gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102303 Messages dans 7481 Sujets par 859 Membres - Dernier membre: uplicle septembre 16, 2019, 06:39:39 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Cthulhu  |  IdF - Vincent B  |  CR (Modérateur: Vincent_B)  |  CR 2018/04/14 - THE END!
gfx
gfxgfx
 

Auteur Sujet: CR 2018/04/14 - THE END!  (Lu 358 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne jeff75006

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 227
  • Sexe: Homme
  • Mike Mullins, aviateur
    • Voir le profil
CR 2018/04/14 - THE END!
« le: avril 26, 2018, 10:36:35 am »
18 décembre 1933

Retour héroïque à la Tour

4h05
Halperin a fait décoller le Northrop Delta. Il est surexcité, presque totalement fou. David est plongé dans les notes de son carnet, essayant de retrouver un peu de la mémoire perdue depuis le milieu du Pacifique. Edmund, se retournant, a une vision furtive de l’Enfer, il est épouvanté. Franck voit son chat porte-bonheur qui lui indique le chemin de la Tour.
L’avion est en forte surcharge avec ses 9 occupants (Halperin, Mike, David, Franck Edmund, Niels, Acacia, Sykes, Priestley). Mike comprend qu’il est à la limite de décrocher. Il n’y a rien à jeter permettant d’alléger le Belle, Mike voit que le sol est trop irrégulier pour atterrir d’urgence, il faut donc  revenir à la Tour, mais Halperin est incontrôlable. Franck saute sur Halperin tandis que David essaie de lui maintenir le bras avec lequel il tient son pistolet. Un coup de feu éclate, ne touchant personne. Halperin se débat, un deuxième coup de feu éclate, blessant Niels au-dessus de la hanche. Franck arrive finalement à sortir Halperin du siège du pilote, mais un 3eme coup de feu le blesse, sous l’épaule.

Edmund, qui avait préparé une seringue de calmant, pique Halperin qui s’évanouit. Les blessures ne sont pas trop graves, les tenues antarctiques étant particulièrement épaisses. Edmund arrive à soigner rapidement les deux blessés, qui souffrent mais sont hors de danger. Pendant ce temps, Mike a repris les commandes de l’avion. Faire demi-tour et le maintenir en l’air lui demandent des prouesses de pilotage, surtout quand une rafale de vent manque de tous les plaquer au sol. Dans une tension extrême, il arrive à rejoindre la piste devant la Tour et atterrit proprement, avec une bonne dose de chance et de talent.
Avant de sortir de l’appareil  Franck somme Acacia de leur dire ce qu’elle sait. Elle répond que c’est long et qu’elle leur dira tout s’ils en réchappent. Une nouvelle déchirure, encore plus forte que les autres, désoriente à nouveau l’équipée, qui a l’impression qu’une chose innommable est en train d'essayer de passer à travers cette faille spatio-temporelle. La tempête gagne encore en intensité.
Les bouteilles d’oxygène sont vides. Tout le monde s’équipe du signe des Anciens, ou de celui des Rameaux. Sykes reste à l’avion avec Halperin et Priestley. Les autres repartent vers la Tour, espérant trouver une solution pour arrêter la catastrophe.

Révélations, doutes et angoisse

5h00
Le groupe de 6 (Mike, David, Franck, Edmund, Niels, Acacia) pénètre dans la Tour avec l’objectif de retourner aux salles contenant les piques. Arrivé au tunnel circulaire qui fait le tour du cratère, nous prenons à gauche, et après avoir passé 3 postes d’observation, nous pénétrons dans un nouveau bunker où nous trouvons Myers planté sur une pique, le regard ni mort, ni vivant… Il ne bouge pas, ne respire pas, mais n’est certainement pas mort, d’autant plus que son corps n’est pas froid. Le docteur Edmund prend une violente décharge en examinant ce corps-cadavre innommable.
Le groupe reprend le tunnel circulaire et découvre, tour à tour, trois nouveaux bunkers avec des Chose Très Anciennes sur les piques, desséchées.
Finalement, le groupe arrive au bunker de Starkweather. Franck y découvre 2 paires d'étranges tubes métalliques reliés par une structure de métal, manifestement un objet mi-go. Mike teste la pique et reçoit une légère décharge électrique. Il décide de retirer le corps de Starkweather de la pique pour voir ce qui se passe. Il remet la main sur la pique et reçoit encore une très légère décharge.
Acacia s’écrie « La Source de la Vie est là : Ubbo-Sathla ! ». Edmund se souvient qu’il s’agit d’une déité stupide qui crée la vie, et la détruit dans un mouvement continu. Acacia poursuit : « c’est une force considérable ! Les Allemands sont à sa recherche, mais Rilke est un ignorant, il ne sait pas vraiment ce qu’il poursuit. Ubbo-Sathla est pour moi la seule chance de lever ma malédiction, celle qui me hante depuis ma naissance. Mais ce n’est pas Ubbo-Sathla qui est pris au piège dans ce cratère. Ce qui cherche à s’échapper est une chose qui pourrait détruire la planète. Des enfants d’Ubbo-Sathla ont pu s’échapper et errent dans les Cavernes Grises, c’est pour cela que Rilke voulait tant pénétrer au plus profond des cavernes pour aller voir les Shoggoths. Il n’a pas conscience de ce qu’il risque. A travers Ubbo-Sathla, il recherche l’Energie Vril dont il souhaite dompter la puissance ! ». Après ces révélations, le groupe tente de placer une des Choses Très Anciennes abattues sur la pique qui était occupée par Starckweather. Sans résultant probant sur les discontinuités qui se renforcent.
Le groupe engage une discussion sur l’opportunité de sacrifier quelqu’un sur la pique pour tenter d’arrêter la catastrophe, mais ils ne sont pas des tueurs de sang-froid, d'ailleurs Mike et Edmund refusent net. Le dernier espoir paraît résider dans les hauteurs de la Tour. Le groupe repart à son ascension. Arrivés dans la grande salle du premier niveau, ils prennent une rampe qui n’avait pas encore été explorée. Cette rampe, striée mais presque lisse tant elle est vieille, descend en spirale sous le niveau du sol jusqu’à une arche de 5m de large sur 2,5m de haut, obstruée par un rideau de lianes sèches. Franck les écarte et le groupe parcourt un nouveau corridor menant à un autre mur de lianes. Une fois écartées, le groupe pénètre dans une pièce en forme d’éventail. Un grand nombre d'énormes blocs de cristaux bourdonnent à travers toute la pièce. Quelques outils de types marteaux et burins jonchent le sol. C’est un cul-de-sac. Mike demande à Acacia si elle sait où se trouve le système de transport évoqué dans les Aventures d’Arthur Gordon Pym. Elle lui répond : « vous y croyez ? Pour moi, c’est n’est qu’une invention de Poe. Il s’est inspiré de nombreuses légendes du Pacifique, et a brodé autour. L’histoire est une invention. J’ai en ma possession le livre dont Poe s’est inspiré, annoté de sa main ! ».
Le groupe remonte vers la Tour et subit une nouvelle déchirure.
Mike veut absolument retourner au mur de crânes. Franck, lui, préfère rejoindre l’avion alors que les 5 compagnons grimpent à nouveau jusqu’au sommet. Ils passent chaque pièce au peigne fin, mais ne trouvent rien de marquant. L’ascension est difficile, entre l’absence d’oxygène (les bouteilles sont vides) et les discontinuités qui finissent par user leur moral. Face au mur de crânes, Mike tente le tout pour le tout, et essaie d’attraper le crâne d’un lapin antédiluvien, qui paraissait en meilleur état que les autres. Mais le crâne est bien enchâssé dans la glace et la structure du mur, et Mike est assailli de visions épouvantables, comme s’il était lui-même entre la vie et la mort, dans un état d’angoisse et de peur innommable, attaqué par une bête horrible et malfaisante. Il espérait aller planter un crâne sur une des piques, mais cela s’avère être impossible. Le groupe finit par monter au grand tétraèdre. David remarque qu’il tourne très lentement sur lui-même, un peu comme dans un phare. Tous sentent une présence très désagréable à proximité. David tire sur le tétraèdre, sans aucun effet. Il ne sait même pas si la balle l’a touché. Après avoir passé quelques secondes à regarder l’horizon depuis le sommet de la tour (très monotone pendant des dizaines de kilomètres) et pris ainsi quelques repères de navigation aérienne, au cas où, en repérant la passe. Le groupe redescend. Il entend du bruit dans l’escalier. Aux aguets, prêts à riposter, ils voient finalement arriver Sykes, à bout de souffle, envoyé, dit-il, par Franck. Il explique qu’ils ont vu au loin une grande explosion qui a secoué le sol et projeté des morceaux de glace en l'air. L’Enderby a alors surgi à proximité, comme s'il venait de décoller, et l’avion s’est dirigé vers le lieu de l’explosion, situé derrière une butte immense. Il a plongé derrière la butte et a disparu. Rien n’indique qu’il se soit crashé. Le groupe s’ébranle pour rejoindre le Belle. La descente est longue et difficile, les discontinuités s’accélèrent, et la faim, la soif et la fatigue deviennent handicapantes.
Le groupe rejoint enfin le Belle… Pour le trouver vide ! Priestley, Halperin et Franck ont disparu !

La fin du monde ne sera pas pour aujourd’hui…

7h15
L’avion est entouré de nombreuses traces de pas. D’un coup, une silhouette apparaît, qui s’enfuit dès qu’elle nous voit. David arrive à la plaquer au sol. C’est Priestley. Il hurle, il est fou. Edmund arrive à le sédater légèrement pour le calmer. Décision est prise de retourner une dernière fois sous le cratère : Mike est persuadé que les Choses Très Anciennes ont enlevé Franck et Halperin, et qu’il faut leur porter secours d’urgence avant qu’on les mette sur une pique. Priestley est laissé dans l’avion.
D’un coup, une forte onde étrange et rassérénante parcourt l’espace. Cela ressemblait à une des discontinuités, mais positive… Le groupe se presse pour rejoindre le couloir circulaire et remarque qu’il n’y a plus de discontinuités et de tremblements de terre. Ils arrivent enfin au bunker où Starkweather avait été empalé… pour y trouver, horreur, Halperin à la place, avec le regard étrangement vivant, et pourtant mort… A côté, se tient Franck, un des gros cylindres métalliques dans la main, l’air absent. Il est complètement amnésique et ne reconnait personne.
Mike imagine que les Tunnulus ont sacrifié Halperin puis laissé Franck là, pour une raison inconnue. En tout cas, le moyen d’empêcher l’entité emprisonnée dans le cratère de sortir était bien d’avoir des êtres vivants plantés sur ces piques… Brrrr. Mike remercie les Tunnulus d’une certaine façon de leur avoir sauvé la vie. (Franck, lui, se souviendra un jour que les Tunnulus n’y sont pour rien. C’est lui qui a décidé de sacrifier Halperin, sédaté, sentant que c’était la seule solution et que personne dans le groupe n’aurait le cran, ou serait assez fou, pour accepter de sacrifier l’un d’entre eux. L’avouera-t-il aux autres ?).
L’équipée sort finalement de la Tour et se réjouit de voir que la tempête a quasiment disparu. Il est probable que la discontinuité est maintenant bien fermée pour longtemps.

Voyage au centre de la Terre

8h00
Franck voit un chat qui l’attend dans la direction que Sykes a indiqué comme étant celle où l’avion allemand a plongé.
Tout le monde rejoint l’avion… qui est vide ! Des traces de pas appartenant à Priestley sont rapidement identifiées, menant au sommet d’une falaise. Malheureusement le corps de Priestley git au pied, une centaine de mètres en contrebas, au grand drame d'Edmund.
Malgré le choc, tous décident de partir à la poursuite des allemands. Mike a chauffé les moteurs, les bouteilles d’oxygène vides et un siège sont laissé sur place pour alléger l’appareil. Mike pense que le poids ne pose maintenant plus problème. L’avion décolle sans difficulté et se dirige vers la zone indiquée par Sykes (et le chat de Franck). Mike aperçoit d’un coup une nuée de points dans le ciel, comme un essaim se dirigeant vers eux. L’angoisse monte.
Il repère rapidement l’entrée gigantesque d'une énorme grotte, derrière la bute. C’est là que l’avion des allemands est entré. Ces derniers ont certainement atterri juste devant, le temps de dynamiter l’entrée, et ont redécollé pour pénétrer à l’intérieur. Courageusement, tous pénètrent à 145 km/h à travers cette immense entrée. Il s’agit d’une gigantesque caverne, dont divers boyaux colossaux descendent profondément dans les entrailles de la terre. La cavité est tellement immense que l’avion peut continuer à voler à l’intérieur, zigzagant entre des piliers cyclopéens, certains naturels, d’autres marqués par une architecture étrange. L’avion descend dans cet entrelac surnaturel, jusqu’à atteindre une cavité de 5 à 10 km de diamètre, entourée de piliers hors du temps, dont le plafond est à environ 1500m de hauteur. Le sol doit être pratiquement au niveau de la mer. Tous sentent se rapprocher les créatures volantes dans un bourdonnement inhumain.
Au centre de la cavité, une sorte de lac peu profond, dont l’eau coule doucement dans un trou sans fin en son milieu. Du centre du trou, émerge une colonne noire qui monte vertigineusement jusqu’au plafond, certainement juste à l’aplomb du cratère de surface. Quelques ilots émergent du lac, lui-même entouré d’une bande de terre ferme. Sur un des côtés de la cavité, une sorte de gigantesque mur de pierre, creusé en de nombreux points de cavités, comme des grottes ou des trous de mine. Tout est baigné dans une lumière verdâtre irréelle.
Le Boeing pris par les allemands n'est pas en vue, ni son épave.
Mike décide d’atterrir près du grand mur. Le temps presse, il faut vite se cacher avant que les choses ailées arrivent. L’appareil se pose sans difficulté à quelques dizaines de mètres de la paroi. Les passagers descendent en vitesse et observent, effarés, l’arrivée d’un essaim de milliers de Mi-Gos qui commencent à se poser en grappe contre le grand mur. Niels remarque qu’Acacia, dont il s’occupait depuis des heures, a disparu ! Le groupe se précipite alors vers la 1ère galerie qu’ils voient pensant qu’elle s’y est réfugiée. David arrive à pister Acacia, tandis que des bruits intenses d’activité minière, de rochers qu’on casse et qu’on jette se fait entendre. Acacia est réfugiée au fond de la galerie sans issue, très agitée. Il faut rebrousser chemin et trouver une galerie pour se protéger des Mi-Gos. Mike à l’idée d’utiliser le briquet d’Acacia pour repérer un éventuel courant d’air permettant d’identifier une galerie « ouverte ». En se dissimulant autant que possible, ils arrivent à échapper aux créatures volantes extraterrestres et pénètrent dans une galerie plus aérée que les autres. Mais les monstres semblent les avoir repérés et leurs bruissements désagréables se rapprochent. Les explorateurs de l'impensable fuient aussi vite qu’ils le peuvent malgré la souffrance, l’épuisement, la faim… D’un coup, un chat les dépasse en courant, puis un autre, puis 10, puis 100 !!! Les parois de la galerie deviennent floues, la nuée de chats prend son élan et saute, comme tout le monde !...

Un rêve éveillé

9h15
Terres de l'ouest, vallée de la Skaï, Ulthar
Tout le monde se retrouve, avec des habits style début du XVIIIème siècle, sur une petite place d’une grande ville, entourés de gens habillés bizarrement, avec turbans, chapeaux… Les fusils se sont transformés en arc… Sur le bâtiment d’en face, un chat attend paisiblement.
Le groupe suit le chat qui bondit de toit en toit et les amène vers un immense et vieux bâtiment médiéval, et se poste devant la porte. Sur le chemin, circulent de nombreuses personnes ainsi que des créatures non humaines, mais sans que cela paraisse étrange à qui ce soit…
La porte s’ouvre, tout est noir derrière. Tout le monde rentre, la porte se referme brutalement. Dans la pénombre, le groupe avance et tombe sur une nouvelle porte que Franck ouvre.

9h30
Terre Creuse, bordure Est des Montagnes Miskatonic
Le groupe pénètre dans une paisible prairie bordée d’une grande forêt, derrière eux la porte se referme sur un petit bâtiment niché dans le roc. Au-dessus d'eux, la chaine Miskatonic est visible.
Un dais est posé un peu plus loin. Une créature humanoïde à tête de chien s’approche (une goule), renifle chaque membre du groupe et s’approche de Mike en disant : « Je savais qu’il réussirait ! ».
Sous le dais, un homme habillé à la mode du XVIIIème siècle, à la peau mate, Edmund dit le reconnaître, c’est l’homme qui l’aurait sauvé de la noyade étant jeune ; un chat, l’ami de Franck ; une vieille dame qui tricote, et un chien : Bolt !! David est euphorique !
Tous sont épuisés, ont faim et soif. Une nuée de petites créatures volantes étranges vient leur servir un délicieux repas qui leur redonne beaucoup d’énergie.
Puis les questions fusent :
« -   Qu’avons-nous réussi ?
-   A fermer la porte »
« -    Où sommes-nous ?
-   Au pied des Miskatonic »
« -    Quand sommes-nous ?
-   Nous sommes dans les Contrées du Rêve »
« -    Pourquoi Bolt est-il là ?
-   Il a trouvé un passage. »
« -    Qui sont tous ces gens ? » Alors le chat se retourne et miaule, l’homme en noir salue sans bruit, la vieille ne dit rien.
« -    Que se passait-il de l’autre côté du passage ?
-   La fin de l’humanité »
« -    Les allemands cherchent-ils Ubbo-Sathla ?
-   Oui, oui… »
« -   Est-ce qu’on va pouvoir rentrer dans notre monde sains et saufs ?
-   Oui. »
« -    Pourra-t-on empêcher les allemands de faire du mal ?
-   Aucune idée. »
« -    Peut-on vaincre Ubbo-Sathla ?
-   Seuls ceux qui l’ont créé le peuvent »
« -    Acacia cherche à trouver Ubbo-Sathla.
-   Elle n’est pas comme vous. On ne sait pas lever sa malédiction »
La goule s’approche et dit « je suis d’ici et de votre monde ». Mike lui demande si c’est elle qui l’avait mordu étant enfant. La goule lui répond « Vous aviez un chien qui s’appelait Poppy ! ». Des souvenirs très lointains reviennent à Mike. « et ce n’est pas moi qui vous ai mordu, mais votre frère. ». Et les souvenirs continuent à revenir à Mike : « Bon sang, c’est vrai ! Je n’ai donc pas été mordu par un chien monstrueux ! C’est un faux souvenir que vous m’avez imposé… ». « Comme aux autres » répond la goule. Edmund comprend alors que son souvenir de noyade était aussi faux…
La goule leur explique aussi :
-   Le météore dans le ciel n’était qu’une sorte de « reflet » de l’Île de R'lyeh, et c’est bien sur R'lyeh qu’ils ont accosté.
-   Le ballon a été transmis à Cole, par des adeptes du culte de Cthulhu, en Australie.
-   C’est Lake et Danforth qui ont « ouvert le chemin» mais n’ont pas eu « le courage » de le parcourir jusqu'au bout.
Edmund regarde ce que tricote la vieille dame : ce n’est pas un tricot en fait, mais les fils de la destinée ! Une sorte de Parque… « C’est bien le progrès » dit-elle dans son rocking-chair. « Migos et Choses Très Anciennes se sont toujours faits la guerre. Des millions et des millions de morts. Beaucoup de travail pour moi ! Et ça va recommencer… ». Franck demande si tout est écrit à l’avance. « Non ! Je suis ici car l’endroit est agréable et j’aime bien le chat (il ronronne sur ses genoux)… Les Migos cherchent quelque chose : Ubbo-Sathla ! Il est important pour eux. Attention car les Allemands pourraient bien utiliser leur savoir à des fins néfastes… ».
Le tonnerre gronde alors, et des nuages s’amoncellent.
Nouveau jeu de questions réponses :
« -    Où est Ubbo-Sathla ?
-   vous y étiez ! »
« -    Les Migos vont-ils intriguer avec les allemands ?
-   C’est possible ! »
« -    Où est Ubbo-Sathla ?
La vieille interrompt alors la conversation : « Il vous fait accomplir votre destin ». Elle lève son ouvrage : « Oui, c’est vrai, vous ferez aussi plein de choses encore. Un dernier mot : les Migos craignent le signe des Anciens. Le signe des rameaux vous protège mais ils ne le craignent pas. Et pour nous retrouver, il faudra juste le vouloir ! La porte par où vous êtes arrivés vous mènera là où vous voudrez pour accomplir votre Destin». La pluie s'intensifie.
Après une courte réflexion, Mike propose d’être déposés à proximité de l’Enderby dans l’espoir de pouvoir le récupérer, ainsi que la bombe. La pluie devient torrentielle.
Sykes est comme dans un rêve. Le groupe reprend la porte, rentre dans une pièce sombre où il entend un bruit de chute d’eau et des craquements de pierres. Il reprend la deuxième porte pour être transporté dans un flou étrange et sortir d'une bâtisse en ruine sur un ilot au fond du gouffre !

Fuite et destructions

15h40
Antarctique, Abîme du pic central
Le groupe, avec Bolt, est donc à proximité de l’Enderby. Un pilier noir immense monte depuis le trou au centre de l’étendue d’eau pour rejoindre le sommet de la caverne juste sous le cratère (3 / 4 km plus bas). Au loin, le grand mur gris grouille de Mi-Gos qui s’activent et creusent des centaines de galeries à une vitesse prodigieuse. Franck prend ses jumelles et aperçoit le groupe allemand dissimulé des Mi-Gos derrière des rochers, admirant apparemment leur travail.
Acacia est très agitée : « Ils sont tout près d’Ubbo-Sathla !! ». « Laissez-moi, je préfère mourir que de repartir avec ma malédiction ». Mais Mike peine à faire démarrer l’avion, il doit s’y reprendre à deux fois pour que le moteur vrombisse enfin, perdant un temps précieux. D’un coup, une partie du mur de la caverne s’écroule sous les coups des monstres ailés, laissant entrevoir, le temps d’un instant, au sein d’une nouvelle cavité démesurée, une chose innommable ! Mike et Edmund ne comprennent pas vraiment la vision, mais Franck et David auront l’image d’Ubbo-Sathla, la Source de toute Vie, imprimée dans leur esprit à tout jamais. Le Père de toutes les être vivants. Ils sont extatiques. Acacia tombe, essaie de se relever, rampe. Elle tient un épais cahier de notes à la main qui se consume alors qu’elle prononce des paroles incompréhensibles. Mike, encore en état de penser, fait rentrer tout le monde dans l’avion, non sans avoir laissé l’ogive démoniaque sur place, débarrassée de ses signes de protection magique, espérant qu’elle explosera bien une fois qu’ils se seront éloignés. Franck, très agressif, arme son fusil.

16h05
L’avion décolle avec de grandes difficultés mais Mike arrive à le maintenir en vol avec maestria. L’avion fait une boucle et passe au-dessus des allemands qui lèvent la tête, totalement ahuris ! Franck leur tire dessus frénétiquement, sans succès. L’Enderby se fraie un chemin dans l’entrelacs de colonnes en remontant vers la sortie, qu’avait habilement repéré Mike avant de décoller, et il parvient à extraire le Boeing du gouffre maudit, et à survoler le plateau. Direction la passe, en espérant pouvoir rejoindre rapidement les camarades restés au camp, s’ils sont encore en vie.

16h20
D’un coup, un flash lumineux puissant, chaud, les surprend. Il vient de derrière. Les passagers se retournent et voient alors le cœur du plateau s’effondrer dans un fracas indescriptible, et une sorte d’onde soulevant le sol à plusieurs centaines de mètres de haut commencer à s’étendre. Une onde de choc violente secoue l’appareil. Le sol se soulève emmenant avec lui une quantité insensée de débris et poussières qui rattrapent petit à petit l’Enderby. Un nuage opaque arrive et commence à entourer l’appareil. De petits cailloux impactent les parois de l’avion. Mike essaie de monter pour échapper à la nuée, mais il change d’avis rapidement, espérant passer sous le nuage de poussières. A 5500m d’altitude, la visibilité revient petit à petit. Bizarrement, le sol a l’air très bas, comme si le plateau s’était enfoncé brutalement d’au moins 1000m. Les montagnes aussi paraissent comme presque arasées, culminant au maximum à 5000m. Il faut un peu de temps aux passagers pour comprendre, mais tout le plateau, toute la Cité ont été détruits par le cataclysme provoqué par la bombe. Tout est perdu, y compris leurs camarades Moore, Miles, Dewitt… Le calme revient dans l’avion, personne ne parle, choqué.
L’avion a assez de carburant pour joindre le camp de Lake. En se guidant au cap, Mike arrive à le rejoindre. Il semble avoir beaucoup souffert malgré la distance avec l’explosion.

17h50
Mike pose avec beaucoup de chance l’Enderby, tant le sol est instable.
Les survivants sont hagards, choqués. Packard assure la direction du camp.
Tout le monde, après un très rapide débrief avec Packard, va se coucher, épuisé.

Retour à la civilisation

3h50
Camp Lake
Le bruit du Junker qui atterrit réveille le groupe, qui commence un conciliabule pour déterminer la version des événements qui sera donnée : la Cité existait, ils ont fouillé des ruines, ont trouvé des fossiles étranges ; conformément aux dires de Dyer, c’est bien une tempête qui a tué l’expédition Lake. Le site est sujet à une activité sismique et volcanique intense, et c’est l’explosion d’un volcan qui a tout détruit alors qu’ils faisaient un survol de la Cité. Il ne reste plus rien.
Le groupe décide alors d’aller confronter Cole dont le sourire ne leur a pas échappé. Plutôt que de l’avoir frontalement, ils décident de ruser. Ils le prennent à part et lui montrent qu’ils ont tous un signe de Rlyeh sur eux, avec un clin d’œil. Cole plonge dans le piège, même s’il est surpris. Oui, il appartient à une confrérie nommée les « Adorateurs de Dagon ». Le groupe lui fait croire qu’ils appartiennent à un autre groupe adorant les mêmes Dieux (Dagon, Cthulhu…) mais qui n’était pas au courant de son complot. Cole raconte que la bombe lui a été transmise lors de l’escale en Australie. Il raconte combien il a été déçu qu’il ne puisse pas prendre le contrôle du bateau lors de l’escale sur l’Ile de Rlyeh, car il était prévu d’y récupérer des prêtres impies pour les amener à la Cité. Le groupe décide de le laisser libre, afin de revenir avec lui à New York et de le manipuler ou le mettre en prison là-bas !
Un dernier vol de reconnaissance avant de partir révèle que les Montagnes se sont totalement effondrées vers l’intérieur de l’ancien plateau, qui n’est plus qu’une immense cuvette.

16h30
Début de l'évacuation du camp de Lake,
La question du sort des 5 fossiles de Choses Très Anciennes amène de grosses discussions avec les Allemands, dont un certain Alan Hammel.
La grotte aux fossiles s'est effondrée, engloutissant une bonne partie des échantillons préparés depuis des jours. Le mausolée est englouti dans un glissement de terrain, impossible à déblayer avec les moyens disponibles.


1933 - 12 – 21
Antarctique, Camp de la barrière de Ross
14h00, fin de l'évacuation du camp Lake. Les Junkers ont déposé les dernières caisses et filent vers le pôle.

1933 - 12 – 22
Antarctique, Camp de la barrière de Ross
 8h00, début de l'évacuation du camp de la barrière de Ross - Chargement de la Gabrielle et du Tallahassee. Les équipements les plus lourds sont laissés sur place : chenillettes, vivres, carburant. Seul l'Enderby est démonté en vue d'être ramené aux USA.

1933 - 12 – 24
Antarctique, Barrière de Ross
7h00, la Gabrielle et le Tallahassee mettent le cap au nord.
Les expéditions rivales puis alliées se séparent. Rendez-vous à New-York!
Franck doit lutter contre ses multiples phobies. Il est pris en charge par le docteur Green qui va le traiter durant tout le voyage de retour.

1934 - 1 – 8
Tasmanie, Hobart
17h00, la Gabrielle rentre dans le port de Hobart
Edmund parvient à laisser un exemplaire de Tunnulus à destination de la Couronne britannique.
Une déposition de Police est faite concernant les nombreux disparus de l’expédition.

1934 - 1 – 13
Tasmanie, Hobart
7h00, la Gabrielle, provisions refaites, largue les amarres et met cap à l'est.

1934 - 2 – 7
Panama, canal de Panama
8h00, la Gabrielle pénètre dans l'entrée ouest du canal.

1934 - 2 – 8
Panama, canal de Panama
17h00, la Gabrielle sort du canal et met cap au Nord.

1934 - 2 – 18
New-York City, Port de l'Hudson River - pier 26
18h00, la Gabrielle est à quai.
Une foule un peu déçue les accueille : Starkweather n’est plus là… mais de nombreux curieux et journalistes se pressent pour voir les survivants et entendre leurs témoignages.

Quelques réjouissances !


1934 - 2 – 23
New-York City, Queens, Demeure Lexington
18h00, réception organisée par Acacia pour ceux qui l'ont accompagné dans l'Abîme.
Elle leur raconte l’origine de son mal, maintenant guéri. Son père et sa mère étaient de puissants occultistes. Son père s’était marié tard, et sa mère ne pouvait avoir d’enfants. Ils ont invoqué Ubbo-Sathla pour avoir un enfant, ce qui a fonctionné ! Dès sa naissance, Acacia a montré des signes inquiétants : très colérique, sa force se décuplait dès qu’elle était en crise, son corps changeait.  Elle tua sa mère à 8 ans lors d'une crise. Son père essaya de l’éliminer, affolé, mais ne put s'y résoudre. Il tenta alors de trouver un moyen de la soigner, lui apprenant à se maîtriser. Il finit par se suicider rongé par le chagrin. Acacia trouva de l’aide par sa secrétaire occultiste. Quand elle eut connaissance de l’expédition Lake et de ses découvertes, elle sut qu’Ubbo-Sathla n’était pas loin, et qu’il fallait y aller (elle savait qu’il était arrivé avec les Choses Très Anciennes sur Terre, et que s’il en restait près de leur Cité, Ubbo-Sathla n’était pas loin).
Acacia, véritablement métamorphosée, se montre très généreuse avec ses sauveurs.

1934 - 2 – 26
New-York City, Manhattan, hôtel Netherlands
19h00, réception organisée par Nicolas Roerich en remerciement pour avoir ramené Acacia saine et sauve. Son amitié et son soutien leur est acquis.

1934 - 2 – 28
Arkham, Miskatonic University
10h00, rencontre avec le professeur Pabodie et le Dr Armitage. Un long entretien au cours duquel de douloureux sujets sont évoqués : Lake, Dyer, Danforth, Moore, Cole... Le professeur Pabodie comprend enfin ce qui est arrivé en Antarctique. Les ouvrages récoltés au cours de leurs pérégrinations sont remis au Dr Armitage, pour la collection réservée de la bibliothèque de la Miskatonic University.
Quant à Cole...

Je volerai au-dessus des Montagnes Hallucinées, j'en reviendrai et le monde se souviendra de moi!

Opale Campagnes  |  Cthulhu  |  IdF - Vincent B  |  CR (Modérateur: Vincent_B)  |  CR 2018/04/14 - THE END!
 

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !