gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
101824 Messages dans 7327 Sujets par 787 Membres - Dernier membre: cenacle-arras janvier 18, 2018, 10:57:37 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Fading Sun  |  IdF - Falnor (Modérateur: Falnor)  |  Livre de bord.
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Livre de bord.  (Lu 797 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Falnor

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 1573
  • MJ Fading Suns
    • Voir le profil
Livre de bord.
« le: novembre 20, 2011, 23:13:47 pm »
Ici vous pourrez poster les résumés de partie.
Même mode opératoire à chaque résumé un peu d'expérience (je vais le déterminer).
Une personne désignée (autodésinée c'est mieux) à chaque partie pour faire ce résumé.

Et comme ça vos belles histoires auront des traces,pour que tout le monde puisse s'y référer autant les éventuels absents que moi en cas de trou de mémoire.
Merci d'avance à vous.
Lien vers mon Book perso


Hors ligne Yume Avel

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 251
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Livre de bord.
« Réponse #1 le: janvier 18, 2012, 19:12:38 pm »
Partie du 18 Décembre 2011-12-18

Citer
Laure : Djina
Darius : Ove
Yannick : Iphocène
Chris: Nico
Thomas: Simak
Gui: Nadla

Chapitre I : Aux arrêts

Dès l’atterrissage nous sommes attendus.
Fer aux poignets, l’équipe avance entourée par les forces militaires d’Artémus Primat
Les temps des banalités d’usage (fouille, confiscation de l’équipement dangereux et de valeur, quelques coups par ci par là), un autre groupe de gardes fouille notre petit cargo « d’honnête marchand » (pirate). Nous venions juste d’effectuer notre dernière mission, et celui-ci était bien entendu rempli d’objet légal mais de contrebande. Nous risquions tout au plus une confiscation des biens …  jusqu’au moment où l’on nous accuse de posséder des drogues illégales et dangereuses, ce qui change considérablement la donne, notre situation est problématique, et nos paroles … brassent le vent.

La route vers le tribunal est un vrai supplice, le sergent nous harangue de mille et une peines, certain membres du groupe tentent de se défendre, d’autre reste silencieux, toutefois une phrase prononcé par le sergent sort du lot « Votre sort dépend de vos capacités à vous défendre et à survivre ». Nico y voit un espoir, mais la phrase passe globalement inaperçu dans le brouhaha de l’équipe.

L’équipe est emmener vers les geôles, tous sauf Nico, qui sera interrogée en première, son grade de Capitaine y étant malheureusement pour quelque chose.

Pendant ce temps là l’équipe se rend compte qu’un autre individu humain se trouve dans leur cellule, fait assez étrange puisque toutes les autres sont vides, celui-ci semble avoir une trentaine d’année.

Ove fait usage de ses pouvoirs pour jauger l’individu, et fait preuve d’un certain détachement dans leurs utilisation, l’individu décide alors de lui-même d’engager la conversation. L’homme se présente comme un habitué des lieux, s’en suis alors une conversation sur le fonctionnement d’Artémus et la place majeur que la contrebande y tiens. Bien qu’officiellement illégale, il semble donc possible de monnayer sa liberté contre une participation au développement d’Artémus. La seconde solution étant la mort, au mieux l’amputation. Le pot aux roses étant bien sur l’inévitable cercle vicieux qui pousse alors les pirates à faire du bénévolat contre leur vie. Quand à la marchandise la plus prisée, ce n’était ni plus ni moins que des vaisseaux … la belle affaire … lors de la conversation, l’humain en profite pour grappiller des informations sur nos compétences personnel.

Il parle enfin de lui. Il nous apprend qu’il roule pour un homme nommé Yantar, certain d’entre nous on entendu de lui qu’il était violent mais doué pour les abordages spatiaux, sa réputation lui vient des mondes connus.
Lui n’est pas là pour subir la peine de mort ou les travaux forcés dans les mines de sel, mais depuis qu’il s’est fait prendre une fois, on l’arrête régulièrement pour le contraindre à bosser pour Artémus. Dans le cas où notre situation s’approcherait de la sienne, il nous déconseille vivement de tenter la fuite, prétextant qu’elle était surement vouée à l’échec.

La discussion prend fin avec cet inconnu bien altruiste en renseignement. Dans une salle a part Nico est assaillit de question et récite le discours habituel, le stresse de fait ressentir rapidement, mais le discours du soldat devient vite monocorde et répétitif, Nico reprend son calme et commence à douter des raisons qui ont emmené l’équipe ici. Une fois l’interrogatoire terminé, Nico est ramené avec les autres dans la cellule, mais changement de programme, le jugement aura lieu immédiatement.

Au tribunal, un bailli austère et peu commode ainsi qu’un Juge nous font face Le juge nous fait aligner comme pour un peloton d’exécution, puis il énumère leurs griefs, condamne l’équipe aux mines de sel et Nico en temps que Capitaine à l’exécution par la potence. Le groupe tente de négocier sa vie non sans une pointe d’humour noir.

Deux gardes attrapent alors Nico pour l’emmener vers la potence, mais étrangement celle-ci semble sereine en sortant du tribunal. A quelques mètre de la place de la potence, près de l’Agora, les garde bifurquent et entraine Nico dans un hangar quelconque, dans lequel l’attend le même juge précédemment rencontré. Cette fois ci pas de tenu officiel, mais la sécurité est toujours présente, son intuition est confirmée, tout cela n’est qu’un coup monté.


Chapitre II : Le marché

La supercherie administrative terminée, le juge présenta alors les conditions du Consul Alundo X. Afin de participer au développement d’Artemus Primat, et ainsi sauvegarder nos vies, nous nous devons d’utiliser nos compétences pour ravitailler la planète en matériels et surtout en vaisseaux. Nous avons une semaine à partir de ce jour pour rapporter une participation  acceptable.

Sur la route des mines de sel, le reste de l’équipe conduit par des gardes, termine son périple au sein de l’Agora avec leur remise en liberté, Nico tout juste sortie de son entretiens rejoint l’équipe et leur explique la situation.

Suite à une discussion, le groupe se décide à tenter de rencontrer Yantar,  Ove, Iphocène, Simak et Nadla se lance dans la recherche du pilote humain rencontrer en prison, pendant que Nico et Djina se donne rendez vous au Spatioport pour récupérer le vaisseau, ce qui s'annonce compromis puisque celui ci était en cours de démantèlement, Nico et Djina s'en vont donc à la pêche aux informations.

Pendant ce temps le reste de l'équipe rencontre le Pilote humain à sa sortie de prison, fait suite une discussion commercial dans le but de rencontrer Yantar tout en mettant la main sur les marchandises demandées. En quelques minutes le Pilote humain nous quitte puis nous rejoint de nouveau et nous propose un d'aller négocier un vaisseau à prix cassé (voler) pour Yantar. Sa commande concerne un modèle en particulier, tant par la marque que par le contenu.

Il nous organise alors une rencontre avec un équipage qui nous fournira le transport, l'équipage se sépare durant le laps de temps les séparant du rendez vous. Nico est informée de la négociation par Hurleur de la part de Nadla, elle se renseigne alors sur Yantar et apprend qu'elle devra se méfier de lui tout en restant honnête dans ses démarches, hors de question de la doublé sans prendre de gros risque. Simak quand à lui par négocier des technologie dans le but d'obtenir une monnaie d'échange de valeur. L'équipage se rassemble alors dans la Taverne lieu du rendez vous. A l'heure dites, notre contact fait son apparition, un équipage de trois personnes qui nous propose le transport comme prévu, mais contre une rémunération par personne, Nico négocie la moitié au départ, la moitié à l'arrivé, le Navigateur accepte et oubliera stupidement son paiement à l'arrivée.


Chapitre III : Une opération délicate

Le vaisseau est un petit Cargo plutôt usé par le temps, nous somme tous regroupé dans la câle, pendant que chaque membre du restreint équipage est à son poste, chacun se débrouille dans son domaine, mais sans plus de talent.

Au bout de quelques minutes, une surprise de taille nous attend, la mission avait commencé au moment où nous avions mis les pieds dans le Cargo, fait bien ennuyeux puisque Nico pensait rencontrer Yantar afin de négocier les termes du contrat. Pour le coup les conditions du contrat étant aussi claire que de la roche, Nico grinça des dents tout en gardant le silence.
Plus grande surprise encore, nous nous dirigions vers le portail de saut menant à Vera Cruz, fronçant les sourcils Nico fût interrompu dans ses pensées avec l'intervention de Simak.

Mis à part Simak et Nico, l'équipage semble se satisfaire de la destination, Simak se sent alors obligé de nous apprendre qu'il est en quelques sortes malvenues à Vera Cruz, lieu ou il fût à la tête des Fouinard avant de se faire bannir suite à un conflit d'intérêt. Il reste influent, mais prend de gros risque à y retourner.

Le portail traversé, le vaisseau se détourne du vecteur vers Vera Cruz pour emprunter un champ d’astéroïde afin de camoufler son arrivé d’Artémus. Ici se trouve de nombreux vaisseaux qui attendent l'ouverture du passage.

20 heures plus tard arrivée au spatioport de Vera Cruz, à côté,  l’Agora et  accessoirement le siège des Fouinard, prochaine destination que nous rejoignons à la suite de nos collaborateurs. Le Navigateur nous informe que nous sommes attendu par un certain Karl Mart, référence sur les affaires du Spatioport.

Simak afin de limiter les risques, se présente au Fouinard vigile du jour, bien que nous ne comprenions pas le sens de cette discussion sans queue ni tête, nous sommes contraint à attendre que Simak règles ses affaires avec le Jonun, une pertes de temps d'autant plus que les pitreries du Fouinard commençait à agacer une partie de notre groupe. Toutefois avant le retour de Simak la situation se débloqua et nous putent aller rencontrer Hans Karl Mart.

Suite à cette rencontre, l'achat à bas prix d'un Escorteurs et d'un Grand Cargo devint notre objectif, il va sans dire qu'avec nos fonds limités, il n'y avait guère de nombreuses solutions d'acquisition. Les choses allant souvent de mal en pis, le Spatioport de Vera Cruz avait la particularité d'avoir un système d'arrimage par vaisseau, leur donnant un contrôle total sur les décollages.

Les caractérisques des vaisseaux était les suivantes.
Escorteur:
   En quarantaine
   Bras mécanique d'arrimage et désarrimage
   Verrou magnétique anti-décollage.
Grand Cargo:
   En quarantaine
   Bras mécanique d'arrimage et désarrimage
   Verrou magnétique anti-décollage.

Toutefois, Hans n'a pas été avare en informations, en plus des caractéristiques de la quarantaine excluant bien évidemment les raisons, nous avions un plan des patrouilles de surveillance ainsi que leur ronde, et des créneaux horaires pour décoller et d'autre à éviter. Toutes ces informations nous enlevaient une épine du pied, nous n'aurions pas à nous faire trop remarquer à cause de nos questions.
Suite à une discussion avec le Navigateur, nous apprenons que nous avons pour cible l'escorteur et lui le grand cargo

Suite à une analyse des lieux, nous finissons par définir un plan qui fera appel à l’aide de l’autre équipe afin de combiner nos efforts pour faire d’une pierre deux coups. Notre équipe aura pour mission de court-circuiter la chaine de commandement en piratant leur système de communication afin de pouvoir ordonner le déverrouillage des bras mécaniques pour le décollage. Les informations que nous avons collectée plus tôt s’avèrent enfin utile, l’autre équipe devra rendre inopérant les gardes du spatioport. Chaque équipe aura son spécialiste afin de s’occuper du verrou magnétique de nos cibles respectives.

Simak et Nadla vont récupérer un pass de technicien pour entrer dans la tour au cas où notre premier plan échouerait, Iphocène hack un nod pour envoyer l’ordre de décollage avec succès, pendant que Simak engage un fouinard pour ouvrir la serrure magnétique.

A l’heure indiquer les bras magnétiques libèrent les deux vaisseaux et l’autre équipage lance l’assaut avec un groupe d’Ukar qui stunt la plupart des gardes, appuyé par Simak et Nadla qui s’occupe des derniers debout.

Une fois les soldats mis hors jeu, le Fouinard engagé rate son coup et détruit ses outils au passage, il ne verra pas sa paie, mais à eu la bonne intuition de partir pour rester en vie.

Djine suite à l’utilisation de psychomancie chuinte le sabot, le vaisseau est libre et peu décoller, elle révèle donc une partie de ses pouvoir dans l’urgence de la situation, ceci dit la réussite de son action tient du miracl. . Pendant ce temps les Ukar prennent le Cargo et décollent.

Lors du passage de la porte de saut, Djine, Iphocène et Nadla perdent conscience, pendant qu’Ove et Nico sans le comprendre, subissent un message d’espoir incompréhensible directement dans leur esprit. Quand à Simak le message est clair mais dans une langue inconnue, de plus son esprit lui projette des vestiges Ur occupés par  un Vao, des Ukar et des Obun. Une fois l’événement terminé Nico récupère l’artéfact et le range dans son sac.


Chapitre VI : Un nouvel employeur

Quelques secondes plus tard une fois la porte de saut derrière nous, les Ukar nous indiquent les coordonnées de la Lunne d’Artemus Primat, sur laquelle se trouve une gigantesque base dans un cratère, de nombreux vaisseaux sont arrimés dont une frégate, et quelques vaisseaux militaires plus petits.

Yantar accepte alors de nous voir. La base n’est pas terminé et n’est pas totalement fonctionnel, car la terra formation n’est pas terminée, raison pour laquelle tout semble fonctionner au minimum de ses capacités. Appartement luxueux, spatioport,  son alliance lui apporte argent et tranquillité, la contrepartie, il alimente les ressources d’Artemus par le vol et devra défendre la planète en cas de besoin.

Yantar en vient alors aux fait, il nous propose une embauche, en échange, nous somme protéger des condamnations des juges d’Artémus sauf si réelle trahison. Pas de départ possible sauf si confiance totale, Nico grince des dents de nouveau.
Le premier but de notre casse n’était pas le vaisseau, mais l’artéfact qu’il souhaite alors récupérer, Simak commence à mentir mais Nico, alors en possession de l’objet,  lui tend et affirme son allégeance à Sven. Ne voyant pas de conflit d’intérêt, Yantar accepte alors sa non allégeance, Nico travaillera donc pour Yantar en parallèle de ses missions pour Sven tant qu’il ni a pas trahison.

Il nous congédie alors et nous envoi vers des chambres qui nous sont destinées, après nous avoir informé qu’Alundo donne aussi certaine mission personnellement. En gros l’équipage reçoit donc des ordres de Yantar et d’Alundo.


Edit MJ:+1 pex,et good comme résumé.
« Modifié: janvier 20, 2012, 02:21:20 am par Falnor »
Un contre tous! Tous contre un!

Hors ligne Serpent

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1514
  • Délinquante honoraire
    • Voir le profil
Re : Livre de bord.
« Réponse #2 le: février 18, 2012, 15:30:11 pm »
Partie du 22 Janvier

Journal de bord, VIPERE, anno 5002

Après une semaine de repos, l'équipe est convoquée par le nouveau patron, Yantar qui vient de nous trouver une utilité (yay! de l'action! ). Pressé de rendre sa base habitable, il veut commencer des travaux de terraformation dès qu'il aura mis la main sur un certain Kajtan Raytan, expert terraformateur. Petit problème, l'humain a été vu dernièrement sur Sutek (planète Hazat). Et devinez qui va devoir aller le chercher?
En bonus, il faudra ramener des documents en possession du terraformateur. Le fait que des rumeurs désignent Kajtan Raytan comme la cible d'une équipe d'Avestites n'est pas pour ravir tout le monde dans l'équipe mais bon, les ordres, c'est les ordres.

Juste le temps de réparer la brèche du vaisseau et le maquiller un peu et nous vlà partis pour un retour à la civilisation. Le voyage Artemus > Vera Cruz > Sutek s'effectue sans souçi cette fois. Sur place, le groupe ne perds pas de temps et va aux informations dans l'Agora.

Le résultat est peu encourageant. Parti avec une solide équipe de fouinards et de Psychomanciens dans 'les ruines de l'est', le type n'a plus été vu depuis 3 semaines. Et vu qu'il traine aussi ouvertement avec des pratiquants psy, une équipe d'illuminateurs' Avestis sont partis à ses trousses la semaine dernière. Espérons qu'on ne les rencontre pas...

Le Cap'tain et Simak partent en recon dans les ruines de l'est et découvrent que les lances flammes ambulants sont sur place en force. Ils semblent garder un immeuble de la 2nde république. Le reste du groupe prépare un peu de matos avant de les rejoindre.

Au soir, une tentative d'infiltration est lancée par l'équipe. Très vite repérés, les choses sont tout de suite parties en vrille. Entre les fous au lance flamme qui refusaient de crever, la tourelle qu'on avait pas vus et l'intervention d'une heu...lumière rougeoyante et de cris bizarres dans la nuit, l'équipage s'est retrouvé disséminé dans les ruines. Nadla y perds même son fusil laser. Pour une raison inconnue, le vaisseau Avesti a brusquement fui, abandonnant plusieurs membres à leur fatal destin. Ces derniers, soudain pris d'un comportement totalement anarchique commencent à s'attaquer entre eux, baragouinant dans une langue humaine inconnue. La même chose semble arriver à notre fouinard Simak qui perds conscience. Une fois les choses calmées, on constate cependant qu'il n'a rien.

L'opposition disparue, l'équipe se reforme et finit par entrer dans le fameux bâtiment où doit se trouver Kajtan Raytan et son groupe. Et là les choses sont devenues encore plus cheloues qu'à l’extérieur si c'est possible. Cadavres éventrés, traces de rituels occultes, odeur de sang, le ton est donné. Simak, qui décidément semble être le seul à avoir une idée de ce qui se trame, enjoint à l'équipage un silence absolu. Le reste du groupe commence à explorer en retenant leur estomac (ca va mieux après le 3ème cadavre, on commence à voir venir...). Les corps sont vite identifiés comme ceux de l'équipe d'exploration de Kajtan Raytan. Espérons que tout le monde n'y soit pas passé sinon adieu la mission. Durant tout le trajet, pas une âme qui vive. On suit les traces de sang vers les étages inférieurs.

Nous finissons par entrer dans une immense salle des machines. Certaines sont entre en état de marche. Tant de modernité. J'approuve et notre ingénieur Iphocène aussi. Dommage que Simak nous défende de toucher quoique ce soit. Je suis sure que certaines pièces aurait pu rapporter gros...

Bref, nous découvrons cadavre après cadavre dans la salle. Tous sacrifiés de façon atroce. Simak identifie cela comme des "sacrifices de porteur de lumière aux démons de l'ignorance" ou un truc dans le genre. C'est tellement charmant de se rendre compte qu'un de vos coéquipiers est visiblement antinomiste au milieu d'une base envahie par les démons...
Je désapprouve quand on me défends d'offrir une sépulture décente à un frère Ukar sacrifié pour une stupide mission d'humains. Mais si des démon rôdent...

Finalement Cap'tain Nico, attirée par le son faible d'une voix, découvre une salle adjacente ou se terre une loque humaine totalement traumatisée : Kajtan Raytan notre cible. Bonne nouvelle, il est encore vivant, mauvaise nouvelle, 3 semaine parmi les démons ne l'ont pas trop arrangé mentalement.

On ramasse donc le type et un paquet de documents. Tout le monde est ok pour filer au plus vite, d'autant que les Avestis peuvent se pointer a tout moment sans compter des choses plus sinistres. Mais personne n'est d'accord pour la voie a suivre. Certains veulent remonter en surface, d'autres passer par un égout découvert à proximité. L'équipage finit par se séparer, Simak et Iphocène d'un côté, Capt'ain Nico, Ove, Djinna et Nadla avec la marchandise de l'autre. On ne sait pas ce qui s'est passé entre le fouinard et le mécano mais tout le monde finit par se retrouver sans trop de souçis pour redescendre en ville.

Enfin dans un endroit qui n'est pas hanté par des démons et des Avestis, on ne perds pas de temps pour rentrer au bercail. A peine le temps de rendre les véhicules et décollage, direction Artemus Primat!

En route, les autres réussissent à tirer les vers du nez de Kajtan Raytan. D'après lui toute son équipe est morte. Ils ont mis la main sur des connaissances que des démons (de l'ignorance d'après Simak) ont tenté de reprendre. Visiblement les démons ont gagné. Le cap'tain ne manque pas de jeter un oeil aux documents qu'on ramène. N'ayant guère d'autre alternative, Kajtan est présenté successivement à Yantar puis à notre bon 'ami' Alundo X.

Le Consul à l'air d'être content et nous paye même 500 Phenix pour la peine. Pas assez pour acheter un blaster mais c'est un début...


Edit MJ:ce fut long mais tu l'as fait =1pex
« Modifié: février 18, 2012, 16:38:35 pm par Falnor »

Hors ligne Glayroc

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2816
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Livre de bord.
« Réponse #3 le: février 19, 2012, 20:06:46 pm »
Partie du 19/02/2012 :

Partie du 19/02/2012 :

Equipage du Gray Matter, capitaine Anna Valena, essaye d’avoir des rapports commerciaux avec tous ce qui bouge. Plusieurs portes de saut dont une qui mène vers le califat Kurgan, alliance possible avec Alundo X et les kurgans => développement de relation entre Yura et Artemus Prima.
Négation autour de ceci, ardue et elle veut avoir une escorte pour cette entreprise. L’équipage de l’Epervier est intéressé par  cette mission sachant que ceci permettrait de favoriser la terra formation de la Lune. Ils ont un gros cargo et ils ont un équipage assez important (12-13 membre d’équipage)

Points forts d’Artemus Primat : Armement technologiques, Machines pensantes

Points faibles d’Artemus Primat : Nourriture, Matériaux de construction, armement basique

Prise de contact avec des marchands d’Artemus Primat pour avoir des échantillons de marchandise

Départ d’Artemus vers Yura, voyage vers le portail comme d’habitude, passage sans soucis. Planète très loin du portail, pas visible sur les radars, champ d’astéroïdes autour du portail. Champ d’astéroïdes non naturels, présence de deux tourelles camouflés à la sortie du champ d’astéroïdes.
Arrivé sur un monde agricole plus primitif, gardes moins bien armés, calife Saliman de Yura, présentation des machines pensantes au calife qui semble plus évolué. Des érudits regardent les cadeaux. Situation de crise avec les hazats et ils veulent pour prouver notre bonne foi que nous mations une rébellion locale. C’est son frère (Saladin) qui est à la tête de la rébellion avec certaines de ses conseillers, attentat raté contre le calife, caché dans la foret, gain d’importance possible si elle n’est pas traitée. Un guide nous sera fourni pour le retrouver dans la foret. Le capitaine part avec le guide, le prêtre reste à méditer et le reste de l’équipage va se renseigner dans un bar en ville.

Dans un bar, on parle avec les locaux et ils semblent croire que l’Ur-ukar fait partie d’un Ordre, c’est une prophète. Les deux frères régnants se sont disputés le pouvoir, il y a un an et c’est Saladin qui était plus légitime (l’ainée). Mais son frère avait le soutien de l’armée et il a donc pu prendre le pouvoir. Les prophètes semblent tous être des Ur-Obuns ou tout du moins c’est ce qu’en laisse voir les livres.

Le lendemain, le Calife nous envoi à la suite du capitaine en forêt pour continuer à chercher le campement rebelle. Le capitaine arrive à la grotte et il est amené devant Saladin. Ils négocient ensemble ainsi qu’avec son conseiller Ur-Obun. Ils finissent par se mettre d’accord et le capitaine est logé dans la grotte. Saladin ne veut pas tuer son frère mais il veut reprendre son pouvoir même s’il doit le partager avec son frère. Les prophètes sont enfermés par les gardes de Saliman. Ils se mettent d’accord pour libérer les prophètes et les mener en ville pour qu’ils parlent à la population. Ils veulent amener un changement de pouvoir, Salimane devrait partir dans l’espace et Saladin gouvernera la planète. Le peuple est en liesse de voir les prophètes et Saliman accepte finalement  à contrecœur de repartir vers l’espace. Le capitaine, le pilote et le prêtre restent à discuter avec le covent de prophètes. Ils parlent des anciens et d’un mystérieux Vao qui serait partis avec une clé.

Saladin accepte de rédiger un traité commercial pour la vente d’armes et le transport d’un ambassadeur pour le retour sur Artemus Primat. Anna accepte de céder les codes de la porte de saut et elle a établi elle-aussi des accords commerciaux avec de nombreux commerçants. Le vaisseau est équipé d’une microchip qui lui permet d’être reconnus comme vaisseau kurgan par les systèmes de défense du califat.

L’équipage récupère la clé de saut Yura-Artemus et le capitaine la clé Yura-Vera Cruz. Le chemin de retour se passe sans trop de soucis. Le diplomate s’entretient avec Alundo X pour le bon déroulement de la mission et les choses semblent progresser dans le bon sens. Le capitaine récupère 300 fenix pour la caisse commune. Des accords se montent pour les membres de l’équipage.


Edit MJ:un peu léger quand même .... mais +1 Pex
« Modifié: février 19, 2012, 21:54:28 pm par Falnor »
Four Gods wait on the windowsill
    Where once eight Gods did war and will,
    And if the gods themselves may die,
    What does that say for you and I?

Hors ligne Oliarch Iraci

  • Newbie
  • *
  • Messages: 39
    • Voir le profil
Re : Livre de bord.
« Réponse #4 le: avril 11, 2012, 01:15:39 am »
Campagne 01 Scénario 04 - Partie du 25 Mars 2012

V E R S  L A  T E R R A F O R M A T I O N


I. I N G R E D I E N T S  E T  M E T A U X  L O U R D S

Voici l'aube d'une nouvelle mission;
en équipage réduit puisque notre mécano, notre fouinard et notre barbouze sont partis chercher la flamme de leur côté,
celle des fénix pour certains, au plus près des rondeurs de femmes pour d'autres.

Mais qu'à cela ne tienne, voici donc la crême de la crême de notre troupe partie mener à bien les aventures à bord de l'épervier (!);
Yangtar a deux requêtes pour notre compagnie :

- aider Le terraformateur à faire progresser ses travaux, afin d'accélérer la terraformation de la lune (en passant par Alundo X)
- explorer plus avant la piste des artefacts, en cherchant si possible à retrouver le Vao qui est passé sur Sutek.
Nous nous dépêchons auprès de la cour d'Alundo pour rencontrer notre réfugié scientifique, remis depuis peu de ses rencontres avec les ombres de l'obscurantisme.

Lorsque nous l'abordons, il se montre surpris que l'on ne nous ai pas encore communiqué la liste des matériaux nécessaires à la Terraformation;
En effet, celui ci s'attendait déjà à nous voir revenir....
Grincheux, il nous révèle ce dont il a besoin pour faire  éclater quelques étincelles  de vie sur la Lune d'Artémus, grâce aux machines restées sur place.

- deux condensateurs à capteur solaire (type croiseur tout de même)
- Une quantité de métal particulier pour la création de cuves
- des produits chimiques pour changer la composition des sols et atmosphère


L'ensemble de ces biens n'étant vraisemblablement pas disponible sur Artémus,
à nous de nous débrouiller pour aller sur d'autres planètes les récupérer, avec la mince somme de 700 Fénix.

Après un regard entendu, nous nous décidons de retourner sur le plus grand marché de technologie connu de par les mondes,
bercail de bien de nos membres:

Ligueheim.

II. U N  V O Y A G E  C H A O T I Q U E  &  U N E  A R R I V E E  F L A M B O Y A N T E

D'Aragon, à Ligueheim, nos trois compères sifflotent en attendant leur horaires de saut.
Mais à bien y regarder dans le flots de cargos et frégates, en station devant le portail,  deux vaisseaux se déplacent,
dont un qui nous parait bien trop familier:un escorteur et une frégate Avesti et transportant un bien connu archevêque à leur bord.

Et bien évidement, le petit escorteur arrive et nous aborde prétextant d'un controle de routine.
Trois sous fifres viennent nous  interroger, étrangement (ou pas) convaincu de nous avoir vu sur Sutek mais sans véritables preuves...
il ne faudra d'ailleurs compter ni sur nous ni sur notre ordinateur de bord pour leur en fournir.

La capitaine est cordialement invitée à venir discuter avec l'archeveque alors que les deux autres comparses s'occupent de fouiller notre vaisseau....
les meme questions reviennent,et bien qu'aucun indice tangible de notre présence sur Sutek ne filtre,
l'archeveque reste convaincu que notre honnete capitaine ment:
Il insiste sur la prolongation de son invitation jusqu'à Ligueheim.

Il est temps d'agir:

Prétextant d'aller chercher des affaires dans l'épervier (encore une histoire de précautions mensuelles?),
la capitaine passe, accueillie par les deux avesti et soudainement,dépressurise le sas: 
les deux guardes se font aspirer (la flamme vous inspirera peut etre une autre version de ce récit, libre à vous de voir ce que vous désirez dans les écritures....)

Autant dire que s'ensuit une échapée des plus rocambolesques:
deux tirs de barrages nous touchent et le passage de la porte se fait de justesse,
Djina esquivant la frégate mise en travers de notre passage en la frôlant du bout de la carlingue.

Arrivant dans l'espace surchargé de Ligueheim, notre vaisseau abimé se fond admirablement et rapidement dans la masse.
Chanceux de rencontrer un cargo amical, et aidé par l'aversion naturelle que provoquent les avesti,
L'épervier se pose sans encombre dans l'académie Aurige, se réfugier auprès des anciens élèves de la promo de Djina.

L'acceuil est cordial mais méfiant,
bien que bienveillant dans l'ensemble:
la capitaine mène les négociations, sachant qu'elle possède  des arguments de poids pour s'adresser aux Auriges:
des clefs de saut encore inconnues.

III. M A R C H A N D A G E S  E T  M Y S T I C I S M E

Les négociations se font simplement:
un avancement de 1000 fénix pour les marchandises dont nous avions besoin et la réparation de notre vaisseau contre les clefs de saut vers Yorah.

Après quelques réflexions le maester Aurige accepte d'affréter deux vaisseaux pour nous escorter dans ce monde Kurgan et mettre en place des accords commerciaux,
nous nous assurons de notre côté que ceux ci puissent arriver sain et saufs.

Notre arrivée pacifique dans l'atmosphère connue ne reserve que peu de surprises:
Saladin, en homme sage accepte bien volontier les propositions de commerce, offrant des informations et des possibilités de ressources jusqu'ici impensables pour un royaume Kurgan.

Profitant de cette étape, le prêtre insiste pour rendre visite aux prophètes, et repose quelques questions sur le Vao;
Après avoir répété leur histoire (le soleil tape fort sur Yorah) Les Obun acceptent de nous accompagner sur son lieu d'atterrissage.

Sur ce plateau desertique au sommet de la montagne, juste quelques légères traces subsistent.
Mais à ce contact, notre chère capitaine semble prise d'un malaise.
Un spasme, une paralysie plus tard, la capitaine semble plus que joyeuse. une volontée très forte la pousse à nous demander de retourner à Ligueheim.
Pour leur part, les guildiens sont amplement satisfaits : les accords prévoient quelques premier échantillons pour la mise en place d'un commerce régulier et florissant, tandis que la  deuxieme corvette nous ramene à Ligueheim.

Les Auriges ont tenu parole: notre Fier Epervier, bien que renommé Colibri, nous attend flambant (!) neuf; 
nous reste alors à aller chercher les informations et les marchandises dont nous avions besoin.

Alors que notre ukar part livrer un coli de la part de nos compagnons de la lune d'Artémus,
la capitaine essaye de marchander les condensateurs;
après avoir brillement introduit les plans de terraformation aux Ingénieurs les négociations se passent au mieux:
à 1100 fénix et l'ensemble de trois plans, les deux condensateurs seront chargés sur le vaisseau et nous y gagnons un nouveau bouclier à installer.
Continuant sur sa lancée et 400 Fénix plus tard l'ensemble des composants sont à nous.

IV. L A  P A R T  D E  L' O M B R E  :  S U R  L E S  T R A C E S  D E S  V A O S

De son côté le prêtre va chercher à la bibliothèque des informations correspondant aux faits divers, surnaturels et politiques correspondant à la période suivant directement la visite du Vao sur Yorah.
D'après les rumeurs relayées par le journal du pouvoir des guildes, l'empereur aurait rencontré un Vao sur Ligueheim lors de son séjour.

Auprès de la Chapelle Eskatonique, l'obun apprend le quartier de résidence de l'empereur, et le contenu de son séjour:
quelques discours devant les maitres des guildes et cette rencontre guardée secrète.

Cherchant à en savoir plus l'aurige et le prêtre s'enfoncent dans le quartier Ukar, à la rencontre d'un convent.

A la stupéfaction des deux éveillés, les palabres avec le nouveau guide du convent révèle que le Vao seraient sur la piste des artéfacts et donc probablement à notre recherche;
à quelles fins? quel est le réel pouvoir de ces pierres gravées? et de quoi est capable ce Vao?

C'est avec ces préoccupations  que notre compagnie retourne sur Artémus, sans encombre. 
Reynard , auprès duquel nous faisons valoir notre pénible labeur (700 Fénix) nous annonce que la terraformation pourra commencer dans 2 mois....
Pour sa part, Yangtar est aussi perturbé par les recherches des Vao:
Il nous rappelle que les Humains ne font a priori pas parti des races élues dans les traditions.

Il nous laisse quartier libre en ce qui concerne les artefacts et la possible arrivée du Vao,
sachant qu'un des chemins évident consiste en récupérer la clef dont nous avons entendu parlé sur Yorah.

A nous de choisir les prochains pas à faire, et comment les réaliser.

Conclusion de la capitaine:
"Nous avons mis les pieds dans quelque chose qui commence à nous dépasser"

O.



+5 XP par participant.
Edit MJ:+1 pex pour toi
« Modifié: avril 11, 2012, 02:10:55 am par Falnor »

Hors ligne Cramm

  • Newbie
  • *
  • Messages: 47
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Livre de bord.
« Réponse #5 le: avril 21, 2012, 13:47:08 pm »

SUR LA TRACE DES VAOS


Présent : Nico, Simak, Ovelan, Djinna

I. VERS UN MONDE UR-OBUN

Cette partie commence par un simple constat : plutôt que d'attendre que les vaos nous trouvent, il vaut mieux que nous allions à leur rencontre.
Après une longue matinée de discussion, nous concluons que le plus sage est de partir sur un monde où la domination humaine est moins présente. Nous voulons effectivement trouvé les vaos et l'artefact qu'ils (ou il) ont en leur possession, mais nous souhaitons le faire rapidement.

Nous primes donc la direction de Velisimil, la planète Ur-Obun en passant par Sutek et Bizantium pour faire au plus rapide. Malheureusement pour nous, l’aurige ur-ukar n’avait pas les clés nécessaires pour faire ce voyage (et oui, son absence d’ambition l’a toujours empêchée de progresser dans les rangs hiérarchique de sa guilde). Heureusement pour nous, Yantar pu nous fournir les clés nécessaires au voyage.

Lors du franchissement de la porte de Sutek vers Bizantium, le pilote ukar (dont je suis incapable de retenir le nom, il faut bien l'avouer) s'est trompé dans les temps d'ouverture de la porte. Volant de travers et manquant de nous couper en deux lors du passage de la porte, il a juste réussi à attirer l’attention d’une patrouille Hazat. Après avoir inspecté les papiers et la cargaison ils nous ont laissé repartir sans autres déconvenues (heureusement la capitaine est douée pour le baratin).

En chemin l’obun (dont je n’arrive pas à me rappeler le nom, franchement les xenomorphes …) voulu faire un arrêt à Bizantium, je ne sais pas exactement pourquoi. Du coup tout l'équipage pris une douzaine d'heures pour vaquer à diverses occupations personnelles, puis nous reprîmes la direction de Velisimil.



II. ARRIVEE SUR VELISIMIL

Arrivés à Velisimil, nous remarquons tout de suite la présence importante des Hawkwoods. Un gros bâtiment qui tâche franchement avec le reste de l’architecture obun se dresse non loin du spatioport, même si je dois avouer que moi personnellement j’en ai rien à branler de l’architecture.
Pour optimiser nos recherches, nous décidons de nous séparer. Je pars donc avec la capitaine au temple obun, tandis que l’ukar et l’obun vont voir du côté du temple eskatonique.

Les xenomorphes rencontre le responsable du temple et lui parle de beaucoup de choses xenomorphes (ils ont tenté de m’expliquer, ça parle de déclin des soleils, de personnes qualifiés, de pouvoirs paranormaux, de quel côté l’Eglise se tourne …). Mais vu le peu d'enthousiasme qu'il manifestait à leur répondre, ils ont fini par lui dessiner un signe bien particulier. Du coup le prêtre a eu l’air de comprendre ce qu'ils voulaient dire, et leur a indiqué une taverne dans les bas quartiers de la ville. Il leur a ensuite indiqué la bibliothèque obun pour répondre à toutes leurs autres questions.



III. LE TEMPLE OBUN

De notre côté nous nous rendons au temple. C’est une sorte de bol, avec à l'intérieur d’autres bols qui ont en leur sommet de larges trous concentriques, dans le but de laisser rentrer la lumière. Le bâtiment est assez épuré (c’est pas faux) et sur les murs intérieurs on trouve quelques écrit, mais c’est pas ... fais moi un test de connaissance langue obun ?
Le temple est un grand espace vide, et au centre se dresse un escalier dominé par un autel. Un prêtre obun est visiblement en train d'y prier.

Le moindre de nos pas résonne dans l'ensemble du bâtiment. Nous nous approchons du prêtre qui est la seule personne visible. Nous tentons de l'aborder, mais il nous ignore complétement. Nico se met alors a insister tant et plus qu'il finit par nous répondre sans se retourner. Nous comprenons vite qu'il est de mauvaise humeur et que les charmes de notre chère capitaine n'y changeront rien. De plus il semble assez méprisant envers les humains.

Après un test d’empathie + calme nous constatons qu'il nous explique qu'il n'a jamais vu de vaos sur la planète. A ce moment la capitaine a eu une petite absence et je suis obligé de la retenir pour éviter qu'elle ne s'évanouisse par terre (et je l'ai fais sans la peloter). Une fois revenue à elle, je décide de les quitter tous les deux pour aller à la bibliothèque obun. D'un les temples ne m'intéressent pas et de deux, je sentais que je n'étais pas en mesure d'apporter quoi que ce soit à cette discussion de sourds.

Après mon départ, Nico insiste à nouveau auprès du prêtre (elle est vraiment tétue). Elle va jusqu'à lui dire que nous sommes là car nous savons qu’un Vao est passé sur la planète il y a quelques mois. En désespoir de cause, elle lui parle d'une façon surprenante d'événements de sa petite enfance (au prêtre), ce qui le trouble énormément. Visiblement le prêtre doute, mais il nie toujours et devient de plus en plus agressif. Elle finit donc par sortir sans plus d'informations.

A la sortie elle rencontre nos deux compagnons xenomorphes et les briefe sur la discussion qu’elle vient d’avoir avec le prêtre dans le temple. L'obun décide d'entrer seul dans le temple. Il prend le temps de décrypter les écrits sur les murs puis il admire la lumière venant du plafond (Geoffrey fait de grand gestes pour expliquer l’incidence des rayons, même si bon … on s’en fou un peu de la lumière quoi). Le prêtre a manifestement disparu.

Il décide de prendre le temps de méditer un peu sur la situation. Mais il n’arrive pas à se concentrer suffisamment et a l’impression qu’un bruit sourd monte des profondeurs du temple (c’est vague, mais pour nous autres joueurs c’est suffisant comme éléments).
L’ukar entre à son tour et voit qu’il n’y a plus personne à part notre ami obun. Ils avancent alors tous les deux vers le centre du temple et grimpe les quelques marchent qui les mènent à l'autel. A ce moment ils réalisent que la luminosité ambiante augmente jusqu'à les éblouir, puis ils « voient la pierre se déformer, faire une espèce de descente, pas comme un escalier, mais un escalier en colimaçon pas vraiment avec des marches ».



IV. EN BAS DE CE QUI SEMBLE ETRE UN ESCALIER

Ils décident d’y descendre tous les deux et le passage de l’autel se referme derrière eux. Ils continuent de descendre pendant cinq bonnes minutes finissent par arriver dans une grande pièce pleine de monolithes couverts de runes annunakis luisantes dans le noir. Ils entendent aussi du bruit de l’autre côté de la salle, cachée par les monolithes.  L’obun éblouis par cette découverte se met à recopier frénétiquement les runes qu’il voit, tandis que l’ukar s’avance discrètement vers les sons et aperçoit de loin un obun en toge allongé par terre dans une position de prière.

Pendant ce temps Nico qui attendait à l'extérieur du temple s'impatiente. Elle rentre à nouveau, et découvre qu'il n'y a plus personne dans le temps et qu'il y fait nettement plus sombre.

Les xenomorphes, une fois remis de leur surprise, prennent la décision de révéler leur présence au prêtre obun. Ils s’avancent donc dans sa direction à découvert, mais le prêtre ne réagit pas, toujours allongé devant une sorte d'autel au fond de la pièce. Il reste totalement immobile et lorsque l’ukar le touche il s’effondre, du sang s’écoulant de ses poignets tranchés.

L’obun tente de le sauver mais il est trop tard. Il ressent alors une présence étrangère avec eux dans la pièce. Faisant appel à ses pouvoirs de prêtre eskatonique, il tente de se concentrer pour communiquer avec. La lumière des runes se met à vaciller, et il semble qu’une voix émane de l’ensemble des monolithes. L’obun colle ses mains sur la pierre la plus proche et s’effondre inconscient, mais vivant.

La capitaine, après avoir fait trois fois le tour du temple sans trouver personne s’assoit sur l’autel pour reprendre ses esprits quelques instants. La lumière ambiante augmente subitement et elle se sent basculer en arrière au moment où l'autel s'ouvre sous elle. Ainsi elle découvre le passage et après cinq minutes de marche, tombe sur les xenomorphes avec le prêtre, l'obun ayant l'air de se remettre sur ses jambes avec maladresse. Ce dernier remarque à ce moment qu’il a les veines légèrement fluorescentes et qu’à l’intérieur de sa main s'est dessiné des écrits anunakis.

La capitaine fouille le prêtre et l’autel, mais ne trouve pas ce qu’elle cherche.



V. PENDANT CE TEMPS A LA BIBLIOTHEQUE

De mon côté je cherche dans la bibliothèque des informations sur les vieilles légendes annunakis. Un assistant obun prend le temps de me faire toutes les traductions que je lui demande. J'y apprend que les obuns et les ukars sont issus de la même espèce. Ils sont en quelque sorte des cousins éloignés. Cette espèce (dont on ignore le nom) viendrait elle-même des annunakis. D’après les légendes ces deux peuples xenomorphes seraient donc le "peuple élu".

Je trouve aussi des textes parlant des vaos. Visiblement ils sont à considérer comme une sorte de peuple de messagers de la parole des annunakis, ce qui m’amène à penser qu’ils s'agit peut être de la plus vieille race de tout l'univers, vu qu'ils auraient vécu à l’époque des annunakis. Dans ces mêmes livres je trouve beaucoup de textes à propos du retour des anciens et de la renaissance du peuple Ur qui viendrait apporter l’équilibre dans l’univers (et dans la Force).



VI. LE CONVENT

Le reste de l'équipage tente de sortir de la crypte. Ils remontent l’escalier et arrivent sous l’autel fermé. Au moment où l’obun s’approche du passage fermé, il s’ouvre, comme réagissant à sa seule volonté. Ils sortent donc, et viennent me retrouver à la bibliothèque. De mon côté j'avais terminé mes recherches depuis déjà quelques temps, je les invite donc à remonter à bord du vaisseau pour y passer la nuit.

Après douze heures de sommeil, l'ukar et l'obun partent à nouveau ensemble dans les bas quartiers à la recherche de la taverne qu'on leur avait indiqué la veille. La capitaine et moi-même décidons de les rejoindre, mais nous nous attablons un peu plus loin. En discutant avec le responsable de l'établissement, nos confrères « différents » obtiennent l’adresse d’une autre auberge

Une fois sur place un obun de forte taille nous ouvre et nous fait signe d’entrer. Il nous explique rapidement que le prêtre du temple obun (celui qui est actuellement mort, les veines ouvertes dans le temple) est venu lui parler d’un messager. Ce dernier se serait présenté à lui pour accélérer l’accomplissement des prophéties il y a 3 mois, et que le retour des anciens était proche.
Ce retour des anciens ne peut se faire que grâce à un rituel. De plus ces prophéties parlent clairement de l’avènement de la race obun et ukar.

Puis il remarque que notre prêtre est légèrement luminescent et comprend que le prêtre obun est mort. Il nous annonce que le nouveau grand prêtre est notre compagnon. Il nous dit aussi que l’artefact est sur la planète et conservé par l'un des convents. Il nous demande de rester et convoque l’intégralité des convents qui nous rejoigne dans la pièce. On se retrouve à une quarantaine de personnes.

Notre obun géant revient avec une boîte dans laquelle se trouve l’artefact et demande au nouveau grand prêtre ce qu’il faut en faire. Notre grand prêtre demande à pouvoir méditer seul devant l’artefact. On lui propose d'aller dans une pièce au sous-sol pour s'y concentrer au calme. Il remonte quelques minutes seulement après, l’air perturbé et annonce que l’artefact doit rester sur Velisimil. Il déclare aussi qu’il veut voir les responsables de tous convents en entretien individuel.

Nous prîmes la direction du temple une fois la réunion terminée. La capitaine tente de persuader l’obun de prendre l’artefact avec nous et de repartir, pour éviter qu’il soit récupéré par les vaos. Mais l’obun est clairement hostile à l'idée. L'artefact restera donc pour le moment sur Velisimil, jusqu'à nouvel ordre.

FIN de la cinquième partie

Edit MJ
+4 PX pour tous
Et +1 pour thom pour ce super résumé.
« Modifié: avril 21, 2012, 18:21:31 pm par Falnor »
Sinon dans la vie, je suis Thomas !

Hors ligne Yume Avel

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 251
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Livre de bord.
« Réponse #6 le: novembre 11, 2012, 14:24:12 pm »
SAFARI sur Ungavorox.

Suite à notre rencontre avec un Vorox prénommé Grog’Nar sur Byzantium Secundus, nous partâmes donc à destination de Ungavorox.  Délaissant notre destination précédente Apshai. Quelle fut notre surprise de nous constater suivi arrivé au portail de saut.

Notre traversé fit escale momentanément à Ligueheim, faute de clefs de saut pour atteindre notre destination seul, tout autant que pour se camoufler de notre poursuivant.

J’accordais alors une permission à mon équipage, Peele donna un coup de jeune au vaisseau, si tenté est de qualifier sa peinture ainsi, avant de partir faire des emplettes et de me revenir avec un prix pour un Traducteur Universel. Djinna et Ovi préférèrent la pêche aux renseignements au sein du temple escatonique.

Une fois tous ces éléments réuni, je pris de nouveau contact avec nos amis Aurige pour trouver une caravane vers Ungavorox qui voudrait de nos gratuits services, et négocier un traducteur Vorox à un prix attractif.

Une fois les banalités administratives d’usage terminé, le Colibri pris son envol au sein d’une flotte marchante mieux protégé de la moyenne. Toutefois je commence à croire que notre bâtiment attire les avestis comme des mouches devant une <kof kof>, enfin bref.

Si un Symbiote n’avait pas tenté de forcé l’un des portails de saut, sans doute le navire avesti nous aurait il de nouveau attrapé. Un vrai miracle, alors qu’Ovi venait haranguer le Pancréateur, toutefois,  celui-ci priant souvent notre divin bienfaiteur, cela tiens peu être de la coïncidence. Hum … cette histoire d’artefact est déjà bien complexe, je laisse donc de côté mes intuitions sur la théologie.

Grâce à cet événement inattendu, les navires avestis se préparent à la bataille et nous franchîmes le dernier portail avant de longue heure en partance de Ligueheim.

Dès lors, notre traversée se fit sans encombre jusqu’à Ungavorox, ou nous nous posâmes dans une petite ville fortifiées entourée d’une Jungle impénétrable aux arbres immense.

Un immense temple de l’Eglise dominait la ville, et mon équipage ne tarda pas à débusqué un premier Vorox qui nous indiqua la position de mercenaire prêt à nous mener dans cette jungle redoutable.

Je pris partie d’aborder celui de ces autochtones qui me semble le plus fort et donc le plus apte à mener notre expéditions. Je lui parlais donc de Grog’Nar et de son message pour son père Trak’Nar, la montagne de muscle sembla bien connaitre ce nom et nous offrit ces services à titre gracieux en plus de ceux de trois de ses congénères, ainsi que le prêt de deux de leur immense monture, une espèce de bovidé, bien qu’immense fût un mot  de vocabulaire que je ne pensais guère utiliser dans chacune de mes pensées dès les premières minutes de nos départ.

En effet tout dans cette planète était démesuré, la flore, comme la faune, la traversée de la jungle, bien que mené dans le silence, était agrémenté de tout les bruits de la Jungle, chose sensiblement stressante. Les deux jours et demi de trajet annoncé se promettaient long et monotone.

La première nuit vint au bout de longue et interminables heures. Le chef de notre bande de guide, Ak’Not, nous fit fait escale dans une clairière ou il annonça cinq quart de vigie, je me proposais de prendre le dernier de ceux-ci, avant le petit matin. A peine le feu allumé que je sombrais dans un lourd sommeil.

Peele profita de l’occasion pour en apprendre plus sur nos amis, et je remercie le Pancréateur de n’avoir su qu’après nos safari que certaine créature de la jungle son si titanesque que l’un de ses yeux mesurait ma taille, enfin d’après Peele.
Lorsque vint mon tour, Ak’Not me réveilla et m’indiqua la présence d’un cadavre de tigre, qui à première vu mesurait ma taille … au garrot.

Je pris alors mon tour de garde assez sceptique sur ma capacité à voir un fauve fort et rapide et à prévenir les Vorox avant que celui me saute dessus, et sans émettre le moindre cri pour ne pas en attirer d’autres …
Préférant ne prendre aucun risque je pris le temps une fois toute la clique endormie et consulter l’avenir. Ma vision ne fût guère réjouissante, la nuit allait être calme, mais la journée de demain n’augurait pas de bons hospices. Je pris alors le temps de dessiner les créatures aperçu dans ma vision, une espèce de fauve encore plus gros que le cadavre devant moi, avec une promotion exception de quatre exemplaires offerts pour un premier gratuit.




Au réveil des Vorox, j’inventais un mensonge, déclarant avoir vu un groupe de ses créatures roder dans la nuit, et peu être même autour de nous la veille. Le visage sceptique sur la provenance des mes informations couplé à la mine inquiète d’Ak’Not, me fit prendre conscience du réel danger de ces créatures.

La matinée se déroula sans encombre, aux lueurs de l’après midi les premières inquiétudes se dessinèrent sur mes traits, et lorsqu’elles se transformèrent en certitude je fis des signes explicites et paniqué aux Vorox qui déjà stressés nous firent mettre pied à terre et entamèrent la chasse nous demandant de rester cacher aux milieux des montures. En temps de groupe de Pirate fort discipliné Peele sauta dans les pas des Vorox, suivi après quelques minutes de Ovi qui grâce à ses dons informa les Vorox de la présence de cinq de ses créatures et leur position. Ce qui en plus d’être une aide sans prix, fût aussi la pire nouvelle possible pour les Vorox qui se mirent en position stratégique de combat, prêt à recevoir la charge mortelle.

Le combat fût sanglant, du moins c’est ce qu’il m’a semblé une fois celui-ci terminé, de loin, derrière les montures, entrainant la mort d’un Vorox et la fierté de Peele après avoir abattu selon ses termes et achevé selon les miens, l’une des créatures qui avait reçu de plein fouet la grenade de Djinna. Mon intuition m’avait fait choisir Ak’Not, et j’en étais  plutôt contente, surtout après qu’il eut abattu quatre des cinq créatures.

Après que j’eus aidé Ak’Not à enterrer son compagnon, nous reprirent la route avec une escale, mais tous se déroula alors sans encombre.

Lorsque nous arrivâmes au village, Ak’Not nous mena à Trak’Nar, chef de son clan, après les salutations rituels et l’incrustation de Peele dans celle-ci, nous entamâmes enfin les discussions avec Trak’Nar, je lui fît par de notre objectif, la rechercher de leur prête, de leur artéfact, et de ma condition de prêtresse ainsi que la condition de prêtre d’Ovi.
Le chef nous informa de la disparition de son prêtre ou grand shaman et de l’artéfact et nous accorda de rencontrer le seul shaman restant. Mais avant tout, il nous offrit le gîte et nous nous reposâmes tous sans exception sur mes ordres.
Le lendemain nous fûmes mené au Shaman qui bien qu’avenant avec nous, ne nous appris guère rien de plus que l’existence d’un apprenti du grand shaman qui fut décédé il y a peu. J’envoyais alors mon équipe enquêter auprès de la famille, pendant que j’allais me « recueillir » sur la tombe du défunt.

Lorsque je partie voir de nouveau le chef du village mes compagnons me rejoignirent par hasard, et après les avoir de nouveau laissé s’entretenir avec celui-ci nous partîmes vers le nord, mené par Ak’Not, sans plus d’échange d’information.
Après une marche de deux heures et une petite séance d’escalade nous arrivâmes dans ce qui sembla être une grotte qui nous mena vers les ruines Anunaki. Celle-ci se situait au pied d’un immense arbre dans le flanc d’une montagne.
Bien que mon équipage proposa à Ak’Not d’aller toucher l’autel, dans le but probable d’en faire un prophète, je me précipitai avant lui afin de voir si je pouvais obtenir deux fois ce pouvoir. Cela m’entraina une nouvelle fois dans la vision du rituel, mais cette fois ci tous fût clair pour moi, je distinguais les artefacts, leurs couleurs, les prophètes, la clef, le messager, le pillier, les ombres sortant des stèles … et … je me réveillai dans le sanctuaire après m’a-t-on dit, un long moment d’inconscience.
(Pendant ce temps, Ovi et Djinna découvrirent la présence d’énergie vivante dans les stèles anunaki et Peele découvrait des traces de pas d’un Vorox et d’un humain)

Mon équipage semblait emballé par quelques découvertes à mon réveil, mais je ne sais pas encore lesquelles, en me retrouvant aux côtés d’Ak’Not, je lui évoquais la forte probabilité de décès de son prêtres, ce qui entraina une réaction immédiate sur lui, mais ce que j’avais appris isolait mes pensées des considérations extérieures, je n’avais plus qu’une idée en tête rentrer, ce que nous proposèrent les Vorox qui semblait entrée en guerre, contre qui et quoi, je ne m’en intéressait guère, il fallait assembler le puzzle de mes idées.

Nous reprirent le chemin de Bizantium Secundus, et j’apprenais alors à mon équipage, la forme et la couleur des artéfacts, la race que chacun d’entre représente, l’utilité de la clef du messager. Nous savions donc ou se trouvait la Pyramide Vorox … sur Artemus Primat … en possession d’Alundo.

La pose sur Byzantium nous permettrait de faire le point sur nos situations, et nos objectifs … à chacun.


Edit MJ:+5 Pex pour tout les présents
+1 encore pour Chris pour le résumé
-1 pour Laure qui n'a pas posté le dernier résumé
« Modifié: novembre 12, 2012, 12:30:45 pm par Falnor »
Un contre tous! Tous contre un!

Opale Campagnes  |  Fading Sun  |  IdF - Falnor (Modérateur: Falnor)  |  Livre de bord.
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !