gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102278 Messages dans 7468 Sujets par 812 Membres - Dernier membre: Tomar mai 26, 2019, 10:55:16 am
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Profil de Valaar  |  Voir les contributions  |  Messages
gfx
gfxgfx
 

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.

Messages - Valaar

Pages: [1] 2 3 ... 9
1
Citer
Pour la lecture de ce tout dernier paragraphe, je préconise de lancer d'abord la lecture de la musique en lien ci-dessous (en ouvrant un autre onglet), il s'agit de la "BO officielle" d'Aërys, pas partagée à table.

https://soundcloud.com/search?q=dearg%20mourning



Aërys et Athiel franchirent le portail ensemble et ils virent tous une lumière aveuglante et insoutenable qui semblait ne jamais vouloir décliner. Conformément aux derniers échanges avec Aërys, ce fut la mort dans l’âme mais confiante dans l’impératif de procéder que Xena, nouvelle grande prêtresse de Pullura enchanta plus encore la Pierre Sovyrienne pour lui conférer la protection de la déesse du Sarkaris. Un givre sacrée recouvrit avec succès l’immense artefact avant d’être suivi par une montagne de neige qui durcit comme le diamant. « Le feu sous la glace » songea Xena en se remémorant les derniers mots qu'il lui avait tenu pour la désigner.

Aliénor s'essuyait les yeux en serrant le collier d'Athiel que la prêtresse lui avait remis pour Lou. Zacknamaël affichait un air maussade et demanda à ce qu'on l'informe si d'aventure quelqu'un, reine ou pas, avait quelque chose à redire sur la supposée lâcheté des elfes.


Citer
La suite est un futur possible dont Aërys, malgré son intelligence rompu à l'exercice du champ des possibles, ignore tout.

Le passage du plan matériel au royaume Sovyrien semblait durer une éternité. Les deux elfes avaient franchi le portail ensemble, unissant leur magie pour placer des glyphes de protections sur des parois intérieures intangibles et pour générer un champ de force éternel. Les méandres de cette chute défiant les lois de la physique ne purent empêcher les amants de se rejoindre. Autour d’eux, le décor changeait mais ils en avaient cure. Plus que jamais, l’aura lumineuse de la prêtresse irradiait. Ils communiquèrent entre eux sans avoir a prononcer le moindre mot.

« Tu es lumineuse, Loreleï.
- Et toi, comment fais-tu pour capter ainsi la lumière à chaque instant ?
- Parce que quelque soit l’endroit où je suis, je sens ta présence qui m'éclaire. »


(click to show/hide)

Aldaron et Loreleï s’étreignirent ainsi en apesanteur, ne formant plus qu’un à travers leur baiser et leurs larmes de joies et d’ivresses. Ils atteignirent l’Elevation, un terme mésestimé au Kyonin alors que celui-ci est à l’origine du mot « Elve » ou « Elfe » en commun. De l’autre coté de la Pierre dans le royaume Sovyrien, s’ils en étaient seulement capables, les démons pourraient voir ces deux corps longilignes enlacés en apesanteur dans l’immense émeraude. Les plus téméraires qui regardaient la relique perdirent presque instantanément l’usage de la vue et ceux qui osaient s’en approcher brulaient d’un feu divin que nul immunité ne protégeait.

(click to show/hide)

Dans un tout autre lieu, deux elfes, un homme et une femme, apparurent par enchantement dans la forêt de Mériani. Isaël avait été magicienne et Elendel tailleur de pierres précieuses. Leur amour avait créé une entité, une divinité connu sous le nom d’Isaël-Elendel dont le domaine était la magie et les gemmes.
La disparition de la Pierre Sovyrienne, sa supposée corruption et la détresse qui en résulterait verrait progressivement la foi au culte de cette divinité décliner. Mais c’est sans compter l’essence intrinsèque de la réincarnation de la race elfe, où les êtres les plus vils accomplissaient leur nouvelle vie dans le corps d’un elfe noir tandis que d’autres plus purs auraient le corps d’une grive colorée.

Et un jour viendrait où une nouvelle croyance, porteuse d’espoir et de réponses au travers de la magie et des cristaux serait vénéré sous le nom d’Aldaron-Loreleï.


(click to show/hide)


2
Loreleï et Aldaron - car tel était le nom secret d'Aërys - jouirent à plusieurs reprises avant de s’écrouler las et comblés.

(click to show/hide)

Progressivement, alors qu’Athiel se rendormait nue contre lui, le halo de lumière qu’elle irradiait baissait en intensité. D’une pensée, Aërys fit voler la peau de loup que leur avait offert Xena pour la couvrir. Ce faisant, il eut un sourire imperceptible en se remémorant le moment de ce cadeau car l’expression de la barbare semblait exprimer qu’elle reconnaissait en Athiel une louve, ce qui n’était pas totalement inexact.

Aërys prenait les augures d’Athiel avec plus de sérieux qu’il ne le lui montrait et considéra qu’il était fort probable que la suite de son périple dans un autre plan ne connaisse jamais de dénouement. Il orienta sa concentration vers de nouveaux scénarii. Le retour dans le temps que souhaitait accomplir Reyan lui donna une nouvelle idée. Sur le fond, cela consistait à éconduire les démons en les égarant dans un paradoxe temporelle. A ceci près que leur vocation première était de souiller, de corrompre, d’assécher la terre et le Sarkaris en étant le meilleur exemple.

Dans un nouveau scénario, Aërys se teléportait en compagnie d’Athiel et de Lothor mais aussi d’Aliénor dans un lieu interdit et tenue jalousement secret. Ce projet faisait suite à une négociation de plusieurs heures avec la prêtresse et le magus. Lothor avait été le plus rapide à convaincre mais pour Athiel, cela équivalait à juste titre au pire des blasphèmes. Comme il l’avait prévu, ce fut Aliénor qui sut trouver les mots car elle savait ce que « sacrifice » voulait dire. L’halfling ne participait pas à cette mission pour ces talents d’orateurs mais pour ceux, moins connus, de voleuse. Dans les scénarii, ils échouèrent souvent avant que la solution n’apparaisse soudain via une diversion menée par Eté. Le vol de la plus précieuse des reliques elfes signerait à jamais la déchéance de la famille Sirindor.

Rassemblant cette nouvelle donne aux différentes perspectives déjà élaborées, l’archimage visualisa les victoires successives sur Korramzadeh, Areluh Vorlesh, sur une représentation de Baphomet lui-même tout cela avec l’aide de sa soeur Sirÿe avec qui il partagea sa compréhension du tatouage des Gardiens de la Faille qu’ils portaient tout deux. En effet, ce tatouage ressemblait à une spirale ou un vortex et c’est cette dernière image qui lui fit deviner quoi faire. Les démons devaient être attirés ailleurs aussi utilisa t’il la relique elfique pour que les démons s’engouffrent directement dans le royaume d’outre plan Sovyrien sans passer par le plan matériel. L’eden secret du peuple du Kyonin n’existerait plus comme planche de salut en prévision d’un futur cataclysme et la race toute entière des elfes millénaires serait à jamais piégée dans Golarion.

Que ses compagnons saluent son geste fou étaient une maigre consolation car trahir sa famille et son peuple était une faute grave et à jamais impardonnable. De fait, il irait lui aussi dans le royaume Sovyrien et en garderait la sortie mais de l’intérieur. Cela semblait une précaution superflue car l’immensité et la pureté de ce royaume à corrompre devait suffire à occuper les démons pendant des siècles et des siècles. Athiel essayait de l’en dissuader mais ceda rapidement quand il lui expliqua qu’il ne pouvait pas non plus rester à Golarion pour mener une vie de fugitif.

Toujours allongé sur le dos, l’impassible Aërys pleurait. Ses larmes se changèrent en cristal et il vit briller en écho le symbole religieux d’Isaël-Elendel au cou de sa dame de coeur.

Sirÿe continuerait de patrouiller dans le Sarkaris pour oblitérer les démons et protéger la Pierre Sovyrienne dans le plan matériel.

Athiel était partagée entre Lothor et Aërys, mais le magus lui facilita la tâche en se détournant pour cacher ses propres larmes avant de réclamer aux Justes - le surnom que l’on avait donné aux héros de l’ultime croisade - de l’aide pour éradiquer Fléau des Arbres puisqu’il devait décidément tout faire à la place des Sirindor. La colère bouillonnante de Lothor inspirait une allégeance pour lui prêter main forte. Avant de pénétrer dans le portail qu’allait bientôt refermer Aërys, Athiel saisit le bras de Lothor pour qu’il ne se détourne pas d’elle avant qu’elle ne l’ai embrassé fougueusement.

(click to show/hide)

Tous leur laissaient un moment d’intimité pour dire adieu pendant ce temps à Aërys. Le moins expressif fut Zacknamaël, fidèle à sa nature bravache.

« Aërys, tu te rappelles quand je t’ai dit que « te faire confiance prendrait du temps »?
- Ceci n’oublie rien, répondit le mage en désignant sa tête.
- Mmh… je vois. Et bien, bonne chance.
Aërys sourit avant de conclure.
- Qui a dit que je te faisais confiance? »

3
Aërys était allongé sur le dos, les yeux grands ouverts. La longue chevelure dorée d’Athiel lovée contre lui recouvrait partiellement son épaule et son torse imberbe. Ce n’était pas à proprement parler le plafond qu’il regardait mais une projection mentale complexe, un entrelacs de possibilités.

Le corps totalement au repos, tout sa concentration était dirigée nuit après nuit sur ce grand plafond totalement peint. C’était le tableau noir parfait qui lui manquait à Drezen avant leur installation dans cette maison partiellement reconstruite autant par magie que par l’expertise des nains. Le mage ayant amplement participé à la récupération de la grande forge en la libérant des maléfices qui l’étreignait, il avait pu obtenir sans mal leurs aides efficientes. Car là où nombres d’elfes voyaient des créatures râblées, grossières et barbus, il voyait une ethnie fière, prompt à pratiquer la réciprocité. Les nains pouvaient être des ennemis déterminés comme des amis infaillibles.

Dans le dernier scénario qu’il visualisait par des arabesques invisibles au plafond, la participation ou non des nains au grand combat modifiait guère les probabilités : l’axe du bien ou plutôt l’axe de la loi ne l’emporterait durablement pas contre le chaos que représentait les hordes de démons et les seigneurs retors qui les dirigeaient. Bien sûr, les humains à la durée de vie si éphémère connaitrait l’allégresse d’une victoire et d’un semblant de paix durant une ou deux générations.
Les démons pouvaient être repoussés, terrassés en nombres, certains puissants leaders défaits et humiliés mais invariablement, ils reflueraient sur Golarion via d’infimes et invisibles fissures qui deviendraient au fil du temps des trous béants à force de fureur et de rage en provenance de l’Autre coté.


Dans le meilleur scénario, Zacknamaël Kantaria devenait un meilleur diplomate, obtenant la participation sans réserve de la reine Galfrey, souveraine du Mendev et du roi Madrak, protecteur de Dernier Rempart, après avoir été intronisé frère de sang d’Ulf, roi des barbares et du Sarkaris au cours d’une obscure et ancienne célébration païenne. Bien sûr, un Kantaria ne serait jamais le frère d’un humain mais l’essentiel était que les barbares le croient. De son coté, la nouvelle grande prêtresse de Pullura obtenait le concours du royaume des seigneurs des mammouths.

Dans un autre scénario, Korramzadeh le seigneur démon des Tempêtes se retrouvait cristallisé sous un ouragan de givre et de glace divine invoqué par Xena qui ne faisait plus qu’un avec Pullura.

Dans un autre, Reyan de Kercyan relâchait sur Arelu Vorlesh des forces antérieures à la création du monde qui la changèrent en une créature simiesque et apeurée. Dans des variantes de celle-ci, le pouvoir abyssal du sorcier entrainait aussi la mort de tout âme qui vive sur un rayon de neuf lieux, les plongeant dans un sommeil dont ils ne reviendrait jamais.

Dans un autre, Aliénor Sonnecolline-Toupied chantait jusqu’à l’épuisement un hymne vibrant audible jusqu’au fond de l’âme, galvanisant les paladins et barbares qui courraient au sacrifice par centaines et brisant les démons traumatisés par l’expérience inédites de verser des larmes.

Dans bon nombre de scénarii, Aërys du se résoudre à invoquer non plus des créatures célestes, sourdes à son appel à cause du blocage des effluves maléfiques, mais des créatures de la nuit pour combattre les démons. Cela avait un prix. Athiel perdait à chaque fois un peu plus de force vive pour préserver l’intégrité physique de l’archimage et chasser de son esprit le mal qui essayait de le faire céder à l’attrait d’un pouvoir absolu menaçant de le changer en elfe noir. Un des scénarii le libérait du mal grandissant par l’entremise de l’épée de Lothor, plongée dans sa poitrine. Quelles que soient les variantes de ce scénario, Lothor agissait toujours trop tôt, soucieux de protéger Athiel en sous estimant l’endurance et la force de volonté de la prêtresse d’Isaël-Elendel et empêchant surtout le mage de vaincre d’autres menaces au prix de sa vie ou de sa raison.

Dans tout ces scénarii, il y’avait bien des zones d’ombres et d’inconnus. Notamment, le cas de sa soeur Sirÿe Sirindor. Guerrière invaincue au Kyonin, qu’en était-il au milieu des démons? Avait-elle préservé son intégrité morale et farouche ou la ruse du labyrinthe d’Ivoire avait-elle réussi à modifié sa perception de la réalité?

(click to show/hide)

Dans les deux cas, elle finissait par triompher de Silure, humiliant ou asservissant le chevalier elfe corrompu à la cause de ceux qui voulait prendre le pouvoir au Kyonin.

Dans l’éventualité où elle fusse perverti par le chaos, le duo Sirÿe-Silure causait dans les rangs croisés des plaies béantes et tuait invariablement un voir deux des champions, le plus souvent Reyan qui n’avait pas compris que Silure avait fait semblait de pouvoir être affecté par son maléfice de sommeil lorsqu’ils avaient été à la rencontre de la reine Galffrey. Dans une autre variante, ils tuaient Aliénor en premier pour pousser Zacknamaël à la faute…


Dans les scénarii favorables, Sirÿe apportait une aide prépondérante à la lutte contre les démons car en tant que Gardien de la Faille, elle avait accumulé un savoir conséquent et n’avait jamais cessé d’être en contact avec le mentor acariâtre de Reyan. Plus de huit fois sur dix, elle continuait à suivre un agenda qui lui était propre et exigeait d’Aërys qu’il rentre défaire Fléau-des-Arbres et laisse sa grande soeur occire les démons de la Faille, à la recherche des « racines » d’où le démon sévissant au Kyonin tirait sa sève malfaisante.

Athiel émit un léger soupir, une brise imperceptible porteuse d’un parfum de lys. Au fur à mesure qu’elle se réveillait en s’étirant, elle intensifia nonchalamment son aura lumineuse en se redressant pour se tourner vers lui.

« Tu continues à y réfléchir… dans le noir. Et si moi, j’ai envie de te regarder, mon prince? »

Le mage lui répondit par un baiser avant de s’allonger de nouveau sur le dos.

« Lothor n’est pas là? demanda Athiel.
- Non, il m’a dit qu’il ne serait pas, pour nous laisser seuls toute la nuit puisque je pars demain.
- Cette mission que vous allez mener… Elle m’inquiète. J’ai un mauvais pressentiment, comme si c’était une aventure qui te tiendra pour toujours loin de moi.
- L’inquiétude n’est pas une bonne conseillère, Loreleï
. »

Elle aimait l’entendre prononcer son nom secret, celui qu’on ne donne qu’à l’être cher, à l’élu de son corps et son coeur.

« Redis-le.
- D’accord. Mais Lothor risque de l’entendre, ma reine.
- Tu me semble mal placé pour être jaloux
, répondit-elle en riant.
- Loreleï. »

C’est elle qui l’embrassa maintenant.

« Si j’étais jaloux ou rancunier, je m’en prendrais à un certain gouverneur.
- Je n’ai jamais donné mon nom secret à personne d’autre, moi. »


Aërys quitta la comtemplation du plafond pour la regarder. Elle avait changé, elle n’était plus la jeune prêtresse d’Isaël-Elendel venue dans la maison Sirindor parfaire son obédience à la déesse des gemmes et de la magie en se mettant au service la grande prêtresse sa mère pour peut-être lui succéder un jour et épouser le prince. Depuis des millénaires, celle qui devenait la grande prêtresse épousait l’héritier présomptif de la famille dépositaire de la Pierre Sovyrienne et gardienne du portail menant au royaume secret du même nom, celui où tout le peuple elfe se réfugia quand les oracles prédirent la chute de la Pierre-Etoile sur Golarion.
Des six prétendantes, elle avait été la seule à ne pas exprimer un discret dégout à l’idée de ce qui devait être un simple déplacement diplomatique vers le Mendev, pour assister à la célébration de Kenabrès.

« Que veux-tu savoir, Loreleï?
- Décris-la moi.
- D’accord, mais je ne le ferais plus ensuite.
- Pourquoi cela?
- Parce que son souvenir s’estompe. »


Le prince elfe décrivit une jeune humaine de grande beauté, qui comme Athiel, voyait les rayons du soleil couronner sa chevelure d’éblouissants reflets. Ce n’était pas seulement sa grande beauté qui avait attiré Aërys mais un mélange troublant entre fragilité et force, innocence et puissance. Le mage en lui avait pressenti un pouvoir enfoui dont elle ignorait encore tout. Il l’avait rencontré par l’intermédiaire d’amis dont il avait aussitôt exigé qu’ils taisent sa princière naissance. La jeune humaine était curieuse, un joyau sans faux éclats à qui il s’était présenté directement par son nom secret sans même y réfléchir car il avait su au premier regard qu’elle se donnerait à son étreinte.

(click to show/hide)

4
Les Chroniques de la Cinquième Croisade / Re : EQUIPEMENTS & LOOT
« le: juin 03, 2016, 19:39:08 pm »
Les derniers loots et ventes ont été fait durant le dernier scénar.

5
Livre I – L’Invasion de la Plaie du Monde / 2h du mat
« le: avril 29, 2016, 23:08:08 pm »
Dans la cuisine, Freerick la boule au ventre, dut justifier à son épouse, le pourquoi de sa prompt intervention. Car par Shélyn, l’absence de peur n’exclut pas le danger.

« Mon amour. Tu sais que notre bébé est un très jeune bébé… mais tu sais aussi qu’un halfling n’oublies jamais rien. Imagines un peu si Lou se rappelle les mots de Tata Athiel ? Imagines qu’il prenne à Lou la fantaisie de passer ses journées à répéter cette foutue question? »

Ali écoutait à moitié son sauveur, son héros. Elle lui pris Lou des bras pour l’admirer de nouveau avant de lui rendre parce qu’il était encore plus beau avec le plus des bébés dans ces bras.

Et puis… pris de doute, Freerick se retourna lentement, très lentement comme on le ferait avec la peur de découvrir un monstre ignoble dans son dos. Des plaques de cuisson vides trônaient sur la grande table et dans l’angle de la cuisine, Totor, immobile, les poils de sa gueule légèrement brillants.

« Foutue. Foutue. » commença à répéter Lou devant le regard effaré de sa maman.

6
Lothor avait regardé Athiel sortir avec une expression mêlant sourire et admiration pendant qu’Aerys se resservait du thé.

« Pour quelqu’un qui ne mange et ne boit plus, tu as de l’appétit, constata Lothor.
- Puisque c’est le dernier petit déjeuner ici, il me sied de mémoriser ce moment. »

Le magus regarda Aërys sans rien dire, songeant qu’il était plus complexe que ce qu’il montrait avant de se resservir à son tour un bol de thé.

7
Freerick riait intérieurement en admirant dans quel état la fabrication de cette nouvelle recette laissait la cuisine.

Avec l’amour de sa vie, toujours prompte à tenter tous les mariages possibles entre les ingrédients, ils avaient réussi à concevoir un plaisir gustatif dont raffolait Drezen.

Ce matin, le paladin de Shélyn était le seigneur de la cuisine. Dans une grande cuve, il avait lentement mélangé farine, sucre, sel et lait avant d’ajouter de la levure délayée dans de l'eau tiède puis des oeufs battus. Après avoir pétrit le tout jusqu’à l'obtention d'une pâte lisse, il avait laissé reposer pendant une petite heure avant de l’étaler sur des plaques beurrées en carré d’un pied de coté. Un pied de halfling pour être plus précis. Rebadigeonnant le dessus de beurre, il avait replié les angles de la pâte puis roulé la pâte pour lui donner une forme de quartier de lune bombé avant de laisser encore reposer le tout pendant deux heures, laissant largement le temps de préparer, entre autres activités dans le Coeur de Shélyn, dans un grand bol un mélange d’oeuf battus et de lait.

L’étape suivante consistait à dorer la préparation avec ce mélange à l’aide d’un pinceau puis de laisser la pâte « pousser » dans un endroit tiède pendant presqu’une heure, ce qui donnait du volume et de la légèreté à la préparation avant de cuire, après l’application d’une nouvelle dorure, dans un four chaud pendant quinze minutes.

Le résultat donnait un délice blond et croustillant à la fois. Comme Freerick. Le paladin cédait presque toujours, mais non, il n’était pas question de nommer cette recette le « Freerick doré ». Pour lui, c’était clair, il ne pourrait plus jamais faire un pas dans Drezen sans se faire charrier par les paladins et les barbares.

Les premières réalisations furent testées, testées et re-testées par Totor, qui n’avait pas démérité d’après Ali. Le pinceau en poil de marmotte géante était assurément l’élément clé de cette recette.

« Crois-tu? avait demandé Freerick.
- Sens ! avait répondu Ali en guise de démonstration. Ca sent l’amooooour d’une marmotte généreuse. Tiens, à la place, on appellera ça un Crois-Sens ! Non, parce que tu as dit « Crois-tu » et moi j’ai dit « Sens » donc « Crois-tu-sens », c’est tout pourri alors que Croissans, c’est vraiment bien… »

Freerick aurait approuvé n’importe quoi pour ne pas avoir sa version dorée trempant dans les bols de café matinaux. Il restait tout de même un détail : pour faire des « croissans », il fallait qu’il se lève à deux heures du matin.

Oui, d’accord. C’est un détail.

Ce matin comme tous les autres, Totor mangeait le premier exemplaire de tout ce qui sortait du grand four. C’était ensuite un combat de tous les instants pour le garder à l’oeil afin qu’il ne gobe pas le premier exemplaire de chaque fournée.

« Ali, c’est quoi, une mal-baisée? »

Non, il n’avait pas rêvé… Freerick regarda les plaques sur la grande table centrale puis Totor puis les plaques puis Totor. La marmotte avait une expression neutre qui promettait qu’elle n’approcherait pas de la table.

Freerick créa sans le savoir un déplacement glissé arrière que l’on nommera plus tard la « marche lunaire » pour rejoindre la porte de la cuisine sans quitter des yeux la marmotte car comme on disait aux paladins à l’académie : « L’absence de peur n’exclut pas le danger ».

Le temps de dire « ouf », il avait rejoint sa jolie épouse qu’il trouva la bouche ouverte à la table des elfes et prit aussitôt la parole tout en prenant Lou dans ses bras.

« OhbonjourAerysbonjourAthielbonjourLothorCommentallezvousbienjespereOhmonpetitlouaungroschagrinallezviensmonbébéonvafaireuncalindanslacuisineouiAlydanslacuisineexcuseznousjevouslempruntemaintenantjetedisdanslacuisine! » et de disparaitre aussi vite qu’il était arrivé entrainant dans son sillage la bardesse d’une main ferme.

Athiel, Lothor et Aerys clignaient des yeux en se demandant ce qui c’était passé.

Ete rompit le silence en s’interrogeant : « Freerick serait capable de parler plus vite qu’Ali? »

Athiel dévisageait ses amants, s’appliquant à être plus impassible que jamais. Expirant un léger zéphyr de dépit, elle se leva délicatement et eut une légère inclinaison de tête signifiant qu’elle leur souhaitait une bonne journée, attention matinale que les elfes de bonne éducation avaient entre eux avant de se dire au revoir. Elle différa un moment son départ de l’auberge en posant doucement ses mains fines et ses doigts longs sur le bord de la table.

« Soyons clairs. Je veux bien continuer à participer aux soirées bruyantes puisque nous vivons tous ici en bonne intelligence mais pour ce qui est du matin, après les prières du levée du jour, le petit déjeuner ici, c’est fini. Vous ferez votre affaire de qui vient chercher les croissans.
- Oui-oui, bien sur »
. répondit Lothor.

Aërys acquiesca d’un signe de tête et demanda : « Autre chose?
- On verra. »

8
Livre I – L’Invasion de la Plaie du Monde / Mal baisée ?
« le: avril 23, 2016, 10:16:56 am »
(En vert, traduit de l'elfique)

Mal baisée ?

Athiel resta interdite en regardant la paladine s’éloigner puis interrogea ses amants.
« Je n’ai pas compris. Qu’est ce que ça veut dire, mal baisée? »

Déconfits, Aërys et Lothor hésitèrent, cherchant quoi dire ou quoi faire pour sortir de cette impasse.
Lothor tenta un « Je crois que j’ai entendu un bébé pleurer » qui lui valu d’être fusillé du regard par Athiel, si bien qu’il resta bien sagement assis pour chercher dans la contemplation de sa petite assiette une réponse valable à formuler.

La prêtresse elfe insista auprès d’Aërys.

« Je n’ai pas rêvée, c’était une insulte?
- Hum… A dire vrai, la critique était moins pour toi que pour nous. Sémantiquement parlant. »

N’en croyant pas ses oreilles, Lothor releva le nez pour regarder ébahi le mage dont les sourcils exprimèrent qu’il ne faisait que dire la vérité. Athiel expira de dépit et s’en prit à un croissant, même si elle n’avait pas vraiment faim.

L’on pouvait entendre un petite grive voler. Et voilà que déboulait Aliénor, son bébé dans les bras.

« Ah Athiel, tu es là! Tu vois Lou, Tata Athiel est là, alors tu vas arrêter ton gros chagrin ma petite marmotte d’amour. Gazou-gazou-gazou ! Et peut-être même que Tata Athiel va pouvoir te garder un peu pendant que maman prépare un bon gâteau…
- Je vous avais bien dit que j’avais entendu un bébé… »

Lothor eut la présence d’esprit de ne pas finir sa phrase et Athiel accomplit un miracle, faire taire l’halfling en lui demandant sans détour :

« Ali, ça veut dire quoi, mal baisée? »

9
Livre I – L’Invasion de la Plaie du Monde / Déjeuner en paix
« le: avril 22, 2016, 21:35:20 pm »
Drezen. Auberge du Coeur de Shélyn. Le lendemain matin.

« …et alors, le dragon a mis ses ailes devant sa gueule pour se protéger de mes flèches mais c’est pas ça qui peut arrêter une archère de mon niveau alors j’ai tiré à l’instinct oui parce que j’ai des super sens super développés et donc ma flèche elle a transpercé son aile et puis elle a filé tout droit dans son oeil pour le crever bon en fait c’était pas nécessaire vu que le dragon était aveugle mais ça c’est pas grave c’est la beauté du geste qui compte n’est ce pas et donc ensuite j’ai tiré huit flèches la première dans son deuxième oeil non parce que je vous explique un dragon ça a deux ailes deux yeux tout ça et après j’en étais oui je sais donc je disais ma deuxième flèche directement dans sa gueule même qu’elle a rebondit contre une dent oh là ces dents immenses vous avez jamais vu des pareilles mêmes elles sont plus grandes que les dents de Zack rendez vous compte alors donc après le rebond bah c’est parti direct dans sa gorge et après bah il a jamais pu cracher du feu… »

Prenant le petit déjeuner comme à leur habitude, Aërys et Athiel en compagnie une fois n’est pas coutume de Lothor, avaient la chance inouïe d’entendre les exploits de Ailénor, tueuse de dragons alias « Tant que j’ai pas tiré, t’es pas mort ». L’arrivée de l’halfling volubile ponctuait depuis un laps de temps considérable une collation particulièrement silencieuse, pour ne pas dire embarrassante.

Les trouvants un rien ingrats, Ali demanda tout de go si ça son histoire ne les intéressait pas. Diplomate, Aërys expliqua à qu’ils avaient peu dormi ce qui sembla suffire à l’halfling jusqu’à qu’elle eut un éclair de génie.

« D’accord ! Athiel, Lothor, je vous embête plus, mais toi Aërys, tu dors pour ainsi jamais, c’est bien ça? Donc, tu peux m’écouter parce que j’ai pas tout à fait tout a fait tout a fait terminé…
- J’étais là, Ali. »

S’ensuivit sur le visage de la halfling plusieurs expressions entre doute et auto-conviction. Par Shélyn, Aërys avait bien fait du nombre triomphant contre le dragon et… donc il a tout vu… et… Et puis finalement en remettant de l’ordre dans ces idées, Ali décida intérieurement que toutes les informations délivrées étaient somme toute assez précises et que la victoire contre le dragon avait été peu ou prou ce qu’elle en racontait. Satisfaite, elle s’éloigna après avoir ajouter :

« Surtout n’hésites pas à compléter si j’ai oublié quelque chose. »

Le petit déjeuner silencieux repris ses droits. Pour les autres races, les elfes sont jugés austères et totalement inexpressifs alors qu’ils disposent d’un langage corporel constitué d’infimes mouvements et gestes mesurés en plus de parler la plus ancienne et complexe des langues.

Dans le cas présent, la moue imperceptible d’Athiel renvoyait à la mention indélicate sur leur quantité de sommeil. Traduit en langage humain, cela équivaudrait à un sérieux coup de pied sous la table. Ce à quoi Aërys répondit d’un fin mouvement de sourcils qu’il n’avait commis aucun mensonge ni révélé quoi que ce soit, sémantiquement parlant. Dépitée, Athiel tourna un regard discret vers Lothor afin de trouver du soutien pour vilipender le mage. Sans succès car Lothor souriait et gardait pour lui qu’il avait été à deux doigts de dire qu’il croyait avoir entendu un bébé pleurer.

Petits pains et confitures allaient de l’un à l’autre quand les nez fins n’étaient pas plongés dans les tasses à thé. Chacun était dans ses propres pensées, partagé entre sérénité et perplexité, tout en ayant conscience de la présence de l’autre, en l’occurence des deux autres.

Le moment de grâce ne dura qu’un temps avant qu’ils ne soient à nouveau dérangés.

Une démarche chaloupée mais athlétique martelait le parquet de l’auberge en approchant. C’était Appoline, la paladine de Ragathiel, une femme au caractère bien trempée qui ne s’interdisait rien. Sa cible : Lothor.

« Alors, je t’ai cherché hier soir. T’étais où? »

Le séduisant magus, toujours à l’aise et ne manquant jamais de répartie resta cette fois sans voix et bien embarrassé.

Appoline savourait l’effet qu’elle lui faisait et se pencha, prenant appui les mains sur la table pour sussurer.

« C’est que j’avais des trucs très privés à dire à tes petites oreilles pointues »

Il ne sortit de la bouche de Lothor qu’un vague bégaiement qui la fit réagir en se redressant.

« Mmouais. Tu sais, tu peux le dire si tu t’es mis aux leçons d’équitation nocturne avec la dresseuse de griffons. Elle est pas mal, je peux compren… »

Athiel explosa.

« Devons-nous prendre notre petit déjeuner dans notre maison pour pouvoir être tranquilles? »

Lothor et Aerys étaient bouches bées et l’on entendit une petite cuillère tomber sur la soucoupe.

La paladine la dévisagea, réfrénant son désir de lui fermer le clapet. La prêtresse elfe ne baissait pas les yeux, ce qui la contraria avant de l’amuser. Rangeant pour plus tard cet épisode dans un coin de sa tête, elle tourna les talons après avoir lâché autant pour Aërys que pour Athiel :

« Mal baisée. »

https://www.youtube.com/watch?v=S7cP8jGMtAE


10
Livre I – L’Invasion de la Plaie du Monde / Donner et recevoir
« le: avril 19, 2016, 02:38:09 am »
Citer
"Quand on a que l'amour
A s'offrir en partage"
Jacques Brel

(en vert : traduit de l'elfique)



Drezen.


La soirée à l’auberge d’Ali et Freerick battait son plein. Chaque victoire des héros, chaque grand événement religieux signifiait invariablement une fête très arrosée au Coeur de Shélyn.

Aërys était installé avec Athiel, un peu à l’écart du gros de la fête. La prêtresse avait bien sentie que le prince était préoccupé et finit par apprendre de quoi il retournait.

« Elle a refusé de me répondre. »

Elle, Sirÿe Sirindor, cette soeur qu’Aërys était venu trouver dans la Plaie du Monde. Elle qui était ici depuis tant d’années. Le mage avait fini par percer le secret du sortilège capable d’adresser un message à une personne connue en tout lieu et dans n’importe qu’elle plan d’existence. Il avait tenu à la contacter lui-même, malgré le fait que cette magie était plus simple pour les prêtres que les magiciens.

Une part d’Athiel songea qu’Aërys abandonnerait sans doute son projet de convaincre sa soeur de rentrer au Kyonin puisqu’il fallait un héritier présent sur les terres Sirindor. Il lui faudrait sans doute du temps pour accepter qu’il ne pourrait pas la convaincre.

Le Kyonin, songea Athiel. Elle en venait à craindre d’oublier à quoi ressemblait les forêts majestueuses, la fraicheur du matin, le chant des sylphes, les fées virevoltant autour des arbres plusieurs fois centenaires. Et elle le vit. Zacknamael… Zack buvant avec Ulf. Sa mâchoire carrée, ses mains larges…

Elle se rendit compte qu’Aërys la regardait et se reprit en affichant un air navré. Le mage eut un sourire aimable pour son amante.

« Ne t’inquiètes pas pour moi. Je suis au courant.
- Ah… Ecoutes, c’est… fini. Il n’y a rien…
- Il n’y a rien à expliquer, Athiel. D’ailleurs, je serais mal placé pour critiquer ton histoire avec… un humain.
- Songes-tu encore à elle?
- Non. Elle était égoïste. »


Le commentaire fit sourire la prêtresse. L’égoïsme… Quelle différence il y’avait-il entre ce que l’on désire et ce que l’on est en droit d’espérer? Aimer et égoïsme étaient deux choses différentes. Elle aimait Aërys parce qu’elle souhaitait le meilleur pour lui tout en recherchant sa compagnie.

« Alors, pourquoi? tenta-t’elle. Voulais-tu comprendre une humaine?
Non. Elle était juste spéciale. »


Athiel sourit en jetant un regard vers Zack, et n’eut pas besoin de prononcer « comme lui ».

Rassurée sur le fait que son aventure passé avec le paladin n’engendrerait pas de problèmes entre eux, elle posa délicatement sa main fine sur celle d’Aërys. Leurs gestes étaient légers comme la chute d’une plume, les doigts se frôlèrent avec une douceur dont seuls les elfes étaient capables. Leurs esprits tournés l’un vers l’autre, le brouhaha environnant s’estompait. Le mage affichait ce visage paisible baignée d’une douce lumière dont elle ne se lassait pas. Aërys murmura trois syllabes qu’elle déchiffra en lisant sur ses lèvres.

Les yeux vert émeraude d’Athiel brillèrent d’émotion tandis qu’elle serrait plus fort sa main. Celui qu’elle aimait venait de lui révéler son nom secret, celui que l’on réserve à son amante, à sa dame de coeur. Il sentit à travers la pulpe des doigts d’Athiel l’emballement de sa respiration. Savourant et jubilant avec discrétion, elle eu un léger mouvement de cils, emprunt d’une grande sensualité, pour sa gratitude devant cette marque de confiance.

Ils quittèrent sans un bruit le coeur de Shélyn pour rentrer dans la bâtisse qui leur servait de nouvelle résidence. Les travaux avaient été rapidement réalisés grâce à l’aide des nains qui s’étaient succédés à la tâche, propageant entre eux un bouche à oreille très efficace concernant les plans dessinés par Aërys, truffés d’annotations pertinentes rédigées dans leurs langue qu’ils commentaient en grands spécialistes. La maison des elfes n’était semblable à aucune autre. Bien que construite en pierre, les ornementaux donnaient une impression florale à l’ensemble.

Ils s’installèrent confortablement dans la grande salle commune autour de laquelle étaient articulées quatre chambres.

« C’est à moi de te remercier, repris Aërys. Sans la force de ton amour malgré les obstacles qui m’ont tenu à l’écart de toi, je serais certainement très seul. Ton indéfectible foi en moi malgré le fait que je ne partageais pas ton amour à eu raison de mes inquiétudes et de ma réserve.

J’ignorais alors tout le bonheur d’être ainsi choyé… et j’aurais eu tord de ne pas vouloir entendre ce que ton coeur exprimait.

La beauté de tes sentiments m’a ouvert les yeux et ton amour a fait naitre le mien. »


* * *

Lothor était en pleine compétition de fléchettes contre un paladin et un barbare. Autant dire que le concours était tout sauf disputé. Le plus adroit des fidèles de Iomédäe était au mieux un lourdaud en comparaison de l’elfe et le plus délicat des adorateurs de Pulura lançait les projectiles comme s’il voulait détruire la cible.

Burgh’Ond, un barbare bien éméché s’exclama avec joie quand il vit approcher la grive nommée Eté : « les oiseaux sifflent, le printemps siffle et jamais ne renaît ! »

Pour suivre Eté, Lothor dut abréger le concours en plantant ses dernières fléchettes dans le rond central de la cible… sans les lancer. Elles avaient flottés comme mues par un serviteur invisible.

« Tu as triché, grommela le paladin.
- Non, répondit le magus en partant. Demandes à ton général : j’ai gagné. »

Non loin, Reyan expliquait à Amina qu’il s’agissait d’un sort mineur qu’elle pourrait apprendre facilement. Avec son aide.

***

Quand il arriva à la maison des elfes, Lothor trouva Aërys et Athiel assis à même le sol sur le gazon varisien que le mage avait ramené en même temps que la dresseuse de griffons. Le prince l’invita à les rejoindre et fit voler vers eux trois gobelets ainsi qu’une bouteille que le magus examina avec intérêt avant d’avoir un grand sourire en humant son nectar.

« C’est la meilleure des bières naines, expliqua Aërys. Stanton Veihn gardait ce trésor pour lui. J’ai gardé une bouteille pour nous et ai donné les autres en ma possession aux nains pour les remercier.
- Ils ont apprécié?
demanda Lothor.
- On aurait dit moi quand j’ai eu mon premier livre de sorts. »

Les elfes passèrent un délicieux moment, ravivant ensemble l’image de leur terres d’origines, priant un peu, chantant également et se laissant aller à rire aux éclats puisque qu’aucun humain n’était présent pour les voir. L’élixir nain faisait effet, les joues d’Athiel rosirent en premier. Séduit, Aërys déposa un tendre baiser dans le creux de la main de la prêtresse en la regardant.

Athiel sourit à ce geste intime qui signifiait à la fois donner et recevoir et caressa doucement l’avant-bras du mage en retour dans un geste d’une sensualité troublante. Comprenant qu’ils allaient se retrouver plus avant, Lothor s’apprêta à se lever pour rejoindre sa chambre quand Aërys le retint.

« Non. Reste. »

Le magus fut surpris l’espace d’un instant. Le regard interrogateur d’Athiel allait d’Aerys à Lothor.

Elle s’arrêta pour détailler le visage de ce dernier. Surpris, Lothor la regardait le souffle court, conscient plus que jamais qu’il n’existait en Golarion aucune beauté égale à la sienne. Athiel ressentit l’émoi de Lothor et en fut troublée, donnant soudainement un sens à tant de non dit et de regards fuyants du magus, comprenant que c’est moins pour Aërys que pour elle qu’il était encore dans ce pays de désolation. Le regard de la prêtresse devint triste puis tendre.

La beauté de tes sentiments m’a ouvert les yeux et ton amour a fait naitre le mien.

Son regard alla de Lothor à Aërys qui s’était rapproché d’eux. Les yeux clairs du prince lui souriait et lui témoignait la plus grande des confiances, tout en passant ses doigts dans ses cheveux d’or avant de descendre vers le creux de ses reins. Le magus fit mine de se lever quand elle l’arrêta en posant sa main sur la sienne.

Non, expira t’elle sans vraiment s’en rendre compte tandis qu'elle sous ses doigts les frissons du magus.
Le coeur de Lothor battait à tout rompre alors qu’il se sentait incapable de bouger. Il n’existait en Golarion aucune beauté égale à la sienne.

Perdant un a un tout ses sens, il n’existait que le contact délicat de la main d’Athiel. Et une sensation d’ivresse quand elle déposa un tendre baiser dans le creux de sa main en le regardant.

11
Les Chroniques de la Cinquième Croisade / Re : EQUIPEMENTS & LOOT
« le: avril 09, 2016, 18:26:33 pm »
18 pts de marchandises
12300 PC
17450 PA
4800 PO
260 PP
5 joyaux de 50po
1 symbole Iomedae de 500po
Epée longue fer trois +3 tueuse extérieur mauvais
Ceinture des nains
Etuis parchemins en or de 250 po
Armure écaille mithril +4

Aërys : 1 baguette peau de pierre 22 charges
Scrolls :
Aërys : Dissipation suprème
Xena : Restauration, Guérison Suprême, Résistance Magie

Soit 13385 po chacun (non inclus foot précédent)
+2830 po chacun (suite à une vente de Zack)

soit : 16 215 PO

12
Les Chroniques de la Cinquième Croisade / Re : EQUIPEMENTS & LOOT
« le: avril 09, 2016, 18:21:20 pm »
Loot gueunaude :

4 scrolls :
- Barrière de lames
- Dissipation suprême
- 2x Guérison Suprême

Amulette des poings invisibles +2 : 16000po

4000po

Lance d'arçon +1 de foudre : 8000po

28000po

A soustraire : Gemme de 5000 po in case of Raise Dead

Soit 23000/5 : 4600 par PJ.

13
Livre 5ème : Terre d'asile / Re : PROLOGUE
« le: mars 01, 2016, 11:11:34 am »
Il y'a des choses qu'on ne montre pas à un petit garçon...
(click to show/hide)

14
Les Chroniques de la Cinquième Croisade / EQUIPEMENTS & LOOT Chap. 10 & 11
« le: février 28, 2016, 11:50:48 am »
Roulement de tambour...

(click to show/hide)

15
Livre 5ème : Terre d'asile / Re : PROLOGUE
« le: février 25, 2016, 22:57:29 pm »
" Le corbeau?
- Je t’ai pas dit de regarder avec tes yeux, petit. Regardes mieux…"

(click to show/hide)

Phorgas eut un mouvement de recul qui se disputait à une fascination morbide.

« Oui, mon garçon. Belle et dangereuse à la fois, menteuse comme personne. Elle voulait tout, les andouillers du cerf, les dents du loup, la nuit éternelle.
- Alors, le chaos a gagné?
- Oh oui. Et pas qu’un peu d’ailleurs. Elle a gagné assez longtemps pour que les dieux originels s’entretuent ou disparaissent avant de revenir en ayant changer de nom ou d’apparence.
- Elle est pas vrai ton histoire.
- Tout croire ou douter de tout, voilà deux attitudes bien commodes quand on ne veut pas réfléchir. »

Phorgas réfléchit un long moment avant de demander.

« Pourquoi tu me racontes tout ça? »

Le vieil homme eut un sourire malin.

« Pour qu’un jour, tu puisses comprendre ce qui se passe, si le chaos s’empare de tout. Il ne faudra pas te tromper de combat : la vie n’est pas une course qu’il faut remporter. Que feras-tu plus tard de la tienne?
- Je protègerais ma maman. »

Les yeux du vieil homme se plissèrent tandis que les couleurs virèrent au gris.

« Alors dors pour être fort demain. »

Pages: [1] 2 3 ... 9

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !