gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102316 Messages dans 7472 Sujets par 914 Membres - Dernier membre: pepeARea novembre 15, 2019, 08:15:54 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Crypto (Modérateur: Crypto)  |  Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Return of Ze wheel of time (Oh yeah)  (Lu 18778 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Greg

  • Newbie
  • *
  • Messages: 20
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #105 le: octobre 11, 2008, 09:12:02 am »
Désolé Lady & Gents, je dois annuler semaine prochaine............... J'avais oublié la non présence de mon épouse toute la semaine et mes enfants se font pas encore à manger tous seuls à 7 et 4 ans.... (cette nouvelle génération n'est pas du tout autonome)

Voila, je suis honteux surtout que la dernière partie était très bien (même si Raegal jouait le rôle de Bernardo et moi celui de l'homme invisible)

Hors ligne Le Zakhan noir

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 264
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #106 le: octobre 14, 2008, 15:42:13 pm »
Bon, personne ne s'y est collé, c'est encore pour Bibi le résumé...

Bon, ouvrez bien les yeux, ça va être rapide comme une parole intelligente de Jean Pierre Pernot :
Après notre ballet tactique un pas en avant à deux contre dix et trois pas en arrière quand arrivent les renforts du villageface aux Sechuans (non non Crypto, pas Sonchons ou  Zichuons), on récupère Maianne , la nouvelle pelote à épingles du coin…
Grâce à la Sagesse évadée du coin, on apprend que Nadira Sedaï et son Lige sont retenue au village voisin tenu par une cinquantaine d’envahisseurs… la  sorcière * bruit de crachat * de Tar Valon a sans doute déjà été évacuée par dragon-cargo vers leurs lignes arrières, pour un subir un traitement mystérieux à base de colliers et de maîtresses… L’exil forcé, ça les a rendus sado-maso les Sechuans…
Sous l’œil étonné, un peu effrayé de Jean , nous n’appliquons pas le plan A, souvent utilisé dans la circonstance : charger en hurlant vers le village…
Les envahisseurs que même David Vincent, ceux-là, il les a pas vu, sont bien organisés, durs au mal, nous ont collé  une petite branlée dans la plaine  (enfin, sauf Raegal bien sûr) et surtout, ils ont vaincu une Aes Sedai et son Lige… Il va falloir…  (plissement de front, gouttes de sueur le long des tempes) … ruser.  Si si . Comment ? ah ben oh, faut pas trop en demander non plus hein ?
S’ensuivent quelques heures de conciliabules genre réunion d’état-major de généraux napoléoniens le cul dans la mousse  (pendant que Kenyal continue à s’amuser à jouer à recoudre les poupées humaines).
On entoure deux lieux stratégiques sur la carte : la grange où sont enfermés les villageois qui disent « non » aux 3 serments (le Lige y est peut-être ?)  et l’auberge squatée par la hiérarchie,  où d’innombrables renseignements doivent courir sur leurs petites pattes poilues

Pour rentrer dans le village sans prétention et ne pas se faire enfermer, il faut prêter les fameux serments… On a ce qu’il faut pour ça : Lahin, parfait pour sourire, promettre, jurer en croisant les dix doigts et les dix orteils… Et puis, il aime s’introduire partout Lahin, c’est sa spécialité
Grâce à Kenyal qui va chercher les armures de deux samouraï de la mer,  Raegal et Narashima peuvent se déguiser en soldats et bénéficier d’une grande liberté d’action dans le village. Il y a le barrage de la langue mais le vieux sang qui coule dans les veines de Narashima n’est pas là que pour détecter les pierres molles à 30 mètres, il sert aussi à rentrer dans une transe de drogué qui permet de parler en sino-japono-sechuan. Raegal, lui , jouera la brute muette, dans un rôle de composition confondant…
Narashima et ses talents abracadabrantesques en bluff, diplo et éloquence sera donc notre l’orateur-clef de cet épisode… Une foule en délire encourage Gurvann pour ce combat mental contre lui-même !
Pour se la jouer encore plus, on décide d’emmener un prisonnier, histoire de justifier un peu plus notre présence.  C’est un rôle ingrat et dangereux, qu’un rescapé courageux se propose de tenir, mais là Maianne, jette sans le savoir les dés pour un test de Karma, et fait un échec critique :   une voix bizarre dans sa tête la pousse à se porter volontaire, sûrement pour ne pas rester au camp s’ennuyer…  mais pourtant, ça a du bon l’ennui parfois…  c’est mieux que LES ennuis…
Donc en pleine nuit les trois compères rejoignent un village dans lequel  Lahin rôde et pine à tout va en dépit du couvre-feu,  se radinent dans l’auberge devant le gratin militaire sechuan . Le seigneur Tanak fait savoir que la prise de cette femelle est correcte et demande à une « damane » , soit une femme tenant une laisse étrange, de la « tester »… ??
Hein ???? la tester ???   ça pue ça… on dirait qu’elle cherche les femmes qui canalisent… mais comment diable pourraient-ils y a arriver sans Aes Sedaï ?
Devant nos yeux, et sans que nous puissions intervenir si nous voulons survivre, elle met Maianne en laisse comme un vulgaire cabot. Dès que le collier se referme, l’Aielle foldingue hurle de douleur,  se contorsionne, se tétanise, c’est horrible, et même si cette crétine a souvent besoin de bonnes leçons, là, c’est vraiment trop… La colère monte en Raegal, mais, un 35 et 3dk grillés plus tard,  il réussit à rester de marbre, limite en position du lotus…   bonne idée dans une salle remplie de guerriers chevronnés… Mais un loup peut manger de la viande froide, ils feraient mieux de se méfier…
En tous cas, ils emmènent une Maianne toute flasque à l’étage… tout est à refaire, et le temps nous est compté.
Enfin, nous sommes infiltrés à trois, dont deux sous uniforme,  l’espoir demeure…
A vous les studios

Hors ligne Crypto

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 45
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #107 le: octobre 15, 2008, 14:39:01 pm »
fait gaffe, y a un gars qui t'as balancé sur Casus No !
Mais quel triste sort que de se voir séparé du monde
Que de se sentir à l'étroit comme dans une tombe
Cloîtré, j'ai trop de mal à gérer
L'angoisse que l'incarcération finit par générer
Je voudrais pouvoir m'évader
M'enfuir loin d'ici

Hors ligne Le Zakhan noir

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 264
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #108 le: octobre 15, 2008, 17:15:34 pm »
une petite frappe de Cergy c'est ça? fais gaffe tu sais que je peux propager ton nom cassusien partout dans Aubervilliers...

Alahel, ça tourne vite en Allah, Hell...  et ça peut te causer quelques ennuis dans le quartier

Hors ligne Crypto

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 45
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #109 le: octobre 31, 2008, 12:23:46 pm »
Toc, toc, toc ...

Personne ....

Bon, allez, j'entre !

'tain la poussière qu'y a ici  ;D
Mais quel triste sort que de se voir séparé du monde
Que de se sentir à l'étroit comme dans une tombe
Cloîtré, j'ai trop de mal à gérer
L'angoisse que l'incarcération finit par générer
Je voudrais pouvoir m'évader
M'enfuir loin d'ici

Hors ligne Le Zakhan noir

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 264
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #110 le: octobre 31, 2008, 18:10:55 pm »
Tu sais... il suffit de frotter la lampe magique en disant ces mots :  "Grand Flood, ouvre-toi!"

c'est pas compliqué... même un Casussien peut piger ça non?   nyark

Hors ligne Le Zakhan noir

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 264
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #111 le: novembre 04, 2008, 12:28:26 pm »

Alors…
Petit recadrage accéléré :  nous devons sauver une Aes Sedai capturée par les Seanchans, nous savons qu’elle a été envoyée loin mais dans un village occupé se trouve encore son Lige prisonnier… Il faut le libérer…
Pas question de jouer les bourrins cette fois car il y a 50 soldats bien entraînés et équipés. On a joué la ruse en infiltrant 4 personnes : Lahin en villageois candide, qui se retrouve en semi-liberté, Raegal et Narashima déguisés en fantassins et amenant une fausse prisonnière, Maianne… Seul Kenyal reste dans les bois surveiller les chevaux et les blessés
Ce qui n’était pas prévu c’est que leur sorcière locale, la « suldam » devinerait que notre Aielle peut canaliser et lui mettrait un collier magique au cou, en l’emmenant à l’étage.  On avait terminé là, dans une intensité dramatique digne des meilleurs feuilletons au rabais…


Je repasse en mode « vue subjective »
Sans nous concerter avec Lahin, que nous  savons juste être dans les environs, nous décidons d’aller à la grange où est enfermé le Lige, pour le libérer. 
Lahin , justement, parlons-en… Il a suivi la scène de l’emprisonnement de Maianne en espionnant par la fenêtre. (en plein couvre-feu). Il décide de grimper à la paroi pour accéder à la chambre qui va bien, mais il oublie l’élementaire précaution de vérifier si la patrouille ne passe pas au mauvais moment… ce qu’elle fait bien entendu…   Devant leur questionnement suspicieux,  ce soi-disant baratineur génial bredouille une excuse lamentable , genre, c’est pas là la piscine, ah je croyais ? qui pousse les gardes à  l’arrêter…    (comment ça il a fait deux échecs critiques d’affilée ? me souviens pas moi…) L’avantage, c’est qu’il va être enfermé dans la grange avec le Lige qu’on doit libérer    (aah en fait je comprends maintenant, il a fait exprès, il est trop fort ce Lahin)

Il se retrouve donc dedans,  repère vite le Lige  (pas besoin de jet de Physionomie :   vous en feriez si vous cherchiez Mike Tyson dans une classe de 4è ?) au milieu de ceux qui n’auront désormais qu’un nom générique, et généreux :  les « pécors ». Il crochète la chaîne du gros monsieur, puis doit rapidement s’expliquer sur qui nous sommes, qu’on est venus le sauver tout ça tout ça…  Le Lige consent alors à le reposer au sol…
Ils décident de creuser une sortie à l’arrière, neutraliser la patrouille puis faire sortir les… les…  oui oui les pécors, vous avez suivi.

Sauf qu’au même moment, Narashima et moi (Raegal) déboulons, toujours déguisés, pour entrer dans la grange également.  Les gardes fixes nous ouvrent, nous précèdent à l’intérieur, et se rendent compte que la brutasse (qui au passage, a une jambe cassée, bon, ça le gratte un peu) n’est plus là…  Ca sent le roussi…
Un des gardes ordonne donc à l’autre d’aller sonner l’alarme. Narashima, qui a toujours son vieux sang qui bouillonne dans les veines, le fait planer, et, ce qui ne gâche rien, lui permet de comprendre et parler l’ancienne langue, plante alors pas surprise sa lame dans l’omoplate de celui qui s’apprête à sortir…
Là, je comprends (oui, moi je pige rien à leur charabia, je dois toujours réagir après coup) qu’il y a un problème, j’avise le garde restant au fond de la grange, il y a 6mètres entre nous,  j’invoque le pouvoir de Jonah Lomu, dieu des Buffles et des TGV, et je lui fonce dessus, bras et jambes écartées…   SCHPLAF , bruit de l’aterrissage…   CRRCC… bruit des côtes du garde…
Sur ce, entendant du bruit, le Lige et Lahin sont re-rentrés après avoir zigouillé leurs gardes et nous échappons à une mort réellement stupide (tués par le gars qu’on doit sauver, c’est digne du Groland) en parlant entre nous, ce qui provoque dans les cordes vocales de Lahin, un « Noooooon , arrête !! » salvateur.

Bon, la mission initiale est un succès :  nous pouvons faire sortir le Lige et les villa… euh non les pécors, mais il reste Maianne, enfermée et promise à un destin d’esclave… 
Ce serait une bonne occasion de nous débarrasser de cette psychopathe (même selon des critères Aiels) mais on a fini par s’attacher  à cette chauve qui pue des bras.
Pas question de s’en aller pour re-préparer un plan en toute tranquillité :  le vieux sang de Narashima va bientôt s’épuiser, et puis Maianne peut être transférée à Falme à dos de vouivre à  tout moment  (nos ennemis ont allumé des feux en ce sens)

Donc le plan :  (là, je vais vous demander de l’attention, faut suivre). On sait que Maianne est gardée à l’étage, par la suldam qui la contrôle grâce à son collier maléfique. L’idée est donc, pour Narahsima et moi, de   revenir à l’auberge-QG en tant que soldats (auréolés de la capture d’une sorcière, rappelons-le), monter à l’étage, trouver un prétexte bidon pour passer le garde (genre : nous apportons des renseignements à la suldam tirés de l’interrogatoire du Lige), neutraliser notre ennemie au bon moment , la forcer à enlever le collier du cou de Maianne  (le Lige nous a prévenus qu’il s’agissait d’un sangreal, un objet magique se situant bien au-delà de nos capacités de compréhension… et de destruction), puis fuir …
Si nous ne passons pas, il y a un plan B, que Lahin va de toute façon appliquer : grimper au mur de l’auberge (mais cette fois, il vérifie que personne ne le voit).

 Voici ce qui s’est déroulé, pendant que le Lige, Maynard ramenait les (allez, je veux vous entendre le dire…ça commence par un « p ») dans la forêt, vers notre Ogier placide.  Eh oui, avec nous , les Liges jouent les utilités… ça claque hein ?

Je vous la fais en temps réel, comme dans Arnaques, crimes et botanique :

Lahin : Il monte comme un cabri, se retrouve sur le balcon de la chambre…

Narash and me : nous entrons dans l’auberge, passons devant la grande salle où le seigneur seanchan Timak fête la capture de Maianne  (et là, gloups, la suldam est présente, avec son autre esclave… mince, notre prétexte pour aller la voir en haut disparaît… je regarde Narashima d’un air inquiet, espérant qu’il adaptera son baratin à cette nouvelle donne… Je ne peux rien lui dire : je suis officiellement muet.)  Nous grimpons les marches, nous présentons devant les sentinelles, et , en transpirant devant cet effort surhumain, Gurvan, enfin pardon Narahshima déclare vouloir apporter des infos importantes à la suldam…  Tsoin tsoin tsoin… les gardes lui répondent d’arrêter l’alcool, la suldam est en bas, pas dans la chambre de la prisonnière…   Y’en a qui n’ont pas besoin de dés pour nager dans le lac du fumble… On bat en retraite dans les escaliers et on se concerte pour essayer de rattraper le coup
Heureusement , Lahin est là…

Lahin : il rentre doucement dans la pièce, repère Maianne qui dort d’un sommeil sans rêve, épuisée, blessée.  Il la réveille doucement… c’est la pire chose qui pouvait lui arriver la pauvre, le souvenirs reviennent, l’atroce douleur aussi… Elle hurle   (le problème, c’est que le rôle play a été à la hauteur… notre MJ est peut-être chez Ikéa aujourd’hui pour s’acheter un nouveau tympan « design »).

Les gardes l’entendent ; nous aussi…
Les gardes ouvrent la porte ;  nous remontons l’escalier
Les gardes découvrent  Lahin , un sourire angoissé aux lèvres, une dague ébréchée  à la main, qui surplombe une Maianne qui donne quelques coups de pieds dans le vide… ; nous arrivons derrière les gardes…
Les gardes s’effondrent en avant, l’un assommé par mon bouclier, l’autre décapité par Narashima  (tuer les gens par derrière, si possible de manière bien gore, est sa nouvelle spécialité… heureusement qu’on ne joue pas à Star  Wars, hein, parce que le côté obscur lui tend les bras^)
Lahin respire un grand coup…

Bien, nous avons donc à nouveau un moment de répit pour nous organiser :

Maianne est bien là, presque vivante, mais aucun moyen d’enlever son foutu collier . Le plan est donc le suivant : cacher les corps dans une autre pièce, nettoyer la grosse mare de sang, cacher Lahin sur le balcon,  prendre la place des deux sentinelles, et attendre le retour de la suldam et de son esclave , attendre le bon moment pour agir et la forcer à libérer les deux femmes…

Nous faisons donc cela, et une heure plus tard (donc vers 1h du matin) , des gens montent l’escalier. D’abord le général du coin, qui rentre dans sa chambre (ouf c’est pas celle où j’ai foutu les cadavres sous le lit !!) puis la suldam, et sa pauvre proie tenue en laisse.

Elle entre, voit Maianne (qui s’est re-évanouie), s’apprête à attacher son autre esclave à la patère… et se fige
Brrllmmml  brllmmmm, roulement de tambours…
Elle a remarqué que la paillasse s’est bien réduite (on l’a utilisé pour éponger le sang) et a flairé l’odeur du sang   (une simple humaine comme elle a réussi cela… le frère Loup que je suis est vexé).  Narash et moi nous tournons vers elle, avec un air de déférence genre « oui, il y a un problème votre Altesse ? »
Elle nous ordonne de lui dire ce qui s’est passé ici
PAM PAM PAM POM POM  (nos cœurs, en symphonie)
Là, Narahsima  suite à mes indications foireuses lui explique que c’est la prisonnière qui a eu un coup de folie et s’est mutilée…   C’est complètement pas crédible , à cause du pouvoir du collier, mais comme nous ne le savons pas, et que Narahsima (le personnage) déploie des trésors d’imagination et d’expression faciale sincère dans son baratin  (putain, on a utilisé jusqu’au dernier dk !!), le doute s’insinue en elle, elle se baisse pour vérifier les bras de Maianne, et nous tourne le dos…

Là, franchement, en tous cas pour ma part, il y a un instant de jouissance intérieure… Tous ces ennemis redoutables qui nous tournent le dos, c’est à pleurer de bonheur…
Cette fois-ci j’opte pour un coup franc à la Ronald Koeman : avec mon pied lourdement botté, je shoote la tête de la suldam, lui faisant voler une dent qui décrit une arabesque mise en valeur par la lueur argentée de la lune qui filtre par les volets…  Ca provoque un gros cri de douleur de son esclave  (toujours ce maudit collier).
Grisé par le succès, je pense finir facilement la toute nouvelle édentée, mais bing, fumble, je cogne le mur et provoque un bruit sourd inquiétant…
Pas grave Narashima et Lahin s’en chargent, et au moment d’éclater la tête (oui, nous sommes de doux poètes, gentils, amicaux…) de l’esclave avant qu’elle ne hurle à nouveau, cette dernière le supplie d’arrêter. Non, elle ne criera pas promis, le charme qui la liait à la suldam est rompu maintenant qu’elle est assomée, et en plus, elle promet d’enlever les colliers…
Ahh ? ok, marché conclu
Elle s’execute, enlève le sien pour le placer sur le cou de la suldam, et vire également celui de Maianne..
Nous la réveillons en prenant soin d’étouffer ses cris, Lahin se charge de faire sortir par la fenêtre les deux femmes très affaiblies,  Narash et moi sortons tranquillement par la grande porte, toujours déguisés…  ( et réprimant une envie légitime de faire des bras d’honneur à gauche à droite pour leur signifier qu’on les a bien niqués)

On se retrouve derrière l’auberge,  et on profite d’une diversion de Kenyal, qui a allumé un feu en lisière du bois afin d’ attirer l’attention des soldats, pour s’enfuir de l’autre côté du village…

Avec l’aide du Lige, on finit par tous se retrouver à l’abri dans une clairière éloignée…
Là, on fait le bilan et on se dit :  bon, on libéré le Lige, on a sauvé Maianne, en prime on a sauvé une Sagesse promise à un destin horrible, la suldam est dans une merde noire,  le seigneur Timak va passer pour un con auprès des siens,  tout ça sans une goutte de NOTRE sang versée  (y’ a juste Lahin qui s’est foulé la cheville en descendant le long du mur), ça ressemble à belle victoire quand même…
D’ailleurs, le Lige, qui est du genre à rester impassible même si on tue un tyrannosaure à mains nues devant lui, nous a gratifiés d’un « pas mal… » évocateur

Jean, notre meujeu, a fouillé le friser pour voir si on avait pas des flacons d’EPO dissimulés…

Hors ligne VanFanel

  • Newbie
  • *
  • Messages: 21
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #112 le: novembre 04, 2008, 12:48:15 pm »
Ah oui, question à Jean. J'avais pensé récupérer l'A'dam que Maianne avait au cou histoire de l'étudier et qui sait, ça peut intéresser quelqu'un... Je l'ai évoqué oralement mais fin de partie + ma compétence en communication oblige, ça n'a pas été validé. C'est dans la poche ?

Merci pour ce résumé Seb !

Hors ligne Greg

  • Newbie
  • *
  • Messages: 20
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #113 le: novembre 08, 2008, 22:54:35 pm »
Merci pour le résumé Seb
Promis un jour j'en ferais un à ta place dès que j'aurai fini de que je n'aurai plus 3 campagnes en cours qui me prennent tout mon RPG Homework Time (Warhammer, Feng Shui, P13)

Je crois que vous avez trop pris l'habitude que je ne sois là qu'une séance sur 2, du coup la dernière Kaynial a pris le dessus sur Greg qui a disparu

Hors ligne Crypto

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 45
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #114 le: novembre 12, 2008, 14:26:13 pm »

Jean, notre meujeu, a fouillé le friser pour voir si on avait pas des flacons d’EPO dissimulés…


je déteste mettre les mains dans le crépu !

non mais
Mais quel triste sort que de se voir séparé du monde
Que de se sentir à l'étroit comme dans une tombe
Cloîtré, j'ai trop de mal à gérer
L'angoisse que l'incarcération finit par générer
Je voudrais pouvoir m'évader
M'enfuir loin d'ici

Hors ligne Crypto

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 45
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #115 le: novembre 12, 2008, 14:27:08 pm »
Ah oui, question à Jean. J'avais pensé récupérer l'A'dam que Maianne avait au cou histoire de l'étudier et qui sait, ça peut intéresser quelqu'un... Je l'ai évoqué oralement mais fin de partie + ma compétence en communication oblige, ça n'a pas été validé. C'est dans la poche ?

Merci pour ce résumé Seb !

rappelle le moi la prochaine fois stp
Mais quel triste sort que de se voir séparé du monde
Que de se sentir à l'étroit comme dans une tombe
Cloîtré, j'ai trop de mal à gérer
L'angoisse que l'incarcération finit par générer
Je voudrais pouvoir m'évader
M'enfuir loin d'ici

Hors ligne Le Zakhan noir

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 264
    • Voir le profil
Re : Re : Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #116 le: décembre 03, 2008, 11:12:31 am »
Ah oui, question à Jean. J'avais pensé récupérer l'A'dam que Maianne avait au cou histoire de l'étudier et qui sait, ça peut intéresser quelqu'un... Je l'ai évoqué oralement mais fin de partie + ma compétence en communication oblige, ça n'a pas été validé. C'est dans la poche ?

Merci pour ce résumé Seb !

rappelle le moi la prochaine fois stp

"Rappelle-le moi la prochaine fois stp"

Avec le recul, cette phrase aussi est foutrement sadique... lol

Bon, le résumé

Contexte : comme des superhéros survitaminés, on a infiltré un village infesté de militaires seanchans,  on a libéré Maianne l’Aielle, une petite jeune qui n’en veut et qui canalise, et Maynard,  le Lige qui court avec une jambe cassée…

On commence la séance en fanfare… Narashima, le garde volubile, a eu l’excellente idée de demander à la damane ? suldam ?(je confonds à chaque fois) de mettre le collier maléfique dans son sac une fois celui-ci retiré de son cou délicat…

Une fois notre évasion achevée, on prend du repos dans un village ou bosquet des alentours, et Narashima, tel le PJ moyen en rut devant les objets magiques, se précipite en bavant sur le sac pour étudier cet artefact qui promet…
 Et là, il se passe la même chose que quand un chanteur blond fait un salto arrière dans sa baignoire avec un grille-pain en marche planté dans le cul…   ou quand un gamin stupide s’accroche à une clôture électrifiée dans un parc à dinosaures alors qu’on lui demande de sauter…   bref, Narash hurle de douleur et s’effondre, sur un simple contact…

L’Ogier, qui est sextuple Prix Nobel de médecine, va pour le soigner, mais le Lige l’a précédé : il pose son épée sur la gorge de notre ami évanoui, et se tâte… Car voilà, apparemment, les seuls à être sensibles à la puissance du collier sont les personnes qui ont le potentiel pour canaliser…
Alors, avec les femmes, ça se passe bien, on les envoie juste au couvent magique…
Mais avec les hommes (qui finissent par devenir des fous destructeurs, des faux Dragons asservis à leur propre pouvoir magique), ben, on les envoie au couvent magique aussi, mais pour, dans le désordre, les castrer, les lobotomiser, les cramer au bûcher, les pendre, leur offrir des CD de Valéry Giscard d’Estaing jouant de l’accordéon…


Là, en y réfléchissant, on est quand même très très forts…, uniques même

En quelques séances qui correspondent à plusieurs semaines pour nos persos,  on a réussi à :

      *  griller que mon perso, Raegal, est un Frère-loup, dangereux et lynchable par une foule plus vindicative qu’une autre   (bon, avec les yeux jaunes, c’est dur à cacher en même temps),  et ancien Blanc Manteau, ce qui ne gâche rien…

·   griller  devant une Aes Sedai que les Aielles peuvent canaliser , ce qui signifie que de grandes razzias de jeunes filles du désert sont à prévoir dans le futur, bouleversant l’équilibre politique du monde…

·   griller que l’un d’entre nous est un faux Dragon, la pire engance pour tout un chacun, et ce , devant un Lige bien sûr, sinon c’est pas drôle…


Vous allez voir que bientôt Lahin le Ménestrel bouillaveur va se révéler être un Prince Seanchan recherché par toutes les polices de la mer,    et Kenyal, si ça se trouve, est le premier Ogier du monde à être un Réprouvé du 9è cercle avec des cornes cachées sous ses longues oreilles…

Bon… Le Lige consent à ne pas exécuter  Narash, mais doit le mener à Tar Valon (pour qu’il subisse ce que je vous ai catalogué plus haut), après avoir libéré sa maîtresse, toujours prisonnière des Seanchans au port de Falme, sur la pointe de Toman   (là où sont arrivé les envahisseurs en fait)

Nous ne laisserons pas notre ami seul face à son destin peu reluisant, donc nous sommes forcés de voyager ensemble…

On voyage quelques jours, et rien de notable à part des villageois apeurés, des patrouilles à la con, et… le réveil de Narahsima,  qui excite un peu le Lige, mais il finit par comprendre que pour l’instant, notre glorieux soldat ne peut pas plus canaliser qu’enflammer une foule par un beau discours…

Falme , on y arrive… notre première ville, c’est beau…  Ca ressemble à un peu à Dunkerque sous occupation allemande en 1940…   On essaye de cacher nos armes et de marcher en canard les uns loin des autres pour ne pas attirer l’attention des patrouilles.

On finit par trouver une taverne miteuse près des docks, un des seuls établissements qui n’est pas réquisitionné par le soldats  ( trop de vermine par centimètre cube de soupe)

On a réussi à savoir que le grand bâtiment du bourgmestre abrite des cellules , et que les femmes qui canalisent y sont parquées…   On se conciliabule la gueule pour établir un pan d’action à la ciboulette…  (genre, équipe de jour et de nuit en surveillance pour voir qui a accès au manoir,  quels types de domestiques, etc etc…)  quand soudain,  une annonce est hurlée dans la rue :  « le seigneur Tarak  (le boss seanchan du coin) a été assassiné !!!! »
On a à peine le temps de mettre la tête à la fenêtre pour voir ce qui se passe, que FLOOORRRSCH !  une boule de feu de compèt traverse la rue et rase de près notre auberge…

Là,  monsieur MJ décide d’arrêter la partie, pour ménager le suspens... Devant nos mines déconfites, il se ravise, et décide de continuer …

On se dit donc « merde, c’est quoi cette boule de feu », quand soudain, FLOOOOOORSCH ! une autre arrive, et cette fois, pile poil sur notre auberge, qui commence à s’embraser, avec nous dedans…

Et là, Jean dit, :  « Stop ! la suite à la prochaine… » 
Je crois qu’on a retrouvé récemment des manuscrits inédits du Marquis de Sade, où il expliquait, d’une écriture tremblante, que Crypto lui faisait peur…

« Modifié: décembre 03, 2008, 11:19:10 am par Le Zakhan noir »

Hors ligne Le Zakhan noir

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 264
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #117 le: mars 03, 2009, 12:05:13 pm »

Bon, cette fois, on a joué.
Rappel du contexte : nous sommes à Falme pour délivrer une Aes Sedai aux mains des Seanchans. A peine installés dans un bouge des docks, et après de longues palabres pour monter un plan d’infiltration de la forteresse, les événements se précipitent : on annonce que le seigneur Turak qui commande les envahisseurs, a été assassiné ! Dans la foulée, deux boules de feu explosent dans le quartier, dont une sur notre auberge.
Moteur, action !
Nous sortons en catastrophe, Narashima, avec sa belle gueule et son haleine humaine, sauve des flammes une petite fille qui avait peur du loup.

Lahin, ragaillardi par la pollution urbaine et Maianne, l’apprentie-civilisée, explorent le quartier pour comprendre ce qui se passe.
Ils ne tardent pas à repérer une patrouille étrange, composée d’un officier, sept soldats dont un montant un énorme « crapours », une sulda’m tenant en laisse une damane … à la chevelure rousse flamboyante. Y’a pas mal de chances que ce soit l’Aes Sedai que nous voulons libérer (en fait , nous sommes dans un jeu de rôle med-fan : C’EST forcément la personne que nous devons libérer). Nous noterons au passage le fantasme profond d’Alahel sur les femmes rousses (si elle avait vraiment des cheveux de feu dans le bouquin, il nous aurait montré une illustration, il ne l’a pas fait CQFD) je comprends mieux son goût immodéré pour Mylène Farmer

Maianne revient nous prévenir pendant que Lahin serpente entre les porches pour suivre nos proies.
Maynard, le Lige, ne réfléchit pas, il fonce à leur poursuite, Narashima et moi (Raegal) à ses côtés.

Nous les rattrapons sur un quai, alors qu’il devient clair qu’ils veulent embarquer sur l’un des très nombreux navires de leur flotte de guerre. (au passage, ça a vraiment l’air d’être la débandade , on ne sait toujours pas qui a tué leur seigneur, mais il devait être puissant)

S’ils arrivent aux navires , nous devrons faire face à beaucoup trop d’ennemis. Maianne et moi sortons nos arcs. Elle enflamme ses flèches et vise les voiles d’un navire, pour faire diversion. Moi, je prends mon temps, la sueur coule sur mes tempes, je me concentre (bling bling les dk) et schlac ! j’atteins la sulda’m en pleine tête. Elle s’effondre, morte, et par le pouvoir du collier maléfique ( et ancestral aussi) l’Aes Sedai ressent sa douleur et s’évanouit. Au moins elle n’utilisera pas sa magie contre nous. Le Lige, même s’il avait été prévenu, me fusille du regard, puis charge la patrouille.

Le dompteur de grolm (pardon, de « crapours ») se met en travers de son chemin. Le combat s’annonce intéressant, mais je viens mettre mon grain de sel : prenant appui sur des caisses et des tonneaux, je bondis en triple axel loop pour atterrir sur le monstre, derrière le dompteur, que j’expédie d’un coup dans la flotte. La bête se cabre, je me prépare à un rodéo dangereux, mais du coup elle oublie le Lige, erreur fatale : dans un mouvement fluide et racé, il manque tout juste de la décapiter… La tête pendouillante, elle tombe à son tour dans l’eau, aspergeant toute la troupe dans un fracas liquide. Avec un petit bond, j’évite d’être emporté et me retrouve sur le quai.

Narashima, le Lige et moi nous approchons menaçants, des soldats restants, qui sont regroupés en formation défensive, lances en avant, coincés qu’il sont entre nous et la flotte. Seule leur discipline militaire exemplaire et la présence de leur chef les empêche de se débiner après ce qu’ils viennent de voir

Nous leur suggérons virilement de fuir, car seule la femme évanouie nous intéresse. Ils hésitent, puis leur chef prend ses responsabilités et se propose de nous vaincre tous, un par un, en combat singulier. Sur un pêché d’orgeuil, (ou influencé par la fougue du loup qui est en moi…), je fais un pas en avant une seconde avant le Lige et c’est donc moi qui m’y colle. Aidé par mon statut de taver’en (comprenez par des jets de dés assez monstrueux), je finis par le vaincre non sans avoir reçu une dose respectable de blessures bien saignantes au torse et aux bras.

Maianne l’Aielle s’amuse alors à menacer les soldats restants, et parvient à leur faire avouer que toutes les damanes sont ré-embarquées sur les navires, qu’il en reste peut-être quelques-unes au fortin.

Le Lige s’est précipité sur l’Aes Sedai toujours accrochée au cadavre de la suldam. Ouuuf, elle a survécu (et du coup moi aussi je vais vivre). Nous lui ôtons son collier maléfique, que Narashima ne cherche curieusement pas à dérober cette fois. (les expériences pavloviennes sont réellement convaincantes)

Nous retournons le plus discrètement possible près de l’auberge cramée où Kenyal l’Ogier a installé son hôpital de campagne. Nous remarquons que les rues sont désertes, ni passants, ni soldats, étrange…

Demi-Lune mon fidèle compagnon lupin, m’apprend par les pensées qu’une armée de cavaliers approche. Il me confirmera un peu plus tard, en grognant sévèrement, qu’il sont vêtus de longues capes et de boucliers blancs. Damned, les Blancs Manteaux ! Nous avons deux fois plus de raisons de décamper d’ici. Mais nous craignons que la cité soit en état de siège.
Une approche discrète d’une des portes nous apprend qu’ il n’en est rien. Les vantaux sont grand ouverts, et personne en faction, même sur le chemin de ronde.

Nous profitons de l’aubaine et sortons tous de ce guêpier. Lahin et Maianne aperçoivent au loin dans la plaine l’explication de ce mystère : l’armée des seanchans est stationnée au complet (infanterie, archers, cavalerie de monstres, suldam’s et leurs damanes en laisse). Qu’attendent-ils ? La cavalerie blanc-manteau qui approche ? Nous ne savons pas, et personne ne suggère d’aller leur demander…

Nous nous dirigeons de l’autre côté, vers des bâtiments agricoles et un large enclos où nous pourrons prendre des chevaux. Au passage, nous entendons des cliquetis, signes d’un combat proche. Maianne et moi partons en reconnaissance, et voyons, à ,une certaine distance, dix soldats seanchans attaquant de toute parts un colosse vêtu et coiffé comme un guerrier du Shienar, lointaine contrée du Nord-Est perpétuellement confrontée à la corruption de la Grande Devastation… Que fait-il à des milliers de kilomètres de chez lui ? Le voyant s’écrouler, et révoltés par la lâcheté des soldats, nous appelons nos amis en renfort et commençons à leur décocher des flèches dessus (ce qui est beaucoup moins lâche, car nous , nous sommes des héros)

Nos ennemis nous chargent en deux vagues de cinq, que nos flèches puis le concours brutal du Lige, de Narshima et du ménestrel Lahin (si ,si, il a décidé de se salir un peu les mains cette fois-ci, bon, avec un coup de dague en traître par derrière évidemment, mais c’est déjà ça) réduisent rapidement à néant. Nous sommes hélas arrivés trop tard pour sauver le colosse, qui a une lance plantée en travers du corps. Le Lige lui ferme les yeux avec respect puis nous fuyons enfin, la troupe complète plus le Lige, l’Aes Sedai inconsciente, la damane que nous avions sauvée au village la dernière fois, quelques ecchymoses, taillades et cicatrices, et un paquet de questions angoissantes dans le crâne :

·qui a tué le seigneur Turak ?
·que viennent foutre les Blancs Manteaux dans ce merdier ?
·qui était ce malheureux guerrier shienar ?
·pourquoi Lahin n’arrive jamais à rester plus d’une journée en ville, lui qui déteste la campagne?

Nous aurons certaines réponses au prochain épisode

Hors ligne Crypto

  • Moderator
  • *****
  • Messages: 45
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #118 le: mars 25, 2009, 19:04:37 pm »
Wheel of time hier, par le Zakhan Noir

MJ : Crypto, moi (le paresseux du CR)

Bon, pour le contexte, vous regardez l’épisode précédent… Il est introuvable ? les aléas d’un forum…

Autant le dire tout de suite, l’unité de lieu a été respectée, on a passé toute la séance dans les baraquements fermiers (avec grange et étable) dans lesquels nous nous étions réfugiés en fuyant de Falme.

Après avoir installé Megda Sedai, tout juste sauvée (mais toujours dans un étrange coma) dans la paille et le foin avec l’Ogier, Maianne et Raegal s’installent sur le toit de deux bâtiments, en mode camouflage de campagne, pour avoir une vue imprenable sur la plaine et l’armée seanchane massée au pied des murailles. L’armée seanchane et….. la marée de cavaliers Blancs Manteaux qui vient d’apparaître au sommet de la colline. Purée, il va y avoir du sport très bientôt dans les parages… Et on ne peut se fier à aucune des deux forces en présence… géniaaal.

On tergiverse un peu sur la conduite à tenir, quand une escouade d’éclaireurs blancs manteaux trottine vers nos baraquements, en mission de reconnaissance. Tout le monde se cache dans la grange, à part, si vous avez bien suivi, les deux archers snipers sur les toits.

Lahin, qui compte sur sa bonne étoile et sa langue bien pendue, décide de se montrer pour se faire passer pour un marchand en détresse… Méfiants, les soldats l’interrogent puis le poussent à fuir, avant qu’ils ne changent d’avis. Ils fouillent sommairement les environs et ne trouvent pas nos compagnons… oufff, ils vont tourner bride. Sauf que…Lahin, en sortant, décide de rester dans le coin pour les espionner, et se fait repérer comme un bleu. Ils le font revenir dans la cour, le fouillent, découvrent une bourde remplie de pièces d’or bien trop lourde pour un petit marchand, et décident de l’arrêter pour le mener au camp des Blancs Manteaux…

Damned, on n’a plus le choix, il faut intervenir, Raegal et Maianne criblent donc de flèches les éclaireurs, et Narashima « Gros-bâton » vient leur prêter main forte. Dans la confusion et les hennissements de douleur (eh oui, les chevaux, toujours les premières victimes des attaques stratégiques), le sort des 4 ennemis est vite réglé, seul un d’entre eux survit, et se rend. Nous le laissons partir, car nous ne craignons pas grand chose : la bataille fait rage avec férocité dans la plaine, les charges des cavaliers blancs manteaux commençant à mettre à mal les défenses des envahisseurs de la mer. Un régiment parvient d’ailleurs à entrer au grand galop dans Falme.

Re-tergiversations sur la conduite à tenir, car pour fuir, il faut traverser peu ou prou le champ de bataille, avec des blessés. La forêt et ses zones d’ombres salvatrices est assez loin…

C’est à ce moment qu’un grolm des seanchans , lardé de flèches et ivre de fureur, déboule dans notre secteur. Un grolm, c’est un ours gigantesque, plus musclé, avec l’épaisseur de peau de trois rhinocéros et la gueule d’un crapaud mâtiné de T-Rex… (nous l’appelons affectueusement le « crapours » Avec un peu de magie aielle, on se cache d’abord en espérant qu’il se casse, mais il flaire l’odeur de nos chevaux et se prépare à les bouffer… On décide de lui tirer dessus, mais ça ne fait que l’énerver encore plus. Il défonce une charrette et bouffe deux chevaux…

Dans la grange, tout le monde s’engueule sur ce qu’il faut faire, comme dans un conseil de guerre du village d’Astérix, la potion magique en moins… Maianne hurle très fort pour défendre son point de vue : évacuer en vitesse (où ????) et brûler la grange pour faire fuir la bête.

Ses cris finissent par attirer la chose, qui nous charge en défonçant une palissade… Le Lige sert enfin à quelque chose en faisant front, Narashima se jette héroïquement en avant, brise la charge du monstre avec un coup de bâton bien placé, avant de voler à 10 mètres sur un coup de patte rageur…
Le Lige met un coup hallucinant qui tranche une oreille, entaille la face et perce un oeil
Raegal compte impressionner son monde en chargeant, mais glisse comme une bouse sur le sang et rebondit, avec ses 60 kgs, sur les 300 du monstre…

Un autre coup raté plus tard, il se fait « légèrement » éventrer par les griffes, et se retrouve, comme Narash, dans un état critique…

Finalement Maianne, qui avait déjà commencé à enflammer les flèches plantées dans le corps cuirassé, passe à la vitesse supérieure et enflamme une botte de foin. Effectivement, c’en est trop pour le crapours, qui détale. Problème : la grange va prendre vraiment feu d’une minute à l’autre. L’Ogier emmène Magda Sedaï et la jeune damane qui nous suit, et Le Lige, Narash et Raegal tentent à grands coups de pieds d’étouffer les flammes…
Que ce fut laborieux mes amis ! On a passé facilement 15 mn (une vingtaine de jets) à danser comme des pieds tendres pour éviter l’embrasement. Finalement on y est arrivés et on est ressortis noircis et fumants…

Le problème reste entier : que fait-on ? fuit-on ? attend-on la fin des combats ? prononce-t-on une fois de plus le son « on » ?

Maianne retourne en haut observer la bataille, pendant que Raegal va se faire soigner par docteur Kenyal.

La situation évolue lentement, toujours en faveur des Blancs Manteaux. Soudain, un son déchirant déchire les cieux, couvrant sans problème la cacophonie sanglante de la bataille… Un son de cor. Non, ce n’est ni Roland, ni Boromir… Le son est puissant, vrillant, prolongé, et tous semblent se figer un instant devant ce phénomène .

Soudain, venue de nulle part, une brume apparaît au centre de la plaine, et une troupe étrange, hétéroclite, sort de la brume. Des cavaliers, bizarrement accoutrés, aux armes d’un autre temps, qui semble presque galoper au dessus du sol… Le genre de spectacle auquel on assiste rarement… et qui n’augure rien de bien folichon

Ils se dirigent vers la ville. Une fois l’émerveillement craintif passé, Maianne se rend compte qu’un commando seanchan, formé de soldats montés et de damanes/suldams (esclaves en collier pouvant canaliser) piste la troupe mystérieuse. Elle transmet l’info et le Lige dit qu’il faut les arrêter… De qui parlait-il ? Raegal et Nrashima sont « out », en attente de soins, et Lahin débat avec Maianne sur, encore une fois, la conduite à tenir. Faut-il tirer ? Sur qui ? la troupe ? le commando qui la talonne ?
Dans l’urgence, nous attendons…

Le commando seanchan rattrape progressivement les cavaliers brumeux, une des damanes invoque alors une boule de feu respectable qui va exploser sur l’arrière garde de la troupe, mettant hors de combats uen dizaine de cavaliers…
Ah !! C’est clair, les seanchans et les brumeux ne sont pas copain-copain…
Le Lige, qui nous maudit au passage pour notre inaction, hurle et fonce vers les lieux, en délaissant son Aes Sedai !! Ca doit donc être terriblement important…
Réalisant leur méprise, Maianne et Lahin réagissent différemment. Le ménestrel plisse le front et réfléchit, Maianne fonce à la suite du Lige.

Bien lui en prend car l’autre damane se prépare elle aussi à lancer une boule de feu. Maianne dégaine son arc et à la deuxième flèche, tue la sudalm (et neutralise donc la damane en même temps, en vertu de la loi du collier maléfique, l’aldam)

Mais rien n’est gagné, il reste un couple damane/suldam, et deux soldats montés sur des monstres… Les étranges cavaliers, désormais diminués, continuent comme si de rien n’était, et Le Lige charge en hurlant les seanchans. Maianne aussi…

Ils ne sont que deux…
POM
Ils font face à un commando puissant
POM POM
Si l’en croit la rage du Lige, ils n’ont pas le droit d’échouer
POM POM POM
L’issue de cette bataille se joue peut-être maintenant, ici.
POM POM POM POM

Enfin, ce sera ici, mais plus tard, car il est minuit, et tout le monde remballe ses affaires. La suite au prochain épisode…
Mais quel triste sort que de se voir séparé du monde
Que de se sentir à l'étroit comme dans une tombe
Cloîtré, j'ai trop de mal à gérer
L'angoisse que l'incarcération finit par générer
Je voudrais pouvoir m'évader
M'enfuir loin d'ici

Hors ligne VanFanel

  • Newbie
  • *
  • Messages: 21
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
« Réponse #119 le: novembre 26, 2010, 19:45:04 pm »
Mais lol ce squatt !

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Crypto (Modérateur: Crypto)  |  Return of Ze wheel of time (Oh yeah)
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !