gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102357 Messages dans 7487 Sujets par 905 Membres - Dernier membre: pepeARea mars 30, 2020, 19:08:25 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Raziel  |  Rapport de mission (Modérateur: Raziel)  |  Rapport de mission
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Rapport de mission  (Lu 6794 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Rapport de mission
« le: septembre 17, 2010, 21:47:21 pm »
PROLOGUE

Dr Jonathan Stone

Aujourd'hui, petit changement dans notre morne routine. Les rumeurs s'avèrent exactes : on va bientôt sortir.
J'ai été convoqué par le chef de l'abri avec "l'hérétique", Johnny "be bad" et Andrew Sheppard. Une tête brûlée, un mécano bad boy et un ex-bidasse taulard. Je ne vois vraiment pas ce que je fous avec ces gus, mais on avait besoin d'un toubib pour une mission de reconnaissance à l'extérieur, et forcément, je suis le docteur le moins indispensable (ou le moins désirable) de notre charmante communauté. Le chef nous donne l'occasion de "devenir des héros". Je crois que les trois autres s'en tapent tout autant que moi des honneurs. On veut juste changer d'air.
Bref, voilà, on va vérifier si le monde est de nouveau habitable. On pousse jusqu'à Odessa, on fait un tour et on revient.
Vu que je suis le seul dans la bande à avoir fait des études supérieures, je me tape le rapport de mission. Fait chier.

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Re : Rapport de mission
« Réponse #1 le: septembre 17, 2010, 21:51:03 pm »
MISSION 1 : RECONNAISSANCE

Day 1 : mardi 23 juin 2073

8 a.m
On sort de l'abri, c'est une grotte. noir, poussiéreux, froid. Rien de bien folichon pour l'instant. De vieilles traces de pas. Celles du premier gars à être sorti, y a déjà plus d'un an, Spectro le serial killer. Un croisement, on voit que notre prédécesseur à fait demi-tour à droite pour prendre le chemin de gauche. Le bidasse veut quand même aller vérifier ce qu'il y a. Qu'il y aille, je bouge pas. Il nous appelle. On l'envoie chier. Il insiste, le mécano va voir. Qu'est-ce qu'ils fabriquent ? J'y vais. Ils sont dubitatif devant un bouton à côté d'un volet métallique. Deux poules devant un couteau. J'appuie sur le bouton, les volets s'ouvrent. Dehors il fait noir, il y a un phare au loin. Soudain un bruit sourd. Qu'est-ce que l'hérétique a déjà fait comme connerie ? Ah, ben il a ouvert la sortie ...

10 a.m
Dehors le jour se lève (nos montres ne doivent pas être à l'heure). On voit le soleil en vrai pour la première fois. Pas désagréable comme sensation. Autour c'est un désert rougeâtre. Rien à voir avec les photos d'avant la guerre. C'est plat et mort. Genre le désert du Nevada, du moins à ce qu'il me semble. On se dirige vers le nord est. Près d'une ancienne route, on trouve un tas de ferraille. Il y a donc des gens vivants dans le coin.

12 a.m
On croise un vieux sur une charrette. Les tendus sortent leurs flingues. Je me fume une clope et je tape la discute. La charrette est conduite par une vache à deux têtes ! Enfin, c'est sûrement pas la dernière bizarrerie mutante qu'on va croiser dans le coin. Le vieux transporte de l'eau, cachée sous un tas de saloperies. Il nous explique que c'est une denrée très précieuse. Visiblement il connaît bien la région et fait la navette entre les villes. Odessa s'appelle désormais New O. A la mention de pognon, l'hérétique s'affole, surtout quand il apprend que le dollar n'a plus cours mais qu'on troque. Il descend le vieux. Ouais. Il lui envoie un pruneau dans le bide et le mec crève sous nos yeux. Qu'est-ce que c'est que ce psycho ?

5 p.m
Il faut réparer la connerie maintenant. Le vieux devait être connu, s'agit de pas être mouillé dans cette affaire. J'ai pris les choses en main. On a abandonné son cadavre dans une crevasse et on a planqué l'eau, enterrée près d'un tas de rochers. Johnny a essayé de retaper la charrette différemment mais tout ce qu'il a réussi à obtenir c'est un tas de bois inutilisable. Enfin c'était toujours amusant de le voir trimer sous la cagnasse. Andrew a renommé la vache "Marguerite" et "Suzanne" (un nom par tête), on lui flanque un tonneau d'eau de chaque côté et on prend la direction de la ville.

10 p.m
On bivouaque à quelques distances de la route pour la nuit. Pas de feu pour ne pas attirer les pillards. Le vieux nous a mis en garde contre les "raiders".
« Modifié: septembre 17, 2010, 22:07:44 pm par Azurhyàn »

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Re : Rapport de mission
« Réponse #2 le: septembre 17, 2010, 21:52:19 pm »
Day 2 : mercredi 24 juin 2073

5 a.m
Avant l'aube on est attaqué par 4 punks et leurs chiens. Il fait encore noir, le soldat essaye de les intimider. Ces connards tirent au juger. On se planque comme on peut. Les clébards butent la vache bicéphale (j'ai oublié le nom que les gars de l'extérieur donnent à cette bestiole). Fusillade. Mon flingue m'explose dans la main. Putain ! Je me soigne. Finalement 3 punks sont morts, l'un s'est enfui. J'ai pas bien vu la baston, l'essentiel est que ces bâtards soient raides. J'enlève les éclats de métal de la jambe d'Andrew. Johnny est bien touché à l'épaule, ma main blessée tremble un peu et ça commence à pisser partout, mais je répare ça. On est trop grillé avec nos combinaisons d'abri, on les échanges contre les vêtements des Raiders. j'en profite pour piquer une de leurs armures, j'ai pas envie de me faire descendre avant la fin du voyage.

4 p.m
Après un voyage monotone on arrive enfin à New O. On discute vite fait avec les gardes et le shérif. Ils ne sont pas d'humeur ; tant mieux, moi non plus. On se cale à l'auberge. L'hérétique veut aller vendre les armes qu'on a récupérées. Il me demande de marchander, je l'envoie chier. Je me pose, je clope, je bois. Les trois autres sont à l'armurerie. Parait que le vendeur a fait une drôle de tête en voyant le fusil à canon scié du vieux. Je sens que c'est une poignée de caps' (= leur "monnaie") qui va nous coûter cher. Fait chier l'hérétique !  

8 p.m
Soirée pénarde, Johny met à l'heure nos BIP-Boy, je boit l'infâme gnôle du taulier. On est fatigué par le voyage et on va tous se pieuter de bonne heure.   

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Re : Rapport de mission
« Réponse #3 le: septembre 17, 2010, 21:54:42 pm »
Day 3 : jeudi 25 juin 2073

0 a.m
Réveillé en pleine nuit avec l'envie de prendre ma pilule anti-rad'. C'est pas normal. J'ai la sale impression que le chef de l'abri nous a baisé, parce que normalement y a pas d'effets secondaires. Qu'est-ce que c'est que cette saloperie qu'il nous a fait prendre pour des pilules anti-radiations ? Pas envie de passer la nuit en manque, je prends ma dose et je me rendors, comme les autres.

4 a.m
Réveillé par le shérif et ses adjoints qui viennent nous arrêter. Johny Be Bad l'envoie chier, faut pas l'emmerder au sortir du pieu. Les flics défoncent la porte et nous embarquent. On nous amène chez le juge, un gros black. L'hérétique veut s'expliquer, je le coupe pour l'empêcher de nous foutre encore plus dans la merde. Pas la peine de mentir, on ne connaît rien à ce monde et ça va forcément se voir. Alors je raconte la vérité. Ou presque, car je dis qu'on a trouvé la charrette vide et qu'on ne voulait pas être impliqués dans la disparition du vieux. On lui indique la planque pour l'eau. Le juge nous croit, mais veut se servir de nous pour aller chercher des trucs dans les ruines de l'université d'Odessa. C'est un vieux crevard, un vrai requin. Je lui fait comprendre que j'ai l'intention d'être du côté des baiseurs pas des baisés, et qu'on peut arranger les négociations avec l'abri 666, à condition d'y trouver notre compte. Je me fous de ces ploucs et je serai pas fâché de tirer les choses au clair avec le chef de l'abri, mais il n'est pas question que je fasse partie des moutons tondus. Ceci dit pour l'instant on n'a pas le choix, alors on va aller voir du côté du Country Club même si c'est infesté de Raiders.

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Re : Rapport de mission
« Réponse #4 le: septembre 17, 2010, 21:57:00 pm »
MISSION 2 : L'ABRI 664

10 a.m
On bavarde un peu en chemin. J'ai décidé qu'on devait arrêter les pilules, la dépendance est trop forte et trop rapide, on ressent tous les effets du manque.
On arrive dans les ruines. Andrew et l'hérétique partent en reconnaissance. Des coups de feu ne tardent pas à se faire entendre. Quels bourrins ces deux là ! On les rejoint, mais je suis prêt à me barrer à tout moment si ça craint. Pas besoin en fait, ils ont étendu trois punks.
On avance vers le campus en coupant à travers les ruines de la ville. Trois autres Raiders nous arrivent dessus, l'un d'eux a une kalachnikov. On se planque pour tirer, y a une bonne fusillade et on les descend.
On ne met pas longtemps ensuite à atteindre notre objectif, mais les pillards sont assez nombreux autour du club de golf, de la cité U et de la bibli. On décide alors de passer par les égouts.


11 a.m
On se dirige d'abord vers la bibliothèque, lorsque nous tombons sur une porte verrouillée. Tous le monde veut absolument l'ouvrir et le mécano se met au travail. On va vraiment s'amuser à crocheter toutes les portes qu'on trouve ? C'est même pas notre direction, qu'est-ce que ça peut nous foutre ? Enfin bon, la porte est ouverte, on trouve le squelette d'un suicidé, c'est le local de maintenance. On fouille la pièce, je récupère avec plaisir des bouteilles de scotch largement périmées. Il y a un vieil ordi, mais pas de jus. Johny va essayer de rétablir le courant. On suit les fils électriques jusqu'au local, que le mécano déverrouille. Dedans il semble y avoir de sales bestioles, qui en nous voyant se jettent sur la porte métallique jusqu'à la plier. On ouvre et on dégomme des espèces de rats gros comme des cochons. L'une de ces saloperies m'arrache une partie de l'armure à la première attaque. Les bourrins y vont au couteau, moi même avec un flingue j'ai du mal. Débarrassés des bestioles, je soigne l'hérétique qui est dans un sale état tandis que le mécano remet le jus. On va voir l'ordi et on récupère le plan complet des égouts. La mémoire de la bécane est anormalement pleine. On s'attendait à trouver des pornos mais on finit par dénicher des données confidentielles sur l'abri 664. Il y a une entrée de service cachée dans les égouts. On y va.
Le passage est bien dissimulé et condamné par une plaque de métal. Johny bricole un chalumeau pour découper un trou dans le mur, mais son engin ne dure pas assez longtemps pour être efficace. Le bidasse va chercher une barre de métal à l'extérieur pour essayer de tordre la tôle. C'est voué à l'échec, je les regarde trimer en fumant ma clope. Il force et la barre de fer rouillée pète, lui lacérant la jambe. Je lui fait quelques points de suture. La trousse de premiers soins est déjà bien vidée. A contrecoeur, le mécano bricole son pistolet laser pour avoir un tir continu. Il arrive ainsi à ouvrir un passage mais son flingue est fichu.
« Modifié: septembre 17, 2010, 22:08:14 pm par Azurhyàn »

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Re : Rapport de mission
« Réponse #5 le: septembre 17, 2010, 21:58:47 pm »
12 a.m
Le mécano nous ouvre la porte derrière le passage condamné et on prend un escalier qui descend. On tombe sur une salle de contrôle avec ordi en état de marche. Malheureusement il fait un password pour l'utiliser. On se prend la tête sur le code. Johny feuillette un bouquin de français qu'il a trouvé en espérant que ça l'aide. Le soldat et l'hérétique en ont vite marre et vont ouvrir le sas. Je tape la bonne réponse et l'ordi se débloque. Pas mécontent de moi sur ce coup. On a accès à tout le plan de l'abri et aux caméras de surveillance. L'endroit a été complètement saccagé. Il y a des Raiders dans l'atrium et vers le sas. On réfléchit à comment s'en débarrasser.
On va essayer de couper les lumières pour les attirer vers le générateur et les prendre en embuscade. Je suggère de nous poster dans la salle juste avant et de leur tendre un piège avec des produits chimiques. Pendant que les autres installent des barricades de bric et de broc derrière lesquelles nous nous abriterons, Johny réalise deux cocktails molotov  sous ma direction. Il rate les autres à force de trembler sous l'effet de manque des pilules. J'ai préféré le laisser manipuler parce que moi non plus je ne me sens pas bien et je sucre les fraises comme un vieux.
Pour être d'attaque durant le combat, je suggère qu'on prenne quand même ces foutues pilules. On se sevrera quand on ne risquera plus notre peau. L'un après l'autre, on  finit tous par avaler notre dose avec soulagement, sauf l'hérétique qui sue et tremble tout ce qu'il peut.


1 p.m
Le mécano coupe le courant. Les punks rappliquent comme prévus. Le premier à franchir la porte renouvelle le vieux gag du seau d'eau ... avec des détergents inflammables. Andrew balance le premier cocktail molotov et les Raiders brûlent tandis qu'on leur tire dessus. Mais d'autres rappliquent et cette fois, ils ont des grenades. On se débande. On va essayer de les avoir dans les escaliers. Fusillade, explosion. Je suis Andrew qui monte déjà les premières marches. L'hérétique et Johny sont restés derrière, contre celui qui semble être le chef, « Skull » (il a l'air d'aimer les crânes). Je m'arrête et me retourne pour leur porter secours. Le Raider dégoupille une grenade et la laisse tomber à ses pieds. C'est quand je vois notre mécano plonger vers moi en franchissant la porte que je me repens de ma velléité d'héroïsme inhabituelle et inutile. La déflagration retentit et des flammes viennent lécher le mur.
Débarrassés de ces punks violents, on se pose pour souffler et je dispense mes soins à qui veut. Il ne reste presque plus rien dans la trousse de premiers secours. On se dirige ensuite vers le bureau du chef de l'abri. Andrew pense alors à aller fermer le sas d'entrée. On le laisse y aller tout seul. Je goûte le scotch : il n'est franchement pas bon mais baste, ça reste alcoolisé. Au moment où le soldat va fermer, deux Raiders se pointent. Le premier fonce et passe, le deuxième ne court pas assez vite et se fait broyer dans l'engrenage du sas. Le punk tire sur Andrew, dont l'arme s'est enrayée. Près du bureau, on entend des coups de feu et on se dépêche de rappliquer. Quand on arrive, notre soldat a déjà tué son adversaire.


2 p.m
Le bureau du chef de l'abri 664 est la seule pièce inviolée, protégée par une porte blindée. L'écran de contrôle de la porte est cassé et notre mécano se hâte de le changer. Il faut un password pour entrer. J'examine le problème et découvre rapidement le code. A l'intérieur on trouve, outre le cadavre du chef d'abri, des clopes et du bourbon (sur quoi je m'empresse de faire main basse), deux steam packs, un truc qui rend invisible et un certain nombre de documents importants. On avait déjà réalisé qu'on ne sait pas tout sur les abris Volt Tech, on peut même dire qu'on nous a caché délibérément un certain nombre de choses ...

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Re : Rapport de mission
« Réponse #6 le: septembre 17, 2010, 22:01:35 pm »
NOTE INTERMEDE

Vu qu'on est sûr maintenant que le chef de l'abri nous a foutu dedans, ce rapport n'a plus lieu d'être. De toutes façons je ne crois pas que je l'aurai rendu en l'état ... Je continue quand même, pour garder les idées claires. Ce monde extérieur est barge, ça ressemble plus à l'enfer qu'au paradis promis. On a déjà trop de sang sur les mains pour rester sain d'esprit, alors je vais écrire pour essayer ne pas devenir fou.

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Re : Rapport de mission
« Réponse #7 le: septembre 17, 2010, 22:03:07 pm »
Day 6 : dimanche 28 juin 2073

10 a.m
Deux-trois jours passés dans l'abri le temps de se refaire une santé et de nous sevrer de ces foutues pilules.
Les chefs d'abri nous droguaient et se gardaient précieusement leur « Jardin d'Eden en Kit ». Voilà qui convainc mes compagnons de se rallier à mon idée : s'allier avec le « Juge », devenir les intermédiaires indispensables entre l'abri qui doit sortir, les moutons qui possèdent la technologie, et les gars de l'extérieur, les loups qui vivent comme des clodos. Bouffer aux deux râteliers, se tailler une place au soleil, faire main basse sur le JEK, prendre le contrôle de la région. Bref faire partie des winners, et merde pour les autres. Oh pas de rêve de grandeur, c'est trop dangereux ; juste être du bon côté de la chaîne alimentaire. ... Et on se fera le chef de l'abri et le Juge quand on en aura l'occasion.
« On » ... C'est une idée perso mais j'ai pas encore l'habitude de tuer, pour l'instant je délègue. ça risque de venir. Je repense aux deux punks en train de flamber dans l'abri 664, le seau de produit chimique ... cocasse.


Bon, on va partir. On ramène à New O tout ce qu'on a pu trouver comme matos potable. Bien sûr on a gardé les données confidentielles et on a effacé toutes autres traces. On s'est même planqué un ordi en état dans les égouts. Pas question de leur parler du JEK, du truc qui rend invisible et autre. De l'informatique, des câbles, des matériaux, ... Ça devrait suffire à ces bouseux.


5 p.m
Sortie des égouts , on voit des colonnes de fumées monter de la ville. Y a l'air d'avoir eu un méchant raid. Des armes lourdes, des véhicules ... ces Raiders là sont pas des Mickey.
C'était bien la peine de se trimbaler tout ce foutu matos. Je balance mon chargement par terre.
On va se planquer dans les égouts  en attendant la nuit.

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Re : Rapport de mission
« Réponse #8 le: septembre 17, 2010, 22:04:43 pm »
Day 7 : lundi 29 juin 2073

4 a.m
L'hérétique va faire une reconnaissance avant l'aube. La ville est déserte et ravagée. Seul un robot-écran patrouille.

5 a.m
Bon, il semblerait que le Juge soit désormais hors du coup. C'est pas plus mal. Je propose qu'on aille chercher l'abri 665 pour tirer notre épingle du jeu. Ils doivent avoir les informations complémentaires. On regarde la carte du vieux et je suggère d'aller voir près des puits de pétrole. Ça me semble un bon endroit pour enterrer un abri.
Les autres veulent d'abord aller fouiller les ruines. On y va.

Problème : le robot-écran. On hésite sur la conduite à tenir jusqu'à ce qu'on s'aperçoive que ce n'est pas un drone de surveillance mais un panneau publicitaire ambulant, qui publie que le général truc a rasé la ville pour insubordination et parce qu'il n'avait pas reçu un convoi (le vieux et sa charrette !). La population a été tuée ou vendue comme esclave. Charmant ... S'établir dans le coin a l'air encore plus difficile que prévu. La sentence a été exécutée par le Colonel Fantôme, et c'est la voix de Spectro qui sort du haut-parleur !
Entendant ça, Andrew file sur le machin et le flingue à bout portant. Le robot explose.
Gros con de bidasse ! Je lui avais pourtant dit que faire disparaître ce truc c'était signaler aux Raiders qu'on était là et que dans ce désert on se ferait vite choper. Mais non, monsieur-muscle a besoin de se défouler !
La détonation retentit. On prend tous nos jambes à nos cous pour atteindre les égouts avant l'arrivée des punks. Ceux-ci ne tardent pas à rappliquer. On se planque. Andrew a besoin de soin. Qu'il se démerde, il n'avait qu'à réfléchir ! Il s'effondre. Bon, je le retape avant qu'il ne claque, on va avoir besoin de lui si y a du combat.
On va se planquer au fond de l'abri, dans le bureau du chef. Avec un peu de chance les Raiders tomberont sur les ploucs du Country Club.


8 a.m
Loupé. On voit arriver nos poursuivants dans l'abri, commandés par une espèce de robocop : Spectro. Ils font vite fait sauter la porte. Les premiers qui se pointent mangent une bonne volée de plomb. Leur chef nous veut vivant. Ce serait encore mieux s'ils ne nous chopaient pas. Ils nous balancent une grenade lacrymo, je me met à terre pour échapper à la fumée et dégomme des genoux. Je fais mes premiers morts. Pendant ce temps, c'est la bagarre. Le soldat est le premier tombé, tazé. Les autres suivent dans la purée de pois qui recouvre maintenant la pièce. Je suis acculé dans un coin, et avant d'avoir trouvé quelque chose pour m'en sortir, c'est la curée.
Puis tout est noir ...

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Re : Rapport de mission
« Réponse #9 le: septembre 17, 2010, 22:07:22 pm »
MISSION 3 : LE X-GAME

Day 8 : mardi 30 juin 2073

10 a.m
On nous a acheminé vers une ville nommé Sethopolis, du nom du connard mégalo qui dirige la région si j'ai bien compris. Mais le voyage a laissé quelques noirs dans mon petit cerveau, j'ai seulement quelques flashs de paysages. Des souvenirs  fragmentaires, comme après une sacrée cuite au whisky, sauf que là je n'ai pas eu la chance de toucher à l'alcool. On est réuni tous les quatre, bien sûr on n'a plus rien. Ça me fait chier de penser que d'autres crevards vont se taper mes bouteilles et mes clopes.
On est là pour une interview, parce qu'on va être les vedettes du X-Game. On sait pas bien ce que c'est mais ça ne me botte pas tellement. Les autres se foutent de la gueule de la speakrine en balançant des noms bidons comme « je vous emmerde » ou « Schwarzenegger ». Moi je lui sors mon vrai blaze, par fierté peut-être ...


12 a.m
Début du jeu. Le but c'est de survivre. Une foule de pauvres cons assoiffés de sang vont suivre nos exploits. Par les microphones on apprend que y a d'autres teams en jeu et que les paris sur nos chances de survie sont ouverts.
Ça commence par une énigme, un code de couleur qui permet de former le mot « open », ouvrant ainsi nos cages. Ça se poursuit par une roue de la fortune qui distribue des armes. Je gagne la tronçonneuse mais je la file à Andrew, il s'en servira mieux que moi. Salle suivante, des scorpions géants ! L'affaire est chaude mais on vient à bout de ces saloperies. Ensuite nouvelle roue de la fortune, on a assez de points pour changer nos armes. Et puis des énigmes dont je ne me souviens plus là, faut dire que depuis j'ai vidé quelques godets et j'ai pris des coups sur la caboche. Bref, ça devait être bien tordu mais on a résolu ça brillamment. Ensuite on chope une sulfateuse et on se fait charger par une bande d'enfants soldats. Cette lopette d'hérétique hésite. C'est pas parce que ça a dix ans que c'est mignon putain ! C'est des petites machines à tuer bourrées de drogues ! Heureusement que c'est qu'une illusion parce qu'on aurait eu le temps de se faire refroidir ! Après on trouve quelques grenades et une salle pleine d'Hulks en cage. Des espèces de mutants superbourrains qu'on sort un à un et qu'on attendrit à la grenade avant de se les faire au corps à corps (NB : la batte ça défoule). Après quelques essais sanglants on finit par trouver le bouton qui commande la sortie. Vaux mieux parce qu'on n'a plus de grenades et on n'est plus bien vaillant ! On retombe ensuite sur une roue de la fortune et on essaye d'améliorer notre équipement. Manque de bol on sort un tirage pourri. On est armé comme des caves quand on arrive dans l'arène pour la dernière épreuve. On apprend que tous les autres groupes se sont fait zigouiller entretemps. Super ... On nous lâche dessus une bande de zombis. C'est une putain de sacrée mêlée pour éliminer tous ces rigolos qui essayent de nous bouffer !


5 p.m
On est finalement sorti du X-Game vivants. On nous file quelques caps et on se fait mettre dehors.
Alors là j'avoue que je ne me souviens plus des détails. J'avais pas encore de quoi noter à l'époque, c'est limite si on n'était pas à poil ! Mais en gros on s'est dit que pour baiser les enfoirés qui nous avaient foutu dans ce merdier on aurait besoin de survivre. Survivre et gagner du fric. Alors on a commencé à chercher du boulot.
Mais d'abord on avait besoin d'un remontant. Alors on est allé au rade s'enfiler quelques verres et jouer du pognon, histoire de se remplumer un peu.


8 p.m
C'est là qu'on rencontre un mec (Will, soldat de Seth) qui est content de nous voir parce qu'il a misé sur nous au X-Game et qu'il s'est fait des couilles en or. Il nous paye un coup à boire et nous tuyaute.
Y a l'option s'engager dans les mercenaires auprès d'Adams le recruteur mais la durée de vie n'est pas terrible. On va plutôt au mur des lamentations éplucher les offres d'emploi.
On s'entend finalement avec un doux cinglé : un prêtre de la Lumière qui cherche à joindre sa congrégation, dont il est sans nouvelle depuis des jours. Déjà que la religion avant c'était des foutaises (surtout au Texas !), mais après l'apocalypse c'est pire ! J'vous raconte pas, on s'en balance ...
Bref on accepte d'aller voir les frères de l'autre illuminé. C'est pas mal payé et ils nous filent une bagnole. Deux gros bras en moto et side-car viendront avec nous. Le gars nous héberge pour la nuit.

Hors ligne Azurhyàn

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 102
    • Voir le profil
Re : Rapport de mission
« Réponse #10 le: septembre 17, 2010, 22:11:42 pm »
MISSION 4 : LE MONASTERE

Day 9 : mercredi 1 juillet 2073

On fait quelques emplettes avant le départ (genre du matériel de premier secours) et puis on y va. Le voyage est plutôt pépère. On se fait même un peu chier. En tout cas il ne nous arrive rien de fâcheux. En revanche la caisse est pourrie et les routes ne valent pas mieux. J'ai des courbatures partout. La nuit, on fait des tours de garde deux par deux. RAS.

Day 10 : jeudi 2 juillet 2073

12 a.m
On s'arrête dans un repaire de routiers pour faire le plein et manger. J'en profite pour faire quelques parties de black jack histoire de me payer un coup à boire. Mais j'ai la poisse et je me fait plumer. Je repars à sec, regrettant amèrement une bouteille de tequila frelatée que j'ai failli gagner.

4 p.m
On longe un marais putride dont on nous a dit de nous méfier quand la moto devant nous saute sur une mine. Les deux mercenaires sont tués sur le coup, on récupère ce qu'on peut, ils n'en n'auront plus l'usage ...
Soudain, le bidasse se fait perforer l'épaule. On met un peu de temps à réaliser qu'on est en train de se faire tirer dessus. Dès qu'on est à couvert, des pillards nous attaquent. Après un combat assez violent on les bute, mais on ne peut pas bouger à cause du sniper. On démonte alors les portières de la caisse et on s'en sert de bouclier pour pouvoir l'approcher. Andrew se découvre pour qu'on puisse lui tomber dessus. Il prend une bastos et on met une battue au tireur, qu'on arrive à capturer. Je me précipite sur notre pote, qui est réellement en train de crever. Voilà ce qu'on gagne à jouer les héros ! Heureusement que je suis vraiment pas mauvais comme chirurgien, je le sors d'affaire in extremis.


5 p.m
On va pouvoir cuisiner un peu le connard survivant. Je m'assure qu'il reste en état pour répondre aux questions, même s'il est un peu malmené. C'est une tête de lard et Andrew vénère lui flingue la machoire. Putain mais c'est pas vrai ! Ils auront jamais fini avec leurs conneries ? J'aurai du le laisser crever ce bourrain ! Pour les infos c'est tintin, génial !
On repart avec la bagnole, on a au moins appris que le terrain n'était pas miné partout et qu'il y avait de drôles de bestioles qui se baladaient dans le marais.


10 p.m
Les phares blafards éclairent mal la piste. La nuit est noire, le marais défile à notre droite. Une bestiole surgit au milieu de la route. Trop tard pour freiner, c'est l'accident.
On sort voir, sonnés. Le truc se relève. C'est un espèce de crabe bipède. Pour avoir résisté à l'impact d'une voiture cette bestiole est sacrément endurante ! Avec ça, elle te couperait un mec en deux avec ses pinces. Et en plus elle n'est pas seule.  Quand je m'apperçois que ces saloperies encaissent plutôt bien les balles, là, j'avoue, j'ai paniqué. On arrive à se débarasser d'un ou deux fongieux (c'est le nom de ces créatures) en tirant là où c'est mou. Mais pour viser en pleine nuit vas-y ! On démarre donc le plus vite possible et on tire au hasard sur ceux qui nous poursuivent.


12 p.m
On a fini par sortir du marais et par arriver à un espèce de fort. Là encore nos brutes de services auraient pu nous faire tuer mais il se trouve que les soldats avaient besoin d'un toubib. J'ai donc retapé leurs gars et pu nous assurer le gîte, le couvert et la bienveillance du commandant de la garnison. Pas jolis d'ailleurs leurs mecs. Une empoignade avec des spongieux à ce que j'ai compris. Certains ont laissé des membres aux espèces de crabes géants ...
Sur ce, il est grand temps d'aller pieuter. Demain on en saura plus sur ce qui se trame dans la région et ce qu'il est advenu de nos gigolos de moines qu'on est sensé secourir.

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Raziel  |  Rapport de mission (Modérateur: Raziel)  |  Rapport de mission
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !