush, en plein milieu de cette guerre. En fait ça l'était, mais on a choppé des souvenirs très importants. On a découvert que Gaviel était parti avec Charlotte à Boston, et que le reste avait tendu une embuscade à Vaudert y'a une demie heure. No way, on est parti pour l'aider autant qu'on le pouvait, en espérant arriver à temps.
  • Sur le chemin on a appelé Deloraison. Il avait l'air sur le départ, occupé, je sais pas quoi, il a voulu qu'on soit « bref et précis ». Du coup on lui a dit pour Vaudert, pour la gamine, pour le refuge. Il nous a dit qu'il fonçait chez les Samiélites, qu'on avait qu'à le rejoindre après être allés récupérer Vaudert. Il nous a aussi demandé de lui envoyer Samuel et Witchwood au passage. Mais lui a voulu nous rejoindre là où Vaudert se battait.
  • Tous en voiture avec Dick pieuté dans le coffre et Dédale au volant, j'ai occulté la bagnole et on a roulé comme des tarés. Et là les triplés ont fait n'importe quoi. C'est ce moment qu'ils ont choisi pour invoquer Samael, leur démon. Pour lui faire un speech sur la rédemption. Sisi. Sylpharion a commencé à s'agiter, le vent est monté, les portières de bagnole ont sauté, c'était vraiment hard. À un moment ils ont planté, on a pas trop compris. Si j'ai bien saisi, Dédale à essayer de se raccrocher au lien qui les unit à lui, à la vaulderie, à l'amitié. Les triplés nous ont expliqué qu'à ce moment ils l'ont senti, une lumière est apparue, et le démon s'est effacé... Ok, bien mais en attendant de notre côté c'était juste du zef et un gros bordel. On a fini à pieds, la voiture crachée sur le final. On a un peu zappé Dick d'ailleurs, mais on a demandé à Jack de le récupérer plus tard et on a eu de la chance, il a réussi.
  • On est arrivés à pieds, à peu près en même temps que Witchwood. Les rues étaient vides, il n'y avait plus de lumières. Loin devant nous, sur un terrain de foot américain, un combat de titans avait lieu. Vaudert imposait sa présence sur toute la zone, et Logan faisait plus de deux mètres de haut, avec des bras énormes et des griffes gigantesques. On s'est mis à courir vers eux, sur le terrain accidenté. Et là, quand on avait presque atteint les combattants, la bête a tué Simon.
  • Il a enfoncé ses griffes dans son corps, l'a transpercé de part en part, pour ensuite l'amener à sa gueule et le vider de son sang. À ce moment là, je me suis vue lui arracher les yeux et le trancher en milliers de petits morceaux. C'était sans compter Witchwood, qui m'a envoyée valser à 20 mètres quand je me suis élancée, rageuse.
  • Il a regardé Logan, impassible. Quand l'autre a eu fini de se nourrir, Léonard lui a dit qu'il lui laissait un coup. L'autre l'a loupé, loupé encore, re-loupé, puis il est parti en fren'. Impossible. Witchwood était comme intangible à chaque fois que cet enculé essayait de le déchirer. Posh s'est fait trancher en deux, par contre. Le collatéral. La comtesse aussi a essayé d'aider : elle a fait peur à Logan avec son masque. Il a commencé à ne plus pouvoir rien faire. Witchwood a calmé Sophia comme il avait fait avec moi la dernière fois, je crois. En tous cas elle n'a plus agi. Et il a commencé à attendre. Finalement il en a eu marre au bout de 20 minutes et, bien énervé, a envoyé sa bête sur l'autre, qui s'est relevé.
  • Dédale et Posh ont commencé à la regarder, mais pff. Simon était mort. Witchwood voulait pas de notre aide. Autant qu'il y en ait pas d'autres qui crèvent. La Comtesse, Mallory, Mosh et moi on s'est barrés vers le refuge des Samiélites.
  • On a débarqué juste en même temps que les deux frères, devant une sorte de clinique abandonnée. Personne n'a rien dit. C'était glauque, Simon était mort, Witchwood était pas là, et Deloraison et Samuel avaient l'air tellement sérieux, tellement résolus, déterminés. Ça puait la merde avant même qu'on entre. À l'intérieur, le Prince a commencé à faire grincer son épée contre le mur, en avançant. Comme pour dire qu'il était là, qu'il allait tous les retrouver et les détruire. Putain, c'est ça en fait, je veux pas l'avoir comme ennemi. Et là tout d'un coup, comme si c'était prévu, comme s'ils étaient coordonnés, on a vu Samuel et Jean se séparer à une bifurcation, puis on ne les a plus vus. En cherchant j'ai commencé à perdre tous les autres un par un. J'avançais mais je crois que je ne choisissais même pas où j'allais, la maison m'emmenait là où elle voulait, chimery me dominait. Une porte métallique, un couloir, une lumière, un caisson blindé avec vue sur l'arène.
  • On était tous là comme des cons, dans des sortes de cabines en verre individuelles qui donnaient sur une pièce plus bas, où étaient réunis 10 des Samiélites et 1 autre type qu'on connaissait pas, super moche, avec un bandage sur le visage et une peau dégueulasse, en bermuda. J'ai essayé de sentir son vice et j'ai vu qu'il était lié au sang au dernier degré à un certain Fi Niktuku. J'ai compris bien plus tard. C'était pas vraiment l'important sur le moment.
  • Jean était à l'entrée de la salle, avec Samuel. Ce putain de connard de merde avait même pas d'arme, il tenait dans ses mains le bouquin qu'il m'avait donné, quelques mois plus tôt. Quand ils ont commencé à se battre, à 2 contre 11, j'ai bien vu que je n'étais pas la seule à les aider, de là où j'étais, du mieux que je pouvais. Les frangins ont commencé à se faire surpasser. Je dis pas hein, Deloraison qui utilise son épée-qui-fait-des-éclats-de-lumière pour transpercer des gens, c'était impressionnant. Mais insuffisant. Et Samuel à mains nues.
  • SÉRIEUSEMENT. Mec, je te ramène du monde des morts et tu vas risquer ta vie à poil ?? Fuck quoi. Il prenait cher et moi j'étais encore une fois impuissante. Cette putain de vitre a mis du temps à céder. Du sang pour la faire fondre, des coups d'épées, de pieds, de mon corps entier qui cherchait à le rejoindre. J'ai même demandé un miracle à Kuppala. Elle m'a offert du sang. J'devrais faire ça plus souvent, c'est mieux que rien. Enfin bref.
  • Quand je suis tombée en lice, tout a basculé. Un de ces connards a failli porter le dernier coup à Samuel, qui a planté ses crocs dans le bouquin des rituels, pour commencer à le boire littéralement. De l'ombre en giclait. Puis une sorte d'esprit de l'ombre est apparu, ou un truc comme ça. Et Samuel a commencé à lui parler. En espagnol. Et l'autre lui a répondu. En je sais pas quoi. Et Samuel a été investi d'une puissance énorme, il était impressionnant. Les ombres dansaient dans la pièce, épaisses. Il a commencé à parler aux sabbats, hébétés. En espagnol. Ils se sont prosternés. Puis il s'est mis à cracher des glaviots qui ont formé un signe. Hébraïque je crois. Il s'est mis à insulter et fustiger le nosfé en bermuda. En plein de langue différentes, c'est pour ça que je le sais. Et le truc s'est transformé en golem de terre, s'est agenouillé. Samuel lui a collé un coup de poing qui l'a explosé. Il a continué à parler aux Samiélites. En espagnol. Et ils se sont suicidés.
  • Sérieux quoi. SÉRIEUX. J'ai rien compris.
  • Samuel a ramassé son frère, qui était vraiment dans un sale état, puis il s'est tourné vers moi, pour me parler. En arabe. OUF. Enfin bref. Il m'a dit qu'il avait consenti à un grand sacrifice pour moi, qu'il m'expliquerait plus tard. Il a mis Jean dans mes bras en me disant de le mettre en sécurité, avant de le rejoindre à Boston. Il a eu un moment de pause, de flottement, de je sais pas quoi, et il a sorti une enveloppe d'une de ses poches.
  • Putain quelle conne. MAIS QUELLE CONNE. Dans son bouquin, je gardais une lettre que je lui ai écrit à Paris, avant même qu'on couche ensemble. Au moment où j'avais l'impression de me prendre des douches froides après chaque réchauffement de notre relation. C'est pas grave hein, je comptais lui donner, en même temps que l'autre. Puis peut-être qu'il l'avait pas lue, son nom était même pas écrit dessus. Mais j'ai jamais fermé l'enveloppe. J'en sais rien, on s'en fout. Il me l'a tendue avec un « Je pense que c'est à vous ». Puis j'ai vu le moment où il se barrait sans même attendre ma réponse, en plus j'avais les mains pleines, sérieux c'était pas comme ça que je pensais que ça se passerait. J'ai bafouillé, je lui ai dit que non, que oui, que c'était pour lui, qu'il pouvait la garder, mais que surtout, j'en avais écrit une autre, elle était dans ma poche, il fallait qu'il la prenne tout seul, j'avais un peu les mains pleines. Ça l'a amusé, je crois. Il l'a prise. Puis il a disparu dans les ombres.
  • Deloraison était en sale état, mais pas mourant. J'le sais parce que je crois qu'il a voulu commenter, mais il souffrait trop. Je lui ai demandé où je pouvais le déposer, et il m'a filé une adresse à Manhattan, une boutique cheloue, un hôpital pour poupées. L'infirmière l'a reconnu et emmené. Elle m'a remercié ensuite, en me demandant si j'avais besoin d'argent pour rentrer chez moi. … N'importe quoi, j'ai l'air d'avoir 10 ans ?
  • Parallèlement à tout ça, on en a appris des belles. On a trouvé des lettres chez les Samiélites. C'était Runkel derrière tout ça, la meute lui obéissait toujours... Dedans, la garce parle de Fi Niktuku, encore lui, comme si elle en était éprise, comme une femme docile. Liée au sang quoi. À un beau connard en plus, le primogène Nosfératu de Londres depuis 200-300 ans. Ce type, c'est un des infants de Gustav Niktuku, le Justicar Nosfératu, qui l'a trahi avant d'aller voir OldCastle. Un beau bordel quoi.
  • Après avoir dépoté le Prince, les triplés m'ont expliqué ce que Samuel disait en espagnol. Un truc genre « depuis 500 ans j'ai accepté d'être votre jouet, je suis mort pour vous et il est temps que vous me prêtiez votre puissance pour sauver ceux qui me sont chers ». Du coup, j'pense que ça doit être un démon des ténèbres ou une connerie comme ça. Dédale nous a dit que le truc lui avait répondu en proto-sumérien je sais pas quoi. Je sais même pas ce que c'est le proto-sumérien. Samuel lui a répondu « oui ». Puis après il a eu ses nouveaux super-pouvoirs, et c'est le moment où il s'est adressé aux sabbats, pour leur dire qu'ils ne comprenaient pas pourquoi le Sabbat avait été créé, mais qu'il allait leur expliquer. Il a dit qu'il s'appelait Samuel Sombrage parce qu'il avait l'âge des ombres. Que le Sabbat était issu de la Kabbale juive. D'ailleurs le signe qu'il a fait sur le nosfé qui s'est changé en argile, c'était « vie ». Et quand il a craché pour la quatrième fois, ça signifiait « vérité ». Il restait 4 Samiélites, à ce moment là. Il leur a dit qu'ils avaient le choix, qu'il pouvait les tuer, s'ils ne le faisaient pas eux-mêmes. Qu'ils pouvaient mourir pour le Sabbat. Voilà.
  • Je savais vraiment pas quoi penser de tout ça. On a décidé de partir à Boston le lendemain, de prendre le temps d'aller au brunch avec Janus. Le rendez-vous était à 10h du matin, donc chacun est allé vaquer à ses occupations. J'ai décidé de retourner sur le terrain de foot.
  • Witchwood était assis, il attendait. Logan était écorché vif, à terre, tremblotant comme une loque. Parfois il bougeait un peu, Léonard se levait alors pour lui en coller une, le remettre calme. J'ai attendu le soleil avec lui. Il m'a filé son trench pour que j'évite de cramer. La bête a mis du temps à tomber. À ce moment, Witchwood a récupéré ses cendres, dans un crachoir. Puis il a recueilli celles de Simon dans une urne. Il m'a dit qu'il nous préviendrait pour les obsèques. Je lui ai parlé de ce qui s'était passé, du fait que le Prince était en sécurité. Puis je lui ai demandé s'il pouvait s'occuper d'Arnaud. Nous on a pas réussi à le joindre. On s'est quittés comme ça, au petit matin.
  • Je suis allée directement chez Janus. Sur le chemin j'ai envoyé un texto à Samuel, pour lui dire qu'on arrivait, que son frère était dans les peluches. Je trouvais ça amusant. Simon est mort.
  • Janus avait installé tout l'attirail de son rendez-vous sur sa terrasse. On lui a fait comprendre qu'on mourait au soleil, et il a tout ramené au premier étage de son immeuble. On s'est retrouvés dans une pièce divisée en deux : un côté rouge et or, avec 7 jeunes filles en maillots de bain une pièce qui s'amusaient, et une pièce vert émeraude, avec 13 gamines habillées en écolières qui se tenaient par la main et restaient droite comme des piquets, en ligne.  Au milieu de la délimitation, de la pièce, un trône et une longue table. Dédale, Noriko, la Comtesse et Mallory se sont mis du côté rouge. Moi, Mosh et Posh du côté vert. Là on nous a apporté de la bouffe : de la gelée verte, « gelée d'élytre », pour eux, et une purée grise opalisante, faite de larmes de fidèles, pour nous. J'ai mangé sans conviction, mais c'était bon en fait. Ça avait du goût, simplement.
  • Bref, on était pas là pour ça. Le fin mot de toutes ces conneries, c'est que toutes ces meufs s'appelaient Charlotte Le Bret. Il les avait chopées partout dans le monde, et y'avait pas celle qu'on cherchait. On s'est retrouvés un peu cons, d'autant plus qu'il voulait pas les garder. On les a foutues dans un bus scolaire, Noriko les a endormies, et on les a lâchées dans Central Park, avec une pancarte qui disait « Charlotte Le Bret ». On a regardé vite fait, y'a des flics qui les ont récupérées.
  • Janus nous a dit qu'il nous demanderait un service dans 22 chemises à repasser. Putain ce type quoi. D'ailleurs il a pas eu le temps de me faire un philtre d'amour. Je suis pas sûre que ce soit dommage.
  • On est partis pioncer ensuite, au final ça nous a juste fait perdre du temps ses conneries. Les triplés et moi on vient de se lever. On est en route pour Boston et ça va être le bordel.
الحكيم هو أكبر
« Modifié: février 27, 2013, 18:26:38 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
« Réponse #6 le: février 16, 2013, 01:32:02 am »
01/06/2012
Groupe : Azz, Mosh, Posh, Dédale, Mallory et Sophia.
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • À 21h on était à Boston. On avait roulé comme des tarés, avec la comtesse et Dédale dans l'coltar. J'ai appelé l'ex de Dédale, Dolorès, qui nous a filé rendez-vous dans un bar. Noriko a fait un nouveau visage à Sophia pour qu'on évite de remarquer sa tronche de camariste. C'était un peu crade, elle l'a fait genre en s'enlevant son visage à elle. Après ça elle a eu besoin de récupérer de l'énergie en tirant sur le souffle des gens, ou un truc comme ça, et je passe les détails de Dédale qui défonce deux types pour rien, c'était pas glorieux.
  • Bref, après on est allés au bar, The Place, genre moderne. Dolorès était habillée super sexy et classe, je suis sûre que c'est juste parce que je lui avais dit que Dédale allait se marier. Du coup l'autre boulet lui a sorti une remarque cinglante, elle lui a rendu à propos de sa gueule de bellâtre, et s'est tourné vers Noriko en lui faisant genre « ah mais c'est pour ça que vous êtes avec lui ? ». Ambiance. Madame de Malibran a détendu l'atmosphère en disant que Dolorès était une désagréable personne et ça a continué sur ce ton là jusqu'à ce qu'on commence à parler de la fidélité, inexistante d'après Dolorès, de Dédale. Noriko avait l'air trop contente d'être venue.
  • Ensuite on a enfin pu discuter un peu. Elle nous a dit qu'en fait l'archevêque lasombra était en torpeur, mais que le « triumvirat » s'est fait sans lui entre Runkel et Moranès, et s'est plutôt bien passé.
  • Après c'est retourné sur des histoires de cul, la comtesse a commencé à faire du gringue à Dolorès, qui elle a demandé un truc en chinois à Noriko, que Mosh lui a traduit en japonais, ou le contraire de toutes façons j'ai pas capté. Puis finalement la meuf a fini par accrocher à la drague de Sophia, et elles se sont éloignées. Je les ai suivies sous occultation, pour voir un peu ce que ça donnait.
  • Sophia a commencé à lui parler de Gaviel, en lui montant un bateau comme quoi il lui avait brisé le cœur, touça. Et c'était pas con hein, mais Dolorès a explosé de rire. Il est gay en fait. La comtesse a fait genre non trop pas, je comprends pas ce que tu dis, il en aime une autre c'est ça, de toutes façons je sais qu'il est parti de New-York avec une autre femme, et tout plein de blabla. Pas mal du tout. Dolorès avait l'air de la prendre pour une stalkeuse super jalouse, et elle a commencé à lui dire qu'elle savait pas où il était, qu'elle l'avait pas vu. C'te menteuse.
  • La discussion s'est écourtée, avec Sophia qui lui a quand même laissé entendre qu'elle aimerait la revoir, et l'autre qui lui a fait genre « ouais, non, je sais pas, chuis très occupée, j'peux me libérer une heure demain ». J'te jure. Je suis restée pour essayer de regarder ce qu'elle faisait, mais tout ce qui avait l'air intéressant était en Espagnol. Tain mais merde quoi, je dois vraiment l'apprendre cette saloperie de langue.
  • Puis Noriko est montée. Dolorès s'est excusée, lui a dit qu'elle devait être différente, et Noriko s'est excusée, et lui a explosé le visage sur la table. Merde, je m'y attendais pas. Ça a le sang chaud ces petites bêtes là.
  • C'est parti complètement en live, elle a bien encaissé, on a commencé à se battre mais elle s'est barrée en courant, genre super vite. J'ai réussi à capter qu'elle était très liée au sang avant qu'elle disparaisse. C'est chelou ce sens du vice. C'est pratique de dealer avec un démon en fait.
  • Posh et moi on l'a pistée un peu, Dédale volait et on a tous compris qu'elle filait jusqu'au QG de Runkel. Quand on est arrivés on a trouvé notre beau-gosse attitré devant le building, avec un sale trou dans la tête... Il était vénère. On est rentré et il a commencé à vider un humain sur deux qu'il croisait. Goule, pas goule, RAF. J'ai rien dit, mais ça m'a un peu saoulé. Mosh, Posh et Mallory ont fusionné, c'était assez dégueu. On a bloqué les ascenseurs et ils ont commencé à en défoncer un pour remonter la cage.
  • Du coup j'suis partie par les escaliers, j'en avais marre qu'on réfléchisse à ce qu'on allait faire alors que Dolorès était en train de baver à tous ces connards qu'on était sur la trace de Gaviel. Tain mais je suis con moi des fois, c'est pas pour rien qu'on a une meute et qu'on reste avec sa meute. J'ai essayé de lire les auras dans le bâtiment et j'ai vu qu'au 27° étage y'avait 6 caïnites qui attendaient. Pas folle, j'ai pas voulu trop m'avancer toute seule, donc j'me suis arrêtée au 14°, où y'en avait un.
  • C'était une petite blonde genre secrétaire psychorigide qui tapait à fond des trucs incompréhensibles sur son PC. J'ai essayé de la pieuter et j'me suis retrouvée moi-même pieutée et vidée de mon sang en deux-deux.
  • Quand je me suis réveillée j'étais sur le blob, Mosh/Posh/Mallory m'avait récupérée et refilée un peu de sang. On redescendait. On a croisé Dédale, Noriko et Sophia, qui du coup sont partis taper sur la blonde que les triplés avaient laissée devant son PC. Très peu pour moi, j'avais soif.
  • J'me suis arrêtée à un étage traaanquille, avec des humains et rien d'autre. J'ai commencé à me nourrir mais la bête a pris le dessus, et je l'ai vidé. Bah, ça arrive. Avec de la chance c'était une goule de ces connards. Puis y'avait un black qui était là. Il me regardait, assez perplexe, étonné par notre meute et son mode opératoire. J'ai pas trop cherché, j'avais encore soif. Il avait pas l'air agressif donc on a discuté. Il m'a amené à un autre type, que j'ai pas vidé, lui. Le black l'a remarqué d'ailleurs, en disant un truc comme « ah, vous êtes de ce genre là ».
  • Il s'appelle JULIEN, il est lasombra. Encore un. Templier du Sabbat, je sais pas ce que c'est. Bref, je lui ai demandé je sais plus quoi à propos de son clan, il a pas voulu me répondre, pas la confiance, touça. Du coup je lui ai demandé où je pouvais aller au juste, pour me renseigner à ce propos. Et là genre il me sort « dans votre lit », en rajoutant un « non ? ». Donc GENRE, tout le monde est au courant. Alors moi, un « pardon ? », et lui de me dire « Samuel Sombrage est en ville, je pensais que c'était pour ça que vous étiez là ». Hein, quoi, comment, innocence troublée, touça, est-ce qu'il va bien ? « Oui oui ». Et il fait quoi ici ? Il est chez le Léonidas pour le récupérer, et apparemment quand l'autre sera sorti de torpeur il aura pas d'autre choix que de l'écouter, parce que Samuel est revenu « changé ». Ouais tu m'étonnes qu'il a changé. Pff. Il m'a dit qu'il connaissait les frères « de Guiche », que Deloraison protège et Samuel venge. Je savais pas. Bref, je lui ai dit qu'on était là pour récupérer une gamine. Il m'a dit qu'il l'avait pas vue. Et je lui ai demandé pourquoi il bossait pour Runkel. Alors vu qu'il est templier c'est pas elle qui l'a engagé mais lui qui a décidé d'y venir, un truc comme ça. J'lui ai fait remarquer que c'était chelou de bosser pour une connasse pareille, en lui balançant pour Fi Niktuku. Et donc là ça a un peu changé de ton.
  • Apparemment il a une dent contre le primo nosfé de Londres, donc il m'a proposé un échange. Il me récupérait la fille de Deloraison en parfait état si je tuais Moranès, en demandant à Jean de blinder sa ville en la faisant paraître faiblarde. Un gros coup de pute politique pour faire venir Fi Niktuku, qui veut faire tomber New-York. Ou Jean. Ou les deux quoi, je sais plus. Du coup j'ai accepté, mais je lui ai demandé Sépulcre, en passant. Non parce que le mec qui voit pas de quelle gamine je parle et qui deux minutes après me dit qu'il peut me récupérer la fille de Deloraison, il se fout de ma gueule et il peut bien faire un peu plus. Bref, on avait un deal.
  • Il a voulu qu'on signe un pacte de sang pour conclure le truc, donc il m'a fait tester le voyage par les ombres. Ben c'est pas joli-joli, c'est assez désagréable. On est allés à New-York et il a appelé Matthew Sim. Qui lui a serré la main quand on l'a vu d'ailleurs, chelou. Moi j'ai appelé les autres, pour pas qu'ils s'inquiètent. Après avoir signé le pacte et pendant qu'on était ici, j'suis allée voir Deloraison pour le mettre au parfum. Le Julien avait pas l'air rassuré à l'idée de rester en ville, mais il m'a attendu dans le parking, en me disant de me presser.
  • À la boutique de poupées, j'ai demandé à l'infirmière si je pouvais voir Jean. Il était là, dans une grande garçonnière, avec un mug écrit genre « World 1st Prince ». Lol quoi. Je lui ai tout raconté et il a eu l'air pas mal soulagé. Le type c'est Julien N'DAYE d'ailleurs. Il m'a dit qu'il ferait son possible pour remplir sa part du contrat, puis il m'a posé des questions cheloues sur la comtesse. Genre si je lui ferais confiance sans la vaulderie, comment je la trouvais, touça. Bon ben j'ai pas trop su quoi lui dire, je la connais pas tellement encore. J'ai répondu qu'elle était très drôle avec ses anachronismes, parfois passionnée, comme ça, sans raison, mais que ça ne nous avait jamais porté préjudice pour le moment, et que oui, je pense que c'est une personne de confiance.
  • Moi j'en ai profité pour lui poser plein de questions sur Moranès. Bon ben c'est un connard quoi, sabbat intégriste qui déteste les lasombras, fan d'OldCastle en plus... Vu que c'est un tzimisce qui a besoin de sa terre, il a un contrat avec des giovannis appelés les Pisanob. Deloraison m'a conseillé d'aller voir Xénophon à ce sujet, du coup j'lui ai téléphoné et on s'est donné rendez-vous près du parking, pour pas trop faire attendre Julien. Il m'a dit que les Pisanob c'était une famille que Giovanni avait étreint avant de diabler Cappadoccius, donc des cappadocciens quoi. Que leur chef, POCHILITHE, ou HUITZILOPOCHTLI, c'est un très puissant et très ancien méchant baali. T'sais le genre qui veut détruire le monde et ramener son démon sur terre. Super.
  • Julien m'a déposé à Boston, près d'un motel où s'étaient arrêtés les autres. On s'est racontés nos vies, on a pleuré on a ri, touça. On a fait un topo de la situation quoi. D'ailleurs Vincent et Autarkis étaient là. Ils étaient à Boston et nous ont grillé. Du coup ils ont lancé un peu plus de bordel encore, à coup d'illusions et co. On a la ville au cul, yeah. Mosh a eu Samuel au tel, aussi. Tout ce que j'ai retenu c'est qu'il a un larbin qui s'appelle Caïus. Et qu'il est en plein rituel lasombra poussé et fatiguant pour sortir un ami de torpeur. Et que quand les triplés lui ont demandé ce qu'il avait promis à la grosse bête noire il a répondu qu'il allait accélérer leur entrée à la Tal'Mahe'Ra. Bon j'étais contente d'avoir un peu de ses nouvelles par petit chinois interposé quoi.
  • Enfin, petit chinois. Ils ressemblaient vraiment à rien donc on leur a demandé de se désolidariser, mais ils voulaient pas. Si j'ai bien compris c'est un peu la forme sous laquelle ils sont le plus heureux. Mais non quoi, pas possible de traîner avec un truc fait de 3 corps mélangés, on a gueulé et ils ont fini par céder et se détacher. Beurk.
  • Après on a voulu la jouer discret, et comme d'hab' ça s'est pas passé comme prévu. On a acheté un putain de dossier sur un Pisanob, à José Don Lopé. 230 000$ quoi. Et genre on a monté un plan qui impliquait de le filer à des journalistes et de faire craquer le chef de la police, lié à Moranès, pour qu'il avoue que c'était vrai. Ah ouais, parce que les Pisanob c'est des putains d'enculés de leur mère. Genre il font dans la pédopornographie, la traite d'êtres humains et ce genre de putain de saloperies de merde. Bref, on voulait les faire tomber en faisant croire que Moranès les couvrait plus pour qu'ils soient vénères et arrêtent de lui livrer sa terre. Un vrai plan quoi. J'ai contacté les journalistes et j'suis partie au rendez-vous fixé avec Mosh et Mallory, tandis que Dédale, Posh, Noriko, Vincent et Autarkis allaient voir le chef de la police, pour se faire passer pour Moranès et lui dire de lâcher la couverture des Pisanob.
  • Puis quand on était en voiture, Mosh s'est garé sur le côté. Dans le bureau du mec, y'avait Moranès. Ces cons, Posh et Dédale, sont rentrés parce qu'ils avaient marre d'attendre. Ca se battait, Mosh et Mallory avaient l'air concentrés et souffrant en me racontant ça, puis ils ont planté. Enfin, ils sont tombés en torpeur. Tain sérieux, j'espérais vraiment que c'était pas ce que je savais que c'était. J'ai appelé Dédale en panique, y'avait un bordel monstre derrière lui, des explosions, ça avait l'air d'être n'importe quoi. Il m'a dit que Posh était mort. Je suis quand même allée au rendez-vous avec le journaliste, au taquet même s'il devait s'occuper d'abord de couvrir l'attaque terroriste sur le central de police. Tu m'étonnes.
  • Après ça j'ai eu un coup de fil de Dédale. Il avait appelé Deloraison et genre l'autre lui a joué grave en mode terminator, à base de « va y'avoir du changement dans ma ville, la moitié des primos vont sauter et j'ai besoin de vous pour une chose : tuer les trémères ». Ben il était tout fou, tu crois quoi. Ils ont décidé d'y aller direct. Moi j'ai envoyé un texto à Julien, pour lui dire que c'était fait. Il m'a répondu qu'il essayerait de faire aussi efficace, et il a rempli sa part du contrat.
  • Avant de rejoindre Dédale, Noriko, Autarkis et Vincent, j'ai décidé d'aller voir Samuel, sur un coup de tête. J'en avais marre qu'on ne fasse que se croiser, qu'on ne puisse pas parler tous les deux, être ensemble. Et cette situation de merde, il fallait que ça s'arrête.
  • Je me suis dirigée vers Harvard, là où on m'avait dit que créchait le Léonidas. En pleine nuit, à l'université. Avec Mallory et Mosh dans le coffre. J'ai pas vraiment réfléchi à ce que je faisais de toutes façons. Le concierge m'a accueilli en me disant que j'arrivais tard pour les cours. Je lui ai dit que je cherchais Caïus, Mosh m'avait dit que c'était lui qui leur avait trouvé le refuge, à la demande de Samuel. Le type m'a demandé si je parlais de l’amphithéâtre Caïus, je lui ai dit que je ne savais pas que j'avais sûrement rendez-vous là bas, et il m'a indiqué le chemin. J'étais fatiguée et j'avais vraiment pas envie de me prendre la tête à essayer de parler avec lui. J'y suis allée et je suis rentrée pour chercher un passage secret, une trappe, n'importe quoi. J'ai rien trouvé. Le concierge est arrivé, en me disant qu'il ne me voyait pas dans le noir, en me demandant ce que je cherchais. Je me suis laissée voir, de toutes façons s'il était le gardien des lieux il devait sûrement être une goule, et je lui ai dit que je cherchais un grand blond. Il m'a désigné une statue derrière moi, et m'a dit que lui en était un. Je lui ai demandé qui c'était, il m'a répondu Alexandre le Grand. J'le connaissais pas, donc on en a discuté un peu, j'aime bien apprendre des trucs comme ça. Finalement il m'a indiqué le passage, en me disant que Caïus m'attendait.
  • Je suis descendue et j'ai marché quelques temps, avant d'arriver dans une salle assez confortable. Y'avait un grand blond en train de lire sur un canapé, avec des cheveux mi-longs bouclés, un visage assez viril et une barbiche taillée en triangle. Il avait pas l'air d'avoir fait attention à moi, du coup je lui ai demandé si c'était lui, Caïus. C'était lui. Il m'a demandé si j'étais Mallory. J'ai pas très bien saisi pourquoi, je lui ai juste répondu que non. Je lui ai demandé si Samuel était occupé, j'avais pas envie de le déranger. Il m'a dit qu'il faisait des pauses, que je faisais comme je voulais. J'suis allée voir discrètement du coup, pour pas arrêter quoi que ce soit.
  • Quand je suis arrivée dans la salle de travail, j'ai vu Samuel de dos, qui passait sa main dans ses cheveux, semblait réfléchir. Devant lui un bureau, une faible lumière, et une pièce qui plongeait très vite dans les ténèbres les plus totales. Je me suis approchée un peu pour voir s'il était occupé, puis je me suis dit qu'il n'en avait trop l'air. Du coup j'ai reculé et fait demi-tour, pour ne pas le surprendre en apparaissant à ses côtés sans prévenir. Une petite idiote.
  • Il savait que j'étais là depuis que j'avais marché dans son ombre.
    « Vous pourriez me dire bonsoir. »
    « Oui, j'allais le faire. Je ne vous dérange pas ? »
    « Tu ne me déranges jamais. »
  • Il ne m'a jamais tutoyée, j'ai été un peu surprise. Il m'a dit que c'était ma lettre qui lui y avait fait penser. Je l'avais complètement oubliée celle-là. Il m'a proposé de m'assoir, et derrière moi une chaise d'ombre était formée. Je me suis assise et il m'a rapprochée de lui, a pris mes mains.
  • Il s'est excusé pour le mal qu'il m'avait fait. Il m'a dit qu'il était vieux, qu'il avait oublié l'humilité. Je suis restée silencieuse. Tout ça me paraissait si loin, il me manquait, je voulais juste le voir. Je lui ai dit que j'avais oublié, je crois, que je n'y pensais plus vraiment.
  • Puis il m'a dit qu'il faudrait qu'on vide nos sacs, même si on était pas doués, ni l'un ni l'autre, pour ce genre de choses. J'ai pas compris, je sais que j'ai du mal à exprimer ce que je ressens, mais je pensais avoir tout dit dans ma lettre. Il attendait, alors je lui ai dit que Posh était mort, qu'on allait récupérer Charlotte et Sépulcre, j'ai... commencé à vider mon sac « du moment ». Puis il m'a arrêtée, il voulait qu'on parle des choses qui importent, de nous.
  • Je lui ai dit que je ne savais pas quoi lui dire, ce qui était vrai, que je ne comprenais pas notre relation, ce que je lui avais déjà dit, et j'ai recommencé à lui parler de tout ce qui me paraissait étrange, dans le désordre, en commençant par ce qui était arrivé chez les Samiélites. Mais il m'a encore arrêtée, en me disant que je mettais différentes choses sur le même plan. Alors il m'a expliqué.
  • Il m'a dit qu'il m'avait menti, plusieurs fois. Il a voulu commencer par le début, donc il m'a dit que quand il s'est rapproché de moi, c'était pour m'utiliser. Que c'était facile tellement j'étais naïve. Il a continué en disant qu'avant le conclave il m'aimait bien, mais que sa déclaration publique était juste une excuse parfaite pour expliquer sa résurrection. Puis il m'a dit que là, aujourd'hui, il n'était pas sûr de mentir à nouveau s'il le redisait.
  • Chez les Samiélites, c'est un des secrets les mieux gardés des lasombras que nous avons vu : leur antédiluvien n'est jamais mort, il vit dans des trucs, probablement des objets seulement, comme le bouquin qu'il m'avait donné, que les lasombras appellent les Reflets de Lasombra. Quand il a planté ses crocs dans ce livre, c'est un des reflets de Lasombra himself qu'il a diablé, avec son accord. Il m'a dit que depuis qu'il était vampire il servait ce fragment de son antédiluvien, et que cette relation dépassait les choses normales de l'amour. Il a bu le sang du cœur de ce truc sans que cela le ravisse, mais il n'a pas voulu me faire part du prix qu'il avait payé, dans un premier temps. Il m'a juste dit qu'il l'avait fait pour protéger son frère, certes, mais moi et ma meute aussi. Et moi.
  • Il m'a dit qu'il ne pensait pas avoir aimé qui que ce soit excepté son aîné. À part ces dernières nuits. Il m'a avoué que j'avais foutu un sacré bordel dans tout ça, que ça expliquait son comportement différent, chaotique.
  • Il m'a dit qu'il avait vécu sa renaissance assamite comme une libération, mais que le passé l'avait rattrapé et qu'on n'échappe pas à ce qu'on est. Puis il m'a « rendu la parole ».
  • J'ai repensé à Paris, à tous ces moments qui ont précédé sa mort. Je souffre de me dire qu'il se jouait de moi quand je pensais que nous parlions d'amour, quand je pensais que nous parlions de nos sentiments. Quand je pensais que nous faisions l'amour. Quand je pensais qu'il était distant parce qu'il était vieux jeu. J'ai mal au cœur. Je ne dois pas y penser, je ne dois plus y penser.
  • Je me suis sentie trahie, salie, et tellement nulle. Merde quoi. Ça fait mal.
  • Je doutais de ce qui avait suivi ses aveux. Une sorte de déclaration d'amour. En écrivant ces lignes et à chaque fois que j'y pense, je doute encore. Et j'angoisse, parce que je veux y croire.
  • On a un peu discuté mais je ne sais plus de quoi. J'étais mal, perdue, et je ne savais pas quoi dire. Il m'a demandé si je me sentais responsable. Je lui ai répondu qu'on pouvait difficilement faire plus conne.
  • Il m'a demandé comment étaient Mosh, Posh et Rosh, quand je les ai rencontrés. J'avais envie de lui dire qu'ils étaient cons comme des manches, mais j'ai pas osé, puis c'est pas vraiment sympa pour eux. Du coup je lui ai dit qu'ils étaient pas très malins. Il m'a demandé comment ils étaient maintenant. Je sais plus ce que je lui ai dis, mais c'était pas la bonne réponse. Il voulait me faire dire qu'ils étaient moins naïfs. Qu'ils avaient appris de leurs erreurs.
  • Il m'a dit que c'était sa faute, son erreur, son échec à  lui. Que se servir de moi était un échec pour lui. Pas pour moi. J'ai acquiescé bêtement. Il m'a demandé de lui parler. J'ai plaisanté en lui répondant que si je lui criais dessus la chaise allait disparaître et je tomberais dans l'abysse pour y mourir. Il m'a dit que j'y disparaitrais effectivement. Et mon cul s'est écrasé sur le sol dur et froid, tandis qu'il écartait les ombres en me disant de lui crier dessus. Je suis restée conne et il a rassemblé toutes ces ombres derrière lui, menaçantes, en me hurlant de lui crier dessus. S'il avait été en colère, je crois qu'il m'aurait fait peur.
  • Je me suis relevée et je lui ai mis une baffe, en lui disant « non mais ça va pas ? ». C'est tout ce qui m'est venu. C'est dur d'avoir envie de pleurer, de mourir de honte et de rassurer quelqu'un en même temps, tout en étant trop fier pour choisir de céder à l'un ou l'autre. Il a pas moufté, il a juste dit qu'il m'écoutait. Alors je lui ai fait un speech. Sur mes idéaux, sur le monde. On a déjà eu cette discussion, on en a parlé, je lui ai écrit, je ne sais pas ce qu'il attendait de nouveau. Il m'a demandé ce que Charlotte en pensait. Il voulait que je reconnaisse que j'avais fait comme tout le monde, que j'avais mis de l'eau dans mon vin, je crois. Je ne peux pas. Je peux pas renoncer à tout ça, à tout ce en quoi je crois. J'ai fait une erreur avec cet enlèvement et je l'ai réparée. Il m'a dit que c'est ce qu'il essayait de faire, lui aussi.
  • Il m'a dit qu'il était vieux, parano et manipulateur, et que ses erreurs avaient beaucoup plus facilement de grosses conséquences que les miennes, celles d'une jeune femme naïve. J'ai voulu me railler, en lui disant qu'il était gentil mais que c'était donner beaucoup d'importance à mon cœur. Il avait l'air triste quand il m'a souri en disant que c'était une façon moins flatteuse mais plus courte de le dire.
  • J'en viens à me demander si je le connais. Parano et manipulateur, je n'avais jamais pensé à lui en ces termes, pas comme ça. Tout ce qu'il me dit me peine, surtout parce que je crois qu'il souffre et je voudrais le réconforter. Je doute et ressens le besoin de me construire une défense alors que j'aimerais redevenir insouciante et lui faire confiance. Avec le temps, peut-être. Si je ne me trompe pas de voie.
  • Il a fini en me rappelant que je me fustigeais pour un échec, alors que lui se fustigeait pour ce qu'il m'avait fait. J'crois que ça voulait dire que c'était sa faute et que je devrais apprendre à ne pas retomber dans ce genre de panneau au lieu de me dire que je suis nulle.
  • C'est dur, parce que si j'avais été suspicieuse et sur mes gardes, au lieu d'être naïve et impressionnable, rien n'aurait été pareil, entre nous. Je m'en veux, et pourtant... j'ai du mal à regretter. J'ai peur de devenir paranoïaque et de me méfier de tout. Je dois surtout apprendre à faire dans la demie-mesure j'imagine, mais je trouve ça compliqué. Et puis, si je deviens méfiante je ne pourrais pas croire qu'il s'est attaché à moi et que ça trouble sa relation avec Lasombra. Après tout, qui pourrait le croire ? Si je racontais cette histoire à Papa... ou même peut-être à Dédale et Mosh, ils me riraient au nez. Enfin non, ils me consoleraient, et me diraient de l'oublier.
  • Enfin voilà, ensuite il a « changé de sujet ». Il a ouvert son col et m'a montré une tâche noire qui pulsait sur sa peau, près de son cou. Un noir abyssal, envahissant certaines de ses veines. Inquiète, j'ai touché du bout des doigts une peau froide comme la nuit, avant de lui demander ce que c'était. Il m'a ramenée à lui et m'a demandé si, avant qu'il ne me réponde, nous pouvions passer une nuit ensemble, « comme avant ».
  • J'attendais ça depuis des semaines. J'en ai rien à foutre qu'il ait été con, je veux croire qu'il a changé et que maintenant peut-être c'est différent. Au pire si je me trompe je serai très malheureuse. Autant que si je le quitte.
  • Bref, j'ai accepté, et il a fait un truc trop chelou. 'Fin... Y'a Julien qui m'a fait découvrir le voyage par les ombres dernièrement, ok, mais c'était différent. Samuel m'a entraînée dans les ténèbres, et nous y sommes restés, tous les deux. Ce n'était pas effrayant, presque doux et rassurant. Nous avons passé le reste de la nuit plus proche que nous ne l'avions jamais été.
  • Le lendemain nous avons mis Mosh et Mallory dans son refuge avant d'aller chasser, « comme avant ». Puis il m'a emmenée voir un ballet, parce que je voulais voir comment c'était. C'était joli, mais on s'en fiche. Nous avons passé quatre ou cinq heures ensemble, juste ensemble. Mais nous avons fini par rentrer.
  • Alors il m'a expliqué le « prix à payer », pour avoir diablé ce reflet de Lasombra. Samuel m'a dit qu'il n'était plus immortel, que Lasombra prêtait mais ne donnait pas, et qu'il en faisait partie dorénavant. J'ai cru voir mon monde s'effondrer, avant qu'il ne me dise qu'il pourrait probablement vivre quelques centaines d'années comme ça.
  • Je n'ai même pas trente ans. Je lui ai répondu que j'étais sûrement trop naïve, mais que j'avais le temps de trouver une solution. Il a pris l'information et a décidé, du coup, de passer au « cœur du sujet ».
  • « Je vais raser Londres. » Pour le Conclave, pour Charlotte, peut-être aussi juste parce qu'OldCastle est un connard, j'en sais rien.
  • Samuel est à Boston pour réveiller Léonidas, le troisième Archevêque. Le lasombra est en torpeur parce qu'il a tenté de percer le secret de l'Abysse, un reflet d'Umbra composé de ce qui constitue Obténébration. Il m'a décrit ça comme un grand pot d'encre de chine, avec des esprits et des abysses, pour faire très court. Peu de gens comprennent ce monde instinctivement ; Léonidas lui a compris et tenté de maîtriser et accroître son pouvoir pour se rapprocher et maîtriser l'Umbra. Maintenant, il est coincé dedans.
  • Du coup je lui ai parlé de Moranès, Runkel et Fi Niktuku. Il est plutôt content du plan qui se trame, ça pourra que l'aider à affaiblir Londres et se faire bien voir à Barcelone.
  • Donc d'abord il va récupérer son épée, puis Léonidas, puis tuer Fi Niktuku avec Julien on sait pas trop quand, et directement après il ira à Barcelone, pour monter le clan Lasombra contre Londres.
  • Il pense y être dans 9 mois, parce qu'il faut le temps de diminuer Londres au Conclave de la Camarilla, aussi.
  • Là, il m'a un peu fait peur.
  • Le lendemain je rejoignais Dédale, Noriko, Autarkis et Vincent à New-York, avec Mosh et Mallory. On a passé quelques jours plutôt remplis.
  • Quand les jumeaux se sont réveillés on a un peu paniqué et on leur a mis Charlotte dans les pattes, pour éviter qu'ils dépriment. Ils avaient l'air absents, très concentrés.
  • On a eu des discussions avec le Prince, qui avait l'air assez véhément. Je comprends un peu ce que voulait dire Julien, quand il parlait du protecteur et du vengeur. J'aime pas trop quand ils sont à cran comme ça. Bref, il nous a dit qu'il voulait nettoyer sa ville, qu'il voulait être « un Prince à l'ancienne ». Je comprends pas trop ce que ça signifie. En tous cas on a réfléchi avec lui aux gens qu'on voulait voir -ou non- dans la ville. Mosh a parlé au Prince d’Étienne, il est persuadé qu'il peut être un trémère rattrapable...
  • Y'a eu une série de soirées de deuils organisés dans la ville. Witchwood s'est effectivement occupé de celui de Simon, en nous envoyant des lettres sobres dans le genre. On était tous là, avec son fils, la Westen, Deloraison, Madison Clark, Xénophon et un humain, David Bowie. C'était en haut du Chrysler Building, au lever de soleil. Léonard a dispersé les cendres, puis il a tenté de faire un discours, mais il a renoncé. Il est resté longtemps après le lever du soleil, à pleurer des larmes de sang. Bref, Bowie a chanté Rock'n'Roll Suicide et peu de temps après les gens se dispersaient. Merde, ça me fait vraiment chier.
  • Dédale a été nommé Préfet en intérim. C'est assez drôle, mais finalement ça lui va plutôt bien.
  • L'ouverture de la nouvelle chantry trémère a servi à faire ce genre de soirée, aussi. On était invités, une bonne partie de nos alliés aussi, et les autres étaient de toutes façons occultés par Dâme Namira, en deal avec Deloraison. On avait prévu un gros coup. Le Prince avait mis en place un plan génial pour se débarrasser des trémères : chacun de nous devait en prendre un à part, pour lui présenter ses condoléances et l'occuper, jusqu'à ce que le Prince donne le top et qu'on les défouraille. Le « top » étant une sorte d'hommage à Dédale je crois, puisque le Prince comptait provoquer le primogène trémère pour l'occasion, l'insulter un peu plus directement que ce qu'aurait fait notre ami, mais dans le même style. Ça permettait de pas se les taper en rang d'oignon, en bloc d'un seul tenant... Au moment de choisir nos victimes, j'ai réussi à convaincre le Prince de me laisser Joseph Von Esterházy. Sérieusement, quelle plus jolie première rencontre qu'un duel entre un assamite et un membre important du clan trémère ? Je lui ai fait des yeux de chat potté et il a accepté. Bien sûr on a prévenu certains d'entre eux, comme Sylvie ou Étienne et Burns. Ouais, y'en a qui ont de la chance hein. Quand la soirée est arrivée, on était tous au taquet. Super sappes (mais pas trop super non plus, on savait qu'elles ne dureraient pas), préparation au poil, et c'était filé.
  • J'ai eu un peu peur, quand même. De loin il était assez impressionnant, le Joseph. Et plutôt pas mal d'ailleurs. Du gâchis. Enfin bref, la soirée a commencé tranquillement, puis le Prince a donné l'assaut, en lançant au primogène trémère un « Hey Joe » familier. Le type s'est retourné en ravalant son étiquette pour lui demander poliment « Oui mon Prince ? », et là Deloraison s'est lâché : « Tu comptes te foutre de ma gueule encore longtemps ? ». Il a commencé à l'insulter, lui et son clan de dégénérés, menés par un démon, se foutant de la gueule de leurs morts, et en en rajoutant à chaque fois que Joseph lui demandait courtoisement ce qui lui prenait, ce qui n'allait pas. C'était très drôle, surtout avec Dédale derrière, aux petites répliques assassines. Le Prince a fini par lui caler un coup de pommeau dans la tronche, avant de le prendre par les cheveux pour le traîner vers moi et me le balancer avec pour seul commentaire un « Cadeau ». Je l'ai laissé se relever tout en l'empêchant de parler, puis on a commencé les hostilités.
  • C'est même lui qui a commencé en fait. J'étais occupée à l'insulter en lui rappelant l'ire de mon clan pour lui et ses honnis frères, quand j'ai senti mon visage se déformer, ma peau s'affaisser, se tendre, changer. J'ai eu les boules quand je me suis vue, il m'avait vraiment bien défigurée. Heureusement ça n'a duré qu'une nuit. Tu me diras, si ça avait été permanent j'aurais plus eu besoin de m'inquiéter d'avoir des peines de cœur hein..... Bref. Il avait des pouvoirs sympas hein, il m'a eu plusieurs fois avec une sorte d'illusion et il m'a vidée de plusieurs points de sang en me touchant à peine, mais je l'ai eu sur la vitesse, un vrai massacre. J'espère que les nosfés ont filmé, ou je sais pas quoi, parce qu'à Alamut ils me croiront pas. D'un autre côté j'espère que les nosfés ont pas filmé, vu que Souricière a craqué et m'a roulé une pelle en finissant de lui crever les yeux, pour ensuite crier un truc genre « les nosfés au pouvoir », ou je sais plus quoi. Elle est pas mal pour un nosfé, mais ça reste pas terrible ce genre de trucs. Puis les nanas... M'enfin bon.
  • Mosh et Mallory ont décapsulé leur ennemi en deux temps trois mouvements, c'était parfait. Les mains avec des bouches, c'est pratique quand même.
  • Par contre Dédale il a craqué. Il s'est servi d'une bougie rouge qu'on avait trouvé chez les Giovanni et qui fait partir les vampires en frénésie. TOUS les vampires. Ça a été l'orgie. 40 vampires en fren' contre 40 mages en fren', ils ont été démoulés les pauvres. 'Tain ce que c'était bon.
  • Le Prince a fini par calmer tout le monde avant que ça parte en orgie de sang, diablerie et sexe, puis on a nettoyé. Deloraison a invité tout le monde à une fête, quelques jours plus tard.
  • En fait, son truc, c'était pas vraiment une fête genre méga-teuf. Deloraison s'est réaffirmé comme Prince de New-York, à grands coups de présence et d'intimidation. Devant tout le monde, il a convoqué à lui un à un tous les vampires de la ville, pour les virer ou les féliciter, les garder. C'était hard hein. Il a commencé par démettre Westwood de ses fonctions, limite en la traitant de connasse, en lui demandant de quitter la ville. Le poste de Westen est devenu vacant aussi, mais c'parc'qu'il lui a trouvé une place à Paris, qui n'est pas une ville à problèmes, en s'excusant de tout ce qui lui était arrivé. Il a pris Witchwood dans ses bras, puis il a remerciée et renouvelée Madison Clark. Il a réhabilité Xénophon et l'a foutu primogène trémère, c'était assez amusant. Maintenant dans la chantry trémère y'a Xénophon, Prescott, Sylvie, Matthew Sim, Georges (qu'est même représentant du clan à l'Élyseum) et Étienne (qui lui a un sceau de Damoclès sur la gueule : je connaissais pas, mais en gros la première lettre de son nom est sur la liste rouge, suivi d'un sceau de cire... il est à l'essai quoi). Jean a ensuite fait venir à lui Nikolaï Bellic, a commencé à lui parler puis l'a choppé par les couilles, en commençant à serrer tellement fort qu'on voyait limite ses yeux sortir de leurs orbites, et il a fait genre « On sait que vous en avez une grosse paire, mais si vous voulez la garder vous dégagez de ma ville ». TROP TROP CLASSE. Puis il a appelé Conrad, le primo brujah camariste, et il l'a pieuté en le lançant sur le côté, avec un « Les diabolistes c'est ici ».
  • Merde, là j'avoue que j'ai paniqué. Je me voyais déjà me faire pieuter et envoyer sur le tas. Et j'ai pu y réfléchir longtemps, parce qu'il m'a fait passer à la fin.
  • Vincent a décidé de rester, et il a été admis en ville, comme ravnos anarch, avec les remerciements du Prince pour son aide. Féodore a été présenté comme indépendant à légère tendance camariste, et accepté pour utilité publique. J'crois qu'il se fout de l'étiquette qu'on lui met du moment qu'on lui fiche la paix. Assan Alil a été reconduit et prestement remercié, apparemment le Prince a kiffé son style de combat (il liquéfie le cœur des gens). Jean a eu un petit mot pour Samson, c'était plutôt cool de sa part, même si j'crois qu'il a dit que j'étais toxique pour les personnes que je côtoie. Kane est passé à son tour, et quand Deloraison lui a dit qu'il pouvait rester il a crié à la machination et au scandale... y'avait l'air d'y avoir une certaine connivence entre eux deux quand même.
  • Cloak et Dagger ont eu le droit de rester, tout comme Phinéas Crane, Katharina Durance, Michelle Fowley, Adramelech, Desmond Gale, Thompson Gunner, Jason Trucker, Souricière, Barton Floyd et Janus, le malkav' pas l'autre (même s'il s'est fait recadrer par Deloraison). Ferguson peut rester aussi, mais le Prince est passé ultra rapidement sur son cas, il a pas l'air de l'apprécier plus que ça. Pédro peut rester, mais il a l'air d'hésiter à partir à Paris. Ça me ferait chier, je me suis habituée à ce qu'on s'occupe de ma tignasse, et il est doué le con. En plus Mallory veut s'le taper je crois. Ou Mosh, je sais jamais.
  • Chuck Finley s'est vu offrir le poste de primogène ventrue. Why not, il a l'air compétent. Le Prince a réhabilité Haskill et lui a rendu sa place de Chambellan. Petit con. En parlant de petit con, Arnaud a été nommé Préfet. Je suis assez perplexe quant à ce choix, mais je me dis que c'est pas plus mal, ça peut que l'aider à grandir. Il faut que je lui parle. Quentin Sharp s'est fait virer de la ville, avec une référence à des coups de pompes dans son derche s'il le faisait pas maintenant.
  • Autarkis n'a pas voulu rester, il veut voyager. Y'a un mec qui était absent, De la Tour. On a appris plus tard qu'il faisait partie du Cercle Berlioz, et Samuel les a tous envoyés pourrir dans les ténèbres. Sauf Maupertuis, lui il lui a laissé le choix et l'a laissé se barrer à Rome, j'espère qu'il recommencera pas là bas, mais j'y crois pas. Mais je comprends que Samuel ait pas envie de mettre ce genre de trucs inconnus dans l'Abysse. D'ailleurs le Prince est devenu complètement control freak avec ces gens d'un autre monde, il a décidé de remercier Namira et de lui demander de partir aussi. C'est José don Lopé le nouveau primogène nosfé... Et en passant, même si j'ai pas appris ça à cette soirée, Janus a été envoyé sur un nouveau « terrain de jeu », à Boston.
  • Avec tout ce ménage, je savais déjà que Burns ne resterait pas, quand il est arrivé devant le Prince : je pensais qu'il se ferait virer, ou qu'il déciderait de partir de lui-même vu le manque d'attractivité perverse de la nouvelle New-York. Mais je ne m'attendais pas à ce qu'il décide de partir avec Dédale. Faut croire qu'il l'aime vraiment bien.
  • Michael a été remercié par Deloraison, mais en fait c'est plus lui que le Prince qui a discouru. Il a pas sa langue dans sa poche le petit, c'était du beau blabla. Il a remercié tout le monde, mais il a décidé de partir avec Dédale, pour une vie d'aventure avec son mentor.
  • Quand Dédale s'est présenté devant Jean, ça a été très émouvant. Le Prince est parti dans un laïus enjôleur sur la trop grande compétence de Dédale au poste de fléau. Alors après il a dit qu'il lui aurait bien proposé le poste de bouffon. Là j'avoue, j'ai fait la même tronche que Dédale, j'ai pas capté. Mais il a expliqué que les bouffons c'était genre les seuls qui pouvaient se moquer du Roi, qui devaient lui rappeler sa place et sa condition par l'humour et des mots bien sentis. J'ai repensé à Notre-Dame « la » Limite, et aux insultes qu'on se prenait dans la tronche quand on rentrait pas dans le rang. Merde, y'a quand même de la racaille chez les enfants de Set, et en plus ils s'insultent avec des mots qui n'en sont pas. Des insultes. Enfin bref, on a capté quoi, et ça lui aurait été comme un gant. Mais Dédale a décidé de partir, avec Noriko. Une genre de croisade prophétique contre l'hérésie trémère doublée d'une lune de miel. Ça me rend triste. Je comprends hein, mais il va me manquer ce con. On se reverra sûrement quand il aura décimé le clan des mages.
  • Mosh a été appelé ensuite. Le Prince a rappelé ses origines controversées, le fait qu'on pensait de lui qu'il était frère du sang, puis il a « avoué » devant tout le monde qu'il était en fait un brujah en mission d'infiltration au Sabbat, le seul rescapé de son trio, et un agent de Vaudert. Il lui a proposé en échange de ses efforts la possibilité d'accepter le poste de primogène brujah anarch. Ben il a accepté, tu parles.
  • Ça a été le tour de Mallory ensuite, on a rappelé ses bons résultats en tant que « garde du corps de la Comtesse de Malibran », et Deloraison lui a proposé le poste de primogène brujah camariste... Ça y est, ils font la paire sur tous les plans.
  • Madame la Comtesse est passée en troisième, pour se voir proposer le poste de primogène toréador. Elle a accepté aussi, avec beaucoup de plaisir. Je comprends pourquoi le Prince m'avait posé cette question bizarre sur elle.
  • Quand ça a été mon tour j'ai regardé Conrad avec angoisse. En plus le Prince qui domine son Élyseum et impose le respect de façon surnaturelle en commençant à débiter ton nom complet pour t'appeler, ça amène pas la confiance genre. Je suis arrivée devant lui en essayant de rester digne, et je me suis pris une volée comme je m'en étais pas prise depuis longtemps. Depuis mes 12 ans peut-être. Je me suis retrouvée à terre, et j'osais même plus le regarder. Son discours a été en deux parties je dirais. La première où il expliquait que j'avais brisé ma promesse, manqué à ma parole, que je devrais avoir honte de pratiquer des actes barbares et horribles qu'il m'avait interdit de le faire sur son territoire ; mais que dans sa grande mansuétude, bienveillance et indulgence, il me pardonnait. Tain, Propret. Sérieux, vu la pression des triplés, j'y pensais même plus. Puis je regrette pas, il avait bon goût, et il nous a aidé à obtenir assez rapidement certaines informations. Mais putain j'avais complètement oublié ce détail, cette interdiction. Fais chier, je l'avais respectée jusque là pourtant. Quelle conne, je l'ai bien méritée cette baffe. Je me suis sentie honteuse, attendant qu'il me renvoie je ne sais où. Mais il est venu vers moi et s'est agenouillé pour m'aider à me relever. La seconde partie de ce qu'il avait à me dire était plus agréable. Il a déclaré à la salle que je faisais preuve d'un idéalisme dont beaucoup devraient s'inspirer et prendre exemple. Que même si dans mes principes et règles de conduite il désapprouvait certaines pratiques ignobles propres à mon clan et à ma voie, il reconnaissait ma vertu et mon discernement. Comme il en fut pour mon ancêtre à son époque, il proposa de me nommer juge des affaires vampiriques. J'ai accepté, un peu choquée par ce chaud sur du froid, en me disant que celle-là aussi, je l'avais méritée.
  • Je sais pas ce que ça va donner cette histoire, je sais pas ce que je suis censée faire. Puis j'dois pouvoir voyager moi quand même... Non mais le Prince va sûrement nous coacher, puis on est pas cloitrés à vie, on doit pouvoir genre déléguer. J'vais t'en former moi, des dignes représentants des principes d'Haqim. Si tu veux j’omettrai la diablerie, mais je peux t'en faire, des idéalistes. J'adore déjà ce nouveau poste. Papa va sûrement être encore plus fier de moi.
  • Enfin bref, après m'avoir humiliée et récompensée devant sa ville affaiblie, le Prince a déclaré avoir une surprise pour Dédale. Les portes du fond se sont ouvertes et Noriko est apparue au bras de Witchwood, habillée d'une robe blanche. Tain, je m'y attendais pas, et Dédale a été surpris aussi. Elle m'a demandé d'être son témoin. Puis à Mallory. Dédale a choisi Michael et Mosh. Ils se sont mariés dans ce cadre, se sont échangés leurs consentements devant une assemblée muette. C'était vraiment touchant, plein d'émotions et de sincérité. Je crois que... j'aimerais bien que Samuel me... 'Fin qu'on prenne ce genre d'engagement, un jour, nous aussi. 'Fin je sais pas. Quand il ne servira plus Lasombra, qu'il sera libre, s'il me demande de l'épouser ça montrera qu'il tient vraiment à moi, je crois.
  • Je vais le délivrer de cette emprise, je refuse qu'il meurt jour après jour, dévoré par la puissance de son ancêtre. Détruire les reflets de Lasombra, ça devrait le détruire, non ? Je dois me renseigner, apprendre sur ce clan, sur la puissance des antédiluviens. Comprendre. Être une fois encore un Hercule. Je ne vais pas en parler à Samuel, je ne sais pas ce que cette diablerie consentie lui donne comme relation avec sa tumeur.
  • J'ai reçu une lettre de Papa. Ça m'a fait du bien, même si je m'inquiète pour lui. La situation à Alamut semble instable. Puis cette histoire de prisonnier masculin avec un utérus et qui est mort de faim alors qu'il était entouré de fromage et de tomates. Pff, ça fait penser à Janus et ces dégénérés d'un autre monde.
  • Il me parle de Samuel, aussi. Il a reçu une lettre de remerciements de sa part, pour ce qu'on a fait. Papa parle de l'amour comme d'une « illusion éphémère qui peut seulement berner les mortels ». Ça fait un peu mal de lire ça, après tout ce qu'il s'est passé. J'ai vraiment pas envie de le croire, j'ai peur de savoir qui de nous deux a raison. Mais il me dit aussi qu'il est très fier de moi. Il pense que j'ai montré à Samuel que j'étais de ceux qui « saisissent leur destin au berceau pour mieux le dompter ».
  • Avec sa lettre, 5 bougies étaient posées, avec une lanterne, la Lumière du Vizir. Il m'offre cette relique pour que je sache, dans mon refuge, si ceux qui rentrent sont mes alliés ou des traîtres. Je ne l'ai pas encore installée, je ne sais pas trop où la mettre. Au Moulin ? Dans un nouveau refuge ? Je ne sais pas.
  • Dans sa lettre Papa me dit de pardonner les petites fautes, mais de ne pas les oublier. Que c'est dans les détails que se révèleront les traitres et les fidèles. Juger les caïnites qui doivent l'être devant tous me fait moins peur que de juger les personnes de mon entourage, ceux en qui j'ai confiance. L'erreur de jugement me paraît moins grave, parce qu'elle ne me concerne pas. Pourtant je ne devrais pas avoir ce putain de raisonnement, c'est pas digne d'un juge. Je peux faire des erreurs, parce que je n'ai pas la science infuse et qu'on m'a jamais appris à être perspicace ou méfiante dans mes relations avec les gens. Faut juste que j'essaye d'apprendre.
  • Avec la lanterne, les bougies et la lettre, sur mon bureau, il y avait aussi les contes des milles et une nuits ouverts à la première page de la caverne d'Ali Baba. Je me demande si ça ne veut pas dire que le refuge est vraiment très mal protégé... Amaravati m'avait dit d'apprendre à détecter et placer des pièges, c'est vrai que je n'ai pas fait d'efforts de ce côté-ci. Je devrais peut-être m'y mettre.
  • Je devrais aller à Alamut, très vite. Papa a besoin de soutien dans tout ce bordel que je ne peux pas comprendre d'ici, même s'il ne l'avouera pas. Puis ça nous fera du bien de nous revoir, de parler ensemble. Le départ de Dédale m'attriste un peu, je pourrais relativiser une fois dans mon nid. Sans compter que les archives et la bibliothèque me donneront peut-être des informations intéressantes sur la justice d'Haqim et le clan lasombra. Il faut que j'en parle à mes compagnons.
الحكيم هو أكبر
« Modifié: juillet 15, 2013, 14:06:06 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
« Réponse #7 le: février 18, 2013, 16:17:04 pm »
09/06/2012
Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

Citer
  • Après la soirée et la réfaction de la cité, il s'est passé un truc étrange. Le Prince nous a demandé le sablier de Rothstein, puis il a disparu de la circulation pendant une semaine. Witchwood a pris la régence pendant ce temps, en décrétant qu'y'aurait juste pas d'Élyseum pendant une semaine.
  • On s'est pas mal reposés de tout ce chantier pendant ces quelques jours. Je me suis mise à la méditation d'ailleurs, la Mouraqaba. Je pense à Haqim, aux sages d'Alamut, et je me sens mieux. Enfin, c'est plus compliqué. Je réfléchis vachement à la religion en ce moment, mais vraiment, ça me tente moyen. Haqim sera toujours au dessus de tout ça. Et ses préceptes sont justes.
  • Bon, j'ai quand même pas rien glandé, j'suis passée voir Vaudert pour savoir comment il allait. Il m'a tenu un discours que j'ai pas vraiment aimé, expliquant qu'il avait pas la puissance requise pour son poste, qu'il se ferait bien les dents sur quelques types qu'il mettrait sur liste rouge, un jour. Ouais, euh, ok. Il m'a demandé si sur le principe, j'étais d'accord. Je savais pas trop quoi lui dire. S'ils sont sur liste rouge, c'est qu'ils le méritent, probablement. De toutes façons j'irai pas diabler quelqu'un qui ne le mérite pas de mon point de vue. Du coup j'ai accepté. En me disant que Deloraison allait me tuer. M'enfin, on sera pas obligés de faire ça chez lui.
  • Deux jours après que le Prince se soit barré, on a reçu une invitation pour une soirée à l'Élyseum, en fin de semaine. Pour la présentation de son infant. Why not, ça fait toujours une soirée mondaine. Les dernières étaient sympas je veux dire, entre celle chez Westen où j'étais collée à Samuel et celle chez les Trémères où on a tué tout le monde. Moi je commence à aimer le beau monde.
  • Puis, pour la présentation de l'infant de Jean, Samuel serait sûrement là. C'est un peu chiant en ce moment, j'ose pas le déranger avec son truc de Léonidas, du coup on se voit vraiment pas souvent. Surtout avec tout le chantier qu'il y a eu. Quand on se voit, c'est comme au début de notre relation. J'ai l'impression d'être redevenue cette petite chose ignorante qui n'osait pas. Oh, je lui parle assez facilement de nous, et de moi. Mais je ne sais pas quoi faire pour lui. Comme si je n'avais à lui apporter, au final, qu'un peu de détente. Je sais pas.
  • Bref, pour être la plus belle pour aller danser, j'suis allée voir Pédro. Il était occupé avec Mosh et Mallory, parce que les trois là font ménage ensemble. Je veux pas en savoir plus. Enfin voilà, je voulais pas les déranger, moi aussi j'aurais aimé être en train de suivre les rythmes de Samuel, donc je suis allée m'acheter une robe. Et genre Pédro, quand il l'a vue, il l'a jetée. 'Tain, faut vraiment que me renseigne sur la mode, je sais pas.
  • Il a commencé à me coiffer, j'avais pas de demande particulière. Par contre lui savait exactement quoi faire, puisqu'on lui avait laissé des consignes, au cas où je me pointais. Un type qui se fait appeler EL HOMBRE QUE SOY, Celui qui est ou un truc comme ça. Putain d'espagnol. Il avait donné une robe à Pédro, pour moi. Une sorte de truc à froufrous, ça ressemblait à une robe de poupée que j'avais quand j'étais petite, genre euh... flamenco je crois. J'étais pas super à l'aise, mais Pédro m'a trouvée canon avec.
  • Au début j'étais vraiment pas sûre. Je veux dire, techniquement, je crois que ça se fait pas trop d'accepter les cadeaux d'un homme quand c'est pas celui avec lequel on sort. D'autant plus quand c'est genre « sois jolie pour moi ». Puis après, j'me suis dit que c'était peut-être Samuel, justement. Bon ok, Pédro me l'a décrit comme un super-grand brun ténébreux, m'enfin je sais pas, moi si je le voulais je pourrais être une rousse à forte poitrine. Bref, j'y suis allée comme ça.
  • L'Élyseum était classe, bien redécoré, avec une scène et un rideau. Comme en Crète, ah ah. Y'avait beaucoup de rumeurs sur l'infant du Prince, genre s'il avait étreint un gros badass pour remplacer Simon, ou un petit fourbe pour le remplacer lui, ce genre de trucs. La Comtesse et M&M's se sont fait alpaguer par leurs gens, du coup je suis restée dans mon coin pour essayer de voir qui pouvait être ce Hombre machin. Mais putain, y'avait trop de nouveau.
  • Puis de toutes façons le Prince s'est pas fait attendre, il est arrivé tranquille, frais et dispo comme s'il s'était reposé un an plus qu'une semaine. Hin hin hin. Bref, le rideau s'est ouvert et il nous a présenté son infantE. Elle devait avoir la trentaine, légèrement typée asiat', les cheveux bruns coupés très courts, dans une robe gris anthracite qui faisait assez militaire dans le genre. JULIENNE DELORAISON.
  • Jean a fait tout un speech sur le renouveau, sur le fait que la ville devrait revivre, et qu'il allait permettre à d'autres de faire comme lui, qu'il allait passer voir chacun au fur et à mesure, blablabla. Bon c'était bien mignon, mais la politique ça m'intéresse pas. Et j'veux pas d'infant, c'est trop bizarre. Alors quand il s'est avancé vers moi après son discours, j'ai senti les emmerdes. Il s'est approché, s'est penché à mon oreille et a murmuré : « Je suis très amusé de savoir que tout le monde pense que je vous donne ce droit en premier. Il faut que vous soyez dans mon bureau dans 10 minutes, nous devons discuter ». Bon. Du coup j'y suis allée de mon « Merci mon bon Prince », le plus bruyamment possible, puis il est parti. Pff, ça recommence.
  • Il a fait son petit bin's à tout le groupe, ce qui a commencé à faire jaser les autres caïnites. D'ailleurs Phinéas Crane a demandé à la Comtesse d'appuyer sa demande d'infant, parce qu'il a beaucoup de taff, touça. Comment ça doit être chiant d'être primogène. Bref, y'a que Mosh qui n'a pas été convié à la réunion, le Prince lui a demandé de surveiller un peu l'Élyseum, pendant ce temps. D'ailleurs heureusement, parce que si j'ai bien compris Chuck Finley a fait picoler Julienne pendant que son sire avait le dos tourné. Enfin bon, elle est grande.
  • Jean nous a rejoint dans son bureau 20 minutes plus tard, parce que la ponctualité c'est pour les losers, et il nous a retourné la tête. Genre il nous rend le sablier en disant merci, puis il nous a demandé, en tant que « faveur », de prendre son infante dans notre groupe pour lui faire découvrir la vie vampirique. Mais. MAIS MEC, ON EST DES OUTCASTS DU MONDE VAMPIRIQUE ! Vas-y qu'il me sort du « Je pense que vous êtes honnête et juste malgré vos pratique barbares ». Tain, il a de la chance que je l'aime bien le Prince, parce qu'il me saoule avec ça. À Sophia par contre ça fait des ronds-de-jambe à base de « Quelle fleur pourrait faner sous l'éclairage radieux des lumières de la Comtesse ? ». Mais Fuck, moi aussi je veux des compliments ampoulés pour dire que t'es bonne, au lieu qu'on me rabâche que je mange salement. Et à Mallory, il lui a dit qu'elle trouverait en Julienne une combattante émérite Donc en gros, j'ai pris ça pour du babysitting ++ d'une infante fraichement étreinte, très précieuse, à peine formée et qui en plus peut te mettre des tartes. Sérieux.
  • Ben on lui a dit oui. Parce que Dédale vient de partir, que Posh vient de mourir, parce qu'on peut pas lui dire non, puis parce que ça lui rendait service. Quand je dis qu'il nous a retourné la tête. En plus l'adapter à la vie vampirique... Entre la comtesse qu'est déphasée, M&M's qui sont en deuil et l'Assamite qui sait pas se tenir hein, je sais pas ce qu'il espère exactement. Enfin, je savais pas.
  • Sophia a demandé au Prince s'il connaissait ASMODÉE, un caïnite fraichement arrivé qui avait l'air de la foutre mal à l'aise. Il nous a dit qu'il avait correspondu avec lui, qu'il était Kyaside, qu'il venait probablement à cause de celui qu'elle avait zigouillé, mais qu'il avait pas les détails. M'ok.
  • Avant de partir je lui ai demandé s'il connaissait pas El Hombre Que Soy. Il a eu un moment d'arrêt, un sourire, puis il est parti sans rien dire. OH. JE VIENS D'ACCEPTER D’ÊTRE LA NOUNOU DE TON GOSSE, RESPECTE-MOI SINON JE L’AFFAME. Fuck. Je l'ai tanné et il s'est juste marré en me disant que c'était un dandy hispano-mexicain qui devait m'attendre en bas. Dandy ça veut pas dire gay ? J'me suis dit que ça devait pas être Samuel du coup.
  • En descendant en triturant le bras du Prince pour qu'il me lâche son info pourrie, Witchwood m'a chopée au passage. Un orchestre s'était mis en place et il voulait danser avec moi, qu'on soit ridicule à deux. J'ai pas très bien saisi là, il se trouve ridicule si il veut dans son costard, mais moi j'suis bien dans mes talons. Enfin bon, après ça il m'a fait un compliment je crois, en me disant qu'on avait presque le même statut, qu'il pensait pas que j'arriverai là y'a 8 mois. Moi j'ai pas l'impression d'être à son niveau, et je lui ai dit. Déjà y'a tout le monde qui tutoie tout le monde et ça me choque, putain. Vu que je lui ai demandé, il m'a dit qu'il accepterait de m'apprendre à endurer, s'il n'y avait que ça qui m'intéressait. Mais qu'il aurait aimé m'enseigner la politique. Bordel oui, DO NEED. Puis là j'ai pas compris, on a changé de partenaires. T'sais genre comme pour les chaises musicales, tu t'arrêtes t'en prends une autre, sauf que là tout le monde en avait une pour lui donc personne se pressait. Enfin je me comprends.
  • Et donc à ce tour-ci, je suis tombée sur le Prince, qui m'a dit qu'il était désolé de m'imposer ça, ce genre de soirées, touça. J'lui ai répondu que j'aimais bien danser moi, et genre il était étonné. Oh et puis fuck hein, à quoi bon. Entre celui qui me trouve ridicule et l'autre qui pense que je suis Dr Jekyll avec des talons, c'était plus la piste de danse que je foulais du pied, c'était limite mon égo. Je mettrai plus de robe comme ça ça les confortera dans leur idée que je suis un mangeur d'âmes qui n'aime pas danser ni prendre soin de son corps. À ce moment là, Samuel me manquait vraiment. Zut, lui il me faisait des compliments même quand j'étais... naturelle. En plus vu que j'avais plus envie de parler à Jean j'écoutais la musique, et genre c'te chanson d'amour déprimante, qui dit que le type a vécu l'horreur mais que rien n'a jamais été pire que ce que sa meuf lui fait subir, ou un truc comme ça. Et qu'elle doit s'occuper de lui et de ce qui va pas, parce qu'il en a marre de toujours être celui qui sourit et s'excuse. Du coup au moins ça m'a passé l'envie de voir Samuel, tant que j'aurais pas trouvé à quoi je pouvais bien lui servir au juste. Puis de toutes façons j'ai changé de partenaire, et de préoccupations.
  • Le mec qui m'a fait danser ensuite, c'était le nouveau qu'on avait repéré, parce qu'il regardait bizarrement la Comtesse. Il s'est présenté comme s'appelant Asmodée. Lui il m'a parlé boulot, genre « C'est vous le juge ? ». Il m'a demandé si je me sentais capable, si j'avais de l'expérience. Il m'a aussi demandé ce que pensait Assan de ma nomination. On a parlé vengeance deux secondes et il a fini par me dire qu'on se reverrait, dans le cadre de mes fonctions. Là je me suis demandée s'il allait pas faire une connerie. Mais j'ai encore changé de préoccupations, après avoir changé de partenaire.
  • Il s'est présenté comme étant El Hombre Que Soy. Sérieux, je sais pas ce que le Prince il voulait dire par dandy, ce type c'était un minet des boucles d'oreilles aux pompes. On te l'aurait vu dans la cité il serait ressorti avec la boule à zéro. C'était assez gênant de danser avec lui, surtout avec cette robe. J'étais interdite, je pensais à l'autre timbré qui allait sûrement faire une connerie, aux goujats de merde avec lesquels j'avais dansé, et je me disais vraiment que putain, j'aurais aimé être avec Samuel.
  • C'est pour ça qu'au début j'ai pas vraiment relevé ces petits détails qui me faisaient penser à lui, chez l'Hombre. Puis finalement quand j'ai osé regarder son visage, j'ai vu celui de Samuel s'y dessiner, furtivement. Il m'a souri et m'a demandé comment se passait ma soirée, comment ça allait. Je lui ai dit que tout allait bien. J'crois que m'arrêter de danser pour le prendre dans mes bras et lui dire qu'il me manquait, ça aurait pas tout à fait totalement collé avec son personnage. 'Fin j'en sais rien, je le connais pas.
  • De toutes façons on dansait, et la musique s'est arrêtée. Puis ben après, on a pas vraiment eu le temps de rester ensemble. Comme d'hab.
  • Asmodée s'est avancé au centre de l'Élyseum, pour soumettre un défi à la Comtesse. Une petite devinette. Là il a dit quelque chose et j'ai complètement bloqué, comme tous, dans une sorte de catatonie méditative. Putain, il me fallait la réponse. Y'a juste Sophia, qui a vite changé d'air.
  • Quatre tentacules gigantesques se sont formées de ses cheveux, laissant suinter sur elle une sorte de liquide verdâtre. La créature hurlait des borborygmes indescriptibles en suivant Asmodée qui tentait de l'éviter tant bien que mal. Ça a fait des putain de dégâts dans l'Élyseum. Elle a fini par le choper et l'étrangler, pendant que l'on reprenait conscience pour enfin comprendre ce qu'elle lui disait. En gros, ça se résume assez bien à « Comment oses-tu essayer de m'appâter avec de telles balivernes, je n'ai aucun secret, c'est moi qui les crée, petit impudent (ndla : fdp), je manipule tout, je vais te laisser vivre pour que tu vois ton sombre destin se réaliser par moi », ce à quoi Asmodée a répondu « Chouette, on commence quand ? ». Classe.
  • Sophia est tombée inconsciente. Le type l'a prise dans ses bras, s'est excusé auprès du Prince en disant que c'était prévu, puis il l'a déposée en laissant une clé sur elle. Puis il est parti. Je suis allée chercher la Comtesse pour l'occulter tant bien que mal et la protéger de la rumeur qui grandissait, parlait de baalis et se demandait pourquoi au juste on avait tué les Trémères, si c'était pour se choper ça. Deloraison a mis un terme au brouhaha, puis il a demandé un truc à Samuel, en espagnol. Techniquement, ça devait être un truc genre « Frérot, tu pourrais leur laver le cerveau s'il te plait ? ». Ouais, je me suis mise à l'espagnol. Nous on a été envoyés fissa dans son bureau, avec Witchwood, Vaudert et Julienne.
  • Le Prince est arrivé, a sorti son tableau noir. Il a effacé « Problème Trémères » et « PROBLÈME SABBAT » pour y foutre « Problème Comtesse ». Tain c'est marrant ce côté maître d'école, mais je trouve que ça nous va bien. Bref, on a réveillé la Sophia, et il lui a demandé si elle avait appris plus sur son démon. Du coup elle lui a parlé de ce qu'on avait appris dans le Labyrinthe, et j'ai appelé Prescott en lousedé parce qu'il devait bosser sur le Millénium Xarxes et qu'on avait oublié de le recontacter, mais j'ai pas réussi à le joindre, j'ai juste eu Sylvie qui me disait qu'il jouait au golf. Super. Bref, Jean nous a dit ce qu'en pensait Asmodée, ce qui ne nous a pas appris grand chose. Sauf qu'il a l'air d'en vouloir un max au démon de la Comtesse. Et qu'il voulait pas la tuer, parce que la clé c'est un truc genre vieille tradition espagnole où la nana tu la tues pas mais elle décide de s'enfermer toute seule au couvent. Ou alors il est juste vieux, et/ou macho. Comme Deloraison, qui n'a pas envie de tuer la Comtesse mais avait l'air d'aimer cette tradition.
  • Et donc là, out of the blue, t'as Julienne, ou plutôt Juun, qui nous a sorti qu'elle était True Brujah. Enfin non, d'accord, pas sorti de nulle part. En gros on était en train de mettre nos informations en commun concernant Asmodée, et genre elle nous a dit qu'il l'avait « reniflée », en commentant à base de « J'y dénote le temps qui passe, la trahison, le fini et l'infini », ce qui lui a fait dire qu'il savait qu'elle était brujah véritable, et ce qui nous a fait dire WTF ?
  • On a continué à discuter, sans vraiment relever plus que ça parce qu'on y a pas pensé, alors qu'on avait beaucoup de choses à demander au Prince selon moi, en commençant par « Tu pouvais pas nous le dire, bitch ? ». Au lieu de ça je sais plus sur quoi on est partis, mais je sais qu'on a fini par moi qui fait une blague sur la diablerie des types sur liste rouge, et genre Deloraison a fait sortir tout le monde pour me coller une fessée. Je m'y attendais pas, et putain ça a fait mal. Heureusement que j'ai des réflexes, personne n'a rien entendu à part le premier coup claquer. Et je crois que ça l'a poussé à me mettre encore plus cher. Sérieux quoi, c'était juste une blague. Je suis sûre qu'il aime juste me faire chier, par principe, parce que lui, il a le statut pour. Alors que moi, je m'en prends à chaque fois. Pff, c'est pas juste.
  • Mosh et Mallory ont décidé d'aller voir leurs troupes, du coup j'ai embarqué Juun et la Comtesse pour parler à Prescott, après qu'il nous ait invitées à jouer au golf, qui est un jeu auquel les femmes ne jouent pas. Ou un truc comme ça.
  • En descendant et avant de partir, je suis passée vite fait voir El Hombre Que Soy de la muerte. C'est amusant, maintenant que j'y pense, mais ça me rappelle aussi le début de notre relation. Je le vois et je ne sais pas comment me comporter, parce que je ne sais pas qui il est, comment il est, ni ce que je dois faire. Bref, je lui ai demandé si El Hombre Que Soy s'installait officiellement en ville, ce à quoi il m'a répondu oui. C'est vraiment cool. Je crois que rien n'aurait pu me faire plus plaisir en ce moment. Ou peut-être une petite diablerie en famille, mais c'est pas le même genre. Enfin bref. Je me suis inquiétée de savoir comment avançait ses « affaires », et il m'a dit qu'il ne trouvait pas Léonidas. Il pense que Lasombra ne veut pas qu'il le retrouve...
  • Y'a ça aussi. Je sais ce que je peux faire pour Samuel, mais je peux pas lui en parler. J'veux dire, à part Sépulcre, je lui ai pas amené grand chose dans notre relation. Je pourrais lui offrir sa liberté. Je vais lui offrir sa liberté. Mais si je lui en parle ce sera même plus envisageable. 'Fin bref. C'est chiant.
  • On est donc allées à la Chantry Trémère. Mh-mh. C'est un peu n'importe quoi là bas. On a trouvé Prescott à poil sous un kilt, , avec des chaussettes qui le remontaient jusqu'aux genoux et des gillies. Il a failli nous éborgner avec je ne sais quoi. Il joue au golf dans ce lieu en essayant de défoncer tout ce qu'il peut de l'ancienne déco, si j'ai bien capté. Notre discussion avec lui a été très intéressante, et très drôle pour moi.
  • Prescott avait avancé ses recherches. Mais il n'osait pas en parler à la Comtesse, parce que c'est une femme. Au début on a pas compris, puis il a lâché le morceau. Ce démon se fait appeler le Prince des secrets, et si Sophia est encore en vie, c'est probablement parce qu'il la trouve insipide, sinon il la mangerait. La Comtesse a répondu que ça lui allait très bien et Juun, attirant mon attention, a passé son temps à me singer des questions pour savoir si elle devait taper Prescott dès qu'il était discourtois ou grossier.
  • Elle est amusante, on dirait moi il y a quelques années, quand je prenais du temps libre à Alamut, quand je ne savais pas encore qu'Haqim avait disparu. Elle me rappelle ces petits moments où plus rien ne nous retient, où on peut faire ce qu'on veut. Où on découvre plein de choses. Tellement mignonne.
  • Enfin voilà, un des livres que Cédric a étudié parle de 17 Princes d'un autre plan, du même genre que nos antédiluviens mais avec chacun un domaine de prédilection. Là ça a fait tilt, Janus nous avait dit qu'il était prince dans son monde. Du coup quand Prescott nous a parlé de SHEOGORATH, Prince de la Folie, on lui a attribué. MEPHALA, Prince de la trahison ? Maupertuis. Pour Namira c'était moins sympa, elle est genre Prince de l'immondice. Mh-mh. Et Hermaeus Mora est Prince des Secrets, de la Destinée et des Mensonges...
  • Connaître son nom Céleste c'est cool, mais il faut qu'on en apprenne plus sur lui, pouvoir comprendre ce qu'il est, pour l'invoquer. Apparemment le plus utile pour le découvrir ce serait de choper l'Oghma Inifinium, un bouquin qui, théoriquement, compilerait toutes les infos qui existent sur lui. Mais qui rendrait fou. Mh-mh.
  • Ah, j'ai enfin demandé à Prescott qui l'avait torturé chez Everett. Un certain DOMINIQUE LANDRU. Il m'a demandé pourquoi, mais en fait à peine j'avais fini de dire que « ben Samuel a les mêmes traces que vous donc... » qu'il changeait de sujet.
  • Après tout ça, On a eu une longue discussion avec Juun. Il est mignon Deloraison, mais il lui a jamais parlé des démons et de tout ce bordel. Il a du oublier. Je lui ai expliqué notre histoire, de mon point de vue. Les triplés, Everett, Haqim, Dédale, Paul, les jumeaux, les voyages, les reliques, les démons, Mallory, les baalis, la Comtesse, Mosh, puis elle. Je crois que ça fait beaucoup à assimiler d'un coup, et qu'elle était un peu perdue.
  • Mais du coup, ça nous a au moins permis de connaître sa vie à elle, pour la suite. Son sire s'appelait XAVIER MALRAUX. OldCastle l'a fait tuer, parce qu'il a un problème avec toute sa lignée, en commençant par Everett et son infant Pierre Basile. Oui, ça je l'avais déjà lu chez Samuel... Donc l'autre connard tient Everett responsable, et il n'aide Jasper qu'en espérant qu'un jour celui-ci n'aura plus besoin du vieux et qu'il le laissera le tuer. Elle a jamais vu Everett, ce qui est une chance pour nous. Quand son sire s'est fait tuer, elle avait 2 semaines d'existence vampirique. Elle s'est fait pieuter, et quand elle s'est fait dépieuter c'était Deloraison qui était là. J'ai pas trop capté s'ils étaient à Londres ou à New-York à ce moment, mais osef, c'est des détails. Par contre j'ai très bien compris qu'elle lui a pété le nez quand il lui a retiré le pieu. AH AH AH. Ouais, des détails. Bref, il l'a formée pendant la semaine où il était pas là, avec le sablier. Il l'a adoptée, et même fait rentrer à la Tal'Mahe'Ra. Quand je disais qu'elle me faisait penser à moi, ah ah. M'enfin, avec tout ça, je dirais plutôt qu'on dirait moi y'a quelques mois. MH. Bref. Elle a une épée et une dague, Triomphe et désespoir, qui ont été formées dans des alliages de la mort et ont appartenu à des guerriers d'exception. C'est plutôt cool. Et Deloraison voudrait qu'on récupère Everett et qu'on le ligue avec nous contre Jasper, OldCastle et les vrais méchants. Je grince des dents, mais je suis d'accord au fond. Bref.
  • On a décidé de rester dans le même sujet et d'aller parler avec Asmodée, tout simplement. On a préféré éviter d'y aller avec Sophia, mais Chaber est venu avec nous. On a commencé par aller à Harlem, à l'adresse d'où partait les lettres qu'avait reçu le Prince. C'est bizarre hein, y'avait un type en costume de Spirou qui écrivait des lettres, des milliers de lettres. Enfin, non, il en écrivait une, mais quand on lui a demandé Asmodée pour parler de la Comtesse il a ouvert la porte d'une pièce où y'en avait genre des tonnes, et il en a sorti une et voilà. Dessus, y'avait une autre adresse.
  • On s'est donc retrouvés à Midtown, dans un immeuble de bureaux au sommet duquel trônait un bar à la con. Juun a été très drôle encore, le reniflant à son tour. Bon, elle y a pas senti la finitude de la trahison du destin, mais elle nous a pas dit qu'il sentait bon non plus. On a fait comme d'habitude, on a tout balancé. Ça l'a un peu surpris, ce qui est pas étonnant, et il nous a dit que le vampire que le démon avait tué, AZAZEL, était son frère de clan et le plus à même de régler toute cette histoire. Ensuite il a enchaîné, très sûr de lui, en disant que Mora utilise le vol de l'esprit, une discipline qui ressemblerait à mytherceria, vole des connaissances en ne laissant aucun souvenir et finit par prendre la vie de la personne visée.
  • On lui a proposé de nous liguer contre ce démon ensemble, pour trouver un moyen d'épargner la Comtesse. Il nous a expliqué, à Juun et moi, par lien mental, qu'il pourrait se confronter à Sophia pour voler l'esprit du démon, ou un truc comme ça. No Way. Et j'ai du expliquer à Juun pourquoi c'était une mauvaise idée. Putain si ça foire, je sais pas dans quel état on retrouverait notre Dame Bref.
  • Du coup on a passé quelques temps à faire des échanges entre la Comtesse et Asmodée, pour qu'ils s'échangent des documents sans se voir, pour avancer sur la recherche du vrai nom de l'autre saloperie gluante. Il faudrait qu'on cause avec Janus, Maupertuis et Namira (même si elle on sait pas où elle est partie), mais Asmodée pense que leurs versions seraient subjectives, donc insuffisantes. Sophia a l'air bouleversée en tous cas, il faudrait qu'on avance vite sur nos différentes pistes.
  • On a fini par enfin rentrer au Moulin, pour se poser. On a expliqué à Juun qu'on était liés par une vaulderie, et on l'y a intégrée. Puis on lui a montré sa chambre. Ça fait un peu colonie de vacances en plus de Moulin ces temps-ci.
  • Mosh et Mallory nous ont un peu parlé de leurs euh... sujets. Apparemment Mallory a vu une douzaine de Brujahs camaristes qui étaient ouverts à l'argutie concernant leurs chers avantages qui ne doivent pas tomber, quand deux motos ont défoncé les vitres de l'immeuble où elle se trouvait, pour tout inonder d'huile et d'essence. De son côté, Mosh s'est fait taunter par une certaine FAITH devant une cinquantaine de Brujahs anarchs, du coup il a accepté un duel de course à moto qui s'est terminé par un tremplin devant un mur de nitro. Ils sont restés en contact pendant leurs soirées quoi. Mosh a récupéré la situation auprès des autres branleurs si j'ai bien compris, il a gueulé, ils ont gueulé, il a gueulé plus fort et ils se sont excusés. Et Faith veut le baiser. Quant à Mallory, je crois que du coup les siens sont pas très enclins à faire amis-amis avec ceux du petit chinois. J'aimerais pas être primo, putain...
  • Le lendemain, la Comtesse avait rendez-vous avec Witchwood. On avait oublié de lui dire qu'elle l'avait oublié... Du coup apparemment quand ils dansaient ensemble il lui a parlé de son égo à repasser, un truc comme ça. Tu m'étonnes. Mosh nous a dit qu'il faisait un truc avec Jason, donc on s'est retrouvés entre meufs. Rien de prévus, j'ai décidé d'emmener Juun en ville, vu que c'est aussi pour ça qu'il nous l'a filée.
  • Bref, on est parties avec Mallory et Juun vers la Chantry Trémère, pour choper Sylvie au passage. Elle déprime complètement là bas, apparemment c'est pas folichon. Elle nous a suivi sans trop de soucis. Le pire c'est qu'après coup j'ai compris qu'elle non plus l'avait pas fait, ce petit tour de la ville...
  • On a commencé par le B52's. Y'avait Thompson, Desmond, Robert Kane et une meuf que Mallory nous a présenté de loin comme étant Faith. Moi comme une conne je me suis dirigée vers Thompson.
  • Au départ je voulais juste lui dire que genre, s'il arrondissait les angles avec Assan Alil, ça passerait sûrement tout seul. Et là, j'en ai quand même mangé plein ma gueule. Il m'a dit que si l'autre était sympa avec moi c'était seulement parce qu'il pensait pouvoir me manipuler et faire de moi une bonne musulmane. Qu'il savait qu'avec lui y'avait pas de discussion, que la religion ça l'emmerdait, et que ça péterait. D'ailleurs quand je lui ai parlé des préceptes d'Haqim il m'a répondu qu'il avait pas besoin qu'un vieux barbu lui dise ce qui était bien ou pas bien de faire. Certes. Puis en passant, il m'a dit qu'Assan était l'ancien ministre de l'intérieur de je-sais-plus-quel-pays du Moyen Orient et qu'il avait des pratiques ignobles, genre torture etc., et que c'était juste un putain de politicien, que le clan doit avoir l'air uni à cause du bordel à Alamut.
  • Putain, ça fait mal d'entendre parler aussi mal de ce en quoi on croit. Quand je disais que je devais aller à Alamut, je me trompais. Je dois d'abord apprendre avec Witchwood. Parce qu'il me faudra des connaissances en politique pour démêler tout ce bordel, et que quand j'en aurais marre et que je déciderai de leur défoncer leurs sales gueules de merdes à tout ces enculés, il faudra que je sache encaisser les coups qu'ils me rendront.
  • Je dois parler avec Papa, parler avec Samuel, réfléchir. Je n'ai pas su quoi dire à Thompson, il faut que je me renseigne, je peux pas rester sans rien faire. En plus s'il finit dans la cave d'Assan pour je sais pas quoi, je m'en voudrais longtemps.
  • 'Fin bref. En parlant de cave Thompson a fait une sale blague sur les tournantes de Marseille et une connerie en entraînant une autre il a compris que j'étais vierge. Du coup il m'a fait la même que Dédale, à savoir que ça se vend cher ma bonne dame Trop drôle. Mallory a pris le relais pour discuter avec lui de trucs qu'elle voulait acheter et je me suis barrée pour retrouver Sylvie et Juun, qui avait fini par s'éloigner.
  • J'ai décidé de faire plus soft et de leur présenter Desmond Gale. C'est marrant, j'le voyais pas comme ça. Il vient ici, quand il bosse pas, pour se détendre. Et il se détend en collant des pains. Je le sais parce que j'ai voulu l'aider à se détendre, mais je m'en suis mangé une dans les dents et là j'ai dit stop, on avait dit pas les dents. Il m'a soignée derrière, puis il a essayé de faire la même avec Juun. Ben putain, elle se défend la gamine, au corps-à-corps. C'était impressionnant, ça fait plaisir à voir. Il en est ressorti plutôt content d'ailleurs, mais pas sans bleus.
  • Après ça on a appelé Vaudert pour qu'il nous rejoigne et ont a filé au Vanitas, pour montrer à Juun le côté plus politique, cul-cul, propret de la Camarilla. Bon. Ben on nous avait dit que ça avait changé de proprio, mais la déco était la même. Y'avait 3 vampires que je connaissais pas, et Étienne Ça m'étonne pas qu'il vienne là lui.
  • Mal à l'aise dans ce genre d'endroits, j'ai commencé à discuter avec Vaudert, Juun et Sylvie. Tout ce que j'en retiens, c'est que si on fait un karaoké, Arnaud chantera Summer lovin'. Putain, il faut que je le coince.
  • Pendant ce temps là, Mallory gambadait vers un des trois caïnites que je connaissais pas, JESSICA HENNIG, une nouvelle harpie Brujah. J'ai chopé la meuf juste après pour lui demander ce qu'elle pouvait me dire sur El Hombre machin, mais vu que d'après les ragots on est ensemble, elle m'a pas cru quand je lui ai dit que je connaissais pas sa « légende ». Puis j'ai lâché l'affaire hein, Arnaud avait déjà récupéré la chose pour se la serrer.
  • Ensuite on est allés discuter avec Étienne. Je crois qu'ils se kiffent toujours pas vraiment avec Sylvie. En plus l'autre a expliqué que personne glandait rien à la Chantry, que Xénophon passait son temps dans son bureau à travailler, Matthew est jamais là, et George veut parler politique, ce qui le saoule. Donc il essaye de gérer, autant que Sylvie a priori, même s'il a pas dit ce qu'il pensait d'elle du coup. Puis alors Prescott, il fait pas que jouer au golf à moitié à poil, il ramène des putes à la Chantry et il picole avec Chuck. Oki. C'est normal en même temps, avec ce qu'il a vécu. Mais je comprends que ça gêne un peu les autres occupants. Faut qu'on discute avec Xénophon là. Il nous a parlé de la création des gargouilles, qui se font « officiellement » à Vienne. C'est cradingue, autant les diabler les pauvres vampires que tu vas torturer en les transformant, j'pense que c'est plus miséricordieux. Et meilleur au goût. Après ça on a parlé de rituels plus marrants. Ce serait peut-être intéressant d'avoir une Chantry opérationnelle qui peut nous en fournir...
  • KARL BOWEN est venu nous accoster, ensuite. C'est le Ventrue qui a repris le bar. Il est à fond pour faire son trou et garder sa clientèle fidèle avec des trucs putassiers et même un club échangiste au sous-sol, si j'ai bien compris. Trop cool. Il parle des anciens torés et Ventrues comme de cons qui s'habituent vite à de la merde et veulent juste un peu de saloperies pour bander. D'un côté ça fait plaisir d'entendre ça, de l'autre le mec il débarque et il veut juste profiter de cette situation pourrie et de ces abrutis pour réussir sa vie ? Je trouve ça un poil nul. M'enfin bon.
  • On est rentrés au refuge après ça, pour discuter de ce qu'on avait fait, de ce qu'on avait vu, faire un petit débrief avec Juun. Mosh a pas vraiment voulu parler de sa soirée, mais vu comme Mallory avait du mal à ne pas pouffer de rire parfois, ça devait être sympa. La comtesse rentrait pas, donc on s'est dit que ça se passait bien entre eux. Mais en fait, non.
  • Quelqu'un a sonné chez nous, vers 5h du mat'. C'était Witchwood, en patin à roulettes et justaucorps à paillettes bleu ouvert jusqu'au nombril. Il aurait été plus petit, plus jeune et plus bridé, je croyais au retour d'un frère Oshori. Il aurait été moins sérieux et essoufflé, quelqu'un aurait peut-être ri. Il parlait à Sophia de sa vie, son œuvre et son histoire, quand elle s'est transformée en monstre à tentacule, lui a brûlé la tronche quand il l'a retenait et s'est barrée par la première porte à sa portée. On a commencé à réfléchir, M&M's lui ont posé des questions sur ce qu'il lui disait au juste, Juun a pris une photo avec son téléphone portable, Léonard lui a cassé d'une main, et finalement j'ai eu une illumination. Si la Comtesse avait oublié Witchwood, le démon pas forcément. Et si Witchwood parlait de sa vie et de ses recherches, le démon était peut-être chez lui pour récupérer quelque chose. Vu la tronche qu'il a tiré, j'avais tapé juste. Ben putain, pour une fois.
  • On a foncé là bas, certains à roulettes et d'autres en voiture. Quand on est arrivés on a vu 3 morts, un tas de cendre et des traces visqueuses... J'ai appelé Vaudert pour le prévenir, je sais pas qui s'occupe des bris de Mascarade... J'étais jamais allée chez lui, il est à la conciergerie de l'université de New York. Et putain, ça croule sous les antiquités, les armes, les saloperies, c'est un beau bordel. Bref, on a couru vers le sous-sol, passé sa chambre, pour arriver dans un grand dojo.
  • Sophia était là, elle-même a priori. Devant elle y'avait 5 types en uniformes non-identifiables, avec des armes. On a pas réfléchi trente ans, on s'est jetés sur eux. J'espérais en garder au moins un vivant pour l'interroger. J'ai senti qu'ils avaient pour objectif de détruire des monstres, et qu'ils ne lâchaient pas l'affaire quand ils en avaient trouvé un. Des exterminateurs, ok, déjà vu. Déjà vue aussi, la petite fléchette qui t'empêche d'utiliser des pouvoirs et du sang. Fuck, heureusement que j'étais avec des gens efficaces, parce que je me suis un peu ramassée. Comme d'hab.
  • Juun en a tué un, y'en a un autre sur lequel était Witchwood après qu'il se soit cramé la jambe tout seul comme un grand, M&Ms en ont immobilisé un aussi et j'ai fait les premiers soins au seul que j'ai touché, pour éviter qu'il crève d'une hémorragie.
  • Finalement y'en avait un seul d'interrogeable, toujours debout, qui nous menaçait avec une grenade au phosphore. Du coup on s'est calmés, et Mosh lui a parlé, pour lui dire qu'on voulait juste discuter, se débarrasser du monstre mais pas de la Comtesse, et qu'on pouvait s'entraider sur ce point.
  • Il a longuement hésité, ce genre de militaire ça doit être entraîné à mourir pour tuer. Il a fini par lâcher sa grenade, en nous disant que jamais, jamais la Cross Ignis n'avait traité ni ne traiterait avec des créatures surnaturelles. Mais que lui voulait la destruction de ce monstre et que pour ça, oui, il pouvait coopérer.
  • WILLIAM BOURNE. Lui et son équipe suivaient Hermaeus Mora. Il nous a dit que ça faisait un bail qu'il se baladait sur Terre pour faire de la merde. Ils ont plein d'infos sur lui, mais c'est dans les archives, au Vatican, et lui il y a pas accès en direct. Donc pour ça, c'est mort. Par contre ils savent où est l'Oghma Infinium. Au Berceau de Malkav', au Moyen-Orient. Ils ont déjà envoyé 3 équipes là bas, qui sont jamais revenues. Même les robots et sondes.
  • Il commençait à faire jour. Le type a bidouillé ses fléchettes pour nous en envoyer qui annulaient l'effet. Nous on les a collés tous les 4 dans une voiture, une goule les a envoyés à l'hôpital le plus proche.
  • Le tas de cendre, devant chez Léonard, c'était son infante, Maïa. Il faisait la gueule, il avait l'air de l'apprécier beaucoup. Ça doit être dur de se dire que c'est un peu sa faute, et un peu celle de la Comtesse.
  • Le type nous avait dit que la chose avait pris un truc dans le coffre de Witchwood, mais la Comtesse avait rien sur elle. Du coup il a regardé, et il manquait ses recherches sur les Cornes de Poséidon. C'est des artos qui permettent d'aller contre la malédiction des Nosfératus. J'vois pas trop comment, puis y'a occultation sinon, ça fait le café. M'enfin, lui il avait presque trouvé comment on s'en servait, et surtout il avait à peu près localisé la source de production. Un endroit dans la flotte, très profond, protégé par des Ondins, sorte de peuple fée. Il a jamais voulu y aller, d'après lui y'a trop de saloperies dans les profondeurs. Je veux bien le croire.
  • Apparemment c'est un secret très bien caché. Tu m'étonnes du coup, que Mora soit intéressé... On lui a expliqué pourquoi il s'était manifesté, sa gourmandise des grands secrets. La comtesse pense qu'on ne devrait plus lui parler que de ce qu'on a mangé au petit-déjeuner. C'est un peu triste.
  • On a dormi chez Witchwood, il était tard. En se réveillant on l'a un peu aidé à ranger le bordel, mais bon. Là on est rentrés au refuge pour se reposer vraiment. J'suis passée pour écrire tout ça mais surtout pour récupérer la clé de Samuel. En même temps je vais l'appeler, il est peut-être pas chez lui.
الحكيم هو أكبر
« Modifié: juillet 15, 2013, 14:27:28 pm par manquedebol »
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
Oscar Wilde

Hors ligne manquedebol

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1653
  • Sexe: Femme
  • e-kikookokine
    • Voir le profil
    • Moufle !
Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
« Réponse #8 le: février 24, 2013, 18:04:45 pm »
    12/06/2012
    Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
    Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

    Citer
    • C'est drôle, quand j'ai vu Samuel rien ne s'est passé comme je le pensais. Ça faisait longtemps, je pensais qu'on était loin de ce qu'on avait pu avoir, et c'est vrai, mais c'est juste... différent. Beaucoup plus simple et naturel, je crois.
    • Déjà il me tutoie, ça fait bizarre. Je lui ai demandé si on pouvait se voutoyer, c'est plus simple pour moi, j'y arrive pas sinon. Pourtant c'est pas une vieille habitude. Bref.
    • Quand je l'ai appelé, il m'a proposé de me montrer l'appartement qu'il nous avait trouvé. Je pensais qu'il avait pas le temps de s'occuper de ce genre de choses, ça m'a fait plaisir. L'appartement est plutôt chouette, mais pour le moment il lui ressemble à lui. Un canapé, une bibliothèque, des livres. Bon. Avec un ou deux khépeshs sur les murs, ça sera plus joli. Je vais demander à Sylvie si elle aurait pas une jolie plante pour égayer tout ça. Je trouve un peu bizarre de me dire que c'est « chez nous ».
    • Mais voilà, donc, c'est en haut d'un grand immeuble sur la 52ème, avec une grande baie vitrée qui donne une vue sur Central Park. Du coup je sais pas pourquoi on s'est retrouvés à y aller, pour faire pousser des plantes. Il m'a amenée sur un pont, d'où on pouvait voir différents arbres et arbustes. Mais moi je voulais faire pousser des fleurs, donc on a marché plus longtemps.
    • Je lui ai demandé qui était au juste El Hombre Que Soy, et s'il manquait pas un mot. Il m'a dit que cet alter égo avait tué 5 Princes Giovanni en Europe, à Vérone, Rome, Rome, Venise et Naples. Ah, bon. Tu m'étonnes qu'ils l'aiment pas. En fait, à ce moment, il m'a expliqué que la femme de Jean était morte et qu'il en était très amoureux. Que les nécromants ont profité de cette faiblesse quand Deloraison a cherché à la retrouver dans le monde des morts. J'ai pas vraiment les détails. C'est un peu triste. Et du coup il est liste rouge en Europe. Comme Witchwood. Mais là j'ai pas cherché à savoir pourquoi. Et donc oui, il manque bien un mot à la fin de ce surnom, qui lui vient d'une harpie de Barcelone, incapable de le qualifier. Il a dit qu'il n'y avait donc rien à mettre derrière, quoi que moi encore, ou un truc comme ça. J'ai pas capté mais je crois que c'était salace, parce qu'après il me proposait de faire l'amour sur un banc amusant, avec une plaque qui disait « If you can make it here, you can make it anywhere ». On aurait dit deux adolescents.
    • Je lui ai quand même fait remarquer qu'avec ses talents d'acteur et de dissimulation, il aurait pu, parfois, prendre l'apparence du Samuel que j'avais connu au début. Il a eu l'air surpris, il m'a dit qu'il pensait que j'avais choisi ce corps parce que je le préférais à l'ancien. J'ai marmonné que oui, non, c'était pas celui que j'avais connu, c'est tout. Je sais pas, c'est pourtant évident que je l'aimerais quelle que soit sa tête, 'fin je crois. Mais quand je pense à Samuel et que je regarde Samuel, c'est toujours le premier Samuel que j'ai connu que je vois, c'est tout. Le reste, son nouveau corps, El Hombre machin, c'est du déguisement. M'enfin bref.
    • Ensuite on a continué à marcher dans Central Park, en discutant pendant que quelques fleurs poussaient ça et là (c'est vraiment sympa ce truc). Je lui ai dit que si Lasombra ne voulait pas qu'il retrouve Léonidas, il devrait peut-être envoyer quelqu'un qui n'a pas diablé un de ses reflets, ou pas un Lasombra du tout. Il m'a demandé si je pensais à quelqu'un, et lui pensait à moi. Je vois pas trop comment je pourrais faire ça, mais pourquoi pas, on peut essayer. Bon, là il m'a carrément demandé s'il pouvait ramener l'encre par laquelle était passé Léonidas au Moulin, parce que Fi Niktuku ne la chercherait pas chez nous. Sur le principe pourquoi pas, mais fallait que j'en parle à tout le monde avant d'accepter. Non parce que bon, une ouverture vers les abysses, voilà quoi.
    • En parlant de tout le monde, et maintenant qu'on est à New-York, il veut qu'on aille tous ensemble voir un vrai Ballet, comme à Boston mais en mieux. Why not, je leur en parlerai aussi, il me dira pour quand c'est. Puis là on a parlé de balais et je me suis retrouvée la tête dans les fleurs. Ah, les hommes.
    • Plus tard j'ai repensé à ce que m'avait dit Julien, que je pourrais trouver pas mal de réponses dans mon lit, donc j'ai demandé à Samuel si y'avait un Alamut des Lasombras. Bon, y'en a un, mais dans le genre vieux et décrépi. CATAL HUYUK, à 2000km d'Alamut à peu près, ville souterraine, haut lieu de l'histoire Lasombra et de l'artisanat sur obsidienne, peuplé de 3 Lasombras badass. M'ok, je pensais pas à ce genre de chose, mais apparemment ils ont pas de nid.
    • Ça m'a fait plaisir de le voir. Il a essayé d'être comme à Paris, intimidant et impressionnant, mais ça ne fonctionnait pas vraiment, malgré ce que j'ai pu penser. Il a fini par arrêter et on a discuté sans fioritures. J'aime bien ça.
    • D'ailleurs à un moment je lui ai dit qu'il devrait m'épouser pour que j'entre dans la famille et que Jean arrête de me foutre des baffes dès qu'il me voit, et il m'a répondu genre « j'espère que ce n'est pas la seule raison qui devrait m'y pousser », alors je lui ai dit que non, je blaguais, et il m'a répondu que lui aussi. Gnagnagna. N'empêche que je préfère cette réaction à celle qu'il avait eue quand je lui avais raconté mon rêve qui parlait de nous. Il a moins l'air sur ses gardes.
    • On est rentrés chez nous, et je lui ai quand même parlé des problèmes qu'il y avait à Alamut. J'ai préféré ne pas approfondir quand il a commencé à me dire que des vampires qui conspiraient, c'était normal. J'veux pas savoir, j'veux pas que ce soit comme ça chez moi. Il m'a dit que dans sa correspondance avec Papa, dans laquelle ils parlent de moi mais je veux pas savoir, il ne lui parlait pas de ça. Peut-être qu'il avait l'air un peu fatigué, mais c'est tout. Et là Samuel m'a demandé pourquoi je lui parlais de ça. Mais. Mais je sais pas, t'es mon chéri, chuis angoissée, t'es badass et un Lasombra manipulateur et je sais plus quoi, vieux et conspirateur quoi, aide-moi, c'est tout. Bon, j'ai pas dit ça. J'ai dit que je savais pas, comme ça, et puis que de toutes façons j'irai à Alamut pour tous leur taper dessus un par un pour qu'ils cessent d'être nuls. Alors il a dit qu'il m'accompagnerait, pour voir ça. … Enfin bon, je lui ai aussi parlé d'Assan et Thompson. Il pense que le premier se sert de moi pour arriver à ses fins, tandis que le second cherche à m'utiliser pour temporiser le conflit. Et les deux ont des desseins personnels, blablabla. Oui, bon ok. Donc mettez vos gros sabots crottés, une tenue provocante et allez mettre les points sur les i avec Assan. Mais. Mais je peux pas faire ça, c'est mon supérieur, un peu techniquement, je crois. Je sais pas. Il m'a dit que si j'avais peur il pouvait venir avec moi, dans l'ombre. Hmph. J'ai jamais peur moi. Presque pas. Je voudrais juste ne pas avoir à gérer les emmerdes de deux cons. Pff. Après il m'a dit qu'il viendrait juste pour me voir combattre, parce que ça pourrait être excitant. C'est vrai qu'il ne m'a jamais vraiment vu le faire. Putain tant mieux, vu comment ça se passe deux fois sur trois...
    • Le lendemain matin on est allés « chasser ». C'est-à-dire qu'il m'a emmenée sur un toit où y'avait déjà deux chaises, on s'est assis, puis de loin on choisissait nos proies et il les faisait tomber dans des puits d'ombres pour les faire apparaître près de nous, on se nourrissait et il les dominait avant de les renvoyer. C'était marrant, dans le genre chasse de feignant, mais au moins on pouvait discuter en même temps. D'ailleurs j'ai appris que Mosh avait emmené Juun chasser la veille, qu'ils étaient tombés sur un garou mais qu'il avait fini par les laisser tranquilles. J'ai pas trop compris comment il savait ça, vu qu'on est restés ensemble toute la nuit. Alors il s'est moqué de moi et m'a expliqué qu'il était en lien mental avec son frère. Petite panique, mais en fait c'est pas permanent comme M&M. Non parce que bon, hein.
    • Je lui ai demandé combien de temps il avait connu son sire, et s'ils s'entendaient bien. Ben putain, ce que j'avais pas demandé. La réponse a été « brièvement », et « non ». Pourtant, vu la réaction de Jean avec Ramen, je croyais que lui l'aimait bien. Ben non plus. La devise de la famille Le Bret, c'est « Aliud Familiae ». Ça veut dire « rien que la famille », en latin. Leur sire les a étreints, Samuel d'abord, puis Jean. Cinq ans plus tard, Philippe a fait tuer la femme de Jean. Il est parti en guerre, et quand il est rentré elle était pendue à une branche de sureau noir. Ça signifiait la trahison, la tromperie, et des rumeurs ont commencé à circuler. Deloraison était éperdument épris de sa femme, il l'aimait vraiment, il avait même développé la vraie foi grâce à ça. Il a pourchassé tous ceux qui disaient du mal d'elle. Pire qu'un inquisiteur, mais c'est du passé. Il a tenté de retrouver celle qu'il aimait dans l'Outremonde, sans jamais y parvenir. Depuis, il réfléchit, il doute. Il a eu des centaines d'années pour y penser. C'est horrible. Enfin voilà, Samuel a pas vraiment kiffé mon sujet de conversation. Lui il pense que leur sire l'a fait pour rembourser une dette, peut-être. Tain. Bref, 10 ans plus tard il est parti pour les Carpates. Ils ne l'ont plus jamais revu. Je me suis excusée, puis on a parlé d'autre chose.
    • Je lui ai demandé ce que j'étais censée faire exactement avec El Hombre Que Soy, vu que la harpie était persuadée qu'on était ensemble. Il m'a dit qu'à la soirée de la Comtesse, oui parce que son frère lui a aussi dit que Sophia comptait faire une soirée après-demain, il m'inviterait à danser le flamenco. Qu'il me ferait des avances par cette danse, une drague agressive quoi. Qu'au moment où il se soumettrait, je refuserai pour montrer ma fidélité à Samuel. Je sais pas danser moi. Il m'a dit qu'on tricherait, qu'il me guiderait avec les ombres. Super, ok. Zut, faut que j'apprenne à danser. Il m'a dit que, passée toute cette mise en scène, ça me prouverait qu'il tient à moi. Moi j'ai pas besoin de ça, et je lui ai dit. Puis bon, voilà, d'accord, c'est gentil quand même. Et j'adore danser avec lui. Mais pourquoi je devrais refuser ses avances ? Enfin, celles de l'autre. Moi je pensais pouvoir l'aimer sans me soucier davantage de tout ce que qui que ce soit pourrait dire. Je ne lui ai pas dit. Je devrais. Je sais pas, montrer ma fidélité, c'est important ? Y'a un truc politique derrière tout ça, que j'ai encore pas capté ? Je sais pas.
    • On s'est quittés comme ça. Il a beaucoup de choses à faire mine de rien. Si je peux passer du temps avec lui de temps en temps c'est bien, mais je ne veux pas me l'accaparer et l'empêcher de vivre. En fait si, j'aimerais qu'on passe tout notre temps ensemble. Mais c'est pas possible. Peut-être un jour, quand Léonidas sera retrouvé, que Fi Niktuku sera mort, qu'il aura assouvi sa vengeance envers OldCastle. Que j'aurais retrouvé Haqim. Peut-être que là on pourra vivre heureux et tranquilles à New-York ou ailleurs. Voyager. Peut-être.
    • On se reverra pour le ballet, déjà. Puis si les autres acceptent, pour cette histoire d'encre de Léonidas. Enfin bref.
    • Je suis allée voir le Prince, ensuite. Il fallait qu'on parle de Samuel, de Lasombra. Haskill m'a accueillie avec un petit air intimidé je crois. On s'était jamais vu, c'est l'infant de Finley qui s'était fait mettre au vert. Quand il m'a annoncée à Deloraison, c'était sans aucun tact. Apparemment toute la meute était passée juste avant, Juun et Mosh puis la Comtesse et Mallory.
    • Je suis entrée dans le bureau pour voir Jean en train de finir de déballer des cartons. Il refaisait un peu sa bibliothèque. Je me sentais pas à l'aise pour lui parler, y'avait des ombres partout, je sais pas à quel point Lasombra peut surveiller le monde grâce à ça. Je lui ai demandé si on pouvait aller ailleurs pour discuter, il m'a répondu qu'il avait lui-même appliqué le rituel de je-sais-plus-quoi sur cette pièce, que je pouvais crier au viol et que personne n'entendrait. J'ai eu un moment d'arrêt parce que c'était super tentant d'essayer. Puis j'me suis dit que c'était cool, du coup, j'avais même pas besoin de faire une bulle de silence quand il m'a fessée la dernière fois. Enfin bref, je savais pas trop si c'était suffisant contre un antédiluvien, il m'a demandé de quoi je voulais lui parler au juste et je lui ai fait comprendre que c'était important, que personne ne devait être au courant, pas même Samuel. Enfin, j'ai pas dit ça comme ça, parce que ça aussi on aurait pu l'entendre, j'étais juste un peu stressée et il l'a vu. Alors il a fait un truc chelou, il a sorti une poudre blanche comme de la farine d'une bourse, et il a claqué ses mains. Toutes les portes et fenêtres encore ouvertes se sont fermées, il a retiré sa chevalière, puis il m'a dit que je pouvais lui parler sans crainte.
    • J'ai commencé à lui dire que je venais lui parler de Samuel, qu'il fallait m'aider, que je savais pas quoi faire pour lui rendre sa liberté, et il a pas compris. Son frère lui a dit qu'il avait passé un pacte avec Lasombra. Pas ce que cela impliquait. Quand je lui ai dit qu'il allait reprendre son du, un jour, il a compris très vite ce qu'on devait faire. Il m'a dit qu'il y avait 13 reflets de Lasombra, un par antédiluviens. J'étais surprise qu'il le sache, mais il m'a dit que Samuel le savait aussi, et qu'il m'avait surement menti pour me protéger, que je n'aille pas faire n'importe quoi. Ouais, bon, il aurait du savoir que je le ferais de toutes façons. Deloraison sait que CRYPTUS, le Prince de Barcelone, en a un, et qu'un rival de Samuel en Europe, ISMAEL, en avait un aussi avant que l'ancien primogène nosfératu de Berlin lui vole et disparaisse. Il pense qu'il y en a probablement deux à Catal Huyuk. En comptant celui de Samuel, ça en fait 8 pour lesquels on a aucune information. Même si... j'en ai pas parlé à Jean, mais je pense que leur sire en a peut-être diablé un, lui aussi. Celui de Samuel, qui aurait été recréé ensuite pour lui être donné. Sauf si un reflet diablé ne peut être reconstitué, au moins tant que le diaboliste n'a pas été assimilé par Lasombra. Enfin, c'est une théorie, mais leur sire pourrait m'aider. Faut que je le retrouve. Pour que Lasombra ne se doute de rien, il faudrait trouver 12 personnes pour détruire ces reflets « en même temps ». Il faut quelques mois pour refaire un reflet, donc ça devra être un tant soit peu simultané. Ensuite, il faudra détruire Lasombra lui-même. Le Prince pense qu'on devrait envisager de dealer avec un Kyaside badass, genre Asmodée, ou le démon de la Comtesse, pour utiliser le vol de l'esprit et faire oublier à ceux qui sont au courant qu'ils ont un reflet, et ce que c'est. Ça nous aiderait vachement, mais c'est tendu... Je dois y réfléchir.
    • Jean m'a dit que c'était bien, qu'il avait pas de soucis en ce moment et qu'il lui fallait de l'action. Au moment de partir il m'a quand même remerciée. Bah. J'aurais du lui dire que je pouvais pas ne pas prévenir mon beauf que son frangin avait un cancer, il aurait eu une raison de m'en coller une et on aurait terminé l'entretien sur une note plus légère. Mais j'étais un peu soucieuse.
    • Je lui en ai parlé à lui, parce qu'il est vieux, concerné, et qu'il sait un peu y faire je crois. Mais je me sens un peu toute seule. J'aimerais le dire au reste du groupe, mais plus des gens seront au courant, plus Lasombra risque de l'apprendre. Et envisager cette possibilité me fait paniquer. J'ai pas envie de le perdre. Déjà quand je vois à quoi ressemble Sophia quand elle est possédée... Je veux vraiment pas voir Samuel devenir un monstre à tentacules d'ombres qui dégouline des ténèbres.
    • Quand je suis sortie de son bureau, la vie quotidienne m'a vite rattrapée. Les jumeaux sont restés à l'Élyseum après leur entretien, pour discuter avec Vaudert. Juun était partie parler avec son primogène et la Comtesse avait accompagné Katharina Durance chez elle, pour discuter chiffons. Mais ça devait être des chiffons top-secrets, parce que Mallory a entendu la voix de Sophia au creux de son oreille, lui murmurer qu'Hermaeus Mora revenait, qu'elle avait besoin d'aide.
    • On a foncé là bas avec Arnaud. Quand on est arrivés, la harpie était acculée. Le préfet l'a chopée pour la mettre en sécurité, tandis qu'on essayait de retenir le monstre. Mosh a tenté d'utiliser Sylpharion, mais ça n'a pas eu l'effet escompté. La Comtesse était un gros truc à tentacule, et cette fois un gros œil surplombait ses viscosités. J'ai pas trop réfléchi du coup, en plongeant mon regard dans ce truc pour essayer de l'immobiliser avec les yeux du serpent. Ben putain, j'ai réussi. Mosh a parlé à Mora, en lui disant qu'on était pas ses pantins et qu'on serait toujours sur son chemin s'il ne voulait pas discuter avec nous. Et Sophia est redevenue elle-même, un peu choquée et couverte de trucs crades. Elle est partie avec Mallory au Moulin, pour se rafraichir. Mosh a retrouvé Vaudert et ils les ont rejointes là-bas, pour discuter de tout ce bordel, savoir ce qu'il s'était passé. Et moi non, parce que merde.
    • Si je dois vivre avec ça et protéger la Comtesse, si j'envisage de parler à Mora pour trouver son aide dans ma recherche des reflets et leur destruction, je dois avoir les idées claires. Je me suis dirigée vers le salon de Pédro, pour qu'il m'aide à trouver une tenue pour aller voir Assan. D'ailleurs Mallory était un peu jalouse je crois.
    • Il était occupé à s'occuper de deux caïnites, mais il les a vite expédiés quand je lui ai dit que je venais pour une demande spéciale. Je lui ai demandé une tenue provocante mais naturelle, pour choquer un islamiste. Et là il a commencé à réfléchir et m'a proposé une robe en viande de porc, à la Lady Gaga. Sur les photos ça rendait pas mal. J'étais un peu hésitante, mais j'ai décidé de lui faire confiance. Le but c'était de le faire partir en frénésie, après tout. Pédro a appelé son « chéri », c'est-à-dire Mosh, pour qu'il s'occupe de la viande. J'ai pris rendez-vous avec Assan pour le lendemain, et j'ai prévenu Samuel.
    • J'suis rentrée au refuge, mais Juun n'était pas là. On a essayé de l'appeler, pas de réponse. On lui a laissé des messages, parce qu'elle aurait pu prévenir. Sur le coup quand même, on s'est un peu inquiétés. Il tape fort le Prince. Mais la donzelle est rentrée le lendemain soir.
    • On a un peu débriefé sur tout ce qu'il s'était passé pendant ces deux jours.
    • Quand j'étais avec Samuel, Juun s'est acheté une moto et un téléphone portable sécurisé, pour remplacer celui que Léonard avait pété. Du coup ils ont vu Jason, qui a dit à Mosh qu'il s'inquiétait pour son infant. En devenant primogène il est apparemment devenu rusé, fourbe. Il se demande s'il est pas dominé, manipulé ou même remplacé. En tous cas le changement lui paraît brutal, autant que celui des jumeaux quand Rosh est mort. Cette révélation passée, et comme à chaque fois qu'on voit Trucker, ils ont fait des conneries. Cette fois-ci c'était à base de courses de motos. La Comtesse a l'air d'avoir apprécié d'essayer ces chevaux. Après ça ils sont allés chasser. Là j'avais pas vraiment besoin des détails, je savais déjà que Mosh et Juun s'étaient tapés un garou et j'imagine que la Comtesse et Mallory ont fait dans la finesse et la subtilité, elles. Bon, j'ai quand même appris que Juun avait appelé Jean « papounet » devant le garou. Sûrement le stress. Mais maintenant j'peux directement passer au « beaufounet » la prochaine fois. Ah ah.
    • Du coup, le lendemain, Mosh et Juun avaient un peu les crocs. Ils sont allés voir le Prince, qui s'est amusé de leur mésaventure et les a laissé accéder au bar privé de l'Élyseum. Apparemment on y a tous droit, on a tous le statut pour. C'est pratique quand t'as la flemme de chasser, mais très certainement moins amusant que le style de Samuel. Juun a parlé à son père des hunters mais il était déjà plus ou moins au courant. Disons que Witchwood était passé pour gueuler à propos de « connards » qui seraient rentrés chez lui, touça. Bref. Mosh a dit à Jean qu'il voulait prendre la peine qui allait être infligée aux Brujahs anarchs qui ont quand même blessés 6 Brujahs camaristes, dont 3 sont en torpeur, avec leurs conneries de motos... Deloraison a trouvé que c'était une bonne idée, tout en disant à Mosh qu'il aimerait pas être à sa place. Ensuite, d'ami à ami, le petit chinois lui a parlé de José don Lopé. D'ami à ami, le Prince lui a répondu qu'on verrait ça au moment du prochain et premier conseil des primogènes, le week end suivant.
    • Après cet entretien, Juun a décidé d'aller voir Chuck Finley, donc. Ben elle a picolé. Normal. Mais apparemment il lui a donné de bons conseils, genre toujours avoir l'air plus faible que ce qu'on est, apprendre à utiliser l'alcool et les convenances pour arriver à ses fins, comment avoir l'ascendant psychologique, chais pas quoi. En tous cas elle a l'air de bien tenir, elle était pas trop mal en nous racontant ça.
    • Mosh est allé voir Vaudert, lui. Pour parler du procès. Le Prince lui avait suggéré de le choisir comme « témoin de probité ». Vu que ça va être moi la juge, touça. Pour pas qu'on doute de mon impartialité. J'aurais à choisir entre trois punitions : le foutre pieuté dans des fourmis de feu, lui faire cramer une partie du corps au soleil, ou le faire écorcher vif. Ouais ouais ouais. Ben putain, ça me fait chier. Enfin bref, Mosh préfère le soleil. Je comprends bien. Puis après ils ont discuté de comment faire pour empêcher que les gens emmerdent une certaine partie de la population. Puis ensuite Mosh a demandé à Arnaud s'il avait des dossiers sur quelques Brujahs qu'il veut mater, mais genre le fils Vaudert a rien sur Faith avant qu'elle arrive en ville, y'a quelques semaines. Sinon il lui a posé des questions sur Cloack and Dagger, et sur ce qu'on pensait d'eux deux à la Camarilla. Ben la grande question qui les concerne, c'est de savoir s'ils couchent ensemble. Ah ah ah.
    • Pendant ce temps-là, la Comtesse était elle aussi passée dire bonjour à Deloraison. D'abord pour lui demander si Phinéas Crane pouvait étreindre, ce qu'il a accepté sans soucis. Ensuite elle lui a dit qu'elle faisait une fête mercredi, avec un petit récital, qu'elle aimerait bien faire ça à l'Élyseum et avoir des conseils pour l'organisation. Il a accepté l'idée, en lui disant que Katharina Durance aurait sûrement beaucoup à lui apporter pour la préparation. Du coup Sophia est allée la voir.
    • La chef des harpies est genre une fangirl de la Comtesse, qui a grandi en écoutant ses chants. Elle lui a dit qu'elle avait un cadeau pour elle, donc elles sont parties pour le domaine de Katharina. Un « modeste » hôtel particulier, pas mal défoncé maintenant. Les deux pipelettes ont parlé mondain et culture en sirotant des calices délicieux, puis le cadeau est arrivé et la Comtesse a commencé à se sentir mal, à avoir un sale pressentiment. C'était une partition de musique complexe, le dernier opéra perdu de Mozart. Sophia a commencé à déchiffrer, à chanter, et Katharina a planté. Ou alors elle a fait semblant.
    • Parce que pendant la transe, la Comtesse a fait sa fouine en fouillant un peu la pièce. Elle a trouvé une correspondance entre Katharina et Vincent, notre ami Ravnos. Apparemment c'est son protégé, et elle a « peur de jeter l'opprobre sur leur clan ». En gros c'est une ravnos et elle a des raisons de penser qu'elle va foutre la teuhon à ses potes. OK. Donc la transe... Ouais, on a oublié de lui demander, ça.
    • Là, Katharina a commencé à sortir de torpeur, pour dire à Sophia que ce présent venait avec un lourd secret. Ah, la malheureuse. On devrait peut-être demander à Deloraison de publier un édit pour interdire à quiconque de révéler des secrets à la Comtesse. Bref, là ça a dégénéré et le démon a pris le contrôle. Sauf que cette fois-ci, on sait pas trop pourquoi, Sophia était encore consciente. Elle a même réussi à chanter et utiliser sa voix pour perturber Mora. La Harpie est partie en courant et en usant d'illusions pour perdre le démon, jusqu'à ce qu'on arrive. Le démon était perplexe, mais apparemment il « voit » en perception du mensonge et de la vérité, donc il a fini par la trouver. La suite immédiate, je la connaissais. Mais la discussion qui a suivie était pas mal aussi.
    • Donc. Le grand secret de Katharina, c'est qu'elle a été abusée et utilisée par son sire, en Europe. Ils allaient de ville en ville et pour perpétrer des vols de haut niveau. Elle lui servait d'alibi, mais elle a fini par être chassée du vieux continent, mise sur liste rouge. LEONID MAIAKOVSKI est à la tête d'une sorte de réseau de vampires qui dealent de la dette et asservissent les caïnites mauvais payeurs. Elle voudrait que ça cesse, elle voudrait être réhabilitée pour retourner à Rome. Le soucis c'est que le Prince de Rome, un malkavien nommé RINALDO PAOLI qui souffre d'un dédoublement de personnalité signifié par le masque qu'il porte, a repéré une tâche non-dissimulable dans son aura et l'a blacklistée partout. Elle a tenté d'utiliser une de ses deux personnalités pour crosser l'autre. Couillu, mais elle a pas de couilles. Elle n'a aucun plan, là maintenant, elle voulait juste une alliée puissante. C'est pour ça qu'elle voulait parler à la Comtesse. Cette partition, elle l'a volée à son sire après que lui-même l'ait volée. Un dernier pied-de-nez.
    • Du coup Sophia lui a expliqué son problème. Puis elle a accepté de l'aider dans sa quête, quand on irait en Europe, au fur et à mesure. Ensuite elles ont parlé de la soirée, l'ont préparée. La Comtesse va chanter l'opéra, puis offrir la partition au clan Toréador, pour se le foutre dans la poche. En plus ça va lui remonter sa réputation. Du coup on a monté toute une histoire pour le « mais comment vous l'avez trouvée ? ». Une histoire avec les Samiélites, à Boston, dans un des bordels de Legenda. Vu qu'il gardait tout...
    • Sinon Bertrand s'est fait péter le micro-onde à la gueule, en mettant du métal dedans. Sérieux, qu'il est con. Et Féodore a toujours pas trouvé de disciples. Mosh a proposé à Juun d'aller le rencontrer. Il va aussi le faire avec Katharina et Faith. Soit Féodore est un vieux pervers, soit c'est une preuve que les femmes s'adaptent beaucoup mieux que les hommes. Ah, les jumeaux m'ont dit sans, en parler à la Comtesse, que Deloraison allait les faire rentrer à la Tal'Mahe'Ra. C'est bien.
    • Ces petites informations partagées, on a vaqué à nos occupations. Juun avait un rendez-vous avec Witchwood, la Comtesse beaucoup de préparatifs à mettre en place, et Mosh profitait qu'on soit pas là pour inviter Faith au Moulin et lui parler d'homme-femme à femme. Ce qui me faisait chier, mais bon.
    • Moi j'suis allée voir Pédro, qui m'a habillée. C'était pas mal, vraiment. Mais j'angoissais. Ça devait se passer mal, c'était fait pour. Voilà, j'allais le provoquer. Mais j'aime pas la politique, et les moyens détournés, et ça en restait un. J'y suis allée assez nouée, et j'ai redemandé à Samuel de venir, juste avant d'y être. Il s'est un peu moqué de moi, d'abord parce que j'avais peur, ensuite parce qu'habillée comme ça il me dévorerait bien après m'avoir embrochée et fait cuire. C'était mignon, il est bête. Bon, j'y suis allée, sous occultation pour cacher la robe. Mais putain, ça puait. Moi j'y avais pas pensé, mais c'était logique que ça sente aussi mauvais. Allez, de toutes façons j'y allais pour que ça se passe mal. Mais je pensais pas que ça se passerait comme ça.
    • La nana qui s'occupe de l'entrée m'a fait monter, en remarquant l'odeur. Assan m'a reçue. On a commencé à discuter puis il m'a demandé si ça me dérangeait qu'on aille sur le balcon. Ah, ce balcon. Ça m'a fait penser à ma première rencontre avec Samson. Il me manque. J'ai essayé de lui parler de Thompson. De lui dire qu'il appliquait les préceptes d'Haqim sans suivre l'islam, qu'il n'était pas mauvais au fond, qu'il avait sa façon de faire. L'autre m'a rétorqué que tuer des humains c'était pas vraiment dans notre idéologie, que lui ne le faisait plus, blablabla. Il m'a dit que c'était bien pour ça que j'avais fait destituer Mokhtar, je lui ai répondu que la situation était différente, que c'était à Alamut de juger les membres du clan, ce à quoi il a répondu qu'il était le plus haut gradé représentant d'Alamut à New-York. Puis il a fait une remarque sur l'odeur, donc je lui ai dit que ah bah oui, ça venait de moi, que j'allais à une soirée Lady Gaga juste après et que j'avais occulté ma robe pour pas le gêner. Il a commencé à s'énerver, à me dire de partir, je lui ai dit qu'il était malpoli, du coup il a reformulé sa requête. Merde, il s'énervait pas assez. J'en ai rajouté un peu, mais ça l'a juste fait rentrer dans une colère froide. Il a été VRAIMENT malpoli, et m'a dit qu'il ne voulait plus jamais me voir ici. Je lui ai dit, en substance, que je l'emmerdais et que j'obéissais à Haqim, que j'étais en mission importante et que j'avais besoin de Thompson. Il a laissé siffler une menace à peine voilée, en disant qu'effectivement il s'occuperait de Thompson plus tard.
    • Ok. Échec total. Dans l'ascenseur, Samuel est apparu à mes côtés. Et il a ri. J'étais énervée, j'ai enlevé cette robe puante et renvoyé l'ascenseur à l'étage d'Assan, en me barrant à poil. Samuel s'est ressaisi deux minutes, m'a proposé une robe d'ombre, a pris mon bras et on a commencé à partir. Puis son fou-rire a repris. Il pleurait de rire, il voulait en parler à Jean, à Witchwood, il n'en pouvait plus. Je lui ai mis un coup de boule, je me suis énervée et je suis partie, fâchée.
    • Assan Alil va en référer à ses supérieurs. Je me suis probablement mis à dos tous les assamites musulmans. Sauf les plus tolérants. Ouais parce que tu parles, j'ai le droit de porter une putain de robe en porc si je veux, c'est ma vie. L'autre il me saoule à jouer les mères de vertu alors qu'il me jarte de chez lui pour une robe, qu'il me demande de dormir avec les femmes et de porter le voile. Merde, voilà. Qu'il en parle à qui il veut, j'allais à une soirée, il a été désobligeant, je l'emmerde.
    • Chuis retournée au Moulin, j'me suis lavée et j'ai attendu de savoir ce que la nuit des autres avait donnée.
    • Juun est allée s'entraîner avec Witchwood, elle était plutôt contente de la séance. Le rendez-vous de Mosh s'est écourté parce que Faith est une connasse qui n'a aucune loyauté et à laquelle il ne pourra jamais faire confiance. Ou en tous cas une tempête qui va dévaster la ville. Chouette. On en avait besoin. Il a laissé un message sur le répondeur de Kane, pour lui dire que pas de ça chez lui. Mouais. Puis il est allé voir Adramelech pour parler histoire, catapultes et trébuchets, pour renvoyer la moto de Faith par les airs. Déjà mieux. Il a fini la nuit en allant voir Matthew Sims, pour prendre des nouvelles et acheter des baumes. Ça fait mal à la caisse, mais c'était nécessaire.
    • Mais le plus top du cool du funky, la palme, ça a encore été pour la Comtesse. Entre ses diverses préparations pour la soirée, elle est allée dire à Phinéas Crane qu'il pouvait étreindre. Il était content, mais il lui a fait part d'un truc qui le tracassait. Il était persuadé qu'à la dernière soirée, quelque chose s'était mal passé et que tout le monde avait été dominé. Des petits détails ne lui avaient pas échappés, il y avait eu un combat. Sophia a tourné autour du pot. Il lui a dit qu'il aimerait qu'elle joue franc-jeu, qu'il voulait pouvoir faire confiance à son primogène, qu'il découvrirait la vérité dans tous les cas. Mais que si elle lui disait maintenant directement, il serait plus enclin à être « de son côté ». Elle a fini par lui dire qu'elle avait été habitée par une créature qui a retourné l'Élyseum après qu'un ennemi l'ait défié, et que le Prince avait jugé bon d'effacer tout ça, ce qu'il a effectivement trouvé judicieux. Je pense qu'on devrait faire un communiqué Camarilla-Monde. Bref, oui, elle lui a dit qu'il n'était plus là parce qu'elle a l'impression que le démon est parti. J'ai oublié de l'écrire tout à l'heure, mais Mora a été vexé qu'on l'arrête apparemment, ou un truc comme ça. En tous cas on dirait qu'il a déserté la Comtesse. J'espère que ça va durer, mais j'y crois moyennement. Crane lui a expliqué que tous les vampires de la ville l'évite parce qu'il a tendance à trouver instinctivement tous les grands secrets des gens, mais que le sien dormira bien avec lui. Sophia lui a demandé deux services : de ne plus jamais parler de secrets devant elle et de lui dire s'il apprenait quoi que ce soit sur Hermaeus Mora. Il a accepté, en comprenant facilement ce que cela impliquait j'imagine. Monsieur troisième œil.
    • La veille de la soirée, j'suis allée à la Chantry Trémère. J'avais des questions à poser à Prescott, sur plein de trucs. En plus si j'veux dealer avec Mora, lui saura sûrement me conseiller. Mais bien sûr, ce connard n'était pas là. Et Xénophon non plus. Et aucun des deux répondait au téléphone. Sérieux quoi. Y'en a un qu'est en vacances, l'autre qui joue au rat de bibliothèque, mais quand on a besoin d'eux ils sont absents.
    • Sylvie est arrivée derrière moi, en me disant qu'elle ça lui allait bien, qu'ils soient pas là. Ouais, ben moi ça me faisait chier. Je lui ai demandé si elle avait pas des fleurs à faire pousser et elle a cru que je l'envoyais chier. En fait non, je voulais juste vraiment faire pousser des fleurs. Je trouve ça joli, ça me détend et voilà. C'est un peu merveilleux. Enfin bref, elle m'a emmenée à sa serre, que j'avais jamais vue. Elle a une fleur, elle est gigantesque. Elle SCHLINGUE. Une horreur. Apparemment ça attire les mouches. J'ai fait pousser un baobab dans le jardin de la Chantry, parce qu'elle en avait pas, que ça lui fait du challenge pour l'entretenir, et pour déconner. Puis après elle m'a demandé si j'avais pas un mec à lui présenter. Alors j'ai pensé à Vincent, il est pas mal, il a une parole, il est plutôt dégourdi. Ouais, pourquoi pas. Du coup j'lui en ai parlé, elle avait l'air tentée, donc je l'ai appelé. Ben quoi, autant régler ça de suite. Il m'a dit que ouais, il était pas occupé et il arrivait, même si quand j'lui ai dit de venir à la Chantry Trémère sa voix avait l'air moins enjouée. Sylvie m'a fait tout un pataquès, comme quoi j'étais chiante, et elle pouvait pas le voir comme ça, et non elle voulait pas se changer, elle était bien en gris parce qu'il n'y avait pas de fleurs grises. J'ai trouvé ça trop mignon. J'ai essayé de lui faire faire de la méditation, mais elle était trop énervée pour la muraqaba je crois. Du coup elle s'est relevée et elle a recommencé à se plaindre. Je lui ai fait un calin et Vincent est arrivé :
      « Salut Vincent, je te présente Sylvie »
      « Enchanté » - baise main
      « Je suis stressée, tu veux pas juste qu'on baise ? » - mouvement de recul
      « SYLVIE ??! »
      « Qu'est-ce que tu fous encore là, Azz ? »
      « Ben je filme »
      « Nan, pas de ça »
      « Je déconne, j'me casse »
    • Bon, ben j'me suis barrée, en les entendant dire que j'étais chiante quand même. Deux heures après j'avais droit à un texto de l'autre chaudasse, un « merci :) :) :) » qui en dit long. Ouais, de rien. Bon, je suis quand même contente que ça lui ait fait plaisir.
    • J'ai rien foutu du reste de ma nuit, énervée de pas avoir vu Prescott, énervée de pas être moi aussi en train de grahouter avec Samuel, énervée de ce qu'il s'était passé la veille avec Assan. Fuck. J'ai médité sur ma connerie.
    • Pendant ce temps là, Juun était encore avec Witchwood. Sérieux, il serait pas aussi vieux je me dirais qu'elle a un crush. Mais si Deloraison elle l'appelle papounet, l'autre ça doit être grand-père. Bref, si j'ai bien capté ils se sont encore battus, puis il lui a appris à danser avec des talons. J'veux pas savoir.
    • La Comtesse était en plein finish de ses préparatifs, donc la palme est allée à Mosh. Il a envoyé une lettre à Katharina, et une à Faith, pour leur parler de Féodore et blabla disciple. Ça c'est soft. Après il est allé voir Phinéas Crane. Il l'a remercié d'être aussi compréhensif pour Sophia. Puis il lui a parlé de Faith, du fait qu'il aurait besoin d'aide pour la jauger. Phinéas a souvent ce genre de demandes apparemment, mais trop de taff. Là, il a accepté, à une condition. Que Mosh et lui se colle une larve dans l'oreille, pour être en contact mental permanent. Ça lui permettrait de continuer à travailler tout en pouvant l'aider. Puis il voulait voir comment ça faisait d'être en lien mental avec des frères du sang. Et l'autre tête de nouille a accepté, après nous avoir demandé notre avis. On allait pas l'en empêcher hein.
    • Donc l'autre doit être ou va bientôt être au courant de la totalité de nos secrets, ainsi que de ceux qu'on protège. Ok, cool.
    • Et ce soir, ça va de pire en pire.
    • Le récital de Sophia a été magique. Ça a duré trois heures mais je les ai même pas vues passer. Tous les Toréadors bavaient, y'a eu un tonnerre d'applaudissement. Y'avait des caïnites venus de partout dans le monde pour l'écouter. Classe. Elle a offert la partition au clan, en quelques phrases bien tournées. Elle est magistrale cette femme. Par contre la pauvre... Elle s'est retrouvée avec une queue de 300 personnes qui voulaient la féliciter, le Prince à leur tête.
    • J'ai reçu une demande de contact mental, et Samuel m'a dit qu'il sentait pas vraiment de danser après ça, qu'on allait avoir l'air nul. J'lui ai répondu un « oh, tu as peur, c'est trop mignon », qu'il m'a renvoyé à la gueule en un « tu as du porc et c'est trop mignon ? ». Tain, salaud.
    • Du coup j'suis allée discuter avec Witchwood, en lui demandant mentalement pourquoi il était sur liste rouge en Europe. Il a eu l'air emmerdé et on est allés fumer pour en parler. Fuck, cette histoire.
    • Alors genre quand il était jeune, il est allé à Londres avec son sire. Celui-là lui a dit de pas s'approcher de la future femme d'OldCastle, une humaine qu'il allait étreindre. Bon, ben elle était splendide, et une chose en entraînant une autre Léonard et elle sont tombés amoureux et il l'a dépucelée. Du coup le père de la meuf a été vénère, il a rompu les fiançailles, elle a été envoyée au couvant, OldCastle a perdu son alliance politique et y'a eu un gros bordel politique à Londres. Vu que le couvent était à Barcelone et qu'il était amoureux, Witchwood est allé chercher sa dulcinée, en passant par la France. Là il a rencontré Deloraison au siège d'Arras, en 1640. Ils ont combattu ensemble, se sont sauvés la vie plusieurs fois, sont devenus amis. Jean voulait être Prince d'une cité dans laquelle ses sujets lui foutrait la paix, et Léonard voulait vivre dans une cité où on lui foutrait la paix. Une bonne paire. Après ça ils ont filé en Italie pour aider Samuel qui s'était mis à dos les Giovanni, et il lui est arrivé une histoire similaire avec une nana qu'ils allaient étreindre, il l'a couchée avant eux. Ils sont ensuite partis à Barcelone, et ça a été la même, mais il a pas voulu me raconter, il avait « pas assez bu pour ça ». D'ailleurs il m'a fait « tu veux pas plutôt que je te raconte comment j'ai arrangé le premier coup de Samuel ? », je lui ai répondu que si et il m'a rétorqué que ben non, parce que lui c'était pas une balance. Tss. Après Barcelone ils ont pris un bateau tous les trois, et se sont retrouvés à New-York.
    • Mosh l'a chopé quand on est rentrés, pour lui parler des anarchs. Avant ça il avait expliqué à Asmodée que le démon avait semble-t-il quitté la Comtesse, donc l'autre s'était barré pour essayer de le retrouver et le tuer pendant ce répit. Bref, les anarchs.
    • Mosh lui a parlé de Faith. En long, en large et en travers. Et là Witchwood lui a dit : « Te prends pas la tête et défonce-la ». Il avait pas l'air bien, son discours était assez déprimant. Il en avait marre, y'a un mois il avait perdu son meilleur ami, là il perdait son infante, il avait envie d'être tranquille de tout envoyer bouler. La seule chose pour laquelle il voulait bien se retourner le cerveau, c'était pour aider Sophia. Il a commencé à proposer à Mosh de partir à Chicago pour défoncer une coterie de camariste, ce à quoi l'autre a plutôt parlé de s'occuper de ses brujahs anarchs, et moi qui laissait trainer mon oreille je leur ai dit que tant qu'à taper sur des cons autant prendre Thompson Gunner et Assan Alil. Et Léonard a trouvé l'idée très séduisante.
    • On a chopé Juun, on a laissé la Comtesse recevoir ses éloges supportée par Mallory, et on a filé en douce chez Assan. Witchwood nous a rejoint en traînant Thompson par l'oreille, en lui disant de se la fermer. On est rentrés chez l'émissaire assamite sans aucune politesse, on a défoncé plusieurs portes, puis on s'est retrouvés devant lui. Witchwood les a fait se mettre à genoux devant nous. « Écoutez la dame, elle doit vous parler ». C'était grisant.
    • Je leur ai expliqué que Monsieur Witchwood, Primogène Gangrel, s'était proposé de m'apprendre la politique, et que j'avais prestement accepté, pour pouvoir les aider dans leur différent et unir le clan. « La politique c'est de la merde, vous me faites chier, arrêtez de jouer aux cons ». Et une torgnole dans leur gueule, Witchwood et Mosh étaient super-synchro.
    • Ensuite j'ai essayé de leur montrer qu'ils avaient les mêmes idéaux, viciés pour de mauvaises raisons. « Et Thompson, les préceptes d'Haqim sont justes et doivent être respectés, mais putain, Assan, Haqim c'est pas Mahomet et l'islam n'a rien à voir avec le clan ». Et mange ta deuxième mandale, Witchwood laissant Juun se défouler, en galant homme.
    • Pour finir, parce que jamais deux sans trois, Léonard a pris leur deux têtes pour les exploser l'une contre l'autre. Et on est partis, en les laissant comme ça.
    • Je vais mourir. Je vois pas d'autre sortie. Les musulmans vont me haïr dès que ça se saura. Thompson va plus m'adresser la parole. Qu'est-ce que je vais dire à Papa ?
    • « Je connaissais la domination brujah mais j'ai voulu apprendre la politique gangrel, je fais mes expériences ! ». Quelle conne. Quelle grosse conne.
    • Je vais jeter l'opprobre sur ma famille, comme l'autre là. J'ai jamais été aussi angoissée. Et dans sa dernière lettre, il me disait qu'il était fier de moi. Qu'est-ce que je vais faire.
    الحكيم هو أكبر
    [/list]
    « Modifié: juillet 15, 2013, 14:45:25 pm par manquedebol »
    Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
    Oscar Wilde

    Hors ligne manquedebol

    • Moderator
    • *****
    • Messages: 1653
    • Sexe: Femme
    • e-kikookokine
      • Voir le profil
      • Moufle !
    Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
    « Réponse #9 le: mars 04, 2013, 00:50:03 am »
    15/06/2012
    Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
    Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

    Citer
    • Pendant la fin de cette soirée, on s'est vachement défoulés. Ça fait du bien, mais je me sentais pas non plus en grande forme, chuis allée dormir au Moulin.
    • Le lendemain soir je me réveillais en me disant que je devrais quand même me ressaisir un peu, assumer, passer à autre chose, m'occuper l'esprit. J'ai commencé à chopper des trucs pour m'installer vraiment chez Samuel. Avec Samuel, plutôt.
    • En faisant ça je discutais avec Mosh qui me racontait comment Phinéas était trop badass, qu'il avait remarqué plein de trucs, genre que Faith avait une cicatrice au niveau du cœur qui lui rappelait les pieux de l'inquisition. Qu'elle avait deux numéros enregistrés dans son téléphone, et Mosh a reconnu celui de Gaviel... Crane pense que se débarrasser d'elle devrait être notre première priorité si on veut vraiment aider le Prince, qu'il trouve d'ailleurs plus déterminé, plus ambitieux. Mais ça l'étonnerait que Kane soit tenu par qui que ce soit. José don Lopé doit pas être manipulé par Fi Niktuku, qui ira d'abord à Boston et sera accueilli par Julien, qui est sur le pied de guerre. Donc on le saura quand ce sera le cas quoi. Sinon y'a rien à craindre de Red, qui doit juste être amoureux de la vampire clodo qui traine. Par contre Bertrand se fout de notre gueule, il devient mage et fait des évacuations de paradoxe qu'il ne gère pas et ne comprend pas encore. Il est plein de frustration, pour Crane c'est une bombe atomique. Mouais. Il faut pas qu'on cède à la parano. Mais on devrait pas faire autant confiance à Durance, c'était un peu gros son manège, avec ses lettres top-secrètes mises en évidence. Ouaip. Bon, monsieur aime les défis intellectuels, il fuit l'ennui, et il nous en apprend de belles. Mais il fait un peu flipper quand même aussi.
    • Bref, j'me suis barrée pour déposer mes affaires à la maison, je pensais que ce serait juste un crochet avant d'aider Mosh avec toutes les saloperies qu'il avait apprises. Mais en fait, Samuel était là. Il repeignait la salle de bain, en gris anthracite. Parce qu'il n'aime pas le blanc. Je lui ai dit que c'était un peu triste quand même, il m'a répondu que j'avais qu'à le faire moi-même ou repasser derrière-lui, si j'étais pas contente. Bah, c'est ce que je ferai.
    • Je lui ai dit que je passais juste déposer des affaires, mais il m'a mis de la peinture sur le bras, ça a dégénéré et on est devenus aussi gris que la salle de bain, où on a fait l'amour. C'était drôle, agréable, ça m'a fait du bien. On a pris une douche pour se décaper, ce qui a été compliqué, puis il s'est rendu compte qu'il était tard, et il a toujours plein de travail qui l'attend.
    • Avant qu'il parte je l'ai quand même prévenu pour Faith et Gaviel, vu que c'est lui le sabbat de notre trio de grobillous camaristes. Bon, il a pris l'information mais il a pas trouvé ça très important. Il nous fait confiance pour gérer ça.
    • Ouais bon. C'est pas comme si on faisait que des conneries. Je lui ai parlé de notre virée de la veille, du fait qu'on avait tapé sur Assan et Thompson. Il a rigolé en disant qu'on aurait pu le prévenir, que ça l'aurait amusé, puis finalement il s'est repris en disant que non, il aurait probablement tué tout le monde. Il a vu que j'étais plus très mal à l'aise qu'en pleine rigolade, donc je lui ai expliqué que ça y est, je pensais vraiment qu'ils allaient tous me haïr et que j'étais finie. Alors il a ri encore plus, j'ai du me retenir pour pas le frapper ou m'effondrer en larmes. Mais en fait il riait parce que j'étais bête, et que, même s'il s'était moqué de moi chez Assan, il avait tout arrangé. L'émissaire va apparemment longtemps faire des rêves très étranges, mais il ne pourra jamais se souvenir de ce qu'il s'est vraiment passé. J'y croyais pas. J'y avais même pas pensé.
    • Je lui ai sauté au cou et je l'ai remercié plusieurs fois. Il m'avait enlevé un gros poids donc je sais pas, j'ai eu envie de lui parler de la cuisine, et je lui ai dit que je voulais en faire une salle à fleurs. L'idée lui a plu, mais il veut pas se retrouver à s'en occuper comme quand une gonzesse veut un chien et s'en occupe pas. Je lui ai demandé s'il voulait un chien, mais il en a déjà un à Castille. Mh. Il m'a demandé ce que je voulais comme couleur pour la salle de bain, et je lui ai dis que j'allais lui poser la même question, que je voulais juste de la couleur. A priori il s'en occupera.
    • Il est parti et j'avais le cœur léger. Juun m'a téléphoné à ce moment là, inquiète. Elle avait reçu un texto de Chuck, et elle était persuadée qu'il savait qu'elle était pas ventrue. Elle voulait savoir s'il était sympa, en gros. Ben, ouais, sinon il serait pas là. Je l'ai un peu conseillée, mais au final je lui ai dit d'appeler Jean. Je veux dire, c'est sa fille, il la bichonne, elle flippe un peu en ce moment parce que si j'ai bien compris elle a plus défoncé un garou qu'appris à danser avec Witchwood mardi dernier, du coup je vois pas pourquoi elle se repose pas un peu sur lui, il sera forcément de meilleur conseil que moi. Enfin, je suis quand même contente qu'elle m'appelle plutôt qu'elle garde ça pour elle. Puis je comprends bien pourquoi elle m'appelle moi et pas lui, je le comprends même très bien. Mais je suis mal à l'aise dans la position de celle qu'on appelle. J'ai peur de dire une connerie. J'avais pas ce problème avec les triplés, putain j'en sortais des conneries. Mais j'ai l'impression de crouler sous les responsabilités avec tout le bordel actuel. Bah. Il va falloir que je m'y fasse. Puis Juun nous a nous tous. Faut que je lui parle de Boston, qu'elle comprenne qu'une meute c'est important, qu'on est pas en sécurité seul.
    • Après ça j'ai appelé Mosh, pour savoir ce qu'on faisait. Il devait voir Prescott et Xénophon, et plus prosaïquement n'importe quel Trémère en fait. Du coup j'me suis dit que j'allais pouvoir m'occuper de cette histoire de fleurs, donc on s'est rejoints à la Chantry.
    • Elle était encore vide. Y'avait du bruit qui venait de la serre. Vincent et Sylvie baisait quoi. On a fouillé vite fait, mais les portes des bureaux des deux badass étaient fermées. Et ils répondaient pas au tel. Bon bon bon. On a appelé Étienne et on s'est donnés rendez-vous pas loin. Puis en l'attendant, on a essayé de parler avec les deux lapins. On les a dérangés, ils étaient gênés, puis fâchés, je me suis marrée et je leur ai dit que j'étais contente quand même, qu'ils étaient mignons. Mosh leur a dit qu'il y avait des sabbats en ville, qu'ils devraient faire gaffe, mais ils étaient déjà repartis à copuler, ils s'en cognaient. Du coup on s'est barrés. J'ai quand même dit à Sylvie que quand elle aurait fini j'aurais besoin de ses services. M'enfin bon.
    • À cet instant, la Comtesse venait de quitter Mallory pour rejoindre Witchwood, donc on s'inquiétait pas trop pour les pépettes. Elles étaient toutes les deux allées voir Pédro, Sophia pour des trucs de Toréadors, et Mallory qui l'accompagnait pour faire son affaire au coiffeur. Ensuite la Comtesse a passé la nuit avec Léonard, en tous cas c'est ce qu'elle a dit qu'elle ferait à Mallory. Elle a sûrement voulu lui dire qu'elle était plus hantée. Ca fait un couple étrange quand même...
    • Juun nous a rejoint à la sortie de la Chantry, elle nous avait appelé après son rendez-vous qui s'est bien passé apparemment. En attendant Étienne, Mosh a appelé Kane. Il a laissé un message et l'autre l'a rappelé direct. Ils ont parlé de Faith, mais Kane lui a dit qu'ils avaient pas d'alliance particulière, qu'il avait juste camouflé quelques unes de ses conneries et lui avait fourni un peu de matos. Par rapport à son passé, il en sait pas plus que nous. Il pense qu'elle doit en avoir plusieurs, mais que c'est pas pertinent à analyser, sympa à écouter, limite. Bref, pour une première conversation c'était pas mal je trouve.
    • Le petit con est arrivé à ce moment-là, pour nous ramener dans sa garçonnière au final. Décorée genre le Vanitas. Yeurk. Il a gouté le sang que Mosh avait gratté sur un pacte du sang qui lie José don Lopé à Gustav Nikutku. Du coup on a pu savoir qu'il était de XIème génération, et qu'il n'a jamais diablé. Pis voilà. Bon, au moins il saura le reconnaître s'il recommence. Il a fait de sales réflexions sur moi et les miens, mais c'est normal pour un putain de Trémère de merde. Bref, j'ai pas cherché plus loin. On lui a acheté une dizaine de pieux magiques : il suffit de les planter n'importe où et la pointe se détache pour aller se loger dans le cœur. Pratique, j'avoue. Ces deux petites blagues nous ont coûté 80 000 et 10 000 $. On va pas tarder à être à sec. Mais ça valait le coup, rien que pour le voir faire les factures. Il sait pas s'y prendre avec les ordinateurs, c'est le moins qu'on puisse dire.
    • Après ça on a perdu une heure dans les égouts, pour voir si Prescott était pas chez lui. Queudal.
    • J'ai voulu appeler Jean pour savoir quand serait l'intronisation des jumeaux exactement, et où. Répondeur. SÉRIEUX. Ils me saoulent tous. J'ai demandé à Juun si elle pouvait le contacter mentalement, et 3 minutes plus tard il m'appelait.
      « Je vous déteste. »
      « C'est dommage, vous êtes quand même mon beauf. »
      Et il m'a raccroché au nez. J'sais pas ce qu'elle lui a dit, mais il avait l'air bizarre. Bref, je l'ai rappelé et cette fois-ci je lui ai laissé un message sur son répondeur. Il m'a rappelée. La réunion allait se tenir deux jours plus tard, elle durerait trois heures. Il nous amènerait au lieu lui-même, top-secret touça. On lui a dit pour José et Faith, et il nous a répondu, en gros, de nous démerder. Je crois qu'il aime pas que je l'appelle beaufounet.
    • Juun avait soif, j'avais envie de me défouler, donc on a mis des fringues de poufs et je l'ai traînée en boîte. Heureusement qu'elle a temporis, parce qu'elle a choppé le SIDA en se nourrissant. Putain, ça fait du bien de danser sur de la musique de merde. J'ai aperçu la petite quand elle est revenue de son opération de réparation temporalo-sanguinaire, mais on s'est quittées à la sortie. Elle était un peu bourrée peut-être, mais bon, un taxi et ça roule. Puis maintenant, j'ai une maison.
    • Je suis rentrée chez nous, et Samuel dormait. Enfin, il était mort quoi. Pas mal gaulé pour un cadavre. Je l'ai réveillé en le papouillant, puis je lui ai offert ma peau, parce qu'il avait faim. J'étais peut-être encore excitée de tous ces trémoussements, en tous cas je n'ai pas essayé de résister au plaisir. Ça l'a un peu réveillé, mais il est fatigué de faire des allers-retours entre ici et Boston, de devoir déménager Léonidas et le retrouver. J'étais un peu inquiète, mais finalement il n'avait pas envie d'en discuter, pas maintenant.
    • Je me suis réveillée bien avant lui le lendemain. J'ai pris une douche, pour m'apercevoir que la salle de bain est peinte dans un joli vert pâle maintenant. J'aime bien cette couleur, c'est la couleur de l'espoir. J'ai rangé un peu, réfléchi aux endroits où j'allais accrocher mes différentes armes, puis j'ai attendu que Samuel se réveille. Il est trop mignon le matin, ça m'a rappelé Paris. La tête dans le cul, les idées floues, il est machinalement allé jusqu'à la cuisine pour faire réchauffer du sang, puis il a émergé pour voir que je le matais. Parce que nu dans cet appartement épuré, il était vraiment beau. Et terriblement sexy. Je l'ai ramené au canapé pour le câliner, mais finalement ma conversation l'a un peu refroidi. Parler de Bertrand nu contre moi, ça le dérangeait. Boarf. Il m'a dit que les mages c'était dangereux, et que je devrais le tuer. J'avais pas vraiment envie d'entendre ça. J'ai changé de sujet, je lui ai montré où je pensais mettre le khépesh d'Haqim, et le sabre que m'a offert Samson, puis j'ai filé au Moulin.
    • J'étais un peu soucieuse, donc je me suis dit que j'allais parler à Bertrand. Après tout voilà, bon, je me suis dit qu'il était gentil au fond, qu'on pouvait s'en faire un allié plutôt que de devoir le tuer. Quelle conne.
    • Il dormait, il venait de faire la journée. J'y suis allée tranquille, en essayant de le réveiller en douceur. Je lui ai dit qu'il fallait qu'on parle et je suis allée l'attendre dans la salle commune. C'est bien, Red était sorti et personne n'était là à part Mallory sur un pc, dans une autre pièce. On allait pouvoir parler tranquillement. Quelle grosse conne. Dans ses yeux il y avait l'attente de toute une vie, alors j'ai commencé par lui dire qu'il savait que je ne pourrai jamais l'aimer, que mon cœur appartient à un autre. Plusieurs ampoules ont explosé, il n'a rien dit mais son regard a changé. Je lui ai dit qu'il devenait mage, qu'il s'éveillait. Il m'a demandé si ça me plaisait, et je lui ai répondu que ça me faisait peur. Les plombs ont sauté, il y a eu une explosion et un morceau de bois s'est planté près de mon cœur. Je suis restée stoïque, je l'ai enlevé. Il était en colère, il m'a dit qu'il en avait marre d'attendre, d'être rejeté, d'avoir une vie minable. Je lui ai dit que justement, cet éveil était une chance, qu'il devait partir, vivre sa vie de lui même, voler de ses propres ailes, sans moi. Toujours calme, j'espérais que la situation pouvait encore s'arranger. Ma ceinture s'est détachée, a glissé le long de mon corps et s'est enroulée autour de mon cou. J'ai été soulevée du sol, et j'ai commencé à avoir peur. Avant de ne plus pouvoir expirer le moindre mot, je lui ai dit que je n'avais jamais voulu lui faire du mal. Il m'a rétorqué que maintenant je ne refuserai plus de lui faire du bien. Mes vêtements se sont déchirés. J'ai cru voir de la haine dans ses yeux.
    • À ce moment, Juun est apparue et lui a tranché un bras, entaillant son torse. Il a  hurlé de douleur et tout un pan de mur s'est écroulé sous des torrents d'eau. La pression était forte, c'était incroyable. Le premier coup l'avait surpris, je suis tombée à terre et je n'ai pas réfléchi trente plombes. Je lui ai tranché la tête. L'eau s'est arrêtée de couler et tout s'est arrêté.
    • J'étais con. J'étais mal. Pas de la même façon que Juun, qui elle avait clairement la gueule de bois. Elle a vérifié que tout allait bien, puis elle est partie se recoucher.
    • J'ai pensé à autre chose, regardé les dégâts. Tain, un mur défoncé, de l'eau partout, l'électricité et le système de sécurité foutu. Je disais quoi la veille ? Qu'on allait être à sec ? Je savais pas vraiment à qui m'adresser, en pleine nuit, pour tout ça. Surtout pour le mur... Du coup j'ai appelé Jean, même si je sais que je devrais arrêter d'appeler ce genre de personnes pour des trucs aussi triviaux. J'ai pas réfléchi. Mais bref.
    • Sa réaction m'étonne un peu, après coup. Je lui ai raconté ce qu'il s'était passé, ce dont j'avais besoin. Il a été surpris, il a sincèrement compati, puis il m'a dit qu'il ferait le nécessaire. Comme quoi il ne fait pas que se moquer de moi. J'ai changé de sujet, je lui ai demandé l'heure à laquelle on était censé débarquer à la réunion. 22h, ok. Et il faut se saper particulier ? Non, il portera son sempiternel costume. Mais lui au moins il en change. Ça l'a fait rire, et il a failli me dire qu'avant... Samuel s'habillait encore plus mal quoi. Bref.
    • Je suis restée là, j'ai commencé à éponger, faire le ménage, ranger. En essayant de ne pas réfléchir, tout en n'y arrivant absolument pas. Il était pas méchant, mais moi non plus, et puis j'ai jamais voulu tout ça. J'ai un peu pleuré. Un peu. Pas longtemps.
    • Samuel est arrivé, son frère avait du le prévenir. Je me suis ressaisie et j'ai badiné, en lui demandant comment il s'habillait avant, au juste. Il a pas voulu me répondre, puis il s'est dit qu'avec l'histoire de la robe en porc il avait une bonne garantie. Il portait des fraises à collerette. J'ai pouffé de rire, j'ai pas résisté. Bah, il s'est pas formalisé, lui il aimait bien, et il aimerait en porter encore. Pourquoi pas après tout, il faudrait que je le vois avec pour me faire une idée. Puis la mode hein, ça va ça vient. Bref.
    • Après ça j'ai enchaîné sur ce que m'avait dit Witchwood, en lui demandant si c'était vrai qu'il avait arrangé son premier coup. Il m'a répondu que ça ne me regardait pas, qu'il avait oublié toutes les autres femmes pour moi et qu'il fallait laisser le passé au passé. J'ai trouvé sa réaction étrange, un peu froide, comme s'il était sur la défensive. Même s'il était égal à lui-même, simplement sérieux. Sur le coup je me suis demandé si ça cachait pas quelque chose, je sais pas, un mauvais souvenir. Maintenant je sais pas. C'est sûrement parce que j'étais un peu choquée, encore. Je lui ai dit que c'était juste de la curiosité, c'est tout.
    • Il a changé de sujet, prévenant, et m'a demandé si ça allait. J'ai haussé les épaules. J'ai pas vraiment envie d'y penser, c'est un peu dur. C'est un peu ma faute. On a passé une bonne partie du reste de la nuit ensemble, à parler. Puis à remettre de l'ordre aussi dans le Moulin. D'ailleurs en fin de nuit, peu après que Samuel m'ait laissée, Étienne est passé pour poser des runes sur les murs et faire des trucs de Trémère. Tant qu'à refaire la sécurité, je l'ai renforcée.
    • Samedi soir, c'était pas soirée disco, c'était soirée Tal'Mahe'Ra friendly. Le Prince nous a emmenés en sous-sol, pas loin de la Grand Central Station. On a revêtu des sortes de grandes capes, avec des broches au symbole de la Tal'Mahe'Ra. Il fait vachement dans le décorum pour ses Ombres, c'était pas aussi solennel à Paris. Y'avait Cyril de Montmirail, Sorin Markov, Samuel, le Graveur, Nerghal (sisi) et... une femme d'une quarantaine d'années, très belle. Aconia. J'me suis dit que quoi qu'il se passe, il ne fallait pas qu'on se parle. Je la connais pas, mais si elle est vraiment jalouse j'ai peur qu'elle essaye de me pourrir la vie.
    • Donc voilà, on était tous là et la réunion n'allait pas tarder à commencer, on attendait. Et à 22h30, Juun, Sophia et moi on a calculé que Mosh et Mallory n'étaient pas là. Et qu'on étaient les seuls à attendre calmement, que les autres restaient silencieux mais se regardaient bizarrement, l'air interrogateur. J'ai pas réfléchi au formalisme de la situation et j'ai sorti mon téléphone pour appeler Mosh. Il m'a dit qu'il avait rencontré quelqu'un, qu'il savait pas ce qu'il s'était passé, qu'il venait de perdre 24 heures de sa vie, qu'il arrivait d'ici une demie heure... Je suis allée prévenir mon Séraphim d'amour, en sentant le sourire narquois d'Aconia et le regard dur de Sorin dans mon dos, tandis que Cyril sortait son smartphone pour s'occuper. Samuel a proposé qu'on ajourne la réunion jusqu'à minuit et Markov a commencé à partir d'un pas vif.
    • Bon. Il avait pas l'air aimable, ni de bonne humeur, mais moi j'avais besoin de lui parler. Je l'ai rattrapé et je lui ai dit.
      « Donnez-moi une seule bonne raison. »
      « ... »
      « À bientôt. »
      Je savais pas quoi lui dire, j'y avais pas réfléchi, j'ai couiné un « Kuppala est en moi, il faut que je vous parle ». Il s'est arrêté, une demie-seconde, puis il a sorti « allons chasser ».
    • Je l'ai suivi jusqu'à la gare. On est rentrés, il a choisi un endroit qu'aucune caméra ne couvre, rendu les passants amorphes, regardé sa montre et sorti « vous avez une heure ». Là, comme ça ? J'ai proposé qu'on aille ailleurs, mais non. Qu'on s'assoit ? Il n'a pas répondu, droit comme un piquet. Je lui ai demandé si l'endroit était vraiment sûr, si personne n'écoutait, et il m'a répondu « personne qui ne me gène ». Je sais plus s'il était agacé ou non par mes manières, mais moi j'étais vraiment pas à l'aise au milieu de ce tas de gens hébétés, au milieu de cet espace gigantesque où des dizaines d'autres personnes marchaient sans faire attention à nous. Mais j'avais pas le choix, il était pas tellement conciliant.
    • Je lui ai dit, donc, que Kuppala était en moi. Et que je lui parlais pas souvent, que je la connaissais mal, que lui, vu qu'elle est à l'origine de la sorcellerie koldunique des Tzimisces, il saurait peut-être m'aider. Il m'a demandé si c'était comme ça qu'elle était en moi, en sortant une épée comme la mienne. Alors je lui ai dit oui, en lui montrant la mienne. Là il m'a montré un truc génial. Lui il en a 9. 9 quoi. Il en a jeté trois contre un mur, s'est concentré et elles étaient là, sur son bras. Trop classe. Il trouve ça pratique, et m'a dit que c'était assez commun. Je devais avoir les yeux qui brillent, parce qu'à ce moment je me voyais déjà avec plusieurs autres cimeterres en moi.
    • Vu que Kuppala m'a à la bonne, mais lui il dit qu'elle m'a investie, il m'a un peu parlé du lien qui l'unit aux Tzimisces. en fait, Kuppala a peu de tourments, elle cherche la rédemption. Et en offrant la sorcellerie koldunique aux Tzimisces pour essayer de les délivrer de viscissitude, elle a fait sa BA quoi. Non parce que d'après Sorin, viscissitude c'est genre une grosse saloperie, Enoch aurait insufflé tous ses vices en Tzimisce pour s'en débarrasser et pouf, ça fait des chocapics.
    • Après ça j'ai poussé un peu, mais c'est pas passé. Je lui ai dit que j'avais parlé des mangeurs d'âmes avec un Tzimisce et qu'il m'avait dit que lui avait une vision différente et intéressante du sujet, mais qu'il s'était énervé sans vouloir m'en dire plus, que du coup il devait pas trouver ça si intéressant en fait vu qu'il avait pas l'air d'accord, mais que moi ça m'intéressait, vu qu'en plus c'était un grand occultiste, il paraît quoi. Je crois que ma phrase devait être trop longue, et absolument pas convaincante. Il m'a dit que ça n'avait rien à voir avec Kuppala, et m'a demandé pourquoi je m'y intéressais, en vrai. J'ai baissé un peu la voix, pour lui dire que j'allais aller les voir, aux Carpates, et que je n'aimerais pas commettre d'impair quand j'y serai. Avoir quelques informations sur les coutumes locales. Pourquoi je veux aller là bas ? C'est ce moment là que j'aimerais que vous gardiez secret. Pas de réponse. Pour retrouver le père de Guiche. Là, je crois qu'il a été un peu surpris, qu'il n'a pas compris. Il m'a dit que ça allait bien, et qu'il voulait les détails.
    • C'est un Séraphim. Il était là quand je suis entrée à la Tal'Mahe'Ra, il était encore là ce soir. Samuel lui a dit quand il est revenu, ça doit bien vouloir dire qu'il lui fait confiance, au moins en ce qui concerne le fait de garder des secrets. Je crois. Je sais pas. Mais je lui ai dit.
    • Je lui ai dit que je soupçonnais de Guiche d'avoir diablé un reflet de Lasombra en son temps, et que Samuel l'avait fait, et que Lasombra allait le bouffer, que je pouvais pas permettre ça, que je les détruirai tous, lui compris, mais que je pouvais pas lui en parler sinon ça échouerait. Je crois qu'il m'a dit que j'étais idiote. Enfin je suis pas sûre, je l'ai peut-être juste pensé en l'écoutant parler. Il m'a dit qu'il m'aimait bien, et que le fait qu'il me parle en était la preuve. Mais que je n'aurais aucune chance là bas si je n'apprenais pas à mieux garder mes secrets, parce que les Tzimisces et les Lasombras sont de grands alliés, de longue date. Il m'a dit qu'il irait à ma place, qu'il avait justement quelque chose à régler là bas, qu'il trouverait le fragment et le détruirait. Je lui ai demandé ce qu'il devait y faire au juste, mais ça me regarde pas. Puis je lui ai demandé s'il savait comment détruire les reflets, mais il n'en a aucune idée. Bah. On trouvera bien d'ici là, puis il est badass il paraît.
    • Mais je suis toujours aussi naïve. Quand il m'a demandé ce qu'il y gagnerait en échange, j'ai réalisé que je n'avais même pas envisagé qu'il me propose d'y aller, encore moins qu'il me demande de payer pour ça. Je ne savais pas quoi lui dire, j'ai bafouillé que je ne savais pas, que s'il avait besoin de quelque chose, de quelqu'un, de n'importe quoi, il pouvait me le demander. Il est resté silencieux, il a réfléchi. Il m'a demandé le souvenir de ma première nuit avec Samuel.
    • J'ai pas compris. Je lui ai demandé pourquoi, mais il m'a dit que s'il me le disait ça n'aurait plus aucun intérêt. Quitte à me sucer la mémoire, j'aurais préféré qu'il tape sur la mort de Bertrand.
    • J'ai pas réfléchi très longtemps. Je veux détruire les reflets et tuer Lasombra pour que Samuel vive, pour pouvoir l'aimer encore longtemps. J'ai pensé que c'était pas important d'oublier cette nuit. Pas pour atteindre ce but. Alors j'ai accepté.
    • Il a posé sa main contre ma joue. Depuis qu'il m'avait dit vouloir ce souvenir, je ne pouvais pas m'empêcher de repenser à cette nuit, à lui, à ce... J'ai relu ce que j'en avais écrit. J'ai relu. J'ai oublié. Je me souviens de la nuit d'avant, de cette tension qui m'habitait, de ses baisers chastes que je voulais enflammés sans oser faire le premier pas. Je me souviens des nuits qui ont suivi, bestiales. Et cette première fois que je lis inattendue, passionnée, gauche peut-être pour ma part, je ne m'en souviens plus. Les détails m'ont été volés. La découverte de son corps, ce corps que je ne toucherai plus. Et je ne peux m'empêcher de pleurer. Parce que je ne veux pas le perdre davantage.
    • Sur le coup, et comme d'habitude, je suis juste restée bête. Je me suis dit qu'il venait de me prendre ma virginité. Il a retiré sa main, dégainé son épée. Il a posé un genoux au sol et prêté serment de remplir sa part du marché. J'ai laissé siffler que c'était classe. Ça m'a au moins changé les idées sur l'instant. Surtout son épée.
    • J'ai remarqué qu'elle ressemblait beaucoup à la dague que m'avait offert Everett. Je lui ai dit que j'avais une dague dans le même genre. Il a été intrigué, jusqu'à ce que je lui dise son nom. Il m'a presque souri. Vol-vie est son premier essai. Son épée, Sanguine, son chef-d’œuvre. Je me suis rendue compte, pendant qu'il me parlait de ça, qu'il était bardé d'artefacts des pieds à la tête. Il m'a dit qu'il faudra qu'on en discute une autre fois. Du coup j'ai saisi ma chance, et je lui ai dit que d'ailleurs, en parlant de ça, je cherchais Narcisse. Là, il a carrément eu l'air bluffé, et c'est un réel sourire que j'ai vu. Il m'a dit, amusé, que ça allait commencer à me couter très cher. Alors j'ai répondu qu'on en reparlerait une autre fois.
    • Pendant qu'on marchait pour retourner à la réunion, j'ai réfléchi. Si je voulais aller aux Carpates, c'était aussi pour apprendre certaines choses. J'ai commencé à lui dire que quand il irait là bas... J'ai pas vraiment su comment continuer. Le marché c'était juste qu'il y aille pour trouver le fragment et le détruire, pas autre chose. Mais j'ai pas eu besoin de finir. Il m'a dit que s'il m'avait volé un souvenir, il m'en ramènerait d'autres. C'est déjà ça.
    • De retour avec tout le monde et vu qu'il nous restait un peu de temps, la meute s'est regroupée pour savoir ce qui était arrivé pendant les 24h de flou de Mosh et Mallory. En fait on s'est rendus compte qu'on avait tous passé 24h à ne pas nous soucier de savoir où ils étaient et ce qu'ils faisaient, persuadés que tout allait bien pour eux, qu'ils étaient en sécurité.
    • Mosh avait voulu sortir Daïgoro la veille, et surtout aller parler à la caïnite SDF dont s'est entiché Red. C'est une femme d'une quarantaine d'années, au visage éclaté par la vie mais qui conserve son innocence. Apparemment elle a un regard qui vous met à nu, au travers de ses grands yeux bleus irisés de vert, marqués d'un éclair rouge. Mosh nous l'a décrite comme fragile mais dotée d'une grand force d'âme.
    • Près d'elle il s'est senti bien. Apaisé. Ils ont parlé ensemble. elle est perdue, personne ne peut l'aider, elle ne sait pas comment elle se nourrit, ni comment elle s'appelle, ni ce qu'elle est mais elle a vu le soleil se lever ce matin. Aux mots vampires et caïnites qu'il prononçait, Mosh s'est senti frissonner, s'est senti mélancolique. Elle a vite cessé de lui parler pour lui faire simplement ressentir les réponses qu'elle avait à lui donner.
    • Golconde ? Joie et vulnérabilité. Elle laisse tomber sa tête sur son épaule, il la laisse faire et un lien se crée. Ils ont tous les deux perdu un frère. Comment ? Dragan Bellic. Je ne comprends pas. Trahison. Elle veut apporter la réponse à celui qui choisi de tout ignorer. Son nom ? Il a été oublié de Dieu.
    • Où vis-tu ? Sur Terre. Je n'ai pas besoin de toit, la pluie ne me dérange pas même si j'aime la chaleur. Je m'inquiète pour ta sécurité. On ne peut pas porter atteinte à la vérité, on a déjà essayé de la briser et de la faire taire, mais personne ne pourra y arriver. Elle était capable d'extraire de chaque chose la quintessence, de faire de la boue de l'or, mais on l'en a empêchée. Maintenant elle est plusieurs vérités.
    • Elle a pris Mosh dans ses bras et l'a bercée en chantant. Il a senti qu'elle avait peut-être vécu mille fois plus longtemps qu'elle. Quand elle eut fini, Mosh lui proposa d'être son ami. Elle a accepté, car quand tous seront un et que un sera tous, il pourra être un rock et cesser de rouler. Il a voulu l'appeler Eve, mais ça a réveillé en elle quelque chose de douloureux. Il lui a offert l'hospitalité mais elle n'en avait pas besoin, il l'avait déjà accueillie dans ses bras. Il l'a appelée Gente Dame et a pris congé, en se rendant compte qu'il était 22h30, et qu'on était samedi.
    • Ben putain, cette histoire de ouf. J'y comprends queudal, elle pourrait être tellement de personnes différentes que je sais pas par où commencer. Peut-être qu'on devrait commencer par la rencontrer, mais si c'est pour se noyer 24h dans ses yeux, je suis pas sûre de vouloir.
    • On a pas vraiment eu le temps de débriefer plus que ça, on avait déjà assez fait attendre les grosses pontes qui s'étaient déplacées.
    • On a commencé par Mosh et Mallory, pour lesquels Samuel et Jean ont fait des discours dithyrambiques. Ils ont parlé des efforts et sacrifices de M&M's, mais ils ont surtout beaucoup insisté sur le fait qu'ils étaient l'une des rares personnes à plus respecter ses principes qu'eux-mêmes ne le font. D'ailleurs Jean a magistralement défendu la voie de l'Accord Honorable. C'était super émouvant, je crois que Mosh devait être particulièrement soulagé, peut-être même heureux. Maintenant il est Ombre de la Tal'Mahe'Ra, au service de Jean. Il sait où il est, il sait où il va.
    • Puis le tour est venu de l'intronisation de la Comtesse. En fait c'était pas prévu à la base, mais Jean nous a demandé de lui en parler et de l'emmener. On lui a expliqué ce qu'était la Tal'Mahe'Ra, et elle a accepté de nous rejoindre. Vu qu'elle est plus possédée par Hermaeus Mora, son accession est possible. Mais si elle veut être sûre de s'en débarrasser vraiment, il vaut mieux qu'on soit le plus uni possible. Puis Jean et Samuel lui ont vendu comme une organisation qui mettait en oeuvre les principes non-corrompus de la Camarilla non-pervertie. Mh-Mh. Plus camariste qu'un camariste, faudra que j'explique ça à Papa un jour.
    • C'est pour ça que Nerghal était là en fait. Il a attesté que le démon n'était plus présent, et les discours pour expliquer le pourquoi du comment elle est trop bien il faut la mettre dans notre club ont commencé. C'était un peu plus mitigé que pour M&M's. Ils ont commencé en disant que si le démon l'avait choisie, ça prouvait déjà qu'elle le méritait. Ouais, bon, c'est pas vraiment ce que Prescott nous avait laissé entendre, mais passons. Ensuite ils ont décrit ses qualités, et elle en a plein. Vers la fin ils ont émis quelques réserves concernant sa voie, la voie des Cathares, qui est apparemment assez égoïste. Nous on a jamais eu de soucis avec Sophia, donc j'ai pas très bien compris. D'ailleurs c'est un argument que Samuel a utilisé, en expliquant à tous que la Vaulderie jugule cette voie et permet d'en faire quelque chose qui peut être constructif et servir la Tal'Mahe'Ra. Elle s'est fait adouber Ombre de la Tal'Mahe'Ra à son tour, au service d'Aconia. Je crois que la Comtesse a trouvé ça très folklorique.
    • Quand ça a été officiel, y'a eu le coup des tatouages. Mosh et Mallory se sont fait marquer sur le coeur mais ils en ont une partie sur chacun de leurs corps, du coup c'est pas identifiable comme ça, même par quelqu'un qui sait reconnaître un signe de la Tal'Mahe'Ra. Sophia a voulu conserver son corps vierge de toute marque vampirique, un truc comme ça. Je crois qu'elle trouve ça moche.
    • La réunion s'est terminée assez tôt au final. Mosh et Juun sont partis voir Féodore, lui pour prendre des nouvelles, elle pour le rencontrer et voir si elle pourrait pas devenir son disciple. Mallory a choppé son téléphone pour passer des coups de fil et envoyer des mails. Putain, primogène camariste c'est la lose. Sauf pour la Comtesse, qui n'a pas l'air de trop stresser. Elle a voulu rencontrer sa supérieure et s'est approché d'elle, Sorin et Cyril. Le premier est parti, en se dirigeant vers Samuel et Jean, tandis que Cyril décidait d'imiter une tapisserie. Il est bizarre ce type. Elles ont commencé à partir, et moi j'ai décidé d'aller parler à Samuel 2 minutes.
    • Je me suis approchée sans trop vouloir déranger, et Jean a commencé à dire à Sorin qu'il devait lui parler de quelque chose en particulier, tout en s'éloignant de Samuel, qui s'est retourné vers moi pour me dire que je n'étais pas discrète. Je lui ai répondu que j'avais pas envie de l'être, ce sur quoi il m'a dit que même en essayant son frère aurait vu que je voulais lui parler. Grumph. Après s'être amusé de moi, il m'a demandé ce que je voulais lui dire.
    • C'était pas très compliqué hein. « Je t'aime, je me rends compte ces derniers jours que je suis heureuse, je voulais te remercier pour ça parce que c'est grâce à toi. » Donc vu que c'était pas compliqué, je l'ai dit sans difficulté. Tu sais genre, ce qui s'énonce clairement se dit sans embrouilles, un truc comme ça.
    • « Et donc euh, le déménagement de Léonidas, vous pensez que c'est pour quand ? » Ok c'est pas grave, c'est bien ça aussi comme texte. Je lui ai dit que je pensais qu'il ne fallait peut-être pas trop tarder, mais il n'a plus l'air chaud du tout. Samuel m'a dit qu'il avait peur que ça ne me mette encore plus en danger, et qu'avec ce qu'il s'était passé avec Bertrand, tout ça, il en avait pas envie. C'était mignon. Je lui ai répondu qu'il savait mieux que moi ce qu'il fallait faire, mais que dans tous les cas, dangereux pour dangereux, ma vie est déjà dangereuse. « J'y réfléchirai. Venez. »
    • Il m'a emmenée dans un coin un peu sombre, pour nous envelopper en partie dans les ténèbres. Pour plus d'intimité, m'a-t-il dit au départ, avant de rajouter  « Et aussi pour que personne ne me voit faire ça. », en m'attrapant les fesses. Je ne m'y attendais pas, ça m'a excitée, je lui ai répondu que s'il pouvait nous cacher je pouvais nous rendre silencieux. Il ne s'y attendait pas, ça l'a excité, on a fini par faire l'amour là. Rapidement, avec les autres qui discutaient à côté. C'est un peu dérangeant, un poil bizarre, mais tellement troublant que la transgression en devenait vraiment agréable. Tain on est bêtes quand même.
    • Bon. Je voulais lui parler deux minutes pour lui dire un truc pas compliqué, donc, et on venait de passer 45 minutes ensemble sans que je puisse lui lâcher. Il m'a dit qu'il allait devoir y retourner quand même. « C'est tout ce dont vous vouliez parler ? »
    • Ok, cool, c'est pas compliqué : « Je t'aime, je me rends compte ces derniers jours que je suis heureuse, je voulais te remercier pour ça parce que c'est grâce à toi. » Ok, cool. Si tu réduis à « Je t'aime, je suis heureuse, merci. », ça passe aussi. Allez, à toi.
    • Six pieds sous Terre : « Non ben en fait c'était pas grand chose c'est juste que voilà je suis plutôt heureuse en ce moment, enfin je suis heureuse ces derniers jours, et puis je m'en rends compte surtout avec ce qu'il s'est passé hier et voilà quoi, je voulais juste te dire merci. » Woah. Bravo connasse, ça c'est de l'éloquence. Putain de connerie de merde. Oh, et sa réponse.
    • Amusé : « Ben, euh de rien. Je euh... » Je euh suis interrompu par la Comtesse qui revient en appelant Azz, du coup je me redresse pour avoir l'air ténébreux, beau et fort et je me tais. Fuck. FUCK.
    • Sophia est revenue pour me tenir un discours que j'ai au départ trouvé très incohérent, et très amusant :
      Sophia : « Azz, Azz ! Madame Aconia m'a emmenée sur le quai de la gare pour soulever son voile et me faire passer de l'autre côté ! »
      Moi : « Ah, parce qu'elle en est ? »
      Sophia : « Mais bien sûr ! »
      Moi à Samuel : « Mais je ne savais pas, c'est à cause de vous ? »
      Samuel : *sourire*
    • Finalement j'ai demandé à Sophia de quoi elle parlait au juste, après qu'elle m'ait dit qu'elle aussi en était. En fait Aconia l'a emmenée dans l'Outremonde proche, pour lui faire passer un genre de test. Elle a du changer un souvenir, rendre malheureux deux amoureux qui se retrouvaient sur le quai d'une gare. C'est vilain. Mais intéressant.
    • Quand on parlait de ça, Samuel s'est gratté l'épaule machinalement, comme s'il avait quelque chose de désagréable à cet endroit. J'ai pensé à ses cicatrices, à sa torture. Et j'ai pas vraiment osé avoir pour lui de geste tendre. Vu qu'il était en mode ténébreux, sérieux, je suis Séraphim ça rigole pas... Je me suis dit que ce serait peut-être déplacé, et je l'ai laissé nous quitter pour qu'on s'en aille nous aussi.
    • J'ai vite fait envoyé un mail à Lisa, pour lui parler de notre récent problème de sécurité, savoir si ça la dérangeait de passer un de ces jours, et quand. Puis j'ai appelé Georges, parce que je l'avais un peu zappé. Il m'a dit qu'il habitait le ciel de New-York, qu'il pourrait nous faire voir la ville depuis les cieux. Classe. Il ne savait pas où était Prescott et Xénophon, mais ils étaient censés être revenus pour le conseil des primos. Ok, cool.
    • Du coup on est parties toutes les deux en embarquant Mallory, pour voir Asmodée. Sophia lui a expliqué qu'elle aimait pas Mora et voulait se venger. En mieux dit. Il a voulu qu'on aille chasser avant de vraiment discuter, du coup on a poireauté une heure dans un piano bar, dans lequel Sophia a remplacé le pianiste, j'ai écouté en minaudant pour me nourrir, et on a attendu Asmodée. Qui... a dragué une nana et est ressorti trempé des chiottes. On est sortis. La Comtesse et moi on a eu un peu de mal à se retenir pour ne pas rire ni lui demander ce qui était arrivé. Bref, on a entamé une vraie discussion.
    • On lui a un peu tout dit sur Mora. Le coup des Princes, de l'autre monde, touça. Il nous a posé des questions donc on a fini par lui parler de Maupertuis, Janus et Namira. Et là il a voulu nous faire genre la même que la dernière fois, à la Zorro, excusez-moi, je m'en vais, j'ai une mission. Ouais, oh, non. Moi j'avais d'autres trucs à lui demander. À propos des Abysses.
    • Il m'a dit qu'elles existaient, ok, qu'il y en avait plusieurs, ah..., qu'il était d'ailleurs possible d'en créer d'autres, ok..., et que la plus badass est celle que Lasombra a découvert avant d'être vampire. D'ailleurs ceux qui utilisent l'obténébration qui se sert de cette source doivent pouvoir être fliqués par Lasombra, plus ou moins, de façon floue. Mais tout ça c'est des on dit, et le seul Kyaside qu'il connaît qui est spécialisé dans ces histoires c'est son frère, donc si on l'aide à buter Mora et qu'il le pompe il pourra m'en dire plus. Ça sent mauvais. Mais pourquoi pas.
    • Sophia lui a demandé, avant qu'il parte, comment il comptait battre Mora. Alors si j'ai bien capté chez lui l'important c'est de faire perdre, pas de gagner, parce qu'il est russe. Et qu'en tout état de cause, les russes sont très cons. M'enfin bref. Mon amie la Comtesse n'a pas apprécié la réponse, elle pense qu'il n'y arrivera pas. Il lui a fait oublier en lui faisant un baise-main. Comme quand Sorin m'a touché la joue. Du coup je me demande si ça vient de Mytherceria ou Auspex. Ou Domination ? Mh.
    • Et au moment où il partait, on s'est fait appeler par Mosh. Mora a sucé Crane, en ce faisant passer pour Vaudert. D'ailleurs son nouveau corps a une allure bizarre. Pas que le médecin soit un grand pote, mais maintenant il connait tous les secrets de Mosh, vu que le vieux lui avait retourné le crâne. Crane, crâne. Bref. Ca fait chier. Voilà, on a un nouvel ennemi. Putain, heureusement que j'ai jamais parlé à Mosh du deal de Samuel avec Lasombra, ni des reflets. Asmodée était pas encore parti, donc on l'a rattrapé et prévenu. Bwarf. De toutes façons c'est une tête brûlée qui cherche vengeance.
    • Mosh et Juun sortaient d'une discussion avec Arnaud, ils nous ont dit qu'ils rentraient mais Sophia et moi avons fait un crochet par le B52's. J'voulais parler à Witchwood des Pisanobs, d'Assan et Thompson, et qu'il m'apprenne la politique. Pas maintenant quoi, mais bon, qu'on prenne rendez-vous pour plus tard. Puis la Belle et la Bête aurait pu se dire bonsoir. Mais il n'était pas là. On a laissé un message.
    • On est rentrés au refuge pour se faire un petit débrief. Juun s'est fait péter le genoux par Féodore, Mosh en a appris sur Faith grâce à Arnaud. La Comtesse en est comme Aconia, Azz pense que Léonidas sera pas déménagé, d'après Samuel. Cellule de crise et de félicitations. On a des journées chargées, et demain c'est notre premier conseil des primogènes. Tain, je vais me faire chier.
    الحكيم هو أكبر
    « Modifié: mars 19, 2013, 23:31:21 pm par manquedebol »
    Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
    Oscar Wilde

    Hors ligne manquedebol

    • Moderator
    • *****
    • Messages: 1653
    • Sexe: Femme
    • e-kikookokine
      • Voir le profil
      • Moufle !
    Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
    « Réponse #10 le: mars 18, 2013, 16:11:36 pm »
    19/06/2012
    Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
    Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

    Citer
    • On est à Shanghai. Je crois qu'on est repartis comme en 40. Et sérieusement, ça fait un bien fou.
    • Le conseil des primogènes m'a pas mal ennuyée. Le Prince était venu nous réveiller tôt, chez nous, pour nous coacher et qu'on débarque avec lui, genre légitimes quoi. Et ça foutait les boules hein, il nous a prévenu que c'était politique, l'horreur, et que ça pouvait durer une heure comme une semaine, l'horreur ultime. Mais Mosh et Mallory avait besoin de ce genre de discussion. Puis vu qu'il était là, on a parlé à Deloraison de notre problème avec Mora, du type dans lequel il est en ce moment. Et j'ai proposé un karaoké pour l'after, ce qu'il a accepté. Au moins un bon point quoi.
    • Bref, on est allés à l'Elyseum, dans le bureau de Jean. La Comtesse portait une robe qui avait l'air de couter un bras, de faire mal et d'être très lourde. Mais ça a plu à Witchwood, qui lui a roulé un gros patin en arrivant. D'ailleurs elle lui a claqué les fesses. C'est spooky, mais sexy aussi. Y'avait Madison Clark, José don Lopé et deux sous-fifres, Chuck Finley... Les primos quoi. Mais pas de trace de Xénophon. Tout le monde a commencé à parler, puis finalement il est arrivé au bout de 20 minutes, un peu débraillé, comme s'il venait de se saper, suivi de Prescott en tenue écossaise complète, sans sous-vêtements. Il s'est excusé, et le Prince a démarré la séance.
    • La première à prendre la parole a été Sophia, pour parler de la mort de Crane. Le Prince lui avait parlé de son infant fraichement étreint, DAVID SCHÖNBERG, un genre d'interne en médecine juif, hypocondriaque et stressé. Jean lui a présenté comme un boulet, la Comtesse a pas voulu se mouiller, du coup elle a dit que ça se règlerait en interne, au niveau du clan Toréador. Mh-mh. Le Prince lui a dit que bien, cool, super, d'ailleurs il est dans l'Elyseum en ce moment même, vous pourrez aller le voir après. Au final ça s'est pas fait, mais on a été occupés ailleurs.
    • Madison a fait un compte-rendu sur ce que faisait son clan en ce moment, un discours sous forme de rapport, assez rassurant.
    • José a fait pareil. Mais qu'est ce que c'était CHIANT. Lent, fastidieux, gonflant, et putain d'incohérent. Il racontait n'importe quoi. C'est devenu de pire en pire pendant que Mallory le chauffait d'ailleurs. Non parce qu'on avait un plan pour vérifier s'il était différent d'avant, et aussi pour récupérer de son sang, en passant. Mallory lui fait du rentre dedans, s'il réagit normalement il répond positivement (au moins), et s'il a un geste déplacé elle lui en colle une en le griffant pour récupérer de son sang, qu'on le fasse gouter par Étienne. Simple, mais efficace. Bon, faut pas avoir peur de draguer un nosfé. Bref, elle l'a allumé. Et il a pas trop mal réagi.
    • Mallory a commencé à parler ensuite, et d'un coup elle a fait semblant de partir en live, elle c'est retourné vers José don Lopé qui, c'est dégueu, avait mis sa main sur sa cuisse et remontait vers ses fesses, l'a griffé/giflé, avec un magistral et dramatique « Comment osez-vous ? », avant de faire semblant de carrément partir en frénésie.
    • Parce que la deuxième partie du clan, c'était que Mosh la maitrise, pour se faire bien voir. Ouais, devenir primo ça rend manipulateur. Bwarf.
    • Liés comme ils le sont, ils ont eu aucun mal à jouer la comédie. Quand Mallory a fait semblant de se reprendre, ça a été pour finir par un laïus sur le fait que elle au moins elle savait tenir son clan. José a changé de place pour se foutre à côté de Xénophon et Prescott, qui a commencé à grimacer pour se moquer de lui, dans notre direction à moi et Mosh. Ce qui était pas pratique pour lui, vu qu'il venait de prendre la parole pour parler de ses Brujahs anarchs et dire qu'il prenait l'entière responsabilité des conneries qu'ils avaient fait.
    • Xénophon a passé rapidement son tour, en disant qu'il était avec les deux cinquièmes de son clan. Ouais, c'est pas faux, ça fait un peu weakos. Tout le monde a explosé de rire, ça a pas mal détendu l'atmosphère.
    • Chuck est passé ensuite, en nous apprenant que pas mal de Ventrues débarquaient en ville récemment, peut-être un peu trop vu les emmerdes que des petits cons arrivistes peuvent apporter. Jason Félix sort un peu du lot, apparemment il sait se battre. Mme Fowley reçoit pas mal de demandes pour des refuges, elle s'inquiète un peu. Rien de très dramatique quoi.
    • Sophia a repris la parole à ce moment là, pour avoir un discours un peu bizarre. Enfin, non. Disons qu'elle a fait sa Comtesse, comme d'habitude, en disant qu'elle était trop bien, et son clan aussi, et tout se passait bien. Un peu prétentieux quoi. Mais j'ai pas compris pourquoi elle avait eu besoin de basher Claudia Westen. Elle était pas mal l'ancienne primo, c'était pas très sympa. M'enfin bref, elle est pas allée trop loin non plus.
    • Witchwood a été assez direct et concis lui aussi. Il a commencé par dire qu'il était content que les salopards de la ville aient été virés. Son clan se dépeuple un peu, mais les Gangrels sont éloignés de la politique donc ils se portent bien. Ça faisait un peu écho au discours qu'il tenait à la soirée de Sophia j'ai trouvé. Pas très gai quoi. Jean a levé un sourcil un peu inquiet, d'ailleurs.
    • Là José a repris la parole pour demander comment on allait punir Mallory, alors tout le monde s'est tourné vers elle et elle s'est excusée, en disant qu'ils pourraient peut-être régler ça en privé. Il a accepté avec un regard méprisant, puis il s'est tourné vers la porte. Parce qu'il a pas arrêté de regarder cette putain de porte pendant la réunion, comme s'il attendait quelque chose.
    • Enfin bref, après ça Mosh a demandé à ce qu'on parle de son procès. Puis ben en fait, il s'est fait dans la foulée. Mallory a donné ses griefs, Mosh a répondu, et bien sûr leurs discours étaient parfaitement coordonnés, donc j'avais pas à être trop dure avec le coupable. Oui parce que c'est moi le juge aux affaires vampiriques, donc le Prince m'a laissé la place du chef pour le procès.
    • Ben j'étais pas à l'aise hein. Et quand j'ai commencé à énoncé le verdict, en essayant de faire ça bien et tout, et en n'y arrivant pas, genre cette salope de Sophia de merde elle a commencé à m'interrompre pour traduire et répéter ce que je disais. Je l'ai faite taire, et je m'en suis pris une de Jean, comme d'hab.
      « Pas de disciplines dans l’Elyseum »
      « Mais elle m’interrompt ! »
    • Deloraison s'est tourné vers Witchwood, qui a mis une petite tape à la Comtesse.
      « Ça vous va ? »
      « C’est un peu léger, mais je fais confiance à M. Witchwood quant aux suites de cette affaire. »
    • « Bref, je propose qu'on lui crame les bras. »
    • Tout le monde a explosé de rire. Ben, si c'est juste ça qui se passe quand on arrête de chercher des formules classes pour parler et avoir l'air méga manipulato-intello-savant, je le referai plus souvent. Au moins c'était réglé.
    • Chuck a sorti l'alcool de sang et j'ai dit à la volée qu'après c'était karaoké. En plus je me disais qu'El Hombre Que Soy pourrait s'inviter. Tu parles, ça s'est pas fait, comme d'hab.
    • Pendant que certains commençaient à boire, Prescott et Xénophon se sont approchés de moi, qu'on ait une petite discussion, vu que je les cherchais. Z'ont pas voulu me dire où ils étaient, ni ce qu'ils branlaient, et quand j'ai dit qu'ils pourraient prévenir ils ont rétorqué que moi je le faisais pas. Bon bon bon. J'avais plein de questions à poser à Prescott, j'avais eu le temps de faire une liste bien précise, donc j'me suis lâchée. Et donc le Kel c'est un objet de culte puissant dans leur monde, comme ce que me disait Papa quoi. Et un Dieu peut peut-être disparaitre sans ses croyants, mais va les trouver, leur faire changer d'avis ou tous les éradiquer, ça parait irréalisable. Son tatouage c'est comme avait dit Everett, un moyen mnémotechnique pour retrouver la porte entre les mondes et l'ouvrir. En passant, vous savez quoi sur le berceau de Malkav' ? D'après certaines légendes c'était une augure qui détenait la vérité et son esprit a été brisé dans ce berceau, ce qui a créé des tonnes de vérités différentes. Ça fait un peu penser à l'histoire de la nana qu'a rencontré Mosh, du coup je lui ai dit et Mallory est allée tailler le bout de gras avec la primo malkav'. Pendant ce temps là je racontais tout ce qu'il y avait de nouveau à dire sur Hermaeus Mora. Et genre Prescott, égal à lui-même, « Vous devriez être fière, c’est à la force de ses ennemis qu’on détermine la valeur de quelqu’un », « C’est dommage que Mosh et Mallory soient pas morts, ça veut dire que Mora peut pas bouffer à travers les liens mentaux comme celui qu’ils avaient avec Crane, c’est décevant », etc. Ouaip, ouaip, ouaip. Et j'crois qu'il m'a dit qu'il était plus fort que Mora, parce que quand j'ai dit que j'avais plein de grands ennemis il m'a dit qu'il n'y était pas. Oué. C'est plutôt rassurant pour moi, un peu moins pour sa santé mentale. Faudrait le présenter à Asmodée, je suis sûre qu'ils ont plein de points communs. Pour finir en beauté, je lui ai demandé qui est Dominique Landru. Et du coup, j'ai appris que c'est une meuf. Putain, mais quand t'es vampire tu t'appelles comme tu veux, qu'est-ce que tu branles avec un prénom aussi moche ?? Bref, c'est une Lasombra, ancienne évêque de New-York, qui torture avec obténébration. Faudrait peut-être que je demande des infos à Jean avant d'en parler avec Samuel. Je sais pas.
    • J'ai essayé de dire à Xénophon qu’Étienne et Sylvie avait l'air assez désœuvrés, mais il a l'air d'en avoir rien à faire. Il m'a répondu qu'ils étaient grands et que ça leur ferait pas de mal d'être livrés à eux-mêmes, en gros. Je sais pas ce qu'ils ont les deux là, mais je crois qu'ils ont décidé de prendre des vacances. Ou de réaliser des grands plans diaboliques. Ou les deux. En tous cas ils sont pas très ouverts pour expliquer ce qui leur prend.
    • Bref, après cette conversation enrichissante je me suis retournée vers mes camarades de jeu. Un peu d'alcool pour la route, on discute, on badine, et... on se rend compte qu'on a plein de trucs à faire, et absolument pas le temps pour un karaoké.
    • Bon, qu'à cela ne tienne, on est partis pour de nouvelles aventures. Et on sort de l'Elyseum, et Juun commence à nous dire que si on a pas besoin d'elle elle aimerait aller s'entraîner, alors je lui explique ce que je devais lui expliquer sur le fait de rester en groupe, d'éviter d'être seul vu que même dans le refuge en ce moment c'est pas safe, en commençant à lui énumérer toutes ces fois où ça a failli mal tourner parce qu'on était pas ensemble, et je me prends une balle dans la tête.
    • Ben maintenant que je suis réveillée, je peux dire que 1/ ça fait mal, 2/ c'est OVER MOCHE. Tain, je ressemble à rien.
    • Bref, je suis tombée en torpeur pour la seconde fois, et me suis réveillée le lendemain soir. Et la fine équipe avait tout fait, donc on m'a raconté une histoire qui finit bien.
    • D'abord tout le monde s'est rentré dans l'Elyseum, plus ou moins rapidement, pour me ranger et se mettre en sécurité. D'ailleurs quand je me suis réveillée Juun m'a dit qu'elle avait compris que c'était important de pas trop rester seul et que la non-vie c'était dangereux. Au moins un bon truc de fait. Bref, ensuite le Prince m'a rangée dans un coin, ils m'ont fait les premiers soins, et l'histoire marrante commence.
    • Mosh a passé trois heures à chercher le point de tir, mais quand il l'a trouvé tout avait été nettoyé, y'avait plus qu'une douille avec gravé dessus « strike one ». Une petite psychométrie lui a permis de déterminer la surprise du tireur par rapport à un plan qui ne se déroule pas comme prévu. Ni une ni deux, mon fidèle ami petit a appelé Thompson, pour savoir s'il avait pas vendu ce type d'armes dernièrement, si « strike one » ça lui disait pas quelque chose. Ni une ni deux, je crois que Thompson a pas été coopératif et qu'ils ont fini encore plus en froid que la dernière fois. Bwarf. Mais il avait pas l'air de savoir grand chose. Puis je crois que le doublon s'est même pas rendu compte qu'il l'avait froissé.
    • Sophia a appelé... enfin, elle a susurré à sa nouvelle BFFgoudou qu'elle avait besoin de la voir, du coup Aconia a ramené ses miches et elles ont trouvé des témoins qui ont pu décrire le tireur, dans l'Outremonde. Un vampire habillé dans une tenue militaire noire, qui ressemblait comme deux gouttes d'eau à Lee Harvey Oswald. On a pensé à un type avec de l'humour, ou à un assamite, mais on avait tout faux. J'ai pas osé demander au groupe comment avait réagi Aconia. M'enfin bon, c'pas parce qu'elle est jalouse et possessive qu'elle est mesquine en plus...
    • Pendant ce temps là, à l'Elyseum, en veillant leur assamite de combat badass qui a décidé de subir des tentatives de meurtre tous les deux jours, Juun et Mallory attendaient Etienne, qui devait passer vérifier le sang de José don Lopé. C'était effectivement lui, même sang et tout, avec juste plusieurs diableries en plus, qui l'ont un peu rapproché de Khayyin. De pas grand chose hein, au moins 4 générations, plus probablement 5. MH-MH.
    • Mallory a envoyé un mail à Jason Bourne pour lui parler des derniers évènements concernant Mora, elle a demandé à Sophia de murmurer à Jason Trucker de venir avec les nosfés en qui il a confiance, puis quand tout le monde a été réuni ils ont filé dans le bureau du Prince, pour une réunion de crise.
    • Y'avait la meute, Jean, Jason, Vaudert et Samuel. Ils ont expliqué ce qu'ils avaient découvert sur José don Lopé, Deloraison s'est interrogé à propos de ce qu'il attendait quand il regardait cette porte pendant le conseil des primogènes, puis vu qu'ils ne savaient pas quoi en penser ils ont coupé court. Le Prince a ordonné une chasse au sang contre le primogène Nosfératu, précisant qu'il devait être ramené vivant. En insistant apparemment à l'encontre de Samuel avec un lourd regard plein de sens et de sérieux. N'empêche que je lui avais dit à Samuel, que ma vie était déjà dangereuse.
    • Ils étaient partis pour une opération de guerre. Arnaud devait placer ses hommes à l'entrée de tous les clapiers Nosfératus, faxer l'information de la chasse au sang à la terre entière puis ils seraient entrés et ils auraient ratissé les égouts. Mais en fait ils ont opté pour une technique qui nous ressemble plus.
    • Ils se sont mis en place, ils ont lancé le fax, puis Sophia s'est mise à hurler aux oreilles de José don Lopé.
      « Je suis chassé au sang, il faut me ramener vivant au Prince, je pue, je suis un salopard de diaboliste, … » et autres bruits de sirènes. Au bout d'une demie heure, 4 nosfératus ont ramené le corps de leur primogène, pieuté. Apparemment il s'est retourné contre eux, en a rendu fou beaucoup, en a fait partir d'autres en frénésie. Quand Mosh l'a récupéré, y'avait pas d'aura dans le corps. Il l'a vidé de son sang et la torpeur l'a fait revenir.
    • Après ça Jean et Samuel ont essayé de le dominer, ont échoué, et du coup Samuel lui a tapé dessus jusqu'à ce qu'il arrête d'être nul et qu'il avoue. Comme quoi, hein.
    • Donc. EDOUARD CASPARDIEU, Malkavien parisien qui avait rendu fou Théophile Gauthier, a été chassé au sang à Paris par notre faute. Sauf que Baudelaire est cool dans ses chasses au sang, vu qu'il aime pas qu'on se zigouille entre caïnites. Du coup il a eu une heure d'avance, il a quitté la ville et fui, et personne ne l'a rattrapé. Donc depuis février il est à New-York, et il nourrit un plan machiavélique pour se venger de nous, qui avions niqué son plan. Dans son plan y'a Faith et Gaviel, qu'il a récupérés et utilisés. OK. Et donc pendant le conseil des primogènes, il attendait Faith qui devait venir attaquer. Et c'était Gaviel au sniper, qui devait sûrement finir le travail.
    • La Comtesse, Juun et Mallory sont rentrés au refuge pour pioncer, tandis que Mosh se faisait brûler les bras. Ils savaient que je devrais pas mettre trop de temps à me réveiller, du coup ils étaient là à mon réveil, le lendemain. Même si Sophia avait beaucoup de courrier d'admirateurs Nosfératus qui espèrent ne jamais la rencontrer, et qu'il aurait fallu qu'elle y réponde.
    • Donc voilà. Je suis sortie de torpeur, ils m'ont raconté tout ça. Puis aussi que le Prince me laissait décider du sort de Lopé/Caspardieu. J'ai trouvé ça un peu chelou. Je dirais même louche. J'veux dire ok, j'suis la victime, et j'suis la juge, et puis j'suis presque de la famille, mais il se rend bien compte que je vais le sucer jusqu'à la moelle cet enculé de fils de pute ? J'ai réfléchi, et réfléchi, et non. Je vais le sucer jusqu'à la moelle cet enculé de fils de pute.
    • Alors après, bien sûr, y'a théorie et pratique. On est allés voir Jean, et je lui ai dit qu'il devait être diablé. Il a demandé à Vaudert de le mettre sur liste rouge, puis à tout le monde de sortir, sauf moi. Il était sérieux, alors j'ai eu un petit doute, genre je sais pas, j'ai failli crever, j'ai la gueule complètement d'équerre, il me laisse le choix alors qu'il fait que de dire que je suis barbare alors il va faire quoi, compatir comme avec Bertrand ou m'en coller une alors qu'il savait ce que je choisirais ? Non, il va pas m'en coller une. Ben si. J'ai rien dit. Je devais avoir des yeux de poissons morts, parce que je comprenais, et je comprenais pas, et puis j'avais autre chose à faire que d'y réfléchir. Alors je suis partie.
    • J'y réfléchis là maintenant. J'me dis que j'ai de la chance d'être un vampire, sinon il me ferait mal. Mais techniquement, si ça se trouve c'est un homme violent qui bat les femmes. Je sais pas. Puis la gifle, et même la fessée, c'est vachement humiliant quand on y pense. Heureusement que je suis pas très fine. Puis j'ai du mal à comprendre, il me tape toujours parce que je fais des blagues, ou parce que je parle diablerie. S'il veut que je devienne chiante comme la pluie et sans principes, il suffit qu'il le dise, je viendrai plus le voir. Chuis sûre qu'il fait ça juste pour se détendre, comme une bonne blague. C'est pas très très amusant comme geste. Heureusement je suis un vampire.
    • Bref, on a un peu torturé José machin, pour la forme et pour le plaisir. D'ailleurs Juun le vit assez mal, ce que je comprends tout à fait. Ensuite on l'a laissé filer, avec une heure d'avance. Les hommes de Vaudert l'ont récupéré assez vite et on est partis dans un motel à l'extérieur de New-York. T'as vu Jean, je fais ça bien.
    • J'ai mis le paquet sur le décorum et le rituel, c'était quand même la première fois de Vaudert. Et la première fois de Juun aussi. J'avais pas vraiment envie de me mêler de son choix, à savoir si elle devait le faire ou pas. Mais je lui ai quand même expliqué ce qu'impliquait la diablerie d'un condamné, la destruction de son âme, le pire châtiment. Et l'assimilation de ses pouvoirs, de ses connaissances, de sa puissance. Ben j'ai appris que son paternel d'adoption lui avait appris la première partie. Lui avait expliqué pourquoi les assamites pratiquent cette horreur sans nom qui le répugne beurk beurk caca boudin. Putain d'intégriste. Bref. Elle hésitait. Finalement, vu qu'il le méritait, certainement aussi par curiosité, elle l'a fait. Puis y'a aucune trace chérie, profite ! Enfin, dans ton aura quoi. Mais les gens qui goutent le sang sont malpolis.
    • J'ai quand même précisé à tout hasard que le malkavien ça pouvait faire mal. Devenir fou, c'est pas non plus dans nos plans. Au final... Au final, ça a été le pied. Merde, cette pourriture m'a permis de me rapprocher de notre Père à tous. Il était bon, il était puissant, et c'était vraiment un enculé. On a compris, en déchirant son âme, qu'il a explosé les esprits de Faith et Gaviel, pour les asservir et les rendre fous amoureux l'un de l'autre. Et on a récupéré l'adresse du refuge du dernier Samiélite.
    • Au taquet, on a voulu aller lui péter la gueule. Et cette petite nature de Vaudert était épuisé par l'effort, il pensait qu'à se pieuter. Mh. J'espère au moins que ça lui a fait plaisir.
    • On est allés se nourrir vite fait à l'Elyseum, vu qu'on peut, puis finalement Mosh, Mallory et moi on avait vraiment un gros creux, donc on est allés se remplir à l'abattoir. On a un peu vidé les stocks de Féodore, donc il nous a fait payer. D'ailleurs il avait une gueule un peu défaite, genre bien amochée, mais il a pas voulu nous en parler.
    • Après ça on est allés dans Soho, pour trouver Gaviel. Son loft était vide, on l'a ouvert et fouillé, puis on s'est foutus en planque pour le chopper quand il arriverait. On a un peu cafouillé quand il est arrivé, on était pas d'accord sur la façon d'agir. Puis vu qu'il est arrivé super tard ce con, on a défoncé sa porte et on l'a menacé, histoire d'éviter le soleil qui se levait dans 10 minutes. On lui a fait genre les mains en l'air touça, et il a répondu qu'il se constituait prisonnier si on l'aidait à sauver Faith, qui venait de se faire kidnapper.
    • Alors là on a pas réfléchi, et on a dit ok. Non mais vraiment, on a pas réfléchi. Il nous a dit que c'était SAKURA SAGAZUKI qui l'avait enlevée (ce dont on se doutait vu les infos que Mosh avait récupérées de Vaudert), qu'elle l'avait maitrisée super-facilement, qu'elle était trop cheloue comme humaine, et que là elles étaient partie pour prendre l'avion dans la matinée, très tôt. Ni une ni deux, Juun a appelé Chuck, qui pionçait, s'est fait réveiller, nous a dit qu'il y avait un vol diplomatique pour Shanghai, qu'il pouvait le retarder mais pas beaucoup, qu'il nous arrangeait une entrée directe sur le tarmac, sans contrôles.
    • On a roulé comme des malades, voiture occultée et soleil levant, pour arriver 2 minutes avant le décollage, quand la nana et les dernières personnes rentraient dans l'avion. C'est marrant, je m'attendais à voir une Noriko-bis moi, pas une poupée barbie. Bref, on a déboulé comme des malades, la Comtesse a fait paniquer les passagers pour que ce soit la débandade, la blonde a sorti un flingue, pété un pneu et la bagnole s'est arrêtée. Juun, Mallory et moi on a foncé vers l'avion pendant qu'elle faisait mine de rentrer pour refermer et partir, mais finalement y'a que Juun et moi qui avons pu rentrer avant que la porte soit close. C'est à ce moment là, que je me suis dit qu'on avait vraiment fait de la merde.
    • Non parce que techniquement, Gaviel c'est un enculé. Et Faith une petite conne. Alors ok, le mec qui les manipulait était une putain d'enflure, mais quand même, ils l'avaient sûrement mérité ! Mais non mais voilà, ça parle d'amour, ça fait genre désespoir et tristesse, et nous on court. On avait aucune raison d'être là en fait. On avait même des raisons de pas être là, puisqu'on nous avait dit que la meuf là, la Sakura, c'était une fille de bonne famille, mais genre famille qui détient une boîte énorme qui roule sur l'or et assure les finances de pas mal d'autres entreprises, et indirectement de pas mal de Ventrues. C'est Arnaud qui avait dit ça à Mosh, en lui disant qu'elle était à la recherche de Faith : « Faut pas l'emmerder, pas à New-York en tous cas ». Sinon ça nous retombera sur la gueule.
    • Du coup quand la meuf nous a fait, entourée de miroirs, « Si vous bougez je vous réduis en cendres », ben on a pas bougé. Et je lui ai dit qu'il y avait un malentendu, qu'en fait on voulait pas l'ennuyer, qu'on savait pas trop pourquoi on était venus, qu'on avait pas vraiment réfléchi, et que au fait, pourquoi vous la voulez, juste par curiosité ? Ah, elle a emmerdé votre soeur. Et vous êtes issue de 80 ans d'eugénisme, et votre père vous le tuerez un jour, oui tu m'étonnes ça doit pas être marrant, et ça fait deux ans que vous volez de vos propres ailes, et vous voulez bien nous laisser partir, ouf, merci cool. Mais si on s'en va on va cramer, donc on pourra pas se revoir, et ça l'ennuie parce qu'on a l'air sympa et intéressant. Mais voyons, laissez-nous rester dans la soute et tout ira bien ! Ah, votre petite voix dans la tête dit que oui, mais vous avez pas confiance. Mh. Vous savez on dort la journée. Oui non mais là on fait des efforts parce qu'on voulait récupérer l'autre connasse, c'est tout. D'ailleurs faudra dire à votre soeur qu'elle a été manipulée, depuis quelques mois son esprit est plus vraiment le sien. 'Fin si ça change quelque chose pour vous quoi. Sinon pour la petite voix, vous savez que si vous me tuez ou si je meurs on pourra plus se parler donc ça vous embête parce que vous pourrez pas en apprendre plus sur nous, mais si je vous tue je pourrais pas en apprendre plus sur vous non plus ça m'emmerde aussi, donc au final personne va tuer personne et tout va bien.
      « Non mais allez-y, vous êtes trop stupide pour que j’ai quoi que ce soit à craindre. Prenez la salle de bain, ce sera plus agréable que la soute. »
      Peut-être que je suis con, mais ça marche. Elle a l'air sympa.
    • Elle est allée récupérer Mosh et la Comtesse, parce qu'on s'est aperçus en vérifiant que la voiture était en train de s'éloigner et que Mallory tirait dessus. En fait elle s'est même jetée dessous. Bref, pour parfaire la connerie de toute cette situation, Gaviel avait récupéré une partie de ses esprits à la mort de l'autre connard, du coup c'était du bluff. Il a profité d'être seul dans la voiture avec Sophia et Mosh pour les pieuter et essayer de s'enfuir. Je crois que Mallory l'a tué en le découpant pour le mettre dans un sac. Dommage, il devait avoir bon gout.
    • La police a débarqué, la nana leur a causé 12 minutes chrono et ils se sont barrés sans demander leur reste. Du coup les trois derniers nous ont rejoint dans l'avion, on a discuté un peu de la bizarrerie de cette soirée qui se terminait plutôt bien, puis on a sombré dans l'inconscience.
    • Et nous voilà à nous réveiller seuls, dans le même coucou, avec 5 passeports et un petit mot sur une table. « Bienvenue à Shanghai » d’un côté, une adresse et une heure de rendez-vous de l’autre.
    • Je sais pas encore si c'est des vacances imprévues en perspective ou un peu d'action loin de la politique et de New-York, mais putain je me sens bien. Je vais appeler Samuel pour lui laisser un message, Prescott pour le prévenir qu'on sera indisponibles quelques temps, et roule ma poule. J'hésite à demander à Everett si on a rien à récupérer dans le coin, tant qu'à faire. Mh. On va d'abord discuter avec Sakura, si elle veut nous présenter des masseuses thaï et nous montrer où acheter de jolies robes chinoises, je laisse Everett au placard.
    الحكيم هو أكبر
    « Modifié: mars 20, 2013, 00:05:39 am par manquedebol »
    Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
    Oscar Wilde

    Hors ligne manquedebol

    • Moderator
    • *****
    • Messages: 1653
    • Sexe: Femme
    • e-kikookokine
      • Voir le profil
      • Moufle !
    Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
    « Réponse #11 le: mars 24, 2013, 23:33:28 pm »
    22/06/2012
    Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
    Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, libérer Samuel.

    Citer
    • Shanghai me rappelle nos anciennes missions. Un nouveau lieu, de nouvelles personnes, des aventures. C'est juste assez désagréable de savoir le cœur Mallory enfermé je ne sais où chez des enculés qui nous attaquent tous les deux jours sans qu'on sache pourquoi. Mais j'ai du mal à être pessimiste.
    • Notre première nuit a été assez agitée. On a commencé par appeler certaines personnes à New-York, pour pas qu'ils s'inquiètent. Je suis tombée sur le répondeur de Samuel et je lui ai laissé un message. Je l'imaginais dormir comme un bébé. Il est trop mignon. Enfin bref, Après ça j'ai appelé Prescott pour le prévenir qu'on serait indisponibles quelques temps. J'ai l'impression qu'il est plus sympa au réveil qu'en pleine nuit, c'est chelou. En même temps avec la nana qui gloussait derrière, normal qu'il soit de bonne humeur. Juun a téléphoné à Chuck, pour s'excuser et savoir comment ça s'était passé, mais ce connard lui a dit que ça devait pas être sa faute et elle me l'a passé. Donc je me suis fait pourrir, je me suis excusée trois fois, et il a terminé en disant qu'on lui devait tous une dette de sang. Quand je lui ai proposé qu'on lui ramène des antiquités ou n'importe quoi de Shanghai ça l'a pas vraiment rendu plus jouasse. Bah, il sera sûrement plus aimable dans quelques jours. Mosh a appelé Red pour qu'il s'occupe un peu du refuge et de Daïgoro pendant notre absence. La Comtesse a appelé Chabert, pour lui dire qu'on serait là d'ici 3 jours... J'ai pas vraiment relevé, mais je crois que plus le temps passe, plus elle déteste cette ville. C'est dommage, mais je comprends. Pour finir Juun a appelé Jean, un peu penaude. Ça va hein, je comprends pas, on a pas fait grand chose. On a tué personne en plus. Malgré ça ça n'a pas loupé, elle a médité pendant tout le trajet en bagnole. Faudrait qu'elle se lâche un peu.
    • Bref, sur le tarmac privé une limousine nous attendait, avec EDWIGE, une petite vieille de 60 ans qui vient de France et sert de chauffeur à Sakura depuis deux ans. Vu qu'on avait un peu de temps avant le rendez-vous on lui a demandé de faire un tour dans la ville, et de nous amener à un magasin pour acheter des fringues. La limo était bien équipée donc j'ai envoyé un mail à Lisa pour la prévenir qu'on serait pas là ces prochains temps, mais savoir si elle pouvait quand même passer au refuge pour la sécurité, qu'elle me prévienne avant, touça. Puis j'ai pris sur moi et j'ai écrit à Assan Alil et Thompson Gunner. Pour m'excuser et leur parler des Pisanob. J'essaierai de ramener un truc à Thompson, parce que Mosh l'a un peu agressé après que je me sois pris ma balle.
    • Shanghai est gigantesque, il y a des gens partout. Partout. Y'a 18 districts. Putain, j'espère qu'il n'y a pas une Cour pour chaque, sinon ce sera l'horreur pour se présenter... D'ailleurs j'ai envoyé un mail à XIAO MIN à ce propos, un Lasombra que j'avais rencontré à Paris à la répétition du Bolchoï. Il est de Pékin, mais je me suis dit qu'il avait peut-être quelques informations sur la politique vampirique de Shanghai. Il m'a répondu super vite, en me disant de présenter ses respects au Justicar Trémère en même temps que mon auguste personne. Auguste personne. Ils peuvent pas parler normal les Lasombras ? C'est genre une malédiction de clan ? Je devrais me renseigner à ce sujet. Et le Justicar, youplaboum, c'est la fête. N'y pensons pas, on connait des Trémères sympas après tout. Avec ça l'adresse de l'Elyseum. Et il m'a dit qu'il essaierait de voir s'il peut faire le déplacement. C'est plutôt cool. Enfin voilà, on a fait du shopping pour une semaine et on est allés s'installer à l'hôtel.
    • On a eu la surprise de voir qu'on avait réservé une suite de 300m² au 125° étage pour nous. On a posé nos affaires et trouvé les fringues qu'on nous avait laissé pour le rendez-vous sur la terrasse de l'hôtel. J'ai pris une douche en deux-deux et enfilé une robe rouge moulante avec les talons assortis. Et plus tard j'ai compris pourquoi je m'habille pas comme ça d'habitude.
    • En montant à la soirée sur le toit, on a essayé de retenir nos prénoms de passeport. Useless en fait, j'ai même plus le mien. Bref, on est arrivés sur la terrasse, deux étage plus haut. Y'avait une soirée mondaine, une trentaine de personnes avec deux Kuei-Jins hautains et déterminés dans un coin, un vampire blasé dans l'autre, et plus loin Sakura, Faith et une grande asiatique. Elles avaient l'air de s'amuser, détendues. Quand elles nous ont vus Sakura était ravie, Faith gênée et la dernière intriguée. Elle c'est TSU SAGAZUKI, la sœur dont nous parlait Sakura. Cette dernière a d'ailleurs reconnu Sophia pendant les présentations, et elles ont parlé musique. Faith a raconté sa vie à Juun et Mosh lui a dit que sa proposition de devenir second tenait toujours, mais elles a éludé pour le moment. Ensuite la Comtesse a proposé à Sakura de la mordre, celle-ci a accepté, sa sœur s'est un peu récriée, mais elle a laissé faire. Et donc genre Sakura n'a pas succombé à l'extase, elle n'a même pas cillé. Elle a juste trouvé ça intéressant. La Comtesse a été un peu surprise, et là Tsu a voulu tester aussi. Elle est aussi cheloue que sa frangine. Mais c'est Mosh qui s'est dévoué. Elle par contre elle a pris son pied, ça s'est entendu. Du coup elle a fait du gringue à notre petit ami.
    • Enfin voilà, la soirée a commencé de façon plutôt normale. Mallory, Mosh et Sakura sont allés discuter langues. Ils avaient l'air de bien s'amuser, mais j'ai pas vraiment compris pourquoi. Moi, la Comtesse et Juun on est restés avec Faith et Tsu. Celle-ci en voulait à l'autre juste parce qu'elle lui avait piqué un mec. En même temps elle a l'air d'être une tombeuse, genre femme fatale. Enfin bref. On a commencé à se demander si on devrait pas aller se présenter au petit jeune plus loin. Alors Tsu nous a comparés à des chiens qui doivent se soumettre au chef de meute et ne manger que ses restes. Je crois que la Comtesse a pas kiffé, moi j'ai pas trop saisi. Bref, on lui a expliqué nos « coutumes », ce qui l'a confortée dans son idée qu'on était comme des chiens. Et là elle nous a dit qu'elle savait pas s'y prendre politiquement. No, really ? Du coup je lui ai posé une question sur son père, vu qu'on était entre gens qui savent pas parler. Elle a eu l'air d'avoir peur, et d'être peinée. Je me suis excusée puis on a changé de sujet. Elles nous a dit qu'ici les Kuei-Jins, « peuple démon », ne se cachent pas des mortels. Ils sont cherchés et respectés par ceux qui croient en eux. Intéressant.
    • Sophia en a eu marre à un moment je crois, de ne pas trouver quelqu'un de courtois et poli. Du coup elle est allé voir le jeune dépressif. Tsu nous avait dit qu'il attendait le lever du soleil et partait en pleurant ensuite. Quand la Comtesse est revenue j'ai pas trop compris. Donc ADAM, Toréador, apparemment le soleil lui manque et il est mélancolique. Un émo quoi. Mais pourquoi il fait pas genre juste comme en Crète, il prend cher et voilà ?
    • Juun et moi avons continuer à discuter avec Tsu. Elle nous a dit que sa sœur était flippante en temps normal, mais qu'elle était contente de la voir « comme ça ». Apparemment elle nous aime bien parce qu'on a attaqué son avion pour aider un connard à retrouver la femme qu'il aime. M'ok. J'ai pas bien saisi, apparemment Sakura aime les idéaux et les grandes causes, mais Tsu n'a pas voulu épiloguer. Juun lui a demandé si elle aussi elle savait se battre, du coup on a appris qu'elle est commissaire divisionnaire pour Interpol. Je trouve ça super classe. Par contre elle c'est un enfant naturel, elle a pas de supers- pouvoirs quoi, elle est humaine. Elle pense qu'elle ne surpasse sa sœur qu'en ce qui concerne le hommes. En même temps Sakura est vierge. Mais bon, on va pas dire ça comme ça, parce que je sais pas à quel point elles s'entendent bien, ni à quel point leurs différences les éloignent. Tsu nous a dit que sa sœur avait beaucoup de mal avec le surnaturel. Elle elle connait au moins les sœurs MIN, du district de Minhang. Du coup on a recommencé à causer Kuei-Jins, de leur organisation, de leurs règles, pendant que plus loin Mosh et Mallory regardaient Sakura apprendre à Sophia à se servir d'un apn.
    • Et tout à coup Juun s'est tournée vers moi avec un petit air de panique dans les yeux, en me disant qu'elle venait de se voir tomber de l'immeuble. J'ai commencé à lui demander ce qu'elle voulait dire par là, mais on a été interrompues par 7 types habillés du même costard et armés de fusils. Et tout est allé très vite.
    • Sakura a choppé la Comtesse et couru vers moi sans que je comprenne vraiment pourquoi. En nous tenant par le colbac elle nous a jetées dans le vide avec elle. Sa robe noire avec des sangles métalliques a commencé à se défiler pendant qu'on chutait. Sophia hurlait. Oui, j'ai pas vraiment compris. Mais la chute libre, c'est plutôt cool.
    • Arrivés en bas Sakura a récupéré des fringues et une caisse auprès du portier.
    • Peu de temps après nos alliés pleuvaient autour de nous. Juun d'abord, qui s'en est tirée sans une égratignure par rapport à Faith et Mallory qui se sont écrasées sur le sol, en bouillie. Elle a eu de la chance, mais elle a aussi claqué du sang comme une porcasse. Compréhensible. Je l'ai empêchée de vider le premier humain qu'elle voyait et Mosh est arrivé avec Tsu dans ses bras, en se laissant glisser le long du building, griffes sorties. On a hésité deux minutes à savoir si on remontait chercher nos affaires, mais on s'est barrés sur les conseils des deux frangines, qui pensent que c'est en rapport avec le consortium Jinteki, le truc de leur père. Et ça me fait chier hein. Vol-vie, la Dent de Lillith, le Kriss de Samada. Putain, ça me fait chier.
    • Groupe d'intervention zéro. A priori équipés pour nous vu ce qu'ils ont fait à Mallory. Ils ont des armes qui envoient des boules qui permettent d'enfermer le cœur du vampire et de le pieuter. C'est pour ça que Mosh a pas bronché quand son corps s'est disloqué. Juun est allée au contact, elle nous a dit qu'ils étaient badass. Genre très rapides, très endurants. En même temps ça ressemblait à des machines un peu. Mosh nous a dit que ça avait un goût huileux.
    • Tant qu'à être en fuite, on est allés à l'Elyseum. Ça aurait été con de pas ramener de l'animation au Justicar Trémère. On est arrivés devant un grand hôpital, à Pu Dong. Sakura était excitée comme une puce par tout ça. Là t'as une bombe atomique qu'a débarqué, genre brune sulfureuse aux formes moulées et aux yeux de chat luminescents. ALESSIA, préfète, du clan gangrel, fille de JACK LE VAGABOND, mélomane qui traverse les USA en ce moment. Mélomane ça veut pas dire criminel dangereux ? Enfin bref, elle a pris la Comtesse pour une humaine et les deux sœurs pour des nazes. Au final elle non plus, la politique c'est pas son truc. J'adore cette ville.
    • Après s'être excusée auprès de Sophia, Tsu et Sakura, elle nous a expliqué qu'il y avait une Chantry de 5 Trémères et 10 autres vampires grobill en ville. Tous ont une bonne raison d'être ici, une raison particulière. Vu qu'on voulait se présenter elle nous a emmenés chasser avant. Apparemment monsieur le Justicar a fondé la voie du sang et possède une sorte d'aura autour de lui, par laquelle il fait dépenser du sang à tout vampire qui s'en approche. D'ailleurs il a proscrit l'utilisation de la moindre discipline dans l'Elyseum. La première fois qu'elle l'a rencontré elle est partie en frénésie à cause de la soif, et depuis ses yeux sont ce qu'ils sont.
    • Et donc la chasse à Shanghai, ça a des bons et des mauvais côtés. La ville croule sous la population et les mecs sont morts de faim, on pourrait difficilement faire plus simple. Mais ces types sont odieux. Genre on m'a demandé mon âge, mon niveau d'étude, si j'étais vierge, un peu plus et c'était le groupe sanguin. Je crois que j'ai plus de tact qu'eux. Enfin bref, on s'est séparés, retrouvés, et on est rentrés dans l'hôpital en laissant Tsu, Sakura et Alessia à l'entrée.
    • On est allés à l'étage 26 et demi et un grand asiat' super maigre nous a ouvert. C'est un Trémère, gardien de l'Elyseum et Chambellan, que le Justicar nous a dit sourd et muet plus tard. C'est pratique un portier sourd et muet. Les couloirs étaient sales, assez sordides. On est arrivés dans une ancienne salle de cours de médecine avec une grande baie vitrée, plusieurs cadavres au sol et du sang ruisselant dans des chemins prédéfinis, des rigoles gravées dans le sol. Ça sentait vraiment beaucoup le sang. Au fond de la pièce y'avait un grand type svelte habillé d'un costume d'un gris assez banal. Sophia a demandé au grand émacié de nous annoncer mais il a juste fait un vague signe de tête.
    • On est rentrés et le Justicar Trémère s'est présenté, MYCROFT RAVENLOFT, avant de nous demander de faire de même, de façon complète. Bon. La Comtesse de Malibran nous a précédés, pour qu'on présente bien. Elle l'a fait genre à la perfection, c'était limite de l'art. Du coup il lui a fait des ronds de jambes, lui a demandé ce qu'elle faisait ici. Elle a raconté qu'elle venait faire des représentations, vu qu'elle était jamais venue dans ces contrées reculées. Il a déclaré qu'il espérait que la chaleur de son art viendrait contrebalancer la froideur de son intelligence, puis il s'est tourné vers Juun. Elle s'est présentée comme l'infante de Jean, et le Trémère l'a reprise en parlant de « Deloraison le bien nommé ». Je savais pas qu'il avait ce surnom là... Il a plus ou moins dit à Juun que si il l'avait étreinte elle devait bien savoir faire autre chose que se battre, et du coup elle lui a cousu un mouchoir. Mh-Mh. Ça faisait pas vraiment sérieux cette scène. Il s'est tourné vers moi, j'ai fait complet et je lui ai dit que j'étais l'assistante de la Comtesse. Pas de discipline, pas d'occultation. Il a regardé m'a tronche en faisant remarquer qu'apparemment je prenais bien les balles. Ouaip. Mosh s'est présenté comme primogène Brujah de New-York, servant d'interprète à la Comtesse, et l'autre lui a dit qu'il était modeste, en sous-entendant qu'il savait qu'il mentait. Bien bien bien. Là il nous a demandé ce qu'on venait faire ici. Et quand Sophia lui a répondu qu'elle venait faire un récital on a senti un peu de notre vitae s'envoler. Il l'a félicitée pour son hypocrisie, meilleure que la sienne, en ajoutant qu'il allait jouer cartes sur table, qu'il accueille à Shanghai les parias et les criminels mais qu'il aime bien savoir qui que quoi. En fait, précisément, il a dit que l'hypocrisie était un hommage que le vice rend à la vertue et que par conséquent elle est appropriée aux vampires mais qu'elle n'a pas lieu d'être chez lui. Mais je trouve ma version plus claire. Du coup on lui a dit qu'on était ici par hasard, et qu'on allait se battre contre le consortium Sagazuki parce que Mallory Kane, primogène Brujah camariste, s'était faite enlever. Il a marqué une pause, puis nous a accueillis dans son district, en disant qu'il préviendrait son préfet qu'on était les bienvenus. Il nous a dit qu'on était libres de nos actions avec les humains, mais qu'il fallait pas qu'on déconne avec les Kuei-Jins, parce qu'il essaye depuis un moment de s'en rapprocher et qu'il voudrait pas que ça se passe mal. D'ailleurs il nous a expliqué qu'ils nous appellent les Kin-Jins, peuple de Caïn. Bref, il fait chier personne mais pour un mois passé dans sa ville chaque caïnite lui doit une dette mineure, parce qu'il a autre chose à foutre que de s'occuper des petites choses j'imagine.
    • Avant de partir je lui ai demandé s'il y avait en ville des occultistes avec lesquels je pourrais m'entretenir à propos des antédiluviens. Il m'a répondu que si j'ouvrais les yeux et que je passais outre les apparences je pourrais en rencontrer un... mais que je ne voudrais pas me mettre entre lui et ses objectifs.
    • C'est pas que la ville que j'adore en fait, ses habitants aussi.
    • En sortant Juun a remarqué une plaque dans le couloir, une citation d'un type qui s'appelle Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Ok ok. Et Sophia pense que tout le sang qu'il y avait dans sa pièce et qui coulait sert pour un rituel. Ça lui a fait penser à un qu'elle connait, pour conserver le sang.
    • Bref, on est arrivés dehors pour voir Tsu en train de manger, Alessia en fren' et Sakura qui essayait de l'esquiver en lui disant « ok c'est bon tu m'as fait transpirer », « si tu continues tu vas avoir les yeux jaunes ou je sais pas quoi », et d'autres trucs dans ce genre. Sophia l'a calmée en chantant puis elle nous a laissés. Avec leurs conneries elles avaient défoncé 3 voitures, dont celle avec laquelle on était venus, mais elle roulait donc on est parties.
    • Les deux frangines nous ont emmenés au « penthouse », un appartement qui doit leur appartenir j'imagine. Dans un quartier résidentiel, au 57° étage, un truc gigantesque. On était à l'aise quoi. On a aidé la Comtesse a envoyer un mail à Chabert, elle voulait savoir s'il y avait des liens entre Endrone incorporate et Jinteki, si celle-ci avait des faiblesses, et s'il était possible de « soudoyer quelques personnes pour la mettre en péril ». Elle est trop fun. Enfin bref, on s'est séparés et on est allés se pieuter. J'ai envoyé un texto à Samuel, pour lui dire qu'on s'était fait attaquer mais que les gens sont plutôt cools, que j'aime bien cette ville pour le moment. J'aurais pu rajouter qu'il faudra qu'on revienne pour notre lune de miel, mais j'me suis dit que j'allais attendre qu'on y ait passé plus de temps avant de dire ce genre de trucs.
    • J'me suis réveillée tard, vers 20h30, mais j'avais super bien dormi. Samuel m'avait envoyé un texto, ça m'a un peu surprise. Je pensais pas avoir de ses nouvelles avant la prochaine fois que je l'appellerais. En plus c'était trop mignon, un truc genre « Je suis content d'avoir de vos nouvelles. Ici tout va bien. Prenez soin de vous. Tu me manques. » J'étais aux anges. Et ça s'est vu.
    • Quand je suis sortie de ma chambre, Tsu et Sakura était en train de manger. Y'avait des poches de sang aussi, elles font ça bien. J'avais le smile, et Tsu l'a reconnu. Elle m'a posé des questions sur mon mec, donc je lui ai montré et on en a discuté. Mosh est arrivé et ils sont allés faire des conneries avec Sakura, parce que notre conversation les gavait. Tsu m'a dit que je devrais  mordre Samuel, lui refaire la cicatrice qu'Aconia lui avait faite, marquer mon territoire. Que ce genre de trucs plait aux mecs. Je sais pas trop, je suis sceptique. Elle avait l'air sûre d'elle, alors j'ai pensé lui parler de... de tout le reste, tout ce dont je parle à personne, mais Sophia et Juun sont arrivées.
    • Tsu a taunté la Comtesse a propos du cul, puis à propos de Witchwood lui-même, puis Sophia s'est énervée, nous a foutues en transe puis est partie sur la terrasse pour regarder les deux autres faire leurs acrobaties. Du coup ça a été le tour de Juun. On a un peu parlé de Jean et là Tsu a sorti genre « Ooouuh, elle est amoureuse ! », et fuck, Juun est partie en fren' ! Elles ont tourné autour de la table et elle a fini par se calmer. Tsu lui a sorti « Y'a que la vérité qui blesse », et Juun a a commencé à partir en disant qu'elle allait méditer. La gaffeuse s'est excusée en disant que ça avait l'air compliqué, ce à quoi Juun a répondu que ça faisait des noeuds dans la tête. W'ok, ben merde on en apprend des trucs dans cette ville. Putain, c'est pas cool, elle s'est vraiment pas attachée au bon mec.
    • Tsu est sortie fumer une clope, je l'ai suivie pour voir que Mosh et Sakura se battait sur une corde tendue entre deux immeubles. Tain, j'te jure. Le câble a fini par lâcher, la Comtesse l'a rattrapé en panique, puis finalement ils ont choisi de faire n'importe quoi et se sont retrouvés dans l'immeuble d'en face. Ils sont revenus et on s'est réunis pour parler sérieusement.
    • La Comtesse a été assez désagréable. Elle nous a imposé sa présence pour nous dire que la frivolité la saoulait, qu'on manquait de temps. Mosh a super mal réagi, c'est quand même le premier touché et il peut bien se changer les idées sans pour autant oublier Mallory... Sakura a fait la Suisse, elle a dit que c'était plus de la trivialité que de la frivolité, que c'était nécessaire, mais que Sophia avait raison. Ça fait deux ans qu'elle repousse l'attaque de son père, et ça va être dur.
    • Le plan c'est d'abord de déterminer le niveau d'implication de Jinteki. Est-ce que c'est le paternel, est-ce que c'est la corpo, est-ce que c'est autre chose. Qui nous en veut quoi. Ensuite faudra qu'on détermine comment agir. Les prochaines nuits, on s'est dit qu'on allait aller se présenter aux différentes Cour Kuei-Jin, pour pouvoir se déplacer en ville si besoin.
    • On a donc commencé par aller voir un contact des frangines, qui bosse pour Jinteki mais ne porte pas leur père dans son cœur. Sur le chemin, la Comtesse nous a fait savoir qu'elle aimait pas la ville. Oui, on s'en doutait, ça doit la changer de son standing habituel. Ça m'emmerde, parce que moi je me plais bien ici. Puis j'aime bien Tsu. On a discuté voyage par les ombres puis tentacules, et elle avait l'air pas mal intéressée. Peut-être que je lui présenterai Xiao Min s'il débarque.
    • Bref, le type qu'on a rencontré s'appelle ABRAHAM VLADIUS STROKER. Grand, athlétique, cheveux blancs très courts, cicatrice qui descend de son œil droit à sa bouche, yeux verts brillants et agrafes métalliques près des tempes. Ses yeux c'est des implants, en arrivant on a testé mon occultation et il a pas fait de différence avec les autres. Flippant.
    • « Elle est mignonne ta bande de losers. » Trop de nanas, united color bande de cons, il a été super aimable. Sophia a dé-serré la mâchoire pour demander si c'était une coutume locale que d'être agressif, du coup il a fait des efforts. Un peu. C'est resté un sale con qui crache sur les idéaux et l'amour. Merde. Voilà, merde. Je comprends bien qu'on soit désabusé quand on a une vie pourrie. Je peux le comprendre. Je veux pas devenir comme ça.
    • C'est lui qui a formé Tsu et Sakura. Si j'ai bien capté c'est un militaire anglais à la base. Général Stroker. Il a passé deux ans dans une taule secrète de la CIA, puis il a réintégré la branche, mais ça c'est elles qui nous l'ont dit. Elles lui ont demandé de l'aide, et il était pas contre, mais comme tous les autres il a demandé ce qu'il y gagnait. Je supporte pas ça. Enfin bref. En fait je comprends, quand tu as vraiment besoin de quelque chose, quand tu ne veux pas être trop gentil, ou quand tu es un connard, tu demandes ce que tu vas y gagner. Il veut protéger sa fille, Emily, qui s'est déjà faite enlever deux fois. Pays tranquille, passeport diplomatique, argent, études, protection. Ben New-York hein. Aliud Familiae et tout le bordel. Il a dit que c'était à voir, qu'il voulait causer à la famille d'accueil. De toutes façons faut en parler à Deloraison avant. Sakura lui a dit qu'on voulait des infos sur l'attaque de la veille. Il a répondu qu'il savait pas combien de temps ça prendrait, et que de toutes façons il ferait rien tant que sa fille serait pas en sécurité. Ok d'ac.
    • Après ça on s'est dirigé vers le district de Minhang, pour voir les sœurs Min. Tsu nous a dit qu'elle y était allée à chaque fois avec la plus grande déférence, en ne parlant que quand on s'adressait à elle, et en en ressortant avec la tête retournée de questions. Mais fallait bien commencer quelque part.
    • Sur le chemin, Sophia a appelé le Toréador de la veille pour savoir s'il avait pas eu trop de soucis à cause du petit attentat sur le toit. Apparemment il a un sixième sens pour le danger, donc il était déjà parti. Du coup elle a voulu prendre rendez-vous avec lui. Il a accepté de la voir en extérieur, en début de soirée.
    • Puis pendant qu'on discutait Kuei-Jins, j'ai dit à Sophia qu'Aconia avait passé du temps en Corée, où y'a une Cour d’Émeraude et une Cour de je sais plus quoi, du coup elle lui a murmuré qu'elle aurait besoin d'informations à ce sujet. Là Tsu et Sakura se sont regardées d'un air bizarre, entendu, et la blonde s'est garée pour dire à la Comtesse que si elle lui faisait ça un jour, elle la tuerait. Du coup on lui a dit que si elle faisait ça on la tuerait, et finalement elle est partie marcher et Mosh l'a suivie. Tsu nous a expliqué que sa sœur est control freak, en gros. Donc voilà, on s'est arrêtés 10 minutes, et pendant qu'on expliquait à Tsu que les pouvoirs vampiriques étaient assez moches mais qu'il y avait pas que ça, Mosh essayait de rassurer Sakura qui flippait sa mère parce qu'elle arrive pas à donner sa confiance. On est repartis dans une ambiance un peu moins légère.
    • Quand on est arrivés à l'orée du quartier Kuei-Jin, on a continué à pieds. Histoire de politesse ou je sais pas quoi. Au bout de quelques minutes Sophia s'est rendue compte qu'on avait passé le voile, elle était pas très à l'aise. J'ai pas vraiment senti grand chose, y'avait un vent chelou mais sinon c'était juste un quartier désert.
    • Sophia : « On est passés de l'autre côté. »
      Mosh : « Dans le monde des morts ? »
      Moi : « On est tous gay. »
      Femelle inconnue : « Je préfère sa version. »
    • On a cherché d'où venait ce dernier commentaire, et on a vu une nana suspendue à un arbre, la tête en bas. SEKU, Gardienne de la Justice. Du coup je me suis présentée comme homologue New-Yorcaïnitaise et on a discuté de nos fonctions. Mais elle trouve son taff plus amusant, parce qu'elle peut faire fauter les gens et les punir ensuite. Tout le monde s'est présenté et, pour résumer, elle était vraiment bizarre. Parce qu'on est des vampires elle a voulu s'amuser avec nous, savoir pourquoi elle nous laisserait passer. Sophia lui a filé un bakchich et je me suis dit qu'elle allait mal le prendre et qu'on allait se faire tej, mais non, elle était toute contente et l'a laissée passer. Du coup Mosh lui a filé ses lunettes de soleil, Tsu et Sakura deux vieilles pièces, et Juun un morceau de tissu. Mais moi j'étais à poil, si on occulte ma robe rouge et mes talons. J'aurais pu lui filer mon string, mais j'en portais pas. Non parce que voilà, on avait plus d'affaires, on avait pas fait les courses, j'étais encore sapée quoi. J'ai tourné en rond dans ma tête et Sakura a fini par me lancer les clés de la bagnole, après avoir demandé à la Comtesse si ça la dérangeait de marcher pour le retour. Du coup je les ai données à Seku et elle m'a laissée passer, toute contente. Cheloue.
    • On a continué à avancer dans un endroit assez vide. Les seuls humains qu'on croisait étaient translucides. Umbra proche, Outremonde, reflet du Yin, je sais pas trop. On est arrivés à une pagode tenue par une petite vieille. Les deux sœurs étaient là, se chamaillant dans une langue que Mosh connaissait pas, apparemment à propos d'un rituel qu'elles étaient en train de faire. Elles se sont arrêtées parce que ça sentait bon, et elles se sont mises à nous renifler. Et ça venait de moi.
    • Là, elles se sont dit, parce qu'on peut pas vraiment dire qu'elles s'adressaient à moi, que j'avais eu un contact avec la mort et que je pourrais cueillir leurs fruits. J'ai rien capté, je leur ai posé des questions, elles ne m'ont pas répondu, et au final elles ont été déçues parce que je comprenais trop lentement. Ok. Ok. Non je vois pas. C'est parce que j'étais en torpeur y'a 3 jours ? Parce que j'aime un type mort trois fois ? Parce que je diable à tour de bras ? Ça peut pas être parce que je suis une machine à tuer, c'est pas crédible. Et cette histoire de fruits... J'ai rien compris.
    • Elles se sont détournées de moi (trop triste), pour sentir Mosh, qui sent bon la mort aussi, mais plus banal. Ok. Donc bon, là on s'est présentés quand même, et on leur a expliqué qu'on voulait juste savoir si on pouvait aller et venir sur leur territoire, si besoin. L'une d'elle a dit que ça la dérangeait pas, l'autre a dit que si, juste par principe, elles ont discuté, et je sais plus comment ni pourquoi Mosh s'est mis à parler de Rosh et Posh et de leur mort et du fait d'emporter ou non des gens avec lui dans ses morts. Il a fini par raconter sa vie pour témoigner à l'oral, parce qu'elles venaient de dire que la seule bonne raison de ne pas mourir quand le moment était venu c'était d'avoir quelque chose à partager, à l'écrit c'est mieux mais à l'oral c'est bien aussi. Weird. Ça a duré deux heures. Deux heures que j'ai un peu pris dans la tête comme un échec personnel. Bref.
    • Les sœurs Min se sont demandées si elles devaient le consoler, mais elles se sont dit qu'il fallait qu'il pense à se respecter lui-même, parce que ça pervertit de trop mourir, et il pourrait se retrouver à pleurer les larmes de la REINE ÉCARLATE. Faîtes comme si on était pas là.
    • Elles se sont adressées à nous ensuite, pour nous dire qu'elles nous acceptaient. Et Mosh a demandé si y'avait des interdits et règles à respecter sur leur domaine, du coup on en a eu pour une heure de plus d'explications. Il faut respecter les esprits, ils portent à jamais leur solitude donc il faut leur témoigner de la compassion et ne pas les tourmenter, il ne faut pas cacher la vérité et ne surtout pas la détruire, ne pas se laisser abuser par les évidences, défendre sa famille, et d'autres trucs plus ou moins en rapport les uns avec les autres.
    • Après on a rediscuté de la mort. Je leur ai demandé si nous on était morts ou un truc comme ça, mais elles m'ont dit qu'on était maudits, en dehors du Grand Cycle, un truc de réincarnation. Par contre on peut le réintégrer, mais je sais pas trop comment. Vu que je pensais à la diablerie pour mon odeur, je leur ai demandé ce que ça faisait de détruire l'âme. Bon, ben c'était pas ça qui sentait bon, parce qu'elles aiment pas ça hein. C'est horrible, il faut jamais faire ça, c'est un grand crime de vanité envers le Créateur parce qu'on enlève du Grand Cycle une de ses conceptions. Et y'a un Kin-Jin qui a tenté de percer leur secret et qui faisait ça, le VIL TRAITRE, qui est allé voir le ROI YAMA, qu'elles ont pas l'air d'apprécier. Je crois que le vil traitre c'est Saulot. De ce qu'on m'a appris, c'est lui qui a enseigné la diablerie à Haqim. Il était allé en Orient et y avait appris des pouvoirs. Quand Haqim est devenu juge, sa sentence la plus impitoyable était la mort ultime. Mais elle n'est pas si ultime qu'on veut bien le croire, et les condamnés pouvaient être ramenés à la vie par des nécromants. Pour corriger cette faille, Saulot enseigna à mon ancêtre comment détruire une âme. La sentence ultime devint la diablerie. Mais ça, je l'ai pas dit aux sœurs Min.
    • Quand on a pris congé de ces deux allumées, elles se sont adressées aux deux autres frangines, pour savoir s'il n'était toujours pas possible qu'elles récupèrent le collier des Sagazuki. Vu la réaction, c'est le collier que Sakura porte, une sorte de sapin à l'envers, en jade, et c'est Tsu qui leur en a parlé, et elle aurait pas du. Vu ce dont Mosh nous a parlé, j'pense que c'est le collier de leur mère. Peut-être une catene, un artos, ou un truc de ce genre. Sophia a regardé l'aura de Sakura. Elle a pu voir qu'elle était emprunte d'une profonde tristesse, enveloppée d'afection, avant d'être complètement aveuglée par les flots de couleurs des émotions qui traversent l'endroit.
    • On est rentrés, à pieds, puis on s'est couchés. J'ai entendu Sakura et Tsu se disputer rapidement, sûrement à propos des sœurs Min. Je me demande si Tsu n'a pas voulu faire revenir leur mère, ou un truc du genre. Vu la politique de la maison Min ça doit pas être possible, enfin bon, c'est qu'une idée comme ça.
    • J'ai textoté mon amoureux pour lui demander si des Kuei-Jins lui avaient déjà dit qu'il sentait bon la mort et pouvait cueillir leurs fruits... Le lendemain matin je lisais sa réponse, amusante, qui me disait que non, mais qu'il avait déjà vu des trucs chelous en se droguant avec Baudelaire. C'te rebelle.
    • Je me suis levée en même temps que Mosh. Lui est allé s'entraîner avec Sakura, du coup je suis restée en tête à tête avec Tsu. Elle m'a relancée sur Samuel, en me disant qu'elle avait bien vu que je voulais lui poser des questions par rapport à notre relation, que j'hésitais quand Juun et Sophia sont arrivées. Et j'ai encore hésité. Du coup elle m'a demandé s'il m'avait trompé, j'ai dit non, si c'était un plan à trois avec une autre nana qui avait mal tourné, j'ai dit non, mais oui, mais non, mais qu'il fallait que je commence au début.
    • Et j'ai encore hésité. Je lui ai dit que je n'en avais jamais parlé à personne, parce que je ne savais pas ce qu'on allait me dire, parce que je ne voulais pas savoir ce que « les autres » en penseraient. Mais vu qu'elle a l'air de s'y connaître, elle, en relations amoureuses, je lui ai raconté. Notre rencontre, notre premier rendez-vous, notre première fois. Vaguement. Nos discussions, mes interrogations, nos premiers pas. Mes premiers pas. Le conclave, sa déclaration, sa mort. Ma peine, sa résurrection, mon bonheur. Son geste, mon incompréhension, son absence, ma colère, son absence, mon angoisse. Sa vérité. Notre relation.
    • Et au fur et à mesure je lisais son visage, je lisais ses yeux. Elle a trouvé ça horrible, et tellement bien, et tellement horrible. Une histoire d'amour digne d'un roman à l'eau de rose. J'attendais son verdict, et elle m'a posé des questions sur cette force à laquelle il obéit. J'ai répondu sans vraiment rentrer dans les détails, je lui ai dit qu'il ne fallait pas que ça se sache, que Samuel était condamné, que je le libèrerai. Elle s'est levée et a passé ses bras autour de moi, pour me réconforter. Et je suis restée calme, parce que je dois le faire, et je lui ai demandé son avis.
    • Alors elle me l'a donné, pessimiste. Elle m'a dit que si on la crossait une fois, elle finissait la relation. Qu'il était peut-être vraiment amoureux de moi. Là elle m'a demandé si l'amour, le vrai, donnait des pouvoirs particuliers aux vampires. J'ai pensé à Deloraison et je lui ai dit que oui. Elle a eu l'air triste pour moi. Moi qui ne pense pas à ce genre de choses, qui lui ait demandé avec beaucoup d'éloquence « quoi ? ». Il est peut-être vraiment amoureux de moi et ça lui permet d'aller à l'encontre de la volonté de Lasombra. Ou alors il est vraiment amoureux de moi et Lasombra le laisse faire parce que ça l'arrange. Ou alors Lasombra lui fait croire qu'il m'aime, parce que ça sert ses plans.
    • Je suis restée impassible. Parce qu'au fond, je savais déjà tout ça. Je lui ai juste répondu que quand je serai seule avec lui, quand j'aurai tué Lasombra, je saurai peut-être ce qu'il en est. Que le plus dur pour le moment c'était de tuer cette force sans qu'elle se doute de quoi que ce soit. Mais qu'il y avait un antédiluvien en ville, et que ça m'aiderait peut-être.
    • Sur ce, avant qu'elle ait vraiment pu faire autre chose que de me présenter un visage compatissant, Juun et Sophia sont arrivées. Je me suis levée pour aller méditer, me vider l'esprit.
    • Samuel.
    • Pendant ce temps,  Juun et Mosh s'entrainaient et la Comtesse et Sakura discutaient musique après que celle-ci se soit excusée de son comportement défensif. D'ailleurs Juun a contacté Jean, et il a accepté d'accueillir la fille de Stroker. Du coup on lui a filé ses coordonnées, qu'ils discutent de père à père. Tsu devait cogiter à ce moment là, parce qu'au moment de partir au rendez-vous de la Comtesse elle a proposé qu'on prenne deux voitures, une avec Sakura, Juun, Sophia et Mosh, puis une autre pour elle et moi. Mosh a fait remarquer que c'était un peu déséquilibré mais elle lui a répondu qu'on devait parler de trucs de filles.
    • En fait elle voulait savoir comment on reconnaît un antédiluvien. Je me suis retrouvée un peu con. Je lui ai dit que j'en savais rien. Ils sont comme nous, ou peut-être pas, en tous cas beaucoup plus puissants, vieux, et probablement fous. Je crois. J'en sais rien. Une aiguille dans une botte de foin, comme elle dit.
    • Le rendez-vous avec Adam m'a mise hors de moi. Il a été étonné de nous voir, mais ça l'a pas dérangé plus que ça. Monsieur nous a dit qu'il voulait se rapprocher d'Ycare, mais que la Cour de la Nuit Ardente lui a refusé son accès alors qu'ils pourraient l'y aider. On lui a dit qu'on avait pris le soleil en Crète, ce à quoi il a répondu un dépresso-laconique « Vous avez de la chance. » Je lui ai demandé pourquoi il ne faisait pas ce que n'importe quel vampire peut faire avec un peu de courage et de résistance à la douleur. Là la Comtesse lui a proposé qu'on intercède en sa faveur, et sa colère furtive envers moi s'est transformée en joie et soulagement. J'ai commencé à m'énerver et à reposer ma question, mais Tsu m'a prise par la main pour m'emmener plus loin.
    • Sérieusement. Je. Je vais tuer un antédiluvien. Je vais tuer un putain d'antédiluvien et je le planifie. ET T'ES PAS CAPABLE DE RESTER AU SOLEIL 5 MINUTES ? Putain de lâche de couard de merde de mes deux. Merde. Putain. Gros con. Tsu a raison quand elle me dit que tout le monde lui crache sur les pieds et qu'il sera facilement manipulable si on va dans son sens, mais putain ça m'énerve. D'ailleurs je suis pas la seule, parce que Juun s'est faite éloigner par Sakura deux minutes plus tard.
    • Donc voilà, la Cour de la Nuit Ardente est une Cour de Kuei-Jins qui créent des parchemins comme celui qu'Everett avait filé à Dédale, qui permettent de passer une journée au soleil. C'est les vampires d'Orient qui appartiennent aux Cours du Dragon Doré qui font ça (en oppositions aux Cours d’Émeraude et aux Cours de Jade, mais je sais pas trop ce que ça signifie). D'ailleurs il s'est fait virer de Paris parce qu'il a essayé de voler un de ces parchemins, au Louvres. Puis il a découvert que ça venait d'Asie, et il est parti. Sophia lui a dit qu'elle ferait son possible pour en obtenir un. En même temps il lui a décrit la Cour de la Nuit Ardente comme étant composée de types passionnés, qui vivent à fond. Ça va lui faire du bien à notre Comtesse, espérons qu'ils soient polis. L'émo s'est limite prosterné aux pieds de Sophia, et on s'est barrés. Abruti.
    • On s'est dit que les fringues de fête ça allait bien, surtout au bout de 3 jours, donc on a voulu faire du shopping. Sauf qu'en arrivant aux voitures on a senti un choc sourd, violent, et une partie de notre vitae s'est envolée.
    • On se faisait attaquer par les pantins de Jinteki, encore. Le combat s'est mieux passé cette fois-ci. Trois d'entre eux sont morts, et Sakura a réussi à maitriser le dernier, qui est tombé inconscient. La Comtesse s'était faite bouler le cœur, mais Mosh a ouvert le truc précautionneusement, a remis son organe dans son corps, a retiré le mécanisme et quand on a eu peur qu'elle ne se relève pas elle a commencé à bouger. Une bonne minute de doute et d'attente quand même.
    • On a récupéré du loot, des lunettes cheloues pour voir dans le noir, des grenades-qui-font-dégager-du-sang, un flingue et sa ba-balle qui pieute à part et surtout un de leurs flingues à boule-qui-pieute chargé. C'est à usage unique, donc ils en avaient plusieurs, et y'en a un qui n'a pas été utilisé. Ça fera un beau cadeau pour Thompson, il fera peut-être moins la gueule.
    • Après ce bordel on a décampé vite fait avant que les flics arrivent. Edwige les a semés dans les petites rues et on s'est arrêtés près d'une rivière, Wang Pu, rive jaune, un truc comme ça. Tsu s'est éloignée pour fumer, elle avait l'air un peu secouée. Bah, je lui ai parlé un peu pour qu'elle pense à autre chose qu'au fait que son paternel nous envoie des robots pour nous plomber. J'ai réfléchi et je pense que les Kuei-Jins pourraient avoir un truc qui empêcherait Lasombra de diabler Samuel. Mais faudrait que je sache s'il le diable vraiment à petit feu, ou s'il attend que Samuel ait fini son taff pour le sucer. Dans tous les cas il faudrait que j'en parle avec les rois Yama ou leurs suivants. Voire les sœurs Min, mais là c'est plus tendu. J'lui ai demandé aussi ce qu'elle pensait de la réaction de Samuel quant à l'histoire de Whitchwood, mais elle elle confronte pas ses mecs, elle les espionne grâce à son taff... Bref, on a discuté un peu puis on est revenus près des autres, attroupés autour du corps.
    • Le type était plus en vie. Il suintait l'huile, avait cour-circuité. Sakura l'avait un peu démonté et la puce qui l'animait, ou la puce mémoire je sais pas trop, était complètement foutue. Pourtant elle est en or avec du carbone et des trucs bien quoi. J'ai pas vraiment suivi, mais je suis sûre qu'au poids on en tire un bon prix.
    • On s'est posés des questions existentielles à base de « Comment ils nous trouvent ? », « Pourquoi on est avec Adam quand ils tombent sur nous ? », des trucs chiants quoi. On est allés chasser puis on a pioncé, une fin de nuit tranquille, c'est de ça qu'on avait besoin. Sauf Mosh, qu'est parti faire la paperasse de Tsu. Mais lui il a des façons bizarres de s'amuser.
    الحكيم هو أكبر
    « Modifié: avril 10, 2013, 23:50:18 pm par manquedebol »
    Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
    Oscar Wilde

    Hors ligne manquedebol

    • Moderator
    • *****
    • Messages: 1653
    • Sexe: Femme
    • e-kikookokine
      • Voir le profil
      • Moufle !
    Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
    « Réponse #12 le: avril 10, 2013, 23:44:10 pm »
    24/06/2012
    Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
    Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, venger la mort de Samuel.

    Citer
    • Puis en fait, le lendemain, ça a été journée break. J'me suis entraînée avec Mosh, j'aimerais devenir ambidextre au combat. Sophia jouait du piano, Tsu discutait avec Juun. Puis finalement elles sont pas revenues, donc on a trouvé Sakura, qui bossait sur un truc, pour contrer le pouvoir de la Comtesse. Maintenant elle a des jolies boucles d'oreilles anti-melpominée. Elle contrôle quoi. Sakura a demandé à Sophia d'utiliser son pouvoir sur elle, Sophia lui a demandé de la gifler, la première a pas compris pourquoi, la deuxième lui a dit qu'elle comprenait pas non plus, du coup y'en a une qui s'est pris une baffe et l'autre... rien. Ses boucles d'oreille ont brillé pendant que Sophia utilisait son pouvoirs, épicétou. Au moment où la Comtesse a demandé à Sakura qui la protégeait d'elle-même j'ai proposé qu'on fasse deux groupes de deux et j'ai choppé ma grande dame par le bras. J'ai demandé à Edwige de nous amener dans un grand magasin comme la dernière fois, mais on s'est retrouvé dans un truc de luxe super chiant. Les vendeurs étaient tous gays et me pétaient les ovaires. J'ai profité que Sophia me demande si on pouvait acheter des fringues plus « pratiques » pour fuir. Et Edwige nous a proposé de nous présenter son mari, Félicien, couturier.
    • On est sorties de Pu Dong pour s'enfermer dans une petite résidence discrète, décorée d'affiches et de disques de chanteurs français de partout. Félicien est un petit monsieur de 70 ans super doué pour la couture. Il nous a fait des costumes de première main. Ça fait 42 ans qu'ils sont ensemble avec Edwige. Elle voyage beaucoup, et il la suit. J'ai pas trop compris. Je lui ai demandé de me parler de son couple mais il est pudique, genre vieilles mœurs. En tous cas il est contre les jeunes.
    • Je me pose plein de questions à la con. Peut-être que Samuel m'aime pas, peut-être que Lasombra va me tuer, peut-être que Lasombra va le tuer, et puis ça fait pas encore 6 mois qu'on est « un couple », et encore, moins si on compte tout le temps où c'était rien, et moi je me demande comment faire pour entretenir la flamme et le garder près de moi. Je flippe. Je craque.
    • Edwige m'a un peu plus parlé, elle avait même peur de me choquer, c'était marrant. Au début elle comprenait pas trop mes questions sur la fidélité, elle m'a dit qu'on savait, qu'il fallait faire comprendre qu'on était prêt à s'engager. Puis après elle m'a dit que le plus important, comme le disait sa mère, c'est de ne jamais laisser un homme partir de la maison le ventre vide ou les couilles pleines. Ok, faisable. Pour ce qui est séparations prolongées, elle a jamais été loin de Félicien plus de 3 semaines. Après pour les vampires, d'autant plus vieux, la notion du temps est pas vraiment la même... Je sais pas...
    • Au final on y est restés trois heures puis on a filé chez un petit chinois dont nous avait parlé Félicien, pour avoir de bonnes chaussures. Sur le chemin, Sophia a parlé à Edwige job, immortalité, jeunesse éternelle... Je crois qu'elle aimerait la débaucher, et elle s'y prend très bien... Le petit vieux était pas aimable, mais les pompes sont de bonne qualité, et elles ont rien couté, ou presque.
    • On est rentrées. Juun avait passé la journée à vadrouiller en moto avec Tsu, Mosh à draguer Sakura en discutant confiance, armes et vêtements à poches. Dodo.
    • Ah non. Everett m'a appelée 10 minutes après le lever du soleil. Il m'a filé rendez-vous pour le soir même à Shanghai parce que ça allait être pratique pour le prochain artos. J'l'ai prévenu qu'on avait une nouvelle recrue et que Dédale nous avait abandonnés pour un petit moment. M' a répondu qu'il m'enverrait un texto pour me dire où on se retrouvait.
    • Du coup, quitte à pas dormir, j'ai essayé d'appeler Asmodée. Répondeur direct. Avec pour seul message une chanson flippante. Bon. Et Jean ? Il m'a dit qu'Asmodée était à Las Vegas, sur les traces de Mora, toujours. Et comment ça va à New-York ? Julien et Samuel sont sur le pied de guerre, Fi Niktuku est à Boston. Je m'inquiétais un peu, mais le Prince m'a dit que si on occultait le fait que les Lasombras ont un gros égo, son frère est réellement badass. Il m'a aussi dit qu'il le redirait pas. C'est gentil quand même de me rassurer. Puis. Puis j'ai pensé à ce qu'il m'avait dit un jour, que Samuel était « terriblement monogame ». Je lui ai demandé si c'était vrai. Et ça l'est.
      « Samuel est monogame, mais pas fidèle. »
      Ah. Bon. Oui. D'accord. Je comprends pas. Mais c'est pas grave, ça me concerne pas, ou un truc comme ça, il m'a fait remarquer que je devrais pas être trop inquiétée. Puis après, il parlait plutôt de lui. Parce que je lui ai parlé de la fidélité parce que lui est fidèle à la même femme depuis 500 ans. Et il m'a répondu que l'amour faisait tout. C'est beau, dans la bouche de Samuel ça me ferait pleurer, parce que ça me paraît improbable. Mais dans la sienne, son histoire et sa loyauté sont déprimantes au possible. Et je pensais à Juun, et j'ai demandé s'il n'y avait pas de femmes qui l'avaient aimé, s'il ne leur laissait pas une chance. Mais il ne pense qu'à sa femme. J'ai coupé court à la conversation, je voulais pas m’appesantir, puis je parle fidélité à tout le monde alors que je voudrais qu'il soit fidèle et donc pouvoir le garder moi, entretenir notre couple quoi. Tain je me prends la tête pour rien.
    • Allez, texto et dodo.
      « Dis à Julien de pas faire le kéké, bon courage, bisou »
    • Le lendemain je me suis réveillée tard, encore, en entendant Sophia chanter avec Tsu et Sakura. C'était assez classe. Samuel m'a répondu. Putain je crois que ça va me surprendre longtemps encore. « Julien va bien. Boston est charmant en cette période de l'année, j'espère que Shanghai aussi. Je t'embrasse. » Awww. J'avais un texto d'Alessia aussi, qui avait reçu une lettre pour moi.
    • Sakura est allée réveiller Mosh. Il n'a pas pu dormir, apparemment y'a eu des tests pratiqués sur le cœur de Mallory... Quand tout le monde a été là j'ai parlé d'Everett et du rendez-vous. On avait pas vraiment envie d'emmener les frangines, mais de toutes façons elles se disaient qu'elles allaient commencer à corrompre des membres influents de Jinteki, pour être dans la place quand on allait débarquer avec nos gros sabots.
    • On est allés voir Alessia qui nous a filé la lettre. Mosh lui a demandé s'ils avaient de l'alcool de sang ici. Et les Trémères en font apparemment... 9000 ou 10 000$ la caisse de 6 bouteilles de cognac. M'ok.
    • On a repris la voiture pour 20 minutes pour se retrouver devant une traditionnelle pagode chinoise. Attendus par Everett et Heinrich, comme d'hab. Juun s'est présentée comme Julienne Deloraison, on a pris des news, ça va bien, oui ça va et toi, et la famille touça, puis on est rentrés dans la maison et dans le vif du sujet.
    • Everett avait un cadeau pour Juun, posé sur sa chaise. Genre pour lui souhaiter la bienvenue. C'est étrange, même la Comtesse n'a pas eu ce genre de traitement. Soit il devient papi gâteau, soit y'a un truc pas net. Bref, cette mission-ci va être assez différente des dernières. Vachement plus tendax. On doit récupérer une perle de SHENLONG. Qu'est un dragon qui a 4 perles, moins celle de la sagesse qu'il a filé à Saulot comme troisième œil y'a quelques temps, ce qui lui a permis de maitriser les disciplines des Kuei-Jins. Ouais ouais ouais. Et les autres sont portées par des humains, parce que Shenlong est le dragon qui protège la famille impériale, et y'en a une à Shanghai, une à Pékin et la dernière à Hong Kong. Ok ok. Donc du coup, Everett va nous aider d'un peu plus près. Il s'installe pour quelques temps par ici. Je me demande quelle relation il va entretenir avec le justicar Trémère. Bref, il nous a filé des infos sur les Kuei-Jins, les perles, les dragons, touça.
    • Puis il a voulu changer nos bonnes vieilles habitudes, donc il nous a demandé ce qu'on voulait comme récompenses. On réfléchissait pendant que Juun, terre-à-terre, lui demandait s'il pouvait lui avoir des trucs pour apprendre plus facilement ou plus vite certaines disciplines. C'est pas très fun comme cadeau. Moi je lui ai proposé un contact mental.
      « J’espère que vous n’utilisez pas ce biais pour cacher à vos compagnons la trivialité de votre demande. »
      « Puisque l’Angleterre vous manque, il serait de bon ton que vous y alliez pour trouver le Reflet de Lasombra qui se trouve –très probablement– à Londres, et le détruire. »
    • Après tout il sert un 2° génération qu’aime pas les 3° générations, puis Oldcastle aime pas les Lasombras, puis il nous a demandé ce qu’on voulait quoi.
      Le vieux a buggé, il était en train de prendre des notes sur ce que Juun lui disait et il a québlo.
      « Endurance ça s’écrit avec un e ou un a ? »
      Uh-uh.
      Après quelques minutes il me répondait.
    • « J’accepte, un peu comme pour me racheter de ce que je vous ai fait. Mais il me faudra un laps de temps précis pour savoir quand agir. »
      « 9 mois, ça nous permettra d’accoucher d’un beau bébé. »
      J’aurais aimé lui dire que Samuel est vivant. Si ça n’avait pas été si important j’aurais pu avoir honte de faire semblant d’être une veuve éplorée. Mais faut pas déconner non plus.
      « Je sais que si ça n’avait tenu qu’à vous tout ne se serait pas passé de la même façon. Peut-être qu’un jour nous parlerons plus amplement de vos supérieurs… »
      « Merci, mais ne laissez pas vos pensées se perdre dans des miroirs. »
      Ah ouais, j’avais oublié ça. Merci pour la piqure de rappel, on va s’en occuper.
    • Pendant tout ce temps chacun y est allé de sa petite demande, même si Sophia avait pas vraiment d'idées et que Mosh a demandé des trucs toupouri, genre une bague de sang ou un artos pour se transformer en brume. Moi j'ai demandé un sac sans fond. C'est classe et pratique, un sac sans fond. Si ça existe.
    • Puis Juun a commencé à demander à Everett s’il avait pas des trucs pour aller récupérer des morts. Un nécromant et ça se fait tout seul, roule ma poule. Mais j’allais pas dire ça.
      « Ouais tu sais, moi pour Samuel j’ai juste demandé à un Giovanni et à mon papa ! »
      Ouais non, j’ai pas dit ça.
      Everett a demandé des détails, mais il l’a coupée quand elle a commencé à dire que c’était pour quelqu’un mort y’a 500 ans. Il lui a dit qu’ils allaient en parler après, en privé.
    • Ça m’a rappelé que j’aime pas trop ça. Déjà avec Dédale, je me méfiais. Mais j’ai l’impression que j’ai de moins en moins de mal à faire confiance à Everett. Un mal ou pas, on le saura bientôt. Puis de toutes façons la Comtesse lui a fait du gringue ou je sais pas quoi, elle aussi il voulait lui parler en privé, avec ses vieilles allusions elle faisait un peu peur. En plus il est vieux Everett. Beurk.
    • Enfin bon, Quand Juun est revenue je lui ai demandé comment ça s’était passé, mais elle avait pas l’air super méga réjouie. Du coup j’ai voulu déconner, et je lui ai demandé si c’était pour la tuer qu’elle voulait faire revenir Mathilde. Double headshot. J’ai tapé juste sur la personne, et ma blague l’a pas fait rire. Elle est partie en fren’ mais Mosh l’a maitrisée et pieutée assez rapidement. Elle s’est calmée, j’me suis excusée et je lui ai dit qu’elle devrait se décoincer un peu, parce que là ça n’allait pas du tout. Sérieux quoi. Je sais pas pourquoi elle médite, ça sert à rien ses katas, elle devrait se trouver autre chose. Après on a changé de conversation pour parler de son cadeau, c’est une corde qui s’allonge à l’infini, genre le truc elfique du seigneur des anneaux. Trop classe. En plus on a toujours besoin d’une corde. De là à en déduire qu’Everett nous surveillait et l’a vue sauter de l’immeuble à la jackass, y’a qu’un pas. Mais faut pas devenir parano hein, sinon je sais pas trop où on ira.
    • La Comtesse est revenue, on a pris congé du vieux et on a commencé à aller au Penthouse pour retrouver Tsu et Sakura. Et sur le chemin, la Sophia nous explique qu’Everett l’a gentiment invitée à pioncer chez lui. Wait, what ?
    • Il a fallu un moment pour qu’on capte que c’était pas « chez lui avec lui » mais « dans une de ses nombreuses résidences secondaires où il ne loge pas actuellement ». Mosh et moi on était pas vraiment pour, mais elle est tellement mal avec les frangines… Puis alors Juun, qui se dévoue volontiers pour l’accompagner. Oui ben oui, c’est pas étonnant, mais fais attention quand même… Ça sent la catastrophe. Mais au moins Sophia ira mieux, dans le quartier des expat' occidentaux. Ah, elle lui a aussi montré à quoi ressemblait Mora, en lui disant qu'elle le recherche parce qu'il a attenté à sa vie. On verra ce que ça donne.
    • Donc voilà, on va faire bande à part pour pioncer. On va juste perdre du temps tous les soirs pour se retrouver, tout ça pour que Sophia puisse éviter les Sagazukis. Well well well. Why not. J’espère juste qu’elles décideront pas d’aller faire je ne sais quoi je ne sais où sans nous en parler. Tain, tu me diras chuis con, vu l’heure à laquelle elles se lèvent on sera en bas de chez elles pour le petit dej’. Bon. C’est déjà ça.
    • Au Penthouse, Tsu et Sakura étaient en plein préparatifs. After-party sur le yacht du DRH de Jinteki. C’est parti. On s’habille. Tsu et moi en putes, Juun et Mosh en hommes, la Comtesse et Sakura en robes un peu plus habillées. Et bidouillée, pour celle de Sakura, sûrement. Tout comme ses boucles d’oreilles, finies, qui lui servent à neutraliser les pouvoirs de Sophia près d’elle. Je sais pas quelle distance elles couvrent, mais j’espère que c’est pas grand-chose. À force d’être parano elle se rend pas compte que ce pouvoir peut la sauver un jour aussi. M’enfin bon.
    • On a parlementé un peu et finalement on y est allés à la gueule, sans invitations, juste sur le principe de « On est avec Elles ». De toute façon je vois pas trop ce qu’il pourrait arriver, on est censés trouver des fonctionnaires hauts placés de Jinteki pour les corrompre. Allô, je fais pas de social moi. En plus en arrivant j’ai essayé de me rendre utile en perçant les auras des personnes présentes. Un change-forme, 5 Kuei-Jins, 3 mages, 2 vampires et plein d'humains. Bien, soit on est dans la merde, soit je suis pas au taquet. Si vous avez besoin de moi, je suis sur la piste de danse les loulous. Ce soir, je me détends.
    الحكيم هو أكبر


    29/06/2012
    Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
    Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, libérer Samuel, divorcer.

    Citer
    • Encore une fois, on est vraiment dans la merde. Mais cette fois-ci tout va bien, j'ai une piste pour trouver des informations sur Haqim.
    • Il s'est passé un truc chelou, qui nous a grave fait déconner, tous. On a perdu trois nuits, dont nous sommes sortis isolés et sans aucun souvenirs. J'ai fait n'importe quoi. On a fait n'importe quoi.
    • De ce qu'on a pu reconstituer pour le moment, la soirée sur le bateau a viré au n'importe quoi à cause d'un orgasme. Celui de REJI, Nosfératu de son état, qui couchait avec Tsu et Juun. Il a perdu le contrôle de son occultation et Juun a paniqué, tandis que Tsu l'a trouvé... plutôt beau. Il a eu une réaction étrange, j'ai pas encore mis le doigt sur lui ni sur ce qu'il s'est passé exactement, mais les rêves de toutes les personnes présentes sur le bateau se sont matérialisés. Pour le moment personne n'a pu déterminer exactement ce qu'il est advenu de nous, mais ce début de souvenirs explique un peu la suite...
    • Mosh a fui le bateau avec Sakura, après qu'elle ait pété un câble et voulu se donner à tous les mâles du bateau. Dans leur escapade, 4 Trémères leur sont tombés dessus. Ils ont voulu se séparer pour mieux leur échapper, mais ça n'a pas eu l'effet escompté. Sakura a été choppée par Jin Teki derrière, si on en croit la personne que Mosh a eu au téléphone aujourd'hui, qui serait elle. Cinq jours plus tard. Bref, Mosh quant à lui a retrouvé son père, ou l'équivalent. LARRY, un Tzimisce du Vieux Clan, un enculé. Non, un sociopathe. Il veut détruire Mosh, je vois pas d'autre explication. Il nous a menés en bateau.
    • Si j'ai bien compris, Larry a fait comme les vieux vampires, il a cherché un infant parfait pour l'aider dans sa quête, qu'on sait pas encore ce que c'est. Au bout d'un siècle, il a trouvé les triplés. Il a demandé à Dragan Bellic d'en faire son infant, mais ce dernier l'a crossé, avec l'aide de GALATÉE, une malkav. Ils les ont éloignés de lui, en en faisant des imbéciles finis. Pour retrouver ce qu'il considère comme ses infants, il a fait n'importe quoi en se faisant passer pour Mosh, en terminant par l'attaque de la chantry Trémère de Shanghai, pour le faire mettre sur liste rouge et disposer des moyens de la Camarilla. Maintenant qu'il l'avait, il fallait arranger sa situation. Alors on a couru.
    • Le deal entre Mosh et Larry, c'est que le premier suivait le plan et les méthodes du second, en échange de quoi le second lui rendait Mallory. Lui rendre. Mosh a tiqué sur ce mot, comme nous, mais il voulait attendre de voir. Puis moi aussi. Juun par contre était complètement contre le plan de l'autre fou-furieux. Il voulait faire accuser Galatée, à Shanghai. Elle voulait le dénoncer lui. Le soucis étant qu'il a tué 7 ritualistes Trémères dans la chantry, les deux qui s'attaquaient à Mosh quand il a perdu Sakura, et trois arcontes qui passaient par là pour le tuer. Il me fait un peu peur. Encore plus maintenant.
    • La discussion avec Juun a été longue. Les deux points de vue se tenaient, le sien et celui de Mosh. Tsu, qui s'était réveillée avec Juun (et Chuck, mais on en parlera plus tard), a aussi pris le parti de Mosh quand on lui a dit qu'on pensait que Sakura était retenue prisonnière par les Trémères. Pour essayer d'aller un peu dans le sens de Juun j'ai proposé qu'on fasse des recherches sur Galatée et Larry. Au fond, tout au fond de moi, j'en avais rien à branler. Je crois que c'est ma plus grosse erreur dans cette histoire. Il a choisi son moment pour nous avoir en beauté.
    • On a pas eu le temps de faire des recherches. J'ai envoyé une lettre à Sorin Markov, en lui décrivant l'individu, son nom, ce qu'on sait de lui, tout ce que Mosh a pu m'apprendre, pour savoir s'il avait des informations sur lui. Quant à l'autre Malkavienne, on savait pas par où commencer. Mosh a pas voulu envoyer de mail à Trucker, il pensait que le PC que lui avait laissé Larry était peut-être surveillé. Il a utilisé ce PC pour créer un dossier sur lui-même, sur le modèle des nosfés, puis il a demandé à Jason une relecture qui s'est carrément transformée en mise en ligne antidatée sur le Schrecknet, avec fausse mention d'une vente à Galatée. Dès que ça a été fini on est allés mettre sur la paille un marchand d'armes, en récupérant son stock. Parce que Juun pensait qu'on signait son arrêt de mort, on l'a aussi livré à la police. Apparemment Larry a des jobs annexes qu'il nous fait faire quoi. Lui il s'occupait d'inventer des liens entre Caspardieu et Galatée, pour innocenter Mosh et expliquer que l'autre ait voulu le piéger.
    • Quand on a été prêts, on est allés se livrer et l'autre fou-furieux de Mycroft est allé vérifier de lui-même, en nous laissant sous la surveillance de 5 Trémères. D'ailleurs quand ils sont entrés Larry a été surpris, même s'il l'a bien caché. Peut-être que dans le lot y'avait un de ceux qu'il pensait avoir tué. En tous cas y'avait un gros tatoué condescendant et méprisant qui a pas arrêté de me dévisager et n'a pas voulu me filer le tel de Reji. Ce connard m'a dit qu'il pouvait m'arranger un rendez-vous avec lui mais j'allais pas accepter, ça puait le traquenard. Le justicar est revenu fulminant avec la robe de Galatée, tâchée de sang. Il me l'a envoyée en me disant de dégager, puis il a dit à Mosh, en face-to-face, qu'il savait qu'on lui cachait quelque chose, qu'il avait mis le doigt dans un engrenage qui le dépasse, et qu'il serait là quand tout s'effondrerait sur lui. Ça a pris tout son sens quelques heures plus tard.
    • Larry nous a quittés en disant qu'il devait s'occuper de Mallory et Jin Teki, que ça prendrait plus de temps. On s'est retrouvés, sans Sophia, qu'on ne peut pas joindre et dont on a aucune nouvelle. On a pas vraiment eu le temps de la chercher... On a dormi. Jason Trucker a appelé Mosh en panique.
    • Galatée, elle bossait avec la Tal'Mahe'Ra. Le dossier, sa mort, tout remonte, et c'est fait depuis Barcelone, depuis Gustav Niktuku lui-même, le big boss des nosfés. On a grave merdé. On a grave merdé. Jason se barre chez Fulcanelli. Putain, il va nous en vouloir le vieux. Deloraison voit pas qui c'est, Galatée, mais il va se renseigner. On a grave merdé. Et ça, c'était que la partie de Mosh. La partie qu'on a joué dans l'urgence.
    • Juun s'est réveillée dans une chambre d'hôtel, avec Tsu et Chuck Finley. Il est en ville pour dealer avec Taï Yong, une méga-corpo concurrente de Jin Teki. Et donc il est là. Ok. Et on lui doit 5 millions de dollars. Un pour Alessia, parce qu'elle a empêché Juun de prendre un avion pour Rome pour retrouver Mathilde, que personne sait si elle voulait la tuer ou la sauver. Ok, ok, ok. Le reste on a pas de détails, mais y'a eu une levée de fonds pour l'inauguration de Taï Yong ou un truc comme ça, et il a fait un speech ou je sais pas quoi, et... bon, on a pas encore récupéré ces souvenirs quoi. Donc voilà, Juun a passé ses trois jours à délirer à propos de Mathilde, puis à coucher avec des inconnus. Et Tsu. Enfin bref. Elle culpabilise vachement pour Jean. Elle lui a téléphoné en tenant un discours incohérent sur Mathilde, il fait la gueule, mais Witchwood m'a dit que ça passerait, qu'il allait l'appeler pour lui en parler. Du coup, peut-être qu'elle ira mieux. Je suis sûre qu'elle le vit mal, mais elle en parle pas, comme d'habitude. Tu refoules et c'est pire. Et j'en sais quelque chose, ahah. Enfin bon, je panique mais au final, tout va bien, je vais en apprendre plus sur Haqim.
    • J'ai repris connaissance au milieu d'un repas. Y'avait que des nénettes avec moi, ça piaillait en chinois et en anglais à propos d'un mariage de l'ancêtre qui brisait les traditions. C'était des Kuei-Jins, un ancêtre c'est le Prince d'une Cour. Et la future mariée, c'était moi.
    • Y'a un vieil asiatique qu'est rentré dans la pièce, toutes les nanas se sont mises en rang d'oignon devant moi et il les a jartées les unes après les autres. Il était immense, avec une longue barbiche poivre-sel et le crâne chauve. Il a mis sa main dans mon dos, m'a plaquée contre lui puis m'a prise dans ses bras pour m'emmener à un cheval, après avoir marché sur le dos des femmes, à quatre pattes par terre. C'était assez surréaliste. Dépaysant.
    • J'ai lu son aura. Satisfaction, désir, ambition et orgueil, une peur refoulée et contenue au fond de lui. Mais j'ai surtout vu son aura noircir, à intervalles réguliers, comme une diablerie laisse des trainées noires dans l'aura.
    • « Je dois reconnaître que vous êtes une femme de parole. »
      « Paroles qui sont ? »
      « Ne me faîtes pas croire que vous les avez oubliées. »
    • BEN SI, SI. J'ai essayé de lui dire, mais il m'a répondu qu'on avait toute la nuit, toute la vie pour nous en souvenir. Quand il disait ça, j'ai essayé de lire ses pensées. Haqim ? Qu'est-ce que Haqim pouvait bien avoir à faire avec ça. Je savais pas quoi faire. J'ai insisté, mais il s'est crispé et j'ai senti son calme s'évaporer. J'en suis restée là.
    • Il m'a emmenée au galop jusqu'à un temple. La scène était vraiment jolie. Je pensais à Samuel, à cette parole que j'étais censée avoir donnée. Je ne savais pas quoi faire. Quand on est descendus de cheval pour marcher dans le jardin, jusqu'à l'autel, il m'a proposé de me rendre mes jambes, du regard. J'ai pris son bras, et nous avons avancé, en parlant.
    • Je lui ai demandé quel jour nous étions. Le 27. Trois jours. J'ai perdu trois jours de souvenirs. Alors il m'a raconté. Je suis arrivée dans sa Cour, son gardien sur l'épaule, le visage brûlé par l'acide, en disant que je les défierai tous jusqu'à avoir les informations qu'ils détenaient sur Haqim. Comment je savais qu'ils avaient ces informations ? Il ne le sait pas, je ne me suis pas étendue là-dessus. Il a proposé qu'on se batte en duel. Si je gagnais il me livrait ces informations, si je perdais je l'épousais, puis il me livrait ces informations. A priori, j'ai perdu.
    • Mais c'est pas grave, je vais en apprendre plus sur Haqim !
    • Je comprenais pas pourquoi il voulait se marier avec moi, mais il m'a dit que je ferais une chouette quatrième épouse, qu'il aimait la fougue et le talent. Oui. Oui... Ok. Je savais pas quoi faire, j'ai voulu en savoir plus. Il m'a dit que ses autres femmes n'étaient pas aussi bavardes quand je lui ai demandé si c'était la première tradition qu'il brisait, en repensant à son aura. Je lui ai répondu que je n'étais pas bavarde, que je voulais juste qu'il le soit. « Je vous répondrai après le mariage. »
    • J'ai continué à parler, et manqué plusieurs fois d'éveiller sa colère, tellement proche. À un moment, il a changé d'attitude. Je pense que je parlais à son démon. Mais il a pris peur quand j'ai parlé des Rois Yamas et de la diablerie. LAO SHEN, parce que c'est son nom, a repris le contrôle en me disant de ne pas prononcer certains mots.
    • Je lui ai demandé s'il avait mon téléphone, si je pouvais passer un coup de fil. Oui, après le mariage, j'ai compris. Ok. J'allais pas me fritter ce chef de Cour qui m'avait battu en duel alors que certains de ses suivants nous attendaient au pied du temple.
    • Un peu résignée, je lui ai demandé si j'allais devoir rester cloitrée à la cuisine. Il m'a répondu qu'il était aussi diplomate que moi, et qu'il n'allait pas gâcher mes compétences martiales. En ce qui concerne d'éventuels voyages, j'ai pas vraiment eu de réponse.
    • Au moment où il me disait de profiter au lieu de discuter, qu'on est censé ne se marier qu'une fois, qu'il faut profiter de la fête, je lui ai demandé si le divorce est en place par chez eux. Il s'est arrêté, à mi-chemin entre l'énervement et l'amusement.
      « Vous ne croyez pas aux mariages d'amour de toutes façons ? »
      « Ben, si, justement. »
      Il a eu l'air un peu surpris, mais il n'a rien dit. Nous avons repris notre marche nuptiale, et j'ai dit oui.
    • Mais le mariage n'était pas terminé, on était qu'à la quatrième étape. Après il y a eu la soirée, puis la nuit de noces. Ensuite seulement, j'ai pu téléphoner.
    • La soirée a été plutôt divertissante, mais j'ai surtout analysé mon environnement. À la Cour de l'orage infini, on suit la direction du sud, du changement, de la tempête. Quel que soit le dharma, tous les Kuei-Jins sont très influencés par leur P'o : ils s'énervent vite, c'est comme un grand rassemblement de Brujahs. Et y'en a pas mal qui peuvent pas blairer le fait que l'ancêtre ait épousé une Kin-Jin. Je vais devoir rester gentille. J'ai repéré une nana qui était sur le bateau, et au repas pendant lequel j'ai repris conscience. Elle avait l'air pensive, un peu prostrée. En déchiffrant ses sentiments, j'ai compris que quelque chose avait altéré ses pouvoirs et qu'elle en a peur. La fête avait l'air de la soulager, mais tout au fond d'elle j'ai lu quelque chose qui me fait penser à de la trahison. Du stress, des soucis, une détermination, un double jeu. Je ne sais pas. C'est la gardienne des traditions du coin, ASIA, du coup je pensais qu'elle m'aimerait pas, mais elle m'a offert une broche, la broche du voyageur. Elle permet de ne pas faire d'office mauvaise impression, quand on arrive dans un nouveau lieu. C'est gentil.
    • Ils m'ont tous offert un cadeau. Des bijoux, des épices, des étoffes. Le gardien m'a donné une bague entièrement de jade, qui agit sur ma vitae. Je ne sais pas encore vraiment en quoi. Il avait le visage à moitié brulé, je me suis excusée mais il m'a dit qu'il s'excusait lui, de ne pas avoir été à la hauteur. Je crois que j'ai été malpolie, je lui ai dit qu'on pouvait le soigner et arranger ça et il m'a répondu qu'il le faisait, en s'excusant de le faire aussi lentement. Je lui ai dit que oui, que non, c'est pas ce que je voulais dire, que je savais pas qu'ils pouvaient le faire aussi. Ouesh, première boulette.
    • Puis des courtisanes sont arrivées pour me préparer, m'habiller pour ma nuit de noces. Non parce que la robe de mariée, jamais j'aurais pu l'enlever seule. Déjà le déshabillé qu'elles m'ont refilé, j'étais pas à l'aise pour l'enlever. Mais c'est peut-être juste la situation qui me dérangeait.
    • On m'a amenée à la chambre. Dans la pénombre un lit à baldaquin, et Lao Shen allongé, dominant, en peignoir de soie noire. Il ne disait rien. Après avoir hésité un peu longtemps, debout devant le lit, je me suis déshabillée.
      « Vous avez gagné le gros lot, je suis vierge pour l'éternité. »
      Il n'a rien dit, sourit un peu.
    • Je me suis assise en tailleur sur le lit, en face de lui. Il ne bougeait pas, il ne disait rien. J'ai continué à discuter, de ses femmes, d'ossement, d'autres trucs, je ne sais même plus de quoi. Il m'a dit que je parlais trop. Je lui ai répondu que oui, mais que moi j'étais nue, et pas lui. Alors il a découvert son corps. J'étais gênée. Ça m'apprendra à fermer ma grande gueule. De toutes façons il fallait bien que j'y passe.
    • Avec sa tête de vieux maître chinois, je ne m'attendais pas à le trouver si athlétique. Et j'avoue, je pensais pas qu'il serait si bien gaulé. Mais j'ai pas bougé. Dans ma tête, le vide. Le vide, et Haqim. Et des âneries pour meubler cette situation dont je me persuadais qu'elle n'avait rien de grave ou de spécial.
    • Il a mangé un truc bizarre, une petite boule blanche et juteuse. Il m'a embrassée et le goût de ce fruit a réveillé un sens que j'oublie trop souvent. C'était étrange. En faisant ça, il m'avait caressée, effleurée, mais il reprit sa position.
    • J'ai hésité, encore, puis j'ai fait le premier pas. Le vide dans la tête.
    • Coucher avec lui, c'était... différent. Lui c'est l'homme, il se repose, la femme s'occupe de tout. J'aurais presque trouvé ça humiliant, s'il n'avait eu pas ce regard. Il contemplait mon corps, il m'admirait. C'était très... très... c'était différent.
    • Après ça il s'est mis contre moi, en s'endormant. J'ai réfléchi 2 minutes à la situation et non, il fallait quand même que je téléphone. Ça l'a un peu dérangé je crois, mais de toutes façons je l'ai rejoint plus tard. Puis c'est pas comme si c'était super agréable de dormir avec un cadavre.
    • Il a ouvert la porte de la chambre et baragouiné un truc en chinois. Y'avait des gens à la porte, qui ont applaudit. Sérieux quoi. Bref. Deux courtisanes m'ont amenée à ma chambre, où j'ai récupéré mes affaires. Mon téléphone.
    • J'ai appelé Mosh, je suis tombé sur ce connard de Larry, qui avait détourné ses appels. Après 5 minutes j'en pouvais déjà plus, il m'a saoulée, je lui ai raccroché au nez. Puis j'ai appelé Juun, mais après 30 secondes de discussion cette connasse m'adressait ses félicitations. Ne pas réfléchir. Je lui ai raccroché au nez. Et j'ai pas réfléchi.
    • J'ai appelé papa, et il a décroché. Je savais pas quoi lui dire, je l'appelais parce que je voulais... parce que j'aurais aimé être une petite fille en train de pleurer dans ses bras. Mais je ne pouvais pas faire ça. Je lui ai dit que j'étais mariée au Prince d'une Cour Kuei-Jin, ce qui était très très bien puisqu'il allait me livrer des informations sur Haqim. Je lui ai un peu parlé de la situation à Shanghai, mais quand il m'a demandé si j'avais besoin d'aide je lui ai dit que c'était pas la peine, que ça allait. Tu parles. Je lui ai quand même demandé si nous avions un émissaire en ville, et il s'avère que oui. TERGYRIUS, camariste (mais vraisemblablement version « tu veux être mon 'c'est compliqué' sur facebook ? » entre le clan Assamite et la Camarilla), pas en très bon terme avec mon sire, pour des raisons personnelles. D'ailleurs je dois éviter de lui parler de ma mission pour le clan. De toutes façons j'ai tellement de missions données par tellement de gens que je devrais m'en sortir pour ne pas lui parler de celle-ci. Puis je me souviens de lui, j'ai lu son nom sur le livre giovanni des contrats assamites. Il a récupéré le corps de Pierre-Basile, il doit avoir des informations sur l'histoire entre Oldcastle et l'autre. Bref, on a encore un peu discuté, mais je voulais pas le déranger plus longtemps. Il m'a dit qu'il était fier de moi. Je crois qu'il ne le sera plus, quand je reviendrais pour lui raconter mon histoire. Toute mon histoire. Mais tout va bien, je vais en apprendre plus sur Haqim.
    • Papa m'a donné le numéro de téléphone de Tergyrius, donc je l'ai appelé dans la foulée. Répondeur, message dégoulinant de politiquement correct dans lequel je dis juste que je suis du clan et que j'aimerais le rencontrer. J'ai pas encore eu de retour.
    • Puis j'ai appelé Samuel. Répondeur. Jean, la même. Je sais pas pourquoi je tenais tant à avoir quelqu'un de New-York, peut-être pour me rassurer, me persuader que rien n'avait changé. J'ai appelé Witchwood, répondeur. Et j'ai fini par téléphoner à Haskill. Je savais bien qu'il ne serait pas à l'Élyseum. Je savais bien qu'il ne m'apprendrait rien de ce que je voulais savoir, que je ne peux même pas parler librement avec lui. Quelle idée à la con. Parce que lui il a répondu. On a parlé deux minutes, j'ai pu apprendre à demi-mots que la situation à Boston était réglée, qu'il n'y avait rien à signaler à New-York. De toutes façons tout va bien, ma quête pour Haqim va avancer.
    • Puis j'ai rappelé Juun, qui avait essayé de me recontacter plusieurs fois. On a vraiment discuté cette fois-ci. J'ai téléphoné à Alessia pour savoir s'il s'était passé quelque chose, on a appris que Mosh était sur liste rouge, qu'on était dans la merde. J'ai parlé à Lao Shen, et je lui ai demandé si Juun et Tsu pouvaient venir, pour les protéger. Il a accepté, en rajoutant qu'il allait finaliser un accord avec Mycroft qu'il faisait durer, pour nous aider à temporiser. Je lui ai dit que ce n'était pas la peine, qu'il ne fallait pas qu'il se sente obligé. Il m'a dit que c'était un cadeau de mariage, que je trouverais bien comment lui rendre la pareille. Mosh m'a appelée, il avait pu échapper à la surveillance de son gardien, il a résumé les faits le plus vite possible. Puis on a dormi.
    • Le lendemain, quand je me suis réveillée, monsieur mon mari faisait du taï chi. Alors j'ai médité, ça m'a permis de retrouver certains souvenirs. Il était plutôt content de voir qu'on avait d'autres points communs. Il m'a demandé ce que j'allais faire de ma journée, donc je lui ai expliqué, sans réellement lui cacher quoi que ce soit. Il a débloqué mon Ki en me massant, pour le tourner vers le sud, vers l'humanité. Ça devrait améliorer mes relations avec les enfants de Set. Je lui ai présenté Juun et Tsu, puis on est parties. On a retrouvé Alessia non loin de la Cour, et tout ce qui suit je l'ai déjà écrit. Presque.
    • On a parlé avec Asia, et j'ai été super nulle. La situation, le stress, tu parles d'une excuse. Je l'ai accusée d'être à l'origine du bordel sur le bateau, sans savoir, alors qu'elle aussi a oublié ces trois jours. Maintenant, elle doit me prendre pour une grosse connasse. Il faut que j'aille lui demander pardon.
    • Et là, je me réveille d'une nuit agitée.
    • Jean m'a appelée, vu que j'avais essayé de le joindre. Je lui ai fait un rapide topo de la situation, sans lui parler de mon nouveau statut. Il avait l'air bizarre. Bon, je savais qu'il était plus ou moins fâché, mais je lui ai quand même dit que Juun ne se souvenait de rien, qu'elle se faisait beaucoup de soucis. Il m'a dit qu'il le notait. On a rapidement parlé de Boston, puis on a pas plus épilogué. Je lui ai dit de prendre soin de lui.
    • Ensuite ça a été le tour de Witchwood de s'étonner que je lui téléphone. Je me suis excusée, je lui ai dit que j'avais paniqué mais que tout allait bien. Je lui ai parlé de Juun, de Jean, de ce qu'il savait, et il m'a dit qu'il faisait la gueule mais que ça passerait.
    • Puis il y a eu Samuel. J'ai décroché. Oui, un appel en absence oui, j'ai oublié trois jours de ma vie et maintenant je suis mariée. Il m'a demandé si je comptais rester à Shanghai, je lui ai dit que non, bien sûr que non. Puis il m'a demandé si c'était purement professionnel, et j'ai pas su quoi répondre. Moi j'ai pas de big boss qui me manipule. Moi je fais mes erreurs, je fais mes choix, je fais ma vie. J'ai bafouillé, il a insisté, et je lui ai finalement dit qu'en tous cas je faisais pas ça pour le plaisir.
      « Merci de m'en avoir informé, bonne nuit. »
      Et il m'a raccroché au nez.
    • J'ai essayé de le rappeler, plusieurs fois, mais il n'a pas décroché. Alors je lui ai envoyé un texto qui disait « Tu me saoules, va te faire foutre. »
    • Ça va pas. Ça va pas du tout. L'homme que j'aime est loin et je viens de me marier avec un autre. À qui je n'ai rien à reprocher, puisqu'il va m'aider dans la recherche qui m'obsède. Puisqu'il me protège en ces temps troubles. J'ai peur. J'ai peur de ce que Lao Shen me fera quand je lui dirais que je partirai quoi qu'il arrive. Je le connais à peine mais je culpabilise déjà à l'idée de me servir de lui. De recevoir la connaissance, de recevoir la protection, et de ne rien avoir à offrir, encore et toujours. Je ne pourrais pas partir comme ça. Mais je ne peux pas dire ça à Samuel. Je ne sais pas s'il le comprendra. Je dois lui parler.
    • J'ai reçu un coup de fil de Mosh, après tout ça. J'étais morne, j'étais amorphe, et absolument pas à son écoute. Galatée bossait avec la Tal'Mahe'Ra. Ok, et alors ? On le savait pas, c'est pas de notre faute, c'est pas grave. Voilà ce que j'ai pensé. Quelle conne. On aurait pu l'éviter. Ça va à l'encontre de tout ce en quoi il croit. Larry nous a complètement doublés. Il veut détruire Mosh. Il veut le détruire pour en faire sa chose. La voie, les alliés, les convictions. Foutaises kido, il n'y a que toi et moi.
    • Sakura, si c'est bien elle, nous a donné signe de vie. Je pars pour la résidence d'Everett, pour retrouver tout le monde.
    • Je suis mariée, ô mon Dieu, quel désespoir. Tout va bien pour moi, je vais bientôt en savoir plus sur Haqim. Tout va bien. Je dois m'occuper de Mosh.
    • À chaque chose sa solution, en son temps.
    الحكيم هو أكبر
    « Modifié: juillet 21, 2013, 22:57:56 pm par manquedebol »
    Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
    Oscar Wilde

    Hors ligne manquedebol

    • Moderator
    • *****
    • Messages: 1653
    • Sexe: Femme
    • e-kikookokine
      • Voir le profil
      • Moufle !
    Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
    « Réponse #13 le: mai 30, 2013, 17:32:20 pm »
    01/07/2012
    Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
    Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, libérer Samuel, divorcer.

    Citer
    • Vendredi dernier finalement, on a pas retrouvé que Sakura. J'ai rencontré un change-forme, BRIAN ANG, à la Cour de l'Orage Infini. Une des rares personnes qui parlent anglais là-bas... La Comtesse s'est aussi décidée à sortir de son petit nid d'amour et de stupre. Avec Everett. Mais je veux pas y penser. Ça m'a quand même fait du bien de la voir, elle a pas changé et elle va bien, elle. C'est déjà ça.
    • Le week end s'est passé vite. On a combattu de nouveaux adversaires, chez Everett, au moment de tous se retrouver. Une douzaine d'asiatiques gigantesques et leurs clones, qui portaient une insigne, un petit diamant brut surmonté d'argent sur le revers de leur col de costume de men in black. Et un robot. J'ai essayé de le faire cramer mais il est parti en se réparant, comme une sorte de régénération. Mosh et Juun se sont pris des bastos de gros calibre, on sait pas trop si c'était magique ou quoi, mais ils avaient la gueule en vrac.
    • Après ça on est allés au refuge personnel d'Everett. On s'est tous retrouvés, reposés, on a débriefé quoi. J'en ai profité pour dire à Juun que j'avais appelé Witchwood et Jean, pour son histoire de truc avec Mathilde, et que ça passerait. Elle m'a dit qu'ils l'avaient appelés, que c'était plus ou moins réglé, pour le moment. Puis après genre elle a été surprise que je les ai appelés juste pour ça, et elle m'a remercié genre « t'es trop gentille en fait ». Elle doit me prendre pour une grosse connasse. Ce qui explique pourquoi elle arrête pas de me parler de mon mariage avec Lao Shen. Avant l'attaque encore. Enfin, « parler ». Je ne sais plus ce qu'elle m'a dit exactement, mais je l'ai trouvé cruelle.
    • Sinon j'ai discuté avec Tsu de ce qu'il s'est passé sur le bateau, en lui parlant du maillon qu'il manque. Elle a pas vraiment réagi par rapport à ce que je lui ai expliqué sur Reji, genre « oui et donc ? ». J'étais un peu surprise. Elle m'a demandé qui c'était Haqim, s'il était plus important que Samuel. J'ai pas su répondre, la conversation s'est arrêtée là, et je suis partie peu après.
    • Haqim c'est comme le Dieu auquel je crois, comme le mentor de toute une vie. Samuel, je l'aime. Haqim c'est un antédiluvien, je veux le rencontrer, lui parler, en apprendre plus sur lui, qu'il aide les caïnites à s'améliorer, qu'il m'aide à sauver le monde de la décadence. Samuel. Samuel c'est un caïnite que je sauverai, avec ou sans l'aide d'Haqim ou de qui que ce soit. Ils sont différents, j'ai besoin des deux, pas pour les mêmes raisons.
    • J'ai passé du temps avec Lao Shen, à la Cour de l'Orage Infini. Je me suis trompée sur les termes de notre accord. Ou plutôt, je me suis voilé la face. Il ne me dira pas ce qu'il sait sur Haqim, pas comme ça, pas sans raison. J'ai perdu. J'ai failli partir en frénésie quand il m'a dit ça. J'essayais de me calmer, je serrais les poings, et il m'a massée, manipulée, il a changé l'orientation de mon Ki. Je me suis sentie froide, distante, comme détachée de mes émotions. Et je me sentais en colère, et je me sentais désœuvrée. De loin. Avec ça on ressemble un peu à un vrai vampire quoi, reine de glace froide et distante, et pâle. Mais au fond, je suis la même. Je lui ai dit que ce n'est pas ce que j'avais compris, et je lui ai redemandé s'ils étaient pour le divorce, ici. Il a souri en me disant qu'un autre Ancêtre m'aurait déjà tuée, et que je devrais faire plus attention. J'ai un peu insisté, et il m'a répondu que traditionnellement, les Kuei-Jins étaient contre. Sauf que lui, il brise les traditions. J'ai du le regarder comme si j'avais eu une illumination et que ma vie n'était pas si pourrie. Au fond de moi en tous cas, j'étais heureuse.
    • Je lui ai demandé si je pouvais quand même voir sa bibliothèque du coup, et il m'a répondu que j'étais comme un enfant qui avoue avoir volé des gâteaux, qui se fait taper sur les doigts mais qui demande s'il peut quand même en avoir un. Oué, oh, j'allais pas non plus lâcher l'affaire, il croyait quoi. Il m'a proposé un duel, si je perçais sa garde j'y aurais accès. Je lui ai répondu que c'était pas du jeu, que lui connaissait mon style de combat, alors que moi non. Alors il m'a dit qu'il n'utiliserait pas les mains. J'ai un peu grogné et je lui ai demandé ce qu'il voulait si je perdais. Une mission diplomatique à la Cour des Diables Vertueux. Ok, du foutage de gueule donc. Bon cette fois-ci l'enjeu n'était pas très important pour moi, donc j'ai tenté le coup.
    • J'avais failli rentrer en frénésie dans sa Cour, il m'avait massée devant tout le monde, et on s'est mis en garde sans plus de retenue. Il a fermé les yeux, s'est concentré, a laissé s'ouvrir un troisième œil sur son front, puis m'a fait signe que je pouvais commencer. Trois essais, c'est ce qu'il me laissait. J'ai chargé et me suis heurtée à une barrière invisible. Comme Obéah, comme Veille du Berger. Merde, j'ai forcé et j'ai fini par passer au troisième essai, alors j'ai saisi ma dernière chance et j'ai fait la même chose qu'avec Samson, épée à droite, langue de serpent à gauche. Je ne voulais pas le blesser, je l'ai tout juste éraflé. Il a un goût exquis.
    • Il était surpris, mais il m'a emmené dans sa bibliothèque. Techniquement on a pas bougé en fait. J'ai regardé autour de moi, j'étais au milieu de petits vieux qui discutaient et jouaient aux dominos, s'occupaient. Putain, une tradition orale. Du coup c'est à monsieur mon mari que j'ai posé des questions.
    • Son troisième œil, c'est la voie de du Chi'iu Muh. C'est à partir de ça que Saulot a créé Obéah. Pour Lao Shen, « Tsao Lat » n'a pas volé ce pouvoir, il l'a appris parce qu'il en était digne. Il pense que ceux qui ont le troisième œil le méritent. Je lui ai parlé de Ramen, des Salubriens antitribus, sans vraiment les nommer, pour lui faire comprendre que bof, j'étais pas vraiment d'accord. Il m'a dit qu'il aimerait voir l'un d'entre eux. J'essaierai de lui trouver ça. Ensuite on a un peu plus discuté de Ramen en ce que je l'avais diablé, et de comment il était « parti ». Alors on a parlé diablerie, et je lui ai expliqué pourquoi Saulot a appris à Haqim à assimiler les âmes pour les détruire. Intéressé, il m'a demandé si je voulais essayer le pouvoir d'origine, en m'expliquant que l'âme peut être accueillie au lieu d'être détruite et assimilée. Comme pour Obéah. J'ai hésité, beaucoup, mais j'ai fini par accepter.
    • Alors, toujours au milieu de sa « bibliothèque », il a plongé ses yeux dans les miens. Je me suis sentie sortir de mon corps et je l'ai vu, debout, immobile, le regard vitreux, pendant que mon âme était attirée vers Lao Shen. Tout est très flou. Il a mêlé nos âmes et je crois que je n'avais jamais rien vécu d'aussi intime, avec qui que ce soit. Je l'ai compris, un peu. Maintenant je sais qu'il aime les gens déterminés, qu'il les chérit. Il cherche à réformer la société, à bouleverser l'ordre des choses. Il est tout aussi impulsif que moi. Et ce n'est pas mon âme-sœur, mais je crois qu'il m'a fait une sorte de cadeau. Quand j'étais en lui, j'ai senti son âme s'affaiblir et une sorte de force lumineuse m'a percutée. J'ai senti du savoir, une sorte d'épiphanie. Puis mon âme est retournée à mon corps et j'ai été saisie d'une immense fatigue. Je ne me souviens même plus comment j'ai rejoint la chambre. C'était comme une diablerie mais sans pillage, avec un partage total.
    • Le lendemain je me suis réveillée inhabituellement tôt, alors je lui ai fait préparer à manger, il avait l'air faible. J'ai retrouvé Brian dans la cuisine, et il s'est un peu moqué de moi je crois, quand je lui ai dit que je faisais bobonne. Lao Shen s'est réveillé peu de temps après que je revienne, et je lui ai dit que je voulais apprendre cette voie. Il a eu l'air embêté, puis il m'a dit que si Tsao Lat l'avait fait c'était sûrement possible. Impatiente, je lui ai demandé de m'expliquer, et j'ai compris que ce n'est pas pour moi. La base consiste à entrer en accord parfait avec soi-même, voir et comprendre où est sa place dans le monde. Je ne m'en sens pas capable, pas à l'heure actuelle. J'ai trop de soucis, ça me prendrait trop de temps. Mais c'est pas grave, je vais l'étudier, et essayer de la comparer à Obéah, et en méditant je trouverai ma place dans le monde. Après, j'apprendrai.
    • Du coup je suis restée sur le théorique, et je lui ai demandé s'il avait déjà détruit une âme, si c'était ça, les traces dans son aura, en lui expliquant ce que j'avais vu. Il n'a pas voulu me dire qui, ni pourquoi, mais il l'a fait à plusieurs personnes. Il a mieux réagi que ce que je pensais, du coup j'ai poussé le vice et j'ai re-parlé des Rois Yamas. Ce sont des démons dont les Kuei-Jins devaient protéger les humains, mais d'après Lao Shen certains Kuei-Jins ont été corrompus et tous ont échoué. D'ailleurs les Kuei-Jins passent chez les Rois Yamas après leur mort, quand ils cherchent à revenir à la vie : les démons jugent et tuent les plus faibles.
    • Après ça on a discuté d'autres choses, un peu plus pratiques. Des perles de Shenlong, dont il ne connait pas de localisation. De son démon, son P'o, la partie de son âme qui pourrait être corrompue par les Rois Yamas et qui est comme ma bête, en plus évoluée, en plus fourbe. Des Trémères, dont il connait les exactions. Il m'a dit que l'adversité était nécessaire, saine, qu'elle fait ressortir les valeurs qui nous animent. Je n'y avais jamais pensé.
    • J'ai fini par lui redemander si quelqu'un de sa Cour pouvait me mener à Reji, et il est sorti de la chambre pour appeler Brian, qui s'est foutu de ma gueule plus tard, genre j'ai besoin de demander à mon mari pour lui demander service. Bah !
    • Une fois arrivée là bas, j'ai appelé Mosh pour lui filer l'adresse. Je lui ai dit que je préférais que Tsu ne vienne pas pour le moment, juste au cas où. Il était pas vraiment totalement d'accord, mais il a compris. Quelques minutes plus tard je recevais un texto de lui, qui m'expliquait que Juun, Tsu et Sakura étaient en route, et qu'il restait chez Everett avec la Comtesse. Ouais, le truc qui sent l'engueulade. J'ai pas plus attendu et je suis rentrée dans les souterrains qui menaient au domaine du Nosfératu. Brian était pas à l'aise, et une fois Reji arrivé il est parti m'attendre à l'entrée.
    • Au départ, je l'aimais pas. Il était tout froid, distant, absolument pas coopératif quand je lui ai parlé du bateau. Il voulait pas me dire ce qu'il s'était passé, sauf si je lui filais 1 million 5. Du coup j'ai discuté avec lui. Il a quitté le clan Nosfératu, ou il est pariah, j'ai pas trop compris, il est peu loquace. Apparemment il « devait mourir », mais je sais pas si ça signifie que son sire voulait l'infanter, ou pas. Non parce qu'à la base c'est un troll, une fée. Du coup, c'est une sorte d'abomination. Mais ça je lui ai pas dit. Du coup quand Juun, Sakura et Tsu sont arrivées, je lui demandais si le truc sur le bateau c'était à cause de ses origines de troll et genre pouf des chocapics ou pouf des paillettes. Au final, je l'aime bien.
    • Il nous a amenés jusqu'à chez lui, peut-être un peu contrit. En fait son aura était pleine de couleurs et d'émotions qui s'inter-changeaient super rapidement. Perplexe, curieux, gêné, réprimé, fasciné, et ça continuait comme ça. Ils s'échangeaient de ces regards avec Tsu. Vu que personne disait rien je lui ai demandé s'il se souvenait ce qu'on avait fait après que tout le monde ait pété un câble. Mosh et Sakura, ouais, noté, on sait déjà. Juun s'est souvenu d'un truc important, elle est partie. J'ai reçu un coup de fil important, je suis partie. Sophia a insulté tous ses prétendants asiatiques et elle est partie. Toutes les trois à la nage, ce qui n'est pas logique, puisque d'après ce qu'on sait aucune de nous n'était trempée en arrivant à l'étape d'après... Enfin bref.
    • Juun a fait genre « on a des trucs à faire », je l'ai suivi là dedans et on a laissé les deux tourtereaux se causer. Sakura nous a dit qu'on avait pas besoin d'attendre Tsu, du coup j'ai dit à Brian qu'il pouvait filer et je suis rentrée avec les deux filles chez Everett. Dans la voiture Sakura a essayé de voir si elle pouvait retrouver le numéro du type qui m'aurait téléphoné sur le bateau, mais queudal sur les relevés de l'opérateur. C'est louche, et ça me saoule. Par contre Tergyrius m'a rappelée et m'a donné rendez-vous pour le lendemain. Ça j'ai trouvé ça cool, jusqu'au rendez-vous, qui m'a un peu laissée sur ma faim.
    • Arrivées chez Everett, on a retrouvé Mosh et la Comtesse. Sakura et Mosh ont continué à se prendre la tête, finalement elle l'a pardonné, puis on a discuté de ce qu'on allait faire. En passant ils m'ont raconté ce qu'il s'était passé la veille, surtout en ce qui concerne Sophia...
    • Parce que la fin de la nuit a été sympa pour tout le monde, mais tout particulièrement pour elle. Juun et Mosh étaient en vrac, donc ils ont juste discuté avec Tsu et Sakura, ainsi qu'avec Chuck qui est lui aussi venu s'installer chez Everett. Du coup on a appris que Chuck s'est fait engager par Tai Yong pendant la levée de fond, pour servir d'intermédiaire avec Jin Teki, un truc comme ça. Ça a l'air de le faire un peu chier, le coup du « je vends je sais pas quoi, à je sais pas qui, pour je sais pas combien, à virer sur je sais pas quels comptes, etc. ». Pas étonnant.
    • Sophia est sortie, elle, pour chercher des semblables. Elle a écumé les bars apparemment, pour finir dans une boîte de strip-tease où elle a passé un pacte de sang avec un Trémère. Puis pas n'importe lequel hein, l'ancien Prince de la ville, OLIVER TRACE.
    • Leur pacte se résume assez vite : j'te raconte ma vie et mes plans, tu me conseilles, tu m'aides et tu fais rien pour m'en empêcher, et vice-versa. Pourquoi pas. Et donc lui il a découvert que Mycroft deale avec un Roi Yama, OBEKOUMA. J'ai un peu tiqué, à savoir si c'était pas M. Obé... Et donc Oliver veut des preuves pour dénoncer Mycroft au Conseil des 7, qui sera prévenu par Sophia. Ok...
    • Sinon il a pu lui filer des infos sur Larry : il a 3-4 siècles, vient de Russie, est bien du vieux clan Tzimisce et très influent chez les Sethites... Il a contre-carré et détruit beaucoup de nids de serpents, tout en devenant leur allié hors-clan le plus fiable... Un peu chelou quoi... À Shanghai, on peut aller voir CHIKA MASATO, sorte de demi-Dieu sethite qui a dirigé un culte. Il a rempli ses objectifs mais il a perdu une grande partie des serpents qui le suivait. Bilan mitigé quoi. Il dirige les réseaux proxénètes de la ville. Trop-cool. Sinon Larry est arrivé en ville avec un vampire plus jeune qui a l'air de lui obéir, peut-être un infant.
    • Sophia lui a aussi posé des questions sur les Perles de Shenlong, même s'il aime pas le folklore asiatique. Pour lui on devrait aller voir ANGUO CHUN, Ancêtre de la Cour des Diables Vertueux, qui déteste les Kin-Jins et veut remettre la Chine dans le droit chemin des traditions ancestrales. Chouette. La vision d'Oliver, c'est que les Perles y'en a des tas, elles représentent un degré de sagesse qu'on atteint.
    • À propos des types aux diamants ? Il peut pas nous en dire beaucoup, mais même les Trémères ont peur d'eux... A priori, ils cherchent quelqu'un de précis et s'arrêteront pas. Ok.
    • Quant à ce que je cherche Mycroft... c'est pas un antédiluvien, ni Khayyin, ni un seconde génération. C'est quelque chose de bien plus important. Et c'est pas lui qui cherche, mais le Roi Yama... Un truc par rapport à Saulot ? Il peut pas répondre. Mh-mh.
    • Bref, après toutes ces révélations on a réfléchit, et on s'est dits qu'on allait commencer par le Sethite.
    • Sophia est donc repartie voir le diable, tandis que j'allais rejoindre Lao Shen pour lui poser des questions sur tout ce que je venais d'apprendre. Je l'ai trouvé en train de lire.
      « Je vous dérange ? »
      « Tu ne me déranges jamais. »
      Ma bête n'a fait qu'un tour et j'ai senti de loin un léger pincement au cœur. Mais autant ne pas y penser.
    • À propos de la Cour de la Nuit Ardente, il m'a dit qu'il les trouvait trop impétueux, qu'il ne fallait pas rester trop longtemps à leur contact. Intenses, ils cultivent l'art de la vie comme personne. Sur le coup, j'ai pensé pourquoi pas. Mais en fait il a été léger sur la description.
    • Les Heimin, qu'il n'appelle pas Cour, sont les rebus des Kuei-Jins. Ils se sont rassemblés, organisés, mais il les dégoûte plus qu'autre chose. Ouais, normal qu'ils fassent dans le même business que les Sethites, donc. Chika Masato par contre, ça lui disait rien.
    • En ce qui concerne les Diables Vertueux, il m'a dit de me méfier de leur Ancêtre. Il m'a aussi dit qu'on aurait jamais les informations sur les perles, ils détestent les Kin-Jins. Je lui ai reparlé de sa mission diplomatique, en lui disant, déçue à propos des perles, que ça me dérangerait pas de la faire quand même. Il aurait aimé que je les pousse à bout, et notre discussion lui a fait dire qu'il pourrait combiner nos deux plans, nos deux besoins. Faire que les Diables Vertueux donnent des informations à des Kin-Jins sur les Perles de Shenlong, voilà un plan machiavéliques pour discréditer ses ennemis. Bien, il y réfléchira.
    • Pour terminer, j'ai voulu lui parler de M. Obé. Le Trémère là, le gros tatoué. Il est resté impassible, jusqu'à ce que je lui fasse remarquer qu'il était pas clean. Il s'est un peu assombri, mon Ancêtre orageux. Je lui ai demandé ce que cherchais Mycroft au juste, à dealer avec un démon, un Roi Yama. Son indépendance ? Sa question a eu l'air de l'emmerder profondément, il m'a dit qu'il ne savait pas vraiment, que ça le regarde, que ça sent mauvais. On a pas épilogué longtemps. Il a modifié l'orientation de mon Ki, vers le Yang, vers la vie, et m'a expliqué comment aller à la Cour de la Nuit Ardente.
    • Et aller à cette Cour de la Nuit Ardente s'est révélé être une épreuve pour Juun et moi. Une opulence terrifiante, tous les excès possibles. Mosh a fait des cabrioles, la Comtesse a chanté, ils ont attiré l'attention d'une bonnasse qui avait un dragon. Au final Sophia a couché avec elle, dans une sorte de danse ou de transe sensuelle, un échange de souffle, une suggestion. Elles se sont à peine embrassées. Mosh et moi on a pris des notes, intrigués, et on a fini la soirée avec la nana qui nous expliquait la suggestion du plaisir. Le fait d'aller au bout de la chose pour la comprendre et s'en détacher. C'est intéressant, excitant, et... je vois pas avec qui tester. Bah, ça attendra. Juun écoutait d'une oreille, mal à l'aise, pas intéressée.
    • Sinon en ce qui concerne les parchemins, on est pas vraiment avancé. Sophia adhère au mode de fonctionnement de cette Cour au fond d'elle, j'en suis persuadée, mais elle souffre de ses anachronismes et aime trop la politique, la manipulation. Elle a déçu plusieurs fois la nénette au dragon, en s'offusquant. Du coup l'autre était pas très réceptive à notre demande « mercantile ». Elle accepte de nous en filer 10 si on zigouille les sœurs Min, si j'ai bien capté. Elle a parlé de cueillir les fleurs jumelles qui s'obstinent à vouloir paraître alors qu'elles sont fanées. Sinon pour n'importe quelle fleur fanée dans le genre, c'est un parchemin. En gros ils aiment pas ceux qui s'intéressent à la mort, la vie c'est mieux, touça. Donc on est ressortis un peu penauds quand même. D'un côté on aime pas l'autre toré, de l'autre il pourrait nous être utile. Mais c'est un peu pareil pour les sœurs Min...
    • Bref, on a fini par partir sans réellement avoir décidé quoi que ce soit. Quand je suis rentrée, Lao Shen dormait. Je dors beaucoup moins en ce moment, je crois que ça a un rapport avec l'épiphanie qu'il m'a apporté. J'ai un peu médité puis j'ai dormi.
    • Hier, en attendant 22h, j'ai discuté avec lui. Je lui ai parlé de Lasombra, de ses reflets, du parasite. Ça fait du bien d'en parler ouvertement avec quelqu'un qui s'en fout et l'étudie simplement comme un cas théorique, un sujet de thèse. D'après ce qu'il m'a dit, quand on prend l'âme de quelqu'un avec la voie du Chiu'iu Muh on peut la soigner en la donnant au Hun, ou laisser le P'o la grignoter, la manger ou la détruire. Le reflet diablé de Lasombra, le parasite, c'est une âme distincte de l'âme du porteur : elle peut être récupérée. D'ailleurs si on a accès à ce fragment d'âme on peut avoir accès aux informations qu'elle contient, donc peut-être localiser les autres. Il faut que je creuse cette question, c'est vraiment intéressant et ça pourrait grandement m'aider à sauver Samuel.
    • Je ne comprends pas Lao Shen. Avant le mariage, mes questions l'énervaient, l'agaçaient, il me semblait désagréable. Depuis que c'est fait, il me laisse le questionner, il m'aide même. Il a fallu un nouveau duel pour la bibliothèque, certes, et au final je me suis faite baiser. Mais il a bercé mon âme. Je dors avec lui mais nos rapports physiques se bornent aux massages qu'il me fait pour changer l'orientation de mon Ki. Je ne sais vraiment pas quoi penser.
    • Quant à Samuel, il ne me répond pas. Et je ne comprends pas non plus.
    • Bref, à 22h je retrouvais le reste du groupe dans un resto luxueux, pour rencontrer Tergyrius. Qui est rentré, nous a fait un signe de tête, s'est assis et n'a rien dit. J'ai un peu québlo. Le type il arrive il dit pas bonsoir il se présente pas. Ok. Juun s'est présentée, a présenté la Comtesse, puis s'est tournée vers moi avec un regard insistant, donc j'ai lâché un « Azz », avant qu'on finisse par Mosh. Puis après j'ai essayé de me reprendre, de faire bonne figure et bon contact. Wouh pitaing, ça servait à rien. Je lui ai dit qu'on venait d'arriver, qu'on cherchait des alliés en ville, qu'on était dispos pour des missions si besoin, qu'il hésite pas à faire appel à nous, etc. Ben il est apathique, et il a l'air de s'emmerder grave, mais apparemment il est en ville et dans la Camarilla pour se cacher et il doit pas faire de vague, du coup il a pas besoin de nous. Voilà, voilà voilà. Mosh lui a demandé sur quelle voie il est. Il a répondu XXXXX. Ben ouais, les Camaristes ils font semblant quand ils disent que l'humanité cétrocoul. Ça aura au moins appris quelque chose à quelqu'un. Putain.
    • Le reste de la nuit on l'a passé à se reposer, chasser, méditer. Tsu est revenue, et quand on a essayé d'en savoir plus elle a juste dit qu'elle avait pas besoin de s'épancher sur sa vie, vu qu'elle va très bien. Putain de connasse de merde. Voilà. C'est cool.
    • On est aussi en train de discuter d'un plan pour le sethite. L'attaquer, pas l'attaquer, le rencontrer poliment, je sais pas. Faut qu'on se renseigne..
    الحكيم هو أكبر


    04/07/2012
    Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
    Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, libérer Samuel, divorcer.

    Citer
    • Lundi on a filé rendez-vous à Alessia pour qu'elle nous parle des Sethites en ville. Y'en a 3 de présentés, Chika Masato et ses deux infants. Larry aussi a présenté un infant au Prince. Il s'appelle VASSILY, ou un truc comme ça. Brun, style caucasien.
    • On a un peu discuté, appris que Masato était un ancien militaire japonais, qu'il gardait un certain attachement à l'honneur. Puis on a décidé de partir enquêter, tous les quatre.
    • C'est un truc qu'on fait jamais ça, l'investigation de terrain. Mais vu qu'on fait n'importe quoi, je nous comprends.
    • On a trouvé le quartier japonais, en se disant que le Sethite devait y traîner. On a cherché une présence vampirique, trois heures durant. Finalement on est arrivés dans une salle de Pachinko, Sophia était persuadée qu'elle avait vu un vampire. Je connaissais pas ce truc et j'en avais marre de tourner, j'ai demandé à Juun de me montrer et on a joué un peu. 5 minutes. CINQ minutes. Le temps pour Madame la Comtesse de s'acheter une carte à vie de la boutique, pour 200 000 $. Sérieusement. Juun s'est fait renvoyer par Sophia, et on a pas cherché à comprendre. J'ai laissé Mosh se débrouiller et j'ai traînée la nouvelle chômeuse dans un karaoké japonais.
    • On s'est fait gangnam style, mais l'endroit était assez déprimant en fait. On a fait quelques bars, Juun voulait jouer la mère maquerelle pour Chuck. Puis finalement elle m'a reparlé de la robe de Galatée et on a filé à la Cour de l'Orage Infini, pour l'inspecter. Bon ben voilà quoi, c'est une conne de robe. Elle l'a récupérée, pour la recoudre je crois. C'est vrai qu'elle est pas mal, m'enfin bon. Moi je porterais pas les fringues d'une morte.
    • On est allées chasser, et en passant on a croisé Asia. Je lui ai demandé de m'excuser pour mon comportement de la dernière fois, et je lui ai expliqué ce qu'il s'était passé sur le bateau, a priori. Elle m'a remercié, au moins je reconnais mes erreurs. Ouais, je me soigne.
    • Dans le quartier étudiant, sur le territoire des sœurs Min, on a croisé Seku. On lui a demandé si on pouvait chasser, et quel endroit elle nous conseillait. Elle nous a dit que le campus universitaire c'était pas mal, mais qu'il y a deux frères Kuei-Jins auxquels il faudra qu'on se présente. On a rencontré des gens, on s'est bien amusées puis on est tombées sur FACE, le premier frère. On s'est présentées. Son frère était dans le reflet d'un miroir. Il s'appelle GHOST. Une soirée classique au final. J'ai rencontré un étudiant qui veut bien m'apprendre le chinois. Mais j'ai pas fait comme avec Bertrand, je l'ai friendzoné comme une reine.
    • Le lendemain j'ai médité un peu pour essayer de retrouver de nouveaux souvenirs à propos du bateau. J'ai cru qu'il y avait des mages avec des diamants, un hélicoptère. Mais j'ai croisé Asia plus tard, et Juun. Aucune des deux ne se souvient de ça. Du coup, pour avoir un troisième avis et m'assurer de quelque chose, j'ai demandé à Juun si elle voulait revenir voir Reji avec moi.
    • On a un peu galéré pour trouver notre chemin, mais finalement on est tombées sur lui. Ou il est tombé sur nous, je sais pas trop. Il a pas vu d'hélicoptère, ça il en est certain. Mais quand je lui ai demandé s'il nous avait menti concernant le fait qu'on se soit jetées à l'eau, il est resté impassible, il n'a pas répondu. Juun pense qu'il est tout à fait possible qu'on est séché le temps d'arriver là où on allait, vu la chaleur écrasante qui règne ici. Je ne sais pas.
    • On a filé sur le territoire des sœurs Min. Je voulais aller prendre ma première leçon de chinois, et Juun avait envie de parler avec les maîtresses du Wu, en savoir plus sur le grand cycle, les rituels pour honorer les morts. Bon, et donc le chinois, c'est compliqué. Vraiment. Mais ça se fait. Une fin de nuit tranquille. Pas comme le jour suivant.
    • Au réveil, Lao Shen m'a annoncé qu'il avait une mission pour moi. La veille il me disait avec dédain qu'il n'avait pas encore de plan pour les Diables Vertueux, que j'étais trop impatiente. Ben en fait, j'avais juste à attendre 24 heures. Il m'a dit que je devais me présenter à leur Cour, avec une délégation diplomatique. Je lui ai demandé ce que je devais faire, les insulter, m'en faire des amis, autre chose. Il m'a dit qu'il me faisait confiance pour la façon dont cela se passerait. J'étais pas vraiment contente de la réponse, mais je suis allée me préparer.
    • On s'est rendus dans le district de KING PU, le quartier historique de Shanghai, avec des canaux. Asia était en noir. Sophia, Juun et Mosh en blanc. Une dizaine de filles habillées en rouge étaient aussi avec nous. Je portais une jolie robe, cousue pour moi par des gens à la Cour de l'Orage Infini. Rouge et violette avec des dorures, un pendentif d'opale en plus, venant genre des joyaux de la couronne. Classe.
    • Pendant le trajet, Mosh et Sophia nous ont raconté leurs deux derniers jours. En fait cette carte à vie de pachinko a été plus utile que ce que je pensais. La Comtesse est vraiment une putain de camariste. Politicarde manipulatrice. Et Mosh... il est impressionnant.
    • Après avoir joué trois heures au pachinko, ils ont rencontré le manager de la boutique. Dans son bureau, y'avait pas mal de bouquins d'occultisme, de linguistique, ou des trucs encyclopédiques. Un putain de vampire. HARUKI. Mosh et Sophia ont joué aux cons. J'aurais bien aimé voir ça. Elle a fait l'humaine plein aux as en manque de sensations fortes. Il lui propose de l'aider à réaliser ses fantasmes. Et le lendemain, c'est le dénouement grandiose.
    • Petit Shanghai by night spécial, qui se termine dans une villa japonaise. Ils se sont retrouvés à table avec Chika Masato, Haruki, un autre vampire et deux humains. Ils parlent une langue que Mosh ne comprend pas. Chika commence un speech qui explique à Sophia qu'il peut pimenter sa vie. Elle prend la parole pour expliquer de but en blanc qu'elle cherchait des alliés en ville pour régler une dette, et qu'elle va laisser la parole à son acolyte. Et là, Mosh s'est présenté. Les trois autres ont échangé quelques regards. Apparemment Chika a parlé de nos « pérégrination new-yorkaises »... Bah. Mosh lui a dit qu'il n'était pas la même personne. Sophia n'était même pas là. Ça n'a pas joué apparemment. Mosh a expliqué qu'il voulait des informations sur un allié commun, Larry, même si elles ne devaient être que positive et bienveillantes. Quand Mosh a expliqué que Larry était son « père », qu'il était frère du sang, Masato a eu un regard dur envers Haruki, et Mosh a du le punir ensuite, marquer l'erreur par la douleur. Il lui a coupé net les bras, avec ses griffes. L'autre lui a dit « Aucune rancune ne sera retenue ». Il rigole pas Masato. Mais il était pas encore convaincu
    • Il a demandé à Mosh quel allié pourrait lui faire l'éloge de sa réputation. Les sœurs Min. Et un ennemi ? Mosh a été trop classe, il lui a dit qu'il répondrait à cette question s'il lui donnait le nom d'un ennemi de Larry, pour faire la même chose. Masato est parti se renseigner, laissant Mosh et la Comtesse dans des chambres. Là, y'a eu le moment spooky et mystique de la journée. Il en faut.
    • Sophia nous a dit qu'il s'était passé des trucs bizarres bien avant. Au début de la rencontre, une geisha lui a murmuré « Il sait »... Puis après, en sortant de la pièce, elle a lu en français « Sous la cuisine », sur une porte, et ça a disparu... Mosh a quant à lui essayé de se concentrer sur les vices de son interlocuteur, mais il a juste senti une brise, un vent familier, celui de Samael. Du coup Sophia a fait ami-ami avec une des geishas. Elle lui a demandé d'aller chercher Mosh, et ils ont discuté. Elle est partie dans cette cuisine, il est allé faire le tour du bâtiment, en cherchant Samael. La cuisine est une salle sans cave ni cellier, de 50m². Sophia s'est concentrée sur son augure, et elle est tombée dans les vapes après avoir vu une sorte de puits de ténèbres, sans fond. Mosh n'a pas trouvé Samael, mais il a déduit que sous la cuisine il y a une pièce, dont l'entrée est dans les appartements de Masato. Le Sethite est d'ailleurs venu le rechercher peu après. Il avait eu les informations qu'il voulait en une heure, et ils pouvaient discuter maintenant.
    • Larry maitrise de vastes et nombreuses compétences qui lui permettent une efficacité et une adaptation sans failles, qu'il a souvent mises au service du clan Sethite. Car les Sethites et Larry possèdent la même capacité à survivre. Masato plaint les ennemis de Larry, et considère qu'il faut être sot pour s'opposer à lui. Il a très rarement vu Larry se battre ou utiliser de la force brute. Il est sur la voie du cœur écorché. Quant à savoir ce que Larry et son infant feraient à Shanghai, ça aurait peut-être à voir avec GALIA, meuf qui serait en ville et avec laquelle il aurait eu une relation galante qui ne se serait pas super bien terminée. Ça arrive.
    • Mais le plus gros, c'est le sire de Larry. Sorin Markov. Fuck. Je sais pas ce qu'il va penser de ma lettre. Je sais pas comment ils s'entendent. D'après Chika Masato, ils sont assez impassibles. Sans déconner.
    • Après ça ils ont discuté occultisme, bouquins, voie du Typhon. Mosh était curieux à propos de cette voie et l'autre lui a expliqué qu'elle prônait la réalisation d'objectifs occultes concernant Seth, tout en préparant le terrain en cas de conflit grâce à la corruption. Un moyen, pas une fin, qui est néanmoins devenu une nécessité, une habitude.
    • Ils en sont restés là, mais Mosh peut y retourner pour bouquiner si j'ai bien compris. Après ils sont allés à l'adresse que Larry leur avait envoyé le matin, après que Mosh lui ait demandé des news. Une consigne, trois petites broches en diamant tâchées de sang, un mot.
      « Les diamants sont éternels, pas ceux qui les portent. »
    • Mais bref, revenons à nos diables.
    • Lao Shen m'a demandé de faire un cadeau à Ango Shun, lors de ma présentation. J'ai décidé qu'une représentation de la Comtesse serait un super présent. Pour faire bonne impression à la Cour, Sophia a demandé une version phonétique de leur hymne, et l'a appris. Je savais toujours pas si je devais faire bonne ou mauvaise impression, donc dans tous les cas, ça me paraissait être un super choix.
    • On a fini le chemin à pieds, et un type genre général mongol, petit et trapu, avec un sourire cruel, qui est arrivé à notre rencontre. Aimable comme une porte de prison, la main au pommeau, Asia m'a expliqué que ce type, BING KAÏ, est une sorte d'homologue timbré, un fou furieux persuadé d'avoir été ramené à cause de ses méfaits, qui respecte les lois fermement mais laisse facilement et avec joie éclater sa colère. Ambiance.
    • Il nous a amenés jusqu'à un palais traditionnel chinois assez joli, puis nous a lâchés aux mains de MAO LUN, petit vieux de 60 ans. Il nous a accompagnés jusqu'à la salle de réception, où nous attendaient 12 personnes. Un rapide coup d'oeil m'a rassurée quant au plaisir de notre présence : un petit gros du genre mini-bouddha en version furieuse, une nana complètement déprimée, le reste est contrarié, intransigeant, sec. Après que le petit vieux nous ait plus ou moins introduits, surtout le cadeau, Ango Shun s'est décidé à prendre la parole. Il a dit qu'il était honoré de recevoir la... combientième épouse de Lao Shen ? Je lui ai répondu que je pensais être la quatrième, mais que j'en étais pas sûre, j'avais pas encore rencontré les autres. Sur ces bonnes paroles, on est passés au cadeau.
    • Personnellement, je pensais que Sophia allait pourrir leur chanson. Mais j'ai trouvé ça magnifique. Et plus important, eux aussi. Le moine ça l'a calmé, la meuf était bouleversée, et Ango Shun complètement perplexe, dubitatif. Tous se sont inclinés bien bas devant madame de Malibran, et nous avons été invités à table.
    • La discussion a été longue et laborieuse, par Mosh interposé. On a d'abord parlé culture, il a reconnu qu'on avait cassé ses préjugés, qu'il avait peut-être eu tort de se désintéresser de la culture occidentale. On a demandé à Sophia de faire une petite représentation plus dans sosn style, puis on a expliqué à l'autre que normalement ça dure 3-4 heures. On a tourné autour du pot quoi. Puis il a fini par nous demander pourquoi on était là.
    • J'ai demandé à Mosh de transmettre qu'on était en mission diplomatique mais qu'on aurait aussi aimé avoir des informations sur les perles de Shenlong, mais au milieu l'autre l'a coupé pour partir dans un speech sur l'hégémonie occidentale, que Lao Shen venait de marquer un point mais qu'il s'y oppose quand même, tolère seulement les ambassades. Mosh a retranscrit, et je lui ai dit de faire le parallèle avec mon clan, nos traditions, etc. Alors je sais pas ce que Mosh lui a dit, je parle pas chinois hein, mais j'ai rien compris à la traduction qu'il m'a rendu de la réponse d'Ango Shun.
      « Alors il apprécie la fougue de ta proposition, mais la fougue mène à la défaite. Et si Mycroft cherche à tuer ceux qui ne se mouillent pas, il n'a pas d'intérêt à l'en empêcher. »

      G pa konpri, lol.
    • On s'est regardés en moulinant sévère avec Mosh, j'lui ai fait aucune proposition moi, puis d'où il nous cause de type qui restent au sec ? Là Mosh à eu une illumination et s'est dit que ça devait être les antédiluviens, là j'ai eu un coup de sang et je suis partie en fren'. Tuer les antés, tuer Haqim, no way.
    • Mosh m'a maitrisée, je me suis calmée. Et Ango Shun a continué dans les bizarreries. Il m'a demandé de poser mon collier sur la table. Ok... ben je l'ai fait hein, déjà que je venais d'être malpolie...
      « Pourquoi l'avez-vous fait ? »
      « Parce que je respecte votre autorité. »
      « Déshabillez-vous. »
      « Non mais ça va pas ??? »
    • Donc d'un coup il me parlait en anglais en pétant un boulon. Il a été surpris par ma réponse. Il a cru que c'était noël quoi. Bref. Il m'a demandé ce que je pensais de ma colère. J'suis restée super polie, j'lui ai expliqué que ça allait contre mes croyances, contre mes traditions, que la bête ne les respecte pas. Il a réfléchi et m'a dit qu'il voyait en moi une grande alliée, que si j'acceptais sa punition, nous serions amis. Ben vas-y, roule ma poule. Il a bloqué mes points de Ki, et j'ai senti mon sang devenir en grande partie inerte. Pas cool, mais supportable.
    • On a arrêté là le repas, et il m'a conduite dans une petite pièce plus loin. Deux bancs en pierre, pas mal d'encens. Juste tous les deux. On a fait des folies de nos corps.
    • Je lui ai expliqué pourquoi je m'étais énervée. Il m'a demandé si ça m'arrive souvent. Il veut attaquer Mycroft. Soit. Et pourquoi j'étais là sinon ? Ben on cherche une perle de Shenlong. Le banc en pierre sous sa main a été réduit en poussière. J'ai commencé à lui dire un peu ce qu'on en savait. À la mention de Saulot c'était à lui de partir en fren'. Une paralysie, un massage par point de pressions et une fessée plus tard, on reprenait la discussion.
    • Saulot en a effectivement une. Ça fait longtemps que les pierres n'ont pas été données à des hommes vertueux, pour les récompenser. Il sait où il y en a une, oui. Mais mon mari en sait plus. Wut ?
    • Là l'autre connard m'explique que Lao Shen est en affaires avec un certain URZUL, qui dit être fils de DRACIAN et serviteur de celui qui ne se mouille pas. Et il... veut les témoins d'Haqim en échange du comment accéder à la perle. Mais Lao Shen hésite, Mycroft est un autre acheteur. Et moi, s'il a bien compris.
    • J'étais à deux doigts. À deux tout petits doigts de la frénésie. Deux micro-pouces. Mais je suis restée calme.
    • On va rester sur l'histoire de comment attaquer Mycroft. Son plan est de liguer tous les Kuei-Jins contre lui. Oui, j'avais une idée similaire. Je lui parle d'Obékouma, et il sait. Le Roi Yama manipule plusieurs personnes, dans différentes cours. Des êtres désespérés, en quête de pouvoir. Une quinzaine de Kuei-Jins puissants, selon lui. Du coup il va à des réunions politiques, il observe. Oué, useless, j'ai un pouvoir pour ça moi. Je lui parle de Daïmoïnon, de Kuppala. Je commence à souffrir. J'ai mal au ventre, comme si... j'avais mes règles. Il veut la voir. Elle est là.
    • Je l'appelle et commence à saigner. Je mets bas, j'accouche, et Kuppala sort de mes entrailles. Putain je m'en serais passée de cette expérience, ça fait mal. Ma robe est défoncée, il y a du sang partout. Mon sang. Je le vois se prosterner et je ne comprends pas. Il a pété un câble, il lui dit de le prendre, il lui dit qu'il sera mieux que moi. Mais quel con.
    • Il explose. Elle l'a tué. Il a mis en doute son choix. Je reste penaude, interdite, choquée. J'avais un allié. J'ai un Wu ennemi. Kuppala se tourne vers moi. Je ne dois jamais plus parler mal d'elle. Mais je pensais pas à mal. Oui, mais la forme compte. Je la remercie. Elle me dit qu'il n'était pas fiable. Avant qu'elle disparaisse, je lui demande pourquoi moi ?
      « Tu as la force et la résolution suffisantes pour tuer ce qui devra l'être. »
    • Qui, quoi, je ne sais pas. Ce serait trop simple.
    • J'ai appelé Mosh, paniquée. Asia a commencé à courir vers moi, elle m'a dit d'attendre, j'ai looté le corps. Elle a endormi la salle, je me suis écroulée aussi.
    • Je me suis réveillée dans mon lit. J'ai expliqué à Juun et Mosh ce qu'il s'était passé, puis Lao Shen est arrivé. J'ai fait la gueule, je l'ai tanné, je l'ai agressé. Il m'a fait remarquer qu'Ango Shun était son pire ennemi. C'est vrai... Je lui ai demandé si je pouvais voir les témoins d'Haqim. Non. Ok. Mais j'ai en quelques sortes réussi ma mission. Ah. Mosh lui pose des questions, je suis nerveuse, impatiente, fatiguée.
      « Et donc, vous comptiez vraiment filer les témoins à Mycroft ? »
      « Non. »
      « Vous lui faîtes miroiter ? »
      « Premièrement je n'aime pas votre ton inquisiteur ; deuxièmement... vous n'avez qu'à y réfléchir vous-même, cela fera remonter votre Pô. »
    • J'ai voulu partir, vraiment énervée. Il m'a retenue. On doit parler en privé. Juun et Mosh posent encore quelques questions, puis ils s'en vont.
    • Lao Shen me tient toujours. Il fait un pas de côté. Nous sommes dans une sorte de réalité augmentée, aux couleurs vives. Dans l'Umbra peut-être.
      « Qui est Kuppala ? »
      « Mon démon. »
      « Vous êtes un Akuma. »
      « Je sais. »
      « Si vous voulez divorcer un jour, dîtes-le. Tous vous haïront, le mariage sera annulé, et vous devrez fuir. »
    • Je suis restée un peu con, je m'attendais pas à ce qu'il me sorte... « ça ». Après il m'a fait un speech sur notre relation. Je suis sa femme, il est mon allié. Je l'ai mal interprété. J'ai cru que je pouvais me plaindre. Je lui ai parlé de notre situation, de mes problèmes.
    • Il s'est énervé, vraiment. Et il m'a crié dessus. Plus jamais. Je ne dois plus jamais me plaindre devant lui. Je n'ai qu'à assumer.
    • Après ça il m'a quand même demandé quels était mon plus gros problème. Larry, Mallory, les mages aux diamants. Je n'ai pas su choisir. Il réfléchit et me dit de rassembler les autres, qu'il va se prendre une heure puis qu'on aura une nuit chargée.
    • Mais après réflexion, il m'a laissée dans l'umbra, sans mot dire. J'ai réfréné ma bête et j'ai médité. C'est pas grave, je l'ai mérité. Mais c'est pas facile.
    • Au bout d'une heure il revenait me chercher. Juun, Mosh et moi avons écouté avec attention son cours sur les lignes du dragon et le Ki, que les mages appellent quintessence. Et les nids de dragons, où les lignes se croisent, et où les mages créent leurs nexus. Il nous parle aussi d'un artefact pour voyager sur les lignes du Ki, un bateau qu'il nous apprend à utiliser pour trouver le QG des mages aux diamants, si on le souhaite. Avec Brian en prime, il nous sera possible de voir de l'autre côté en simultané...
    • Juun lui a encore posé des questions sur la guerre. Ça la travaille. Les cours que nous devons éviter sont la Cour des Sublimes Gardiens (cour la plus ouverte aux Kin-Jins, avant Oliver Trace) et la Cour de la Toile des Ossements (en conflit ouvert avec les sœurs Min). La Cour de l'Ouragan Victorieux sera du côté de Lao Shen (alliés de longue date), et celle des Larmes d'Opale aussi (par défaut). Neutres seront les Heimins, ainsi que la Cour du Feu Ardent (qui prendra forcément parti). Oué, stratégie touça quoi.
    • J'ai appelé Prescott. J'ai passé rapidement sur Kuppala, je crois qu'il s'en fiche, pas assez méchante pour lui. Quant à Obékouma, Mycroft et tout le bordel, il s'est pris du temps pour faire des recherches et m'a rappelée.
    • OBEKOUMA LE DECHU, ou L'OUTREMANGEUR. Grand manipulateur qui se sert de ses talents pour obtenir des pouvoirs qu'il n'aurait pas en temps normal, il chasse ses congénères, il est craint. Supposé pouvoir se nourrir de tout et n'importe quoi, c'est par ce biais qu'il s'attaque à ses victimes. En tapant sur leur bouffe. Pour le truc d'ombre sous la cuisine il voit pas trop, mais il pense qu'Hermaeus Mora a peut-être essayé de communiquer avec la Comtesse. Quant à Samael, il ne sait pas quoi dire, il aimerait en savoir plus. Ok, Mosh vous appellera.
    • Aux USA, les Trémères font grave de la merde. À Chicago il se passe la même chose qu'à New-York, avec les vierges et les jeunes gens, mais genre en 10 fois plus étendu. Ils font chier ces cons.
    • J'me couche fatiguée et assez maussade. J'avais un allié quoi. Bon, peut-être pas fiable. J'en sais rien. Merde.
    الحكيم هو أكبر
    « Modifié: juillet 21, 2013, 20:17:07 pm par manquedebol »
    Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
    Oscar Wilde

    Hors ligne manquedebol

    • Moderator
    • *****
    • Messages: 1653
    • Sexe: Femme
    • e-kikookokine
      • Voir le profil
      • Moufle !
    Re : ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
    « Réponse #14 le: juillet 14, 2013, 17:41:02 pm »
      05/07/2012
      Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
      Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, libérer Samuel, divorcer.

      Citer
      • En me réveillant, ce soir, j'étais seule. Avec une lettre sur le lit. Vu ce qu'il s'était passé la veille, je pensais que c'était Lao Shen, ou je sais pas quoi. Pas Samuel. Pas comme ça. Je l'ai ouverte sans me méfier et j'ai lu ses mots.
      • Il me dit que mon appel l'a surpris, mon mail encore plus. Il me dit que je suis la première personne à avoir fait baisser sa garde. Que tout ça le met face à son impuissance. Qu'il ne peut pas partager son fardeau, qu'il ne communiquera plus avec moi. Qu'il a pris une décision difficile, aux conséquences innombrables. Que la seule autre personne en qui il a confiance a approuvé cette décision.
        « Tant que je serai le pantin d'une force que je ne peux rejeter, je vous mettrai en danger. »
      • Il me remercie. Il part avec ce que je lui ai offert. Nous sommes à jamais inséparables.
      • « Pour la première fois depuis 500 ans, je revis. » J'ai souri.
        « J'ai à nouveau cette fébrilité au fond de mon cœur, celle que l'on ressent quand on se décide à faire ce qui semble juste alors que tout se dresse contre votre décision. »
      • Je t'aime. Au revoir.
      • Je l'ai relue, plusieurs fois.
      • J'ai essayé d'appeler Jean, plusieurs fois.
      • J'en ai réécrit l'essentiel, et je l'ai brûlée. Je ne sais pas, j'imagine qu'il ne faudrait pas que ses ennemis sachent ça.
      • J'ai médité un peu, pour réfléchir. J'ai peur qu'il ait pris une décision à la con. Qu'on ne se voit plus c'est pas grave, je le reverrai quand tout sera fini. Mais j'espère qu'il sera vivant au moment donné.
      • J'ai rappelé Jean. Puis encore. Il a fini par répondre. Je lui ai demandé comment ça se passait à Boston. C'est fini, tout s'est bien passé. À New-York, tout va bien.
        « Et vous voudriez pas devenir mon Séraphim ? »
      • Il m'a posé des questions sur ce qu'il se passe avec Samuel. Rien, je veux juste savoir. On va avoir du mal à travailler ensemble maintenant. Il m'a expliqué un peu que c'était possible. Comment ça se faisait. Sans réelle cérémonie.
      • Il a vu que je l'avais appelé 6 fois et il m'a demandé ce qu'il se passait. Rien, j'appelais pour prendre des nouvelles. Il m'a demandé comment allait Juun. Je lui ai dit qu'elle avait peur pour la guerre qui se préparait. Et Mosh ? J'ai pas su répondre. Il m'a redemandé ce que j'avais. Rien.
        « Je ne peux pas être votre confident à tous les deux. »
        « Oui, du coup vous ne serez pas le mien, c'est cool. »
      • Je lui ai demandé si on pouvait tuer des Trémères pour l'aider pour le Conclave, mais ça n'a pas l'air d'être une bonne idée. Ce sera un peu une grosse force neutre.
        « Et donc, on peut tuer d'autres gens pour vous aider ? – Je plaisante. »
        « Non, pourquoi ? Il faut forcément tuer des gens ? »
        « Non, mais ça me détend – de plaisanter. »
      • Je sais pas trop quoi penser. Je ne sais pas si c'est lui, l'autre personne en laquelle Samuel a confiance.
      • Je réfléchissais à ça quand Mosh a frappé à ma porte. On est allés voir Lao Shen, il fallait que je lui parle. Il faisait des katas dans le dojo, avec des étudiants. On s'est mis sur le rang du fond et on les a imités. Ça détend bien en fait ce truc. Et ça a l'air badass, ils ont éclaté le râtelier d'armes du fond de la salle, à distance, genre comme Sangoku dans le genre. On a attendu patiemment qu'il file quelques conseils à ses étudiants, puis il m'a regardée.
        « Bonsoir. Je voulais vous demander pardon pour mon comportement d'hier, et vous remercier de votre aide. »
      • Ah ah ah, je l'ai bien surpris, c'était marrant. Il le méritait bien. Il m'a remercié aussi.
      • Après un petit silence et mon « voilà, c'est tout », il a voulu parler à Mosh en privé. Ben vas-y.
      • Oué. Mosh est revenu un peu étonné, en me demandant si j'avais eu un message de Samuel.
        « Pourquoi ? »
        « Un Lasombra est passé, il a laissé un truc dans ma chambre. »
        « Ah, allons voir ! »
      • Je lui ai emboîté le pas sans répondre. Ça sert à rien que je leur parle de ça. Je peux pas leur parler de toute l'histoire, puis ils vont s'inquiéter alors que je me doutais qu'une connerie comme ça arriverait un jour.
      • Mosh a fouillé sa chambre. Il a trouvé une petite caissette en bois qu'il a ouverte précautionneusement, comme si ça allait lui péter à la gueule. Un cœur. Il l'a un peu entaillé et il a senti une douleur dans sa poitrine. Mallory.
      • J'ai essayé de trouver Lao Shen, je voulais savoir si les Kuei Jins auraient pu l'aider à se régénérer. J'ai tourné et tourné, on m'a dit qu'il devait être à ses archives personnelles. Bon.
      • Appel de Juun, répondeur. On a retrouvé Mallory, t'es où ? Elle me répond quelques minutes plus tard, elle est chez Everett. Faut qu'elle arrête de se balader toute seule, putain. « Moi au moins j'ai pas tué de chef Kuei Jin. » Oh puis fuck hein.
      • On est allés voir Asia avec Mosh, elle dressait ses Chi Mei. On l'a un peu aidée puis je lui ai demandé si les Kuei Jins savaient « reconstituer » des corps. Elle en avait aucune idée, je crois qu'elle a pas compris pourquoi je lui demandais à elle. Bah. Ça attendra. Elle va nous trouver un véhicule avec une citerne. Pour y foutre le cœur et le sang, ce sera peut-être plus simple.
      • Par contre quand on lui a dit qu'on allait avoir besoin de quantité de sang aberrantes elle nous a arrangé un rendez-vous avec un contact à elle, un type d'une banque de sang. Juun nous y a rejoint, avec la carte de Jean. Une façon comme une autre de faire du shopping.
      • Restaurant huppé, type dégueulasse. Déjà le pantalon beige avec les chaussures noires, c'est répugnant. Mais sa façon de manger... Yeurk. CHAO, humain a priori.
      • Il parlait en noich avec Mosh, jusqu'à ce qu'il s'adresse à nous pour savoir pourquoi on voulait tout ce sang. Mosh m'a regardé avec insistance, j'ai établi un lien mental et compris qu'il voulait en fait vérifier q'on avait la même version. Ok, et l'excuse de Mosh, c'est ?
        « Une histoire avec les deux mégacorpos, j'peux pas vous donner plus de détails, vous me comprendrez. »
      • Là Mosh nous a dit qu'il lui avait proposé de nous enfler. Ouais. Sympa le contact. Il a demandé qui payait et ça a été au tour de Juun de prendre la parole. On lui a commandé 100 litres et on a convenu d'un rendez-vous pas loin de la Cour de l'orage infini.
      • En repartant, j'ai dit à Juun que Jean allait répondre à sa lettre. Lui parler de Jean c'est toujours une bonne façon d'avoir son attention et de pas se faire envoyer chier, après on peut discuter tranquillement.
      • Je leur ai dit que Boston s'était bien passé, que ça allait à New-York, que le Prince avait demandé de leurs nouvelles. Puis on a demandé à Juun ce qu'elle fichait chez Everett.
      • Elle lui a tout dit, apparemment dans un endroit safe. Ca a l'air de s'être plutôt bien passé, il lui a offert une moto. C'est cool, c'est bien pour elle, ça a l'air de lui tenir à cœur. La famille. Mais Mosh a voulu déconner.
        « Si je lui dis que je suis son fils, il m'offre une moto aussi ? »
        « Je sais pas, demande à Larry. »
      • Putain, faut vraiment qu'on se fasse une thérapie de groupe contre la susceptibilité. On est des putains de passif-agressifs incapables de se dire les choses. Voilà ce qu'on est.
      • Mosh est parti en fren'. Il a couru vers le fond du restaurant en renversant une table au passage, est rentré dans la cour intérieure et a défoncé sa mère une poubelle qui était là. Puis c'est parti en live.
      • Le petit chinois qui tient le restau a pété un câble, normal. Juun a payé mais ils se sont engueulés avec Mosh, et ont fini par se battre, après que le maître des lieux aient appelé son cousin des Triades. Je pourrais dire comme des chiffoniers, mais c'était plutôt classe, je pensais pas que les restaurateurs connaissaient aussi le kung fu. Bon. Y'avait plein de gens qui filmaient, j'ai essayé d'empêcher le truc mais j'ai lâché l'affaire au deuxième, quand je me suis fait projeter sur un canapé. Donc en fait everybody know kung fu. Ok.
      • Ils se sont lancé des bouteilles et des poêles au visage, puis ça a été du corps à corps et une petite danse de toréro à la nappe pour Mosh. Mais l'autre a pris un sale coup. Mosh l'a stabilisé puis un coup de feu a retenti. Le lieux s'est vidé de ses clients, et on s'est retrouvés avec trois types en costards bien taillés, armés. Juun et moi nous sommes mis devant Mosh, à terre, qui s'occupait du type qu'il avait battu.
      • Ils ont causé en chinois et Mosh les a convaincu qu'il était pas méchant. Notre petit ange. Ils nous ont aidé et on s'est tous occupés du blessé. L'ambulance est arrivée, une voiture de flic pas loin derrière. On est partis avant leur arrivée. Demain, Mosh a rendez-vous avec le cousin pour régler tout ça.
      • Après ça on est allés chasser. Mosh nous a dit qu'il avait du mal à se nourrir, qu'il avait l'impression d'avoir besoin de plus de sang pour être satisfait. Du coup Juun est allé avec lui. J'ai pas trop compris, j'ai mis mal un type en me nourrissant à peine. C'est peut-être lié à ce que Mosh disait. Ou alors c'est juste des petites natures.
      • Après ça on est allés au rendez-vous pour récupérer le sang, mais ça s'est pas vraiment passé comme prévu. Mosh est resté en arrière, sur les toits, au cas où il y ait une embuscade. Sort of.
      • Y'avait deux bagnoles, une blanche et une noire. De la noire est sorti Chao, qui suait à grosses gouttes, stressé. Puis un black. Pantalon beige mais chaussures marrons. Bon.
        « Laquelle de vous deux est la chef ? »
        Juun : « Moi. »
        Azz : « Mais y'a pas de chef dans ce groupe, merde. »
      • Il s'est tourné vers Juun pour lui demander si elle pouvait lui dire en quoi notre transaction concerne Jin Teki et Taï Yong. Elle lui a répondu non, et j'ai commencé à dire qu'il y en avait marre de ces conneries, que c'était juste du bullshit pour que Chao nous emmerde pas avec ses questions. L'autre a répondu qu'il voulait juste savoir ce qu'on savait sur eux, sans nous dire pour autant s'il était avec Jin Teki ou Taï Yong. De toutes façons, au final, on connait pas grand chose sur les deux boîtes, donc je lui ai dit.
      • Après il a voulu qu'on appelle notre ami, je lui ai demandé lequel, il plaisantait pas, j'ai appelé Mosh pour qu'il raboule ses fesses, mais l'autre a voulu lui parler directement et il a fait exploser mon téléphone – et ma main – quand j'ai refusé. Voilà, là il commençait à me saouler. Juun lui a filé le sien et il a dit à Mosh qu'il s'excusait pour le backstab, mais il pensait qu'on faisait ça pour lui tendre une embuscade. Mosh est venu, une boule-à-pieu dans la main.
      • Il nous a dit qu'il s'appelait DOMINIQUE, et qu'il allait nous expliquer la situation : il pose des questions et on répond. Gé-nial. Il a redemandé ce qu'on savait sur les deux corpos. Mosh lui a dit. Elles sont en transaction pour on sait pas quoi, Jin Teki nous a attaqué et volé notre stuff et deux amies. On sait rien quoi, je lui avais déjà dit. Pourquoi ce subterfuge ? On pensait pas que ça allait nous retomber dessus comme ça, on voulait juste que l'autre nous lâche avec ses questions. JE LUI AVAIS DEJA DIT. Putain d'emmerdeur. Au final cette histoire l'emmerde juste parce qu'on est des mort-vivants. M'ok.
      • Mosh m'a demandé ce que j'avais à la main. Ben elle est plus là. L'autre lui a dit qu'il avait demandé poliment, et ce petit con lui a répondu qu'il comprenait. Dominique a eu un rictus léger. Il a accepté de répondre à deux questions et demi de Mosh, puis celui-ci lui a demandé de le recontacter quand le black nous a expliqué que dans ces boîtes les cellules sont séparées et autonomes, en quelques sortes.
      • Il nous a laissé le sang, 40 000 dollars en plus, que l'autre nous avait escroqué, et Chao, terrorisé. Juun et Mosh ont commencé à discuter de ce qu'ils allaient en faire mais j'en avais par dessus la tête, j'ai pris la bagnole blanche et je me suis tirée. Quand ils sont rentrés à la Cour Juun nous a dit qu'elle s'était faite attaquer par un Kuei-Jin et une gamine zombie, en allant chez Everett. Ca ressemblait à un parcours du combattant son trajet. Notre tête est mise à prix, c'est la guerre.
      • Quand je suis allée me coucher, Lao Shen était dans la chambre.
        « À quoi ressemblait le type qui a amené... les trucs ? »
        « Moi aussi je suis content de vous voir. »
      • C'est dur de changer. Faut que je sois moins comme ça. Je me suis excusée, je lui ai demandé comment s'était passée sa journée. Studieuse. Moi j'ai plus de main ! Je lui ai raconté. Il m'a demandé s'il pouvait m'aider.
        « Vous pouvez la faire repousser ? »
        « Je peux essayer, je ne sais pas si ça fonctionne sur de la chair mort-vivante. »
      • Il m'a fait boire de son sang. Qu'il est bon son sang. Derrière ce goût il y a tout. Tout ce que je ne peux plus avoir. La vie. J'en ai bu un peu trop.
        « Je suis désolée. »
        « C'est pas grave. Ça prouve que vous pouvez être passionnée parfois. »
      • Il y a eu un petit silence. Je lui ai redemandé à quoi ressemblait celui qui avait apporté la boîte. Il m'a décrit Xiao Min. J'ai aperçu du coin de l'œil son air. Un peu renfrogné, un peu blessé, un peu jaloux. J'ai fait comme si je n'avais rien vu. Mon moignon m'a un peu picoté, comme si son sang agissait. J'ai changé de sujet pour lui parler d'Asia, de son contact pourri, de la sensation que j'avais ressenti la première fois que je l'avais vu, celle de double-jeu, de trahison. Il avait l'air honnêtement sceptique, tout en disant que je devais savoir ce que je disais. Je lui ai répondu que non, pas vraiment. La coïncidence est bizarre, mais, après tout, je me suis plantée la dernière fois que je l'ai accusée.
      • On s'est couchés. Sans trop savoir pourquoi, je me suis mise contre lui. Une petite boule au ventre.
      الحكيم هو أكبر


      06/07/2012
      Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
      Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, libérer Samuel, divorcer.

      Citer
      • Ce soir, j'ai regardé Juun et Mosh se préparer et vivre, sans réfléchir. Il a rempli la cuve, placé le cœur de Mallory en son sein. Elle a appelé Tsu pour qu'elles se voient. Il est parti pour régler son histoire de Triade. Elle est partie pour discuter.
      • J'ai appelé Xiao Min. Un peu contrit, il m'a dit que c'était Samuel qui lui avait donné la boîte. Je sais plus trop ce que j'ai dit ou fait, je devais être énervée. Il m'a dit qu'il ne faisait que le coursier. Que le coursier.
      • J'ai essayé de reprendre mes cours de chinois là où je les avais laissés. 15 minutes. 30. J'ai pas envie.
      • Je déambule. C'est grand.
      • Il est venu. Il aurait pu venir plus près. Il est peut-être venu plus près. Il est peut-être là. Qu'est-ce que j'en sais. Il est là et il me suit, parce qu'il ne peut pas me parler. Il est là.
      • Je frôle les murs de la main et je suis dans la bibliothèque. Une coquille vide au milieu de tout ces petits vieux qui discutent et s'occupent. Une maison de retraite de la mémoire.
      • Du papier. Monter haut. À l'air libre. Des pliages. Et je vole. Libre. Seule.
      • Dormir. Captive. Seule.
      الحكيم هو أكبر


      07/07/2012
      Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
      Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, libérer Samuel, divorcer.

      Citer
      • Je médite. Il faut que je sois calme, il faut que je contrôle mon sang.
      • Mais j'ai faim. C'est quoi cette gamine ? Je comprends rien à ce qu'elle me raconte, puis elle est flippante, si ça se trouve c'est la même que celle de Juun, je me casse.
        « Je suis comme toi. »
      • Voix caverneuse et grave, WTF. Putain ils ont quoi ces cons à me retenir. Ils me... ils me portent vers elle ? Sérieux.
      • J'ai essayé de me libérer, j'ai bu leur sang à travers ma peau, certains tombaient, d'autres les remplaçaient. Ils étaient une centaine.
      • Mais parle moi si tu veux connasse, je veux connaître tes vices et te détruire. Un... un démon ? Mais VA MOURIR.
      • Recroquevillée au sol et tremblante, sanglotante, elle s'est transformée en serpent géant. Seule sa tête était vaguement humanoïde, si on omet les doublons d'yeux et de bouches.
      • J'ai essayé de le brûler, de le brûler, de le brûler. Agrippée par des dizaines de main, par des humains que je n'allais pas tuer, je ne peux pas faire ça. Mais lui, si. CRAME PUTAIN DE SALOPERIE DE MERDE. Il a soufflé un vent froid sur moi. Je me suis sentie vide. Apathique. Désemparée.
      • Il a commencé à me causer. SILAMBA ? Azz. Akuma toi-même. Est-ce que c'est moi qui ait tué Ango Shun ? Oui et non, c'est Kuppala. Il voulait la voir. Je savais qu'elle était là, je l'avais vue danser dans le feu que je déversais. Elle est apparue dans ma main, petite flamme. Elle s'est épanouie là, flambeau orange vif, pour devenir une femme aux formes incurvées, à la longue chevelure rousse, à la peau diaphane. Celle que j'avais déjà vu.
      • Je les ai vus communiquer par le regard, puis il s'est rétracté et l'a mangée, la déchirant. Je l'ai entendue en moi, maitresse.
        « Le feu n'est pas ton ennemi. Embrase-moi, embrasse-moi. »
      • Rester là, désemparée, ou foncer. Je me suis jetée dans la gueule du loup. Avançant dans son œsophage, Je l'ai brûlé de l'intérieur. Je nous ai enflammés.
      • À l'air libre, je l'ai regardé se consumer. La rue était déserte. Des dizaines de personnes inconscientes jonchaient le sol. J'étais nue, et je me suis assise en tailleur, spectatrice.
      • Quand il n'a plus été qu'une gerbe d'étincelle, un corps calciné et fumant, Kuppala est réapparue. Je me suis relevée, face à elle. Elle m'a ouvert ses bras. J'ai hésité, puis je suis allée contre elle. Sa peau était chaude. Elle a mis ma tête contre son sein. J'ai hésité. J'ai têté. Une mixture brûlante que je n'ai pas pu m'empêcher de boire jusqu'à satiété.
        « Tu vas sûrement encore avoir des soucis avec cette indiscrétion. Plusieurs fois. »
        Hôchement de tête
        « Maman aimerait bien que tu te débrouilles toute seule. Mais je serai toujours là pour toi. »
        « Oui. »
      • Je suis rentrée et je me suis recouchée. Maman aimerait bien que tu te débrouilles toute seule. Maman.
      • Une sous-merde.
      الحكيم هو أكبر


      14/07/2012
      Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
      Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, libérer Samuel, divorcer.

      Citer
      • Je me réveille, comme après une nuit trop longue, sans rêve. Dormir pour oublier.
      • Je suis sale. Une longue douche, les draps, Brian, la buanderie. Il parle chinois et anglais, lui. Direction la bibliothèque.
      • J'essaye de savoir s'il existe un mythe de la déesse mère ici. J'apprends.
      • Ma pierre de volonté est vide, je la sens lourde. Je la recrache après avoir demandé à Brian où je pourrais l'exposer au soleil une semaine sans me la faire voler. Il la prend et l'avale. Le con, ça me fait rire.
      • J'appelle Mosh, il est ici. On va peut-être avoir des trucs à faire, j'appelle Juun.
        « Tu fous quoi cocotte ? »
        « Ouais je vais bien ouais, et toi ? Ça y est, tu te réveilles maintenant ? »
        Merde, elle me saoule, je raccroche.
      • Mosh arrive avec Mallory, on discute de ce qu'on doit faire pour la suite. J'ai dormi combien de temps au fait ? Une semaine. Ah. Je suis distraite, je dois écouter, et je dois m'investir. Mais attend, j'ai un test à faire. Des extincteurs. Un point d'eau.
      • Je crois qu'ils sont inquiets. Il n'y a pas de raison pourtant. Elle a dit qu'il n'était pas mon ennemi. Je m'enflamme. Littéralement.
      • Un bras. C'est chaud. Je peux aller plus loin. Mon corps entier. Ça brûle. J'ai mal. Ça ne s'arrête pas. Ça fait mal. Ça fait vraiment mal. C'est pas grave, ça va s'éteindre, ça va forcément s'éteindre. Les extincteurs n'éteignent pas le feu. L'eau non plus. C'est normal, je ne le crains pas, ce n'est pas mon ennemi. Ça... fait... mal... Au fond, je le mérite, il faut être bête. Et puis ça se termine. C'est forcément bien.
      • Ça fait mal.
      الحكيم هو أكبر


      15/07/2012
      Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
      Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, libérer Samuel, divorcer.

      Citer
      • La douleur est abominable. L'odeur aussi. Le bruit assourdissant de mon corps qui craque et suinte en silence. Je souffre. Je souffre. Je dois me concentrer, me soigner. Insuffisant. Je suis seule. Le noir, le rouge, le feu. C'est interminable. Un contact mental. Juun. Douleur. Elle le rompt. Interminable. Je suis tellement seule. Je souffre.
      • On me touche. Les nerfs à vif. On appuie. Je voudrais hurler. Je voudrais pleurer. Je souffre. Tuez-moi. De la torture. Il force, il continue. Tuez-moi. Je... je me sens plus détendue. J'ai mal. Ça va mieux.
      • Le temps passe. Où est Asia ? Je veux dormir. Je ne peux plus supporter ça.
      • Quelque chose de froid sur mon visage. Une sensation salvatrice. J'entends quelque chose, je garde les yeux clos. C'est Mosh. Il crie. Il demande pourquoi. Je ne comprends plus. Lao Shen. Je veux Asia.
        « Asia... »
      • Juun. Juun a compris. Quelqu'un. Asia ?
      الحكيم هو أكبر


      16/07/2012
      Groupe : Azz, Mosh, Mallory, Sophia et Juun.
      Objectifs : retrouver Haqim, protéger ma meute, libérer Samuel, divorcer.

      Citer
      • Quand je me suis réveillée ce soir, j'allais mieux. Je n'ai pas voulu réveiller Lao Shen, je me suis levée pour m'étaler des baumes de sang. J'avais l'impression d'être une minette qui se tartine de crème, la croute en plus. J'avais fini quand monsieur mon mari s'est réveillé.
      • Il a ouvert les yeux et s'est redressé rapidement, inquiet. Il m'a demandé comment j'allais, si je ne devrais pas rester allongée, rester au calme. C'était bizarre de le voir anxieux et troublé. Je l'ai un peu rassuré et je lui ai dit que j'étais désolée. D'un côté ça m'a fait plaisir de voir qu'il s'inquiète pour moi, de l'autre ça m'a vraiment emmerdé de voir qu'il s'était inquiété. Il a repris contenance, et on a un peu parlé.
      • Je lui ai demandé si, malgré le fait qu'il ne veuille pas que je me plaigne, j'avais le droit de pleurer. Il a soupiré et m'a ré-expliqué que pleurer c'était différent de se plaindre des conséquences d'actions qu'on a commises. On a pas vraiment eu le temps d'épiloguer, quelqu'un a frappé à la porte.
      • C'était Juun, je crois qu'elle serait rentrée en trombe si Lao Shen n'avait pas été là. Elle était tout aussi inquiète, mais le montrait beaucoup plus. Je crois qu'elle m'aurait asséné questions sur questions si elle n'avait pas eu peur de me brusquer. Je crois aussi qu'elle aurait beaucoup moins caché son dégoût de mon apparence. Je lui ai demandé si Mosh et Mallory étaient là, j'avais envie de leur parler à tous les trois. Elle m'a dit que non, du coup je lui ai demandé de me pardonner pour l'inquiétude. Et moi, un peu absente, j'ai calculé un peu tard que mes excuses elle s'en fichait, elle voulait des explications. Lao Shen s'était un peu écarté, pour nous laisser un peu d'intimité.
      • J'ai commencé par lui dire que Samuel m'avait quitté. Elle a pas vraiment su quoi dire. Pourquoi ? Zut, pourquoi.
        « Parce qu'il a peur pour moi. Tu sais, les Lasombras badass ils ont beaucoup d'ennemis, ou en tous cas ils le croient. Un égo démesuré. »
      • Ma blague l'a pas fait rire. Je lui ai dit qu'il ne voulait plus qu'on ait jamais de contact. Et puis là elle m'a demandé si c'était pour ça que je m'étais enflammée.
        « Non, non ! Bien sûr que non. J'étais un peu perdue et pas vraiment en forme et j'ai eu ce truc avec Kuppala, je l'ai déçue, elle m'a dit que le feu n'était pas mon ennemi, je n'ai pas vraiment réfléchi. Je voulais juste faire un test. Je suis désolée, c'était bête. »
      • Elle était un peu surprise. Je crois qu'elle s'attendait pas à ça. En même temps, je sais pas trop à quoi elle s'attendait. Quand elle a commencé à vouloir creuser plus loin, j'ai un peu écourté en lui expliquant que c'était juste une bêtise, je n'ai pas réfléchi. Elle était toujours inquiète, toujours un peu choquée, toujours à vouloir que j'aille mieux. Du coup, elle m'a demandé si je voulais du sang.
      • Je me suis rendue compte que j'avais les crocs. J'ai accepté, en jouant avec l'idée de boire son sang. Elle me l'a proposé, peut-être un peu poussée par le fait que j'avais l'air d'un grand brûlé et que j'ai pas vraiment répondu « oui, allons chasser ! ». J'ai mordu dans son bras et laissé couler dans ma gorge ce délicieux nectar. Quelques secondes plus tard je sentais ma bête prendre le contrôle, pendant qu'elle essayait de me décrocher de sa peau que j'agrippais. Qu'est-ce que c'était bon.
      • Lao Shen est intervenu pour nous séparer. Il a refait sa bulle de protection, autour d'eux, jusqu'à ce qu'elle se referme autour de moi. Ma bête était folle, je me suis débattue pendant une demie heure. Quand ça a été fini, Juun m'a demandé si ça allait. Oui. J'ai demandé pardon à Lao Shen. Il m'a dit une nouvelle fois que ce n'était pas grave, qu'il aimait me savoir et me sentir passionnée. L'excitation et l'envie dans son regard m'ont gênée, malgré le fait que je me sente flattée d'être désirable pour quelqu'un dans cet état.
      • J'avais vu Juun se faire appeler par quelqu'un pendant que je me battais avec Lao shen, du coup je lui ai demandé qui c'était. Chuck, on a rendez-vous dans une heure et demie, il doit nous présenter quelqu'un. Ok. Du coup j'ai embrayé sur la politique, les différents groupes qu'on connait et l'akuma, la gamine que j'ai tuée. Pour me remettre dans le bain. Lao Shen me regardait toujours. J'ai dit à Juun qu'il fallait que je lui parle, elle nous a laissés.
      • La discussion a été difficile. Je veux un ami. J'aurais voulu pleurer dans ses bras. Mais il y a cette distance entre nous, cette image qu'il se donne, le respect que je lui porte, l'ambiguïté de notre situation. Je suis restée calme, professionnelle, factuelle. Je lui ai expliqué Kuppala, Samuel, Lasombra, les reflets. Et je lui ai dit qu'un jour, je lui demanderai d'en détruire un. Je voulais juste lui dire que j'avais confiance en lui. Il a cru que je lui disais que je le prenais pour un larbin. Il m'a dit qu'il était un allié, pas un serviteur. J'ai été surprise, mal, c'est pas du tout ce que je pense, pas du tout ce que je voulais dire. La discussion a vraiment été difficile.
      • Il m'a dit qu'il n'aurait jamais fait ce pari s'il avait su. Qu'il avait espéré quelque chose de ma fougue, qu'il aurait voulu que je sois une épouse moins passive que les précédentes. Qu'il avait l'impression d'être le seul à faire des efforts. Je lui ai dit que je ne savais pas quoi faire pour lui, que  j'essayais de lui rendre service mais que... que je ne savais vraiment pas quoi faire. Il m'a répondu qu'il n'attendait pas que je fasse quelque chose, qu'il n'en voulait pas à mon corps. Je lui ai dit que c'est pour ça que je lui avais raconté tout ça, je voulais qu'il soit un confident. Il m'a dit qu'il n'était pas un confident, qu'il ne le serait jamais. Je lui ai dit que c'est pour ça que j'avais évité de l'emmerder avec tous les détails, que je voulais pas non plus l'ennuyer avec mes états d'âme. Il s'est encore plus braqué. Il était dur, je l'ai trouvé méchant. On s'est un peu engueulés. Il pensait vraiment que je me servais de lui.
      • Ça m'a fait mal au cœur de savoir qu'il pensait ça. Je me suis sentie stupide. Bête d'avoir cru qu'on pourrait... je sais pas. Et je redevenais seule, et je me sentais toute petite, sous cette vision qu'il avait de moi. Tellement bête. Il fallait au moins que je lui fasse comprendre que je ne l'utilise pas pour arriver à mes fins. Silence. Rancœur, animosité, détresse et solitude. Même retranchée derrière un nouveau mur, je ne pouvais pas laisser ça comme ça. J'ai essayé de le dire simplement.
        « Je veux voir les témoins d'Haqim, enfin j'en ai envie, vraiment, plus que tout, mais je n'ai aucune envie de vous mentir, de vous trahir ni même de vous tuer, encore moins de vous tuer, mais pas non plus d'être votre femme et au milieu de tout ça je ne sais pas comment faire. »
      • Il est resté impassible. Laconique, il m'a dit d'accord. Il m'a dit que nous pouvions être amis.
      • J'aimerais tellement voir Samuel. Ou Dédale. Dédale comprendrait. J'aimerais tellement que Rosh, Posh et Mosh soient toujours là, toujours insouciants. Heureux les innocents. J'ai l'impression que Mosh est de plus en plus malheureux. Je me dis souvent que c'est ma faute.
      • J'étais en train de digérer sa réponse et mes rêves d'effusions de sentiments quand je me suis souvenue que j'avais rendez-vous. Notre conversation s'est arrêtée là, je me suis concentrée pour prendre une apparence normale, puis Juun et moi avons rejoint Chuck dans un restau, pas loin de la Cour.
      • Il était déjà là, avec un autre type, un vieux. Il a accueilli Juun avec entrain, puis il m'a dévisagée comme si j'avais un bouton sur le pif.
        « Ben ça va, pas trop de dégâts. »
        « Je maîtrise mon occultation. »
      • Il m'a dévisagée avec plus encore d'intérêt, ajoutant juste « Ah ouais... ». Toujours son petit sourire arrogant. Puis il m'a demandé si ça allait. Oui, bien sûr.
        « Non, vraiment. »
        « … ouais, ouais, ça va. »
      • Il voulait que je lui dise quoi au juste ? Depuis quand il s'intéresse à comment je vais ? J'allais pas lui raconter ma vie. Surtout avec l'autre vieux à côté. L'autre vieux, c'est THENNARD DE MENTHON. Un français de plus dans l'équipe. Ouais, parce qu'il est là pour nous protéger. J'avoue, j'étais contente d'avoir un babysitteur. J'en ai besoin.
      • Il s'est présenté, Ventrue, antiquaire. Allié de Chuck, qui nous l'a envoyé. M'ok. Et donc il avait quelque chose à nous dire. Mosh et Mallory sont allés voir Alessia et Galia. La préfète les a livrés à Mycroft.
      • ...
      • Juun est partie en live, elle voulait attaquer de front la chantry, Thennard avait pas l'air contre, du coup j'ai stoppé là l'idée. Non mais puis quoi encore, si c'est pour fuir et être poursuivi par un justicar Trémère en ennemi juré... Non, pas possible. Chuck a abondé dans mon sens, soulignant que c'était bizarre que je dise ça. Ouais ouais.
      • Et là Juun a parlé des témoins d'Haqim. Elle m'emmerde. Il est hors de question qu'on livre le journal intime de mon idole à un type qui a peut-être envie de le tuer. Non mais oh, faut arrêter de déconner. En plus il a fallu expliquer aux deux autres gus ce que c'est, au juste. J'ai fini par lui crier dessus que j'avais absolument pas besoin de ça en ce moment, qu'on pouvait trouver une autre solution. Ça m'a fait chier d'avoir dit ça, après coup. C'est bon, ça va, je vais pas mal, j'ai pas besoin de ce genre de faux argument de merde. Mais au moins, elle a acquiescé et on en est restés là.
      • On a commencé à expliquer tout ce qu'on savait de la ville, de la guerre, de Mycroft, à Chuck et Thennard. Pour qu'on puisse tous réfléchir à la meilleure façon de les tirer de là. Juun faisait que de répéter qu'on était pressés, qu'ils se faisaient surement torturer. J'occultais ça, refusant de penser à la solution qu'elle avait évoquée. Je me suis demandé ce qu'on pourrait proposer d'autre à Mycroft, et pour le savoir j'ai appelé Lao Shen. Après que je lui aie expliqué notre situation catastrophique, il m'a dit de venir, avec mes alliés.
      • Dans la grande salle, il nous a expliqué. Mycroft veut les témoins d'Haqim pour créer « l'Arme de l'Esprit de la Famille ». Je connais cette arme. On l'appelle aussi « la Lame de la Fleur Interdite ». Elle est fabriquée grâce à l'âme d'un caïnite diablé qui y est enfermée. Ensuite, elle permet à son porteur de disposer de tous ses pouvoirs. J'ai pas vraiment compris le rapport avec les témoins. Je lui ai demandé s'il leur avait parlé, s'il connaissait l'époque qu'ils racontent, s'il y avait des informations qui pouvaient aider Mycroft. D'un air un peu désolé, il m'a dit que oui, il leur avait parlé. Et qu'il avait peur que me les présenter signe un abandon de toute volonté ou motivation de ma part. Mais aussi qu'à qui savait écouter, ils pouvaient mener à Haqim. J'ai commencé à imaginer Mycroft avec une épée qui lui donnerait la puissance d'Haqim, mais Lao Shen a rajouté que le Trémère les veut pour dealer avec Urzul, et récupérer Dracian.
      • Tout s'embrouillait, et là, après plus d'une heure de discussions, le téléphone de Juun a sonné. C'était Mosh, avec le portable de Mallory. Ils étaient libre. Il nous a raconté une histoire incroyable.
      • Au début de son appel, je lui ai demandé pardon. Il m'a juste dit que c'était pas grave. Un peu désinvolte. Bon. Par contre il a dit à Juun que Mallory lui avait expliqué que ce qu'il lui avait dit par rapport à son père était pas sympa, et insensible. Il lui a présenté ses excuses, et moi j'ai regardé Juun avec un point d'interrogation au dessus de la tête. Mais elle a abrégé d'un signe de main, et on a écouté Mosh.
      • En gros, il s'est réveillé impuissant devant Mycroft, incapable de bouger bien qu'il n'était pas attaché, il a passé son temps à l'insulter en toutes langues et à lui cracher dessus, en lui racontant sa vie démoniaque et vampirique. Ensuite ils ont joué au jeu du « et si je vous libère, vous faites quoi ? », puis Mycroft l'a libéré, parce que « si » il le faisait Mosh ne ferait rien contre lui. En gros. Je crois.
      • Donc Mycroft connait nos plans à plus ou moins long terme, même si d'après ce que disait Mosh il a compris que gagner la guerre contre les Kuei-Jins signifiaient en tuer la moitié. Le justicar a dit à Mosh qu'il l'intéressait plus que nous. Que sa nature l'intéresse. Je sais pas s'il parlait des Frères du sang, de Samael, de Larry ou juste de Mosh. Je sais pas. Mais c'est un bouleau.
      • Et Mallory est encore en torpeur. Mosh a raccroché en nous disant qu'il devait aller au rendez-vous avec Dominique. On lui a dit qu'on voulait venir, du coup il a appelé l'autre pour le prévenir de son retard et lui demander s'il pouvait venir plus nombreux que prévu. D'ailleurs c'est à ce moment qu'on lui a parlé de notre nouveau garde du corps. Il était pas super jouasse, surtout pas emballé qu'il ait entendu tout ce qu'il nous avait dit plus tôt. Il nous a rappelés quelques minutes plus tard, pour nous dire que c'était bon, qu'il passait déposer Mallory à la Cour, puis nous prendre..
      • Entre temps, tout le monde y était allé de son commentaire. Juun et moi étions assez perplexes, Chuck persuadé qu'on était encore plus baisés que ce qu'on croyait. J'ai demandé à Lao Shen ce qu'il se passait exactement, avec la guerre. D'après lui Mycroft doit avoir de grands objectifs, plus grands encore que celui de niquer le conseil des sept. Et les traîtres infiltrés dans les Cours doivent lui rapporter beaucoup de choses, d'informations. J'aime pas la politique, c'est trop compliqué. Je me suis éloignée un peu, avec lui.
      • Je lui ai demandé s'il pensait vraiment que les témoins d'Haqim me briseraient. Il m'a demandé comment je vois mon antédiluvien. Je lui ai parlé des principes que je respecte, de la personne que je ne connais que par ses légendes. Il a eu l'air gêné pour moi. Il m'a dit qu'il me les présenterait quand la situation serait plus calme. Il n'a pas répondu à ma question. Je devrais avoir peur, mais cette révélation a juste quasiment annihilé toute l'exaltation qui animait mes espoirs. Ce sera juste une nouvelle épreuve vers la vérité.
      • J'ai rejoint Juun qui discutait avec Thennard, et nous sommes partis quand Mosh est arrivé, laissant Chuck à son emploi du temps chargé. Ce cher Monsieur de Menthon est donc antiquaire. Il a passé 10 ans tout seul, à lire des livres, parce qu'il aime bien (…). Il est plutôt content de sortir de sa grotte, d'être avec nous. Et en vérité c'est pas Chuck qui l'envoie, mais Everett. Ah, bon. Et comment Everett le paye ? Là, pas de réponse, une vague question de dette à rembourser plus tard, qu'il fait ça pour rendre service. Mouais. Déjà le type qui sort pas de chez lui mais rencontre Everett et finit ici, ça fait pas louche t'sais.
      • Sinon il fait pas que semblant d'être vieux. Il a genre des centaines d'années. Il kiffe le haut-moyen âge et les antiquités de toutes époques. Et les épées ? Oui aussi, on se battait beaucoup avec à l'époque où il a été créé. Ah. Il sait pas vraiment combien de temps il va rester avec nous, un petit bout de chemin.
      • Là j'ai réalisé qu'on était tous là. Il suffirait de rejoindre Sophia, exilée dans ses quartiers pour cause d'allergie aiguë à la ville, pour pouvoir faire une vaulderie. Thennard a fermement refusé, ce qui se comprend. Mais Juun aussi. Là j'ai moins compris. Un lien artificiel, on a pas besoin de ça. J'étais abasourdie. Mosh a essayé de lui expliquer le but de la vaulderie, souder un groupe face à un ennemi, éviter de se jeter les uns sur les autres en combat. J'ai rajouté qu'on avait besoin de ressouder notre groupe vu comment on se met sur la gueule en ce moment. Et finalement, on a laissé tomber. Je sais pas quoi penser.
      • Le rendez-vous avec Dominique s'est plutôt bien passé. Il veut bien trahir les siens en nous révélant des infos si on se procure pour lui « l'inessif ». L'inessif, l'inessif... Après réflexion j'ai remis la main dessus, c'est à Deepwater qu'on en avait entendu parler. Endrone Incorporate était derrière Taï Yong, effectivement. Était. Un flingue qui permet de tirer des balles dans tous les sens parce que grâce à des bracelets qu'ils portent il évite les gens qu'on veut pas toucher. Et donc le prototype de ce truc est dans une base armée over protégée. Et on a une semaine. M'oki d'oki.
      • Bon, ok. On est donc tous partis chez Thennard, pour discuter du plan, dépouiller les documents que nous a filé Dominique. Sur le principe de la mission, Thennard était d'accord si on tuait personne. Ouais ok, non mais Everett lui a parlé de nous ou c'est juste un touriste ce type ? Bref. Juun était un peu récalcitrante en ce qui concerne le fait même de voler quelque chose, mais finalement elle a accepté.
      • Le complexe militaire semble inviolable. Gardes, surveillance, autorisations et pass dans tous les sens, murs renforcés, générateurs, socle de l'arme à dévérouiller. M'ok. Demain on va faire une petite reconnaissance.
      • Vu que Thennard habite près de chez Everett (je crois même qu'il squatte une de ses résidences), je suis allée chercher Mallory et on a demandé au vieux n°1 de nous la faire sortir de torpeur en faisant passer le temps. Il a accepté mais il était super crevé après, il a passé trois heures sans bouger, appuyé contre la porte de la salle où on l'avait mise. Trop physique temporis.
      • Quand il est parti se reposer, on s'est tous séparés. Thennard voulait chasser, donc on s'est un peu sentis chassés de chez lui. Drôle, humour. Bref. Juun est partie chez les sœurs Min, pour continuer à étudier ses rituels. Mosh et Mallory avaient une idée derrière la tête, ils sont allés étudier les livres de Masato et ils ont pas l'air de rentrer.
      • Moi j'ai emprunté son téléphone à Juun, et je suis rentrée. J'ai un peu médité, puis j'ai appelé Papa. J'avais un peu peur, et la conversation m'a surprise. Je lui ai parlé de mes problèmes pour me nourrir, lui disant que c'était peut-être la soif des âges. Il m'a dit qu'il était fier de moi, fier de voir qu'elle arrivait aussi vite. Ça m'a fait relativiser beaucoup de choses. M'éloigner du nid me fait perdre de vue les valeurs de mon clan, celles du sang. D'autres me rattrapent. Celles de la survie. Il m'a dit qu'il pouvait me faire passer du sang frais de caïnite par Tergyrius. Bon. Après ça je lui ai parlé des témoins. Il a été encore plus ravi, encore plus fier. Malgré le fait que je lui dise que c'était pas gagné d'avance. Il a toute confiance en moi. J'espère que ça se passera bien.
      الحكيم هو أكبر
      [/list]
      « Modifié: juillet 28, 2013, 15:04:10 pm par manquedebol »
      Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles.
      Oscar Wilde

      Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Mascarade - Cianers  |  Chroniques Groupe 2 (Modérateurs: Yademael, manquedebol, Cianers, Havokation, Ash, Kinburi)  |  ["Journal"] Azz a la classe, Azz elle tabasse.
       

      gfxgfx
      gfx
      SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
      Helios Multi design by BlocWeb
      gfx
      Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !