Opale Campagnes

Archives => IdF - Melenkurion - Terminé => PJs => Discussion démarrée par: Sequanah le avril 26, 2011, 11:19:51 am

Titre: NERODRAS
Posté par: Sequanah le avril 26, 2011, 11:19:51 am
(http://th09.deviantart.net/fs70/PRE/i/2010/314/4/6/necromant_by_perseass-d32ky0r.jpg)

Mentalité : gars carré, méthodique, réglé comme un métronome qui a accepté/intégré le concept de mort.

Doctrine : La mort n’est pas une fatalité, elle n’est qu’une étape

Habitude vestimentaire : Habillé simplement d’une grande toge grise (cf photo)

Profession originale : Prêtre des derniers sacrements, embaumeur et croquemort

Story : Témoin stoïque d'exactions dans un patelin dans la banlieue de Dérimos, la capitale du Territoire dans laquelle Nérodras officiait comme prêtre et croquemort.
Alors que de nombreux habitant avaient fuit le village, Nérodras et d’autres avaient décidé de rester, certains pour se battre, lui pour accompagner ceux qui allait mourir !
Après le massacre (car on ne peut pas parler de bataille lors d’une telle supériorité), l’ennemis saisi l’intérêt d’une telle personne de décida de « l’engager » contraint et forcer à regarder, notifier, et consigner les exactions commises au nom de Baal. Durant plusieurs mois, Nérodras officia dans les rangs des Baalistes au point qu’il finit par avoir un semblant de liberté ! Il ne pouvais pas quitter le camps mais il pouvait s’y balader librement.
Certains survivants pourraient penser que Nérodras a embrassé la cause de Baal, mais il n’en est rien. Il a accepté malgré lui ce travail pour offrir les derniers sacrements aux morts… mais chaque jours, ils devenaient plus nombreux, trop nombreux… et ce travail finit par devenir l’occasion pour acquérir des informations sur celui qui ne respectait ni la vie, ni la mort, Baal le Démon !

Acquérir des informations n’était pas le plus aisé, mais ce n’était pas non plus la tâche la plus ardue ! Il fallait réfléchir sur les moyens, la méthode, à la façon de changer le cours des choses, de rétablir l’équilibre entre la vie et la mort, de faire cesser les crimes de Baal et que ce dernier soit juger tel un humain pour ses crimes ! La mort doit être autant respectée que la vie.
C’est à ce moment-ci qu’une voix, semblant venir de partout et de nulle part à la fois, me murmura ces mots :
« La Mort est impérieuse et supérieure, la Mort est la Loi finale.
Beaucoup meurt de vieillesse, de flétrissure des corps, de maladies...
Mais...Baal ne respecte pas l'ordre des choses,
Baal est responsable de ce désordre à grande échelle, il ne respect pas la mort
Baal ne respect pas Les Morts 
Baal est un imposteur !!! »

Ces phrases prononcées par cette voix, se mêlaient dans mon esprit. La voix et ma pensée semblaient s’accorder, vibrer sur une même tonalité, s’unir telle une ode à la vie et à la mort.
La voix repris :
« Souhaites-tu éradiquer ce mal ? Désires-tu détruire Baal ? »
La réponse qui sortie de ma bouche n’émie pas le moindre bruit, mais le soulagement que me procura l’idée de mettre un terme à ces tueries me réjouis et la voix semblait l’avoir compris elle aussi !
C’est alors qu’un être sombre, décharné mais imposant apparu devant moi. Il était très proche de moi, mais ses traits étaient flou et il m’était impossible de le détailler, mais son aura étai puissante, vibrante et pénétrante. Je n’étais pas en fasse d’un homme, mon corps tout entier me le signalait, j’étais fasse à une entité puissante et divine.
Elle me donna alors un livre noir qui semblait absorbé la lumière ainsi que deux parchemins.
« Je peux t’accompagner et t’aider dans ta quête car nous avons des objectifs communs. Suis à la lettre les indications des parchemins pour acquérir une puissance qui te permettra d’avancer dans ta quête.
Quand tu auras exécuté tout cela, consigne toutes les informations que tu as regroupées et part en quête de davantage de puissance. Elle te sera utile dans ta lutte contre Baal ! »


Le premier parchemin demande de passer tout d’abord 3 jours dans un cercueil sous terre afin de se rapprocher des morts et comprendre davantage leur « monde », puis de partager durant une semaine la vie d’une famille décédée dans son tombeau familial, de rentrer en communion avec eux, écouter leurs plaintes et les accompagner dans la mort.
Peu conventionnelles comme indications, Nérodras ne se pose pas de questions, il doit le faire ! En plus qui irait le chercher dans un cercueil ? C’est le meilleur moyen de disparaitre sans risque des hommes de Baal !
Après ces 3 jours passer sous terre, Nérodras prend conscience d’un bruit de fond dans le calme du cimetière, ce bruit est étrange, il mêle murmure plaintif et chant mortuaire, c’est comme si la faucheuse chantait en venant chercher les morts apeurés…
Entrant dans un caveau, j’entends plus clairement les plaintes d’une famille morte quelques jours auparavant. Ecoutant et buvant leur parole Nérodras leur offre un repos serein par les paroles qu’il prodigue.
« La mort fait partie de l'équilibre du monde… dans la mort, il n'y a nulle tromperie, nulle dissimulation, nul hasard, nulle fatalité, seulement une continuité…votre vie de mortelle à pris fin dernièrement, mais aujourd’hui une autre vie s’offre à vous. La faucheuse ne vient pas vous arracher à votre vie, elle vient vous guider vers un meilleur avenir. N’ayez pas peur d’elle, car elle ne souhaite que vous guider… »
Après avoir guider cette famille vers sa nouvelle vie, Nérodras avait compris qu’il pouvait être utile avec ces morts, il pouvait les aider, en les guidant vers leur nouvelle vie, en les écoutant, en leur parlant ou encore les aidant a accomplir leur dernière volontés.

La lecture du premier parchemin était terminée, mais il restait encore le second, plus sombre et malsain.
Le parchemin indiquait un lieu dans lequel Nérodras devait se rendre, un autre cimetière dans lequel il devait trouver la tombe de Deathmar, un nécromancien mort il y a bien longtemps.
Le parchemin indiquait une procédure à suivre pour ranimer ce magicien d’outre-tombe et qu’il lui apprendrait sa magie !
Le précédent rituel avait permis à Nérodras de comprendre qu’il pouvait ramener à la vie des êtres morts, mais ce rituel proposait de partager des connaissances…quelle chose étrange.
Suivant scrupuleusement le rituel indiquait, Nérodras invoqua l’âme du défunt magicien. Ce dernier se releva et après quelque balbutiement incompréhensible, comme s’il cherchait a dégourdir sa langue, il s’exprima en ces termes :
« Ainsi on me rappel pour transmettre mon savoir ! J’attends ce jour depuis si longtemps. Ma vie et ma mort son révolue, il ne me restait qu’a transmettre mes connaissances pour poursuivre ma vie par delà le voile !
Assied toi, écoute et apprend car je ne me répéterai pas et je ferai de toi mon apprenti en te transmettant un savoir unique, celui de la non-vie ! »

 Durant 10 jours, le magicien enseigna de multiples choses à Nérodras, sans jamais s’arrêter, durant 10 jours, il resta assis à écouter et a mémoriser chaque mots, chaque geste que son « maitre » utilisait.
Nérodras acquis ainsi un savoir qu’i n’imaginais pas accessible jusqu'à ce jour. Il comprit aussi que les enseignements qu’il avait reçu lui permettrait de réveiller les morts pour l’aider dans sa quête car parmi eux, nombreux sont ceux qui réclament vengeance et ne peuvent poursuivre leur route dans leur mort à cause d’actions qu’ils n‘ont pas pu achever. Nérodras pouvait entendre leurs plaintes et leurs demande et bientôt il pourrait leur donner vie afin qu’ils puissent accomplir leurs dernières volonté, se venger de Baal !
 
Suite à ces rituels,  Nérodras rassemble les informations dont il dispose, et part en direction de l’ouest à la recherche d’informations. Mais non sans changer légèrement son apparence et tenter de « s’intégrer » à son environnement. ; Nérodras se rase donc la tête tel les prête Baalistes…
Voyageant de ville en ville, Nérodras écoute, se renseigne et interroge les plus bavards et finit par entendre une rumeur évoquant le fait que La Croix de Pelor aurait été retrouvée ! Nérodras comprend qu’il tient là une pistes qui pourrait lui permettre d’avoir une des clefs pour la réussite de sa quête, mais faut-il encore la trouver, localiser le porteur et d’essayer de s’associer à lui…
De ville en ville, les informations deviennent plus précises mais elles ne font que lui indiquer une direction sans donner plus d’information sur le porteur, ses objectifs, ses motivations, sa destination…
Alors que Nérodras commence à se demander s’il ne chasse pas une chimère. Mais un barde peu ordinaire nommé Yaraemon joue dans la taverne. Nérodras sait que le sbardes sont sources de nombreuses informations et qu’il serait intérréssan de s’entretenir avec lui. Ce barde devinant la soif d’informations réussit par de belles passes verbales à glaner plus d’informations de Nérodras, que Nérodras de lui ! Mais il finit par indiquer une direction plus précise à suivre pour trouver les porteurs de La Croix.
« Si tu cherche la fin de Baal tu dois te diriger vers la fin de cette journée là où les jours sont plus courts et moins douloureux…les cirques sont divertissant et peuvent t’y aider… »
Il lui faut donc se diriger vers le sud ouest à la recherche d’un cirque qui sera capable de le renseigner. Les pas et les renseignements glaner par Nérodras, le mène à un barde du nom de Guilri, ancien membre d’un cirque ayant été « détruit ». Ce dernier semble connaitre les porteurs de La Croix. Nérodras réalise à ce moment son erreur, le porteur de La Croix n’est pas seul ! Il s’agit en fait d’un groupe d’aventuriers et réussir à les abordé ne sera pas une chose aisé… Guilri lu apprend, non sans se faire débourser quelques pièce d’or pour son gîte et son couvert, que les porteurs de la Croix sont passés dans une commune pas très loin, qu’ils auraient combattu et tué un prêtre de Baal et ses soldats du Chaos.
Sur ces paroles, Guilri se ravise et semble perturbé ! Il se dit qu’il en a peut etre trop dit… Nérodras le rassure en lui disant qu’il ne veut aucun mal aux porteurs de La Croix. Guilri rassurer se remet donc à parlé en marquant quelques pauses pour justifier le fait qu’il raconte se qu’il sait !
« Je suis le seul qui connaisse cette histoire dans les moindres détails ! D’autres bardes vont m’entendre et ils vont rependre ma chanson et la chanter par delà les frontières et mon noms finira aussi connu que celui des aventuriers ayant retrouvé La Croix. »
En tout cas, ces aventuriers semblent être faits d’une belle trempe ! Mais ces informations semblent trop belles pour être vraies…
Nérodras souhaite confirmer ces informations et finis par le plus grand des hasard à rentrer en relation avec Mildred la Greffière, une très vieille et obsédé par la mort, et qui voyant son heure venir avait besoin de réconfort. Nérodras, à son chevet, lui raconte que la mort n’est pas une fin, ce n’est pas une fatalité, ce n’est juste qu’une étape vers une nouvelle forme de vie. Mais dans un moment de déraison et de confidence, elle révèle des informations en échange d’une plaidoirie à la Mort pour qu’elle ne vienne pas la chercher. Acceptant le marché mais sans pour autant garantir que cela lui permettra de vivre encore longtemps, Nérodras apprend l'emplacement approximatif du Temple des Délices Ephémères. Informations peut importantes dans un premier temps, Nérodras découvre que ce temple se situe dans la même direction que celle soit disant emprunté par les porteurs de La Croix. Dans notre monde Nérodras sait que les coincidence n’existe pas… les porteurs ont pris cette direction et se dirige vers le temple
Il est temps pour Nérodras de se mettre en route et de retrouver se groupe…