gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102266 Messages dans 7466 Sujets par 811 Membres - Dernier membre: cernunos_wolf avril 25, 2019, 10:40:44 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Aleran  |  Hall des héros (Modérateur: Aleran)  |  Frère Derrek "Al Sorna" (WIP)
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: Frère Derrek "Al Sorna" (WIP)  (Lu 109 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jossan

  • Newbie
  • *
  • Messages: 4
    • Voir le profil
Frère Derrek "Al Sorna" (WIP)
« le: décembre 06, 2018, 09:00:04 am »
Wip

  <La pire défaillance de la mémoire, c'est d'oublier que l'on aime>

  Un balancement, une odeur boisée, des bruissements d'ailes et l'ombre d’une fine silhouette assise près de lui en contre-jour, fredonnant un chant encore inconnu aujourd'hui. C'est tout ce
  dont Derrek s'est toujours rappelé de sa vie avant qu'elle ne soit partie. Mais mis à part cela, même en cherchant au plus profond de sa mémoire, le plus ancien vrais souvenir dont il arrive à
  se remémorer clairement est celui de sa contemplation d'un tombeau clos et richement décoré de gravures, de plantes et de plumes et, en lui, un infini sentiment de tristesse inexpliqué à la
  vu de celui-ci.

  Derrek perdit sa mère à l'âge de 9 ans. Et le peu que l'on ne lui ait jamais dit d'elle, dont il n'a inexplicablement aucuns souvenirs - ni de tout événements antérieurs à celui-ci d'ailleurs -
  c'est qu'elle l'aimait, plus que tout ce qu'une vie mortelle avait à offrir. Et à chaque fois qu'il chercha à en apprendre plus, comme la raison de sa mort où pourquoi il ne se rappelais plus d'elle,
  on évitait de lui répondre et se fit même sévèrement réprimander quand il posa la question à son père... 
 
  Son père, dont la première image qu'il eut de lui était celle d’une grande cape noir, s'éloignant de lui et balançant au rythme lent des pas d'un colosse auquel elle était attachée.
  Derrek pouvais compter sur les doigts de sa main les fois où il eu une conversation avec lui. Ces rares entrevues était rares et ne traitaient uniquement que de son éducation et des devoirs
  dû à son rang. Ses domestiques lui apprirent très vite que son père était un chef militaire puissant, sur lequel pesaient d'immenses responsabilités. Et que lui, se devait d'être à la hauteur
  de la réputation de son père. Durant les mois qui suivirent la mort de sa mère, un percepteur lui fut assigné, mais celui-ci ne lui appris que très peu de choses. Car étrangement, Derrek
  disposait dors et déjà des connaissances qu'il avait à lui enseigner. Ses seules lacunes résidaient dans ce que la plupart des enfant maîtrisaient le mieux. Le jeu et les activités en extérieur.

  BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla Bla BlaBla BlaBla


  <Ce que l'on apprend jeune est mieux gravé que dans la pierre>
 
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla

  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla

  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla

   BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla Bla BlaBla BlaBla
   BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla Bla BlaBla BlaBla
   BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla Bla BlaBla BlaBla
   BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla Bla BlaBla BlaBla

  <En toutes choses, l’expérience est la meilleure des maîtresse...> 

  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla BlaBla BlaBla   
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla

  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla

  <...Mais le succès est mauvais professeur, il pousse le guerrier à se croire invincible>

  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla


   BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla Bla BlaBla BlaBla
   BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla Bla BlaBla BlaBla
   BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla Bla BlaBla BlaBla
   BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBla BlaBlaBla BlaBlaBlaBlaBla Bla BlaBla BlaBla


  <Ce n'est cependant qu'une fois résigné à la défaite, que l'on est réellement vaincu>

  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla

  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla

  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla

  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla
  BlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla Bla BlaBlaBlablaBlaBlaBlablaBlaBlaBlabla BlaBlaBla Bla Bla BlaBla


« Modifié: décembre 27, 2018, 17:37:17 pm par Jossan »

Opale Campagnes  |  Archives  |  IdF - Aleran  |  Hall des héros (Modérateur: Aleran)  |  Frère Derrek "Al Sorna" (WIP)
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !