gfxgfx
 

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
gfx gfx
gfx
102357 Messages dans 7487 Sujets par 905 Membres - Dernier membre: pepeARea février 20, 2020, 14:55:22 pm
*
gfx*AssociationDonsForumMessagesgfx
gfx
Opale Campagnes  |  Profil de Draconus  |  Voir les contributions  |  Messages
gfx
gfxgfx
 

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.

Messages - Draconus

Pages: [1]
1
Résumés des parties / AVENTURE 5
« le: novembre 24, 2009, 18:11:06 pm »
Le trajet vers la capitale se déroula quasiment sans emcombres. Le seul incident arriva au milieu du chemin : notre compagnon de route qui se disait pretre du soleil fut atteint d'une question métaphysique. Il se mettait à douter de tout et ne savait plus quoi faire.
D'un seul coup tout recommenca : les traits du pretre semblait fondre, et quelquechose bouger sous sa peau. Le reste fut peu ragoutant aussi ne le décrirais-je pas ici. Le pretre fut remplacé par une autre personne qui étrangement possédait le même visage.
Il s'agissait d'un mage de SilverMoon qui venait d'échapper à une mort attroce et attérir ici. Fait rassurant : il semblait ne rien comprendre lui aussi.
En même temps, notre brute à la clé fit de drôle de bruit. Une scène aussi imomnde que l'apparition du prêtre en perspective : une main lui sortait du thorax.
Je ne raconterai pas la suite, ce phénomène est totalement inexpliqué : une sorte de guerrier au marteau sorti de ami à la clé sans l'endommager (il a cependant gardé son teint verdâtre).

Ces nouveaux compagnons ne comprenaient pas ce qui leur était arrivé ni ce qu'il faisait ici.
Nous leur proposâmes donc de venir avec nous afin de tenter de comprendre la finalité de tout ceci.

Après avoir rassuré le gnome qui nous servait de guide, nous continuâmes et arrivâmes à la capitale.
Une immonde cité peuplée de marchands pour ce que j'ai pu en voir.
J'alla remettre en lieu sur le tronc à don du cimetière des 300, après quoi nous allâmes vendre nos trouvailles et acheter du matériel.
Les infâmes marchands nous anaquèrent à chaque transaction, mais nous parvinmes à récuper une carte de la ville et de l'ile.
Nous achetâmes quelques matériels essentiel pour voyager et déposâmes le porteur de clé dans le temple de la sphère des cieux. Nous payâmes pour qu'ils prîment soin de lui et décidâmes après de longues déblatération de partir à l'aventure pour comprendre ce monde et faire que notre nom puisse nous ouvrir les portes des mystères enfouis chez les dirigeants.
De plus cette cité n'apparu pas comme un bon emplacement pour rester en vie avec une bourse !

Nous nous avanturâmes vers les montagnes noires aider un groupement de mineurs contre une menace "invisible". La guilde des mineurs nous fit même signer une sorte de contrat magique pour éviter que nous volions dans la mine.
Le guerrier au marteau s'avéra être un forgeron d'arme doublé d'un assez bon guerrier.
Sur la route nous nous racontâmes nos periples respectifs, notre paln d'origine et tantâmes sans succès de comprendre ce qui nous avait mené ici.

Nous tombâmes un jour sur un barde à pied qui disait vouloir aller aux montagnes noires. Nous acceptâmes donc de nous accompagner. Il profita de la première inattention de notre part pour empoisonner notre diner.
Cet étrange poison avait pour particularité de rendre les personnes plus "docile".
Etrangement le druide et l'apprenti magicien résistère à ce poison alors que le forgeron y succomba totalement.
Mon entrainement me permit de garder en partie le contrôle de mon corps : bien que je me sentait obligé d'obéir aux ordres du barde, je retint mes coups pour ne pas trop amocher mes compagnons de voyages et me laissa mettre à terre pour qu'ils puissent me maitriser en attendant que le poison se dissipe.
Le barde avait pour projet de nous faire combattre les uns contre les autres. Je ne sais exactement pourquoi, mais la suite de son projet ne saura jamais connue pour cause de mort.

2
Calendrier des séances / SEANCE 6
« le: novembre 17, 2009, 18:07:18 pm »
NOUVELLE PROPOSITION


LE SAMEDI 28 NOVEMBRE A 14h00.


LA MINE ET SES MYSTERES VOUS ATTENDENT.

3
Résumés des parties / AVENTURE 4
« le: novembre 15, 2009, 13:12:54 pm »
Le trajet vers la capitale de cette ile se déroula - au début - sans encombre, jusqu'au moment où la pluie tomba d'une facon surprenante, suivie d'une brume insondable.
Cela arriva juste avant que nous débouchions sur une plaine selon ce que notre guide gnome dans son étrange chariot nous avait annoncé.
Ce dernier nous ralentissait énormément. Si nous avions su la route pour aller à la capitale, nous n'aurions pas eu à s'arreter toute les heures pour remettre un peu de bois dans sa cheminée transportable !
Mais comme nous ne connaissions pas la route ... Se sera la première chose que je ferai une fois arrivé à la ville : trouver des cartes et des livres qui détaillent ce monde dans lequel nous avons atterrit.

Ou en étais-je ? Ah oui ! Cette brume une fois arrivé dans la plaine...
Nous avions décidé - sauf notre ami porteur de la "clef" de tenir une corde afin de ne pas nous perdre. Notre guide qui parlait avec le guerrier annoncait que cette brume pouvait durer de quelques minutes à quelques jours.
C'est ainsi que nous perdîmes de vue le guerrier et notre guide dans son étrange chariot. La route était droite, nous aurions du avoir aucun mal à les retrouver, si ce n'est qu'un étrange bruit se manifesta : "vrouf".
Nous les appellâmes, mais nul ne répondit.
Le chien de notre druide se mit à couiner, ce qui nous incitat à la prudence.
Au bour d'un moment d'indécision, nous entendîmes la charette heurter un obstacle, son conducteur ne devait plus être présent.
Nous avançames à pas prudent pour examiner la charette qui venait de quitter la foret pour heurter une des rares pierres de la plaine. Des griffes semblaient avoir troué la bache qui couvrait la charette, mais nulle trace de sang ou de combat ... Qu'est-ce qui avait pu ainsi les enlever sans qu'ils s'en apercoivent ?
Nous nous convainquîmes pour une sorte d'oiseau géant. Ne sachant par où chercher dans ce brouillard, nous nous assîmes quelques instants et la brume disparu aussi rapidement qu'elle était venue.
C'est ainsi que nous vîmes proche de la sortie de la foret une sorte de temple qui s'avéra être un cimetière, ainsi qu'une vieille dame qui nous interpella : pouvions nous l'aider à trainer des sacs de grains laissé par les villageois jusqu'à chez elle ?
Elle était la gardienne du cimetière des 300 et les villageois  lui apportaient régulièrement de quoi se nourrir, mais sans sortir de la foret.

La nuit approchant, nous accompagnâmes cette vieille dame qui nous assura qu'il n'y avait pas de volatiles géants dans les environs.
Elle nous narra son histoire : elle et sa famille étaient les gardiens de ce cimetière de génération en génération. Ces 300 étaient vénérés sur cette ile pour une cause obscure que je comprendrais peut-etre mieux en lisant un vrai livre dessus.
Beaucoup de personnes venaient ici pour faire un don. Elle a acquis de cette manière un anneau de lévitation : tout objet touché par l'anneau se met à léviter. Pratique pour déplacer de lourdes charges.
Elle était veuve, son mari étant mort il y a plusieurs années et vivait ici en ermite en attendant que sa fille vienne prendre la relève.
Nous dormîmes sur place et partîmes le lendemain matin.

Nous revîmes à l'orée de la foret et découvrîmes - ou plutot le compagnon canon du druide découvrit - une zone de terre meuble et en creusant la fameuse clé de notre ami guerrier.
Nous ne savions plus quoi penser. Où avait-il pu disparaitre ?
Résigné, nous continuâmes notre route sur la plaine en direction de la capitale, jusqu'au moment où le chien se fit happer par ce qui devait être une taupe énorme. nous creusâmes donc tant bien que mal et finîmes par déboucher dans le tunnel de ce que nous pension être une taupe.
Au vu des dimensions correcte du tunnel, la taupe devait mesurer environ 2m ! Quel étrange monde ...

Un des coté du tunnel était bouché, nous partâmes donc de l'autre qui semblait aller en direction du cimetière. Etrange ...
Sur le chemin, le mur était de plus en plus tappisé de cadavres en état de décomposition relativement avancé.
Vers la fin de ce tunnel, nous entedîmes une voie : la gardienne du cimetière !
Elle féliciatit la créature de lui ramener le chien du druide.
Le tunnel semblait bouché par un éboulement récent, nous ne pouvions plus avancer, et décidâmes donc de faire demi-tour et revenir à la surface vers le cimetière.

La remontée du tunnel fut plus hardu : le druide semblait incapable de sauter et s'accrocher au rebord du trou et le pretre trimballait avec lui des kilo de fer sur le dos.
Encore à moi de faire montre de mes talents et d'accrocher une corde pour les hisser.
Heureusement mon apprentissage au monastère comportait des exercices physiques : un corps sain dans un esprit sain, tel est la devise.
Je remontais donc ces quelques mètres et accrocha la corde.
Le pretre se hissa de justesse, la créature arriva !

Celle-ci tenta de nous attraper tout en restant caché sous terre. Ses griffes pointues surgissant ca et là et semblant totalement indestructibles !
Nous courûmes donc jusqu'au cimetière où nous retrouvâmes la gardienne.
Le druide et le prêtre ne voulait pas la brusquer, ce qui était totalement stupide : elle savait ce qui se passait et nous mentait depuis le début.
Nous finîmes par découvrir une trappe caché dans sa maison et descendîmes voir ce qui se passait.
La gardienne grace à sa bague de lévitation réussit à fermer la trappe et nous bloquer en bas. Le druide et le pretre continuère à explorer pendant que je défonçais la trappe.
Une fois la trappe explosée, la vieille femme tenta de me repousser en reversant une marmite de soupe ... froide.
Je surgit donc du sous-sol, attrape la gardienne et la suspend par ses vêtement à un crochet.
Pour éviter tout nouvelle tentative, je lui vola sa bague.

En redescendant, nous entendîmes le grattement que produisait la bête : elle était de retour.
Il s'agissait non pas d'une taupde, mais d'une gargouille en pierre, un ennemis bien dur à abattre à cause de la dureté de la pierre.
Heureusement, le druide avait mémorisé un sort qui lui permettait de rendre son gourdin magique et donc d'endommager la créature.
Après une apre bataille et de nombreuses blessures, nous en vînmes à bout.

Le reste de la cave contenait un atelier de nécromancien, la gardienne essayant de fabriquer un golem de chair qui ressemblait à son défunt mari.
Nous brulâmes la création, sauvâmes le chien, le guerrier qui baignait dans un étrange liquide et notre gnome-guide.
Nous en profitâmes pour récuperer les ingrédients utilisé por cet acte de nécromancie, ceux-ci valent cher normalement.
Une autre surprise nous attendait : la vieille gardienne avait réussit à déchirer ses vètements et se jetta sur sa création.
Ils moururent tout 2 brulés.

Par mesure de sécurité, j'otais le tronc à dons pour le rapporter à la capitale. Des voleurs pourraient roder.
Nous partâmes donc de nouveau en direction de la capitale avec notre équipe au grand complet.

4
Résumés des parties / AVENTURE 3
« le: novembre 07, 2009, 18:34:16 pm »
Nous marchâmes en cette terre inconnue, décidé à rejoindre cette rivière pour la longer et trouver cette percée dans les bois qui nous mènera à cette ville que nous avions aperçue.
D’un seul coup, celui qui nous avait trahi fut pris d’une violente douleur à l’estomac, il tomba, se roulant sur le sol en poussant des cris affreux. On aurait dit qu’on lui arrachait les entrailles, ce qui était plutôt vrai d’ailleurs : une main surgie de son abdomen, complètement ensanglantée. Elle fut bientôt suivie par le bras puis le reste du corps ; Un homme venait de surgir du corps de ce traitre, le tuant d’une façon relativement horrible.

Etait-ce une punition divine ? L’homme qui venait d’apparaître semblait ne pas savoir ou il était ni ce qu’il faisait ici. Il nous dit qu’il venait de Krill et était mort sur une bataille contre des chevalier-dragon. Il vénérait un dieu nommé Pélor qui n’a jamais existé sur notre plan et semblait plus effrayé que moi par ce qui venait d’arriver.
Nous lui permîmes de nous accompagner dans cette contrée totalement inconnue de tous.

Ce fut une belle journée, ensoleillé – bien que nous ne voyions pas de soleil, juste un ciel qui brille – et nous arrivâmes à l’orée du bois à coté de la rivière. A cette allure, nous devrions voir la fin du bois d’ici demain.
Nous montâmes donc un camp, chassâmes – en évitant les animaux étranges – et nous lavâmes. Au bord de l’eau des fleurs étranges se mouvaient en poussant des soupirs de joie et en ondulant d’une manière provocatrice. Nous apprîmes plus tard que ces plantes étaient inoffensive et qu’on les utilisait pour produire divers onguents guérisseurs. En attendant, je décidais de m’en méfier et nous établîmes des tours de gardes.
Nous repartîmes au matin avec toujours ce ciel brillant. Notre compagnon de route ne cessait de clamer au sacrilège, son dieu était l’incarnation du soleil et le manquement de l’astre le faisait crier au sacrilège.

Nous vîmes enfin un début de civilisation par un gnome juché sur une charrette étrange à laquelle il manquait une roue qui venait de se déchasser.
Ne voyant aucun danger en cet inventeur fou – encore un de ces stupides disciples de Gond – nous l’aidâmes à remettre sa charrette en état. Celle-ci fonctionnait sans chevaux et avec une machinerie complexe et à mon avis capricieuse. Il nous raconta la structure sociale, physique et religieuse de ce monde :

Ce monde est décomposé en « ile » flottante. Chaque ile est divisé en 2 parties : une claire - là ou nous étions - habitée par des humains, gnomes, nains et elfes noirs – qui sont dit plutôt bons - et une obscure, habitée par des elfes « classique » - apparemment mauvais sur ce monde - et d’autres créatures (gobelins, …). Chaque île semble gouvernée par un roi.

Du coté de la religion, les dieux sont partis ou n’ont plus été vénéré depuis une grande bataille. Depuis lors, les habitants vénèrent des « Sphères » qui reprennent les domaines des différents dieux. Le système n’est pas stupide puisqu’il évite les confrontations de dieux voulant contrôler la même sphère d’influence.
Pour moi ces Sphères dans les villes et villages communiquent avec soit une entité divine résidant sur ce plan, soit avec un nouveau catalyseur. Qui sait, peut-être que ces catalyseurs sont reliés entre eux à travers les plans ? Pélor a bien une équivalence chez nous, qui sait s’ils ne partagent pas la même puissance ? Une sorte de Sphère multi-planaire de laquelle les dieux de chaque plan tirent leur puissance ?
Les conclusions sont plutôt affolantes …

Les iles volent sur ce monde et je ne sais si elles bougent comme des bateaux où sont fixes. Apparemment il faut emprunter une sorte de navire volant pour naviguer d’une ile à une autre.

Le gnome nous dit qu’il allait à un village non loin, ce fut pour nous une bonne occasion de se renseigner sur les mœurs de ce monde avant de débarquer dans la capitale que nous avions vu auparavant.
Sur la route nous croisâmes une autre roulotte, plus classique, entourée par 5 gobelins qui menaçaient un père et son enfant. Les gobelins refusant de parlementer et ayant comme meilleurs arguments « T’es moche !» et « Vous êtes tous moches !», cela vira en massacre pour eux et nous pûmes reprendre la route accompagnés d’une nouvelle roulotte et de 2 habitants du village.
Grâce à nos actes apparemment héroïques, nous pûmes dormir à l’auberge la nuit. Notre soirée fut mouvementée à cause du passage de forain qui faisait un spectacle de magie et de farfadets pickpockets. En rentrant se coucher, j’eu le droit à une tentative d’assassinat avec une arbalète de poing. Notre nouveau compagnon de voyage eu le droit à des lames cachées dans le lit.
Qui pouvait nous en vouloir à ce point ?? Nous apprîmes plus tard que les gobelins et leurs chefs (des hobgobelins) avaient entendus parler de nous et avaient dépêchés des elfes assassins sur nos traces.

Le matin fut difficile, le prêtre de Pélor pleurait après le soleil qui ne revenait pas et toute notre équipe tremblait de peur d’avoir de la tête de veau au petit déjeuner.
Il faut dire que cette spécialité locale servie à notre nouveau compagnon de voyage était assez répugnante : la tête avait été cuite dans l’eau bouillante et servie tel quel.
Les habitués semblaient prendre un malin plaisir à tremper le pain dans la cervelle ou à sucer les yeux. La langue pendante de la bête me paraissait la seule partie mangeable, la joue ayant encore la peau, il fallait la peler, dévoilant une vue assez répugnante de cette partie. Notre ami sembla avoir beaucoup apprécié …

Après cette dure nuit, nous fûmes encore une fois supplié par le village de les aider à chasser les gobelins, à croire que chaque village que l’on croise à des problèmes et n’attend que des voyageurs pour quémander de l’aide.
Les gobelins capturaient des enfants pour les envoyer en esclavage auprès des elfes du coté obscur. Notre nouveau compagnon de route ne put s’empêcher de jurer qu’il retrouverait ces enfants enlevés à leur famille.

Nous allâmes donc dans les bois rechercher ces gobelins quand nous tombions dans une embuscade tendue par 4 elfes des bois. Ceux-ci nous canardèrent de flèches du haut d’une colline. Grâce au couvert des bois, nous arrivâmes jusqu’à eux et leur compte fut réglé. Nous continuâmes à tenter de suivre les maigres traces laissées par des gobelins jusqu’au moment où nous découvrîmes leur campement.
Parti en éclaireur, j’ai pu voir 25 gobelins et 3 Hobgobelins, ainsi qu’une charrette contenant une cage remplie des enfants capturés.
Nous attendîmes que le convoi parte, et nous nous préparâmes à l’attaquer en chemin. Celui-ci était escorté par 10 gobelins et 1 hobgobelin.

Notre plan était des plus judicieux. Nous encerclons la caravane, le druide fait appel aux plantes, immobilisant la caravane et l’escorte et nous massacrons allègrement ces monstres à distance.

Hélas, tout ne s’est pas déroulé exactement comme prévu : Le guerrier et ce prêtre de Pélor ne savent pas grand-chose de la discrétion apparemment. Les gobelins sonnèrent la fin de notre stratégie avec un « là-bas, ils sont moches ! ». Le druide appela alors les forces de la nature pour immobiliser le convoi et nous improvisâmes alors.
Le massacre fut laborieux, mais aucun monstre ne survécu pour donner l’alerte. Nous libérâmes les enfants et rentrâmes avec eux au village.

Nous décidâmes ensuite de partir vers cette capitale que nous avions vu au loin.

5
Les créatures rencontrés / HOBGOBELIN
« le: octobre 30, 2009, 12:17:47 pm »
Nom : Hobgobelin
DV    : 1D8+2                 Initiative : +1                      Vitesse : 9m.                 CA : 15/11/14.              Attaque de base/Lutte : +1+2.
Attaque : Epée Longue (Corps a corps +2, 1D8+1/19-20) ou Javeline (Distance +2, 1D6+1).
Particularités : Vision dans le noir (18m).
Jet de Sauvegarde : Réf. +1, Vig. +4, Vol -1.
Caracteristiques : For 13, Dex 13, Con 14, Int 10, Sag 9, Cha 8.
Dons : Vigilance.

6
Les créatures rencontrés / SQUELETTE
« le: octobre 30, 2009, 12:13:47 pm »
Nom : Squelette
DV    : 1D12.                   Initiative : +5.                      Vitesse : 9m.                  CA : 15/11/14.              Attaque de base/Lutte : +0/+1.
Attaque : Cimeterre (Corps a corps +1, 1D6+1/18-20) ou Griffex2  (Corps a corps +1, 1D4+1).
Particularités : Immunité contre le froid, Mort-vivant, Réduction des degats (5/contondant), Vision dans le noir (18m).
Jet de Sauvegarde : Réf. +1, Vig. +0, Vol +1.
Caracteristiques : For 13, Dex 13, Sag 10, Cha 1.
Dons : Science de l'initiative.

7
Résumés des parties / AVENTURE 2
« le: septembre 28, 2009, 09:05:49 am »
Nous marchâmes en cette terre inconnue, décidé à rejoindre cette rivière pour la longer et trouver cette percée dans les bois qui nous mènera à cette ville que nous avions aperçue.
D’un seul coup, celui qui nous avait trahi fut pris d’une violente douleur à l’estomac, il tomba, se roulant sur le sol en poussant des cris affreux. On aurait dit qu’on lui arrachait les entrailles, ce qui était plutôt vrai d’ailleurs : une main surgie de son abdomen, complètement ensanglantée. Elle fut bientôt suivie par le bras puis le reste du corps ; Un homme venait de surgir du corps de ce traitre, le tuant d’une façon relativement horrible.

Etait-ce une punition divine ? L’homme qui venait d’apparaître semblait ne pas savoir ou il était ni ce qu’il faisait ici. Il nous dit qu’il venait de Krill et était mort sur une bataille contre des chevalier-dragon. Il vénérait un dieu nommé Pélor qui n’a jamais existé sur notre plan et semblait plus effrayé que moi par ce qui venait d’arriver.
Nous lui permîmes de nous accompagner dans cette contrée totalement inconnue de tous.

Ce fut une belle journée, ensoleillé – bien que nous ne voyions pas de soleil, juste un ciel qui brille – et nous arrivâmes à l’orée du bois à coté de la rivière. A cette allure, nous devrions voir la fin du bois d’ici demain.
Nous montâmes donc un camp, chassâmes – en évitant les animaux étranges – et nous lavâmes. Au bord de l’eau des fleurs étranges se mouvaient en poussant des soupirs de joie et en ondulant d’une manière provocatrice. Nous apprîmes plus tard que ces plantes étaient inoffensive et qu’on les utilisait pour produire divers onguents guérisseurs. En attendant, je décidais de m’en méfier et nous établîmes des tours de gardes.
Nous repartîmes au matin avec toujours ce ciel brillant. Notre compagnon de route ne cessait de clamer au sacrilège, son dieu était l’incarnation du soleil et le manquement de l’astre le faisait crier au sacrilège.

Nous vîmes enfin un début de civilisation par un gnome juché sur une charrette étrange à laquelle il manquait une roue qui venait de se déchasser.
Ne voyant aucun danger en cet inventeur fou – encore un de ces stupides disciples de Gond – nous l’aidâmes à remettre sa charrette en état. Celle-ci fonctionnait sans chevaux et avec une machinerie complexe et à mon avis capricieuse. Il nous raconta la structure sociale, physique et religieuse de ce monde :

Ce monde est décomposé en « ile » flottante. Chaque ile est divisé en 2 parties : une claire - là ou nous étions - habitée par des humains, gnomes, nains et elfes noirs – qui sont dit plutôt bons - et une obscure, habitée par des elfes « classique » - apparemment mauvais sur ce monde - et d’autres créatures (gobelins, …). Chaque île semble gouvernée par un roi.

Du coté de la religion, les dieux sont partis ou n’ont plus été vénéré depuis une grande bataille. Depuis lors, les habitants vénèrent des « Sphères » qui reprennent les domaines des différents dieux. Le système n’est pas stupide puisqu’il évite les confrontations de dieux voulant contrôler la même sphère d’influence.
Pour moi ces Sphères dans les villes et villages communiquent avec soit une entité divine résidant sur ce plan, soit avec un nouveau catalyseur. Qui sait, peut-être que ces catalyseurs sont reliés entre eux à travers les plans ? Pélor a bien une équivalence chez nous, qui sait s’ils ne partagent pas la même puissance ? Une sorte de Sphère multi-planaire de laquelle les dieux de chaque plan tirent leur puissance ?
Les conclusions sont plutôt affolantes …

Les iles volent sur ce monde et je ne sais si elles bougent comme des bateaux où sont fixes. Apparemment il faut emprunter une sorte de navire volant pour naviguer d’une ile à une autre.

Le gnome nous dit qu’il allait à un village non loin, ce fut pour nous une bonne occasion de se renseigner sur les mœurs de ce monde avant de débarquer dans la capitale que nous avions vu auparavant.
Sur la route nous croisâmes une autre roulotte, plus classique, entourée par 5 gobelins qui menaçaient un père et son enfant. Les gobelins refusant de parlementer et ayant comme meilleurs arguments « T’es moche !» et « Vous êtes tous moches !», cela vira en massacre pour eux et nous pûmes reprendre la route accompagnés d’une nouvelle roulotte et de 2 habitants du village.
Grâce à nos actes apparemment héroïques, nous pûmes dormir à l’auberge la nuit. Notre soirée fut mouvementée à cause du passage de forain qui faisait un spectacle de magie et de farfadets pickpockets. En rentrant se coucher, j’eu le droit à une tentative d’assassinat avec une arbalète de poing. Notre nouveau compagnon de voyage eu le droit à des lames cachées dans le lit.
Qui pouvait nous en vouloir à ce point ?? Nous apprîmes plus tard que les gobelins et leurs chefs (des hobgobelins) avaient entendus parler de nous et avaient dépêchés des elfes assassins sur nos traces.

Le matin fut difficile, le prêtre de Pélor pleurait après le soleil qui ne revenait pas et toute notre équipe tremblait de peur d’avoir de la tête de veau au petit déjeuner.
Il faut dire que cette spécialité locale servie à notre nouveau compagnon de voyage était assez répugnante : la tête avait été cuite dans l’eau bouillante et servie tel quel.
Les habitués semblaient prendre un malin plaisir à tremper le pain dans la cervelle ou à sucer les yeux. La langue pendante de la bête me paraissait la seule partie mangeable, la joue ayant encore la peau, il fallait la peler, dévoilant une vue assez répugnante de cette partie. Notre ami sembla avoir beaucoup apprécié …

Après cette dure nuit, nous fûmes encore une fois supplié par le village de les aider à chasser les gobelins, à croire que chaque village que l’on croise à des problèmes et n’attend que des voyageurs pour quémander de l’aide.
Les gobelins capturaient des enfants pour les envoyer en esclavage auprès des elfes du coté obscur. Notre nouveau compagnon de route ne put s’empêcher de jurer qu’il retrouverait ces enfants enlevés à leur famille.

Nous allâmes donc dans les bois rechercher ces gobelins quand nous tombions dans une embuscade tendue par 4 elfes des bois. Ceux-ci nous canardèrent de flèches du haut d’une colline. Grâce au couvert des bois, nous arrivâmes jusqu’à eux et leur compte fut réglé. Nous continuâmes à tenter de suivre les maigres traces laissées par des gobelins jusqu’au moment où nous découvrîmes leur campement.
Parti en éclaireur, j’ai pu voir 25 gobelins et 3 Hobgobelins, ainsi qu’une charrette contenant une cage remplie des enfants capturés.
Nous attendîmes que le convoi parte, et nous nous préparâmes à l’attaquer en chemin. Celui-ci était escorté par 10 gobelins et 1 hobgobelin.

Notre plan était des plus judicieux. Nous encerclons la caravane, le druide fait appel aux plantes, immobilisant la caravane et l’escorte et nous massacrons allègrement ces monstres à distance.

Hélas, tout ne s’est pas déroulé exactement comme prévu : Le guerrier et ce prêtre de Pélor ne savent pas grand-chose de la discrétion apparemment. Les gobelins sonnèrent la fin de notre stratégie avec un « là-bas, ils sont moches ! ». Le druide appela alors les forces de la nature pour immobiliser le convoi et nous improvisâmes alors.
Le massacre fut laborieux, mais aucun monstre ne survécu pour donner l’alerte. Nous libérâmes les enfants et rentrâmes avec eux au village.

Nous décidâmes ensuite de partir vers cette capitale que nous avions vu au loin.

8
Calendrier des séances / SEANCE 3
« le: août 16, 2009, 12:02:53 pm »
Salutation cher aventurier (ou victime sa depend du point de vue).

la date serais donc pour la prochaine seance :
    DATE : SAMEDI 12 SEPTEMBRE A 11h30.
    LIEU :  A definir selon les deux proposition asniere ou gareenne-colombe.

Notre ami Mnementh, conteur de vos aventures sera present.

a bientot.

9
Présentation des Personnages / Tonahyn
« le: août 16, 2009, 11:59:37 am »
Tonahyn
Druide 1
Humain  Humanoïde de taille Moyenne
Dés de vie :         1d8+3(11)
Initiative :         2
Vitesse de déplacement :   9m(6 cases)
Classe d'armure :      16 (+2 Dex, +2 armure, +2 bouclier), contact 12, pris au dépourvu 14
Attaque de base/lutte :      0/+1
Attaque :         Gourdin(+1 distance,1d6+1/(20,x2)); ou Fronde(+2 distance,1d4+1/(20,x2))
Attaque à outrance :      Gourdin(1 distance,1d6+1/(20,x2)); ou Fronde(2 distance,1d4+1/(20,x2))
Espace occupé/Allonge :      1,50 m/1,50 m
Attaques spéciales :       -
Particularités :      Compagnon Animal,  
Jets de sauvegarde :      Réf 2, Vig 5, Vol 5
Caractéristiques :      For 12, Dex 14, Con 16, Int 15, Sag 17, Cha 13
Compétences :         Art de la magie(4) +6, Concentration(4) +7, Connaissances (nature)(4) +8, Détection(3) +6, Diplomatie(3) +4, Discrétion() 0, Dressage(4) +5, Perception auditive(3) +6, Survie(3) +8
Dons :            Amélioration des créatures convoquées, Ecole renforcée [Invocation]


Magie et pouvoirs magiques
Sort de Druide (DD 13 plus le niveau du sort, sort connu 3/2, niveau 1 de lanceur de sort)

Capacité de classe :
Empathie sauvage : +2
Niveau du compagnon animal : 1

10
Résumés des parties / AVENTURE 1
« le: août 16, 2009, 11:43:54 am »
Journal de Daelric - Année : Inconnu,  mois : Inconnu.
Lieu : Monde de Faerun
Conteur : Mnementh.

Les mêmes rêves encore et encore. Toujours cette bataille de la chute de l'empire Néthéril.
Titans contre Géants, Dragons crachant des flammes, Chateau en ruine, ... et comment ne pas citer Karsus, celui qui vola un dieu de son pouvoir ?
Et surtout le plus troublant : Moi, défendant l'empire Néthéril contre les créatures venant sans doute des Phaellims.
Puis vint la suite : Une sorte de sanctuaire, orné de pilier et décoré d'un cristal retenant Karsus en stase. Nous étions 5 autour de ce cristal, encore moi ainsi que d'autres que j'ai vu lors de la bataille. Ensemble nous nous sommes agenouillé devant le cristal et avons tenté de libérer celui qui était désormais plus qu'un simple mortel.
C'est alors qu'ils arrivèrent, capes noires et longues épées, s'approchèrent de nous et nous transpercèrent tous en même temps au niveau du thorax.
Fin du rève, mais pas de l'histoire. Un rêve ne laisse généralement qu'un mauvais souvenir, celui là me laissa la trace de l'épée dans ma chair, ainsi qu'un dessin sur le mur de ma cellule.

Recherches après recherches, j'en appris plus sur les Néthérils - leur histoire et leur chute - ainsi que sur cette fameuse carte qui représente un petit village non loin d'Eauprofonde.
Le temps est venu pour moi de compléter les connaissances de notre bibliothèque, je parti donc vers ce village avec l'accord du monastère.
C'est donc avec mes maigres possessions que je me mis en route dans un climat où la guerre gronde et le temps maussade n'évoque qu'une sombre période.

Après quelques jours de marche, j'arriva à ce petit village. Chose étrange, il semblait y avoir un mur d'enciente il y a fort longtemps, mais il n'en restait guère plus qu'une arche en ruine.
Le village ressemble à tous les autres villages : un forgeron, des paysans méfiant, une petite auberge et un chef de village (l'aubergiste dans le cas présent). Chose stupéfiante, le village semble bénéficier d'un temps magnifique alors qu'il était grisatre juste avant.
C'est en disc utant avec le forgeron que j'eu la surprise de voir arriver des bois un homme accompagné d'un chien plutot gigantesque. Ce n'est pas tant ses habits ou son chien qui m'ont surpris, mais l'homme : Il était dans mon rève lui aussi, chevauchant un dragon d'or ... Que faisait-il ici ?

En l'abordant prudemment, nous arrivammes à la conclusion que nous avons fait le même rève, subit les mêmes cauchemards, vu la même carte et partagé la même cicatrice.
Jusqu'ou ce rève allait-il aller ? Combien d'autres serait là ?
La réponse vint lorsque nous entrâmes dans l'auberge : 3 autres étaient déjà là, tous à la même table.
Comment réagiriez-vous si vous connaissiez de parfaits inconnus ? Si vous saviez qu'ils ont été des frères d'armes ??

Nous avons discuté un bon moment, tenté de comprendre ce qu'il nous arrivait, ce qui nous a poussé à venir ici.
Ces compagnons sont :
- ?, un druide venant du cercle de ?
- ?, un guerrier venant de ?
- ?, un mage venant du collège de guerre de ?
- ?, un mage venant de ? (elfe ?)

Finalement, étant les seuls étrangers de passage, l'aubergiste n'a pu s'empecher de nous demander un service : Des orques venaient régulièrement demander un tribut au village en échange d'une "protection". Le maire aurait aimé se débarrasser de cette épine dans le pied et nous laisser faire le boulot.
Certains étant relativement avides de richesses matérielles, nous avons déclaré que nous y réfléchirions et donneront notre réponse le lendemain. Histoire de compliquer le tout, la serveuse vint nous voir en disant de renoncer à la requête du maire.

[j'ai un doute sur cette partie là]
Les orques étaient sensés passer le lendemain matin, nous avons donc décidé d'examiner leur nombre ainsi que les abords de l'arche en ruine qui semblait contenir d'étranges caractères (le camp des orques devant être positionné non loin de l'arche).
En allant en direction du camp, nous avons aperçu de vieux et grotesques pièges puis 2 sentinelles orques devant une grotte. Cela aurait pu être effrayant si les sentinelles n'étaient pas retenues par divers batons et fils.
Nous entrâmes donc dans la grotte où nous découvrimes de nombreuses tentes habité par des humains - la plupart estropiés - effrayés de notre venue. leur "chef" n'était d'autre que la serveuse de l'auberge qui nous expliqua que les infirmes étaient rejetés par le village et venait ici se réfugier. Le maire exerçait une pression sur l'ensemble du village et personne n'osait le contredire.
Elle nous supplia par Mytril de les aider.

Mytril ?! Oui il s'agissait bien là du nom de l'ancienne déesse de la magie qui succomba en même temps que l'empire Néthéril, elle se sacrifia pour sauver la Toile de l'orgueil d'un humain - Karsus - qui lui avait volé une partie de son essence divine.
Comment dans un village si reculé une simple serveuse pouvait savoir celà ?? Ce n'est qu'à se moment là que j'ai supposé un paradoxe temporel, ce qui a été vérifié par le magicien aveuglé par la magie omniprésente et les gravures qui ont confirmées qu'une cité volante des Néthérils était tombé ici même !

Que faire ?? Toujours la même question, le même problème de conscience ... certains voulaient aller chercher les autorité de la ville la plus proche pour qu'elles règlent ce problème, c'est ce qui a été finalement décidé.
Nous partîmes donc vers Eauprofonde, retraversant un portail semblable à celui que nous avions emprunté pour venir, et arrivions .... dans le même village.
Le portail disait "protéger ce qu'il y a à l'intérieur" ... nous étions coincés à une époque différente de la notre.

Les habitants se dirigeaient tous vers le lieu de culte, un temple aux dimensions réduites. J'entrâme à leur suite pour voir ce qui s'y passait, et qui y été vénéré. Le prêtre n'était autre que l'aubergiste, habillé de noir et profitant de la peu des villageois pour les forcer à croire que Baine les sauvera de tous les maux qu'ils pourraient avoir.
Une fois sorti, j'en référra à mes compagnon et nous nous mîmes d'accord sur un interrogatoire de cet odieux prêtre. En usant de ruse - nous avions des questions supplémentaire à poser avant d'accepter de repousser les soi-disants orcs, mais en privé - nous l'attirâmes dans une chambre.
Fanatique il était ! Ses seuls mots évoquaient Baine, et ne donnant aucun renseignement, nous décidâmes de raccourcir ses jours avant d'aller rejoindre son maître. ? (le guerrier) lui fit rendre l'âme par "la clef" comme il nomme sa morgernstern.
Aussitôt, tout ce qui était vivant dans le village disparu. Plus un paysan, plus un animal excepté ceux que nous avions emmené.
Même le rajout de mouton avait réagit étrangement : les membres de la pauvre bête étaient séparés mais continuaient de bouger.

C'est dans ce climat étrange que nous continuâmes à tenter de comprendre ce qui nous arrivait.
Tout d'abord des rèves étranges et partagés entre nous, puis un village protégé et hors du temps et enfin des habitant qui disparaissent dès que nous tuons leur pseudo-prètre.

Nous étions bloqués dans une zone défini, il ne reste donc plus qu'à chercher ce qui nous maintient ici. Le seul problème étant la nourriture, nous n'avions que des ressources limité et ce que les paysans mangeaient semble avoir pris des siècles en quelques secondes.
Le village ne recelait pas grand chose d'interressant. le seul objet valable étant un sombre livre de Baine datant de l'empire néthéril. Une oeuvre rarissime ! Il doit s'agir d'un original, et non une quelconque version remanié par des prètres fous à travers les siècles.
Seul le puit retint notre attention : il semblait parfois sans fond, d'autre fois profond mais comme de normal. Je n'ai jamais réussi à comprendre exactement cette magie, il faut dire que ce n'est pas tellement mon domaine ! Il semblerai que le puit se dilatait lorsqu'un objet venant du village y était jeté et semblait normal quand nous y mettions un objet que nous avons amené.

Etrange non ? Surtout que les objets tels que l'enclume du forgeron du village réapparu à sa place ciomme si elle n'avait pas été déplacée !!

Après moult précaution, nous y fimes descendre une torche puis le plus léger d'entre nous. Il apercut une entrée au fond puit, une grotte dont il fut détourné par une sorte de squelette ou zombi qui surgit hors de l'eau. Nous le remontâmes relativement vite, de sorte qu'il put éviter les griffes du monstre.
Nous réussimes à massacrer ce monstre mais une main encore vivante sorti du puit et rentra dans une maison. Courant à sa suite, nous découvrîmes une villageoise qui agissait comme si de rien n'était et qui disparu totalement dès qu'elle passa dans une autre pièce.

Las de tenter de comprendre une magie trop puissante pour nous, nous descendimes dans le puit, moi en dernier après avoir trouvé comment accrocher cette corde, les montants du puit étant moisis. Lorsque je descendu, ju fut heureux de voir que j'avais esquivé une sorte de jeu de miroir qui faisait tourner en rond mes camarades d'aventure.
Nous tombâmes devant une statue magnifique, représantant [??] d'une façon assez unique. Une véritable Oeuvre d'Art. La grotte semblait se terminer ici, nous décidâmes donc de faire chemin arrière mais la corde avait disparu. Je l'avais pourtant accroché solidement, comment avait-elle pu disparaitre ?? Elle n'était pas tombé dans le peu d'eau au fond du puit, quelqu'un l'avait donc décroché d'en haut, mais qui
L'un d'entre nous escalada le conduit pour redescndre encore plus vite, le regard terrorisé par ce qu'il avait vu. Il divagait à propos de géants, de monstres gigantesques et d'une bataille impressionnante au dessus.

Sans plus hésiter, notre guerrier parti vers la statue et la réduisit en miette avec sa "clef". Un massacre qui nous permit de retrouver la corde et remonter vers le village.
Rien n'avait changé dans le village et à notre grand désespoir, nous étions toujours bloqué par ces arches. Cet état de fait énerva notre guerrier - à moins qu'il eu cru que sa serait une solution - qui fracassa littéralement sa "clef" sur une arche.
Nous nous reposâmes le jour suivant et partîmes en exploration dans les bois pendant que la brute répara sa morgenstern. Rien de très concluant cette journée ci.

Le lendemain fut plus intéressant : nous nous sommes fait attaquer par une horde de squelette alors que nous ré-examinions les arches. Ils nous poursuivirent jusqu'au village et nous nous réfugiâmes dans le temple (qui était en fait un temple de mistril déguisé par le faux prêtre de Baine).
Les morts-vivants semblaient être repoussé par le temple et ne purent nous aggresser. Ils semblaient être mené par un chef, habillé comme l'ancien prêtre de Baine, nous fîmes donc une sortie pour casser quelques os.
Les squelettes récupérère la tête de leur chef et la mire sur le corps d'un des leurs pour "ressuciter" leur chef.

Décidément la malédiction qui pesait sur ces lieux était très puissante !
La solution pour régler ce problème a été de capturer la tête de leur chef et de la mettre sur l'autel du temple, ce qui la réduisit en cendre. Une fois la tête détruite, les squelettes s'immobilisèrent. Il ne nous resta plus qu'à réunir les cranes pour éviter qu'ils ne repartent à l'assault.

Malgré tout celà, nous n'avions toujours pas réglé notre principal problème : comment sortir d'ici ? Nous décidâmes d'aller jusqu'à la grotte des réfugiés - qui avaient aussi disparu - pour ré-examiner cette fresque étrange que nous avions vu la première fois. La fresque était bien d'époque post-néthéril, joliment conservé.
Hélas elle cachait un passage secret menant à une volée de marche flottant par magie. Au bout de ces marches, j'ai pu apercevoir la Cité Néthéril, une de ces villes volantes de jadis, l'accomplissement d'une civilisation raffiné qui a défié un dieu.

Evidement, les marches ne nous permirent pas de retour arrière et s'effondrèrent dès que nous étions à la moitié du chemin.
Nous entrâmes donc dans cette immense ville, nous dirigeant vers ce qui semblait être le centre. Des combats épiques devait avoir eu lieu ici, car nous trouvions des cadavres de créatures gigantesques ainsi que celui d'un humainoïde qui avait du leur barrer - efficacement - la route.

Au centre de la ville trônait un cristal enchassé dans la pierre, et à l'intérieur une voix se faisait entendre.

"Libérez-moi" disait-elle.

Toute ma vie je me rappellerai ses accents sifflants de supériorité, son ton arrogant, ... tant de choses qui aurait du m'alerter.
Il ne nous supplia guère, préférant nous menacer, nous prenant de haut. Cette voix se prétendait être Karsus, celui qui défia un dieu, mais celà sonnait étrange à mes oreilles.
Il désirait l'épée de l'humanoïde qui avait lutté contre les géants que nous avions croisé avant d'arriver ici.

Je pensais que tous nous étions d'accord pour attendre et réfléchir, mais un ne le fût pas.
Il frappa de cette épée le cristal, libérant ce qui n'était pas Karsus, mais un de ses ennemis : un Phaellim était revenu sur féérune !
Cette créature absorba toute la magie présente pour se ressourcer et rit de nous avant de disparaitre.
Voila ce que les arches signifiait ... et voila que nous, simples mortels avons déchainé un sort pire que l'enfer sur Féérune !


Si Oghma n'avait pas jugé bon que les criminel soit d'abord envoyé aux autorité pour y être jugé, celui-ci serait encore en train de tomber dans les abimes sans fin en dessous de la cité.

Nous trouvâmes finalement un portail. Tous avaient ramasser des armes trouvé sur les champs de batailles. J'avais pour ma part ramassé une collection de livre de la bibliothèque de la Cité Néthéril, un trésor gigantesque, nous ne savons pas grand chose de cette époque !
Nous traversâmes ce portail, une étrange sensation de mourir, d'être jugé, torturé, ... je ne sais point ... qu'est ce que celà pouvait être ?
Nous nous sommes retrouvé sur une plaine inconnue, dans un monde qui ne semble pas être le même.
Nous nous mimes alors en route pour tenter de retrouver la civilisation, comprendre ce qui est arrivé et faire juger ce traitre.

11
Calendrier des séances / SEANCE 2
« le: juillet 11, 2009, 15:52:38 pm »
Bonjour,

la prochaine seance ce tiendra le SAMEDI 18 a 21h00.

Adresse : 10 rue jean de la fontaine BTE3 5 etages porte 44, 95100 Argenteuil, Station SCNF VAL d'ARGENTEUIL (via Saint Lazare).
               Interphone appuyer sur JACOT/DUVAL

A+l

Pages: [1]

gfxgfx
gfx
SMF 2.0.15 | SMF © 2011, Simple Machines
Helios Multi design by BlocWeb
gfx
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP XHTML 1.0 valide ! CSS valide !